Haute intensité : Pour le Sénat, les forces françaises devront trouver un compromis entre la « rusticité » et la technologie

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

179 contributions

  1. strider_on dit :

    eh oui… mettre du super méga giga hight tech partout c’est bien mais quand il faut aller au carton avec ça fait mal aux fesses car dès que c’est détruit ça coute un max à remplacer… on se paye la tronche des russes avec du matos supposé moins bon mais ils ont la masse qui compense le manque de qualité…

    • Gaulois78 dit :

      Avec la suppression du sénat, du conseil constitutionnel, de 25 % des députés, cour des comptes, haute cour de justice de la république et de quelques comités theodules type Cese vous récupérez immédiatement 2 milliards d’€ an pour la modernisation des matériels…

      • asvard dit :

        En arrêtant de verser les retraites et en supprimant les soins gratuits aux plus de 50 ans on doit bien arriver à 200Mds d’économisés par an. Faut arrêter de voir petit.

        • Gaulois78 dit :

          Les plus de cinquante, comme l’ensemble des salariés, indépendants cotisent…La sécu me coûte, elle ne rembourse pas tout, ma mutuelle c’est 198€ pour une famille de trois personnes et un chat…C’est moi qui la finance entièrement pas l’aide sociale, la part CMU/AME prise sur ce contrat représente 270€ an…Un total de 12/14 semaines de maladie depuis 1979, 3 semaines pour une opération au pied avec pose d’une broche, 4 pour une appendicite, 4 pour du divers grippe bronchite..Et vous combien d’arrêt de confort chaque année ?…Rassurez-vous un jour prochain vous sera le boomer de quelqu’un…Si vous eu la chance de faire des études, sachez que c’est la génération avant la mienne et les autres qui les financent…En 78 j’étais à Berlin au 46 RI, en ce moment vous êtes où ? Derrière votre écran 4K 120 hertz à joué le maître d’armes…Vous voyez on peut être un vieux con et être à la page…

      • olivier 15 dit :

        Oui… Et la suppression des retraites étrangères  » fantômes « , la sélection drastique de qui doit être considéré réfugié ( ces derniers temps nous servons bcp de poubelle à la Tunisie ) , suppression de la CMU à n’importe qui, le contrôle des dépenses des régions, la chasse aux comités Théodule ( https://www.contrepoints.org/2014/10/19/185098-le-scandale-des-600-comites-theodule ), effectivement, suppression des sous Pref ( largement compensée par le net )… En bonus, pour avoir lu pas mal de pages des rapports des cours des comptes, ç’est assez facile sur plein d’autres choses. On passe à 70 M€ pour l’armée, sans toucher au reste. Et ça urge. 😉

        • Castel dit :

          A propos des sous prefs, je n’ai jamais compris cette appellation, pourquoi ne pas les avoir appelé dès le départ « préfets adjoints  » par exemple, ça nous aurait pas couté moins cher pour autant, mais ça aurait été quand même un peu plus valorisant que sous-préfets, sans dévaloriser l’appellation des préfets pour autant.
          Cela semble montrer dans nos institutions une volonté de suprématie Hiérarchique…
          Mais c’est vrai que depuis la création des régions, leur utilité semble de plus en plus contestable….

      • felipe dit :

        ça, c’est une argumentation en béton. je parie que vous ne votez plus depuis longtemps et que vous ne savez même pas à quoi elles servent.
        je vous laisse choisir les postes de députés à faire disparaître. plus sérieusement, vous devriez aller au bout de la logique : suppression des régions ou des départements ? des municipalités ou des communautés de commune, des agences nationales ou des agences régionales , et bien sur vous irez dire aux fonctionnaires de ces services qu’ils ne servent plus à rien.
        pour votre information, toutes les démocraties ont deux chambres parlementaires et elles fonctionnent toutes selon le principe de l’immunité et de l’autonomie
        bref l’argumentaire le plus démago possible.
        dans la même veine, on peut supprimer le commissariat des armées, les états-majors, les directions centrales; rien qu’une armée de capitaines et d’adjudants, zero civils
        désolant

        • olivier 15 dit :

          Sincèrement, vous croyez que la France est encore une vraie démocratie? quand un prez est élu à 16%, que le vote blanc n’est pas reconnu, que le peuple dit non à Maastricht et ça se fait qd même? Rassurez vous, je vote toujours. Et espère de nouveaux candidats.

          • felipe dit :

            1/sincèrement, vous aviez 13 candidats au premier tour et on a 40% d’abstention et il faudrait en tenir compte ? l’argument est connu : « aucun ne me convient ».; donc qui ??? .
            2/ si le candidat élu ne vous plaisait pas, il fallait voter une autre majorité aux législatives .
            3/ pour rappel, le candidat sarkozy avait annoncé la couleur dans son programme de campagne :il soumettrait le projet de modification du traité européen aux parlement… et il a été élu.
            c’est clair, il serait temps de comprendre que dans une démocratie, qui plus est à la présidentielle française, on choisit un candidat sur des compromis. et la moindre des choses , c’est de lire son programme.
            4/pour le vote blanc, cela vous donne quoi, au delà de la satisfaction d’être reconnu ? cela ne vous donne pas un président . refaire une nouvelle élection n’apportera rien . sauf à vivre en Belgique ou au Luxembourg où on peut avoir un gouvernement de gestion des affaires courantes » pendant 14 mois. le paradoxe, c’est que pour avoir une majorité à 51% , il faut obligatoirement un candidat de compromis, qu’on va trouver au centre-droit/centre gauche. et après cela , on s’aperçoit que rien ne change depuis 40 ans.
            de la part d’un mec qui n’a pas voté macron mais qui reste attaché à la démocratie parlementaire et ne supporte pas celle de la rue.

          • LEONARD dit :

            @olivier 15
            « le vote blanc n’est pas reconnu ». Vous le regrettez, parce que vous attribuez un caractère contestataire au vote blanc. Or, nul ne sait l’intention derrière chaque vote. Quand on crée un parti pro-frexit, avec Asselineau, on mesure son audience: 0.9%, pour un projet caractérisé.

            Mais le vote blanc, si on peut le résumer à « aucun candidat ne me convient », ne répond pas à quel candidat me convient. Un indigèniste peut voter blanc, faute de représentant, un suprémaciste blanc aussi, de même qu’un électeur du parti animaliste.
            Donc, faire du vote blanc ou de l’abstention un vote de refus est une manipulation d’opposant.
            Le vote nul est une opposition, quand il n’est pas accidentel. Le vote blanc est une indécision.

            En démocratie représentative, on cherche une majorité, pas une dictature des minorités.

            Si je reprends votre argument des 16%, c’est quoi le programme et le leader des 84% ? Et donc, en quoi ceux qui ont obtenu moins de voix sont ils plus légitimes ?

            Ah, oui, dernier point: 16.14%, c’est le % de Fifille sur les inscrits. E.M, c’est 18.19%, soit un million de voix de plus au 1er tour.

          • tschok dit :

            @Olivier15,

            Deux choses:

            1) Ne vous en déplaise, Macron est à ce jour le président le mieux élu de la Vième république, à part Chirac en 2002, qui est un cas particulier.

            Mieux élu que de Gaulle ou Mitterrand (les monstres sacrés). Mieux élu que Sarko, l’homme bulldozer, ou Hollande, le mec normal. Mieux élu que Chirac, le président préféré des Français, si on met de côté l’élection de 2002.

            En proportion et en valeur absolue.

            Je vous laisse le soin de vérifier mes dires, en trois clics, vous avez les infos.

            Donc, question: d’où vient la légende urbaine qu’il serait un président mal élu, donc illégitime?

            J’en arrive au point 2.

            2) 80% des personnes qui contestent la légitimité de l’élection de Macron en prétendant qu’il a mal été élu cochent au moins une de ces trois cases:

            – Il s’agit d’électeurs ou de sympathisants d’extrême droite
            – Il s’agit d’électeurs ou de sympathisants de la gauche radicale
            – Il s’agit d’abstentionnistes

            En somme, il s’agit de ceux qui ont vu leur candidat perdre les élections ou qui sont des éternels mécontents qui ne vont pas voter, ce qui ne les empêche nullement de contester les résultats des élections (oui, mais pour quel candidat?) tout en affirmant que la démocratie est moribonde.

            Et les 20% qui restent? Ils se répartissent en deux grands groupes:
            – Un groupe sans intérêt: les idiots du village mal informés qui répètent servilement les conneries qui se racontent autour d’eux en croyant devenir intéressants. Ce sont des cons, on s’en fout.
            – Les gens qui se sont donnés la peine de voter, mais qui ont voté blanc.

            Car il se trouve que lors de cette élection, il y a eu un nombre tout à fait impressionnant de votes blancs, sauf erreur du jamais vu. Si on fait le total des blancs et des nuls, on arrive à 4 millions de bulletins, donc de votants qui n’ont voté pour aucun des deux candidats en lice.

            C’est ce chiffre qui a permis d’installer la fiction selon laquelle Macron aurait été élu par une minorité de votants, plus celui de la baisse de la participation, puisqu’entre les deux tours, environ 1,5 millions d’électeurs s’abstiennent.

            Or, c’est faux: l’élection de Macron, c’est deux chiffres. Plus de 20,7 millions de gens ont voté pour lui, ce qui représente plus de 66% des voix.

            Si vous recherchez un candidat à l’élection présidentielle qui a atteint ou dépassé ces deux chiffres, vous n’en trouvé qu’un seul: Chirac en 2002 avec plus de 25,5 millions de votants représentant plus de 82% des voix.

            Or, cette élection de 2002 est une anomalie.

            Donc, à part une anomalie, Macron a sur-performé tout le monde, y-compris les monstres sacrés (de Gaulle et Mitterrand) et les outsiders comme Sarkozy qui ont pourtant été considérés à leur époque comme des phénomènes.

            Il n’y a qu’un chiffre où il est « seulement » très bon et pas excellent ou le meilleur, c’est le rapport entre le nombre de voix qu’il a obtenu et le nombre des inscrits: il fait seulement 43,6%, ce qui reste un score supérieur à celui de Sarko et de Hollande.

            Maastricht, on en parle après si vous voulez, mais déjà ce serait pas mal d’assimiler ce que je vous explique à propos de Macron, parce qu’à force de déformer la réalité, vous ne comprenez plus les choses, les malentendus s’accumulent et on ne peut plus discuter de rien.

            Là, le truc à comprendre est simple: que ça nous mette ou pas un manche a balai dans le cul, Macron a indiscutablement soulevé l’enthousiasme des électeurs en 2017 et il l’a emporté haut la main en réalisant une performance historique qui le place au sommet du podium de l’histoire des candidats.

            Le mec est un F15, quoi. Pas un F35. Et attention, je ne me prononce pas sur lui, sa façon de gouverner, sa politique ou autre. Je vous dis rien là-dessus, je ferme ma gueule. Je vous dis juste que en tant que candidat (une sorte de voiture de course, quoi) le mec est au sommet si on regarde les chiffres.

            Il est donc parfaitement légitime au regard de nos lois et de notre constitution: il a effectivement gagné ces putains d’élections en 2017, il n’y a pas à tortiller du cul en inventant des trucs qui n’existent pas et en se racontant qu’il a fait 16% et pas 66%.

            D’ailleurs, je ne sais pas trop de quelle arithmétique tordue sort ce chiffre de 16%, mais je suis prêt à parier qu’il faut faire rentrer pas mal de ronds dans des carrés pour le faire tenir debout.

            Les chiffres de base, second tour:

            Popu général: 67 M
            Inscrits: 47,6 M
            Votants: 35,5 M dont:
            – Exprimés: 31,5 M
            – Blancs et nuls: 4 M
            – Macron: 20,7 M
            – MLP: 10,6 M

            Si une âme compatissante pouvait m’expliquer d’où sort ce chiffre de 16%, qui s’est répandue comme une trainée de poudre sur Internet dès le lendemain de l’élection, je serais preneur.

          • LEONARD dit :

            @Tschock

            L’objectif de ceux qui contestent le résultat de l’élection présidentielle de 2017, c’est de délégitimer le gagnant.
            La méthode la plus courante, c’est d’oublier le second tour, dont vous parlez fort justement, pour se concentrer uniquement sur le 1er.
            https://mobile.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-elections/Election-presidentielle-2017/Election-presidentielle-2017-resultats-globaux-du-premier-tour

            La manip consiste à prendre les votes Macron 1er tour, 8 657 326 et à les rapprocher non pas des inscrits, 47 581 118, car çà donne 18.19% pour E.M, mais des 51 580 000 français en âge de voter alors (donc en incluant les non-inscrits), et çà donne 16.78%. En toute logique, on devrait arrondir au supérieur, mais c’est pas l’objectif, donc on arrondit à l’inférieur, et on trouve 16% !!!

            Bien entendu, ces gens passent sous silence que si Macron serait illégitime avec 16.78%, que dire de fifille avec ses 14,89%, sur la même base? (ramenés à 14% selon la même méthode d’arrondi)

            Il est également à noter que parmi les abstentionnistes (10 577 572 au 1er tour de 2017, 6 500 000 environ sont des mal-inscrits, suite à un déménagement, une radiation, une erreur, etc… Ces mal-inscrits ne sont souvent pas des réfractaires ou des contestataires, et en conséquence, leur vote ne peut-être assimilé à un positionnement politique.

          • tschok dit :

            @LEONARD,

            Merci pour l’info.

            Effectivement, c’est tordu: prendre les résultats du premier tour et les rapprocher de la population en âge de voter, ça ne veut rien dire, mais pourtant, force est de constater que ça a marché et que ce fameux 16% des voix s’est imposé dans les esprits.

            C’est remarquable.

            On peut raconter n’importe quoi, en fait, les gens y croient. Enfin pas tous…

        • Dr Bob dit :

          Bonjour felipe,
          « pour votre information, toutes les démocraties ont deux chambres parlementaires »
          Faux, la Nouvelle-Zélande, la Suède et le Danemark ont une législature monocamérale.

          « je vous laisse choisir les postes de députés à faire disparaître. »
          Le redécoupage des circonscriptions électorales n’est absolument pas interdit, ni infaisable.

          « des municipalités ou des communautés de commune, des agences nationales ou des agences régionales , et bien sur vous irez dire aux fonctionnaires de ces services qu’ils ne servent plus à rien. »
          L’augmentation massive des dépenses locales n’a pas été suivie d’une amélioration du service rendu ; il est donc tout à fait possible de réduire ces dépenses.

          Très cordialement,

          Dr Bob

          • Clément dit :

            Les dépenses locales augmentent car les mairies doivent compenser la lâcheté financière de l’état qui se désengage de la « vie quotidienne ».

