Haute intensité : L’armée de l’Air dispose-t-elle d’assez d’aérodromes pour disperser ses escadrons de chasse?

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

297 contributions

  1. Mat49 dit :

    Eh oui rationnalisation et efficacité ne font pas bon ménage. Il faudrait des années d’investissement pour retrouver une armée capable de faire de la haute intensité.

    • GHOST dit :

      S´inspirer de la Suède ? Le Gripen a pour specialité de se poser sur des routes… et n´exige pas une lourde infrastructure opérationelle

      • Royal Marine dit :

        Il y a une énorme différence entre effectuer un « touch and go »; ou une démonstration de poser, rouler, ravitaillement et redécollage, et installer dans la durée un escadron sur une « base dispersée »… Le Gripen, comme les autres chasseurs à réaction, ont besoin de MCO, de remise en configuration pour le combat, et leurs équipages et soutiens de lieu de vie, même sommaire…

        • John dit :

          Pour la mission que vous décrivez, c’est déjà impressionnant. Et c’est exactement ce que vend la Suède. Sa capacité à effectuer une rotation au milieu de nulle part en moins de 10 minutes par des unités mobiles au sol.
          Il s’agit de le réarmer, de le ravitailler en carburant et de faire une inspection avant décollage. Le Gripen a été conçu pour être capable de faire cela rapidement, et efficacement, en faisant l’hypothèse de miliciens qui effectueraient cette mission, c’est-à-dire des non-professionels. Au total, 5 mécaniciens, et 1 superviseur pour réaliser cette mission. Ceux-ci ont besoin d’un camion citerne pour le carburant et les munitions, et d’un pickup avec une petite remorque pour les outils.
          Les panneaux électroniques sur le Gripen sont placés de manière à optimiser le temps au sol. Le Gripen est capable de démarrer son moteur sans aide extérieure grâce à son APU, et les outils de diagnostique très souvent externes à l’appareil sont intégré au Gripen.
          Le nombre d’outils nécessaire est réduit tant que possible, et en plus, ils sont manuels, pas de risque de problème électronique possible. Et leurs outils manuels peuvent même servir au changement du moteur.
          https://www.youtube.com/watch?v=8gX3ymjo-r0
          Cette vidéo concerne l’assemblage du Gripen. On voit la taille du moteur, on voit les systèmes manuels utilisés pour soulever l’appareil, ceux-ci sont aussi utilisés sur le terrain. et permettent de relever le moteur très facilement.
          https://www.youtube.com/watch?v=FQ_wIptrASY
          Voir désassemblage du moteur à 20’40 » puis réassemblage droit derrière.

          Il faut noter qu’atterrir sur une route n’est pas une évidence pour un avion de chasse. En Suisse, on a construit des portions d’autoroute afin de faire atterrir des avions de chasse. En Suède, ils atterrissent sur de simples routes. Et ce n’est pas une simple démonstration, mais une stratégie répétée,entraînée et maitrisée depuis la Guerre Froide. Le Gripen est même conçu pour décoller sur les Taxiway, sur des routes en mauvais état, voire une piste bombardée (en général, ce ne sont pas les 2 km qui sont bombardés mais qu’une partie. Les 600m nécessaires pour l’atterrissage du Gripen E sont donc un avantage…
          .
          Mais cela ne s’arrête pas à ça. Le Gripen est comme expliqué capable d’atterrir et décoller sur courtes distances, et sur des routes. Pour en faire un système pertinent et plus important que juste le ravitaillement, la Suède a placé sur TOUT son territoire de véritables bases pour leur aviation.
          En cas de conflit, les Gripen seraient répartis sur le territoire suédois. Des unités mobiles seront gérées pour ravitailler des Gripen au milieu de nulle part. Et les véritables bases ont l’équipement nécessaire pour faire une maintenance poussée des appareils. Il s’agit des « BAS-90 ». Quelques exemples:
          https://www.femorefortet.se/Bilder/090310-Bas90-hangar-liten.jpg
          https://www.femorefortet.se/Bilder/090310-Bas90-hangar.jpg
          Et Saab a conçu en complément des bases mobiles permettant de faire l’entier de la maintenance. Ainsi, en déploiement, une « base type » serait déjà prête. https://www.youtube.com/watch?v=qAdOSuBscq8
          La Suède a aussi conçu des bases mobiles, avec le nécessaire pour la communication, le commandement, l’accès aux données etc…
          https://www.youtube.com/watch?v=wOOD_SRVbkM

          Bref, tout cela est totalement pertinent pour un pays comme la Suède. Pour la France, c’est moins le cas. Déjà, la France, avant d’être attaquée, il y aura un autre pays qui fera office de tampon. Donc la France aurait le temps de se préparer.
          Et puis la France contrairement à 95% des nations a la dissuasion nucléaire, et cela est une bien meilleure sécurité. La dissuasion a empêché des conflits qui auraient eu lieu sans elle. Et l’Histoire a démontré que plusieurs fois, une guerre nucléaire a été évitée de justesse. Je doute que quiconque veuille prendre le risque d’une telle attaque.

          La solution suédoise est pertinente pour d’autres pays, la Suisse notamment aurait largement bénéficié de cette capacité. Il y a aussi les « petits » pays de l’est, ou les pays du sud-est asiatique n’ayant pas des moyens énormes, mais ayant de réels défis militaires à prévoir. Pour son coût opérationnel, le Gripen est l’appareil qui offre la meilleure qualité.

          • mich dit :

            Perso , je demande à voir maintenant ce que serait capable de faire actuellement les suédois avec leurs miliciens ,vos vidéos n ‘ont rien de bien impressionnantes au niveau du type de personnel que je vois autour des gripen ( des gars qui semble plutôt bien lâché ) et de la dépose de leurs moteur.les seuls récit et image qui m ‘ont plutôt impressionnés c ‘est ce dont ont été capable de faire les forces Israéliennes pendant les guerres contre les pays arabes et sur plusieurs front ,et je crois qu ‘ils doivent encore être bien prêt ,mais ils sont en position de guerre semi permanente .Gripen ou pas , pour le faire voler votre avion de chasse dans la verte ,il faut des gens très bien lâchés ,j ‘espère pour la suède qu ‘elle à les ressources humaines hormis sur le papier ,un peu comme les couts donnés par les indus sur les maintenances des avions .

      • LucienB dit :

        Atterrissage sur la route… Et puis quoi ?
        Pas de carburant, pas d’armes de rechange, pas de personnel de bras, vous y serez garé.
        L’ancien Gripen C, aujourd’hui complètement obsolète, ne nécessitait pas de structure lourde. On ne peut pas en dire autant du technologique Gripen E …

        • John dit :

          Ha bon… Vous savez déjà de quoi a besoin le Gripen E?
          Il est conçu pour cette même mission… De plus, il n’est pas plus obsolète que le Mirage 2000, voire bien moins, ceci grâce entre autres au radar le plus moderne disponible pour un avion de chasse, le radar AESA de Saab avec ses TRM conçu avec des semi-conducteurs GaN.

          • LucienB dit :

            Je ne vais pas critiquer le nouveau radar du chasseur « Gripen E » car il n’est toujours pas opérationnel jusqu’à aujourd’hui et personne ne sait s’il sera vraiment bon ou pas. Une chose est les hypothèses des parties prenantes qui sont le fabricant. Une autre chose est la réalité. L’avenir nous dira de quoi il sera capable.
            Le marketing de SAAB est puissant. Voyez ce qu’ils ont fait au Brésil. Alors que Dassault ne s’appuyait que sur Sarkozy (aujourd’hui cela ressemble même à une blague), SAAB a commencé à sponsoriser toute la presse spécialisée de ce pays et à soutenir les faiseurs d’opinion, l’opinion publique était toute en faveur du Gripen.

          • John dit :

            Oui, c’est sûr, alors que Dassault n’est pas du tout dans ce type d’approche…
            Saab a juste démontré dans le passé que 100% des appareils conçu ont dépassé les attentes par rapport à ce qui était vendu. Il n’y a pas le moindre problème de qualité. Et il fait le job et le tout à coût largement inférieur à celui du Rafale.
            La France était le favori au Brésil. Mais le problème semble être que les fanas du Rafale voient leur avion gagnant partout, mais ne gagnent pas de compétition, à moins de subventionner des avions (Croatie) ou en ayant des problèmes de corruption (Inde).
            Saab de son côté tient ses promesses envers le Brésil. Un vrai transfert de technologies est en cours. Je doute très fortement que Dassault aurait offert quoi que ce soit se rapprochant de l’offre de Saab.
            Pour SES radars:
            – Saab offre le Selex ES-05 Raven sur la version de base du Gripen E
            – maintenant, Saab propose également le PS-05 AESA avec TRM au GaN…
            Pour le radar de Selex, c’est un peu arrogant cette hypothèse « attendons pour voir »… Si ils avaient sélectionné Thales, vous diriez probablement le contraire.
            Ce radar a été développé il y a un moment, et il est testé depuis 2012.
            Et la technologie permet par définition une fiabilité importante grâce à la multiplication des émetteurs récepteurs. Il a la capacité de s’orienter ce qui permet un angle visible plus large que pour les radars fixes.
            Et Selex n’a plus rien à prouver en termes de technologies radar. Ses radar AESA sont disponibles depuis longtemps. Ils semblent avoir convaincu la Marine Nationale avec le radar EMPAR pour les Classe Horizon…

        • John dit :

          https://www.saab.com/markets/india/gripen-for-india/technology/gripens-stol-capabilities-originate-from-a-unique-air-basing-system

          P.S. soyez un peu moins arrogant, et apprenez que votre vision n’est pas la réalité. Oui, la Suède a développé cette compétence durant la Guerre Froide, et a formé des équipes mobiles pour ce type de missions.
          Saab a aussi développé le système de base temporaire où l’entier de la maintenance pouvait être effectuée.
          Il y a aussi des routes à côté desquels il y a des bunkers dans lesquels les appareils se répartiraient en cas de conflit. Bref, la Suède a basé sa défense sur ce système. Même si cela a été un peu mis de côté depuis la fin de la Guerre Froide, les tensions en Scandinavie et dans la Mer Baltique ont poussé la Suède à maintenir ces compétences et à assurer leur futur.
          Le Gripen E, dans ses solutions aérodynamiques et ses dimensions a été conçu pour cette mission. Les canard jouent le même rôle que sur le Rafale atterrissant sur le CdG, permettre une approche plus lente et réduire la distance d’atterrissage. 600m pour le Gripen, et 500m au décollage.
          Le Gripen E a cette capacité, comme le présente Saab. Cela avait déjà été annoncé lors de l’appel d’offre en Suisse,

          • LucienB dit :

            « et apprenez que votre vision n’est pas la réalité ».
            Tout le monde a droit à un avis. Parce que votre opinion serait la réalité et la mienne est fausse ? Tout ce que vous me présentez, c’est le marketing SAAB. Évidemment, ils décriront les merveilles du produit qu’ils vendent.

          • John dit :

            Absolument pas, c’est ce que la Suède utilise en opération…
            Saab ne fait que proposer des solutions. Mais c’est la Suède qui a développé les bases temporaires, les a utilisées. Cette stratégie date d’une recherche datant de 1954, et implémentée dès 1958. Donc ce n’est aucunement de Marketing, il s’agit de l’utilisation opérationnelle des appareils suédois. Et il n’y a aucune raison qui rendrait le Gripen E moins capable en la question. Et le fait de mentionner le radar spécifiquement montre que vous n’avez aucune idée des besoins de ces avions de chasse.
            Par contre, vous êtes prêts à contredire par principe le marketing. Il se trouve que ce marketing est vrai.

            Exemple, Dassault se targue d’être le seul à avoir un avion « omnirôle ».
            Normal, ils ont inventé ce nom, donc ils sont les seuls à l’utiliser. Par contre, le Gripen C/D a introduit le concept de Swing Role, terminologie internationale aujourd’hui.
            https://books.google.ch/books?id=ISgwc1BGN40C&pg=PA126&lpg=PA126&dq=gripen+swing+role+jet&source=bl&ots=lKqy-01TtZ&sig=ACfU3U2hylfdCUZ54fSlynNybpr00wn6LA&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiEzdCAkPrxAhVHuKQKHQyaDCQ4HhDoATAHegQIEBAD#v=onepage&q=gripen%20swing%20role%20jet&f=false

      • Marcassin dit :

        Il me semble que le Gripen C pouvait être ravitaillé à partir de parkings autoroutiers par une équipe de 3 hommes, mécanos et armurier, fuel et munitions en environ 30 mn.
        Cela fut aussi le cas des A10, Harrier et Jaguar … mais c’était la Guerre Froide, pas les mêmes machines ni les mêmes ressources.
        Pas de comparaison sans doute avec conception et technos du Rafale, mais on doit certainement s’en inspirer…

        • John dit :

          10 minutes, 1 superviseur, 5 mécanos (de milice) 1 pickup + une remorque pour le peu d’outillage nécessaire + 1 camion citerne avec aussi l’armement.

    • JC dit :

      Les dividendes de la Paix sont passés par là.

    • Ah Ca ! dit :

      En tous les cas quelques milliards d’euros de surfacturation par les copains Eiffages et consorts, donc de quoi planquer tous les rejetons d’énarques bons qu’à cirer les pompes…

      Nous sommes dirigés par des Pingouins qui se croient intelligents et qui en réalité sont des boules puantes de gaz d’égout et des traitres de 1ère catégorie.

      Le jour viendra. J’espère le voir un jour… Et ça fait du monde avec tous ces nouveaux cinglés du rhume COVID-19

      Scandaleux en effets d’avoir cédé ces terrains d’aviations, et il y en a eu aussi des pistes civiles refilées aux copains promoteurs.

      Si nous les avons cédés pour 1 euro symbolique, rachetons les pour le même euro… Pardi…couyoun…

      • Fred dit :

        Bis repetita non placent… Et si ce n’était que « bis » cela irait encore, mille fois on a entendu la même antienne sur les « pingouins, traîtres » et autres volatiles, radotée dans un sujet sur deux ! C’est pénible.

      • SCHMIDT dit :

        Pour moins d’un Euro même, elles ont dû se dégrader depuis la cession…

      • bzh29 dit :

        « Et ça fait du monde avec tous ces nouveaux cinglés du rhume COVID-19 »

        Fort heureusement , nous sommes nombreux a l’être…

        • Ah Ca ! dit :

          Bingo
          C’est bien la raison pour laquelle ils poussent à fond.
          Plus il y aura de moutons piqués plus il y aura de syndrome de Stockholm pour les défendre…

          Comme la barde qu’il a sorti du Sahel l’an passé … la Myriam… c’est vous maintenant non ?

          Vous nous réservez votre Alla akbar en dessert, n’est-ce pas ?

          Pardi couyoun… encore un traitre mildiou… !

      • LucienB dit :

        Oui le jour viendra. Toutes les sociétés qui se sont livrées à l’hédonisme, à la perversion, à la lâcheté et à la paresse ont eu à l’avenir un bain de sang. L’histoire se répète. C’est déjà arrivé dans un pays qui s’appelle la France…

        • Fred dit :

          @ LucienB

          « Travail, famille, Patrie » ?

        • Captain Pif dit :

          C’est un peu pétainiste, ne trouvez-vous pas? « L’esprit de jouissance »…

          • Palu dit :

            @Pif, la jouissance n’arrive pas toute seule. Moi je trouve que ça a de la gueule et ça rempli le devant du slipe, surtout en ce moment où c’est plutôt le sauve qui peut.

          • LucienB dit :

            Après de nombreux lavages de cerveau progressiste, tout peut sembler pétainiste.

      • John dit :

        En même temps, c’est les personnes qui votent qui rendent cela possible.
        Quelque soit le pays, quand un Français arrive à la tête d’une équipe pour son rôle de chef, en moins de 5 ans, 90 % de l’équipe devient française et viennent de la même école grâce à leur « réseau ».
        Le dernier que j’ai vu était persuadé d’être bon grâce à son réseau. Il ne comprenait rien à rien, et a été viré au bout de 1.5 mois. Et il a retrouvé un job derrière, et il s’est fait virer au bout de 2 mois. Et je parle de CDI…
        J’ai donc le sentiment avec mon expérience, que ce concept de « réseau » est très français (et probablement d’autres pays), moins marqué en Suisse ou au nord de l’Europe. Et cet engagement envers son réseau me semble très malsain. De ce que j’ai observé, ce réseau se développe en faisant la fête, la fête et encore la fête. Par contre, le travail, …
        Ca c’est le premier problème.
        Le second, c’est le fait que les Français votent pour ce genre de personnes. Jamais vu d’agriculteur proche de devenir président. C’est le cas en ce moment en Suisse. Qu’en est-il d’élire des ouvriers, des caissières, des artisans, des techniciens de surface, éboueurs, infirmières, laborantins, etc?
        Tant que la population continue à voter pour les élites, rien ne changera.
        Et quand la France entre en révolution avec les gilets jaunes, on voit bcp de contestation, mais parfois ça ressemble à de la contestation par principe.
        Je n’ai pas compris comment ils pouvaient rejeter le pouvoir, et ensuite, quand des personnes ayant un avis proche du leur décident de s’inscrire pour des élections, ils sont rejetés par les gilets jaunes?
        Comment voulez-vous changer les choses de cette manière? Se plaindre c’est facile. Avoir le courage d’essayer, c’est mieux. Et tant que cela continue de cette manière, le pouvoir n’a pas de raison de changer d’approche.

