Moscou veut associer Paris et Londres aux discussions sur la maîtrise des armes nucléaires

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

75 contributions

  1. Patrick Sergeat dit :

    Macron peut il utiliser ce débat nucléaire avec la Russie pour remettre la France en position supérieur dans l’UE au lieu de se mettre à genoux face à Merkel et Bruxelles?

    • Pb75 dit :

      La France ne rentrera pas dans ce débat, car cela ne correspond pas à sa doctrine de dissuasion « tous azimut ».

    • totoroa dit :

      je ne l’ai pas vu à genoux, tout au plus dépendant des volontés germaines, comme avec n’importe quel état souverain peu coopératif mais faisant partie de la même alliance.
      Hollande, était à genoux.

    • basstemp dit :

      Rhooo vous savez , vu l’état des lieux concernant l’UE et ce qu’en pensent d’ailleurs les français hormis les fameux 1% qui eux se gavent bien de ce cadre libéral qui ne fait qu’appauvrir les autres français, on aurait je pense + vite fait a lancer un M51 et sa charge nucléaire de 100 Kt (x combien de têtes après ? Allez hop le max, un x 10 ils l’auront bien cherché t’façon) sur Bruxelles pour en finir l’UE …

      Meuuuh non y a rien d’excessif la dedans : ) juste que nous sommes un poil échaudé en France depuis 2005 et le fameux Non qu’ils nous bien mis dans le fondement après notre vote pourtant clair a ce propos …

      Ou alors, les chars leclerc et quelques smartbomb sur le batiment de l’UE ? Et quelques SCALP de croisière car faut quand même pas déconner quand au mal que ces gens nous ont fait !

      Bon évidemment je déconne, mais il y a des jours ou je me demande si ces gens a l’UE ont bien conscience avec quoi ils jouent avec les peuples européens de + en + en pétard contre eux et que tout cela pourrait bien un jour, a termes basculer en une 3 ème guerre majeure en Europe a force d’ignorer superbement comme ils le font les avertissements des peuples européens dont celui français

      Car un jour, ça finira en guerre ! A moins qu’on ait quitté l’UE avant en bon termes , mais au vu de l’état des lieux, j’ai la conviction que le Frexit et la seule & unique solution qu’il nous reste face a ces escrocs mondialistes qui n’obéissent qu’aux allemands et a washington

  2. LEONARD dit :

    Vlad n’a pas intérêt à la relance d’un programme de réduction des armements entre les USA et la Russie.

    Il sait parfaitement que le grand développeur de têtes nuc actuel est la Chine, et il ne sait où elle s’arrêtera. Donc, se lier les mains actuellement n’a pas de sens. D’autant moins que l’Inde continue elle aussi sa course au sur-armement nuc.

    Se joindre aux U.S pour faire pression sur la Chine n’est pas non plus dans son intérêt. Tout d’abord parce que, dans la confrontation en gestation, il a pour l’instant fait le choix de la Chine, or, en tant que 3ème puissance, il ne peut se mettre à dos et l’Otan, et la Chine. C’est le problème du plus petit. Il doit se méfier des deux plus gros, mais il est obligé de choisir le challenger. S’il choisit les U.S, il sait qu’il sera dominé. En choisissant la Chine, il a un « partenaire » auquel il est utile, et dont il peut tirer profit, quitte, s’il le faut, à renverser un jour ses alliances et à monnayer son ralliement.

    Donc, il pratique l’esquive et dévie la négo vers la G.B et la France, dont le potentiel est insignifiant, mais symbolique.

    Et en fait, au niveau de prolifération auquel on est dèjà arrivé, soit l’un des camps « invente » une nouvelle arme et le nuc des « grands » devient inutile, soit il faut inclure toutes les nations nuc (ou pré-nuc), dans un grand accord de dénucléarisation. Et çà, sauf catastrophe, c’est infiniment improbable.

    Donc, des diplomates vont faire des réunions, des ronds de jambe et des symposiums, et c’est toujours une façon de continuer à se parler….

    • tschok dit :

      @LEONARD,

      Ben là, si vous voulez, l’ambassadeur russe tend un piège à con, tel que c’est formulé.

      Nous en France on aimerait bien participer à des négociations sur le désarmement nucléaire avec les super grands, il n’y a pas de doute là-dessus. Notre problème, c’est qu’on est en stricte suffisance, on n’a rien à négocier et les Brits sont à peu près dans la même situation que nous.

      Quant à la Chine, elle ne donne pas vraiment l’impression d’être prête à renoncer au renforcement de son arsenal nucléaire et même à seulement laisser penser que cela pourrait être une question négociable, sauf immense surprise.

      Donc, en gros, les Russes souhaitent notre présence autour de la table pour qu’on réduise notre arsenal, qu’il assimile à celui de l’Otan, donc à celui des Américains, façon de poser le problème qui flétrit notre orgueil national. C’est d’ailleurs l’ambassadeur de Russie à Washington qui a été chargé de porter le message, pour bien faire comprendre à tout le monde où se trouve le centre de gravité. On a connu les Russes plus habiles.