          • felipe dit :

            tout à fait d’accord avec vous !ùais entre nos désirs de café du commerce , autrement dit les YAKA et la réalité politique, il y a un monde. si vous pensez qu’en france, on peut détricoter notre organisation parlementaire … les premiers à hurler seonrt les électeurs qui perdront leur représentants. quant à la réforme des fonctions publiques, les syndicats et les corporations de hauts foncitonnaires veillent. je ne parle pas du fonctionnaire qui est installé dans sa ville, est propriétaire et dont l’epouse a un emploi local. c’est cela la réalité de notre France
            enfin, comparaison n’est pas raison : vos trois exemples concernent des « petits » Etats , avec le respect que je leur dois. comparons nous avec les USA, l’allemagne, le RU ou l’Italie. c’est aussi oublier que les majorités parlementaires choisissent ensuite leur premier ministre qui est de ce fait à leur botte; ce que nous avions connue avec la 4e république. rappelez moi le nombre de gouvernements entre 1946 et 1958? amicalement

          • LEONARD dit :

            @Dr Bob,
            L’augmentation massive, sous couvert de décentralisation, des effectifs de la fonction publique territoriale fut à visée électoraliste.
            L’état ayant petit à petit réduit les dotations, en même temps que l’autonomie fiscale de ces organisations décentralisées, de même que leur capacité d’endettement, la décrue arrive.

            Lentement, mais sûrement.

      • Savancosinus dit :

        Quand on voit, rien qu’en ce qui concerne le sénat, dans quelle opulence et dans quel environnement ils vivent, vous croyez quand même pas qu’ils vont lâcher leurs avantages comme ça!

      • WTF dit :

        N’importe quoi…

      • Thomas dit :

        Excellent !

      • Mat49 dit :

        Quelques millions au mieux et supprimer la Cour des comptes est débile. Ensuite 2 milliards qui modernise le matériel existant ne va pas changer grand chose au problème soulevé.

      • NRJ dit :

        @Gaulois
        Je vous rappelle qu’on s’endettait de 70 à 80 milliards par an avant même le Coronavirus. A partir de là, si on a 2 milliards sous la main, c’est pas dans l’armée qu’ils iront…

      • Max dit :

        Le budget Défense de 2021, c’est 39,2 milliard, donc vos 2 Mds c’est des nèfles! Le budget britannique, c’est 8 Mds de plus avec des effectifs moindres, et ils doivent encore faire des chois difficiles, pour l’Allemagne c’est 3 milliards de plus et un budget en hausse!

      • John dit :

        Ou alors vous faites comme la Suisse, avec la politique qui n’est qu’une fonction de milice. Parmi les élus dans le législatif, très peu n’ont pas d’emploi à côté.
        Mais surtout, il y a des dépenses systémiques à enlever avant de s’attaquer à tel ou tel poste.
        Le Conseil Constitutionnel, la cour des comptes, la cour de justice et le sénat font partie du fonctionnement de base de la démocratie française, et sans ces institutions, il n’y aura plus le moindre contrôle sur l’exécutif, ce qui va faire exploser les fraudes, et les crimes divers, en particulier détournements de fonds. Et la France a déjà des problèmes avec ses politiciens qui sont sur le banc des accusé, condamnés et réélus, etc…

        Dans les dépenses systémiques totalement inutiles, il y a les divers niveaux de la politique en France.
        – départements et régions sont les 2 totalement inutiles en France… La verticalité de l’état français ne donne que très peu de marge de manoeuvre.
        Et au final, cela ne fait que multiplier les coûts dans tous les domaines où l’Etat, les départements et les régions partagent une responsabilité.
        Soit la France change cette situation et donne de réels pouvoirs à ces régions, ou alors il faut réduire leur coût de fonctionnement.
        Qu’il y ait un exécutif qui soit élu pour gérer les domaines de compétences, je peux comprendre. Mais des élus pour un conseil? Un Conseil n’est-il pas sensé voter des lois que l’exécutif doit respecter?
        Supprimer un échelon serait le grand minimum…

    • Frede6 dit :

      Pendant ce temps là on continue à investir massivement dans Scorpion. La quintessence de la rusticité.

    • Nono_petit_bo dit :

      C’est toi le manque de qualité! #T34 trop d’électronique nuit à la santé.

  2. Jul dit :

    Encore la preuve qu’on et incapable de privilégier le volume + la masse, on et toujours obligé de choisir le volume ou la masse… sa prouve qu’il n’on rien compris et quand il parle de; « très haute technologie » c’est un leurre et un mensonge aggravé ! car notre technologie et semblable (partiellement) à celle des USA et eux il ne fond aucun concession entre la technologie ou le volume puisque pour eux, c’est la technologie et le volume ! autrement dit vive les USA… Parce que au moins eux, ne fond pas dans la dentelle hein…

    • cipal dit :

      Pour la dentelle je ne sais pas mais fondre sûrement !

    • Prolegomen dit :

      S’il vous plait, relisez vous avant de poster. Le nombre de fautes dans votre message le rendent tout simplement illisible.

      • Jul dit :

        Bizarrement tout le monde à compris sauf le c****d que vous êtes, affligeant ! Vous ne savez pas que savoir écrire ne reflète pas l’intelligence ni les connaissances d’une personne ? NON vous êtes tellement plongé dans le reflet de vos propre tard que vous ne vous en rendez même pas compte ! quelle idiot ! Bah mettez des lunettes et vous comprendrez comme les 5 personnes qui on répondue ce message et qui sont plus intelligent que vous !

    • berger dit :

      et 22 000 mds de dettes…

    • Royal Marine dit :

      Oui… D’après vous… Parce que lorsque les Etats-Unis prolongent, une fois de plus l’A 10, c’est une double démonstration:
      -D’une part, la haute technologie (F 35) n’arrive pas à remplacer le rustique A 10 (un gros canon avec des ailes…), et c’est long (plus de 15 ans…), coûteux, et difficile à mettre au pont…
      -D’autre part, la masse et le volume ne font pas tout, car il reste finalement peu d’A 10, par rapport au nombre de F 35…
      La victoire est souvent affaire de compromis… Intelligemment pensés, bien sûr!

    • Ératosthène dit :

      @Jul : Divisez le volume par le nombre d’habitants et comparez.

  3. Titeuf dit :

    Ça parle, ça papote, ça discute….
    Pour qu’elle résultats ???
    Rien…le néant….
    Ou sont les nouveaux régiments ???
    Ou est la masse tant criée ????
    Rien….
    De la parlotte de comptoir de bar….
    Jusqu’au jour…..

    • Jack dit :

      @Titeuf : « Pour qu’elle résultats ??? Rien…le néant… »
      .
      Excepté les livraisons, les commandes et les études en cours de Griffon, Jaguar, Serval, … H160M, H225M, … Rafale F4, SCAF, Archange, … FDI, POM, future PA, … V-MAX, etc. Mais a part ça, vous avez raison, il ne se passe absolument rien 😉

      • Quistamer dit :

        Euh, vous êtes bien optimiste mon petit, il n’y a que du vieuxa matériel en dotattion !
        Une armée de l’air dépassée ; Rafale 4G , Mirages 2000, Alphajets, Pumas, Fennec, ATL 2, Transall, KC-135, Awacs.
        Una armée de terre dépassée ; Chars Leclerq (30 ans), AMX-10 (30 ans), ERC-90 (30 ans), VAB (35 ans), VBCI (20 ans), ça sent le rance tout cela ! Quand à la marine ; un porte avion en mi-vie, 5 sous marins Rubis en fin de vie, des frégates pour la plupart aussi vieilles que le monde…..
        Quand aux nouveaux programmes que vous évoquez, Griffon , serval et JAguar sont des programmes légers ne nécessitant pas d’investissements majeurs, Le h160 est extrapolé de la version civile et n’est pas un programme militaire. Le Rafale F-4 ne prommet rien de structurellement majeur jusqu’ici; l’adoption d’un bête casque avec écrans intégré relevant presque du foutage de geule ! Toujours pas de nouvelle génération de capteurs, pas d’écran panoramique, pas d’évolution du M-88. Comment peuvent ils parler de nouveau standard ? Quand au SCAF, je vous renvoie à son actualité…..Le programme Archange n’a rien d’amitieux, il s’agit juste d’un changement de plateforme d’un système déjà existant, les programmes POM et FDI c’est pour dans longtemps vu les investissements nécéssaires, le V-MAX a toutes les chances de finir comme le Neuron, des plateformes sans lendemain . Quand au futur porte avion, il faudrait d’abord que la marine soit correctement dotée en Rafale marine, ce qui n’est même pas encore le cas !…. Alors un nouveau PA….hahaha. Et donc je pencherai plutot pour l’avis de Titeuf !

        • farragut dit :

          @Quistamer
          Comme je le disais souvent, chez les avionneurs d’avions de combat, il y a deux métiers, comme chez Buitoni:
          1) ceux qui font la « boîte », c’est à dire les aérodynamiciens et les ingénieurs de structure (sans compter tous les travailleurs dans les usines, et ceux qui conçoivent les usines),
          2) ceux qui font le « dedans », c’est à dire les systémiers qui conçoivent et réalisent les systèmes d’armes et de soutien.

          Comme les cellules sont (bien) conçues pour durer 40 ans, c’est comme les « boîtes » de conserve, le consommateur ne voit pas beaucoup de différences dans les rayons du supermarché… Par contre, il peut lire les étiquettes (les Fiches Programme), et s’apercevoir que la composition du « dedans » (le « Standard Avion ») peut varier (en particulier la « provenance » et la qualité des ingrédients).
          Bref, « j’ai les mêmes à la maison », comme dit la publicité…
          Faites donc comme les consommateurs éduqués, lisez les étiquettes ! 😉

        • Bondia dit :

          Plus en plus de commentaires anti France.

      • Mat49 dit :

        « Excepté les livraisons, les commandes et les études en cours de Griffon, Jaguar, Serval, … H160M, H225M, … Rafale F4, SCAF, Archange, … FDI, POM, future PA, … V-MAX, etc. Mais a part ça, vous avez raison, il ne se passe absolument rien »

        Quel volume? Cela ne fait que pérenniser l’insuffisance.

      • Expresso dit :

        Ils ont déjà organisé un coup d’état aux Comores, pourquoi ils veulent contrôler les pays africains ?

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Ils ont déjà organisé un coup d’état aux Comores, pourquoi ils veulent contrôler les pays africains ? » Tiens « what else » est de retour!
          Question surprenante d’un petit coolie dont le pays est en train de contrôler les principales ressources minières de l’Afrique! Ca fonctionne toujours d’accuser son voisin de ses propres escroqueries, détourner l’attention et se faire passer pour la victime!

        • EBM dit :

          Tout le monde se fout de Madagascar qui est un des pays les plus pauvres du monde. La France est juste le bouc emissaire commode.

          • Expresso dit :

            la pauvreté des pays africains, grâce à vous, regardez bien le Rwanda, une fois dégager les occupants, ils sont sur une belle chemin maintenant.

          • EBM dit :

            On se demande bien pourquoi l’Ethipopie qui n’a presque jamais été colonisée est aussi pauvre…

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Comme d’habitude ! » Madagascar connait actuellement une famine (encore devrait on dire) lié au dérèglement climatique (que l’on met à toutes les sauces) et aussi et surtout à l’incurie des actuel dirigeants du pays! Dirigeant passés maître dans l’art de la corruption, de la prévarication. Pour détourner l’attention du peuple quoi de mieux qu’une bonne tentative d’assassinat, de coup d’état! Sans parler « d’amicaux » conseils de pays tiers
        Cela ne vous est apparemment pas venu à l’esprit et préférez accuser cette maudite France! ………………. Comme d’habitude!

    • felipe dit :

      avoir des tanks, c’est bien, mais faut-il encore avoir des hommes. et ce n’est pas qu’une affaire de solde. touts les métiers exigeants en termes de souplesse horaire ou de pénibilité, peinent à recruter : arméees, BTP, agriculture, pêche, pénitenciaire, restauration, distribution, etc. on veut du régulier, et du prédictible : 35 heures et pouvoir réserver ses vacances l’année prochaine.

    • John dit :

      Une telle discussion n’apporte pas des changements immédiats. Il y a des lois de programmation militaire, et ces lois prennent bcp de temps pour estimer les dépenses nécessaires, comment les répartir et quels choix stratégiques effectuer.
      Et une telle discussion permet d’orienter la stratégie du futur, et aussi de dépenser au mieux le budget de la défense qui est un budget énorme (je ne dis pas qu’il est suffisant, je dis qu’en coûts pour l’état, il est conséquent, et de fait, il est nécessaire de dépenser au mieux). De plus, les militaires, les services de renseignements ont des compétences particulières que n’ont pas tous les politiciens et décideurs politiques.
      Des analyses qui reviennent d’un conflit doivent permettre un retour d’expérience jugé pertinent par l’armée afin d’orienter au mieux la politique.

      Mais par contre, une telle discussion est un peu absurde, car elle fait l’hypothèse que la France devra un jour se défendre dans un conflit symétrique. Et cette hypothèse semble absurde pour une puissance nucléaire.
      Ou alors la France compte être capable d’attaquer des puissances militaires régionales. Et dans ce cas il faut le dire.
      Mais pour ce qui est de la défense, ce genre de discussion me semble problématique quant à la crédibilité de la dissuasion

  4. bzh dit :

    bon article et bonne analyse. je regrette que ds ce pays le poid du sénat soit assez faible.
    merci

  5. chimere dit :

    Troooooopppp fort…. La bite et le couteau.. Gentiment dit: expliquez nous ce dont vous avez besoin on vous expliquera comment vous en passer….. On ressort les bandes molletières, vous deviez avoir des pistolets laser, bon budget les gars on s’adapte on aura des billes de paint-ball (hey technologie….) oui monsieur on fait l’effort: de plusieurs couleurs.. On a déjà dépensé un tas de pognon en vous commandant un tas de matos innovant (ok, le bas de game parce que ça crevait le budget, validé avant de l’avoir essayé sur des zones de combat où oui il « souffrira » et sera rapidement inopérationnel) alors vous pouvez vous aussi faire des efforts de votre côté…..et puis vous savez faire: 14-18 avec le matos de 1870, 39-45 avec le matos de 14-18 (au bout de 2 mois c’était plié) de notre côté nous avons la solution; l’armistice et la collaboration (parce qu’on compte bien garder nos places…..)

