L’aptitude du futur hélicoptère Guépard à voler dans un environnement « sable et poussière » testée par la DGA

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

72 contributions

  1. Parabellum dit :

    Espérons que ça sera un bon engin vu que ça va devenir le seul modèle….pour les 3 armées…il apporte quoi vraiment de plus ? Vitesse ? Autonomie ? Armement ? A voir …et toujours pas d helico lourd …bon on s en va du Sahel et ce n est plus urgent ..quoi pour succéder au nh 90 peu disponible ? Faut il des machines chères et complexes ou des engins simples puissants et nombreux…? On est toujours dans la série annoncée copieuse et en peau de chagrin au moment des budgets…on expérimente les helico et par ailleurs les blindés au Sahel…pour y retourner ?

    • Carin dit :

      @Parabellum
      Il restera la bagatelle de 2500 paxs environ au Sahel…
      C’est une force suffisante pour
      « Accompagner » les armées locales des 5 pays.
      En fait, notre président retire 2500 paxs de Barkhane, pour forcer l’aide américaine d’une part (ça a marché), pour calmer l’opinion publique avant les élections de 2022, (ça va peut-être marcher), mais laisse 2500 paxs pour garder le contrôle de Takuba, car aucune armée au monde n’enverra autant de gars.

    • Dominique Mathieu dit :

      L’atout est la facilité de maintenance, un unique helico pour les 3 armées, donc pièces uniques et mécanos uniques. Un atout majeur

  2. Sanclou Nicole dit :

    Pour un équipage d’hélicoptère, les phaseS de décollage et d’atterrissage sont souvent délicates quand il s’agit d’évoluer dans Un tel environnement, notamment à cause des nuages de sable [ou de poussière] soulevéS par les pales des rotors, lesquels réduisent la visibilité et font donc perdre tout repère.

  3. werf dit :

    L’armée a besoin d’un hélicoptère léger RUSTIQUE et pas de 68 innovations qui ne serviront à rien sur le terrain vues les conditions très changeantes de la météo qui oblige à des vols difficiles et qui mettent à mal tous les composants. Il n’y a pas besoin d’aller à Ouarzazate pour le constater, les RETEX Barkhane suffisent. Airbus hélicoptères est plus préoccupé par ses ventes d’appareils civils que militaires. Ils complexifient tous leurs programmes, d’où les coûts et les retards qui explosent. Aucune leçon n’a été tirée de l’Afghanistan et d’autres conflits menés par les autres puissance militaires, on retrouve bien là l’arrogance et la prétention françaises…

    • Ancien des opex dit :

      Werf, d’accord avec vous : il faut des hélicoptères RUSTIQUES, toutes les opex le démontrent depuis un demi-siècle.
      .
      Mais voilà : de mystérieux intérêts politico-industriels semblent s’y opposer.

      • Royal Marine dit :

        Depuis 50 ans?
        Vous voulez dire que les Syko, Alouettes et Gazelles ne l’étaient pas?

        • Plouc putatif dit :

          RM fait probablement exprès de ne pas comprendre : les opex depuis un demi-siècle ont montré qu’il faut des hélicoptères rustiques.
          Ça ne veut pas dire que les hélicoptères en service n’étaient pas rustiques.

          • Habituė d' opex360 dit :

            « Royal Marine » ne le fait pas exprès, hélas.
            Il est comme beaucoup d’intervenants sur ce blog, qui se dépèchent de contredire sans prendre le temps de comprendre le texte qu’ils croient contredire.

    • blavan dit :

      @werf. Au contraire, cette adaptation servira surtout à vendre l’appareil à l’export , ce qui est le principal pour notre économie, avant nos interventions extérieures.

    • François-01 dit :

      Pourquoi vous trouvez que les autres nations donnent dans la simplification des systèmes d’armes, avec moins d’électronique ?!

    • sepecat dit :

      Dans la mesure où vous n’avez, a priori, pas connaissance dans le détail de ce que sont effectivement ces 68 innovations et ce qu’elles apportent (ou non) à la sécurité des vols, votre phrase « on retrouve bien là l’arrogance et la prétention françaises… » est non seulement hors de propos mais en plus totalement déplacée. Il est évident que le constructeur intègre les demandes de ses clients, qu’ils soient civils ou militaires et, à moins d’être employé chez Airbus et disposer d’informations de première main, ce dont vous voudrez bien nous faire bénéficier en retour, votre commentaire n’apporte absolument rien.

    • Meiji dit :

      Ils veulent de la qualité, pas de la quantité. Rustique pour eux ce n’est pas performant et c’est trop de masse a gérer car il en faut plus.
      La défense Française c’est maintenant une formule 1, elle peut livrer une enveloppe partout dans le monde en 2 heures, ça lui coûte une fortune, ça fonctionne une fois sur deux, et s’il y a deux enveloppes c’est plus possible il faut choisir laquelle. Pendant ce temps les autres envoient des e-mails.

    • JC dit :

      Est-ce qu’e l’on ne peut pas remplacer arrogance et prétention par bêtise ?

    • Conconlecon dit :

      Vous parlez de ce que vous ne comprenez pas. Le H160 n’est pas un hélicoptère complexe. Il devait avoir des commandes de vol électriques, mais AH y a renoncé parce que trop complexe. En fait, le H160 n’est qu’un concentré de ce qu’il se fait de mieux aujourd’hui en termes de choix des matériaux, de profil de rotor et de moteurs. Il a par ailleurs été conçu pour faciliter la maintenance. Il consomme moins, ce qui accroit d’autant son rayon d’action et il est plus silencieux. De plus les économies d’échelle réalisées grâce à son emploi unique dans les trois armes et surtout grâce au marché civil rendront son utilisation plus économique que celle des hélicoptères qu’il remplace, ce avec des pièces plus facilement disponibles. Il y a beaucoup de bon sens dans toute cette stratégie. Je ne comprends bien pas vos commentaires négatifs.