      Dailleurs, si un objectif présenté comme prioritaire est annoncé par un simple diplomate et pas par Lavrov en personne, c’est que les Russes doivent s’attendre à une réponse négative.

      Soit l’offre russe est une façon de tâter le terrain, donc elle est un premier jalon sur un chemin qui en comptera d’autres, soit l’offre n’est pas sérieuse et elle procède de la manoeuvre de diversion. Je penche pour l’option deux.

    • Hermes dit :

      « Il sait parfaitement que le grand développeur de têtes nuc actuel est la Chine, et il ne sait où elle s’arrêtera ».
      .
      Vue le stock actuel de la Russie, elle a largement de l’avance sur la Chine, aucune crainte à avoir, même si son arsenal est majoritairement ancien, ca laisse du stock, sachant que contrairement à nous, la Russie est tout à fait capable de concentrer son industrie sur la construction de vecteur pour compenser.
      .
      En parlant de potentiel insignifiant, vous ne comprenez pas vraiment le concept du nucléaire je pense…
      L’objectif n’est pas de raser un continent, mais de détruire les éléments essentiel d’un pays, ce que permet l’arsenal français envers la Russie et même la Chine (qui est extrêmement concentré mine de rien).
      .
      De fait pratique le potentiel de la France qui détient une base d’arme disponible cohérente ainsi qu’un sacré stock de matière fissile pour le moins important… Quand bien même on aurait pas moyen de faire des têtes aussi performance que les charges actuelles, y’a de quoi en faire quelques unes au rabais suffisante pour raser des complexes ou des villes…
      Le problème vient plus des vecteurs dans cas là.
      .
      « soit l’un des camps « invente » une nouvelle arme et le nuc des « grands » devient inutile »
      C’est ce que tout le monde cherche à faire mais… Le soucis avec le nucléaire, c’est que quelques ogives suffisent à faire des dégâts monstrueux, il n’existera probablement jamais de système garantissant la sécurité absolue.
      .
      D’un autre côté, on travail activement a la nouvelle génération d’arme nucléaire, qui pourrait déclencher une prolifération de ces dernières car ne nécessitant ni uranium ni plutonium.

      • LEONARD dit :

        @Hermes
        ‘potentiel insignifiant »
        Pas dans l’absolu.
        Mais au regard des potentiels détenus par les U.S et les Russes, on représente 2.5%. (300 sur + de 12 000)
        Donc, dans le cadre de nouvelles négos de réduction des armes entre les grandes puissances, notre potentiel est insignifiant.

        • Aymard de Ledonner dit :

          Je suis plutôt de l’avis d’Hermes. Bien sur que notre potentiel est beaucoup plus faible mais il suffit a détruire totalement les capacités de production d’un pays et la plupart de ses grandes villes.
          2,5% de destructions incalculables, ça donne toujours des destructions incalculables donc ce n’est pas insignifiant…..

          • LEONARD dit :

            @Aymard
            Nous sommes d’accord sur la crédibilité de notre potentiel de destruction.
            Mais là n’était pas mon propos.
            Quand dans une négo, les types qui possèdent 6000 ogives causent des gars de 300, ils les considèrent comme insignifiants. Ce n’est pas une question de capacité, mais de rapport de force dans la négo.

          • Ératosthène dit :

            @Aymard de Ledonner :
            Précision : Les missiles nucléaires françaises peuvent exactement raser la surface de la France. C’est tout. On peut imaginer que c’est la même chose pour la Grande-Bretagne, les États-Unis et la Russie.
            Si nous nous attaquions aux États-Unis, nous pourrions bien abimer la côte est. C’est tout et c’est peut-être pas mal.

    • PK dit :

      « Tout d’abord parce que, dans la confrontation en gestation, il a pour l’instant fait le choix de la Chine, »

      Il n’a pas fait le choix : il n’a pas eu le choix. Poutine a d’abord tendu la main vers l’Occident qui lui a craché à la gueule. Il s’est tourné contraint et forcé vers la Chine. Au début, je pense que ça ne l’emballait pas plus que cela, même si sans doute il y trouve son compte aujourd’hui.

      Après, la Chine et la Russie ont une histoire chaotique et mouvementée. Combien de temps tiendra cette alliance ? Nul ne le sait.

      Enfin, je ne suis pas certain que la Chine soit beaucoup plus forte que la Russie. Dans beaucoup de domaines, elle dépend presque intégralement de la Russie.

      Bref, Poutine a encore de sérieuses cartes en main. Perso, je vois plutôt l’association à la France et l’Angleterre comme une façon indirecte de contrôler notre arsenal…

      • YM dit :

        « Poutine a d’abord tendu la main vers l’Occident qui lui a craché à la gueule » A quel moment l’occident a « craché à la gueule » de Poutine exactement ?

        Je vois pas. Comme je ne vois pas quelles ont pu être les « mains tendues » de Poutine à l’occident.