  6. Plusdepognon dit :

    Cela s’appellera la simulation.
    https://blablachars.blogspot.com/2020/10/la-simulation-scorpion-pour-agueris-et.html

    Pour l’utilisation des véhicules et des armes, moins de dépenses et de MCO.
    Pour les soldats, entraînement pendant les heures de service et retour chez soi à l’issue, pas d’aléas climatiques (chaleur, froid, humidité, pluie, neige, boue, etc…), pas de marche de fatigue, pas besoin d’attendre la nuit pour faire les missions en conditions réelles et pas de nettoyage de l’armement…

    Si avec ça, on ne fidélise pas…

  7. PK dit :

    Suite aux idées brillantissimes experts qui inondent les palais élyséens et qui font preuve d’une efficacité absolue en terme de réussites, il faut au choix :

    – monter en puissance selon un calendrier qui nous donnera notre plein potentiel entre 2050 et 2070 (mais sans doute plus proche de 2090 que 2070 selon le rythme des réformes à entreprendre). En attendant, il faudra laisser une lettre d’attention (autocertifiée bien entendu par l’émetteur, mais dont le modèle serait en libre chargement sur le site du gouvernement) à tous nos ennemis potentiels afin qu’ils patientent.

    – une stratégie plus efficace consisterait à déployer un nouveau type de vaccins. Bon, il ne serait pas forcément hyper efficace contre l’ennemi, laissant quelque fois des trous dans la raquette (et dans le corps), mais globalement, selon des études faites par des doubles aveugles, ils seraient quand même efficaces à 103,2%. Du coup, en vaccinant tout le monde (avec un rappel toutes les deux semaines), nous serions immunisés contre la haute-intensité. Bien sûr, le vaccin ne serait pas obligatoire (on enverrait juste en prison ceux qui ne veulent pas. Ils auront alors là-bas le choix entre la piquouse et le peloton).

    N’en parlez pas à l’excité post-pubère aux manettes. Il risque de rater une ligne…

    • lxm dit :

      Ce n’est malheureusement pas tant exagéré.

      Je penserais plutôt à former l’équivalent moderne des Tercios: alliance du feu( attaque à distance) et de la pique( défense rapprochée). Les tercios avaient disparus à cause de leur lenteur( à pied) face au progrès de l’artillerie et artillerie mobile, l’espagne s’était trop reposée sur un modèle sans le faire évoluer. On avait déjà un programme analogue avec les « bulles » autour d’unités mobiles, mais le matériel n’est simplement pas adapté, faiblard. L’objectif actuel pour le front EST de 2 divisions à 4 brigades chacune peut sembler ridicule pour un pays de presque 70 millions d’habitants, mais cela ne peut fonctionner que dans une coalition format OTAN, elles seraient annihilées sinon. Je pense qu’on compte beaucoup trop sur la fameuse « dissuasion nucléaire » nouvelle ligne maginot, dissuasion qui est complètement incohérente avec la manière de penser de notre système politique actuel( qui pour rechercher un zéro mort en maladie retire liberté et bousille l’économie de base).
      Nous commençons, je pense, à ne plus nous apercevoir de notre déclassement face à de nouveaux pays comme la Turquie mais d’autres en asie, qui ont été presque entièrement transformés en 20 ans de productivité intensive. L’UE, l’otan apparaissent comme de moyens de diluer notre responsabilité pour ne plus nous occuper sérieusement de notre pays, village par village. Des petits pays comme Israël Singapour, Taiwan, nous rendent ridicules. La corée du sud est peut-être le pays auquel on pourrait le plus se comparer pour tenter au moins de faire aussi bien qu’elle.

      • Fred dit :

        @ lxm

        L’Armée française ne disposerait donc pas de nombreux Appuis terrestres aériens et maritimes ?

        MANUEL D’EMPLOI DE LA SECTION APPUI DES COMPAGNIES D’INFANTERIE
        https://fr.calameo.com/read/000413241241caf0fa143

        • Sempre en Davant dit :

          La production d’AMX10P chinois qui est ralentie par le covid voila le problème.

          Il est de 1999 ce TTA les moyens qu’il évoque (avec un TTA on devrait dire qu’il espère ou qu’il énumère) il y a bien longtemps qu’on a les retiré du service avec le reste de ce qui n’a jamais été perçu.

          Et quelle idée de mettre un TTA en ligne !?!
          De toute façon au troisième jour il faudra apprendre a tailler ses silex dans le noir : plus de courant!

  8. blavan dit :

    Les sénateurs tombent à nouveau sous le « charme » de la haute intensité, concept fabriqué alors qu’aucun de nos voisins ne nous menace. Nous avons la chance d’être le troisième ou quatrième exportateur d’arme au monde et , nous ne maintiendrons pas cette plus value technologique si nous fabriquons du rustique . Ce créneau est déjà pris . Il nous faut de la haute technologie à haute valeur ajoutée et si nous devons avoir une armée échantillonnaire , c’est autant de chance pour présenter notre matériel , car en l’absence de menaces directes, nos militaires doivent être les VRP de nos usines d’armement. C’est d’ailleurs le but de notre armée sur encadrée , pour ne pas dire mexicaine. Pour la menace ultime nous avons le nucléaire , et cet équilibre a bien tenu jusqu’à présent.

    • Kohps dit :

      Toujours cette habitude d’avoir une guerre de retard. La dernière fois, ça ne s’est pas bien passé pour nous

    • EBM dit :

      @ Blavan « Les sénateurs tombent à nouveau sous le « charme » de la haute intensité, concept fabriqué alors qu’aucun de nos voisins ne nous menace.  » Allez expliquer ça aux pays de l’Est et à la Grèce.

      « Nous avons la chance d’être le troisième ou quatrième exportateur d’arme au monde et , nous ne maintiendrons pas cette plus value technologique si nous fabriquons du rustique . » Le rapport ne propose pas de ne fabriquer que du rustique.

      « et si nous devons avoir une armée échantillonnaire » Le rapport démontre que c’est une absurdité car ça coûte mais ça ne sert pas à grand chose.

      « nos militaires doivent être les VRP de nos usines d’armement. » C’est actuellement leur seul capacité et ils le font bien.

      « C’est d’ailleurs le but de notre armée sur encadrée , pour ne pas dire mexicaine. » Elle au contraire sous encadrée « « Le taux d’encadrement de l’armée de Terre est inférieur à 12% – il tombe même à 8% dans les forces terrestres – alors qu’il est d’environ de 14% aux Etats-Unis et au Royaume-Uni » » (cf: http://www.opex360.com/2019/11/15/bataille-des-competences-oblige-larmee-de-terre-veut-faire-passer-son-taux-dencadrement-de-11-a-13/)

      Alors même que dans la logique des choses elle devrait être surencadrée justement car sa seule utilité avec le volume qu’elle a ne peut être que de servir de socle pour remonter en puissance. Elle ne rien faire avec le format qu’elle a.

      « Pour la menace ultime nous avons le nucléaire , et cet équilibre a bien tenu jusqu’à présent. » le nucléaire est destiné à répondre à un nombre très restreint de menace, mais pour le reste il faut des forces conventionnelles, on ne va pas faire une guerre nucléaire s’il s’agit d’aider un membre de l’OTAN attaqué de manière conventionnelle, on ne le fera qu’en dernier recours si notre territoire est menacé. Après tout dépend de notre stratégie, si nous proclamons notre neutralité, et que nous sortons de l’OTAN ce que vous proposez se tient.

      • blavan dit :

        @EBM. Vous trouvez que notre armée est sous encadrée, faites le ratio entre la troupe et les lieutenants colonel, vous aurez des surprises. Le terme sous encadré ne veut rien dire, il faudrait avoir exactement les chiffres de chaque grade du 2ème classe au général. Je sais ces chiffres sont secrets, donc on ne pourra jamais vérifier.

    • berger dit :

      depuis l’avenement du nucléaire nous avons été menace par qui ?

      • Fred dit :

        @ berger

        Manière un peu shadockienne de se rassurer « ce qui n’est jamais arrivé n’arrivera jamais ».

      • lgbtqi+ dit :

        par différents mouvements terroristes, dont les derniers en date sont les frères islamistes, la qaïda et la dèche.
        Et il existe des menaces diffuses : politiques, mais aussi informatiques.

        • blavan dit :

          Où est le rapport entre le terrorisme et la haute intensité, on n’à jamais combattu le terrorisme dans nos banlieues avec des chars lourds. Par contre par manque de prison, on laisse une impunité terroriste se développer. Aujourd’hui c’est de prisons dont on a besoin, pas de haute intensité.

          • lgbtqi+ dit :

            il se pourrait qu’un jour, terrorisme et opposition de haute intensité travaillent de concert …

            il se pourrait également que le terrorisme devienne de « haute intensité », non par les moyens employés mais par les enjeux, comme la cohésion d’une nation face à lui, ou par ses cibles hautement dangereuses.

            Pourvu que ce ne soit pas le cas.

            Cross fingers !

    • Fred dit :

      @ blavan

      « aucun de nos voisins ne nous menace » : vite dit en Indo-Pacifique ! Voir par la Russie, voisine de nos voisins et amis.

      Les guerres débutent souvent où et quand on ne les attend pas, parfois par un « battement d’aile de papillon », parfois à « l’insu de leur plein gré » des nations. Le monde actuel est tout de même assez tendu, c’est un euphémisme.

      Il n’y a pas que le territoire national qui peut être menacé : la circulation maritime, qui doit aussi se défendre à terre : Ormuz, Suez… Et l’accès aux ressources : Moyen Orient et autres.

      Un impérialisme peut nous dicter ses lois sans même intervenir (et ce d’autant plus si nos moyens militaires sont chétifs). L’impérialisme US nous dicte sa loi (en échange de sa protection), il pourrait les durcir (CF. D. Trump second mandat ou un autre), il pourrait aussi être remplacé par un autre pays impérialiste encore plus exigeant, voir esclavagiste.

      On ne peut tout régler par le nucléaire, il faut des forces classiques conséquente :
      – pour ne pas risquer d’être détruits en quelques heure ; la riposte nucléaire est trop catastrophique pour ne pas laisser un temps pour que cette menace soit comprise, appréciée et qu’elle fasse effet.
      – pour la même raison, on ne peut écraser écraser une mouche avec le marteau nucléaire. Penser aux guerre hybrides, aux grignotages de territoires (chine). Si un de nos alliés en était victime, il serait délicat de répondre autrement que par des forces classiques.

      • NRJ dit :

        @Fred
        Dans les océans indiens et pacifique, la France est de toute façon trop éloignée pour pouvoir intervenir « en force ». Au mieux on peut soutenir des alliés, et c’est à peu près tout.

        « Les guerres débutent souvent où et quand on ne les attend pas, parfois par un « battement d’aile de papillon », parfois à « l’insu de leur plein gré » des nations. Le monde actuel est tout de même assez tendu, c’est un euphémisme. ». Oui et non. On ne lance pas une guerre totale du jour au lendemain. On n’irait pas envahir dès demain l’Italie. Une guerre totale est le résultat d’un désaccord profond et d’une montée importante des tensions, comme on a pu l’observer dans les années 30 ou dans les années 1900. Une telle augmentation de tensions est visible. Après, cela n’empêche qu’il peut y avoir des tensions et des menaces et que l’armée doit pouvoir s’y adapter. Dans ce but, avoir un budget à 2% du PIB semble cohérent (on dépensait 3% du PIB dans l’armée à la fin de la guerre froide alors qu’on avait un adversaire désigné et puissant).

        • Mat49 dit :

          @ NRJ « Au mieux on peut soutenir des alliés, et c’est à peu près tout. » symboliquement avec la parole mais pas plus.

          Les 2% nous y sommes quasiment et cela ne farait que pérenniser l’existant sans rattraper les sous investissement des 30 ans passés. indexer est stupide et surtout totalement inutile.

          Croire en plus que l’adversaire va nous laisser le temps est encore plus stupide. Ce que vous proposez c’est de revivre 1940.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            « Les 2% nous y sommes quasiment ». Je parle de 2% du PIB sur le long terme. Normalement, la croissance française devrait remonter la pente. Donc sur le long terme, il faut quand même une augmentation du budget de la Défense pour les atteindre. S’il faut un objectif chiffré, il faudrait reprendre le chiffre de 2% de PIB basé sur le PIB française de 2019.

            « Croire en plus que l’adversaire va nous laisser le temps est encore plus stupide. Ce que vous proposez c’est de revivre 1940. ». Parce que vous croyez qu’Erdogan serait capable d’opposer à la France une marine de 10 porte-avions et de 40 sous-marins du jour au lendemain ? Et on serait incapable de le voir ? Faudrait vraiment qu’on soit miro…
            En soit, l’armée française est mieux doté humainement, matériellement et technologiquement que la quasi-totalité des pays de notre région du monde (mis à part la Russie, mais là l’appui de l’OTAN sera de nature à contrebalancer). Si on n’est pas capable de les maîtriser, c’est qu’il y a un problème de compétences au sein de l’armée, et la réponse n’est pas financière. Filer de l’argent à un système qui ne marche pas, c’est même contre-productif.

          • Mat49 dit :

            « En soit, l’armée française est mieux doté humainement, matériellement et technologiquement que la quasi-totalité des pays de notre région du monde » Elle ne peut quasiment rien aligner en pratique comme l’explique le livre blanc de 2013. Même si elle alignait tout ce qu’elle a sur le papier, elle serait très inférieure en nombre aux ennemis potentiels, et elle ne peut pas durer faute de stock de munition de carburant et de pièces détachées. C’est dénoncé depuis des années, l’actuel CEMA s’était plein que le mot stock soit un gros mot alors que c’est vital.

            Comme les budgets sont trop réduits depuis 30 ans nous n’avons presque plus de troupes, de matériel, de stocks et de réserves, donc nous ne pouvons pas encaisser les pertes qu’une armée régulière, qui serait juste plus nombreuse et bien entrainée avec un équipement moyen, pourrait nous infliger. Nous n’avons pas assez de troupes pour tenir un front même réduit, nous n’avons pas de moyens lourds pour de l’urbain ou du mécanisé. Nous ne pourrions même pas aider les américains en quoi que ce soit de manière efficace en conventionnel comme le noté la rand coporation.

            « Parce que vous croyez qu’Erdogan serait capable d’opposer à la France une marine de 10 porte-avions et de 40 sous-marins du jour au lendemain ? Et on serait incapable de le voir ? » Ce n’est pas le sujet, le sujet serait plutôt : la Russie ou la Turquie font un exercice à nos frontières (qui sont celles de Shenghen) et l’exercice s’avère la concentration avant une attaque déclenchée à la fin de l’exercice. Dans ce cas, nous ne pourrions qu’apporter un soutien symbolique. Car la petite demi brigade légèrement équipée qu’on pourrait déployer au bout d’une semaine ne peut rien faire de par son volume. Et je ne parle pas du cas où il faut aller affronter une autre armée plus loins, là c’est au plus proche.