      • tschok dit :

        @Conconleçon,

        En complément de ce que vous dites, cet article presse généraliste, mais assez détaillé: https://www.laprovence.com/article/economie/3403156/h160-ces-innovations-qui-font-la-difference.html

        Je pense que ce qui a fait sursauter Werf, c’est le mot « innovation ». C’est un mot qui le perturbe énormément, comme beaucoup ici.

        Et il y en a 68, en plus, donc ça le met en crise. Alors que vous lui filez un fusil Lebel, une ration de topinambour, un calot et des bandes molletières et il vous charge les touaregs baïonnette au canon.

        Mais un hélico moderne, c’est comme un OVNI, ça n’a pas de sens.

        C’est les vieux, ils sont comme ça.

        • Pascal (l'autre) dit :

          @tschok En réponse à votre « commentaire » postée dimanche à 19:50
          sur le sujet traitant de l’échec du missile hypersonique américain, commentaire dont je « colle » un petit extrait : »Vous portez, comme des millions d’abrutis sur Internet une accusation contre untel, ici une entreprise américaine, bon ben ok. Cette accusation est totalement gratuite.Bon ben ok. Et puis on a l’imbécile de service qui vient reprocher à ceux qui vous répondent que vous racontez des conneries qu’ils n’ont pas d’argument à vous opposer: Pascal. » Bravo monsieur le « psychiatre  » qui croit se donner des airs supérieurs en donnant à coups d’explications alambiquées et pseudo intellectuelles. Votre « brillante » démonstration ne sert finalement que mettre en évidence votre fatuité! Fatuité de celui qui se permet de distribuer selon son bon plaisir des satisfecit à l’un et à l’autre tel un maître d’école distribuant les bons points et les billets de colle!
          Cependant je tiens à vous faire remarquer que pondre un « pavé » indigeste » de 58 lignes ou vous essayez pathétiquement (comme souvent) de faire transparaitre très vaguement une tentative de psychanalyse à votre sauce pour me traiter d’abrutis voire d’imbécile de service montre néanmoins que vous me portez une certaine attention. Le fait que vous postiez 58 lignes de vos « fulgurances » intellectuelles concernant un abruti voire un imbécile selon vos écrits un dimanche soir démontre que vous devez sacrément vous faire chier! Je ne me formaliserai pas davantage de vos propos car comme l’écrivait Talleyrand : » ce qui est excessif est par nature insignifiant » et c’est une constante chez vous de dénigrer et insulter ce qui n’ont pas votre agrément « d’intelligent « (du moins qui se croit). Mon « brave » *Tschok, se faire traiter d’abruti ou d’imbécile par un con a quelque chose d’hilarant!
          « C’est les vieux, ils sont comme ça. » Toujours cette justesse dans le « compliment! J’ignore votre âge mais ne dit on pas que la valeur n’attend pas le nombre des années! Cela sera grandiose dans vos vieux jours!
          * brave. C’est ainsi que l’on appelle certaines personnes en particulier dans le sud est!

          • tschok dit :

            Oui, c’est vrai, le com était un peu long, mais il m’a paru opportun de le faire, car on s’habitue trop facilement à des discours qui tentent de faire oublier une règle sociale assez simple: il appartient à ce qui qui affirme quelque chose de le soutenir, de l’étayer.

            La logique qui tend à s’imposer sur les réseaux sociaux est complètement différente et tient en une autre phrase: « je n’ai pas la preuve de ce que j’avance, mais je n’ai pas la preuve du contraire, donc c’est vrai ».

            Ben non, désolé, c’est pas « vrai ».

            Et cette logique illogique parvient trop souvent à l’emporter parce que des imbéciles de service lui donnent une apparence de sérieux. Ils en font une question légitimement discutable, alors qu’elle repose sur du vide.

            Et en l’espèce, l’imbécile de service, c’était vous. Mais vous étiez le rouage le plus intéressant, parce que sans votre intervention, ça prend pas.

            Faut savoir à quel jeu vous jouez et en accepter le prix, qui n’a rien d’excessif au demeurant. Jouer à l’imbécile de service et se faire traiter de tel, ce n’est pas la mort, non plus. C’est le jeu, c’est tout.

        • ScopeWizard dit :

          @tschok

          Miah ! 🙂

          Je constate une fois de plus à quel point vous maîtrisez l’ art de vous faire de bonzamis !

          Pourtant , franchement………..

          @Pascal (l’autre) n’ est pas le plus mauvais cheval , loin de là…………

          Mais bon , chacun ses affinités zédistractions , n’ est ce pas ? 😉

    • Fred dit :

      @ werf

      Ben y’aka ré-ouvrir les chaines des Alouettes…

      Le H160 a été simplifié : au départ il était prévu qu’il soit pourvu de Commandes de vol électriques, par exemple.

    • charly10 dit :

      Werf
      D’accord avec vos propos, une machine de guerre doit avant tout être fiable et pratique pour assurer en priorité l’efficacité des forces du pays. L’aspect commercial est malheureusement toujours en filigramme chez un constructeur, malgré les services de la DGA dont la mission de pilotage de la mise au point Tactique, avec le constructeur, dans la phase évolutive de l’appareil, est la clé des problèmes futurs de MCO.

      • tschok dit :

        Ben c’est-à-dire qu’à la base l’hélico est civil. On en a fait une version militaire.

        Donc l’aspect commercial est pas une perversion du truc qui aurait été imposée à un ministère de la guerre vulnérable et incompétent par un constructeur ignoble et répugnant.

        Je sais bien qu’on est un vieux pays catholique et dire qu’on gagne de l’argent, c’est odieux, mais là je pense que, à titre exceptionnel, on peut être indulgent.