        Par contre des voisins de la Russie qui ont des choses à redire des actions de Poutine, y’en a un paquet.

        • Paddybus dit :

          La main tendue fut la commande de deux navires de type Mistral et le crachat fut le refus de livrer du capitaine de pédalo…. entre autre…

          • PK dit :

            C’est un exemple. Mais l’origine remonte au 1er ministre anglais qui a carrément dit à Poutine qu’il ne fera jamais parti d’une alliance avec l’OTAN. À moins d’être totalement à la laisse. Alors que Poutine proposait une collaboration d’égal à égal, ce qui avait un sens.

            On peut comprendre ensuite qu’il soit allé voir ailleurs.

          • Courmaceul dit :

            et pourkoa il a refusé la vente Mégamou ? Il a fait quelque chose de mal le Poutine ? Que vous aviez approuvé ?

        • Alkazar dit :

          @Paddybus,
          Nan, le tournant est du à la stratégie d’encerclement (étranglemnt) de la Russie par l’OTAN. Précisément quand l’Otan a chercher à retourner la Géorgie à la faveur de la guerre de 1991 (constatez les siilitudes avec les évènements en Ukraine qui n’a rien du hasard !)) ! Putin a alors compris que « RIEN » n’avait réellement changé ! ! http://www.politique-actu.com/dossier/actualite-strategie-encerclement-russie-jean-geronimo/354564/

        • Ératosthène dit :

          @YM : Poutine voulait que la Russie intègre l’U.E.
          Les États-Unis ont vrasemblablement agit pour que cela ne se passe pas.

        • Piliph dit :

          @YM : Pendant plus de 10 ans, Poutine a validé toutes les initiatives guerrières occidentales sans jamais utiliser son véto au CS des NU. Plus toutes les autres initiatives mentionnées par d’autres collègues de ce forum (Mistral, etc.).
          Mais l’affaire Qadafi en 2011 a été la goutte d’eau, les Russes ayant réellement eu le sentiment de s’être fait rouler dans la farine, alors qu’ils avaient donné leur accord via la résolution de l’ONU à une opération limitée, et non à un « regime change ». Puis, plus grave car à ses frontières, le coup d’Etat de Kiev fin 2013. Là, les Russes ont définitivement compris que les USA mettaient en place leur agenda sans les « calculer ». Entre autres, installer des forces militaires OTAN directement au contact de l’armée russe, sans plus aucun état tampon. A la main tendue répondait une mandale méprisante, les décideurs US considérant que la Russie était définitivement hors jeu, hors grand jeu. Quelle erreur!

          Bien sûr, c’est pendant cette période charnière que la France aurait pu jouer un « rôle à part ». Mais nos dirigeants étaient des gens incompétents : Sarko fasciné par la culture US et réintégrant le commandement OTAN, et surtout Hollande, expert en carte électorale davantage que d’Etat-Major… Il nous aligne totalement sur la stratégie US, et du coup, nous rend co-auteur de cette erreur stratégique majeure : de sanctions en sanctions, les USA et l’UE poussent les Russes dans les bras de la Chine, malgré toute la méfiance existant entre les deux depuis des décennies. Sans doute, ni les Américains – mais ça, on le savait depuis longtemps – ni les Européens n’ont compris cette ancienne définition de Clausewitz de la nature de la guerre : l’affrontement dialectique de deux volontés. Dialectique. Pour eux, l’ennemi subit les coups du plus fort sans essayer de réagir : sans doute croyaient-ils que les sanctions allaient amener les Russes à résipiscence, acculés qu’ils étaient dans ce qu’ils croyaient être le coin du ring. Ben non, l’impossible se produit : malgré des décennies de bons résultats de la stratégie de division inaugurée par Nixon/Kissinger, Russie et Chine se rapprochent et prennent conscience dans le réel qu’ils ont des atouts complémentaires, que je ne vais pas détailler ici.