    • didixtrax dit :

      sans compter que la complexification du système et celle de sa logistique rendent tout cela très fragile, cf F35/C17.

      Après l’éparpillement, quid si les zincs ne sont plus opérationnels, par eux mêmes ou du fait du support (du mécano à l’awacs) dont ils auraient besoin. Faudra-t-il aussi éparpiller tout le système, ce qui serait ingérable ?

  2. Ronfly dit :

    Après 20 ans de fermeture de bases avec Toulouse, Toul, Metz, Cambrai, Reims, Colmar, Châteaudun…et j’en oublie peut-être, on peut pas dire que l’on soit bien équipé pour se déployer. Si on y ajoute une flotte de combat rétrécie comme jamais,… Et enfin on doit donner 24 Rafale d’occasions à la Grèce et la Croatie d’ici 2024… Avec tout cela, on peut pas espérer faire de miracles…

  3. Mëhmët Ëgluëglu dit :

    Puisque l’armée de l’Air et de l’Espace ne dispose pas d’assez d’aérodromes pour disperser ses escadrons de chasse, il suffit d’en dissoudre la moitié et le problème sera réglé. En plus ça fera des économies qui pourront être réinvesties dans le social pour nourrir, loger et blanchir quelques gentils et bienvenus migrants supplémentaires.

    • Jm dit :

      C’est ce qu’on fait depuis 25 ans.
      L’AAE est la championne du monde de France de la déflation, on a été le très très bon élève des armées.

    • Schmidt dit :

      Tu es des nôtres Mehmet !

      • Mëhmët Ëgluëglu dit :

        Et glou et glou et glou ! Il a bu son raki et son Efes Pilsen comme les autres !

    • Royal Marine dit :

      A moins que les migrants ne soient astreint au travail forcé, en échange de toutes les prestations indues qu’ils reçoivent, pour construire pistes, hangarettes et locaux de vie…
      Cela ferait des économies, et induirait sûrement moins de flux à gérer… Et puisqu’oms sont forts comme des Turcs, autant en profiter!
      Inch Allah!

      • Mëhmët Ëgluëglu dit :

        Bonne idée ! Au boulot les feignasses !

      • Fred dit :

        @ Royal Marine

        Quelles prestations indues ? Les migrants cotisent autant que les nationaux à la Sécurité sociale, mais en profitent deux fois moins.

        Sinon on t’attend pour aller récolter les tomates, les courgettes et les fraises.

        • ScopeWizard dit :

          @Fred

          Sophisme…………

          LES migrants ne cotisent rien du tout et profitent à fond du système lorsqu’ ils y parviennent une fois organisés………….

          Par contre , DES migrants peuvent effectivement cotiser à l’ Assurance maladie ; mais de là à affirmer qu’ ils profitent « deux fois moins »……………..

          C’ est loin de chez-toi , Marseille ? 😉

          Cela étant , toujours pareil ; de quoi parle t-on ?

          « Sinon on t’attend pour aller récolter les tomates, les courgettes et les fraises. »

          Mais toi aussi , on t’ attend ; tu sais quand même en quoi ces boulots consistent et comment ils sont considérés , surtout depuis quelques années ?
          Voilà , je ne te fais pas un dessin…………..

      • PF dit :

        Une blague ?

    • LucienB dit :

      L’ancien président Hollande nous parle-t-il ?

  4. Blavan dit :

    Pour l’instant la haute intensité c’est la situation sanitaire, le terrorisme intérieur et le problème des migrants.. Nous avons une armée qui va devenir de plus en plus échantillonaire , c’est un choix utile pour moi car la première urgence est non pas de se prémunir d’ennemis que l’on fabrique mais de rétablir les équilibres financiers, donc de vendre des armes . De toute façon, il n’y aura pour la France que les OPEX ou la guerre nucléaire, il n’y aura pas d’intermédiaire .
    La nouvelle guerre à craindre, elle vient d’être engagée par l’Amérique contre l’Europe , en quittant l’Afghanistan, les américains savaient très bien que les talibans vont prendre le pays en quelques mois, ce qui va entrainer un départ des afghans vers l’UE. Voilà ce qu’il faut contrer, c’est plus utile que de réfléchir sur une attaque hypothétique des Russes ou des Chinois ..

    • StephanieR dit :

      Et bien avec vous on peut rejouer 39-45 sans problème… On n’ira pas loin. Au fait il fait bon à Moscou ou Pekin?!

      • blavan dit :

        @StephanieR. Je ne sais pas si il fait beau à Moscou ou à Pékin, mais dans le Sahel et au Nigéria les naissances se portent bien. Le seul espoir et le seul désir de ces populations que leurs gouvernements privent de nourriture et de progrès sont de rejoindre l’Europe . Voilà le conflit de haute intensité. Nos gouvernements français successifs ne font rien pour contrer cette immigration qui in fine, permet de maintenir un Rassemblement National haut, qui avec notre mode de scrutin à deux tours se fait battre avec le fameux front républicain. Elle est pas mal la vie !!!

    • Mat49 dit :

      @ blavan les ventes d’armes de la france sont importante pour maintenir l’industrie mais sont anecdotiques en terme financier pour la France. Avoir une armée échantillonaire ne sert à rien militairement.

    • NRJ dit :

      @blavan
      « De toute façon, il n’y aura pour la France que les OPEX ou la guerre nucléaire, il n’y aura pas d’intermédiaire « . En soit, si le seul moyen de réagir à une menace conventionnelle est d’envoyer une bombe, nos arguments seront limités (notamment car on se fera également vitrifier en retour). Avoir des moyens de lutter sans directement passer à l’étape de l’arme nucléaire est nécessaire.

      • blavan dit :

        @NRJ. Mais contre qui voyez vous cette fumeuse guerre de haute intensité, a part des pays qui ont l’arme nucléaire.

        • Sinope dit :

          @Blavan les pays qui ont l’arme nucléaire capable de frapper la France sont la Russie, les Etats Unis, l’Angleterre et la Chine. Sur ceux là les seuls hostiles sont la Chine et la Russie. Mais ce ne sont pas seuls pays contre qui nous pourrions entrer en guerre conventionnelle, il y a la Turquie par exemple. Mais on ne peut jamais prévoir de toute façon donc inutile de faire des listes. En matière stratégique la seule certitude est l’incertitude.

          Et contre la Russie ou la Chine une guerre peut parfaitement être une guerre conventionnelle limitée.

          Ce n’est pas parce qu’on ne veut pas d’une chose qu’elle n’aura pas lieu.

          • blavan dit :

            @sinope .Vous êtes sérieux quand vous parlez de la Turquie. Si il y avait un conflit avec la Turquie c’est la France qui aurait décidé de l’attaque. Arrêtons de nous fabriquer des ennemis, les vrais sont déjà dans l’hexagone et pour ceux là ne compter pas sur nos gouvernements sous la coupe de l’UE pour les combattre.

          • NRJ dit :

            @Blavan
            La Turquie revendiquait certaines parties grecques de la mer Méditerranée où il y avait du gaz. Elle a légitimé cela par un accord avec le gouvernement libyen. La négociation étant au point mort, que fallait-il faire ?

        • NRJ dit :

          @Blavan
          Ben l’année dernière, vous pensez pas qu’il y avait de grosses tensions avec la Turquie ? Un affrontement vous semblait t’il être une hypothèse absurde quand la marine turque se déployait en Méditerranée et recherchait des forages à faire ?

    • Buburoi dit :

      Tout à fait d’accord, la haute intensité, c’est l’invasion migratoire actuelle. Il n’y a pas besoin d’avions de combat sur des pistes aériennes. Il faut un état d’esprit, pour rétablir les visas, arréter d’accueillir les demandeurs d’asile qui sont tous des criminels et des terroristes, et changer notre modèle d’aides sociales aux étrangers en situation irrégulière. Il faut arréter le lavage de cerveau.

    • LucienB dit :

      Les Américains sont vraiment géniaux, n’est-ce pas ? Ils ont inventé la guerre en Afghanistan, ainsi que la guerre en Syrie, ainsi que la guerre en Irak et diverses autres guerres. Et ils laissent les réfugiés aux Européens s’occuper d’eux.
      Je me souviens du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon appelant à une « Europe de la tolérance » pour les immigrés… Combien d’immigrés les Coréens ont-ils accueillis ? Et les Américains ? Et les chinois ? Et les japonais ? Rien!
      Seuls les idiots européens qui doivent tout supporter ! Nous devrions créer la « taxe sur les immigrants » pour les pays qui n’accueillent pas les immigrants à payer et nous aider à payer pour cela, en particulier pour les Américains à payer, car ils sont en grande partie responsables de la tragédie des réfugiés.

  5. ULYSSE dit :

    Les bases aériennes , notamment celles du sud de la France sont une chose, mais , je le dis depuis des ai, la base navale de Toulon, qui accueille entre autres le PAN est devenue extrêmement vulnérable a des attaques de missiles et bientôt de drones. Le pearl Harbor bis risque de se produire en Méditerranée.

    • RGA dit :

      juste…. l’histoire risque de mal se terminer pour les civils de Toulon… Remarquons que c’est le même cas de figure pour les civils de Kaliningrad.

    • Moccot dit :

      Sans compter un port largement ouvert aux paquebots et ferries. Un sabotage facile. Idéal pour une frappe surprise. Quelques FS sur un de ces gros culs, coulé dans la passe et la flotte est bloquée au port. Dispersion impossible. Quelques missiles et c’en est fini de notre belle flotte. Un nouveau sabordage.
      Sans compter tous ces terrains cédés à la métropole, d’où l’impossibilité de redonner à l’arsenal les moyens de se développer en cas de besoin. Son emprise est actuellement calibré pour un temps de paix avec une flotte très réduite.
      On a oublié que Toulon est avant tout un port de guerre.
      Gouverner, c’est prévoir

      • LucienB dit :

        Je ne vois pas l’intérêt de concentrer toute la flotte sur Toulon. La moitié de la flotte était censée être en Atlantique à Brest et Cherbourg.

    • HMX dit :

      Assez d’accord sur la vulnérabilité de la base de Toulon. A mon sens, la sécurité de la base est toujours typée « temps de paix », l’essentiel du travail est réalisé par des patrouilles de fusiliers marins, comme si les nouvelles menaces relevaient de la science fiction. Ce n’est que très récemment que le quai des porte avions , ainsi que la zone des SNA, ont été protégés par des barrières flottantes anti hors-bord suicide (avant cela, la limite de la zone militaire était simplement symbolisée par des bouées…). C’est un timide début de prise de conscience…

      En revanche, pas de défense anti-aérienne permanente digne de ce nom pour contrer des missiles de croisière ou anti navires (attaque haut du spectre, et n’évoquons même pas le cas des missiles hypersoniques) ou à l’inverse de simples drones type quadricoptères de supermarché, bricolés avec une charge explosive (bas du spectre). Pour ne citer qu’un seul scénario, une attaque avec un essaim de drones low cost bourrés d’explosifs pourrait faire des ravages sur les superstructures des navires à quai, rendant la flotte indisponible pendant des mois. Une telle attaque est à la portée de groupes terroristes, surtout s’ils sont « sponsorisés » par certains Etats potentiellement ennemis…

      Côté mer, une attaque par des plongeurs, ou des drones sous marins silencieux, voir carrément en force avec des torpilles, serait également difficile à contrer. Le détournement d’un navire civil de fort tonnage (cargo…) qui serait jeté sur les navires à quai est aussi une menace crédible contre laquelle des mesures de protection restent à inventer (remettre au goût du jour le vieux principe de la chaîne tendue à l’entrée du port pour éviter les intrusions ?).
      La fermeture de la passe avec une barrière flottante et un système de filets garni d’un réseau d’hydrophone serait la meilleure option, mais le passage d’un grand nombre de navires civils complique énormément le travail de surveillance. C’est d’ailleurs un des plus gros problème de la base de Toulon : la proximité trop forte entre civils et militaires. On pourrait commencer à y remédier progressivement, en fixant des horaires de passage limités en journée pour le trafic civil, la passe entre la Tour Royale et le Fort de l’Eguillette restant fermée et réservée aux trafic militaire la nuit et le reste du temps… ce serait une mesure localement impopulaire, mais efficace.

      Dernière observation sur la protection de la rade de Toulon : tous nos adversaires qui disposent de moyens d’observation satellitaires, et plus simplement tous les promeneurs du dimanche sur les hauteurs autour de la base, peuvent constater en temps réel la situation de la flotte. Cette situation m’a toujours choqué. Il serait particulièrement intéressant de prévoir la construction de toitures/hangars au dessus des quais pour dissimuler nos navires et entretenir le doute sur leur présence ou leur absence au port.

  6. Le Suren dit :

    Utiliser des aérodromes civil ? En 1870, faute de carte, les officiers devaient demander leur chemin aux paysans rencontrés au hasard sur les routes. Nous n’avons rien appris ! Question : Les Lebel 1886 sont-ils encore disponibles en nombre suffisant ? Ah, on me signale dans l’oreillette qu’on les a vendu à l’armée du Vatican. Mais ils reste 322 Chasseptots dans les entrepôts.

    • Carloman dit :

      Vous oubliez facilement la 5ème colonne, celle des défaitistes de tout poil, ceux qui, traîtres, lâches, augurent une défaite, en citant des faits isolés qui n’ont rien à voir avec la situation actuelle… Les déclinistes s’en donnent à cœur joie, comme vous, par exemple…

      • vno dit :

        Moi, je l’aimais bien mon FSA, il était très facile d’utilisation. à 200 mètres, je faisait du bon travail et sans moyens de visée spécifique. Le MAS 36, à côté, c’était pas terrible, mais la Marine les utilisaient toujours dans les années 90. Pour ton information des palettes de MAS 49 sont partis aux Etats-Unis au pris de la ferraille. Ces fusils on été taraudés en 8mm, ou ils font d’excellentes armes semi-automatique de chasse avec un prix par unité de 1000 dollars à une époque. Il ne faut pas confondre décliniste et devoir de mémoire à la gloire des cons satisfaits ( responsables mais pas coupables ) pour les générations futures qui faute de mieux s’en passeront pour se protéger en aidant les forces de l’ordre. Les chasseurs, c’est un peux limité…

      • Czar dit :

        tiens, carlomanche-à-co****s, des émeutes mauresques à brest et à Limoges, envoies-y tes fiers méharistes pour la gloire de l’Ômpire, c’est l’occasion d’un nouveau galon

        https://actu17.fr/guet-apens-a-brest-policiers-et-pompiers-vises-par-des-tirs-de-mortiers-dartifice-et-des-jets-de-pierre/

        https://actu17.fr/limoges-les-policiers-vises-par-des-jets-de-cocktails-molotov-dans-le-quartier-de-la-bastide/

        • Clément dit :

          Les Maures, c’est pourtant ton truc Erwan, tu devrais peut être prendre un billet pour Brest ou Limoges : tu pourrais y faire des rencontres qui te feront oublier ton ex.
          Et n’oublie pas ton drapeau algérien 😉

          (et franchement, c’est quoi ce site « Actu 17 » ? on dirait que son but est d’humilier nos forces de l’ordre en les faisant passer pour des pleureuses en porcelaine).

    • Jean (le 1er) dit :

      Lire et comprendre n’est semble-t-il pas donné à tout le monde. L’utilisation des aérodromes civils est envisagée par la RAF pas par l’AAE.

  7. Auguste dit :

    Hors sujet.
    Je regrette qu’on n’est pas rendu hommage au Général Lecointre.Au soldat,au CEMA,à l’Homme.
    A vous,tout mon respect,Général.

  8. Le Suren dit :

    Un peu plus sérieusement, il nous faudrait une AAE taillée à 350 avions, 200 Rafales et 150 M 2000. Le tous en re créant un max de base aériennes. Bon, c’est si difficile ?

    • tschok dit :

      Est-ce qu’il reste seulement 150 M 2000?

    • Sinope dit :

      Les 200 Rafales oui. Mais le Mirage 2000 n est plus en production et arrive en fin de vie sans remplaçant.

    • Vroom dit :

      Ce n’est qu’une question d’argent. Par contre, retrouver le personnel nécessaire, là, ça va être plus compliqué. Et je ne parle pas des compétences.

    • AR97 dit :

      Vu qu’il ne reste même pas 120 M2000 en service en France, et vu qu’il n’est plus produit, c’est totalement illusoire. Et recréer des bases aériennes coûterait beaucoup, beaucoup trop d’argent, argent que nous n’avons bien évidemment plus, depuis des lustres.

    • Jonks dit :

      Va falloir embaucher sérieusement …..
      Sans compter sur les assos anti bruit autour des bases !!

    • mich dit :

      Pourquoi 350 ? en tout cas ,oui c ‘est difficile , sauf à passer notre pays en posture à l’ Israélienne , est ce que nos citoyens veulent être en guerre ? pas sur !

  9. Loïc dit :

    Oh, disgrâce!
    “Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.”
    Jacques-Bénigne Bossuet

  10. HEUZE dit :

    les choix sont faits … no comment..

  11. patadouf dit :

    Nos techno-enarques auraient eu la vue courte une nouvelle fois ? Voir le monde tel qu’il est, et non tel qu’on le reve…

  12. lxm dit :

    Et puis plus pragmatiquement, en cas de conflit majeur, des avions alliés viendraient se poser sur les bases européennes, dont françaises; il faudrait donc de la place pour les accueillir, cela participe aussi à la crédibilité de la dissuasion et des alliances.