    • FredericA dit :

      @werf : Un appareil RUSTIQUE ? Comme la Gazelle… qui apportait des innovations majeures, jusque là jamais vu sur un hélico.
      .
      Je cite Airbus : « Cet appareil est en effet le PREMIER hélicoptère Airbus à avoir été doté du Fenestron qui équipe encore aujourd’hui les appareils de la gamme, dont le H160, premier modèle de la génération H. Cette INNOVATION majeure améliore la sécurité au sol autour du rotor de queue tout en réduisant le niveau de bruit de l’appareil. La Gazelle fut aussi le PREMIER hélicoptère Airbus à être équipé de pales en composites (fibres de verre) développées en coopération avec la société allemande Bölkow. Enfin, ce fut le PREMIER hélicoptère au monde à obtenir la qualification de vol aux instruments IFR, catégorie I, décernée par l’Administration fédérale américaine de l’aviation (FAA). Cette qualification permet aux opérateurs d’utiliser les règles de vol aux instruments avec un seul pilote à bord. »
      .
      La suite de l’article sur le site du fabricant : https://www.airbus.com/newsroom/press-releases/fr/2017/04/airbus-helicopters-celebrates-the-50th-anniversary-of-the-gazelle-s-maiden-flight.html

    • dompal dit :

      @werf,
      Je trouve votre commentaire plutôt étonnant (pour rester poli) puisque vous ne connaissez pas l’engin !?! 🙁

      Même si comparaison n’est pas raison : 😉
      – Utilisez-vous toujours votre premier tél portable à touches acheté il y a 25 ans ???
      – Aviez-vous à la même époque une connexion Internet haut débit (je ne vais pas évoquer la fibre de peur de vous occasionner un arrêt cardiaque) à la maison ???

      Pensez-vous que si on remplace une ampoule à filament par une led, c’est moins fiable/rustique ? 😉
      La liste peut être longue…(68 innovations…). 😉

      Si vous voulez que nos pilotes hélico volent sur Sikorsky ou Alouette, on peut aussi réquisitionner auprès de particuliers des jeeps MB/Ford/Hotchkiss M201….c’est plus rustique !!! 😉

      Pas sûr que votre idée ‘lumineuse’ (rustique) trouve un écho favorable des utilisateurs……!?? 😉

      Sans aucune animosité de ma part. 🙂 😉 🙂

    • Ancien des opex dit :

      Excellente contribution de werf qui reste valable même après les réactions d’une foule de contradicteurs. Mais pas seulement des contradicteurs : il y a aussi ceux qui confirment que nos industriels voient avant tout l’aspect commercial des choses (soyons honnêtes : on ne peut pas leur reprocher).
      Parce qu’en définitive « on dira ce qu’on voudra » : sur le terrain, il nous faut un hélicoptère rustique.
      .
      Au fond le problème date de 1969 : les partis politiques reprenaient le pouvoir après le départ de Charles de Gaulle.
      C’est à ce moment-là que la DMA (M pour ministérielle) devint DGA et reçut la nouvelle mission, statutaire, de favoriser l’industrie d’armement française.
      Depuis cette époque la DGA ne sait plus si elle doit se positionner du côté des industriels ou du côté des militaires sur le terrain.
      .

      • ScopeWizard dit :

        Heu , les gars ; très loin de moi l’ idée de jouer les rabat-joie , mais êtes-vous bien sûrs que le terme « RUSTIQUE » soit le plus approprié ?

        Ne s’ agirait-il pas plutôt de « ROBUSTE » ?

        Vous comprenez , cet hélicoptère aura beau être sophistiqué , plein d’ innovations , bardé d’ électronique de pointe , s’ il est « ROBUSTE » tout devrait bien se passer………….

        Alors que s’ il est « RUSTIQUE » , un rotor principal , une cabine , une poutre de queue avec rotor anti-couple , un moteur , un réservoir , des patins ou des roues , une installation radio , quelques câbles et des tuyaux + du boulonnage pour assembler tout ça , et c’ est bon ça suffit , pas besoin de plus………….

        Donc , êtes-vous bien sûrs du terme « RUSTIQUE » ? 😉

        • dompal dit :

          @Scope,
          Bien vu.
          Remarque pertinente, s’il en est ! 🙂

        • Eurafale dit :

          Je pense que c’est bien le mot qu’ils veulent utiliser, RUSTIQUE 🙂
          Ça fait vieux, dans son jus, le truc qui fonctionnait à l’époque, du genre une vieille 2CV version utilitaire pour aller aux champs (d’honneur ? ^^)
          Une bonne vieille Alouette II ou un S-58 au Mali avec un bon vieux T-6 à la place de nos Tigres et Mirage 2000 trop fragiles pour « aller chasser les terro en moto », ça coûte pas cher et ça fait le taf… Comment ça « TROP » rustique ?? 🙂

        • ScopeWizard dit :

          @dompal @Eurafale

          Oui et merci ; sympa ! 🙂

          Cela étant , je m’ aperçois avoir oublié le tableau de bord avec les instruments et indicateurs qui vont bien , les commandes de vol , toute la tringlerie associée , ainsi qu’ un siège pour installer le pilote de façon à ce qu’ il ne se retrouve pas tout de guingois après chaque vol à force de se tortiller dans tous les sens dans sa cabine exigüe…………

          Impardonnable !

          Mais bon , ce doit être là le côté « rustique » du Scopy……….. 😉

        • Polymères dit :

          Le vrai problème ce sont ceux qui ne comprennent pas et ne savent pas vivre dans leur temps et continuent à considérer toutes évolutions comme inutile, car « eux » faisaient sans cela, donc que c’est « inutile ».
          La « technologie » (ou encore « l’électronique ») est pour eux un concept vaste et four tout qui comprend tout ce qu’ils ne comprennent pas, ne maitrisent pas et toutes ces choses qui se font non sans raison dans un processus d’évolution, de fiabilisation, d’augmentation de la sécurité, des performances, gagner du temps.