          Au bilan aujourd’hui le résultat est très négatif : les sanctions font surtout mal aux entreprises européennes qui commerçaient avec la Russie, la Chine accède à des ressources russes en matières premières, énergie et nourriture quasi-illimitées, brise partiellement son encerclement par sa façade maritime orientale, patiemment mise en place par les USA depuis des décennies (accès aux routes ferrées terrestres, à la future route arctique du Nord Est), et accèdera plus facilement à certaines technologies militaires qui lui font défaut.**
          ** : aujourd’hui, je rajouterai un nouveau savoir-faire maitrisé par les Russes, dont les Chinois ont grandement besoin dans les 20 / 30 ans à venir : la gestion d’une guerre froide dans le cadre d’une stratégie de MAD. Les Chinois savent qu’ils sont en infériorité stratégique au plan nucléaire, autrement dit, qu’une attaque nucléaire US contre la Chine lui serait défavorable, et que le seul moyen d’écarter cette possibilité, évoquée quotidiennement par les Américains, est de parvenir rapidement à la parité nucléaire avec les USA : nombre et sophistication des têtes nucléaires, des vecteurs, de la détection, etc. Une fois cette parité obtenue, une guerre USA vs Chine deviendra impossible, car MAD… En attendant, il faut tenir les 15 à 20 ans nécessaires pour combler le retard. Déjà, l’élection d’un démocrate à la WH leur fait gagner 4 à 8 ans (tropisme anti-russe et surtout forte dépendance des financeurs du Partie Démocrate vis-à-vis de la Chine (la Silicon Valley et équivalents)). Les « alliés » américains d’Extrême Orient sont eux-mêmes très ambigus vi-à-vis de la Chine, de l’Australie au Japon, leur économie était totalement intriquée à la chinoise : ils ne sont pas prêts à suivre les USA dans n’importe quelle aventure guerrière contre la Chine, d’autant plus qu’ils hériteront des retombées nucléaires… Idem pour l’ambiguïté du principal allié européen des USA, l’Allemagne, qui fait passer ses intérêts économiques en premier, comme l’a montré l’affaire NordStream. Pourrissement total de l’allié ukrainien, inutile de développer plus loin, le constat est évident. Et voilà même que les alliés traditionnels d’Europe de l’Est – Pologne, Hongrie, etc. – rejettent l’idéologie wokeniste qui va de pair avec les armes et les dollars US, la pieuvre Soros se faisant même interdire dans certains de ces pays (symbole du « soft power » US pourtant). Bref, les USA auront intérêt à imaginer un prétexte en acier s’ils veulent attaquer la Chine dans les 15 ans qui viennent. Un navire coulé dans le Golfe du Tonkin ne suffira pas… Last but not the least, le budget militaire US ne risque pas de progresser, surtout quand les authentiques gauchistes remplaceront Biden, une fois son temps écoulé. Cf les réductions de budget des US Marines, obligeant leur patron, le Général Berger, à se recentrer sur sa mission initiale, celle de troupes de marine en Extrême Orient.

          Et la France dans tout ça? Elle s’aligne, montre parfois quelques velléités d’autonomie (rencontre Poutine Macron à Brégançon), mais sans lendemains, et risque même de servir de punching ball à des puissances moyennes ayant de grandes ambitions, trop faibles pour s’attaquer à l’Amérique, mais assez fortes pour humilier un de ses alliés, comme l’ont fait les Turcs en Méditerranée, ou comme pourraient le faire les Chinois dans le détroit de Taïwan. Voulant être présente partout, de la Méditerranée à l’INdoPacifique en passant par le MO, elle risque d’être faible partout, surtout en Méditerranée, notre arrière-cour stratégique, où notre incapacité à nous allier avec l’Italie et à faire adhérer l’Allemagne à notre stratégie nous rend vulnérable face à des puissances montantes, qui possèderont bientôt – quand ce n’est pas déjà le cas – de davantage de soums que nous. Quant à nos leçons de morale démocratique à l’encontre de la Russie ou de la Chine, elles tombent à plat quand nos alliés s’appellent le Qatar, les Emirats, l’AS, le Maroc, l’Ukraine, etc. autant de bailleurs de fonds du djihadisme ou de nids de nazis…
          PS : ma critique de la faiblesse française ne fait pas injure aux militaires français, qui, je le sais, font leur maximum avec des moyens relativement faibles, et surtout au milieu d’une confusion politique extrême.

      • Courmaceul dit :

        Que c’est beau un popotin qui se trémousse quand il faut parler de la France et de la Russie. En tout cas, ça se voit tout de suite que vous êtes un vrai patriote français, si, si ! Cette hargne, cette vive réaction qui vous animent pour défendre les intérêts ru …pardon, français.

    • MERCATOR dit :

      @LEONARD

      « Donc, il pratique l’esquive et dévie la négo vers la G.B et la France, dont le potentiel est insignifiant, mais symbolique. »

      Analyse erronée, la Chine est bien inférieure à la France sur le plan des forces nucléaires ses deux classes de sous-marins lanceurs d’engin sont très inférieurs .
      Classe Xia
      « la construction des deux systèmes, bateau et missiles lui étant destiné, a été une suite de catastrophes. Les sous-marins de classe Xia sont lents, bruyants et leur réacteur est peu fiable. Les premiers tirs réels, en 1985, du missile Julang-1 ont échoué et il a fallu trois ans pour réaliser un test de lancement réussi une fois les difficultés résolues en 1988,

      C’est en fait une copie d’un classe Delta III soviétique modifié, il a été refondu entre 1995 et 2001.

      Il n’est pas considéré comme opérationnel par la Defense Intelligence Agency et n’a jamais réalisé de mission de patrouille militaire, se limitant à des tests et des exercices militaires. Ce navire qui présente de nombreuses lacunes techniques, a servi principalement de plate-forme expérimentale qui a permis aux forces chinoises d’acquérir une expérience supplémentaire des manœuvres en mer.
      Sa portée de missiles est évaluée à moins de 2000 kilomètres et il ne peut pas s’aventurer hors de la mer de Chine, il est donc non opérationnel sur le plan stratégique

      Dans les années 2000, la marine chinoise développe une nouvelle génération de SNLE, le type 094.