    • Ah Ca ! dit :

      Vous êtes optimiste, la dinde vole encore ?

      J’ai cru lire qu’elle subissait une pénurie de moteurs…

      • vno dit :

        D’où l’intérêt d’avoir des abris en nombre en attendant les moteurs. Il ne couche pas dehors ces volatiles.

  13. Basset dit :

    Si la France a besoin de quelques mois pour reconstruire/remettre en état une piste avec son environnement, peut être, est il préférable de faire appel à une entreprise chinoise qui pas exemple a construit un hôpital en 10 jours ouvrés…

    • Captain Pif dit :

      Sauf que ce n’est pas un hôpital au sens usuel, mais un simple lieu d’isolement pour les cas contacts et patients asymptomatiques. Tous ceux qui avaient besoin de soins allaient dans un vrai hôpital.

    • Jean (le 1er) dit :

      Faut voir la qualité, l’hôpital en question prenait l’eau de partout à la 1ére pluie

  14. H. dit :

    Deux remarques :
    1) c’est là qu’on voit que la fermeture de pratiquement dix plates-formes de premier plan a été une insondable bêtise (en particulier Toul, Reims, Colmar, Cambrai, Toulouse Francazal et, la dernière en date, Châteaudun) ;
    2) vu le nombre d’avions de combat en ligne et la disponibilité qui va avec, ce n’a plus une si grande importance.

    • vno dit :

      Sans oublier les dépôts de munitions, qui eux aussi ont été fermés et vendus.

    • Frede6 dit :

      Je n’ai vu personne poser la question sur qui va attaquer nos aérodromes et avec quels moyens. J’aimerais soutenir la réouverture de Malbouhans mais pour l’instant je ne vois pas de raison pour me mobiliser

      • Pascal (l'autre) dit :

        « J’aimerais soutenir la réouverture de Malbouhans  » Je me souviens d’un exercice genre mini déploiement du 02/004 à l’occasion d’EVALTAC de la Grande FAtac à la toute fin des années 70 et à l’époque les antimilitaristes et écolos (déjà) étaient venu manifester et exciter les habitants de Malbouhans, de Froideterre, de Saint Barthélemy! Le plus cocasse est que ces « braves » gens étaient même venu faire la « retape » à Mélisey. Un pote de travail avait été « abordé » chez lui pour distiller leur propagande en ignorant qu’il était militaire à la BA 116 de Luxeuil !

      • Frede6 dit :

        Les aviateurs sont partis mais les écolos font toujours chier…

        Sinon je suis tombé sur un site où il y quelques photos souvenir

        http://www.france-air-nato.net/STRUCTURE/Pages_web/DOB_Lure_Historique_Fr.html

  15. Le sicaire dit :

    Un grand stratège est-il capable de m’expliquer l’intérêt de faire un conflit de « haute intensité » ? Et de me dire qui en a les capacités…?

    • StephanieR dit :

      L’intérêt ? Retourner l’ordre mondial, renverser la table. Visiblement 2 grandes puissances ont envie de jouer ce match : Chine et Russie dirigées par un dictateur maoïste et un autocrate qui se prend pour un nouveau Tsar mégalo de la « bonne » époque… avec des alliés franchement pas des plus simples à gérer (Iran, Pakistan et Corée du Nord pour ne citer qu’eux…). Ne pas se préparer à cela c’est être irresponsable. Même Taiwan s’exerce a la guerre a haute intensité et à la dispersion de leur AF chaque année !

      • Ah Ca ! dit :

        @Stef°nie R

        Il faut arrêter de manger du Ben & Jerry et votre beef jerky …. Où avez vous vu que la russie est un danger pour le monde ???
        Il faudrait reprendre le cours du CP1 car la seule nation à avoir fomenté une 50ène de conflits depuis 1945 ce sont vos copains les USA et qui ont 800 bases ou assimilé de par le monde…
        Je n’ai pas vu les Russes dans ce registre…

        Pensez donc à consulter…

        • Franz dit :

          Si vous avez ouvert un journal au cours des vingt dernières années vous avez dû remarquer que le vent tourne…

          • Ah Ca ! dit :

            @Franz le clown
            En prenant vos opiacés le matin, vous devez lire votre journal à l’envers …

            Bravo, il faut être sacrement tordu pour affirmer vos dires…

            Je dois être bête ou complètement ignare…. allez y donnez vos exemples et veuillez bien laisser la Crimée et l’Ukraine en dehors de votre compte de Franz en tutu au pays des merveilles.

        • Castel dit :

          Ah bon !
          Il m’avait pourtant semblé voir les Russes attaquer la Géorgie, puis l’Ukraine, par l’intermédiaire de leurs « spadassins »…..
          Mais c’est vrai, qu’ils ne s’attaque qu’a des puissances militaires mineures, et on les a vu se dégonfler face aux Turcs récemment en Arménie….

    • twouan dit :

      Prennons l exemple du Japon en 39, interet: une incomprehension.
      La capacite : personne mais en l occurence c est au premier qui lache.

    • fabrice dit :

      Bah la France dépense moins de 2% pour son PIB à la défense de mémoire….
      Durant la 2GM pour les belligérant, c’était autour de 50, 60% du PIB (de mémoire aux USA 90 mds de $ de dépenses militaires pour un PIB en 1942 d’environ 150 mds de $). En Israël entre 1967 et 1974 celà atteignait 40% du PIB (c’est descendu à 6%).
      Bref on peut pas dire « qu’on est à fond ».
      L’intérêt c’est d’éviter que les LGBT soient jetés des toits, que tes filles soient partagés comme butins à des illettrés puants et violents et que toi tu sois tué au nom d’une certaine vision de l’Islam ou d’une conception racialisée qui veut que les Blancs, du fait de leur couleur de peau, sont coupables et doivent payer ce qu’ont fait leurs ancêtres….Je donne quelques exemples d’idéologies sympathiques mises en pratique par Daech en Syrak, les Talibans en Afghanistan ou théorisé par BLM aux USA ou mis en pratique par quelques factions sympathiques (heureusement minoritaires et pas au pouvoir) de l’ANC en RSA (communément appeler le massacre des fermiers blancs, je rappelle qu’ils ne sont pas seulement volés mais souvent tué « gratuitement », sans raison autre que la haine ) ou au Zimbabwé (« un blanc, une balle »)…

      • lgbtqi+ dit :

        +1

      • Fusco dit :

        @fabrice
        au Zimbabwé (« un blanc, une balle ») : On ne parle pas d’ancêtres là mais d’une histoire relativement récente et je peux comprendre que certains qui ont connu personnellement le régime de la Rodhésie, aient encore quelques griefs. Celà ne donne en aucune façon cependant un permis de tuer.

      • NRJ dit :

        @Fabrice
        Pourquoi dépenserions nous autant aujourd’hui que pendant la seconde guerre mondiale ? Sinon, la première guerre a également montré que l’investissement fait dans une guerre totale n’était en rien rentable. Pour les américains en 1942, ça a permis d’effacer la crise de 29, mais même la superpuissance américaine n’aurait pas été capable de soutenir plusieurs années encore l’effort colossal qu’elle a fourni.

    • Jm dit :

      Je sais que ce que je vais écrire est politiquement incorrect, mais le prochain conflit, ne sera pas politique, religieux ou autre. Il sera l’amalgame de tout ça, et l’ennemi porte un nom : l’Islam et la réunion de toutes ses mouvances qui ne veulent qu’une chose : le pouvoir pour eux, et les richesses des autres.
      D’ailleurs, c’est un peu déjà ce qu’il se passe.
      Prenez une carte du monde.
      Implantez un drapeau sur tous les pays « musulmans ».
      Maintenant, faites la même chose, mais avec les pays en guerre…..
      Je vous l’ai écrit ; incorrect.

      • Fred dit :

        @ Jm

        Il est vrai qu’il y a des Musulmans en Chine, dont un million en prison… Pardon « en formation professionnelle » selon Pékin, qui n’a peur ni des mots, ni du ridicule, ni du colonialisme, ni du racisme.

        Ton drapeau sur l’Irak, la Syrie, la Palestine occupée… Correspond-il à une guerre déclenchée par des Musulmans ?

        • Franz dit :

          Rassurez-moi : vous connaissez la rivalité mortelle entre Chiites et Sunnites ? vous savez que le Hamas, le Hezbollah (et dans une moindre mesure le Fatah) ont pour but la disparition d’Israël au nom de la religion ?
          Vous savez que, partout sur la terre, les premiers persécuteurs des musulmans sont d’autres musulmans ?
          Vous savez que l’Islam est une vision globale du monde, comprenant religion, société, pouvoir politique ?

          • ScopeWizard dit :

            @Franz

            @Fred est avant-tout un idéologue .

            Par conséquent , vous n’ en tirerez rien , le réel n’ ayant aucune importance ; en revanche , vu la teneur et le ton de ses réactions parfois à l’ emporte pièce et extrêmement simplificatrices ou « désignantes » faisant fi de tout respect disons « élémentaire » , vous allez passer votre temps à lui rentrer dedans et rien n’ en sortira car il ne reconnaîtra rien qui puisse remettre ses très nombreuses certitudes en question .

            Il y en a des comme ça…….et c’ est bien malheureux……….

            Mais courage , ne désespérez pas ! 😉

    • Ératosthène dit :

      @sicaire : Il ne s’agit pas de faire un conflit de haute intensité. Il s’agit de montrer qu’on est prêt.

    • Royal Marine dit :

      Le conflit de haute ou basse intensité ne se décrète pas…
      Comme pendant des années, nos visionnaires des dividendes de la paix, nous ont seriné qu’il n’y aurait plus de conflits de haute intensité, on se retrouve avec une armée cadrée pour les Opex, manquant de matériels lourds, et d’entraînements en rapport…
      Heureusement certains entraînements sont communs aux deux genres (FS, Cenzub, etc, …), et nos grands commandeurs, pourtant abreuvés pendant trente ans de ces billevesées et autres imbécilités, ont réalisé à temps, que la haute intensité n’était pas morte avec l’URSS, mais au contraire risquait de revenir avec la Chine, où l’on verrait le « soft power » ou opérations d’influences, disparaître au profit de la « raison du plus fort » et de la violence assumée, soutenue par l’effet de surprise… Voir la situation en Mer de Chine actuellement…
      Sans compter que la Chine pourrait compter sur des armements qui nous font défaut actuellement, des « alliés de revers » pas tour à fait libres de faire ou pas, et de la possession de tout l’arsenal industriel occidental qu’elle détient sur son sol…
      Ai-je répondu à vos interrogations? Où faudrait-il approfondir?

    • Fred dit :

      @ Le sicaire

      ? Un conflit de « haute intensité » n’a globalement aucun intérêt. Le problème, c’est que tous les dirigeants de la Planète bleue n’en sont pas convaincus. Être contre ne nous en protège pas.

  16. aleksandar dit :

    A partir du moment ou l’on déploie des avions de chasse sur une aérodrome civil, celui-ci devient une emprise militaire et donc un objectif tactique

  17. Pepin dit :

    Un petit livre intéressant qui traite de la première guerre mondiale. https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?f=30&t=73197&p=533965&hilit=camouflage+1914+1918#p533965

  18. ScopeWizard dit :

    « Dans les titres, on garde l’appellation « armée de l’Air », plus coute que « armée de l’Air & de l’Espace ». Et le sigle AAE a le défaut de ne pas être explicite pour ceux qui ne sont pas au fait des questions militaires »

    D’ où mon refus de l’ employer ; d’ autant que question « Espace »……. bof !
    Bref , je trouve tout ça bien « ronflant » ; ambitieux et annonciateur , certes ; mais surtout ronflant pour ne pas dire boursouflé .

    Au niveau des infrastructures , installations et de la dispersion…………

    C’ est l’ évidence même et de ce fait cela fait un bail que je suis personnellement très mal à l’ aise avec le fait que nous ayons gardé si peu de bases qui sont si faciles à perdre quand devoir en construire de nouvelles ou réactiver les anciennes exigera tellement plus de temps et d’ investissements .

    Donc , il y a cette question de délai mais également de moyens .
    Sans parler de la difficulté à nous réapproprier nombre de bases laissées , souvent pour rien ou presque , à certains civils qui ont déjà tout salopé et qui au nom de tel ou tel principe ne lâcheront pas le morceau si facilement .

    Personnellement , j’ ai toujours été admiratif des Suisses et autres Nordiques qui n’ hésitent pas à faire appel ou à concevoir des installations à la fois à usage civil et militaire afin de se constituer une redondance de sauvegarde comme de stock et d’ armement pouvant abriter des équipes de réparations ou de maintenance et les ateliers et abris nécessaires à cela , de façon à pouvoir demeurer opérationnels le plus longtemps possible , et ce , quelle que soit la topographie même si souvent la configuration de cette dernière les aide bien .

    Raison pour laquelle , et nous en avions il y a quelques mois largement discuté ici-même sur ZONE OPEX , je suis également très partisan du décollage et atterrissage ULTRA-COURT ( façon CATOBAR ) ou carrément VERTICAL .
    Mais pas de type « usine à gaz » F-35 B avec des trappes partout , non plutôt façon Hawker Siddeley Harrier/Dassault Mirage III V soit un jet de combat classe Mach 2 capable d’ emport lourd , de polyvalence , d’ autonomie , de performances , et même de ravitaillement en vol depuis un aéronef relativement lent .

    Une version Super-Rafale ADAV ADAC ( ou VTOL STOL ) voire DCAV STOVL me conviendrait parfaitement .

    Encore faudra t-il savoir nous affranchir de la formule Balzac/Mirage III V qui outre le très puissant ( pas le Bristol Orpheus Anglais du Balzac qui quant à lui était une sorte d’ avion-prototype destiné à valider la formule via les matériels existants et disponibles de l’ époque à savoir le début des années 1960 ) réacteur de propulsion horizontale -en l’ occurrence en ce temps-là de facture Américaine d’ où les essais menés sur Mirage III T soit un Mirage III E ( de mémoire ) spécialement aménagé et modifié pour cela via par exemple un croupion agrandi- présentait l’ inconvénient majeur de rajouter pas moins de 8 petits réacteurs ( Rolls Royce ) de sustentation .

    C’ est à dire des réacteurs qui ne servent plus à rien lors des phases de vol horizontal , qui de ce fait constituent un « poids mort » , prennent une place importante que pourrait occuper du carburant ou de l’ emport , consomment plus , obligent à une complexification parfois excessive des systèmes , rendent le pilotage plus difficile ou délicat , l’ avion plus vulnérable .

    Bien qu’ une telle formule pourrait de nos jours bénéficier de progrès certains pouvant par exemple jouer sur l’ agilité générale , je continue à n’ y être pas favorable .

    Par conséquent , la buse orientable Harrier/Rolls Royce Pegasus et le concept Wibault me séduiraient bien plus………..

    Instructif :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Wibault

    Disons que j’ aimerais que ce soit faisable et que la France déjà parfaitement consciente de la vulnérabilité des longues et coûteuses pistes bétonnées de nos diverses bases aériennes , tout comme l’ OTAN dès le début des années 1960 , réussisse une telle conception qui à elle seule lui confèrerait un temps d’ avance .

    • tschok dit :

      @Scope,

      Oui, oui, on comprend. Tout le monde a compris d’ailleurs.

      Mais là, si vous voulez, l’exercice de pensée qui vous est demandé, ce n’est pas d’imaginer un avion VSTOL ou VTOL, ce qui a déjà été fait du reste, qui n’entrera très éventuellement en service que dans un avenir incertain, puisqu’on est plutôt sur le projet de SCAF qui n’intègre pas de spécification VTOL/STOL dans son cahier des charges, mais de disperser ce qui existe, là, maintenant.

      Donc de réfléchir aux problèmes de dispersion de ce qui existe là, maintenant, avec ce qu’on a sous la main. Et ce qui nous manque, c’est le soutien. On a les moyens de la dispersion, sauf le soutien.

      Donc, la réponse la plus simple, c’est d’étoffer les moyens de soutien et les rendre dispersables. C’est un premier niveau.

      Mais au delà, il faut réfléchir aux moyens qu’on ne peut pas disperser, comme les grosses bases par exemple. Donc là, il faut protéger. Et on a des moyens pour protéger (défense, abris durcis). C’est un second niveau.

      Et encore au-delà, on peut se dire qu’il ne suffit pas de protéger des espaces restreints de notre territoire, mais de faire de tout notre territoire un espace protégé. Ou autrement dit un espace dangereux pour un ennemi: dans cet espace, on est en sécurité, lui non. C’est un troisième niveau.

      Là, c’est une sorte d’Iron Dome à la française, mais qui renvoie à un horizon plus lointain.

      Maintenant, il est certain qu’un avion VTOL ça résout plein de problèmes et un jour il faudra bien que tout ce qui vole et qui s’appelle « avion » en soi capable, c’est sûr.

      Parlons-en aux gens qui font le cahier des charges du SCAF. A priori, ils n’ont pas voulu tomber dans le piège technologique du F35, avec la version B, et donc la capacité VTOL n’est pas dedans.

      Donc, on va devoir faire sans cette capacité pour le demi-siècle qui vient.

      Notez qu’en France on n’y perd pas grand-chose parce qu’en fait ce ne sont pas les pistes qui manquent: si la justification de la capacité VTOL c’est seulement l’impératif de dispersion sur des bases plus ou moins sommaires, alors on peut s’en passer parce qu’on a plein de pistes.