          C’est un peu comme l’évolution au niveau automobile, il y a ceux qui vont se dire qu’ils suffit d’une cabine avec 4 roues et un moteur, mais si cette base répond à l’origine du besoin de se déplacer, l’usage et les usagers expriment ensuite des besoins. Il va vouloir plus d’autonomie, il va vouloir un moteur plus puissant, il va vouloir moins de bruit, des freins plus efficace, une direction assistée, des suspensions plus douces, un poste radio, des sièges plus confortable et qui se règle mieux, une voiture plus sécurisante, il en aura marre d’ouvrir la fenêtre en tournant la poignée et voudra appuyer sur un bouton, il voudra la clim, un système de dégivrage, il va vouloir de l’automatisation pour réguler ou limiter sa vitesse et éviter de toujours avoir les yeux sur le compteur, il voudra des prises pour son téléphone, des écrans pour les enfants, bref il y en a un paquet et les besoins ne sont jamais imposés bêtement par un industriel juste pour complexifier la voiture et emmerder les garagistes, c’est pour répondre aux usagers.
          Le problème ce n’est pas que tout cela est compliqué, non fiable ou fragile, que c’est ça qui ne fonctionne pas et font les problèmes « modernes ». Ce qui est un problème c’est que l’ajout de ces choses impliquent à miniaturiser et optimiser l’espace et donc à complexifier les contrôles, vérifications et réparations (comme avant sur une voiture, aucun problème pour changer une batterie, en 10 minutes c’est fait, aujourd’hui elle va être caché derrière tel ou tel élément afin d’optimiser un espace et vous devrez passer chez le garagiste, mais en soit la batterie n’est pas différente ou plus complexe, il y aura toujours une boite avec une borne + et -). Cela créer du temps (les fameuses heures de maintenance qui globalement ne sont pas des réparations mais des contrôles) pour assurer une visite et c’est aussi pour ces raisons qu’on tend aujourd’hui et de plus en plus à assurer cette fonction « contrôle et visite » à des systèmes d’auto-diagnostique (par exemple le boitier que va brancher votre garagiste sur votre voiture), mais aussi le système de la maintenance prédictive (à ne pas confondre avec la maintenance préventive).
          La généralisation grandissante de ces systèmes, y compris dans nos armées, va réduire les temps d’indisponibilité et permet de s’adapter à des machines qui sont structurellement de plus en plus contraignante à vérifier, tant pas le nombre de choses à contrôler que par leur accessibilité.

          Il faut arrêter de fuir par ailleurs les évolutions et arrêter de considérer que tout cela est « inutile » en pensant que les désavantages sont plus nombreux que les avantages. Il n’y a rien de complexe, vous avez plus de chance d’avoir un aéronef cloué au sol en raison d’une panne moteur que pour une panne d’un système qu’on juge « non rustique » ou « inutile ».

          Il est aussi nécessaire pour les armées de distinguer et comprendre l’indisponibilité d’un matériel et ne pas se laisser porter par ses propres jugements et convictions Quand on dit qu’il faut par exemple 6h de maintenance pour 1h de vol, ça ne veut pas dire qu’après 1h de vol, il y ait tellement de casses, qu’il faut réparer l’hélicoptère pendant 6h, ni que s’il effectue 2h de vol qu’il faudra 12h de maintenance, non il y a une fiche de visite (contrôles et entretiens) après un vol (peu importe son temps) qui prendra 6h. Ces 6h si ils sont réalisés par 3 mécaniciens l’indisponibilité tombera à 2h. Le coût de ces heures de maintenance entrera en compte dans ce qu’on va nommer le coût d’une heure de vol, un coût qui n’est pas « réel » mais d’ordre indicatif. Généralement l’indisponibilité d’un matériel est lié à des contraintes de visites et de contrôles périodiques ou pour un aéronef à chaque vol. Ces visites sont soit propre aux armées, soit des recommandations de l’industriel et entrent dans le domaine de la maintenance « préventive ». Vous comprendrez alors pourquoi la négociation de contrats et de procédures avec des industriels peut augmenter la disponibilité d’un matériel, pourquoi engager contractuellement les industriels sur un taux de disponibilité va les pousser à intégrer de plus en plus la maintenance prédictive sur leurs produits.
          A côté de cela on a l’indisponibilité liée à la maintenance corrective qui est la résolution de pannes et qui impliquent souvent le remplacement de pièces. Ici on peut arriver à des délais très long en raison de l’approvisionnement en pièces de rechange, ce qui est un autre problème qu’on cherche également à réduire avec la centralisation de magasins et une distribution du type Amazon avec une priorisation des pièces pour favoriser la disponibilité (en gros s’il y a par exemple un véhicule qui a les freins et son moteur HS et un autre véhicule du même type qui a juste les freins HS, que dans les stocks on a juste un exemplaire de freins, ben entre les deux véhicules il va aller à celui qui a juste les freins HS afin qu’il puisse être dispo).
          Autre indisponibilité, c’est celle lié à la maintenance industrielle, qui pousse à corriger des défauts, moderniser ou améliorer des véhicules etc.

          Donc le « problème » n’est pas dans un retour en arrière avec l’abandon des avantages en pensant réduire les coûts et augmenter la disponibilité par des matériels « rustiques ». C’est avant tout une question d’organisation, de procédures. Automatiser les contrôles et vérifications des systèmes, la maintenance prédictive peut très clairement amener à augmenter la disponibilité. La robustesse est généralement intégré dans le matériel militaire (ce qui le rend souvent plus « lourd » qu’un matériel destiné au civil). La robustesse d’un hélicoptère est très relative également, ce n’est pas un véhicule et si le terrain sableux est avec de fortes températures est exigeant, il n’est pas non plus la norme, qu’on s’y adapte avec des filtres, qu’on s’en protège avec des joints, oui, c’est nécessaire, mais il faut garder en tête que c’est un environnement extrême dans lequel on ne va pas spécialiser l’appareil. Son environnement principale restera tempéré/tropicale et non désertique.