            « Si on n’est pas capable de les maîtriser, c’est qu’il y a un problème de compétences au sein de l’armée, et la réponse n’est pas financière. » Vous êtes favorable à une petite hausse du budget (2% du PIB puis toujours coller au 2% après) qui maintienne juste le non modèle échantillonnaire actuel. Donc vous etes pour qu’on ne puisse pas aligner plus de 15 000 hommes en même temps, à condition d’avoir eu six mois de préavis, et de ne combattre que quelques semaines. Donc vous êtes favorable à des mesures qui empêchent notre armée d’affronter une autre armée un tant soit peu équipée et entrainée pour ensuite reprocher à nos soldats les conséquences désastreuses du non modèle actuel que vous défendez.

            Non modèle dont l’objectif est juste d’avoir une vitrine pour l’industrie d’armement (car tout est misé sur l’export pour la sauver) et au maximum refaire Licorne. Donc si on ne peut pas faire de la haute intensité c’est normal notre armée n’a pas été organisée pour par les décideurs politiques.

            Ce que vous dites revient à crever les pneus d’une voiture pour l’accuser d’être lente. Bref un énorme foutage de gueule. Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage.

            Mais pour vous paraphraser/citer : »a quoi servent les moyens lourds de déminage, de pontage, de transport, de santé, les chars, les avions, les fantassins, les canons, la DCA, la logistique, car à l’avenir nous ne ferons que casser pick up rouillé dans le désert », le truisme: « on ne va pas refaire barbarossa » ou l’hilarant: « on aura le temps de mobiliser ».

            Bref si vous etes pour le non modèle échantillonnaire actuel et que vous croyez qu’on peut faire quoi que ce soit militairement en haute intensité avec c’est que vous ne comprenez rien au sujet. Car les généraux expliquent le contraire à longueur d’audition parlementaires, les généraux vous donnent tort et le rapport évoqué également de la première à la dernière ligne. S’ils disent cela ce n’est pas pour le plaisir d’avoir des moyens mais parce que les généraux réfléchissent (ou le gros mot!) au cas où ils devraient mener une guerre de haute intensité, car le non modèle actuel est taillé pour ne pas pouvoir le faire. Car ses concepteurs ont prétendu (ni déduit ni induit) que le monde resterait figé et qu’on pouvait supprimer de quoi faire la guerre pour justifier les restrictions budgétaires.

          • Gaulois78 dit :

            Bonjour, vous avez bien raison…
            Avec ces 2 % l’armée arrive juste à survivre, elle est à l’os, pour refaire du gras elle a besoin d’un budget immédiat de 3%, soit un montant de +- 60 milliards €…
            Elle n’en a pas les moyens, nos sous financent généreusement l’ensemble du continent africain, moyen orient, Dom-Tom ainsi que la politique expansionniste sans fin de l’UE pro allemande…
            A titre d’exemple la France finance le plan européen pour sauver l’Italie, l’Espagne, Pologne, Hongrie …Les fameux 40 milliards offert par Bruxelles nous coûteront 67 milliards en remboursement…Quand à notre participation au budget de l’UE il suffit de regarder les montants de ces dernières années pour comprendre que « nos amis » veulent les oreilles et la queue France, ils ont compris que la veulerie de nos dirigeants est sans limite…

          • NRJ dit :

            @Mat49
            « Elle ne peut quasiment rien aligner en pratique comme l’explique le livre blanc de 2013 ». Ah ben si. Elle peut aligner de l’ordre de 15 000 hommes. Ca peut vous paraître faible, mais 15 000 hommes entraînés, technologiquement et matériellement bien équipé, c’est une force importante. Après, vous pourrez toujours me dire que c’est moins que l’effectif de la Grande armée en Russie et qu’il y a donc une perte de capacité. Et c’était le livre blanc de 2013. Depuis, les effectifs ont augmenté avec le livre Blanc de 2019, vous semblez l’oublier.
            « elle serait très inférieure en nombre aux ennemis potentiels, et elle ne peut pas durer faute de stock de munition de carburant et de pièces détachées ». Quels ennemi potentiel dans notre partie du monde est supérieurement doté en munitions, carburant, pièces détachées, et est technologiquement et matériellement supérieur à l’armée française ? Mis à part la Russie, qui ferait face en retour à l’OTAN, je ne vois pas.

            « Nous n’avons pas assez de troupes pour tenir un front même réduit, nous n’avons pas de moyens lourds pour de l’urbain ou du mécanisé. ». Si nous n’en sommes pas capable, qui le serait dans notre partie du monde (mis à part la Russie ?). Et pour la Rand, ils admettent que la France serait un allié très fiable et capable de faire face pendant un certain temps. Donc au contraire on peut aider les américains. Après faut il selon vous s’apprêter à faire face à une offensive russe massive style Barbarossa ? C’est la réponse à cette question qui déterminera si le bilan de la Rand est insatisfaisant ou si c’est hors sujet. Pour l’armée française, la réponse est clairement non.

            « Et je ne parle pas du cas où il faut aller affronter une autre armée plus loins, là c’est au plus proche. ». Si on doit affronter une armée plus loin, c’est qu’on peut se permettre de monter en puissance pendant 6 mois-1 an pour se préparer à l’affronter, non ? On n’a pas besoin d’entretenir une armée en état de guerre total simplement pour le « au cas où un ennemi TRES puissant doit être combattu DANS LES HEURES QUI SUIVENT sans quoi le monde court à sa perte ».

            « Vous êtes favorable à une petite hausse du budget (2% du PIB puis toujours coller au 2% après) qui maintienne juste le non modèle échantillonnaire actuel. ». C’est votre analyse parfaitement subjective. 2% du PIB c’est le budget adapté à un modèle de forces capables de contenir les menaces. Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’OTAN. Maintenant, vous vous sentez peut-être supérieur intellectuellement aux gars de l’OTAN, ça ne veut pas dire que vous avez raison.
            Mais je vous demande quand même: quel budget préconisez vous ? Et surtout pourquoi ?

            « Donc vous etes pour qu’on ne puisse pas aligner plus de 15 000 hommes en même temps, à condition d’avoir eu six mois de préavis, et de ne combattre que quelques semaines. ». Quelle autre armée serait capable de faire cela ? Sinon, je rappelle une nouvelle fois que vous vous basez sur le Livre blanc de 2013, et que le Livre Blanc de 2019 devrait changer ce genre de chiffres, puisque le budget a augmenté depuis.

             » le truisme: « on ne va pas refaire barbarossa » ou l’hilarant: « on aura le temps de mobiliser ». ». Question simple: quel pays serait capable de nous envahir ou de détruire nos intérêts vitaux sans que nous puissions répondre et sans que nous puissions lui occasionner suffisamment de dégâts avec l’armée dont nous disposons actuellement ?

            « Car les généraux expliquent le contraire à longueur d’audition parlementaires ». Les généraux veulent plus de budget, c’est normal et ça fait partie du jeu. Maintenant, prenez du recul, et dites moi combien on devrait dépenser pour que le budget soit à vos yeux suffisant, et surtout pourquoi un tel chiffre ?

    • Thom dit :

      De nombreux pays en Europe et pas seulement ceux membre de l’OTAN parle du retour du risque d’une guerre de haute intensité mais un internaute du nom de blavan a tout compris lui et ne voit pas la menace. Ne tentez surtout pas une reconversion en analyse de risque vous ne ferez pas carrière.

      • blavan dit :

        @Yhom.C’est vrai que j’avais oublié que nous sommes dans le monde des communicants , des analystes de risque , des influenceuses , des intermittents du spectacle bref de tout ce que produit notre éducation nationale droguée au sciences humaines. Heureusement qu’on a le plombier polonais pour s’occuper des fuites d’eaux.

    • Mat49 dit :

      @ Blavan vous n’avez rien compris. Ils partent de la réalité et constate que la haute intensité a beaucoup plus de chances de survenir à nouveau.

  9. EBM dit :

    Cet article pourrait être intégralement dédicacé à @NRJ.

    • NRJ dit :

      @EBM
      Cet article montre juste qu’il y a possiblement un problème de doctrine dans l’armée française et non pas un problème de budget comme vous l’avancez. A force de se concentrer sur l’asymétrique, on perd des capacités pour la guerre de haute intensité.

      • EBM dit :

        @ NRJ la doctrine n’est pas déconnectée du budget.

        « A force de se concentrer sur l’asymétrique, on perd des capacités pour la guerre de haute intensité. » Nous avons perdu sur les deux tableaux et l’asymétrique et le symétrique, au final nous ne pouvons faire ni l’un ni l’autre efficacement. Si on s’était concentré sur l’asymétrique nous aurions une armée capable de faire au moins un type de guerre, et de deux cette armée serait de conscription car taillée pour refaire du similaire à l’Algérie en plus moderne.

        Mais in fine je disais ça surtout car l’article s’oppose à absolument au statu quo que vous défendez: « Plus généralement, le retour de la haute intensité suppose de se réapproprier des capacités jusqu’alors délaissées [comme par exemple les moyens lourds de déminage] et de planifier « l’accroissement des volumes d’équipements et de munitions » au cours des années à venir, lit-on dans le rapport.

        Quoi qu’il en soit, ses auteurs posent la question de savoir s’il faut choisir entre la « masse » et la « technologie », notamment pour l’armée de Terre. Mais ils n’y apportent pas de réponse définitive dans leur rapport.

        La « très haute technologie reste nécessaire. D’une part, tous les conflits de demain ne ressembleront pas à celui du Haut-Karabagh. Des opérations asymétriques, dans un contexte de supériorité aérienne, doivent bien sûr continuer d’être envisagées » et la haute intensité étant « aussi une bataille du ‘temps d’avance’ », elle reste un « atout majeur », écrivent M. Cigolotti et Mme Carlotti. »

        Ou encore: « Aussi, estiment-ils, les « hypothèses d’engagement majeur doivent prendre en compte la possibilité d’un préavis très court et donc d’une montée en puissance très rapide », ce qui suppose donc d’approfondir « nos efforts en matière de renseignement et d’anticipation, s’agissant non seulement des ‘capteurs’ mais aussi des moyens d’analyse, notamment en termes de ressources humaines ».

        Par ailleurs, ce conflit du Haut-Karabakh a démontré, s’il en était encore besoin, que la « guerre de haute intensité est une guerre de stocks, une guerre économique, très consommatrice en équipements et en munition » et qu’elle « signifie aussi, potentiellement, des pertes humaines et matérielles beaucoup plus importantes que celles que subissent aujourd’hui les armées occidentales dans leurs opérations extérieures ».

        Or, avec les restrictions budgétaires qu’elles ont connues, les forces françaises sont devenues « échantillonaires », c’est à dire que la prime a été donnée à la « qualité » [et à la haute technologie] au détriment de la quantité [et donc de la masse]. Ce qui réduit leur marge de manoeuvre étant donné que l’on hésite d’autant plus à engager des équipements coûteux quand on risque de les perdre. »

        Pour vous nous avions raison d’être impotent, le rapport dit l’invers.

        • Reality Checks dit :

          « refaire du similaire à l’Algérie en plus moderne.  »
          La gégène en direct sur Twitch avec un iPhone?
          Les corvées de bois sur Youtube?
          Ou les crevettes Bigeard en Caracal?

        • Mat49 dit :

          @ EBM +1

        • Mat49 dit :

          @EBM en quoi la contre insurection necessiterait une armée de conscription? A aucun moment les états unis n’ont eu à rétablir la conscription pour l’Irak et l’Afgha, et ont gagné en Irak sans.

          De plus la conscription serait très impopulaire, déjà en Algérie l’opinion publique grinçait des dents, alors s’il fallait déployer des conscrits au Sahel ce serait contre productif pour l’opinion. L’adversaire ciblerait prioritairement les conscrits pour saper l’opinion.

          Sans parler du fait que pour divers raison il faudrait exempter la quasi totalité de la classe d’âge pour divers raison. Ce ne serait pas praticable du tout, la professionalisation est une très bonne chose.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            « [les USA] ont gagné en Irak sans ». Ne plaquez pas des vérités générales là où elles n’ont pas lieu d’être. Les USA n’ont pas gagné en Irak. Preuve en est, 4 ans après leur départ, ils ont dû revenir. Maintenant, si vous estimez pour des raisons qui m’échappent qu’ils ont gagné, rajoutez un « je pense que » ou « j’estime que ». Mais ne faites pas d’affirmations péremptoires uniquement sur des opinions personnelles.

          • EBM dit :

            @ Mat49 si on voulait avoir de la masse sans trop de coût c’est la seule solution. Ou alors on paye des engagés.

          • Mat49 dit :

            @ NRJ « Ne plaquez pas des vérités générales là où elles n’ont pas lieu d’être. Les USA n’ont pas gagné en Irak. Preuve en est, 4 ans après leur départ, ils ont dû revenir. » Les USA ont gagné en 2007 ce qu’il a leur a permis de partir en 2011 puis ils sont revenu en 2015 aider les Irakiens à gagner à nouveau.

            Ne faites pas d’affirmations péremptoires uniquement sur du dénie, ni l’état islamique de 2014 à 2018, ni Al Quaeda de 2003 à 2011 n’ont battu les Etats Unis. Ce sont des faits aisément vérifiables, pas des opinions.

          • Reality Checks dit :

            « La guerre est un acte de violence dont l’objectif est de contraindre l’adversaire à exécuter notre volonté. » -Clausewitz

            Vu la domination de l’Iran sur la vie politique irakienne, d’une part, et les conquêtes des Talibans en Afghanistan, il faut être aveugle pour affirmer que ces guerres ont été gagnées.
            .
            Les +6000 milliards dépensés par les USA dans ces deux théâtres ont servi à engraisser les top executives de Halliburton, Goldman Sachs, Lockheed, Northtrop, Blackwater, Mc Kinsey et j’en passe et des meilleures.
            .
            Grâce a ces guerres profitables, les cadres dirigeants de Halliburton et Co s’achètent une McMansion à Dallas, un Penthouse sur 5th Avenue, une hacienda méditerranéenne à Palm Beach et avec le reste ils financent les poitrines augmentées et les injections de botox de leurs épouse et de leurs maîtresses.
            .
            Vu le peu d’impôts qu’ils payent, les fédéraux s’endettent auprès de la Chine pour payer les prothèses des jambes déchiquetées du soldat de 19 ans qui a sauté sur une IED à Fallujah.