      Et puis il faudrait verticaliser tout le reste, aussi: les transports, les ravitailleurs, les avions de surveillance, de guerre électronique, etc. Il n’y a pas qu’un type d’avion à disperser, mais toute une aviation.

      Donc ce n’est pas du côté de l’avion lui-même qu’on trouvera la solution, mais plutôt du côté de du système d’armée qui met en oeuvre une aviation complète et variée et sa façon de s’organiser pour faire face globalement à une menace de destruction permanente, y-compris dans son propre espace territorial.

    • twouan dit :

      Le catobar c est une faille terrible dans la disponibilite pour un systeme terrestre.
      On fait finallement des pistes rapidement et pour pas cher.
      Posseder des hangars loues aux civils preemptables sur des aerodromes ca serait plus efficace.

      Le choix f35B des anglais n est pas si idiot.
      Tres honnetement, je n ai toujours pas compris pourquoi on abandonnait toutes nos structures durcies. Qu on y travaille pas et qu on ne les porte donc pas au standards de 2020 d accord mais ne pas refaire l etancheite et un fond de beton de temps en temps…

      • ScopeWizard dit :

        @twouan

        Oui , je comprends très bien ; mais le fait est que nous sommes sur un territoire trop petit et concentré donc très difficile à couvrir compte tenu des progrès réalisés depuis quelques années en matière de moyens offensifs de précision .

        Non , ce choix n’ est pas idiot ; c’ est le choix de cet avion qui parait l’ être .

        Mais les Anglais ont l’ habitude ; depuis l’ expérience de près de 40 ans sur avion HARRIER et tout ce que les Américains de McDonnell Douglas ont apporté au HARRIER II ou AV-8B , il est normal que participant en tant que partenaire privilégié à l’ aventure hyper-ambitieuse du F-35 , Londres ait cru à ce programme au point d’ en être autant client captif que particulièrement enthousiaste .

        « Tres honnetement, je n ai toujours pas compris pourquoi on abandonnait toutes nos structures durcies. Qu on y travaille pas et qu on ne les porte donc pas au standards de 2020 d accord mais ne pas refaire l etancheite et un fond de beton de temps en temps… »

        Toute la question est : quid de leur survivabilité en cas de guerre de haute intensité ?
        Même aux standards 2020 , quelle peut être leur durée de vie opérationnelle ?

        Perso , à chaque fois j’ en reviens à l’ ultra-court ou au vertical………..

        Je pense que tant que serons confrontés à des adversaires à la fois lointains et asymétriques , la France peut longtemps faire illusion et tenir rôle et rang qui sont les siens ; mais au-delà , là je ne donne pas cher de notre peau y compris en l’ absence de toute frappe nucléaire ou de type MOAB .

    • ScopeWizard dit :

      @tschok

      Mais il n’ y aucun exercice de pensée qui m’ est demandé ; il y a une problématique et les causes de cette problématique qui en est la conséquence ou l’ une des conséquences .

      Donc , non , tout le monde n’ a pas compris ; si c’ était le cas ça se saurait .

      En gros , ça fait 60 ans qu’ au niveau du décollage/atterrissage ultra-court ou vertical , ça branle dans le manche .

      Alors , pendant environ quatre décennies , ça a plus ou moins été ; la technologie n’ étant nulle part au niveau sauf que depuis quelques années la donne a changé et tout s’ accélère .

      Entre les divers moyens de surveillance et de reconnaissance allant du logiciel-espion au satellite , la plus grande précision de la plupart des missiles parfois à ce jour précis au mètre près , la dronisation à outrance , tout ce qui concerne l’IA , il y a vraiment de quoi s’ inquiéter et passer à la vitesse supérieure .

      Raison pour laquelle , perso il y a belle lurette que j’ ai dépassé toutes ces histoires de « dispersion » qui relèvent plus de l’ idéologie que du réel .

      Toute cette problématique liée à la dispersion , primo il y a fort longtemps que nous avons empilé les conneries dans une sorte de « pari » sur l’ avenir selon les fameux « dividendes de la paix » nés de l’ effondrement du Bloc de l’ Est faisant place au bonheur pour tous par le marché et autres consumérismes gages d’ une nouvelle prospérité ; secundo , pourquoi ne nous sommes pas inspirés de tous ces autres pays , souvent plus modestes et bien plus proches des frontières du si redouté voisin Soviétique , qui s’ étaient adaptés bien avant tout cela , leurs solutions étant pour le moins astucieuses ?

      Parce que le résultat , c’ est qu’ aujourd’ hui nous voici face au mur et confrontés à une problématique que d’ autres ont résolu depuis 40 ou 50 ans………..au bas-mot .

      Ayant dépassé cette problématique de « dispersion » , j’ en suis à m’ attaquer à la source à savoir les moyens aériens proprement-dits .

      En fait , tout ça est une affaire de survivabilité et d’ autonomie .

      Le jour où nous serons capables de concevoir un jet de combat dont les propulseurs seront capables de consommer moitié moins pour un rendement très supérieur y compris en post-combustion ou équivalent , alors nous pourrons envisager de généraliser le décollage et l’ atterrissage ultra-court/vertical même chargé à bloc .

      C’ est pour ces raisons que les Harrier y compris les plus récents c’ est à dire ceux conçus avec l’ aide des Américains de McDonnell Douglas pendant les années 1980 ne décollaient pas verticalement ; ils procédaient à un décollage vertical roulant , ce qui leur permettait d’ économiser beaucoup de carburant donc d’ emporter de la charge tout en bénéficiant d’ une autonomie suffisante .
      Ce qui était fortement compromis si décollage vertical dévoreur de pétrole étant-donné l’ exigence de pleine puissance du réacteur ( lui-même très puissant ) pendant toute la phase .
      Par contre , si retour avec encore un peu de réserve , et notamment en embarqué , atterrissage vertical possible .

      Et là , oui , la dispersion ne sera plus un problème ou bien moindre ; parce que vous comprenez bien que tant que nous devrons opérer depuis des espaces plus ou moins bien pavés au relief propice à la manœuvre d’ 1 km de long et 100 mètres de large au minimum parce que nos avions ont besoin de ce minimum pour espérer prendre l’ air chargés à la gueule après avoir été un minimum abrités , maintenus et entretenus , sans risque de tomber sur un patelin par trop à proximité , nous n’ en sortirons pas .

      Aujourd’hui , le niveau technologique est tel que plus rien n’ échapperait à un éventuel ennemi d’ envergure se donnant les moyens de se lancer dans de la haute intensité .
      Tout serait détruit ou visé : nos bases , tous les terrains civils allant de l’ aéroport international à l’ aérodrome d’ aéroclub , la plupart des zones de « dispersion » seraient une cible du reste à mon avis depuis longtemps repérées et cartographiées .

      Par conséquent , plus vous serez « discret » , plus les terrains qui vous serviront de bases de dispersion opérationnelles seront de dimensions modestes , plus ils seront nombreux et difficiles à localiser donc à frapper donc à neutraliser ; c’ est là tout l’ intérêt de l’ ultra-court et du vertical .

      Après , je vous l’ accorde , il faudra que des équipes spécialisées soient sur-place , c’ est l’ évidence même .

      N’ empêche qu’ il y a une différence entre devoir traiter 1000 objectifs avérés ou potentiels et devoir faire de même avec 10.000 voire 100.000 ; les moyens dont il faut disposer et consacrer n’ ont plus rien à voir .

      Alors , je veux bien qu’ « on » se la raconte y compris au plus niveau de l’ État comme des état-majors , mais à un moment-donné faut revenir sur Terre ; en cas de guerre de haute intensité , si elle est prise pour cible et plus encore « prioritaire » , il ne faut pas rêver , la France ne fera pas un pli ; toutes ses infrastructures et installations existantes civiles comme militaires dont certaines sont visibles comme la Tour Eiffel au milieu de Champ de Mars , seront une cible .

      Il nous faudra donc miser sur des systèmes de défense anti-aériens et surtout en disposer partout histoire de tout couvrir ; hormis toutes les villes , moyennes incluses , les centrales nucléaires , les barrages , les lignes électriques , les centres d’ alimentation , les cultures , et j’ en passe des wagons , vu nos moyens et le nombre d’ objectifs à protéger et défendre + tout le militaire tel les bases ou les centres de détection radar , la tâche est impossible .

      Il nous faudrait du tout-secteur et des SAMP-T par milliers voire dizaines de milliers ; or , si nous en alignons quelques centaines , ce sera déjà très bien .

      Resterait alors l’ abri en dur voire enterré capable de résister à des frappes directes de forte puissance , je vous le laisse ; peu de matériaux résistent à des armes sur-puissantes et puis quid des pistes ?

      Non , j’ ai beau creuser la question et en faire le tour 10 fois , en dehors du vecteur aérien lui-même , j’en reviens au pêché originel : l’ avion ou le drone de combat capable de s’ affranchir de lourdes installations et infrastructures et bien-sûr des longues et coûteuses pistes bétonnées si vulnérables qui à elles seules peuvent par leur neutralisation très vite paralyser l’ ensemble de nos forces aériennes .

      Mais vous , vous proposez quoi ?

      • tschok dit :

        @Scope,

        Je vous l’ai dit, il me semble. Vous avez trois niveaux d’action:
        – Renforcer les soutiens pour en avoir suffisamment pour disperser votre force sans qu’elle en manque localement (Cf com de Jm, infra)
        – La protection des points fixes qui ne peuvent pas être dispersés, ou des moyens qui sont trop compliqués à rendre mobiles, par la défense ou le durcissement des abris
        – La protection du territoire (Iron Dome à la française)

        Bon, en fait vous focalisez sur la composante combat, mais c’est tout une armée de l’air qu’il faudrait verticaliser si on veut l’affranchir des bases fixes dont les coordonnées figurent sur une carte.

        Or, comment verticaliser un MRTT, un A400M, un AWACS, etc? C’est un saut technologique démentiel par rapport à ce qu’on sait faire, donc on est dans le monde de la fiction, et c’est très bien, mais c’est plus de la stratégie au sens où, dans ce monde de fiction, on s’affranchit de la contrainte qui, dans le monde réel, nous oblige a faire de la stratégie (à être malin, quoi).

        Donc, ok, on vericalise la composante combat, comme vous le suggérez. Mais avec quel avion? Le SCAF? C’est pas prévu. A la rigueur en STOL, mais pas en VTOL. Donc, des pistes, certes courtes, mais des pistes quand même.

        Et on revient au point 1: renforcer les soutiens, par quoi j’ai commencé. De toute façon vous devez passer par là, que votre avion soit VTOL/STOL ou normal. C’est un préalable de la dispersion.

        Si vous dispersez votre force, vous devez être capable d’assurer son soutien là où elle se trouve, donc ailleurs que dans ses bases habituelles.

        Actuellement, le soutien est concentré dans des bases où des équipes restreintes de mécanos peuvent entretenir et réparer un grand nombre d’aéronefs, avec le même outillage, par effet de concentration: la même clé de 12 peut dévisser autant de boulons qu’il faut en dévisser, avec le même mécano. On va dire, par convention, qu’une même clé de 12 et un mécano peuvent dévisser autant de boulons qu’il faut en dévisser sur 20 avions d’une base pour en assurer le MCO normal.

        Si on doit disperser la force, il faut alors disperser le soutien avec chaque portion de la force qu’on disperse. Si, mettons, on disperse les avions par groupe de 4, alors il vous faudra une clé de 12 et un mécano par groupe de 4, soit 5 mécanos et 5 clés de 12 pour 20 avions.

        Donc, dans mon exemple imaginaire, en temps de paix un mécano et une clé suffisent pour dévisser autant de boulons qu’il faut en dévisser pour assurer le MCO de 20 avions. Mais en temps de guerre, il en fut 5 fois plus, si on disperse le soutien.

        C’est ça l’effet de concentration des moyens. C’est comme l’effet de série au moment de la production. Si vous déconcentrez les moyens, c’est comme si vous raccourcissiez une série (genre ce qui s’est passé avec les FREMM).

        En fait, c’est ça le premier écueil de la dispersion du soutien: une diminution immédiate de la productivité. Dans mon exemple, elle est instantanément divisée par 5, ce qui équivaut à passer du stade industriel au stade artisanal, le tout en pleine guerre de haute intensité.

        Donc, la dispersion n’a pas que des avantages.

        Ce qui m’a fait passer au niveau 2: la protection des bases. Après tout, les bases sont le lieux où on concentre le soutien avec le plus d’efficacité, donc, protégeons-les. Et en fait, on n’a pas le choix, vu qu’elles sont fixes.

        Il y a plein de choses à faire pour rendre une base plus résistante et résiliente, faut pas croire. N’imaginez pas qu’un seul missile conventionnelle puisse détruire une base de plusieurs dizaines d’hectares à lui tout seul, surtout s’il y a des abris bien conçus, des leurres, et naturellement une défense.

        Et par ailleurs, une piste, ça se répare. Avec le bon matos, ça se répare très vite, d’ailleurs.

        Mais à bien y réfléchir, protéger les bases, c’est bien, mais le mieux c’est quand même la protection de la totalité du territoire. Donc, j’en arrive au niveau 3: Iron Dome territorial.

        Mais ces 3 niveaux ne sont pas exclusifs l’un de l’autre, ils se combinent Or, ils se trouve qu’on n’est pas totalement à poil: on a les moyens de ces trois niveaux de dispersion/protection. Du moins on les a potentiellement: on a les technologies, et des aérodromes et pistes en tout genre plus qu’il n’en faut. Mais on n’a pas particulièrement la volonté de le faire, et donc pas le budget correspondant.

        En fait, si, c’est une expérience de pensée: on vous demande de réfléchir à la possibilité que notre armée soit très vulnérable à des attaques sur son propre territoire en cas de conflit de haute intensité.

        Si vous y réfléchissez bien, comme vous dites l’avoir fait, vous devez normalement vous rendre compte que la verticalisation de la composante combat de l’armée de l’air n’est qu’une réponse très partielle à un problème plus global.

        • ScopeWizard dit :

          @tschok

          Pas le temps donc ça va aller vite………..

          A)_ »– La protection du territoire (Iron Dome à la française) »

          Heu , la superficie du territoire d’ Israël est combien de fois plus petite que celle de la France métropolitaine ?
          25 fois ?

          Et vous croyez que tandis que le pays Hébreu ne parvient à couvrir que ses points vitaux et stratégiques , la France a les moyens technologiques et financiers de se doter d’ un « IRON DOME » capable de multiplier cette couverture ne serait-ce que par 10 ?

          Hé ben , je ne peux que saluer un tel optimisme ainsi que l’ exploit à venir…………

          B)_ »Bon, en fait vous focalisez sur la composante combat, mais c’est tout une armée de l’air qu’il faudrait verticaliser si on veut l’affranchir des bases fixes dont les coordonnées figurent sur une carte. »

          Oui , dans l’ idéal , certainement ; mais ce n’ est pas ce que je vous dis .

          « Or, comment verticaliser un MRTT, un A400M, un AWACS, etc? C’est un saut technologique démentiel par rapport à ce qu’on sait faire, donc on est dans le monde de la fiction, et c’est très bien, mais c’est plus de la stratégie au sens où, dans ce monde de fiction, on s’affranchit de la contrainte qui, dans le monde réel, nous oblige a faire de la stratégie (à être malin, quoi). »

          C’ est bien là que le bât blesse ; excepté que face à une attaque massive et saturante aussi précise que parfaitement renseignée par une force capable de haute intensité , tous les moyens de dispersion actuels conventionnels qui sont déjà incomplets et insuffisants quant au soutien à pourvoir , seront tous visés et détruits , la dispersion sera donc réduite à néant et les moyens aériens , dont principalement les avions , avec .

          C)_ »Donc, ok, on vericalise la composante combat, comme vous le suggérez. Mais avec quel avion? Le SCAF? C’est pas prévu. A la rigueur en STOL, mais pas en VTOL. Donc, des pistes, certes courtes, mais des pistes quand même. »

          Le SCAF , je m’ en fous .
          D’ ailleurs , il s’ agit du NGF .

          Les Anglais ont fait quoi depuis les années 1960 ? Le Harrier ; et si ce connard de Wilson n’ avait pas sabré le projet de Super Harrier capable d’ être largement supersonique donc chasseur/intercepteur , ils en seraient où en termes d’ avions de combat VTOL ?

          Quant au STOL , en gros il s’ agirait de concevoir un jet de combat capable de décoller en lisse ou en charge minimale sur maximum 200 mètres , chargé à bloc sur 400/500 , le tout en pouvant aussitôt grimper en fort cabré………
          Ce qui reste effectivement très court mais permet de multiplier le nombre de surfaces propices par je ne sais combien et sans que cela relève forcément d’ un terrain existant .
          Le mieux étant alors qu’ il puisse le faire depuis des terrains sommaires genre pistes en herbe pour planeurs , ce qui suppose un train d’ atterrissage à la fois très solide et très souple…………..

          Après , il y a la phase d’ atterrissage , soit en retour , soit ailleurs , sur un autre « terrain » ; là aussi , va falloir poser court et ne rien casser .

          Le STOL serait donc pour moi , le meilleur des compromis ; de plus sa navalisation n’ en serait que plus aisée……………

          D)_ »Et on revient au point 1: renforcer les soutiens, par quoi j’ai commencé. De toute façon vous devez passer par là, que votre avion soit VTOL/STOL ou normal. C’est un préalable de la dispersion.