  4. Bohé dit :

    L’appareil est-il efficace pour remplacer les Gazelles Hot et faire notamment du vol tactique, spécialité française? Il me semble un peu gros mais je ne suis pas spécialiste, si quelqu’un peut nous éclairer?

    Après je comprends l’intérêt d’avoir un seul appareil pour en remplacer 4 en ce qui concerne la maintenance et la formation des pilotes et mécaniciens.
    Merci d’avance.

  5. ronfly dit :

    Premierement, ayant eu la chance de voir le H160 en essai du coté de la base du gamstat, j ‘ai franchement été scillé par sa vitesse et sa vélocité. Il a notamment effectué un stop and go en un rien de temps suivi d’un break sur la tranche à grande vitesse façon chasseur… rarement vu cela…
    Ensuite le fait de choisir un format unique type 6T peut paraitre soit surdimensionné ou l’inverse en fonction de la version. Mais finalement, il permet d’avoir un appareil pouvant emporter le minimum d’equipement et d’emport necessaire quelque soit la mission et les conditions atmospheriques. Il devrait permettre une gestion commune optimisé notamment sur les partie cellules/moteurs/systemes de base.
    Finalement il pourrait etre une bonne synthese des besoins interarmes avec des adaptations pour chacunes en gardant la base de l’appareil.
    Esperons que ce soit une reussite pour qu’il prennent une place centrale dans nos armees.

    • PK dit :

      Il reste juste à savoir ce qu’il coûtera en MCO… parce que moins cher qu’un Fenec ou une Gazelle, je demande très sérieusement à voir. Donc parler d’économie déjà à ce stade…

      • Aymard de Ledonner dit :

        Les très vieux matériels comme la gazelle voient leur coût de MCO exploser de même que les délais….. Pièces plus disponibles devant être produites en micro-séries, câblage antédiluvien que personne ne maîtrise plus, structures très fatiguées renforcées encore et encore comme on peut…..
        A un moment il faut savoir dire stop. Et je ne pense pas qu’on ai forcé les utilisateurs actuels à accepter de nouveaux hélicos. Je ne sais pas pourquoi, je les voit mal supplier qu’on leur laisse leurs gazelles sans leur donner des Hil…..

        • PK dit :

          Je ne dis pas qu’il ne faille pas remplacer les illustres Gazelle. J’ai juste des doute quant à la justification financière.

          De plus, le coût de la MCO que vous évoquez est purement conjoncturel, et non structurel : il suffirait d’avoir des pièces en stock (et à l’heure de l’imprimante 3D, y’a des tas de solutions pour des trucs comme cela) pour diminuer ce coût qui n’est élevé que par manque de volonté.

          Du coup, dans la réalité, la MCO d’une Gazelle ne coûte pas cher. Qu’en sera-t-il réellement de cet hélico ?

          • Aymard de Ledonner dit :

            L’impression 3D n’est pas gratuite. On a l’impression que c’est le cas à lire certains commentaires. Et en fait pour les pièces métalliques le coût est encore exorbitant. S’il s’agit d’obtenir des pièces impossibles à produire autrement (par exemple creuses) ou exceptionnellement de pouvoir faire décoller un appareil dont on a urgemment besoin cela se justifie mais si ça doit devenir habituel personne n’a aujourd’hui les moyens même pas les US….

          • tschok dit :

            @PK,

            « Je ne dis pas qu’il ne faille pas remplacer les illustres Gazelle. J’ai juste des doute quant à la justification financière. »

            Quarante ans d’âge, ça vous suffit pas?

            Là, on en est au point où les mécanos font les antiquaires pour trouver les pièces de rechange.

            je sais qu’on est devenu un pays de vieux cons rétrogrades où le mot « progrès » est devenu une grossièreté, mais là, bon, quand même, on pourrait se faire violence, un peu.

            Sans trahir votre idéologie rétrograde, mais juste par pragmatisme.

            Ah merde, ça aussi c’est un gros mot.

            Bon allez on s’en fout, de toute façon les Gazelle partent en puzzle. Donc, que vous et les autres vieux cons figés dans la glace soient d’accord ou pas, on va devoir le faire.

            Sinon, l’occar a filé le marché du MMP en portée de 8 km à MBDA.

            Donc, la loco est sur les rails, je sais, c’est déchirant, va falloir faire votre deuil de tous ces trucs que vous avez connus quand vous étiez jeunes.

            Moi aussi quand je me suis séparé de ma vieille machine à laver, ç’a été un drame.

          • dompal dit :

            @PK,
            Demandez aux pilotes d’hélicos s’il veulent toujours voler sur Gazelle ou sur un engin actuel…avec une MCO simplifiée ?

          • PK dit :

            Ce que j’aime avec les gauchistes, c’est leur capacité limitée à comprendre . Quand on dit « difficile d’égaler la MCO des Gazelle », ils comprennent « faut pas remplacer les Gazelle ».

            Je pense que chez certains, une grosse MCO côté neurones seraient sans doute nécessaire; un genre de mise à jour à mi-vie qui relancerait le cerveau, avec des capacités limitées, mais élémentaires, comme comprendre un ou deux mots par phrase.

    • charly10 dit :

      La manip que vous décrivez, est réalisable avec tous les appareils en version lisse ; Au Gam Stat elle a été réalisée par un appareil constructeur, avec un équipage d’essai : Equipage non soumis aux règles de présentation en vol définie par ce que l’on appelle dans l’ALAT le BO133.Ce document impose, par mesure de sécurité, des règles limites d’attitude lors des présentations en vol ; Il est bien évident que ces règles limitent beaucoup le caractère spectaculaire des démonstrations.