            L’Amérique profonde l’a compris, c’est pour cela qu’il ont élu Trump en 2016.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            « es USA ont gagné en 2007 ce qu’il a leur a permis de partir en 2011 puis ils sont revenu en 2015 aider les Irakiens à gagner à nouveau. ». Si les irakiens ont eu besoin d’aide à nouveau en 2014 (et non 2015) c’est que visiblement le job n’est pas fait. Les USA ont échoué à détruire la radicalisme islamique (que celui-ci s’appelle EIIL ou Al-Quaïda) en Irak, et ont dû y revenir seulement 3 ans après leur départ.

            « Ne faites pas d’affirmations péremptoires uniquement sur du dénie, ni l’état islamique de 2014 à 2018, ni Al Quaeda de 2003 à 2011 n’ont battu les Etats Unis. Ce sont des faits aisément vérifiables, pas des opinions. ». Ils n’ont pas battu les USA, mais les USA ne les ont pas battu non plus au moins avant 2016 (avec la fin de l’EIIL).

          • Mat49 dit :

            @ EBM on peut parfaitement avoir de la masse grâce à des réserves efficaces et des pro plus nombreux. Quand on voit l’efficacité expéditionnaire des réservistes US ou anglais ça laisse songeur.

        • NRJ dit :

          @EBM
           » Nous avons perdu sur les deux tableaux et l’asymétrique et le symétrique, au final nous ne pouvons faire ni l’un ni l’autre efficacement ». C’est faux. Nous sommes une des nations les plus aptes à faire de la contre-insurrection. En témoigne l’opération Serval. Quel autre pays mis à part les USA et éventuellement la Russie aurait pu mener une telle opération à 5000 km de ses frontières ? Le fait d’avoir une défaite politique au Mali ne doit pas cacher la victoire militaire.

           » et de deux cette armée serait de conscription car taillée pour refaire du similaire à l’Algérie en plus moderne. ». Non, on ne souhaite pas refaire l’Algérie en plus moderne. On n’a pas vocation à faire une armée capable de faire uniquement de la basse intensité, et on n’a pas vocation à pouvoir contrôler un pays entier tout seul. Enfin, on a vocation à limiter au maximum le nombre de mort, donc d’assurer un équipement important et une technologie avancées aux forces, et donc un coût supérieur par hommes (dit simplement, le soldat français au Mali coûte plus que le para français en Algérie), ce qui n’est pas compatible avec la mission consistant à « refaire l’Algérie en plus moderne ».

          Sur la phrase de @Laurent Lagneau: « Mais ils n’y apportent pas de réponse définitive dans leur rapport. » Je ne comprends pas. Bien sûr que si, ils apportent une réponse définitive. Ils affirment qu’il faut trouver un compromis : « l’arbitrage entre technologie et rusticité doit être repensé en profondeur , ce qui est logique. Il ne faut pas opposer masse et technologie. Les deux sont complémentaires et évidemment un équilibre est à trouver entre les 2 notions, j’espère que vous en conviendrez.

          « Pour vous nous avions raison d’être impotent, le rapport dit l’invers. ». Avec 2% du PIB dans la Défense on n’est plus impotent. Ou alors l’armée est mal gérée, et dans ce cas dépenser plus ne servirait à rien. Et je ne vois pas où je dis que nous avions raison d’être impotent, vous serez gentil d’expliquer si par hasard vous êtes capable de voir autrement qu’en noir et blanc.

          • EBM dit :

            @ NRJ « En témoigne l’opération Serval. » Serval n’est pas de la COIN mais du conventionnel de basse intensité. Et avec l’effectif que nous pouvons déployer à l’extérieur nous sommes par définition inapte en COIN sauf contre quelques centaines de combattants. En témoigne Barkhane.

            « Le fait d’avoir une défaite politique au Mali ne doit pas cacher la victoire militaire. » Il n’y a ni l’un ni l’autre.

            « Non, on ne souhaite pas refaire l’Algérie en plus moderne. » Je n’ai pas écris que nous le souhaitions, vous ne lisez pas ou alors vous n’êtes pas francophone.

            « Il ne faut pas opposer masse et technologie. Les deux sont complémentaires et évidemment un équilibre est à trouver entre les 2 notions, j’espère que vous en conviendrez. » Entièrement d’accord mais c’est contradictoire avec ce qu evous dites en permanence.

            « Avec 2% du PIB dans la Défense on n’est plus impotent. » La preuve que non puisqu’on est presque à 2% même sans tenir compte du COVID.

            « Ou alors l’armée est mal gérée » Elle est au contraire bien géré la preuve malgré tous le shandicaps que vous vouslez lui mettre elle arrive encore à faire un petit quelque chose.

            « Et je ne vois pas où je dis que nous avions raison d’être impotent » Quand vous dites qu’il n’y a rien à chager dans notre modèle d’armée qui ne nous permet de ne quasi rien faire. Et surtout pas en haute intensité où nous sommes à 0.

            Voilà une citation que vous devriez questionner: « un conflit majeur n’est pas improbable – on voit en Libye quelque chose qui s’en approche. Face à une crise majeure, il faut être prêts d’emblée, et il faut être résilients, savoir encaisser les chocs, sinon nous serons balayés » Si vous êtes pour le modèle d’armée actuelle c’est que vous êtes en désaccord absolu avec celui qui a dit ça.

          • Gaulois78 dit :

            Bonjour,
            Vous avez fait l’inventaire du matériel des 3 armées en
            avions, chars, véhicules, navires, munitions lourdes, armes légères et missiles de toutes sortes, qualitativement, quantitativement et surtout en âge, vous allez être surpris…Un budget à 3% pour avoir du matériel neuf, pour reprendre du volume et relancer la R&D française n’a rien d’une exagération…

          • NRJ dit :

            @EBM
            « « Le fait d’avoir une défaite politique au Mali ne doit pas cacher la victoire militaire. » Il n’y a ni l’un ni l’autre. ». On a eu une victoire militaire dès 2013. C’est la victoire politique, qui n’a pas suivi.

            « Je n’ai pas écris que nous le souhaitions, vous ne lisez pas ou alors vous n’êtes pas francophone. ». Alors ne dites pas que l’on ne se concentre pas sur l’asymétrique. Il y a une prépondérance du COIN dans la doctrine et la préparation de l’armée française. Ne le niez pas. Les Griffon, c’est par exemple avec le retex de l’Afghanistan qu’on les a conçu.

            « Entièrement d’accord mais c’est contradictoire avec ce qu evous dites en permanence. ». Quelle contradiction ?

            « « Avec 2% du PIB dans la Défense on n’est plus impotent. » La preuve que non puisqu’on est presque à 2% même sans tenir compte du COVID. ». Pourquoi serait-on impotent ? Quelle armée dans notre partie du monde est supérieure à la notre matériellement, humainement et technologiquement, mis à part la Russie ?

            « Quand vous dites qu’il n’y a rien à chager dans notre modèle d’armée qui ne nous permet de ne quasi rien faire. Et surtout pas en haute intensité où nous sommes à 0. ». C’est gratuit comme affirmation, et ça s’oppose à ce que dit par exemple la Rand Corporation (mais bon c’est un think tank américain, donc ça compte pas, n’est-ce pas ?). Il y a un moment où il faut prendre du recul par rapport à ce qu’on voudrait et à la réalité des choses.
            Et je ne dis pas qu’il n’y a rien à faire. A mon avis, il est temps de se tourner plus vers la haute intensité et à changer l’équilibre qu’on appliquait jusqu’à aujourd’hui dans l’armée française.

            Par rapport à votre dernier paragraphe, il n’y a pas de raison de penser qu’il y aura un conflit majeur. Si vous êtes en désaccord avec cette phrase, posez vous la question: avec qui voudriez vous faire une guerre massive ? Et sommes nous incapable de le contenir avec les forces dont nous disposons actuellement ?
            Le fait de ne faire face qu’à des menaces conduit à n’avoir qu’un investissement de 2% du PIB dans la Défense. Ce n’est pas moi qui fait ce chiffre, mais l’OTAN. Maintenant, j’aimerai savoir combien vous estimez qu’il faille dépenser dans l’armée et surtout pourquoi le chiffre que vous indiquerez ?

          • NRJ dit :

            Quant à Barkhanne, on a volontairement limité le déploiement, puisqu’il s’agit d’un théâtre d’opération mineur ne méritant pas l’investissement humain et financier de l’armée française tout entière.

  10. Raymond75 dit :

    Ha oui c’est vrai et c’est pas con : quand on a envoyé les missiles, et balancer des bombes en passant le plus rapidement possible, il faut occuper le terrain … Et on pourrait aussi penser qu’utiliser un Rafale ou un Mirage 2 000 pour détruire un pick-up ou quelques motos chinoises est absurde et très coûteux … Mais la défense n’a pas de prix !

    On pourrait même penser que les coûts prohibitifs des nouveaux armements, aussi bien en développement, acquisition que maintenance, sont scandaleux. Mais je suis conscient de ne pas avoir votre compétence, si souvent vérifiée sur le terrain depuis 1814.

  11. Anonymelol dit :

    Une de nos faiblesse est qu’on se retient trop. J’ai l’impression que nos ennemis retourne nos principes contre nous.
    Exemple le Sahel est nourri par l’Occident. Pendant la première guerre mondiale on a mis un blocus pour interdire aux Allemands d’être ravitaillé en matière première depuis l’extérieur.
    Je me demande en cas de blocus du même type sur le Sahel et l’Afghanistan combien de temps ils tiendraient ? Surtout si en parallèle on détruit les moyens de communication, les centres logistiques, les greniers, les stations de pompage.
    Une idée ?

  12. Alex dit :

    [Mais cela ne réglera pas le problème de la masse] : nore défense basée sur la dissuasion nucléaire avec avertissement pré-stratégique ASMP-A, en préalable aux tirs M51, n’a donc t-elle pas été pensée dans cette perspective ?

    • Mat49 dit :

      Aucun rapport entre la masse et le nucléaire. La masse est une condition essentielle pour une guerre conventionnelle, en nucléaire quelques centaines de têtes suffisent.

    • Mat49 dit :

      Sans relever le fait qu’il n’y aurait pas automatiquement d’ASMP-A avant le m51.

  13. Guillaume dit :

    Le nucleaire d un côté, et une armée expéditionnaire de l autre, c est le mix parfait.

    On a pas les moyens de se payer le nucleaire, le subventionnement de l industrie militaire qui nous donne notre indépendance, et le volume.

    A quoi nous servirait d avoir 1500 chars, quand on a jamais envoyé un leclerc au combat?
    Et contre qui tout cela servirait il? La Turquie membre de l otan?
    Cela ne fait aucun sens.

  14. Ah Ca ! dit :

    Question de haute intensité

    Que se passe-t-il en mer de Chine ?
    https://avia-pro.fr/news/kitay-nanyos-massirovannyy-raketnyy-udar-po-rayonu-s-raspolozhennoy-britanskoy-avianosnoy

    Rien ne va plus, faites vos jeux…

    Boum, quand votre moteur fait Boum… appelez donc la dépanneuse Simoun.

  15. Dupont avec un t dit :

    Au niveau Vigipirate « sécurité renforcée risque attentat », l’opération Sentinelle subie une tension entre ces moyens alloués et ces missions dans les unités, dans ce contexte qui dure depuis trop longtemps, la France ne peut déployer que l’équivalent d’une brigade « lourde » mal gainée en cas d’agression « rapide et puissante » , soit environ 5.500 – 6500 hommes et leurs équipements avec le taux de disponibilité technique opérationnelle de ces dits équipements. ( la les faibles taux feront très mal ndr)
    Haute intensité type campagne de Pologne – sept 1939 – , prenant de cours les services de Rens, avec des supériorités en vecteurs aériens, en brouillages et en tactiques…..
    Ce sera plus rapide qu’en 39 , moins de 6 semaines ..le MCO et la LOG ne pourront suivre….

  16. pmpm dit :

    Il faut surtout trouver un compromis entre la haute technologie et nos possibilités financieres ainsi que celles de nos clients a l’export .

  17. Bricoleur dit :

    Les 2 sénateurs cités ont bien fait « suer le burnous » à leurs attachés parlementaires, mais ils ont oublié de leur indiquer de mentionner le système d’alerte de l’OTAN, certes aux mains des Américains, qui nous met à l’abri d’une surprise d’attaque classique de haute intensité de la part des Russes. Depuis le début du 20° siècle, nous avons toujours combattu en coalition. Depuis 1950, c’est au sein de l’OTAN avec un doctrine basée sur la dissuasion nucléaire. Nous y avons gagné la guerre froide en 1989. Et depuis, la haute intensité: bof … Le système militaire russe n’est plus du niveau de l’OTAN. L’ours russe est mal en point. Quel autre ennemi en haute intensité ? Du calme, les sénateurs. Il y a des problèmes plus immédiats: désindustrialisation, immigration clandestine, justice sociale, etc.

  18. Polymères dit :

    Encore une fois, le problème est l’analyse de la réalité de la situation et non pas l’expression de ses volontés.

    On continue encore et toujours à regarder les guerres des autres, la situation des autres, les menaces des autres, les ennemis des autres. Le problème c’est que les autres, ce n’est pas nous, nous ne sommes pas l’Arménie, nous ne sommes pas l’Ukraine, nous ne sommes pas Taïwan, nous ne sommes pas Israël, nous ne sommes pas la Corée du Sud et nous ne sommes plus non plus en 1870, ni en 1914, ni en 1939
    Pourquoi c’est un problème? Car cette argumentation ne pourra jamais fonctionner, une remilitarisation ne se fera jamais parce qu’on a vu à la télé deux pays à des milliers de km se faire la guerre ou parce qu’on s’imagine encore 100 ans en arrière. Le besoin militaire est toujours lié aux besoins individuels de chaque pays et ce qui dicte le volume d’une armée, c’est la nature des menaces auxquelles nous faisons face. Et le grand souci (qui devrait en réalité être vu comme une chance) c’est que la France n’est pas et n’a pas de puissants ennemis à ses portes qui sont une menace, elle n’a pas d’ennemis sérieux comme on pouvait en avoir dans l’Europe du siècle dernier ou à chaque frontière on pouvait avoir la guerre, où en l’absence de dissuasion nucléaire on pouvait se faire la guerre pour un oui ou pour un non.
    Cette réalité fait que nous sommes en paix et que ce n’est pas du jour au lendemain qu’on va avoir une nouvelle armée nazi qui va franchir les Ardennes.
    L’absence de telles menaces fait que le besoin militaire est difficilement compréhensible et même aujourd’hui on a beau parler de la haute intensité car politiquement on cherche à redonner une dissuasion conventionnelle, elle continue d’être difficile à atteindre, car il n’y a rien qui justifie de démultiplier les forces en dehors de scénarios de guerre qu’on cherche à s’inventer ou de situations ou l’on se placerait à la place des autres. Il était plus facile d’augmenter un budget militaire et de lever de la masse quand il y a une réelle menace, plus difficile quand la menace est imaginaire, improbable ou qu’elle n’est pas nôtre.