          Si vous dispersez votre force, vous devez être capable d’assurer son soutien là où elle se trouve, donc ailleurs que dans ses bases habituelles. »

          C’ est l’ évidence même ; autrement , à moins qu’ il soit auto-suffisant ou d’ une autonomie offrant un rayon d’ action digne d’ un vol Concorde Paris-New York , soit dans les 13.000 km aller-retour , le STOL ne servira à rien ou pas grand-chose .

          Mais bon , à côté de ce préalable et de l’ évidence de son passage obligé , ce problème de soutien ne devrait même pas se poser ; seulement , à force de conneries accumulées…………..

          E)_ »Donc, la dispersion n’a pas que des avantages. »

          Dans tout ce qui précède concernant votre exemple du mécano et sa clé de 12 , vous êtes moins sur une question de productivité ou de concentration que de compétence et de polyvalence ; et à mon sens , c’ est là-dessus que doivent être axés les efforts .

          F)_ »Ce qui m’a fait passer au niveau 2: la protection des bases. Après tout, les bases sont le lieux où on concentre le soutien avec le plus d’efficacité, donc, protégeons-les. Et en fait, on n’a pas le choix, vu qu’elles sont fixes.

          Il y a plein de choses à faire pour rendre une base plus résistante et résiliente, faut pas croire. N’imaginez pas qu’un seul missile conventionnelle puisse détruire une base de plusieurs dizaines d’hectares à lui tout seul, surtout s’il y a des abris bien conçus, des leurres, et naturellement une défense.

          Et par ailleurs, une piste, ça se répare. Avec le bon matos, ça se répare très vite, d’ailleurs. »

          Primo , elles sont déjà protégées ; peut-être le sont elles insuffisamment mais elles le sont quand-même ; à moins que les décideurs ou les États-majors soient tous devenus timbrés , il en est bien ainsi .

          Quant au fait apparemment incontournable qu’ un ennemi n’ aurait pas encore les moyens de neutralisation rapides et définitifs de toute une base s’ étendant sur 400 ou 600 hectares aux pistes rendues durablement impraticables , je vous laisse à cette certitude qui pour moi confine à l’ incantation…………

          Le projectile à sous-munitions existant depuis au moins 50 ans ; à mon avis , nous sommes plutôt face à une question d’ échelle………….

          De plus , ne perdez pas de vue que pour espérer réparer , encore faut-il le personnel et le matériel , mais si tout a déjà été annihilé ou anéanti………….

          G)_ »Mais à bien y réfléchir, protéger les bases, c’est bien, mais le mieux c’est quand même la protection de la totalité du territoire. Donc, j’en arrive au niveau 3: Iron Dome territorial. »

          Et moi j’ en reviens donc au point 1 , au point A .

          H)_ »Mais ces 3 niveaux ne sont pas exclusifs l’un de l’autre, ils se combinent Or, ils se trouve qu’on n’est pas totalement à poil: on a les moyens de ces trois niveaux de dispersion/protection. Du moins on les a potentiellement: on a les technologies, et des aérodromes et pistes en tout genre plus qu’il n’en faut. Mais on n’a pas particulièrement la volonté de le faire, et donc pas le budget correspondant. »

          Voilà ; cherchez l’ erreur .
          Et à y être , remerciez nos si grands penseurs et visionnaires y compris ceux de la chose militaire .

          « En fait, si, c’est une expérience de pensée: on vous demande de réfléchir à la possibilité que notre armée soit très vulnérable à des attaques sur son propre territoire en cas de conflit de haute intensité. »

          Le problème est que cela fort longtemps que j’ en ai conscience .

          « Si vous y réfléchissez bien, comme vous dites l’avoir fait, vous devez normalement vous rendre compte que la verticalisation de la composante combat de l’armée de l’air n’est qu’une réponse très partielle à un problème plus global. »

          Oui ; mais il y a un point qui semble vous échapper : c’ est qu’ en l’ état actuel de la technologie , ce problème plus global n’ a sans doute pas de solution elle aussi globale et satisfaisante .

  19. Jm dit :

    1 – L’armée de l’Air dispose-t-elle d’assez d’aérodromes pour disperser ses escadrons de chasse?
    La réponse est oui
    2 – L’armée de l’Air dispose-t-elle d’assez d’aérodromes pour disperser le soutien de ses escadrons de chasse?
    La réponse est oui
    3 – L’armée de l’Air dispose-t-elle d’assez de moyens de soutien pour disperser ses escadrons de chasse?
    La réponse est non.

    • tschok dit :

      @Jm,

      Bon, donc on n’a pas les moyens de la dispersion. Ou seulement à petit échelle.

      Ok, c’est cramé.

      Donc, il faut mettre les installation sensibles sous dôme de protection. On disperse ce qu’on peut et le reste, on le protège. Et même on protège tout, en fait: on met la France sous dôme. On fait un Iron Dome à la française.

      Si ça se trouve ce sera plus facile et moins coûteux que d’adapter les infrastructures et les moyens à la dispersion. Et de toute façon, il y a des trucs qu’on ne peut pas faire bouger, ni planquer sous le tapis.

    • Fred dit :

      @ Jm

      Réponse peut-être un peu binaires ;o) Mais questions intéressantes, infiniment plus que certains braillements instinctivo-automatiques. Tu pourrait objecter à ma première assertion que je n’ai qu’à proposer des amendements, mais je n’ai hélas aucun avis sur cette question, j’ai juste ici un avis sur la façon de mener un dialogue constructif ;o)

  20. lucas dit :

    La haute intensité ok, le risque revient sans doute, mais sur le sol national Français….. J’ai loupé un chapitre ou nous sommes toujours une puissance nucléaire ?
    De deux choses l’une; soit la dissuasion fait sens et notre sol national, incluant nos BA, est un sanctuaire, soit nous avons renoncé à la dissuasion nucléaire.
    Mais je ne vois pas en quoi le principe même de dissuasion rendrait possible une quelconque « voie médiane »…
    Je suis de ceux qui ne comprennent pas que notre effort de défense soit sous les 3% du PIB, voire 4. Par contre, l’utilité de davantage de bases aériennes en France métropolitaine m’échappe. Ou alors on renonce à la dissuasion.
    Plus de chasseurs, dont des légers, de ravitailleurs, de GE, de satellites, de drones, d’hélicos notamment lourds, de tout ce qu’on veut, et surtout de munitions (!), ok. 10 fois oui ! Mais plus de BA, par contre, au nom de la dissémination en cas d’attaque… Un truc n’est pas clair dans cette histoire. Doit-on comprendre à demi-mots que certains esquissent par là un renoncement à la dissuasion sans oser le dire, ou bien encore qu’ils ne croient pas/plus en elle ?…

    • tschok dit :

      @lucas,

      La sanctuarisation nucléaire du territoire nationale n’empêche nullement les attaques conventionnelles du territoire au moyen de missiles, drones, raids aériens, actions commandos, cyberattaques, et j’en oublie.

      La dissuasion nucléaire, c’est pour les atteintes aux intérêts vitaux de la France, c’est-à-dire ce qui remet en cause l’existence même de la France.

      Et, on ne tire pas en premier. Donc, elle est très subsidiaire. C’est une assurance vie, mais spécifiquement contre le risque d’une attaque nucléaire ennemie, essentiellement. Le risque cyber est aujourd’hui compris dans le périmètre, mais il faut que l’effet de destruction soit suffisamment massif pour être considéré comme une atteinte aux intérêts vitaux. Entre également dans le périmètre les attaques chimiques et biologiques, sous la même condition.

      Pour tout le reste, donc énormément de choses en réalité, on est sous le seuil de l’engagement de la force nucléaire. Donc, on est censé se débrouiller sans.

      Donc, le fait d’être une puissance nucléaire n’implique pas qu’on gagne mécaniquement une guerre contre un pays qui serait dépourvu de l’arme nucléaire ou qui, en l’ayant, n’en ferait pour autant pas usage. Ce n’est pas un bouclier protecteur contre tous les risques.

      On peut très bien perdre, subir des attaques violentes sur notre propre territoire, avec des destruction assez intenses, sans pour autant être en situation d’ouverture du feu nucléaire.

      Alors, c’est un peu de la politique fiction, mais il est assez facile d’imaginer des guerres contre, mettons, la Turquie, l’Algérie, l’Egypte, pourquoi pas la Pologne ou l’Allemagne qui se termineraient par des défaites militaires cinglantes ou des destructions sensibles sans qu’on puisse faire usage de l’arme nucléaire, par application de nos ROE, nos règles d’engagement du feu nucléaire.

      Donc, nous ne sommes nullement dispensés d’avoir une force conventionnelle apte au combat et, les militaires ne cessent de le dire, la dissuasion n’est pas que nucléaire, c’est un ensemble: nous devons être en mesure de dire à tout adversaires que n’importe quel type d’agression contre nous lui coûtera plus que le gain escompté, nucléaire ou pas, peu importe.

      • 341CGH dit :

        Dès que l’on parle des intérêts « vitaux » de la France, le raisonnement fait fausse route.
        Les capitulards de 1940 étaient persuadés que les intérêts vitaux de la France étaient préservés. Et de fait : la population française survivait.
        .
        Aujourd’hui la loi (le statut militaire) parle des intérêts « supérieurs » de la Nation, ce qui comporte donc les intérêts moraux et implique par conséquent de refuser la défaite et la soumission.
        .
        Quant aux politiciens pusillanimes qui refuseront de tirer nucléaire, leur regrettable existence a été prévue par Charles de Gaulle dès les années soixante : il décida le missile Pluton qui serait mis à la disposition de ses successeurs.
        .
        Ce missile était destiné à être tiré vers les zones vides d’Allemagne de l’est, où il ferait peu de dégâts mais aurait pour effet de faire franchir le « seuil nucléaire » à une guerre conventionnelle qui menacerait la France.
        .
        Aujourd’hui nous avons mieux : nos missiles guidés avec précision n’ont pas besoin d’une charge nucléaire pour anéantir un Gouvernement ennemi qui, ainsi exposé à la mort, renoncera.
        .
        Ces missiles imparables et de précision métrique, c’était l’ASMP dans les années quatre-vingts et c’est aujourd’hui le MdCN tiré par sous-marin.
        .
        Grâce à cet armement, un Gouvernement ennemi sera peu enclin à parier que les petits marquis qui nous gouvernent n’oseront pas tirer.

        • Aymard de Ledonner dit :

          Les missiles pluton et hades étaient des armes tactiques destinés à stopper une invasion de chars soviétiques dans le cas ou nous risquerions d’être débordés.
          Utiliser l’arme nucléaire c’est prendre le risque que l’adversaire l’utilise.
          Les russes et d’autres aujourd’hui jouent la dessus. Ils cherchent à mener des opérations de suffisamment peu d’envergure pour qu’il n’y ai pas de riposte nucléaire mais quand même un gain.
          C’est pour cela qu’il faut des forces conventionnelles.
          On ne va pas atomiser la Chine si Xi décide de s’emparer de Wallis et Futuna. Donc il faut pouvoir s’y opposer par des moyens conventionnels.
          Par contre on n’a pas forcément de beaucoup de chars lourds à mon avis car Poutine sait très bien que si ses chars traversent l’Allemagne, nous risquons d’utiliser l’ASMP-A. Nos chars lourds servent essentiellement à aider les pays baltes et à ne pas perdre en compétence.

        • tschok dit :

          @341CGH,

          Vous confondez » intérêst supérieurs de la nation », qui est une expression employée pour définir la mission de l’armée dans le statut des militaires et « intérêts vitaux » de la France ou de la défense, qui est un critère d’engagement du feu, par nécessairement nucléaire, d’ailleurs.

          Je reprends:

          1) Intérêt supérieur de la nation, c’est la mission

          Article L 4111-1 du code de la défense, statut des militaires, alinéa 1er:

          L’armée de la République est au service de la Nation. Sa mission est de préparer et d’assurer par la force des armes la défense de la patrie et des intérêts supérieurs de la Nation.

          Ca c’est la mission.

          2) l’atteinte aux intérêts vitaux est un critère d’engagement de la force

          La force conventionnel: article L 4123-12 code de la défense

          Les militaire peuvent faire usage de leurs armes, sous conditions, pour protéger une zone de défense dite hautement sensible, laquelle se définit ainsi:

          Constitue une zone de défense hautement sensible la zone définie par voie réglementaire à l’intérieur de laquelle sont implantés ou stationnés des biens militaires dont la perte ou la destruction serait susceptible de causer de très graves dommages à la population, ou mettrait en cause les intérêts vitaux de la défense nationale.

          La force nucléaire: les intérêts vitaux de la France

          https://www.senat.fr/rap/r16-560/r16-560_mono.html#toc51

          Ca ce sont les critères d’engagement du feu.

          Ne pas confondre les deux: vous avez une mission et des ROE, en gros. Les ROE ne sont pas la mission.

          Ex:

          – Définition de la mission: évacuation de ressortissants français d’un pays étrangers où se déroulent des troubles graves.

          – ROE: engagement de la force létale autorisé en cas de légitime défense.

          La mission ne consiste pas à aller flinguer des gens dans un pays étranger en état de légitime défense. Elle consiste à rapatrier des nationaux, au besoin en faisant usage de la force létale en cas de légitime défense.

          Si vous confondez règle d’engagement et mission, vous faites fausse route et vous allez faire n’importe quoi.

    • Fred dit :

      @ lucas

      La dissuasion (à moins d’être des bouchers suicidaires) nécessite, pour être efficace et pas dangereusement binaires, de disposer d’un minimum de temps pour faire monter la pression (riposte graduée). Donc nous devons posséder sur la partie du territoire national qui recèle les forces nucléaires, les moyens de retarder un envahissement ou une destruction de nos moyens trop rapide.

      Tu ne mets pas en cause la possession de moyen classiques solides, mais je voudrais souligner deux cas de figure où ils seraient nécessaires :
      – guerre hybride qui s’attaque à nos voisins et amis, que ce soit en métropole ou DROM-TOM.
      – « ennuis » que nous ferait un pays non nucléaire (liberté de navigation, envahissement d’un DROM-TOM…), étant donné que notre doctrine nous interdit d’attaquer ce type de pays avec des moyens stratégiques (pour ne pas favoriser la prolifération nucléaire, c’est une bonne chose).

      • lucas dit :

        Concernant les DOM/TOM, je pense que nous devrions commencer à réfléchir à posséder une bonne escadre de chasse de vrais moyens navals dans le pacifique (plusieurs frégates et deux SNA). Je limitais bien ma réflexion au territoire métropolitain, précision que je n’ai pas donnée par hasard.
        Concernant nos voisins, posséder 150 chasseurs en plus oui, mais les disperser sur 2 ou 3 x plus de bases…. mouais. Disons que l’absence d’une vraie base de chasse vers le nord-est du territoire est réellement problématique, mais pas pour des questions de diversion. Pour le reste, si nos voisins ont ce genre de problème et ont besoin de nous, ce sera avec une puissance nucléaire, donc…

        Par contre, le point suivant m’intéresse; ça me permet de répondre au passage aux intervenants qui me qualifient de cas clinique. Bien sur qu’on peut avoir de gros ennuis avec un ennemi non nucléaire. A portée de chasseurs ravitaillés ou de missiles en nombre allez on va le nommer: la Turquie. Ils en sont loin mais potentiellement ok. La géographie étant ce qu’elle est, je ne vois pas qui d’autre à horizon de plusieurs décennies en tous cas. Mais dans cet article il est question de missiles hypersoniques ou balistiques en nombre saturant et en simultané sur toutes nos BA. Alors dans ce cas, ce n’est pas de plus de BA dont nous avons besoin mais de plus de SAMP/T et évolutions, et pas en nombre échantillonaires, hein (…); ce serait beaucoup plus efficace que davantage de base. Si un ennemi non nucléaire arrive à envoyer sur la France tellement d’armes en même temps; 3 BA supplémentaires lui poseront moins de problème qu’un dôme de DA antimissiles très haut intensité et avec le stock de munitions qui va bien. Mais je suis désolé pour les pisse-vinaigre, je maintiens que je ne vois pas la France ne pas brandir la menace nucléaire en pareil cas. Si on laisse des dizaines ou centaines de missiles conventionnels arriver simultanément sur nos installations militaires (on peut rajouter Brest/Toulon, Landi, Hyères, groooos minimum aux BA) entre autres sans brandir le nucléaire, il sert à quoi ? Cette histoire de dissémination me parait plus relever de la masturbation cérébrale que d’un cas pratique. Si on a de quoi rouvrir 5 bases, qu’on en rouvre une dans le nord-est, qu’on en ouvre une ou deux sur Papeete/Nouvelle-Calédonie, et pour le reste au lieu de se préoccuper d’un besoin hypothétique de dissémination, les vrais besoin ne manquent pas !!

    • Gros-Bill dit :

      C’est préoccupant… vous croyez vraiment que l’on réplique avec une bombe thermonucléaire à un tir de missile balistique sur une piste d’atterrissage ?

      Si oui, vous êtes un cas clinique.