  6. John dit :

    « Il aura fallu dix heures de vol pour collecter suffisamment de données et vérifier ainsi la capacité du futur Guépard à évoluer dans un tel environnement. »
    Et après certains se moquent des programmes d’autres pays?
    10 heures de vol donnent réellement des infos pertinentes? Probablement rien concernant l’usure prématurée. Les filtres anti-sable, c’est bien de les tester, mais les résultats à très court terme peuvent différer du long terme. Sur 10 heures, improbable de voir des signes d’abrasion, mais cela ne signifie pas qu’il n’y en aura point sur un déploiement plus long.
    Il y a aussi le fait que les CFRP sont plus sensibles à l’abrasion que les métaux, et que le rotor, les pales sont produits avec de CFRP.

    • Fred dit :

      @ John

      CFRP : Polymère va râler si tu le dis sensible à l’abrasion, et en plus tu emploie le sigle anglais :o)
      Il y a d’ailleurs belle lurette que les pales d’hélico comprennent des composites polymère.

      Est-tu bien sûr que le plus gros fabricant d’hélicoptères civils mondial, Airbus Helicopters, ne connaisse pas son métier ?

    • PK dit :

      LOL. Vous savez, avec la maintenance prédictive, on a fait des gros progrès… Il suffit aujourd’hui d’extrapoler à partir de micro dommages. Ça marche relativement bien (et largement aussi bien qu’engranger des milliers d’heures d’étude). Le seul hic est d’avoir les capteurs en place (ce qui tombe bien : le H160 est neuf… il doit avoir tout ce qu’il faut).

      Pour les signes d’abrasion, ça se fait de la même façon avec des microscopes… Tout cela est parfaitement maîtrisé aujourd’hui.

    • dompal dit :

      @John,
      Vous devez confondre heures d’utilisation et heures de vol !

      Ce qui ‘flingue’ les hélicos, ce sont les phases de décollage et d’atterrissage en milieu désertique, pas les heures de vol dans un ciel pur…sauf vent de sable…mais ces données auront déjà été collectées lors des phases de décollages et atterrissage précisément ! 😉

      De plus, je doute fort qu’Airbus H dépense des sommes folles pour faire 10 heures de vol au Maroc et ensuite rentrer à la maison….même si c’est à Marignane !!?

      Pour avoir déjà testé de (futurs) matos quand j’étais bidasse, cela ne se résumait pas à 10 heures ou 10 jours au camp Machin-Truc mais plutôt sur une longue période et particulièrement en opex.

      Cela m’étonnerais qu’Airbus H se contente de 10 heures de test dans le désert marocain pour un futur hélico qui équipera nos 3 armées ‘au contact’ et qui vaudra plusieurs millions d’euros…..sans parler des contrats export ! 😉

      Il faut parfois savoir raison garder ! 😉

    • Bomber X dit :

      @John
      Je ne sais pas si on se moque des programmes des autres pays, en revanche, là, on peut encore une fois se moquer de vous !
      Aujourd’hui, il n’y a plus besoin de faire des tests réels pendant des centaines d’heures pour en connaitre les résultats, comme pour prévoir l’usure prématurée de certaines pièces dues à l’abrasion par exemple.
      Le H160 présent au Maroc était bien entendu bardé de multiples capteurs dont les données de vol vont maintenant être analysées, décortiquées, modélisées et interprétées.

  7. GBU12 dit :

    Enfin du concret pour nos forces spéciales, le même en 20 Tonnes et le perfect est au rendez-vous ^^

  8. Olivier dit :

    Bonjour super hélicoptère j espère qu il fonctionnera correctement dans toutes les conditions climatiques.

  9. mikeul dit :

    En quoi le retour d’expérience du Tigre ou du NH90 au Sahel n’était pas suffisant ? les filtres sont ils différents ou le comportement des nouveaux matériaux du moteur ARANO en terme d ‘abrasion moins bien connu ?
    Peut être qu’Airbus/DGA ne voulait pas envoyer le H160 là bas ou bien est ce aussi pour montrer au Maroc qu’il pourrait acheter européen plutôt qu’US ?
    votre éclairage merci sur cet article un peu court à mon sens … sur un site très intéressant par ailleurs

    • Aymard de Ledonner dit :

      Chaque nouvel appareil est testé dans les conditions de son utilisation. Bien sur que le retex des anciens appareils existe mais chaque appareil est différent et le moindre détail peut avoir une importance en particulier en ce qui concerne l’usure dûe au sable puisque le rotor est différent et sa position par rapport au sol est différente, la circulation de l’air et du sable autour de l’appareil sera donc différente sachant que la forme de la cellule est également différente de même que la position des prises d’air….

  10. charly10 dit :

    « Le pari est que l’accélération de ce programme doit permettre de retirer du service les appareils les plus anciens [Alouette III, Fennec, Dauphin, Panther et Gazelle] afin de réaliser des économies importantes au niveau du Maintien en condition opérationnel [MCO] »J’ai quand même de gros doutes au sujet de l’économie réalisée ; jusqu’à présent aucune mise en service de nouveaux appareils n’a réduit les couts MCO. Un appareil récent au stade évolutif nécessite toujours un soutien plus important. Cela a été le cas pour chaque nouvel appareil mis en service dans l’ALAT depuis 40 ans. Je pourrai ici rapporter quelques exemples des nouvelles techniques proposées devant alléger la maintenance lors de la mise en place des SA341qui étaient une vrai rupture technologique avec la gamme Alouette; ça serait un peu long et pas toujours compréhensible aux non-initiés. La seule véritable évolution qui peut améliorer le MCO ,est dans les préconisations d’entretien préventif du constructeur, comme l’entretien des ensembles, dit « selon état ». A condition bien sûr, que le matériel affecté de ces préconisations soit effectivement plus fiable ; ça, c’est une autre histoire.