      Le premier exemplaire a été achevé en 2007. Six exemplaires de cette série, qui devrait en comporter 8, auraient été construits en 2021, le dernier a cette date étant le Changzheng- entré en service en grande pompe le 21 avril 2021 au contraire de la discrétion habituelle.

      Le port d’attache est la base de sous-marins de Hainan. Le sous-marin n’est pas considéré comme très réussi, car il serait aussi bruyant que les sous-marins soviétiques de la classe Delta III des années 1970 ( et repérables par les sous-marins d’attaque US dès leurs sorties de leurs ports d’attache . Portée des têtes environ 7000 kilomètres . »

      En clair la force stratégique Chinoise n’arrive pas à la cheville de la France et bien entendu des USA et de la fédération de Russie .

    • Fifres et tambourins dit :

      Potentiel insignifiant ? Décidément, la stratégie en chambre est toujours aussi péremptoire qu’ignorante.

      • LEONARD dit :

        @fifres et tambourins
        Quand je parle de « potentiel insignifiant », ne vous sentez pas visé, il n’y avait rien de personnel.

  3. dakia dit :

    Consensus équitable:
    Chaque pays signataire devra détruire 500 têtes nucléaires.

    • Gros-Bill dit :

      Je n’arrive pas à savoir si c’est un sarcasme ou un manque de connaissance du sujet :/

      Parce que sur les 9 nations possédant l’arme nucléaire (USA, Russie, France, UK, Chine, Inde, Pakistan, Corée du nord, Israël) seul les USA et la Russie ont plus de 500 têtes donc en gros vous demandez à 7 pays de renoncer à leurs arsenaux.

    • Hermes dit :

      En quoi est ce équitable ?
      .
      La France devrait construire plus de 200 têtes pour respecter le traiter.
      .
      La Russie et les USA ne perdraient qu’une fraction de leur arsenal.
      .
      Si vous voulez de l’équitable, limiter à 500 le nombre de têtes qu’un pays peut avoir. Libre a chacun de croire que le voisin le respecte.

    • ji_louis dit :

      Il n’y a que la Russie et les USA qui ont (officiellement) plus de 500 têtes nucléaires, les autres refuseront d’êtres réduits à néant.

      • Gaulois78 dit :

        515 à eux deux, 300 pour la France, 215 pour la GB, seul hic pour eux ils n’ont pas les codes nuke nos meilleurs ennemis …
        Si Russes et Ricains détruisent la moitié de leur Arsenal ils en auront (officiellement ? ?) toujours une quantité 10 à 12 supérieure à la France, au contraire il faut dès maintenant doubler le nombre de SNA/SNLE… Ce n’est pas avec une disponibilité opérationnelle de quelques dizaines de Rafales et de Leclerc qu’ont arrêtera l’ennemi, si celui est d’une certaine religion par sûr que la 5 ème colonne française sera avec la France…

    • Titouan dit :

      La France et l’Angleterre n’en on même pas 50 à eux 2 !

  4. Raymond75 dit :

    Voici l’inventaire connu en 2018 de la folie destructrice humaine. Pour la plupart des pays, on ne connais pas le nombre de têtes nucléaires opérationnelles.

    Un seul pays a renoncé à son armement nucléaire : l’Afrique du sud.

    Des anciennes républiques soviétiques ont détruit ou rendu à la Russie les bombes qui étaient stockés chez elles : Biélorussie, Kazakhstan, Ukraine

    D’autres pays ont abandonné leurs programme de recherche : la Suède, la Suisse (mais oui ! )

    L’Iran et l’Arabie Saoudite pourrait chercher à développer ce type d’armement.
    Ogives déployées Autres ogives Total du Stock
    États-Unis 1 750 4 700 6 450
    Russie 1 600 5 250 6 850
    Royaume-Uni 120 95 215
    France 280 20 300
    Chine – 280 280
    Inde – 130–140 130–140
    Pakistan – 140–150 140–150
    Israël – 80 80
    Corée du Nord – (10–20) (10–20)
    Total 3 750 10 715 14 465

    Il ne faut pas oublier que l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas et la Turquie disposent sur le sol de bombes nucléaires US déposées au nom de l’OTAN, en toute amitié, mais avec ‘double clé US et nationale.

    Le nombre de bombes opérationnelles Russes et US est grotesque, et entraine des coûts astronomiques.

    Il y a bien sûr le danger d’une crise internationale qui échappe à tout contrôle, mais aussi le risque qu’un pays réussisse, seul, à développer un système anti-missiles opérationnel, qui le mettrait à l’abri d’une première frappe.

    Tous ces pays modernisent en permanence leurs missiles et leurs têtes nucléaires.

    Ce sont des armes ‘destinées à ne pas être utilisées’ dit on, mais pour ne citer que ces deux généraux US, Mac Arthur et Curtiss Le May, préconisait le bombardement atomique de l’URSS et de la Chine dans le contexte de la guerre de Corée. Et il doit bien y avoir d’autres cinglés de cette nature ici et là.