      • lucas dit :

        Il n’est pas question dans cet article d’un ennemi qui enverrait un tir de missile balistique simple, ou d’un sultan timbré (au hasard…) qui en larguerait 5 ou 6, mais d’une vraie grosse palanquée (par dizaines au moins vu le scénario) de missiles hypersoniques/balistiques sur nos BA (donc sur nos BAN et port militaires également, à minima), tout ça en simultané ou quasiment. Outre qu’à l’heure actuelle et pour longtemps encore, dans la réalité, cet ennemi ne peut qu’être une puissance nucléaire, aucun autre n’ayant de tels moyens, mettons par hypothèse que ce puisse être une puissance non nucléaire. Donc selon vous, c’est être un cas clinique que de dire qu’en pareil cas de menace la France doit brandir la menace nucléaire ?? Vous plaisantez ?
        Je ne suis pas par principe opposé à une discussion sur la doctrine d’emploi nucléaire. Mais une doctrine qui voudrait comme vous le mettez en avant qu’on laisse le sol national se prendre des dizaines de missiles sur nos installations les plus importantes militairement sans répliquer nucléairement invalide de fait l’utilité de posséder des armes nucléaires. Il reste quoi de pire, une bombe sur Paris ou Lyon ? Allons-y, ré-écrivons la doctrine française et faisons savoir au monde entier qu’il peut nous envoyer tous les missiles qu’il veut sur nos bases et ports militaires, on ne sortira pas l’ASMP. Intéressant…. Et c’est moi le cas clinique…
        En attendant, il y a bien plus efficace pour contrer cette très éventuelle menace que de rouvrir des bases pour disséminer: ça s’appelle la défense anti-missiles. Et on ferait sans doute bien de s’y mettre ! Et en arrêtant de racler les fonds de tiroirs pour 3 batteries de lancement et 10 missiles en stock, avec de vrais moyens dimensionnés pour la « haute-intensité » justement.

    • PK dit :

      L’arme nucléaire ne peut être que la réponse à une nation nucléaire, elle-même faisant appel à l’arme nucléaire.

      • Fred dit :

        @ PK

        Pas dans notre doctrine d’emploi : « Sanctuarisation du territoire national » est-il dit.

      • lucas dit :

        Donc on laisse des dizaines de missiles tomber sur le sol national sans sortir l’ASMP…
        Soit, la doctrine s’entend. Mais une question: A quoi sert l’ASMP si on laisse nos BA/Ports/BAN voire plus se prendre des dizaines de missiles balistiques/hypersoniques ? C’est ça le scenario énoncé ici… Un ennemi avec de tels moyens qui serait une puissance non nucléaire et qui serait empêché d’arriver à ses fins par 4 BA en plus… Il n’y aurait pas un truc qui cloche dans scénario ?…

        • Sinope dit :

          @ Lucas « Donc on laisse des dizaines de missiles tomber sur le sol national sans sortir l’ASMP » oui on répond par des frappes conventionnelles en balançant des centaines de missiles.

          « A quoi sert l’ASMP si on laisse nos BA/Ports/BAN voire plus se prendre des dizaines de missiles balistiques/hypersoniques ? » A effectuer une frappe nucléaire qui ne détruit pas le pays cible: exemple Marseille est vitrifiée nous vitrifions une ville en retour.

    • Um Um dit :

      Ah merci, enfin quelqu’un de sensé !

    • Too dit :

      Comme l’avaient dit des trolls Chinois, la France qui se battrait contre la Chine (sans compter l’intervention de nos alliées, c’est la que le discours est débile chez les trolls), la France pourrait tuer des dizaines, voires des centaines de millions de Chinois si nos missiles touchent leur cibles.
      De leur côté, si les Chinois font la mêmes choses, « rien que » rayer nos 6-7 plus grandes villes et la population Française est divisée par 3 ou 4 (et l’économie par 80%)
      .
      Donc oui devant un régime totalement cinglé, si les choses dégénèrent, ils sont assez idiot pour le faire.
      .
      Encore une fois c’est sans prendre en compte le fait qu’on a des alliés et que si les Chinois attaquaient à l’arme nucléaire la France, le UK, les US, le Japon (ce qu’ils viennent de menacer de faire) ou autre, ils ne s’en sortiraient pas qu’avec les missiles Français.

      • PiloteDuDimanche dit :

        Humm, ça a depend de l’adversaire…J’ai un ami Polonais qui pense que quand c’est vraiment la M***, tu es tout seul…

    • vno dit :

      Juste une prise de conscience que la dispersion de l’ASMP-A n’est plus vraiment assurée. Et que seulement 4 SNLE-NG, c’est perdre notre dissuasion par surprise assez facilement.

      • tschok dit :

        Surtout qu’on a trois jeux de missiles.

        En fait, il faut arrêter de dire qu’on aligne 4 SNLE: on en aligne trois, au max. Et pour ça, il en faut 4.

      • Fred dit :

        @ vno

        Je suis assez d’accord pour les SNLE. Ceci dit, en situation de crise, nous pouvons en avoir deux à la mer en permanence. Mais en cas d’accident toujours possible (perte d’un navire par incendie en cale sèche par exemple au hasard), nous aurions sans doute un sentiment justifié d’angoisse à ce sujet.

        Pour les avions, il me semble qu’en cas de menace, ils sont censé assurer une permanence en vol et/ou être prêts en bout de piste pour un décollage immédiat. Le nouveau danger, ce sont les missiles longue portée nombreux et difficiles à intercepter : j’imagine qu’il serait difficile de tenir cette posture d’alerte sur un temps très long ; il serait alors nécessaire d’engager une riposte stratégique graduée, mais serais-ce un mal, puisque dans notre doctrine d’emploi des Forces stratégiques ?

    • LucienB dit :

      Dans le cas d’un conflit entre les États-Unis et la Chine, qui, selon moi, se rapproche du fait de l’agressivité des deux parties, de nombreux pays seront vraisemblablement « entraînés » dans le conflit, même si ces pays n’ont pas l’intention de participer à la conflit.
      L’histoire se répète toujours. En 1914 et 1939, l’Allemagne a attaqué des pays neutres pour atteindre ses objectifs. La France est une cible car elle dispose d’atouts technologiques et militaires importants. Sans dissuasion nucléaire, la France devient une cible beaucoup plus faible et beaucoup plus attractive. C’est une mauvaise idée de défaire notre dissuasion nucléaire indépendante.

    • Expression libre dit :

      L’ancien président VGE a dit en se référant à la guerre froide, qu’en cas d’attaque de l’URSS menaçant directement la France à l époque, il n’aurait jamais utilisé l’arme nucléaire car d’après lui, la France aurait été rayée de la carte par une riposte soviétique. Cet ancien président, par ses propos, a affaibli notre dissuasion nucléaire, mine de rien. Qui a réagi? Paix à son âme.

      • Sinope dit :

        Il parlait d’une attaque conventionnelle.

        • Expression libre dit :

          @Sinope, j’ai parlé d’une attaque nucléaire? Vous savez lire? Je rappelle. La dissuasion nucléaire est sensée nous protéger d’une attaque nucléaire , d’une attaque conventionnelle, d’une attaque BC…du moment où les intérêts vitaux de notre beau pays qu’est la France sont menacés. Pourquoi pas une attaque informatique de grande ampleur qui mettrait notre pays à genoux? Oui, oui, d’où les …
          VGE a affaibli notre concept de dissuasion nucléaire. Personne n’en parle y compris les « experts » qui se pavanent sur les plateaux de TV.

  21. Pénible dit :

    Bref merci à nos gouvernants d’avoir oublié que l’histoire se répète…

    • Guerik dit :

      Quoi? Le méchant allemand va retraverser les Ardennes comme en 40?
      Oui continuons de faire comme si rien n’a changé, continuons de faire comme si les armes nucléaires étaient inexistantes et inutiles, comme ça on est toujours à jouer sur des « et si » ainsi que « on manque de canons » pour refaire Verdun…

  22. JETPHIL dit :

    Non ! on voit bien les effets d’une logique de comptable ou de petit boutiquier…

  23. Lassithi dit :

    Disperser, mais en fait quoi ?
    Le volume est tellement faible maintenant.
    A l’époque on pouvait disperser partout, en exemple les exercices en Allemagne. Même les autoroutes étaient sur certains tronçons prévues pour, idem pour les BS. Parlez-en aux pilotes de A10, par exemple.

  24. Nicolas R dit :

    Ce n’est pas ce mois-ci que l’on ferme les infrastructures opérationnelles de la BA705 ?

  25. baron dit :

    vu le peu d’avions qu’il reste à l’armée de l’air cette question ne se pose vraiment pas…pas plus d’ailleurs que cette nouvelle mode de la haute intensité pondue dans un état major oisif cherchant sans doute une raison d’être. Le format actuel de nos armées devrait inciter nos grands chefs à plus de modestie et de réalisme.

  26. vieuxcon dit :

    Bonjour, je suis curieux de savoir en combien de temps nos super entreprises mettrais elles pour réapprovisionner , réarmer, augmenter la disponibilité nos unités restantes après une semaine de conflit . Combien il restera de nos matériels : https://www.defense.gouv.fr/terre/equipements/vehicules en 1994 nous avions + de 1000 blindés, https://www.defense.gouv.fr/air/moyens , https://www.defense.gouv.fr/marine/equipements/batiments-de-combat/liste-des-batiments-de-combat. Surtout au cas ou nos amis made in china auraient l’idée de nous piquer un motu dans le Pacifique ou dans Océan Indien . Maintenant comme tout est informatisé à outrance , combien de temps pour former un soldat opérationnel FELIN , un pilote RAFALE ou hélico avant qu’ il ne se fasse blesser voir pire . Toutes mes excuses pour les erreurs de Français .

    • mich dit :

      Bonjour , 1000 blindés en 1994 , pas de quoi fouetter un chat ,heureusement que le mur est tombé ,vaincu par une guerre plus économique que de haute intensité , déjà à l ‘époque ..

  27. Lolo dit :

    Gouverné par des financiers le résultat ne se fait pas attendre et ce n’est que le début, ce genre d’individus et peu enclin à la théorie de l’évolution…

  28. Letti dit :

    ACM Wigston a plutôt raison Dispertion! Nos 5 bases stratégiques seront vulnéràbles il faut pouvoir pĺanqueŕ nos escadrons ! Ce serà difficîle car il y aura tellement à protéger entre autres.

  29. Marcassin dit :

    Toulouse Francazal … aujourd’hui utilisée pour la maintenance aéronautique et l’exploitation de drones, et surtout enserrée dans le tissu urbain.
    Reims, Strasbourg, Toul et autres terrains dans l’est de la France seraient sasn doute plus appropriés mais qui paiera la remise à niveau des infrastrictures et leur entretien ?
    0.005% du PIB en plus ?

    • Nicolas R dit :

      Toul est aujourd’hui une centrale photovoltaïque.

    • Marensin dit :

      La base aérienne de Toul-Rosières a été transformée en immense centrale photovoltaïque…

  30. Debeaupuis dit :

    Rien qu’au nord de Paris piste OTAN et abri durci
    Cambrai Reims Creil

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Rien qu’au nord de Paris piste OTAN et abri durci
      Cambrai Reims Creil » Pour Reims t Creil je ne me prononcerai pas mais pour Cambrai c’et plié! A la place de la piste il y a désormais de magnifiques entrepôts de logistique!
      https://evalley.fr/

  31. Kimanduloff R. dit :

    Haute intensité : L’armée de l’Air dispose-t-elle d’assez d’aérodromes pour disperser ses escadrons de chasse?
    Non, pas besoin pour les avions de basse gamme.

    • Georges Abitbol dit :

      Tiens, le retour de Kim (avec un R.). Interventions rarissimes mais ô combien inutiles.

    • Isidore dit :

      Personne n’a dit que les avions chinois arriveraient à s’y poser…

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Non, pas besoin pour les avions de basse gamme. » On dit « bas de gamme »!
      Tout comme votre manière de vous exprimer, tout comme votre capacité de réflexion, tout comme vous en fait!

  32. LucienB dit :

    Le problème n’est pas seulement la réduction du nombre de bases aériennes. Il y a aussi la question de la concentration des combattants dans quelques bases aériennes. Seules deux bases AA ont la structure pour opérer des Rafale, ce qui est ridiculement insuffisant.
    FAS doit être présent dans au moins deux bases différentes et pas seulement à Saint-Dizier comme aujourd’hui. L’un des escadrons devrait être à Istres comme autrefois.
    Ils devaient disposer de trois escadrons dédiés à la défense aérienne sur trois bases différentes : Orange, Luxeuil et Mont-de-Marsan. Aujourd’hui, nous n’avons en fait que le Mirage 2000-5 à Luxeuil. Oui car les Rafale sont multifonctions, mais ils ne sont pas omniprésents, impossible de faire à la fois défense aérienne, dissuasion nucléaire, bombardier, reconnaissance et CAS.

    • vno dit :

      Le problème, c’est que nos « élites » de la politiques on profité du concept « un avion pour en remplacer sept » afin de remplacer sept avions par un seul. La population manipulé avec la question de l’immigration et du chômage qui va avec n’y a rien vu, persuadé que nous avons des centaines de Rafale et des milliers de missiles. Quant à la mentalité de nos officiers écœurés ( réfléchir et le faire savoir, c’est désobéir ); cela a été le laisser faire pour laisser les politiques en question se noyer dans leur propre merde. Aujourd’hui, la fosse déborde, l’odeur trop forte commence à alerter une majorité de français et les officiers en question sont retraités ou au chaud dans des conseils d’administration ! Ceux qui les remplacent commencent à comprendre que c’est eux qui vont servir de bouc émissaire. Mais pas de panique, aucun n’aura les couilles pour dire stop.

      • Fred dit :

        @ vno

        Il me semble que les militaires s’expriment assez librement lors des enquêtes et auditions parlementaires.
        Tu m’opposera que les chambres sont plutôt des chambres d’enregistrement, remplies de godillots, Vème République oblige, et je te répondrait « voui, c’est hélas vrai ».

      • tschok dit :

        @vno,

        Le problème de votre discours, c’est qu’il est beaucoup dans la posture et le mimétisme.

        Alors voilà, c’est moi que v’là, moi j’détiens la vérité, chuis du côté du bien, toussa célafoto zélites, la patrie devient une fausse à purin, sont tous lâches ces cons, mais moi chuis un cador, j’ai le monopole de la lucidité, j’ai tout compris comment ça marche moi, j’ai les yeux en face des trous, vous allez voir ce que vous allez voir, ça va barder, le peuple est avec moi, on va reprendre la Bastille, etc.

        Ou au contraire: olala, on va tous mourir, c’est la fin, la décadence, on est foutu. Célafota la déliquescence morale et à l’hédonisme, etc.

        Je ne sais pas si vous savez quel est le nombre de connards qui se sont succédé pour raconter ces conneries ici sur ce blog ou ailleurs sur le Net, mais c’est astronomique.

        Alors, chaipas, essayez de varier, quoi. Parce qu’avoir tous le même discours, la même posture, alors que vous ne vous connaissez pas entre vous, mais que vous racontez tous les mêmes conneries de la même façon, c’est ridicule et vaguement inquiétant.

        C’est vaguement inquiétant au sujet de l’intelligence qu’on prête au genre humain: en principe, on est censé avoir une individualité, donc on n’est pas censé raconter tous les mêmes conneries au mot près, voyez?

        Par exemple, dans 99% des commentaires comme le vôtre, on trouve le mot « couilles », ou « corones », qui doit vous rappeler vos vacances en Espagne, je sais pas?

        A ce propos, en espagnol ça s’écrit cojones, et si on l’écrit « coronés » ça correspond à la 2e personne du singulier du présent du subjonctif du verbe « coronar » qui signifie couronner. Donc on est assez loin des testicules, en fait.

        Est-ce que je peux me permettre un conseil? Bon, vous tenez le discours classique des égocentrés immatures qui se caractérisent par le fait qu’ils sont tous persuadés que le problème, c’est les autres et qu’eux, ils sont la solution.

        Donc, quand vous avez dans la tête « les autres sont le problème, je suis la solution » vous pouvez vous auto-diagnostiquer égocentré immature. Ado, quoi. Pas grave, mais si vous avez plus de 25 ans, ça devient un peu inquiétant.

        Bon, que faire à partir de là? Juste modifier un peu la ligne de code en se disant: « je suis une partie du problème, mais aussi une partie de la solution ».

        Ca donne: j’abandonne mon discours de dénonciation des zélites où je me pose en chevalier blanc détenteur de la vérité et sauveur du bien commun. Et je le remplace par: « j’ai ma part de responsabilité dans la situation dont je me plains, ou que je dénonce, mais je ne suis pas un petit Caliméro perdu dans la foule, je peux faire quelque chose pour changer cette situation, en mieux. Et du coup, je vous en parle ».

        Et là vous passez au stade adulte responsable. Et c’est une grande révolution de la pensée, vous verrez.

        Bon, maintenant, c’est vous qui voyez, hein?

        Simplement je vous dis que les connards comme vous qui racontent les mêmes conneries que celles que vous venez de débiter, on en a plein, et ça ne change rien. Ils font partie du bruit de fond, c’est tout. Et quand il font trop chier on tourne le bouton pour réduire le volume, c’est aussi simple que ça.

        Vous avez vu ce qui est arrivé aux gilets jaunes? Eh ben c’est pareil.

        • vno dit :

          Tschok contre les connards d’Opex 360 ! tout un programme ! Tu viens d’écrire ta bio, tu devrais te relire ! Pauvre b***le. Quand aux gilets jaunes, que je respecte comme tout Français, je n’ai pas le profil pour en faire partie et c’est heureux.