    • tschok dit :

      @Charly10,

      En 40 ans, l’ALAT a mis en service combien de nouveaux appareils, rappelez-moi?

      Je suis même pas sûr qu’ils sachent ce qu’est un « nouvel appareil ».

      Vous-même, vous vous référez au SA 341 (la Gazelle) mis en service en 1973. A l’époque, il y avait des R16. C’était le premier choc pétrolier. Coluche était encore vivant. Mais pas Fernand Raynaud, qui n’allait pas passer l’automne.

      Donc, en gros, depuis Fernand Raynaud, il s’est passé quoi dans l’ALAT? A part que depuis 20 piges, ils essayent de mettre en service le Tigre et le NH90?

      • Mat49 dit :

        @tschok le soucis est que la gazelle est toujours l’hélicoptère avec le meilleur taux de dispo suivant les dernières vagues de chiffres publiés avant que le secret ne recouvre ces données.

        On peut faire un comparatif Tigre et Gazelle : https://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-15775QE.htm

        Cela donne pour le Tigre: 66 à fin 2018
        – 1,36 millions pour chacun des Tigres mais c’est en faveur du modèle car certains des 66 Tigre à fin 2018 viennent d’être livrés dans les chiffres que je prend à début 2019 pour le coût de MCO de 2018, donc la vérité doit être au délà.
        – 29,15% de taux de dispo moyens des deux versions du Tigre mais les deux sont entre 28 et 31%.
        – âge moyen 6,25 ans (moyenne des deux versions)

        Pour la Gazelle: 89 hélicos à fin 2018
        – 417000 EUR de coût de MCO par Gazelle
        – 46,2% de taux de dispo
        – âge moyen : 33,1 ans

        Donc conclusion sur ces chiffres : la Gazelle écrase le Tigre sur tous les tableaux. Les chiffre du Tigre sont inacceptables. Alors oui c’est en partie liée à une gestion cata du programme qui doit largement le pénaliser (réduction hallucinante de 215 à 68 exemplaires commandés alors qu »on a de plus en plu besoin d’hélicos, quatre chaîne de production différentes, pas de version commune, …), mais quand même.

        Et le pire c’est qu’il n’y aura que 68 Tigre livrés. Quand le parc de Gazelle encore en service va partir nous n’aurons presque plus d’hélicoptères d’attaque car aucun hélicoptère d’attaque ne le remplace. Il va falloir bricoler avec les 80 HIL de l’ALAT qui ne sont pas fait pour ça, mais au moins ils voleront peut être un peu plus.

  11. Daniel BESSON dit :

    Cit :[ , notamment à cause des nuages de sable [ou de poussière] soulevé par les pales des rotors, lesquels réduisent la visibilité et font donc perdre tout repère. ]

    L’Aigle s’est fracassé au décollage ( Opéréchieunne  » Zi Igueule haz crachéd  » )
    Ces journaux sont devenus  » collectorissimes  » encore que je m’explique mal la différence de prix !
    https://www.amazon.com/Newsweek-1980-Fiasco-Special-Report/dp/B0051ABTRW
    https://www.amazon.com/Time-Magazine-1980-Debacle-Desert/dp/B000LD2OIW

    Vous n’aviez pas écrit un article sur un nappe en tissus déployable sur les aires pour hélicos M.Lagneau , justement pour éviter dans le  » service quotidien  » ces pbs liés au sable ?
    Bien sûr , cette nappe ne peut pas être déployé systématiquement lors d’opérations spéciales .

  12. Philippe dit :

    La réalité semble cette fois-ci bien prise en compte. Espérons que cette machine pourra aussi évoluer dans une large fourchette de températures afin d’être en mesure d’intervenir convenablement tant par grand chaud que par grand froid tout en s’appuyant sur une électronique rustique. Il faut aussi vivement souhaiter que les avis des différents intervenants (pilotes, mécaniciens, forces spéciales etc…) seront convenablement pris en compte et que l’équipage ne sera pas protégé par une vulgaire bulle plastique.
    Pour info tout comme le sable et la poussière la neige, elle aussi, perturbe sérieusement décollages et atterrissages.
    Il est donc indispensables de multiplier les essais pour garantir le résultat final.
    Une anecdote réelle : un groupe automobile a dû revoir après commercialisation la calandre de l’un de ses véhicules car le ventilateur se bloquait sous l’effet de la neige ce que n’avaient pas permis de détecter les essais en chambre froide et les roulages sur neige glacée, par temps sec, en Finlande. Prudence donc.

    • tschok dit :

      Ben justement, cet hélico sera testé sur les routes de Finlande.

      C’est prévu.

      On n’est jamais trop prudent.

  13. Czar dit :

    « lesquels réduisent la visibilité et font donc perdre tout repère. »

    y a des radars de recul pour n’importe quelle bagnole mais pas la même chose pour l’approche au sol sur les hélicos qui doivent coûter le prix d’une de dizaines de bagnoles ?

    • Kohps dit :

      Vous êtes un spécialiste de la propagation des ondes radars dans de l’air saturé de particules de sable ?

    • PK dit :

      Une onde radar accroche les grains de sable et perd la boule.

      Pour la neige et la sécurité civile, on place un gugusse les bras levé devant le nez de l’appareil. Effet garanti pour le bonhomme dans la neige !

    • Clément dit :

      La réponse est probablement dans tes cours de physique de 2nd 😉

  14. Tiger dit :

    À part les très gros type Chinook que nous n’avons pas, Gazelle Tigre et NH font du voltac. La trajectoire est adaptée en fonction du gabarit c’est tout 🙂
    Si le H160 est certifié voltac il en sera très capable. De toutes façons voler bas, voir très bas est ce qui nous sauve!