    • Sinope dit :

      « Il y a bien sûr le danger d’une crise internationale qui échappe à tout contrôle, mais aussi le risque qu’un pays réussisse, seul, à développer un système anti-missiles opérationnel, qui le mettrait à l’abri d’une première frappe. » Un SNLE qui tire suffisament près des côtes peut contourner la défense.

      « Mac Arthur et Curtiss Le May, préconisait le bombardement atomique de l’URSS et de la Chine dans le contexte de la guerre de Corée. Et il doit bien y avoir d’autres cinglés de cette nature ici et là. » Ils étaient tellement rares qu’on a retenu le nom de chacun d’eux.

      Bref merci aux armes nucléaires de nous avoir assuré une guerre seulement froide face à l’URSS. Sans elles les budgets des armées conventionnelles des deux grandes puissances actuelles seraient bien plus fort et ces armées se seraient affrontées depuis 1945.

    • Pluton dit :

      Il me semble que ce soit les us ou la russie, tout deux ont une doctrine de « premiere frappe », plutot explicite, qui a de quoi faire peur un esprit sain. On s’eloigne d’une intention defensive stricte… et la france plus ambigu est pas tres eloigne de cette doctrine d’emploi.
      Alors heureusement que ca reste que du theorique.
      l

    • ruffa dit :

      Oui d’accord avec toi Raymond : cette course aux armements nucléaires est catastrophique ! Mais je serais curieux de savoir où tu as pu trouvé les chiffres de 80 ogives pour Israël Jamais Israël ne donne d’informations sur ses capacités dans le domaine !

    • Captain Pif dit :

      Mac Arthur et Le Nay, c’étaient les années 50. Des généraux qui avaient servi pendant la seconde guerre mondiale, puis à une époque où l’occident avait très peur d’une frappe nucléaire en 1er soviétique.

    • Momo dit :

      Chiffres bidons, on l’a déjà démontré et le raymond75 degrés continue ses sottises.
      Ah! On apprend que l’Iran pourrait vouloir développer le Nuke. Non???? Quelle pré.monition, quel talent!
      Toujours la même daube, on se rapproche de la prise au goulot.

      • Raymond75 dit :

        Tu n’as toujours rien à dire que proférer de minables petites insultes : c’est normal petit Momo, tu es un handicapé de la tête, un mal comprenant … Ce n’est pas de ta faute, et les gens comme toi sont toujours victimes de Troubles Obsessionnels, du Comportement, des TOC.

        « Toc, Toc, Toc » cela fait dans ta tête vide qu raisonne comme un horloge comtoise, et lorsque sonnent les douze coups de minuit, cela raisonne dans ton crâne comme une cloche et t’empêche de te reposer, ce qui ne peut qu’aggraver ton problème …

        Pauvre petit mal comprenant.

  5. Olivier dit :

    Bonjour, comme disait PATTON ont ne peu pas faire confiance au Bolcheviques qui peuvent rayer toute la population mondiale au néant avec leur puissance nucléaire. On doit garder notre indépendance et ne pas se plier au exigence d un pays dont les dirigeants sont des menteurs en puissance.

    • Royal Marine dit :

      Ca m’étonnerai que Patton ait pu dure ça… D’abord compte-tenu de sa culture générale et historique… D’aie part, parce que lorsqu’il est mort, les soviétiques ne possédaient pas encore d’un arsenal nucléaire…
      Peut-être Mac Arthur;

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Ca m’étonnerai que Patton ait pu dure ça]

        Pfff ! Notion bourgeoise de la chronologie .

      • Momo dit :

        Il va être temps de se mettre aux post vérités et à La cancel culture.
        Vous savez, ce révisionnisme qui veut veut brûler les livres.

    • Le Suren dit :

      Patton est mort en 1945. Comment aurait-il pu dire que les Bolchéviques  » qui peuvent rayer toute la population mondiale au néant avec leur puissance nucléaire », puisque l’URSS n’avait l’arme nucléaire en 1945 ?

    • :-) dit :

      C’est assez curieux.
      Georges Patton est mort en 1945, la première bombe « Bolchevique » a explosé en 1949.

      Alors … volonté psycho-débile de faire croire aux idiots utiles que la Géopolitique d’aujourd’hui est celle de la guerre froide avec l’URSS. Surtout quand on veut faire oublier que nos « Libéraux/Libertaires » ont armé économiquement la Chine et son PCC.

      Vraiment comique cette OPEN SOCIETY …
      https://www.ege.fr/infoguerre/la-demarche-sleeping-giants-est-elle-un-encerclement-cognitif-made-usa

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Bonjour, comme disait PATTON ]

      Bonjour ,

      Décès de George PATTON : 21/12/1945
      1ére essai nucléaire Soviétique : 29/08/1949

      https://www.youtube.com/watch?v=0IP0Yvf7zG4

       » Vive la bombe !  » ( Ps : J’ai une version récupérée basse résolution sur un site d’  » anciens  » mais je recherche une édition correcte de ce téléfilm . )
      Au revoir !