          • tschok dit :

            Il n’y a pas de « profil » pour faire partie des gilets jaunes.

            T’en est ou t’en est pas, c’est toi qui décides, c’est une question de volonté, nuche. Pas de profil. C’est une question d’engagement.

            C’est ce que j’essaye de t’expliquer.

            Bon, tu comprends pas, on verra plus tard. Rengaine ta colère. On aura l’occasion d’en recauser si tu continues à débiter tes conneries.

            Et je pense que c’est ce que tu vas faire, on est bien d’accord?

            Bon alors à plus.

        • ScopeWizard dit :

          @tschok

          Hmiah ! 🙂

          Je vois qu’ à force d’ insistance , vos louables efforts sans cesse répétés et qui jamais ne faiblirent ont fini par payer……..au centuple même ! 😀

          Désormais , @vno est à compter parmi vos nouveaux bonzamis ; zut , vous et pas moi ! j’suis un peu jaloux j’dois dire……………. 🙁

          Super recrue , en tout cas ! en plus , il est très sympa ce qui ne gâche rien ……..et vous savez comme moi à quel point il s’ agit de ne rien gâcher , conscience écologique oblige ! 😉

          Mais quel est donc votre secret ?

          Sans déconner ( ou en déconnant ) , comment vous faites ?

          C’ est bien mystérieux tout ça……………

    • Vroom dit :

      Il y a tellement de choses fausses dans votre commentaires…
      – les Rafale peuvent opérer des autres bases, il n’a pas de besoin spécifique, surtout que son APU lui permet d’être autonome à la mise en route. Rappelez vous les Rafale M déroutés sur un aéroport je ne sais où il y a peu. Et Où sont les Rafale de la 30 actuellement, vu que la piste de Marsan est fermée ? Où ont été délocalisés les Rafale de la 4 quand la piste de Saint-Dizier a été refaire ?
      – Les FAS sont présents dans bien plus d’endroits. Ce n’est pas parce que les vecteurs aériens n’y sont pas basés qu’ils ne peuvent pas être équipés ailleurs.
      – Si le 2000-5 ne fait que du air/air, c’est que cet appareil ne fait rien d’autre. Les Rafale de la 30 ont une vocation de base de défense aérienne, mais travaillent d’autres aspects. La 30 ne fait pas de dissuasion nucléaire, elle fait peu de bombardement (j’essaie de me souvenir la dernière fois qu’il y a eu la 30 en entrainement STRIKE), reste la reco, le CAP et SWEEP. Et pour Orange, le RDI ne fait que de l’air/air aussi, et le site est programmé pour passer en Rafale d’ici… cette année (bon ça, c’était avant 😉 ) On va attendre quelques années alors !

      • vno dit :

        – Il me semble que le Rafale Marine dispose de deux choses très utiles, par rapport à l’armée de l’air. Deux Batteries qui laissent beaucoup de marge, même en zone très froide et humide pour démarrer l’APU et une échelle d’accès au poste de pilotage intégrée. Cela permet de se passer d’un A400 transportant le petit matériel.
        – Les FAS ne dispose plus que de 3 dépôts d’armes spéciales. Les autres ont été reconverties en dépôt conventionnel pour pallier la fermeture de dépôts de munition classiques plus importants. C’est des données publiques. C’est une décision de l’ex Rocco Siffredi en scooter de l’Elysée.

      • LucienB dit :

        En plus d’avoir peu de bases aériennes exploitant des chasseurs, nous avons également une flotte de chasseurs insuffisante. Aussi excellent que soit Rafale, il n’est pas omniprésent pour être à deux endroits à la fois. Et aussi omnirôle que soit le Rafale, les pilotes doivent se spécialiser dans une mission particulière. Nous ne sommes pas surhumains capables de tout. Seul le Rafale est « super ». On devrait avoir 11 escadrons de Rafale :

        Défense aérienne:
        1/2 « Cigognes » à Luxeuil avec Rafale C F4 (défense Aérienne) ;
        1/5 « Ile-de-France » à Orange avec Rafale C F4 (défense Aérienne) ;
        1/10 « Normandie-Niemen » à Mont-de-Marsan avec Rafale C F4 (défense Aérienne) ;

        FAS (avec des escadrons de seulement 16 avions) :
        1/7 « Gascogne » à Saint-Dizier avec Rafale B F4 (dissuasion) ;
        1/4 « Dauphiné » à Istres avec Rafale B F4 (dissuasion) ;
        2/4 « La Fayette » à Istres avec Rafale B F4 (dissuasion) ;

        FATec :
        2/7 « Lorraine » à Saint-Dizier avec Rafale B F4 (omnirôle) ;
        3/7 « Limousin » à Saint-Dizier avec Rafale B F4 (CAS) ;

        Guerre électronique :
        1/3 « Navarre » à Nancy avec Rafale B F5 (pénétration) ;
        2/3 « Ardennes » à Nancy avec Rafale F5 (SEAD) ;

        Transformation:
        2/10 « Provance » à Mont-de-Marsan avec Rafale B F3 (transformation) ;

        Outre-mer:
        1/30 « Picardie » aux Emirats Arabes Unis avec Rafale C F4 (omnirôle)

  33. phil135 dit :

    c’est comme rationaliser le système de santé avec le postulat implicite d’une situation nominale: quand la crise arrive les moyens sont insuffisants. …. mais c’est pas parce que la bureaucratie s’est fait avoir une fois [par elle-même] qu’elle ne peut pas recommencer.

  34. LEONARD dit :

    Avant de se poser la question du nombre d’aérodromes, d’infrastructures, il faudrait d’abord se demander si le nombre d’escadrons est suffisant.
    Et tant qu’à faire, à oser décrire les scénariis de « haute intensité » (quand je lis çà, j’entends D.Deschamps nous rabâcher le « footeball de haut-niveau), parce que, si on liste, par ordre de puissance mili :

    – USA: Peu de probas d’un conflit (quoiqu’avec les fêlés style @RealStableGenius, on ne peut juger de rien)
    – Chine: DOM/TOM, cyber, espace, bien avant l’hexagone. Question de géographie.
    – Russie: Avant qu’ils attaquent l’hexagone, il faudra passer par des territoires OTAN. Là aussi, question de géographie,
    – Inde: C’est loin, et ils ne sont pas expansionnistes (et plutôt bordéliques)
    – Nos voisins européens n’ont ni armée, ni d’ailleurs l’esprit « guerrier ».
    – Israël: Raid aérien/missiles possible, mais ils ont trop besoin de l’appui des occidentaux.
    – Turquie: Allié Otan, ses drones n’ont pas la portée, et ils ne font pas le poids.
    – Algérie. Quel est la valeur militaire de son armée ?

    Donc, quel « combat de haute intensité, aérien ou terrestre, nous menace dans l’hexagone ? »
    Je n’en vois pas. Du cyber, des psy-ops, du spatial, de la subversion, oui. Mais ce n’est pas de la haute intensité.

    Par contre, pour les DOM-TOM, ou nos bases à l’étranger, la probabilité progresse très localement.
    Antilles, personne n’en veut, sauf les trafiquants de drogue.
    Guyane, le Brésil peut tenter, mais le terrain est très, très compliqué et sur-avantage la défense.
    Al-Dhafra, Djibouti, vu le nombre de pays présents, une attaque prend une signification multi-nationale.
    La Réunion, et l’Océan Indien, seul risque, Mayotte, mais les Comores ont opté pour la submersion ethnique. Faut dire qu’ils n’ont pas d’armée (ni d’Etat).
    Reste le Pacifique, ou Nouméa et la Polynésie pourraient bien être renforcées, face à un danger quand même bien lointain.

    Alors, la « haute intensité », peut-être, mais à priori loin de nos côtes, en intervention ou en protection de nos ressortissants ou de nos intérêts économiques, mais rien qui nécessite de « durcir » les bases aériennes ou de les multiplier.

    Par contre, « durcir » l’esprit combattant de nos concitoyens, renforcer la cohésion nationale et maîtriser les menaces rampantes, çà parait plus urgent.

    • DarkCed dit :

      +1000 avec toi !
      Clairement il peut y avoir des batailles de hautes intensités (pour prendre un bout de terrain mais là encore la dissuasion nucléaire peut en calmer quelques un) mais un conflit dans la durée avec une grande puissance je ne le vois pas arriver.
      Au pire on pourrait aller a quelques escarmouches en méditerranée mais personne ne fait le poids.
      En fait le seul truc se serait une attaque de missile hypersonique de très longue portée… Mais rendu là …

    • ULYSSE dit :

      @Leonard. Belle analyse. Je serais plus circonspect sur le risque Turc. Leurs drones et missiles n’ont pas la portée suffisante actuellement, mais à la vitesse de développement de leur arsenal peut faire craindre le pire à moyen terme. Mais il est vrai que l’imbrication des économies rend peu probable un conflit qui toucherait le territoire national. En revanche un conflit de haute intensité à l’extérieur de nos frontières en soutien de nos alliés peut être envisagé….y compris face à des agressions de la Russie. Dans ce cas nos bases aériennes et navales pourraient devenir des cibles.

      • tschok dit :

        @ULYSSE et LEONARD,

        Mettons qu’à la suite d’une erreur de calcul, la Russie envahisse les Pays Baltes. Comme ça, sur un coup de tête (théorie des coups de tête développée ici même par philbeau à propos de l’Ukraine).

        Nous, on monte avec les troupes de l’Otan pour les défendre et on se castagne avec les Russes là-bas en croyant que les combats, de haute intensité ou non d’ailleurs, seront cantonnés à ce théâtre d’opérations. Et on prend le dessus sur les Russes et on menace Kaliningrad.

        En riposte, les Russes montent des raids de bombardiers stratégiques par le sud et par l’ouest et bombardent la France avec des missiles balistiques ou hypersoniques tirés de Kaliningrad, de leurs bombardiers, de leurs sous-marins en Méditerranée ou en Atlantique, en prenant bien garde de se situer sous le seuil du nucléaire.

        Premièrement, est-ce qu’on peut rendre les coups?

        Deuxièmement, est-ce qu’on peut les éviter ou s’en défendre?

        Troisièmement, que font les Russes en ce moment? est-ce qu’ils ne développent pas des bases ou des appuis en Méditerranée? Est-ce qu’ils ne seraient pas en train d’équiper leurs sous-marins en missiles hypersoniques? Est ce que, par hasard, ils ne s’entraineraient pas à mener des raids stratégiques longues distances pas loin de nos côtes? Au fait, ils n’ont pas des bases de missiles à Kaliningrad? Et je laisse de côté les menaces cyber.

        Je laisse également de côté la 5ième colonne qu’ils ont mise sur pied en France dans l’extrême droite, comme ils l’ont fait en Allemagne de l’ouest dans les années 60 et 70, cette fois dans l’extrême gauche.

        Maintenant, je veux bien qu’on me dise que tout cela est improbable, et je l’espère, mais n’empêche que…

        Bon, voilà quoi. Le problème, c’est que les erreurs de calcul, l’histoire en comporte plein.

        Vous vous souvenez de Saddam, il pensait pouvoir envahir le Koweït, peinard, et il pensait que son calcul était juste. Et puis finalement, non. Et aussi de la junte militaire argentine. Les mecs croyaient qu’ils pouvaient envahir les Malouines et que les British étaient des décadents qui se laisseraient faire (un peu ce que pense Poutine de nous, d’ailleurs). Et eux aussi croyaient avoir fait un bon calcul.

        Notre sécurité repose aujourd’hui sur le fait que nos adversaires potentiels sont prudents et qu’ils s’abstiennent de faire des calculs hasardeux du genre de ceux que je viens de décrire. Donc, notre sous armement notoire est indolore.

        Mais, si on regarde ce que font les Russes, ça ressemble quand même pas mal à quelqu’un qui se prépare à jeter les dés, non? Je sais pas ce que vous en pensez.

        Moi je dis que quand le boeuf vois le boucher affûter son couteau, il a du souci à se faire.

        • mich dit :

          Bonjour ,le problème de votre argumentaire sur les forces Russes (valable pour d ‘autre ) c ‘est qu ‘il y a beaucoup trop de point d ‘interrogation pour savoir si on est dans le concret ou non , notre sécurité repose avant tout sur nos services de renseignement ,que savent ils ? mystère et c ‘est normal .Perso , je suis plus inquiet par l ‘arme économique et la maitrise des nouvelles technologies que par des tirs de missile hypersonique .

          • tschok dit :

            Je suis d’accord mich, mais c’est juste une expérience de pensée.

            C’est comme un exercice de math: faut appliquer l’énoncé, pas le contester.

            C’est ça qu’ils nous demandent de faire les deux derniers CEMA: nous préparer.

            Donc, ça commence par nous.

            Le CEMA, il dit qu’il faut imaginer toute sorte de choses, dans le domaine violent, improbable, surprenant.

            J’applique la consigne. Chuis con, moi. Je sais que je donne l’impression d’être intelligent, mais c’est pas vrai, je fais ce qu’on me demande de faire.

            C’est ça l’exercice.

          • mich dit :

            Bonjour , le CEMA il fait le discours du moment comme ses anciens l’ ont fait ,cela ne va pas plus loin à mon avis ,c ‘est plus du formalisme je pense.

        • Nexterience dit :

          +1
          Mon classement de risques:
          1- instabilité interne insoutenable occidentale ou russe, manipulées ensuite, poussant au conflit défoulatoire et rassembleur en Pologne.

          2- Soutien suite à un casus belli à Taiwan ; initiative des USA et alliés pour réduire la Chine tant qu’ils ont encore l’avantage.
          3- chienlit française suite à une taxe sur les chiens domestiques et coup d’État réac.
          Posture pro russe du dictateur français et conflit préventif de l’OTAN.
          Si russes ont ici une 5e colonne aux extrêmes, les USA ont les minorités ethniques en poil à gratter.

        • LEONARD dit :

          @Tschock
          L’hypothèse d’invasion des pays baltes est intéressante, mais seule la prise de la Lituanie a un double intérêt stratégique pour la Russie.
          – La continuité avec Kaliningrad et la Biélorussie, par le comblement de la trouée de Suwalski,
          – Le test de la résolution de l’Otan.

          Que ferait l’Otan, puisque ce serait une agression contre l’un de ses membres.
          Rien, ou presque.
          Pour une raison simple, il n’en aurait pas le temps. L’état de préparation du 11e corps d’armée rendrait l’opération terrestre trop rapide pour que la réaction otanienne soit autre qu’aérienne, et il est très vraisemblable, limitée. Limitée, car, si les U.S feraient de la surenchère pour la France, l’Allemagne, le U.K, ils ne monteront pas aux extrêmes pour la Lituanie. Par contre, ce sera Guerre Froide assurée, mais la prise aura été faite.

          Ensuite, si des missiles russes doivent frapper des aérodromes de l’Otan, il y a de multiples cibles plus proches à traiter en priorité.

          Outre donc que la faible probabilité de la « guerre sur un coup de tête », ou « sur un malentendu », nos infrastructures, sans être à l’abri, ne seront vraisemblablement pas prioritairement ciblées. Ce qui laissera un peu de temps aux FAS pour une démonstration de force en forme de message d’avertissement.

          • Aymard de Ledonner dit :

            Je pense que Tschok a raison. Le risque existe. Par ailleurs s’il y a une confrontation de l’autre coté du globe car la Chine tente de s’emparer de Taiwan (Et ça ne semble qu’une question de temps) les US aurons déplacé une partie de leur forces d’Europe vers l’Asie et Poutine peut se dire qu’il y a une opportunité à saisir.

          • tschok dit :

            @LEONARD,

            Si l’Otan ne réagit pas, au mépris de l’article 5 de sa charte, ce sera sa fin.

            Au passage, ce sera la fin de l’UE.

            L’enjeu est là pour nous. Les Pays Baltes, je les adore, mais ils sont l’enjeu de second rang dans cette affaire, strictement imaginaire, convenons-en.

            Donc, ça veut dire que la Russie a un petit bouton sur lequel appuyer (attaquer les Pays Baltes) et il est effectivement possible que les choses se passent comme vous le dites, ce qui provoquera la fin de l’Otan et de l’UE, comme moi je le dis.

            Si on combine nos deux façons de voir on aboutit à l’idée que la Russie a un petit bouton a sa disposition pour provoquer la fin de l’Otan et de l’UE, deux de ses rivaux stratégiques historiques, sans prendre d’énormes risques.

            Heureusement pour nous, Poutine n’est pas le genre de mec à faire ces calculs. Heureusement pour nous, les Russes n’ont pas pour objectif stratégique de faire disparaitre l’Otan ou l’UE, qui représentent pour eux une certaine utilité, ne serait-ce qu’au plan intérieur.

            Enfin disons, c’est ce que j’espère, parce que franchement, le coup est jouable.

            A nous de faire en sortent qu’il le devienne juste un peu moins en faisant de ce coup potentiellement jouable un coup juste un peu plus difficile à tenter, et avec plus de risques pour la partie russe.

            Et en fait, atteindre ce niveau-là n’est pas très difficile.

          • LEONARD dit :

            @Tschock,
            J’ai volontairement pris l’exemple lituanien, car la région va être d’une vibrante actualité début Septembre, avec Zapad 2021, et qu’à force de s’y entrainer, Vlad pourrait bien se croire prêt.
            https://tass.com/defense/1316207

            Pour autant, une invasion de la Lituanie aurait quelques inconvénients pour Vlad:
            – Le coup de la protection des minorités russophones sera compliqué, car ils sont moins de 10%, et plutôt plus à l’Est.
            – La provocation, vu la taille des détachements Otan et de l’armée lituanienne, ça manque de crédibilité.

            Bon, ses services secrets trouveront toujours un narratif, mais passé la phase d’invasion, à quoi on assiste ?
            – Il faut « tenir » le pays et la population et celle-ci sera majoritairement hostile,
            – L’Otan, justement, renforcera l’Estonie et la Lettonie, en disant O.K, « on a été pris de cours », mais « plus jamais çà ».
            – Les dépenses de défense occidentales seront boostées face au péril Slave et on réactivera une Guerre Froide, avec des troupes U.S en plus grand nombre à proximité de sa frontière ou de ses marches.

            Après un gain tactique, c’est plutôt de mauvaise stratègie et il a peut-être plutôt intérêt à agir en sous-main, comme ces derniers temps, en déstabilisant les opinions publiques, affaiblissant les pouvoirs démocratiques et en asservissant l’Allemagne à N-S2.

            Ca coûte moins cher, ça marche, et ç’est moins risqué.

            Maintenant, comme le souligne @Aymard, l’opportunité d’un « second front » en cas de baston USA-Chine à Taïwan, pourrait revitaliser l’hypothèse Suvalski.

        • Czar dit :

          « Je laisse également de côté la 5ième colonne qu’ils ont mise sur pied en France dans l’extrême droite »

          il n’y a en France aucune 5ème colonne russe, c’est un bobard médiatique inventé justement pour éviter de parler des 5ème (6ème, 7ème etc) colonnes d’autres pays qui disposent, eux de réseaux, ou d’une masse démographique leur permettant de peser sur les affaires internes de notre pays et d’y alimenter des campagnes de subversion en utilisant l’apathie gouvernementale

          je mets d’ailleurs au défi n’importe qui ici de nous démontrer les bases de ce délire complotiste (pour une fois que le terme est utilisé à bon escient)

          dans un bel exercice d’inversion accusatoire, ce sont ceux qui nient l’existence des 5ème colonne israélienne, états-unienne, maghrébine, turque qui s’acharnent à dénoncer un « péril russe » absolument imaginaire

    • Ah Ca ! dit :

      @LEONARD

      Vous ne semblez pas informé du plan OTANIEN, que bien sûr que seul la France suivrait à la lettre accompagnée peut être des Roastbeefs et de quelques rares bataillons polonais ou autres pour faire semblant… qui serait d’accompagner les États-Unis d’Amérique dans une guerre probablement nucléaire contre la Chine et plus globalement l’Asie.

      Ces plans existent depuis des années, ils avaient été semble-t-il mis au placard, mais il semble que la tendance actuelle est de les remettre au gout du jour pour un conflit à venir dans les 5 à 20 ans.

      C’est une des raisons pour laquelle il est primordial de se détacher du joug des ricains qui sont techniquement en faillite depuis 20 ans et qui chercheront bientôt un conflit mondial pour ils pensent les remettre à flot et leur redonner la suprématie.

      Voilà pourquoi tout ce tapage, c’est un secret de polichinelle.

      Le danger, c’est que notre gauche et nos progressistes centristes (je devrais dire ventraux) sont prêts à suivre les USA dans leur délire.

      Ils n’ont pas encore compris que les intérêts des USA sont opposés aux intérêts Francais.

    • PK dit :

      « Donc, quel « combat de haute intensité, aérien ou terrestre, nous menace dans l’hexagone ? »
      Je n’en vois pas. Du cyber, des psy-ops, du spatial, de la subversion, oui. Mais ce n’est pas de la haute intensité. »

      C’est comme le virus en 2019. Personne ne voyait.

      Ce n’est pas parce que vous ne voyez (et excusez-moi, vous n’êtes pas le centre du monde) que l’on ne doit pas s’y préparer. Le principe de la haute-intensité : c’est partout, en tout lieux et à tout moment. Donc on commence par le territoire nationale. Pour une fois que le bon sens s’applique, on ne va pas les critiquer.

      Le gros principe actuel : c’est débunker. On va tout tester et regarder l’état des forces. Pour le moment, ce n’est pas brillant (mais pas non plus une surprise).

      • LEONARD dit :

        @PK
        « C’est comme le virus en 2019. Personne ne voyait ».
        Non
        Tous les virologues savaient qu’un jour, il y en aurait un qui apparaitrait, plus contagieux, plus mortel, et les alertes avaient été nombreuses (Ebola, Zika, H1N1….) et on s’est préparé……….mais pas à tout.
        C’est comme les inondations. On sait qu’elles vont arriver, mais on ne sait ni ou, ni quand, et devant l’incertitude, on fait une analyse enjeux/risques et on préfère tolérer quelques morts et quelques milliards de dégats que de raser toutes les constructions en zone inondable et d’indemniser les habitants.

        Donc, en matière mili, et pour les mêmes raisons, on va évaluer le risque, hiérarchiser les priorités, optimiser la couverture, et se préparer à la surprise………

        • PK dit :

          Dans ce cas je suis navré de vous dire que tout le monde attend un gros conflit dans les prochaines années, et que ce gros conflit sera entre la Chine et les Américains. Tout le monde sera impacté, et d’une façon ou d’une autre obligé de choisir son camp.

          • LEONARD dit :

            @PK
            Un « gros » conflit, c’est quoi ?
            Des avions abattus, des navires coulés, des soldats tués et blessés en nombre. Avec un paramètre variable, le temps. Un P.A coulé, ça fait tout de suite « bilan », et 3 semaines/mois de guerre, tout autant.
            C’est surtout des hommes entrainés, du matos, du savoir-faire, une doctrine, des tactiques, bref, un outil rôdé à la guerre et çà élimine de facto tous les pays sauf 12 et 5 jokers:
            USA/Chine/Russie/France/U.K/Israël/Inde/Paki/CDS/Japon/CDN/Australie/Turquie?/E.A.U?/Egypte?/Iran?/A.S?

            Alors, les conflits d’envergure probables ou possibles, il en y en a actuellement 3.
            – CDN/CDS
            – Inde/Paki
            – Turquie-Qatar/Grèce-Egypte-E.A.U-France (?), après une étincelle en Mer Egée ou à Chypre.

            Le 1er pourrait déboucher sur du nuc, ou sur une intervention U.S, qui entrainerait une riposte chinoise, etc… répétition de l’engrenage de la Guerre de Corée. Mais la dynastie KIm pourrait être emportée par une défaite, alors qu’elle a tout à gagner à continuer à exploiter son peuple.
            Le 2nd aussi, d’autant plus que de part et d’autre, la religion chauffe à blanc le nationalisme.
            Le 3ème, restera « classique ».

            Donc, oui, les « mégas » conflits, c’est Otan/Russie, Chine/Occident, mais ils sont les moins probables.
            Les acteurs sont rationnels, même si ce ne sont pas des enfants de coeur. Taïwan est l’objectif de Xi, mais le PCC ne lui en voudra pas s’il ne fait rien de plus que menacer. Ca fait 70 ans que le PCC agite le mantra de Taïwan, ils pourront continuer longtemps.
            Vlad aimerait que les pays européens ne donnent plus de mauvaises idées démocratiques à son peuple, mais comme pour la Chine, une guerre, c’est pas bon pour le businesses et ni les membres du PCC, ni les kleptocrates du Kremlin n’ont envie de voir s’évaporer leurs richesses.

            Là où il y a danger, c’est quand on touche à l’idéologie, ou au religieux, ou aux ambitions du Leader. Et donc, les points chauds, c’est Inde/Paki et Turquie/East-Med,
            L’irrationnel religieux, ou la mégalo sur despote, çà introduit une instabilité dans les comportements qui rend la prévision hasardeuse.

            J’ai exclu l’Iran, pour le moment. Khameneï, son clan et même l’IRCG ne sont plus des idéologues. Ils ont eux aussi basculé dans le rang des kleptocrates.

            L’ère des marchands est moins dangereuse que celle des prêtres.

          • Aymard de Ledonner dit :

            @Leonard
            Pour Inde/Paki, le rapport est maintenant trop déséquilibré en faveur de l’Inde.
            Et le rapport de de force Turquie-Qatar/Grèce-Egypte-E.A.U-France est encore plus déséquilibré en notre faveur.

            Mais vous sous-estimez la Chine et sur-estimez le rationalisme de Xi. C’est un idéologue qui a grandi au sein du PCC. Il ne connaît que cela. Il connaît peu le monde extérieur et comme il est un peu mégalo, il surestime ses capacités. C’est une sorte de Mao 2.0, en plutôt moins stable.
            Ce reportage d’Arte est intéressant
            https://www.youtube.com/watch?v=Jm-RKyY6UY0
            Xi ne peut plus reculer. Le conflit à Taiwan n’est pas qu’une hypothèse.

          • PK dit :

            @ LEONARD

            Vous avez tort sur votre analyse : l’objectif premier de la Chine est la conquête de Tawaïn, mais ce n’est pas qu’une broutille comparée à leur ambition : ils veulent le monde, pour se venger du passé. On a les motivations qu’on peut, mais celles chinoises sont réelles (à défaut d’avoir une réelle légitimité). Partant de là, et étant donné le système dictatoriale là-bas, ça pétera à moyens termes assurément – les Chinois ne sont pas cons et avancent à marche forcée pour renforcer leur potentiel armée.

            Notre chance serait que ça pète à court terme pour les baiser. Mais peu de chance que l’occident se lance dans ce combat.

            Bref, nous serons obligés de participer et ce ne sera pas une balade de santé, étant donné qu’on n’est plus taillés pour cela.

            Je ne vois pas le conflit contre les Turcs comme un conflit d’envergure, même si ça peut taper dur. On peut se contenter de les réduire en morceaux, sans avoir à trop poser les pieds là-bas. Donc on détruit les bases et éventuellement leur industrie et on part; ils ne sont pas vraiment outillés pour nous résister. Une fois ruinés, ils ne seront plus prêt pour venir faire chier le monde comme aujourd’hui.

          • Czar dit :

            « de mauvaises idées démocratiques à son peuple, »

            faut quand même oser ce genre de conneries, surtout le jour où la France est agitée de manifestations dans chaque ville pour empêcher de donner le droit à l’Etat-parti, sans l’indifférence de la moitié des parlementaires qui n’ont pas bougé leur gros cul indemnisé pour voter, de vous faire vacciner de force en vous privant de toute vie sociale – et même de toute vie, exactement à la façon chinoise, d’ailleurs.

    • Fougasse dit :

      @LEONARD
      D’accord avec votre analyse des risques mais :

      1- L’Histoire nous montre que certains scénarii improbables peuvent devenir très vite des réalités (Malouines…)

      2- « Haute intensité » ne veut pas nécessairement dire 3e guerre mondiale. Je ne sais pas si les Balkans ou la Libye sont de bons exemples mais, encore une fois, l’Histoire montre que des situations imprévues peuvent survenir.

      3- Une armée qui se bat uniquement au Mali risque de perdre le savoir-faire – et le savoir-durer – qui seraient nécessaire en cas d’affrontement – même limité dans l’espace et dans le temps – avec une autre armée moderne. En 1870, l’armée française était considérée comme excellente mais elle avait surtout combattu dans des guerres coloniales…

      Si vis pacem, para bellum…

      • LEONARD dit :

        @Fougasse
        Vous faites bien d’évoquer les Malouines, car c’est un scénario qui a prouvé qu’en cas d’envahissement d’un DOM-TOM revendiqué par d’autres, les brits se sont retrouvés bien seuls, malgré les alliances. Le seul cas approchant (revendication par un pays tiers), c’est Mayotte. Mais les Comores….j’ai évoqué le danger.

        Donc, en fait, notre probabilité majeure d’intervention « dure », c’est en coalition, et plus vraisemblablement OTAN, avec deux « adversaires » dans ce cas, la Russie ( pays baltes/Pologne ou Ukraine/Bulgarie) et la Chine ( Japon/ CDS/Taïwan).
        Alors, qu’il faille faire manoeuvrer les quelques escadrons de chars qui nous restent en unités constituées, çà me parait sain, mais la solution évoquée dans l’article de L.L (durcissement des bases) me parait une solution éloignée des priorités.

        A ce niveau, je rejoins @Tschock sur l’utilité d’un « Dome de Fer », incluant l’anti-ballistique, qui serait une protection multi-couche et versatile du territoire, mobile de surcroît, et j’en ferais une priorité.

        Notez que je raisonne en probabilité, et que la situation A+1 nécessitera une ré-évaluation. En fait, ce que dit Burkhard, et il a raison, c’est qu’il faut être sur le qui-vive et prêt.

        Il y a un scénario que je n’ai pas développé, et qui concerne la Turquie et Chypre. Il n’existe que parce qu’il poserait un vrai problème à l’Europe. L’Otan ne serait pas concernée, et c’est l’U.E qui devrait intervenir (Traité de Lisbonne), et çà risque fort d’être une débâcle, par manque de volonté combative, par absence de courage politique, par défaut de moyens. L’In-sultan a du y réfléchir, une telle invasion pourrait générer l’éclatement de l’Europe politique.

        • Qui ça ? dit :

          Si une puissance étrangère pouvait nous chiper Mayotte, j’en serai très satisfait et je pense qu’il ne faudrait surtout pas réagir militairement !

    • vno dit :

      Ne t’inquiète pas pour la cohésion nationale … Turques, Algériens, Marocains, Tchéchènes, Albanais, Comoriens, Moyens orientaux, Chinois, Russes, Israéliens, Africains divers et autres franco-machins présents en nombre sur le territoire métropolitain s’en occupent en toute amitié au travers de leurs associations culturelles biens subventionnées … Un état de narcotrafiquants auquel certains appartiennent se permet même de mettre sur écoute nos politiques dont certains par leurs habitudes semblent se mettre assis alégrement sur la notion de Compromission du Secret de la Défense Nationale. Du temps de de Gaulle, le service action aurait été débordé. En fait, à la réflexion non, car cette situation ne serait pas arrivée. Les interdictions d’exporter des pièces détachée d’armement étaient brutales avec lui.

      • Fred dit :

        @ vno

        État narco-trafiquant le Maroc ? Produit que du shit, qui devrait être en vente libre, ce qui réglerait bien des problèmes. Dictatorial et policier, et qui sévit même sur notre territoire, oui.

        • ScopeWizard dit :

          @Fred

          Oui et dix fois OUI ; le Maroc est bien un État narco-trafiquant ne serait-ce que via toute la région du Rif qui s’ est organisée et ne vit que de ça , que de tout ce cannabis qu’ elle exporte et diffuse massivement en plus de sous-traiter pour divers cartels via diverses mafias locales .

          Si tu n’ es pas encore au courant , il est plus que temps de débarquer parce que ce n’ est vraiment pas d’ aujourd’ hui ni même du temps de ton arrière arrière grand-mère qu’ il en est ainsi………..

          Maintenant , si pour toi , le cannabis c’ est la même chose que de l’ eau sucrée , là évidemment c’ est autre chose………….

          Quant à la question de libéraliser le shit qui à elle seule « règlerait bien des problèmes » , oui et non parce que tu sembles oublier tous ceux que cette libéralisation va créer et rajouter .

          D’ ailleurs , il y a fort à parier que nombre de pays ou d’ États qui l’ ont fait vont revenir en arrière tellement la mise sur le marché légal ne fait plus l’ unanimité .

          Mais la problématique qui se trouve derrière tout ça est tout-autre ; pourquoi ce recours aux drogues ?

          Telle est la question essentielle……………

          Pourquoi toute cette drogue , pourquoi toute cette consommation d’ antidépresseurs ou de stimulants qui sont le plus souvent à base de toutes ces molécules psychotropes ?

          Si douleur occasionnant souffrance insoutenable ou handicapante , en tant que substance thérapeutique ça se comprend , mais le reste ?

          En fait , rapidement évoqué , en France nous payons très cher pression sociale ou professionnelle et productivité……………..

          Par conséquent , se droguer même sans en avoir l’ air ou en croyant maîtriser le truc histoire de coller à une ambiance relax ou festive voire dans le vent voire de ne pas accepter ses propres limites et de faire avec , équivaut en réalité à se soumettre et à se laisser aller à sa propre faiblesse le plus souvent en se racontant des histoires avec le risque d’ une escalade vers des produits de plus en plus puissants et accoutumants dont il est alors très difficile voire quasiment impossible de se passer .

          Parce qu’ après , encore faut-il en sortir………….

          Et c’ est quelqu’ un qui a touché très tôt à beaucoup de choses qui te le dit .

          Des raisons de me droguer , j’ en ai eu 1000 , je dois encore en avoir 100 + 1 et pourtant je ne touche plus à rien .

          Non , c’ est trop facile et de loin je préfère l’ effort ; plus gratifiant et plus sain .

          Maintenant attention ; se débarrasser d’ une accoutumance ou ne pas en avoir développée une tandis que tu en as ou en aurais pourtant un certain besoin , n’ a rien de gratuit ; il y a un prix à payer .

          Personnellement , j ai choisi de payer ce prix plutôt que toutes ces merdes .

          De toute façon , quoi que tu fasses ou que tu sois , il y a toujours un prix à payer ; à toi d’ équilibrer entre ce prix et toutes les bonnes raisons que tu as de vivre et d’ espérer , de croire en de meilleurs lendemains .

          Chacun sa croix , en somme .

    • