Le français EOS Technologie développe un drone MAME pour répondre aux besoins des forces spéciales

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

12 contributions

  1. basstemp dit :

    Pour nos FS , la priorité ne pourrait elle pas être aussi de pouvoir disposer de drones spécialisés dans le silence de vol ? Enfin c’est une question comme une autre

  2. tom dit :

    Pour que ça soit adapté aux forces spéciales je pense qu’il faudrait que le drone soit hybride c-a-d à voilure fixe mais VTOL (vertical take-off and landing) donc avec des rotors dédiés VTOL ou alors avec une catapulte mais ça me parait exclu vu la taille du drone.
    Car le drone endurance 900 il faut une piste de 50m, je doute que les FS aient toujours ce genre de piste à disposition…
    Il me semble que les russes ont déjà ce genre de drone hybride MAME VTOL et que les US sont en train d’en développer un.
    Bonne chance à cette boite, ce genre de drone manque cruellement et le patroller … bcp trop lourd, pas VTOL et la cellule est un pas optimale car issu d’un petit avion qui plus est allemand…

  3. Parabellum dit :

    On se réveille enfin et n fait appel à autre chose qu au truc allemand ? Hourra et vive les spéciaux…espérons que ce a concerné toutes les forces et vite…

  4. antoine dit :

    leuromale 10ans de development dépassement de budget et les allemands qui bloquent toute discussion… entreprise privée française… définit réussi. je pense que celas prouve que leuromale vas nous coûter beaucoup pour riens! j’espère que le prochain président vas nous faire sortir du scaf et de leuromale

  5. Deres dit :

    Je suis assez dubitatif. On a fortement augmenté le budget des forces spéciales. Conclusion, elles sont en train de se créer en tant qu’armée au sein de l’armée, avec leur propre matériel, développé et acheté en quantité stochiométrique … Bref, on est en train de créer tout en doublon entre les forces spéciales et l’armée de Terre. Avec ces méthodes, l’augmentation eds effectifs des forces spéciales ne va pas être proportionnel à l’&augmentation de leur budget, loin de là …

    • PK dit :

      pas stœchiométrique, mais microscopique.

      Sinon, je suis globalement d’accord. Les FS tournent à l’américaine, sauce US Marine, et on verra bientôt un GAN spécial FS. Ce n’est pas du tout leur vocation, et gageons que d’ici quelques années, on créera un groupe de bonshommes dédiés à l’action spéciale pour le boulot sur l’arrière de l’ennemi.

      Aujourd’hui, on a l’impression (à mon avis à tort) que les FS sont l’alpha et l’oméga du combat à terre. Ils font le boulot à la fois de la bif et des chocs (para/légion). Je ne dis pas qu’ils font mal leur boulot (ce sont tous des as dans leur domaine), mais ce n’est pas leur boulot, et je reste persuadé qu’ils seraient plus utiles ailleurs (et plus utiles d’utiliser des troupes ad hoc dont c’est le boulot là les FS sont utilisées aujourd’hui).

    • JC dit :

      L’avantage des FS, c’est que Jupiter va pouvoir jouer aux WarGames avec plus de soldats. Certainement plus excitant que de faire des manœuvres combinées sur le front de l’Est, non ?.

    • Fred dit :

      @ Deres

      Pas faux, mais une partie du matériel qu’elles développent, exploitent, et expérimentent se retrouve assez souvent ensuite dans l’Armée en général (HK416, micro et mini-drones… etc.).

      Je vais enfoncer une porte ouverte ;o) Leurs stratégies, leurs tactiques sont spéciales et réclament des matériels spécifiques. Mais on trouve la même chose dans l’Armée de terre : des Griffons à trois essieux et des Servals assez proches, mais à deux essieux ; des CAESAR peu blindés destinés à l’arrière du front et au futur des CAESAR plus blindés destinés à accompagner les chars lourds dans une percée (en replacement des 155 GCT)…

    • vrai_chasseur dit :

      @deres
      Il n’y a pas de budget propre aux FS en France.
      Le seul budget en propre c’est celui du COS, une structure d’état-major d’environ 150 personnes + autant de réservistes.
      Pour mémoire le COS est juste une structure de planification et d’emploi. Les FS appartiennent à chaque arme, terre air mer. Elles s’équipent et fonctionnent sur les budgets de ces 3 armées. D’ailleurs le COS emploie aussi des régiments classiques (génie, logistique par ex.) pour ses opérations.
      Compte tenu de son expérience opérationnelle (dont il serait idiot de se priver) le COS dispose d’une cellule innovation qui est capable de proposer des matériels très en avance ou spécifiques à des missions difficiles. Mais ce sont ensuite les 3 armées qui achètent – ou pas- ces équipements en fonction de leur budget.
      Quant aux missions COS, si certaines peuvent être similaires à des missions classiques, la différence (souvent non perceptible du commun des mortels) est qu’elles se font en environnement instable ou chaotique.
      Ce qui requiert une qualité propre aux FS : savoir gérer en permanence l’ambiguité sur le terrain.

  6. Thierry dit :

    Déjà qu’on a un méchant déficit en drone pour l’armée de terre, je ne vois pas l’intérêt d’en faire un spécifique pour les forces spéciales si les forces conventionnel n’en n’ont pas.

    je n’ai rien contre ce drone, mais seulement contre le concept d’en faire bénéficier un « happy few » au sein de l’armée et de laisser tous les autres sur leur faim.

    ça me fait penser à l’armée de Saddam Hussein, sa garde républicaine était doté du matériel le plus récent alors que le reste de son armée n’avait que des trucs usé et dépassé. Il s’agissait surtout d’une force militaire politique pour assoir son pouvoir personnel, Macron s’en inspire visiblement. Toutes ces minis unités « spéciales » que ce soit dans l’armée ou la police ne survivent que sur un poulailler déplumé incapable de remplir son rôle.

    tout cela sent bien mauvais dans l’éventualité d’une guerre de haute intensité.