    • étambot dit :

      @Olivier
      Comme disait ma grand-mère: « C’était une telle grande bouche que même après sa mort il l’ouvrait encore. »

      • PK dit :

        C’est le problème avec les Américains : même morts, ils continuent à faire ch… le monde !

  6. RGA dit :

    « elle (la Chine) est dans une dynamique où elle fait ce qu’elle dit et dit ce qu’elle fait ». voilà une puissance sûre d’elle, qui fixe des lignes rouges , et s’y tiens. Un interlocuteur fiable.

    • MAS 36 dit :

      La concernant nous pourrions parler de stocks biologiques qui  » s’évaporent  » dans la nature en lieu et place du danger nucléaire, à l’instant présent. Fiable leur P4 ????

    • Hermes dit :

      La tournure exacte devrait être:
      « La Chine est dans une dynamique où elle semble faire ce qu’elle dit et dit ce qu’elle fait quand ça l’arrange ».
      .
      La Chine n’a rien de fiable. Que ce soit sur le plan militaire ou économique, elle joue dans la même cour que les autres pays.
      Elle fait de grande annonce pour dire qu’elle est gentille, mais manoeuvre en sous marin pour ses propres intérêt, et elle a encore moins de limites que les USA ou la Russie pour parvenir à protéger ces derniers.

    • Isidore dit :

      Un interlocuteur fiable ??? Vous plaisantez ? Ils seront fiables dans leurs intentions le jour où la guerre commencera. En attendant, ils feront tout pour affaiblir l’occident et essayer de dominer le monde.

    • Fifres et tambourins dit :

      C’est mot pour mot ce qu’imprimait la presse française et anglaise sur Hitler.

    • ji_louis dit :

      … fiable dans le sens ou elle ne se préoccupe que de ses intérêts, la parole chinoise donnée n’est pas fiable (par exemple, voir le sort réservé à Hong Kong en contradiction avec le traité de rétrocession Britannico-chinois).

  7. Alex dit :

    Que ce soit cet article ou ce qu’il essaye d’exprimer ce n’est quoi qu’il en soit qu’une belle partie de poker menteur : ils sont, de toutes façons, bien planqués au fond des océans et près à faire feu. Personne n’y changera rien !…

  8. Philippe dit :

    Le nucléaire interpelle à juste titre.
    Merci au général de Gaulle pour sa clairvoyance. Il est vivement souhaitable que ses successeurs sachent préserver l’héritage.
    En ce qui concerne l’accès au nucléaire je ne pense pas être le seul à relèver une différence de traitement évidente entre par exemple la Chine et l’Iran laquelle pose évidemment question.
    Si l’accès de l’Irak est, comme nous le savons, réglé nous en mesurons, aujourd’hui encore, toutes les conséquences déstabilisatrices.
    Quel sera le prochain pays objet de cette vindicte et avec quels résultats ?
    En ce qui concerne le Japon il est bon de savoir que les 2 bombes atomiques n’expliquent pas, à elles seules, la capitulation de ce dernier :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ration_sovi%C3%A9tique_de_la_Mandchourie

  9. Jobbic dit :

    La course aux armements nucléaires semblent contradictoire avec les discours répétés sur le besoin de se préparer à des conflits conventionnels de haute intensité. Un conflit de haute intensité entre puissances nucléaires ne fait pas de sens, si ce n’est l’échec de la dissuasion, et il est peu probable qu’un état non doté de l’arme nucléaire s’engage dans un conflit de haute intensité avec une puissance nucléaire. N’étant qu un observateur curieux , j’attends vos avis éclairés sur cette question qui me turlupine.

  10. Bob dit :

    Le tsarat de la poutine est un laquais du PCC. Nous associer avec les britanniques sans demander au PCC est un signe d’allégeance aux hans. Je ne savais pas les russes aussi avilissants.
    Biden a déjà reconduit le traité de non-prolifération et je serai surpris qu’il y ait d’autres traités de réduction d’armement que cela soit nuke, hypersonique, biologique, chimique, spatial ou sur l’IA. Mais le PCC qui est la première puissance économique et industrielle doit participer à ces discussions sans elle, ces traités n’ont aucune valeur. En tout cas, les russes s’arrangent à tenter de mettre sur un même pied d’égalité le couple franco-britannique avec eux. C’est assez valorisant mais on peut faire cela comme de l’hypocrisie et de la mauvaise foi crasse.
    Nous devrions augmenter le nombre de SNLE et de missiles à tête nuke pour viser le PCC car le M51 est trop juste depuis l’Atlantique Nord. C’est une grave faute à moins de fournir sur étagère le nuke aux taïwanais.

  11. Courmaceul dit :

    Pas un mot sur Xi Jinping ? Pourtant il accepte les pcv !

  12. erleg dit :

    Voilà qui n’a strictement rien de neuf : dès les années quatre-vingt, et particulièrement lors de la crise dite des « euromissiles », la diplomatie soviétique utilisait précisément le même argument éculé en prétendant assimiler les arsenaux nucléaires français et britanniques à celui des Etats-Unis. A l’époque, Mitterrand et Thatcher avaient lourdement envoyé paître les russes en leur rappelant fermement qu’une force de dissuasion nucléaire ne se partage pas, même pas avec un allié : c’est d’ailleurs le principe même de son existence, et ce quel que puisse être le degré de coopération nucléaire entre français et -surtout- britanniques d’une part, et américains d’autre part. Les russes ont-il jamais partagé leur armes nucléaires avec les chinois, alors qu’ils les ont aidé à les avoir ? Je n’ai aucun doute que la réponse occidentale sera exactement la même aujourd’hui.

  13. Thaurac dit :

    Ne pas inclure la chine, c’est un accord caduque, bidon…

    • Pluton dit :

      La chine a pour l’instant un stock equivalent au notre, en produisant l’equivalent de leur stock chaque annee, il leur faudrait environ 20 ans pour arriver au niveau des us/russie.
      Sans que les deux en tete acceptent de reduire drastiquement leur arsenal, ca serait d’un ridicule consomme de vouloir pretendre poser des limitation a la chine, il y’a qque chose qui marcherait pas au niveau de la reciprocite qui sont un peu la base de ce genre d’accords…

  14. lxm dit :

    Il faut aussi noter qu’il existe des conventions anti armes nucléaires, d’énormes zones et pays dans le monde où l’usage ou même l’accès à une arme nucléaire ou un engin qui en porte une est interdit( comme un porte-avions qui transporte des armes nucléaires). Bien qu’on se doute qu’en cas de guerre globale les « puissants » ne respecterait tous ces traités. Mais si on prend cela pour argent comptant, les cartes montrent des fortes limitations géographique à l’usage d’arme nucléaire.

  15. aleksandar dit :

    La bombe atomique française a toujours été une épine dans la stratégie de l’URSS.
    Même si la doctrine d’emploi était parfaitement connue.
    En cas de guerre, L’URSS n’aurait jamais franchi le Rhin.
    Il n’est pas étonnant que la Russie actuelle ramène le problème sur la table des négociations, d’autant plus que la France est devenu un vassal de l’OTAN.
    Concernant la GB, la présenter comme une puissance nucléaire est une erreur, sans l’accord des USA, la GB est incapable d’utiliser l’arme nucléaire.

    • Courmaceul dit :

      ce n’est pas en traitant continuellement la France de vassal de l’Otan que vous arriverez à faire oublier votre activité de racoleuse sur la voie publique au bénéfice du Kremlin.

  16. Thaurac dit :

    « .. la France est devenu un vassal de l’OTAN. »
    Faut il encore préciser les nombres de « républiques ex soviétiques » vassales, voire esclaves (avec des hommes de paille),de moscou
    Actuellement, la béliorussie en est un bel exemple..

  17. Titeuf dit :

    Dans les années 80 cela avait déjà été une demande des Russes il me semble… Mitterrand avait bien réagi .

  18. Naledi dit :

    Posséder une arme de dissuasion opérationnelle est une bonne chose pour la France. Mais qu’elle serait le facteur déclenchant (signe d’une fin du monde ?). Avec une attaque conventionnelle de la Russie sur la Pologne ? Ou de l’Allemagne ? Comme réagirait l’OTAN, la France ? Ou de la Chine sur Taiwan , puis de l’Australie, la NZ… Par delà la puissance destructrice de nos armes, sommes nous assez credibles pour stopper les velléités de nos adversaires ? Ça me fait penser au porte épée du bouquin de Liu Cixin (un chinois !). Dans le dernier tome de la trilogie. L’attaque est lancée car l’ennemi considère que le nouveau porte épée n’appuiera pas sur le bouton rouge, et ils avaient raison !

  19. Khizir dit :

    Vieille marotte des russes que Mitterand avait déjà balayé d’un revers de main . Qu’ils descendent à 200 têtes nucléaires , qu’ils cessent de développer des moteurs de propulsion à énergie nucléaire et peut être si cela est nécessaire des négociations pourront être entamées . En attendant il est toujours bon de pointer quelques M51 sur Moscou , Murmansk-Polyarny , Saint Petersbourg ,Archangelsk etc . Le meilleur moyen pour qu’ils se tiennent tranquille .

  20. E-Faystos dit :

    Les sujet reviens régulièrement sur la table d’une manière ou d’une autre.
    La dernière fois, c’était la société stratégique et diplomatique qu’est le.saint père le pape François qui s’y est collé, menaçant les militaires servant dans la dissuasion Française de mesure de rétorsion.
    Comme il entrait dans le pré carré des décisions présidentielles, il fut remis à sa place.
    .
    Apparemment, notre arsenal inquiète. Et le plus formidable, c’est que le monde entier préfère voir une Europe et une France désarmée plutôt qu’en bouclier.