    Ceci est un point très important à comprendre, car le débat permettra de se réorienter sur du concret nous concernant, non pas de savoir comment refaire Verdun ou empêcher l’invasion de la France par l’Allemagne en faisant croire que la dissuasion nucléaire c’est juste pour faire beau et que celui qui aurait 500 chars de plus que nous se sentirait en confiance, non le concret pour nous, c’est de savoir ce que sont nos ambitions à l’international pour définir un volume de forces qu’on peut consentir. En d’autres terme, définir un volume de forces expéditionnaires pour des menaces indirectes qui ne remettent pas en question la survie de la nation. Oui on peut très bien être amené à faire de la haute intensité, mais ce ne sera pas en Alsace ni en Normandie, ce sera à l’étranger et ça ne remettra pas en cause le devenir de notre pays. En d’autres terme qu’on gagne ou qu’on perde ne changera rien, notre pays ne sera pas envahit et perdu, on sera comme les américains en Irak ou au Vietnam, si on perd, ben on rentre et tant pis. Vouloir considérer qu’on mènerait un conflit de haute intensité à l’étranger comme pourrait le mener d’autres pays pour se défendre territorialement d’une réelle menace, c’est faire une erreur grossière, nous ne mettrons pas autant de moyens et d’énergies qu’eux, ce ne sera pas une guerre ou nous allons nous user et mobiliser tous les 6 mois une nouvelle classe d’âge.
    Faire de la haute intensité n’est pas synonyme de guerre totale comme dans les guerres mondiales, malheureusement trop de monde font le parallèle et cherchent une masse et une capacité à durer et à s’user qui n’est pas réaliste pour notre pays.
    Je conçois qu’un pays ne disposant pas de l’arme nucléaire développe une force conventionnelle importante à titre de dissuasion, mais un pays nucléaire qu’on veuille l’accepter ou non, il est sanctuarisé et même s’il peut être amené à faire une guerre, l’ennemi sait qu’il ne doit pas pousser trop loin une attaque territoriale.

    Pour ce qui concerne la « masse », là aussi il faut rester réaliste, ce n’est pas la haute technologie qui va limiter l’acquisition en volumes de matériels, c’est bien l’humain. C’est bien la fin de la conscription et la baisse quantitative d’hommes qui a réduit le volume d’équipements. Quand on définit un volume de blindés qu’on va acheter, on le définit par rapport au nombre d’hommes qui doivent l’utiliser, aux limites que peuvent accueillir les unités. Si vous avez un véhicule deux fois moins cher, vous n’allez pas en acheter deux fois plus, car derrière vous aurez toujours le même nombre de soldats.
    Mais là aussi beaucoup ne le comprennent pas, beaucoup pensent qu’il n’y a qu’une volonté politique et budgétaire pour densifier les forces, alors que non, ça vous le faite avec une armée de conscrit ou vous pouvez rallonger le temps de service, augmenter les convocations, mais pas avec une armée de métier qui est tributaire des limites au recrutement.

    Très souvent quand on parle de masse, on pense à l’armée de terre. Très souvent quand on parle de haute technologie on pense aux aéronefs. Pourtant très souvent on fait croire que les véhicules et matériels de l’armée de terre seraient de la haute technologie, trop coûteux pour avoir des volumes. Mais c’est comme je l’ai indiqué, totalement illogique car ce n’est pas sur le secteur des véhicules qu’on dépense des fortunes. Un blindé, même s’il coûte 1 million d’€, vous en avez 1000 pour 1 milliard et qu’est-ce que c’est 1 milliard ? Pas grand chose en réalité, donc on a beau imaginer perdre 1000 blindés dans un conflit de haute intensité, ce n’est pas cela qui va financièrement empêcher son renouvellement. Ce sont encore et toujours bien plus un problème d’hommes qui iront dans ces blindés que les blindés eux-même.
    Donc la masse au niveau terrestre, ainsi que l’attrition n’est pas un réel problème, si demain on remet la conscription et on souhaite consolider l’armée de terre, l’équipement ne sera pas le plus onéreux et la chose la moins impossible à réaliser, les blindés, des camions, les canons et autres, tout cela se produit vite et facilement pour un prix qui reste assez modique. L’important est d’avoir et de maintenir une capacité industrielle autonome ou sûre.

    La rusticité est également un beau « concept » dont les plus grands défenseurs, sont souvent ceux qui ne sont pas les premiers utilisateurs. La rusticité , on lui fait dire tout et n’importe quoi. Pour certains c’est la résistance, pour d’autres c’est la simplicité du soutien, d’autres une simplicité d’usage, d’autre encore une simplicité de production à bas coût. Dans tout cela on oublie l’essentiel, quels besoins pour accomplir aux mieux les missions et non pas quels besoins pour dépenser le moins d’argent. Accepte t-on la rusticité d’une P4 sur des routes minés? Est-il plus avantageux d’avoir un fusil avec ou sans optique? La climatisation dans un véhicule est-elle un gadget inutile? Le prix d’une bombe de précision se mesure t-il à son prix ou à l’objectif de toucher au premier coût ce qu’on vise? Faut-il larguer 200 bombes par 10 bombardiers comme en 1944 pour détruire un pont ou un chasseur avec 2-3 bombes par un chasseur est préférable? Car oui on oublie que la technologie ne s’est pas imposé aux armées, elle s’est inspiré de ses besoins et a conduit à réduire des volumes de vecteurs, de munitions pour un même objectif. Vous avez beau avoir 5000 hommes qui vont servir 1000 canons anti-aériens très rustique, serez vous plus efficace qu’un système à base de missiles?

    L’erreur est de rechercher la rusticité et la simplicité dans notre armée en temps de paix, car ce sont les équipements que nous avons en dotation qui doivent amener une supériorité technologique, car ils sont coûteux et longs à produire. L’attrition de ces moyens ne rend pas dépendant à son remplacement au même niveau, la nécessité d’aller vers plus de simplicité pour plus de volumes , les incapacités à suivre le rythme rendra naturellement les produits moins évolués. On se passera d’une tourelle téléopéré sur un blindé, on se passera d’autres choses, nous ne ferons pas cela en masse et sur du court terme, donc il faut comprendre qu’il faut s’en doter « avant », en temps de paix
    Qui peut le plus peut le moins, l’inverse n’est pas vrai.
    Il est donc essentiel d’avoir l’armée la mieux équipée avec le maximum de qualité en temps normal, la haute intensité imposera la rusticité et on s’y fera naturellement.
    Vouloir dès aujourd’hui imposer la simplicité dans nos armées en pensant qu’on sera « mieux préparé » est une belle erreur. La solution est humaine, elle est dans l’entrainement des hommes, savoir utiliser les avantages technologiques et savoir faire sans, l’erreur est de vouloir retirer aux hommes les avantages technologiques en pensant qu’ils seront ainsi mieux préparés. On parlait parfois du positionnement satellite, il n’y a que des avantages à l’utiliser, mais à côté il ne faut pas négliger l’usage d’une carte et d’une boussole. L’erreur c’est de vouloir ne pas utiliser le positionnement par satellite de peur qu’on perde le signal et forcer les hommes à n’avoir qu’une carte et une boussole. Au même titre qu’il est normal pour un pilote d’avion de s’entraîner à larguer des bombes lisses, car le stock de munition guidés (qu’on présente souvent et à tort comme notre seule ressource) peut-être épuisé et pourraient amener à utiliser en opération ces bombes lisses. Mais il ne faut pas se priver de ses avantages et si on veut augmenter son intérêt, il faut augmenter les stocks de munitions et non l’abandonner en pensant qu’il n’y a aucun avantage à les utiliser.
    C’est ainsi pour tout, savoir tirer avec son arme avec une lunette thermique félin sur son arme ne rend pas le fantassin et l’arme dépendant de la lunette et de sa batterie du moment qu’il sait utiliser les organes de visée mécanique. Une porte de blindé qui va s’ouvrir par vérin hydraulique n’est pas un problème si derrière vous lui glissez une porte qui s’ouvre à la main. Quand dans l’article on parle du mode « dégradé » c’est bien là tout l’intérêt de la rusticité du combat de haute intensité, savoir faire sans des avantages est une nécessité dans l’entrainement, mais ce n’est pas un modèle de base pour s’équiper organiquement de choses « rustiques ». On ne va pas et on ne doit pas se priver des avantages juste parce qu’on craint de les perdre par l’usure d’un combat ou l’action de l’ennemi.

    Après rien n’empêche de rechercher à acquérir des capacités utiles à la préservation des moyens. Je suis par exemple totalement pour la mise en oeuvre importante du drone pour se suppléer à des avions de chasse voir à les remplacer dans des conflits asymétriques pour des missions de reconnaissances et de soutien aux troupes au sol. A ce moment là, on rajoute une capacité aux armées. Notons par ailleurs que pour beaucoup, un drone c’est « rustique » alors qu’en réalité, il culmine dans le haut du spectre de la haute technologie.

    • Czar dit :

       » nous ne sommes pas l’Arménie, nous ne sommes pas l’Ukraine, nous ne sommes pas Taïwan, nous ne sommes pas Israël, nous ne sommes pas la Corée du Sud »

      heureusement qu’il ne nous a pas fait la liste des 200 Etats accrédités à l’ONU et « qui ne sont pas nous » sinon on était bons pour une refonte du site.

      Dans son prochain numéro de la Fontaine verbale, Polymères vous citera l’entièreté des capitales mondiales par ordre croissant puis décroissant de lettres… Restez à l’écoute !

      • Bangkapi dit :

        C’est vrai que c’est un peu long mais bien argumenté et intéressant.
        Loin des insultes et du mépris pour tout ce qui n’est pas toi, crane rasé.
        Et maintenant il me reste à attendre une bordée d’injures dont tu es si friand.

        • Czar dit :

          toi aussi tu donnes dans l’anaphore, pomdapi ?

          « nous ne sommes pas méprisants, nous ne sommes pas »

          enfin c’est sympa de pouvoir jouer à Motus inversé, depuis le temps que j’ai plus de tévé…

      • Fred dit :

        @ Czar

        ? Quel rapport avec le fond ?

        Réaction creuse et dénuée d’intérêt à son propos, que je trouve excellent.

      • Clément dit :

        @Czar
        Oui oui, d’accord Erwan.
        Tu es bien mignon, mais si tu laissais les grandes personnes discuter entre elles ? C’est pas l’heure de ton dessin animé ou ta partie de Fortnite ?

      • Alexandre dit :

        @Czar, mon pauvre tu n’as lu que les quatre premières lignes….

        • Czar dit :

          et encore..

          « concision dans le style, décision dans la vie » Totor Hugo, immortel poète(-poète)
          « ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément » Boileau (sans Narcejac)

          j’ai jamais vu Napoléon chier des pendules verbales, mais c’est sûrement car il était mauvais militaire.

          • Fred dit :

            @ Czar

            « Police (de la pensée NDR) partout, justice nulle part. » [Totor Hugo, Député, 8 avril 1851 à l’Assemblée nationale]

          • Moogli dit :

            En dehors du fait qu’il s’est fait déboiter la gueule et qu’il a fini hermite sur l’île du diable, on peut quand même deviner quelques chiures de pendules quand les officiers de la Royale perdent le statut de seigneur (« mon »). Il y a peut-être aussi une petite trace de freinage, quelque part en Russie, pour réchauffer l’hiver.

    • nikoss dit :

      intéressant à lire.

    • blavan dit :

      @Polymeres. Très bonne analyse, vous oubliez seulement de signaler que l’effort pour la Défense française ne repose que sur la capacité d’exportation de nos matériels militaires. Certains l’oublient quand ils réclament pour nos armées des achats sur étagère comme par exemple les hélicoptères lourds .

    • lxm dit :

      Le monde actuel est couvert de routes, d’autoroutes, de chemins de fer, il n’y a plus de fortifications pour retarder, on a vu les guerres italiennes, napoléoniennes, post alexandre le grand( avec les diadoques), ou internes à l’empire romain, tout va vite avec de forts effectifs pour chercher la bataille décisive.

      Scénario russe: que cela parte d’ukraine de baltique ou pour appuyer les chinois, les russes avancent vers l’ouest à toute vitesse sur les axes en négligeant les agglomérations, très vite l’essence manque en europe les réfugiées prennent toute l’essence et les ressources disponibles et vont vers l’ouest et freinent la montée des renfort, et il n’y a plus d’électricité donc plus d’internet. Les russes font détonner leurs sousmarins porteur de charges de 50 megatonnes en face de la cote américaine en dehors de la zee américaine pour paralyser les flottes. L’armée française entre en allemagne, puis en tchéquie direction pologne, boum! boum! attaque nucléaire ou biochimique sur vaste zone les 2 div ont disparu; la france lance une atomique dans la baltique en guise d’avertissement clamant qu’il faut que les russes se retirent d’europe. Les russes disent: « chiche! vas-y , on peut rayer ton pays de la carte mais pas toi le nôtre, et tu as pensé à la pollution, à l’écologie, allez barre toi, pov’c va de l’autre côté de la rue ». la france se rend et quitte le conflit, l’UE s’effondre, la france sans l’euro-mark allemand est ruinée avec un déficit de 250 milliards d’euros une dette de 4000mrds doit tout couper d’urgence, et tombe en guerre civile, le président a déjà vendu ou gagé l’or du pays pour acheter 1 semaine d’essence et de munition puisqu’on en produisait plus chez nous. Des bandes se forment et s’affrontent depuis les régions et clament le pouvoir parisien qui n’existe plus. La pays ayant tellement tapé pendant des décennies sur la patrie n’a plus de cohésion en temps de crise. La grèce n’a plus de « protecteur », la turquie en profite, le maghreb s’agite lui aussi et veut sa revanche. Les anglais font comme en 40, ils se retirent. Les pays musulmans imposent à l’onu d’envahir la france pour protéger leur communautés menacées. La population est terrifiée, malmenée, et soufre, il n’y a aucune réserve, tout manque et les russes commencent à s’installer sur la rhur. L’échec aura été total.