    • tschok dit :

      « Voler bas, c’est ce qui nous sauve »

      Euh…

      Pas trop bas, quand même, parce que sinon, vous aurez une vue imprenable sur les racines du pissenlit. C’est intéressant, je dis pas, mais bon. Rien ne presse.

  15. BigCalm dit :

    @Czar (et aux autres donneurs de leçons assidus) : Svp avant de publier, posez-vous les questions
    1) « est-ce que je ne suis pas en train de me répandre lamentablement, faute de connaissances solides »
    2) « est-ce que ma lumineuse analyse est absolument nécessaire sur ce sujet »
    En cas de doute : ABSTENEZ-VOUS.
    Avec notre profonde gratitude.

    • Czar dit :

      tiens, tant qu’on en est rendus aux remises à plat, le truc en forme de crochet pour pêcher le crétin s’appelle un point d’interrogation.

      Ca termine généralement une question. (le truc qui appelle une réponse ou un éclaircissement), débilos.

  16. MP3 dit :

    Ça s’annonce une usine à gaz ce HIL, surtout la version de l’armée de l’air toutes options. L’idée de départ n’était-elle pas un engin relativement simple ?

  17. Thierry dit :

    J’ai déjà toute confiance dans ce nouvel appareil qui replacera très avantageusement beaucoup d’autres et je ne pense pas être démenti par les faits car sa conception me paraît plus judicieuse sans entrer dans les détails.
    Ne reste qu’à espérer que beaucoup seront commandés. C’est tout à fait l’appareil de la situation, celui qu’il nous faut.

  18. Jm dit :

    Vous rappelez-vous la réplique dans Taxi quand, dans une voiture au sein de laquelle il y a Diefenthal et deux « cow-boy » de la police, et que le conducteur dit :
    « Tu mates le volant ? Il est beau, hein ? C’est le mien perso, je l’ai acheté à Alain Prost. Et là à l’intérieur c’est un nouveau grip spécial Dakar… Eh même avec une tonne de sable dans la bagnole… Tu conduis à l’aise ! Et ben c’est con qu’on soit pas à la plage alors !
    J’ai l’impression de vivre le remake de ce passage

  19. Loufi dit :

    Que peut on conclure après seulement 10 heures de test ??
    Est-ce qu’au bout de 10h, ils avaient vu les PB de corrosion du nh90 ??

    • tschok dit :

      En combien de temps vous êtes capable de boucher votre aspirateur, si vous essayez de le faire?

      Moi en 30 secondes. Mais je ne vais pas tester l’aspirateur pour 60 millions de consommateur, c’est un autre job.

      Ben là, c’est la même chose: les mecs testent pas tout l’hélico en 10 heures. Mais, en 10 heures de test, ils vérifient une fonctionnalité, ce qui consiste essentiellement à collecter des données.

      Et à ce stade, ils disent ok on a les données qu’ils nous faut. Et ils ne disent pas plus. Si ça se trouve, il y aura d’autres expérimentations, après.

      Et vous vous dites qu’en 10 heures ils ont testé l’hélico. Vous n’avez rien compris.

      Bibi va vous choper les passages important du texte, parce que vous m’avez l’air un peu bête:

      « Il aura fallu dix heures de vol pour collecter suffisamment de données et vérifier ainsi la capacité du futur Guépard à évoluer dans un tel environnement.

      (…)

      Cette campagne a permis aux pilotes et aux techniciens de « constater l’efficacité des filtres anti-sables protégeant les moteurs », assure la DGA ».

      Ils vérifient une capacité déjà mise au point et testée par le constructeur, en principe. Là, ils s’en assurent et pour ça ils collectent des données.

      C’est le truc que vous faites jamais quand vous achetez quelque chose: tester ce que vous annonce le fabricant. Eh ben eux, ça leur prend 10 heures juste pour vérifier cette fonctionnalité.

      Comme vous, vous êtes un consommateur pas curieux et que vous achetez ce qu’on vous dit d’acheter les yeux fermés, ça vous parait étrange. Et vous comprenez rien. Et c’est normal.

      Mais la DGA, elle est pas comme vous, elle vit dans un monde où on vérifie ce qui est annoncé dans le cahier des charges et elle valide. C’est son job à elle. Eh ben voilà, c’est ce qu’elle vient de faire.

      Et pour la corrosion, c’est un vrai problème, parce qu’elle n’apparait pas tout de suite. C’est pas un truc où on appuie sur un bouton et hop la corrosion apparait. Et ça peut être une tuile.

      C’est un peu la même chose qu’avec ta gonzesse: tu baises ta gonzesse, sauf qu’elle simule. Puis tu te maries avec et après, longtemps après, tu te rends compte qu’elle jouit pas. Ca complique la vie de couple. T’aurais su avant le mariage, t’aurais pu dire non à monsieur le maire, tandis que là, t’es cuis.

      La corrosion, c’est pareil. On se fait tous avoir. Tiens, souviens toi de la Peugeot de ton père. Il s’est fait avoir lui-aussi. Au début, la caisse elle est belle, elle est rutilante, deux ans plus tard elle tombe en miettes.

      Qu’est-ce qu’il a fait ton père? Il a acheté japonais, comme tout le monde.

  20. ron7 dit :

    Dans la mesure du possible, on utilise de larges bâches à l’atterrissage dans des zones sous contrôle : Bases par exemple, en plein désert, forcément, c’est pas possible !
    Du rustique, du fiable si possible, voilà des impératifs « armée » !

  21. Max dit :

    Airbus avait arrêté le développement des commandes de vol électriques jugées trop coûteuses. A la place une aide au pilotage d’avant-garde qui a fait le bonheur des testeurs aux USA.