      • nikoos dit :

        Un trés bon doomsday, pour l’instant il semble que les russes n’en ait pas envi. Et ils auraient pu le faire il y a 10ans!
        Maintenant quel est l’intéret russe d’avoir une Europe occidentale partiellement vitrifié ? a moins qu’une catastrophe climatique massive pousse le peuple russe à venir prendre notre place… second scénario de dooms day 😉

    • Mat49 dit :

      @ Polymère Incompréhensible car la question ici est de ne pas se faire écraser d’entrée de jeux. Donc le mot clé ici est la masse pas technologie contre rusticité.

  19. LEONARD dit :

    On en discutait il y a peu avec @Aymard:
    3 SNA Shang ont été « pingés » par l’escorte du Q.E en sortie de Mer de Chine.
    https://www.express.co.uk/news/uk/1473924/china-news-britain-aircraft-carier-south-china-sea-pacific-ocean-royal-navy

  20. Patadouf dit :

    Il n’y aurait pas quelque part, confinés dans un cabinet, des gars qui passent leur temps à sortir des mots clé/tendance ?
    Le fait de se poser la question de subir de la casse et de lourdes pertes en situation de haute intensité, n’interroge-t’il pas sur le concept de dissuasion nucléaire, et donc des milliards qui y sont investis ?? N’était-ce pas comme qui dirait… « une assurance vie » ?
    Intérêts vitaux nationaux menacés = grosse baffe dans ta gueule.

  21. lxm dit :

    En Arménie est arrivé un président pro-occidental qui a voulu rompre avec la Russie en virant les généraux liés à la Russie, dès lors, la russie n’avait plus de raison d’aider l’Arménie. Le loup turc y a vu une occasion en encourageant l’azerbaidjan à attaquer avec l’aide de l’aviation turque, ainsi que de supplétifs islamistes venant de syrie pour servir de troupes de choc de 1ere ligne.
    Erdogan est bien derrière cette guerre, et il a réussit son coup, en ayant maintenant( dans le traité de paix)une ligne ferroviaire directe d’istanbul à bakou, traversant l’arménie, permettant ainsi à la turquie de se sustenter en énergie.

    Ne tentez pas le diable en lui fournissant une occasion !

  22. Reality Checks dit :

    Copieurs.

  23. tankdanlc.l dit :

    Superbe commentaire.
    heu , les ultrasons de xi , cela vous parle ? Les maille ultra serrez de surveillance globale de vvp ?
    Le peu que je sais : nous avons en face le high tech ultra sophistiquez en nombre .
    mais de la a dire que nous faison figure , … heu non je crois pas.

  24. Sylvain dit :

    Il faut se poser des questions sur les équipements et les capacités, c’est bien normal. Le Sénat est dans son rôle, et même si son analyse est assez faible (le rapport ne casse pas 3 pattes à un canard), il a au moins le mérite de poser le débat, alors que l’Assemblée nationale est devenue totalement inaudible et sur aucun sujet….(s’il fallait vraiment supprimer une chambre, je ne suis pas certain que supprimer le Sénat soit la meilleure idée finalement). En revanche, ces débats sur les équipements occultent des débats totalement absents : quid de nos doctrines d’emploi ? quid de nos stratégies ? quid de nos personnels dans les armées ? Il ne faut pas oublier que, en guerre asymétrique comme en guerre conventionnelle à haute intensité, les doctrines, stratégies, tactiques, état du moral et qualification des personnels sont aussi importantes que les matériels. L’exemple afghan et la tournure que prend le Mali illustrent par exemple la faillite de notre modèle de guerre contre-insurrectionnelle (même si gagner une guerre contre-insurrectionnelle n’est pas simple…il faut le reconnaître). L’exemple libyen a montré notre défaillance à gérer la situation post conflit, c’est-à-dire l’absence de stratégie à long terme,… La guerre de 1939-45 a montré (notamment en France) que disposer de matériels techniquement supérieurs pris individuellement (char B1 face au panzer II, Dewoitine 520 face au Bf109,…) ne suffit pas à l’emporter quand la doctrine et la tactique sont inadaptées, et que le moral des troupes n’est pas bon. Bref, on se focalise beaucoup sur les équipements et les budgets : c’est bien mais c’est insuffisant. Il faut aussi se préoccuper de notre doctrine (jusqu’ù est-on prêt à aller en cas de guerre ? et c’est un sujet politique aussi….), des personnels (le niveau de recrutement est-il suffisant en quantité et en qualité ? les formations ? la fidélisation ?)… Il y a encore beaucoup à faire. Mais bon, au moins le Sénat s’y penche….

    • ONERESQUE dit :

      Pour compléter et moduler, le B1Bis était certainement beaucoup plus blindé (50mm et plus), mais aussi dévoreur de carburant et donc d’une autonomie limitée, avec un 75 bloqué en azimut. Le D520 n’était pas foncièrement supérieur au BE-109 et surtout il est arrivé en très très petit nombre. Les doctrines ont bien été en cause dans la défaite par contre puisque c’étaient celles qu’avait exposées De Gaulle (utilisation combinée char-avion) qui n’ont pas été appliquées, chars dispersés, pas de bombardiers tactiques efficaces……Ramenées à un conflit moderne, nous sommes en train de zapper effectivement la défense sol-air multi-couches basses, cruciale dans le futur, les lasers de haute puissance et la guerre électronique des réseaux…..Le haute intensité futur, même les américains n’y sont pas préparés…..Il faudrait des dizaines de milliards sur 5 ans de budget….

  25. Thierry dit :

    La masse n’existera que dans le cadre de l’Otan et les USA, la France n’a même pas la capacité industrielle de produire des armements en masse quel que soit le niveau de technologie.

    La très haute technologie est tout à fait essentiel, la négliger serait coupable, se souvenir de l’équipement radar des mirages III israélien en juin 1967 qui a permis de défaire l’adversaire lors de la guerre des 6 jours contre un ennemi très supérieur en nombre mais pas en technologie. Les mirages pouvaient intercepter toutes les attaques ennemi alors que l’adversaire ne voyait jamais arriver leur attaquants, et c’est exactement ce dont sont capable les avions furtif aujourd’hui, des chasseurs de 4ème génération seraient descendu en masse par ceux même moins nombreux de 5ème génération. Dans l’aviation c’est toujours ceux en pointe de la technologie qui gagnent.

    • Sylvain dit :

      Je ne suis pas tout-à-fait d’accord. La Luftwaffe a vaincu l’armée de l’air française pourtant mieux équipée. Idem sur le front de l’est où la Luftflotte 2 a écrasé la VVS, qui avait d’excellents appareils. Dans les deux cas, une formation inadapté et une tactique vétuste ont perdu face à une luftwaffe moins bien doté, mais beaucoup plus efficace. De même, si les US ont fondé Top Gun, c’est aussi pour éviter que les pilotes ne misent aps tout sur la « technologie » et réapprennent le combat aérien… Pour les israéliens, c’est aussi le cas : bien sûr ils ont de bons (très bons appareils), mais ils ont aussi de très bons pilotes, de bons planificateurs, une excellente synergie renseignement-ciblage-armée de l’air, etc… Même face à un pays proche doté de F15 ou de F35 (je ne vise personne), je suis certains que l’aviation israélienne l’emporterait

      • Czar dit :

        « l’armée de l’air française pourtant mieux équipée »

        ahahahahahaha ah c’est bon vieux Morane-Saulnier c’est increvable même si ça sert à rien

      • :-) dit :

        « … La Luftwaffe a vaincu l’armée de l’air française pourtant mieux équipée. … » C’est la première fois que je lis une chose pareille.
        Ah tiens !!!
        Jusqu’à présent j’avais compris qu’hélas la modernisation des capacités de notre Armée de l’Air avait été trop lente.

        Nos meilleurs appareils étaient en nombre insuffisant pour faire face à un combat de haute intensité en mai 40.

        C’était le cas en supériorité aérienne, mais surtout en bombardement et attaque au sol.

      • Le Minotaure dit :

        Pour 1940 c’est faux les MS.406 qui constituaient le gros de la chasse française étaient très inférieurs au BF 109.

        Et pareil face à la VVS la qualité était du côté de la Luftwaffe au moins jusqu’à début 1943, même si je vous rejoins sur le fait que l’encadrement et la préparation ont constitué le facteur essentiel de défaite dans ce domaine.

      • Vinz dit :

        Non pour le coup la Luftwaffe était beaucoup mieux dotée, en plus d’une meilleure organistaion et doctrine de soutien.

        « Le 3 septembre 1939, alors que l’armée de l’air dispose en tout d’environ 1 400 avions de combat, le nombre d’avions modernes en ligne ne s’élève qu’à 440 avions de chasse et 50 avions de reconnaissance, soit un peu plus du tiers du total général ; il n’existe ni avion de bombardement moderne ni avion de transport moderne. Le 3 septembre 1939, jour de la déclaration de guerre, le rapport d’avions de combat modernes s’établit à quatre contre un en faveur de la Luftwaffe  »
        1939-1940, L’armée de l’air française dans la tourmente

      • Thierry dit :

        Le seul avion français capable de descendre les Me109 allemand était le Dewoitine D520 mais arrivant très en retard il n’y eu que très peu d’exemplaire au combat ou il montra son excellence, quand au reste de l’armée de l’air, chasseur ou bombardier, tout était dépassé depuis longtemps, trop vieux, trop lent, etc. La ligne Maginot avait aspiré le budget de la défense, le mal était fait et le sort joué depuis longtemps.

        L »‘armée française de 1940 est un bon exemple de masse avec une technologie moyenne, contre une armée allemande sortie des usines très peu d’années avant la guerre, beaucoup plus en pointe.

        • Vinz dit :

          La ligne Maginot n’a pas aspiré grand chose ; elle était déjà pratiquement achevé en 1935, date où aucun matériel terre/air décent n’est dans les cartons, en service ou production : Le Dewoitine est développé à partir de 1936, le Morane-Saulnier 406 entre en service en 1938, le Somua est produit à compter de 1936, le B1 bis 1937. En gros toute la production militaire terre et air avant 1935 a fait de la merde en 1940. Elle n’a pas coûté non plus très chère.

          En revanche la Ligne Maginot a très bien tenue son rôle de se substituer aux classes creuses à partir de 1934, because hécatombe de la 1ere guerre mondiale. A noter qu’en face les Allemands font la ligne Sigfried – on ne l’a jamais accusé d’avoir aspiré quelque budget. Elle a par ailleurs largement fait son boulot dans ses confrontations avec la Wehrmacht. Paradoxalement s’il y a un système qui a fonctionné comme prévu dans cette étrange défaite, c’est la Ligne Maginot – ce malgré le retrait de toutes les troupes d’intervalle.

          • tschok dit :

            @Vinz,

            Avec le recul, on peut effectivement soutenir que la ligne Maginot a fonctionné comme prévu dans la mesure où le rôle de cet ouvrage était de canaliser l’offensive allemande vers un lieu où elle serait possible ou plus facile. C’est-à-dire un point de débordement.

            En effet, les fortifications n’ont en réalité pas toujours pour fonction d’arrêter un ennemi, mais de constituer un obstacle qui l’oblige à modifier ses plans pour le contourner, donc l’amener à un endroit prévu à l’avance.

            Et à cet endroit on peut l’attendre pour l’affronter.

            Donc, le contournement de la ligne Maginot était inscrit dans son ADN: l’offensive allemande devait normalement se déverser vers un exutoire. Et le premier qu’on trouve sur une carte, c’est Sedan.

            Donc, la percée de Sedan n’aurait pas dû être une surprise. On peut même dire qu’elle a été voulue, provoquée par l’ouvrage.

            Et pourtant elle a été une vraie surprise parce que l’état major français a pensé que l’exutoire serait plus au nord, dans les plaines de Belgique et des Pays Bas.

            Et en fait, les Allemands ont fait très exactement ce qu’on attendait d’eux: déborder l’ouvrage au premier exutoire possible. Et c’est justement cela qui a créé la surprise.

            C’est le paradoxe de la défaite de 40: se payer le luxe d’être surpris par un ennemi qui, finalement, fait ce qu’on attend de lui, ce qui est quand même agaçant.

          • Vinz dit :

            @tschok – exactement ; se souvenir que ces fortifications ont trois objectifs principaux : couvrir les délais de la mobilisation et éviter une attaque surprise aux frontières, pallier les classes creuses. Ces fortifications à la frontière ont contraint les plans allemands – vu l’obstacle redoutable à franchir ; finalement français et allemand étaient pour une fois d’accord sur le scénario initial. Maintenant cette percée des Ardennes ça rajoute certes du style, mais le retard des doctrines et organisations côté français était tel que l’issue aurait été la même sans le coup de faucille. Enfin on se saura jamais…

        • Mat49 dit :

          Tu oublies l’écard de masse entre les deux armées en 1940 ma barbille…

    • Royal Marine dit :

      Il faut toujours que vous la rameniez sur la 5ème génération… C’est désolant!
      Renseignez-vous! combien de F 35 descendus par des Rafale lors des derniers exercices dans le Sud-Ouest? Heureusement que c’était fictif…

    • Fred dit :

      @ Thierry

      ? Lors de la Guerre des 6 jours, la plupart des avions égyptiens et de leurs alliés ont été détruits au canon lors d’attaques préventives, ainsi que 18 aérodromes. Les radars des avions n’ont joué aucun rôle dans cette action.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Opération_Focus

      • Fred dit :

        [corriger] … Détruits au sol à coups de canons

      • Thierry dit :

        tous les affrontements aérien contre les mig 17, 19 et 21 ont torunés à l’avantage des mirages qui n’ont eu que très peu de perte, et cela grâce au radar, vous croyez qu’ils auraient pû bombarder les avions ennemi au sol s’ils avaient eu les Mig sur le dos ???
        vous n’avez pas assez creusé le sujet et c’esy d’ailleurs suite à la guerre des 6 jours que le mirage deviendra un succès commerciale, les acheteur le voulant équipé du même radar que les israéliens, et la version sans ce radar proposé en option sera invendable.

        http://mirage3.chez.com/IIICJcombat.htm

    • nikooss dit :

      quid de cette production quand le robinet des matériaux sera fermé par la Chine et que les Russes auront rattrapés (dans peu de temps) le niveau technologique ?
      A ma connaissance la démocratie Athénienne permettait de mobiliser plus d’Hommes que les cités concurrentes, on en est où maintenant ?

    • Aymard de Ledonner dit :

      Je rejoins l’analyse de Sylvain. Quand à votre couplet sur la 4ème génération, je le considère très faible niveau argumentaire. Les générations ne sont qu’une appellation commerciale. Ce que vous appelez des chasseurs de 5ème génération sont concrètement des appareils avec une signature radar plus faible. Il n’y a rien de magique.
      Cette signature plus faible peut constituer un avantage décisif …. ou pas.
      Aujourd’hui de nombreux pays comme la France peuvent mettre leurs capteurs en réseau et ainsi fournir à leur chasseurs une information qui ne provient pas uniquement des capteurs embarqués.
      Par ailleurs de l’eau a coulé sous les ponts depuis les F117 en Yougoslavie. Il est évident que chacun s’est préparé à affronter des avions à faible signature radar…..plus ou moins bien bien entendu.
      Alors que déjà il y a plus de 20 ans plusieurs F117 ont été touchés avec du matériel mis en service en 1961, conclure de manière péremptoire que « des chasseurs de 4ème génération seraient descendu en masse par ceux même moins nombreux de 5ème génération » me parait bien trop définitif.
      Je note par ailleurs que si Israel bombarde de temps en temps la Syrie, ils se gardent bien pour le moment de faire de même en Iran. Netanyaou ne s’est jamais distingué par sa grande retenue ou par son amour de l’Iran. S’il avait pu frapper sans risque l’Iran avec ses F35, nul doute qu’il l’aurait fait. Et en face ce n’est pas de la 4ème génération mais au mieux de la 3ème…..

    • Mat49 dit :

      @ Ma barbille toujours à l apointe de la c…!

      « la France n’a même pas la capacité industrielle de produire des armements en masse quel que soit le niveau de technologie. » Toujours aussi mal renseignée.

      « La très haute technologie est tout à fait essentiel, la négliger serait coupable, se souvenir de l’équipement radar des mirages III israélien en juin 1967 » Ben heu… c’est à dire que justement les Israéliens en étaient très mécontents.

      Dans l’aviation il faut pouvoir décoller, pas comme le F 35 donc. Ensuite il faut aussi pouvoir repérer, si l’adversaire brouille les radars l’avion furtif ou pas n epeut rien repérer au radar. Donc être furtif ne sert à rien dans ce cas.

  26. Belzébuth dit :

    Nooon, maaaiiis le soldat français son génie c’est le système D et la rusticité…

    Dans le tiers-monde c’est à dire chez l’écrasante majorité de l’humanité, faute de moyens, il se passe des choses comme ça:
    https://mobile.twitter.com/RemyHemez/status/1415611549100777473

    Ou encore:
    https://www.koreus.com/video/decharger-camion-chine.html

    Donc, la rusticité, la débrouillardise… Ilaut la laisser à ceux qui n’ont pas le choix, cela tombe bien la démographie est de leur côté.
    Quand on a les moyens d’avoir l’outil adapté à la mission avec des objectifs réalistes, c’est mieux, surtout quand le soldat est rare.

  27. Eudes Lenormand dit :

    C’est quand même étonnant de voir que les sénateurs, qui « se sont penchés » sur la guerre du Haut-Karabakh, et qui ont bien noté le rôle que la Turquie y a joué (« l’impact du renforcement des liens entre l’Azerbaïdjan et la Turquie  » – bel euphémisme), n’aient pas d’abord relevé la dangerosité qu’il y a pour la France d’appartenir, dans l’OTAN, à la même alliance stratégique que la Turquie.
    Si demain le sultan qui gouverne à Constantinople décide d’attaquer la Grèce, ou la partie de Chypre qui n’a pas encore été envahie, ou très directement une des frégates françaises engagée en Méditerranée, que fait-on ? On regarde en attendant l’arbitrage des Américains ? Matière à réflexion pour ceux qui se demandent « quel ennemi en haute intensité ? »

  28. Charles dit :

    Haute intensité? Avec armement actuel un fantassin ne tiendrait pas une journée…
    Renseignement, analyse, capacité de frappe massive préventive…. Le renseignement et l’analyse, encore et toujours….

  29. Charognard dit :

    La petite phrase de l’ex-CEMA ne pique personne?
    Pourtant les exercices NAWAS sont des colossales réussites dûment claironnées depuis 2012:
    https://www.defense.gouv.fr/fre/actualites/operations/exercice-grandeur-nature-pour-l-escadron-de-defense-sol-air-05.950-barrois

  30. lgbtqi+ dit :

    j’ai bien peur que ce ne soit pas « compromis entre techno et rusticité », mais … compromis sur la rusticité et compromis sur la techno …

  31. Loïc dit :

    En sortant de l’UE nous économiseront directement 10 à 12 milliards par an.
    De quoi renforcer et construire nos hôpitaux, notre armée et relancer des centrales nucléaires!

  32. Jo666 dit :

    Le rapport présente plusieurs oublis. En 2009 Slobodan Milosevic était en procès après 15 ans de guerre alors que Fukhuayama promettait les dividendes de la guerre froide . Les USA appellent ce genre de dictateur Nemesis. Donc entre la Russie , ses anciens pays satellites sans le souhaiter présentent les mêmes caractéristiques.
    Concernant la Frappe nucléaire, l’oncle de Trump avait fait la théorie Mad. Si la Russie frappe les Usa répliquent…. d’où le besoin une armée conventionnelle. Après comment obtenir la masse et le volume. Il faut du matériel pour ça. Déplus le Général LECOINTRE parlait de l’armée française comme d’un corps expéditionnaire. Donc on voit bien que pour ces critiques il faut revenir à la définition des années 1960, en mutualisant les missions . Sécurité civile , les appelés pour le mco ( hum des salaires en dessous du smic après des mécanos et tous les corps de métiers qui font défaut) . Du matériel rustique, hum il y a nexter, rénovation des chaînes de production du leclerc pour faire baisser le coût avec 4000 chars, et aussi des fusils par thales , il faut des avions rafales , des hélicoptères lourds dont on pourra vendre me pan civile pour les financer, et aussi des avions avec un deal avec les ukrainiens pour des avions lourds vstol.
    Avec 100 milliards de niches fiscales, 140 mds d’aides aux entreprises, 80 milliards d’allocations rsa, 40 milliards de cice , 42 mds de subventions aux entreprises, 120 milliards d’agences d’Etat en doublon, 90 mds de l’éducation nationale , 52 milliards de fraude sociale, je trouve 540 milliards potentiels pour tout ça.
    Pour la haute technologie, il faut un missile terre terre comme le scalp

    • Le Minotaure dit :

      Le budget de l’éducation nationale est de 76 les, pas 90, et nos dépenses d’éducation par élèves sont déjà plus faibles que la moyenne de l’OCDE.

      Le coût du RSA est de 11 les par an, pas 90 mds.

      Je doute fort que les agences d’État en doublon nous coûtent 120 mds.

      Bref heureusement que vous n’êtes pas aux commandes.

      • tschok dit :

        @Le Minotaure,

        C’est la théorie des mannes providentielles. Gaulois l’invoque aussi, plus haut.

        C’est un classique du genre sur ce blog, on n’y échappe pas, jusqu’à la caricature. Là, à force des les additionner, Jo666 parvient à dépasser le budget de l’Etat sans comprendre le problème que cela pose.

  33. BARACA dit :

    Qui dit conflit de « haute intensité » pense un conflit très fort dans un laps de temps court, mais quid après ? Dit autrement, après cette phase si le conflit se poursuit, qu’en est-il?
    Si on regarde le passé et notamment la 2nd GM (la bataille de France en 1940 peut-être considérée comme « haute intensité »), les alliés ont remporté la victoire grâce notamment aux US et leur industrie. En effet, ils ont été capables de produire en masse dans un laps de temps relativement court énormément de matériel pour leur propre armée mais aussi pour celles des autres alliés. Une des grandes leçons, c’est que ce matériel militaire n’était pas forcément le meilleur techniquement, mais facile à produire, à entretenir, à maintenir, à utiliser par les soldats. Ne devrions-nous pas nous en inspirer ?

    • chimere dit :

      pour l’industrie c’est mort depuis longtemps, on a plus de sidérurgie plus rien….Quitte à regarder le passé et notamment la 2nd GM, avant que les US ne produisent en masse et équipent pierre paul jacques, le petit français rustique mettait bien ses bandes molletières, prenait sa bicyclette pour rejoindre les tranchés pendant que les allemands enfilaient leurs bottes et descendaient en panzer et autres stuka… Bilan en 2 mois c’était plié.
      Là où je suis d’accord matériel facile à produire, à entretenir, à maintenir, à utiliser par les soldats comme à l’époque la MG42 ou l’AK47.
      Alors certains prendront d’autres exemples viets et autres afghans au niveau rusticité et tout le tsointsoin… Mais derrières y’a toujours eu des intérêts qui les ont alimentés en hommes, matériels, pognon…..

      • Fred dit :

        @ chimere

        Vision chimérique (pardon) l’Armée de terre française était bien plus équipée que l’Armée allemande en 1939. Il y a toujours de la sidérurgie en France, de pointe et largement reconnue, celle qui est nécessaire pour produire des armements.

    • Qui ça ? dit :

      Je me rappelle que lors de la guerre de 1999 pour « sauver » le Kosovo, les décideurs occidentaux pensaient que les frappes ne dureraient que quelques jours, que les Serbes allaient vite céder.
      Mais les Serbes ont endurés, le conflit s’éternisait (il a duré 70 jours). Plus ça durait, plus il y avait de dissensions entre les membres de l’OTAN qui étaient de moins en moins d’accord sur les objectifs et les moyens d’y parvenir. Certains voulaient arrêter immédiatement les opérations, d’autres de renforcer les frappes voir de passer à une offensive terrestre.
      Un moment, on manquait de munitions (il a fallut faire une commande en urgence tellement que le stock de bombe avait été épuisé), et on manquait même d’objectif…

      Bref, si il y a un prochain conflit à haute intensité, peut-être qu’on tiendra 1 semaine, mais ensuite on se retrouvera avec les doutes si on peut remporter la victoire, des dissensions entre les alliés qui n’ont pas les mêmes intérêts et objectifs, une pénurie de moyens qui ne peut que entraver l’action…

  34. dompal dit :

    Quand le Gal de Villiers disait : « je me laisserai pas baiser la gueule »…..ils étaient où les sénateurs/députés/Gnx AA, MN, AT ???…….certainement aux abonnés absents !!!
    Moins de 5 ans plus tard, on se rend compte qu’il y a un blème dans les forces armées françaises…?
    Pas de matos, pas de gus !!!
    Ca fait combien de temps que les « petites mains » alertent leurs chefs pour tirer la sonnette d’alarme pour dire que demain, si on continue comme ça, y’aura plus de volontaires pour servir dans l’AF !!! 🙁
    Bien sûr, les sous-officiers/sup ne sont considérés par nos intelligents off/siup que comme des sous-merdes à leur disposition !!!
    On voit le résultat aujourd’hui……
    Après, pas la peine de venir pleurer ! 🙁
    Fuck off !!!!!!!!
    …..Et bon courage à nos garçons/filles qui ne démériteront pas malgré leurs chefs qui ne penseront qu’à leur carrière…… 🙁 -:( 🙁

  35. vrai_chasseur dit :

    Bel effort, mais on regrette un peu que le Sénat n’aborde pas les questions de fond :
    – L’armée française est ‘médiane’. Comme les grandes armées, elle sait tout faire, sur terre sur la mer et dans les airs. Elle sait le faire de façon autonome et elle le fait très bien, comparée à beaucoup de pays. Elle n’a simplement pas l’épaisseur, contrairement à l’armée US. Ce format médian est économiquement pertinent pour le pays. Il est également polyvalent : il permet à la fois l’expéditionnaire, les conflits limités et la sauvegarde du territoire. Quelles utilisations concrètes de l’armée française pour la France, nécessiteraient un changement de format de cette armée, et dans quel sens ?
    – y’a t-il des scenarii de conflit de haute intensité où la France se retrouverait seule impliquée, sans implication rapide de ses voisins ou de l’OTAN ?
    – La dissuasion nucléaire française est crédible dans le monde entier et sanctuarise le territoire. Y’a t-il des pays qui transgresseront cette barrière ? si oui lesquels et dans quel ordre de probabilité ?
    – Le problème principal de toute armée de métier est le facteur démographique humain. 1000 chars ou 100 frégates ne servent à rien s’il n’y a pas d’équipages formés pour les conduire efficacement au combat. Quels scenarii justifieraient que l’on mette sur pied un accroissement rapide du ‘capital humain’ de l’armée française, et s’il y en a, comment procéder et dans quelle proportion ?
    – La seule question que le Sénat tranche, c’est d’éviter la piste de réflexion hasardeuse des Brits : croire que le facteur technologique peut se substituer au facteur humain pour faire la guerre. Le tout-robotisé est un leurre intellectuel que le Sénat est bien avisé d’éviter. Cette piste est d’autant plus hasardeuse qu’elle restreint le débat aux moyens et ne parle pas des finalités recherchées.

    • Paul Sernine dit :

      Voilà le commentaire le plus intéressant lu sous cet article (avec celui de Polymères) : les deux posent au moins les bonnes questions !

    • Vinz dit :

      Le problème principal de toute armée de métier est le facteur démographique humain. 1000 chars ou 100 frégates ne servent à rien s’il n’y a pas d’équipages formés pour les conduire efficacement au combat.

      Il y a indéniablement un problème de densité avec nos armées (et un problème de stock de munitions complexes). Mais on a déjà beaucoup de mal à boucler les recrutements au format actuel. Il faudrait donc une forme de conscription ; le problème c’est qu’on a pas besoin des 800 000 d’une classe d’âge, mais peut-être de 50 000 pour toutes les armes – dont pas mal issus d’un long cursus de formation (guerre cyber, spécialités diverses). Comment imaginer cette conscription, voilà toute la question.

  36. Cram dit :

    Quelle naïveté de penser pourvoir soutenir un conflit pareil !
    Examinons déjà le taux de disponibilité des matériels terriblement bas ! Et désormais classé secret défense… Il ne faudrait pas faire trop peur aux adversaires potentiels :-/
    Quant à l entraînement, lancer un missile tous les 2 ans par bateau… Voilà un entraînement de fou… On va veritablement épuiser les équipages…

  37. Celtibère dit :

    Dans un conflit de haute intensité, les armes et les matériels ne font pas tout, il faut surtout une pleine adhésion du peuple et une volonté sans faille des combattants. De la débâcle de 40 au piteux retrait d’Afghanistan, en passant par l’exemple vietnamien, on constate que la détermination et le courage d’un peuple sont les ressorts essentiels d’une victoire et non pas la débauche de technologies. Quand les peuples délèguent leur défense aux seuls instruments militaires, c’est foutu d’avance.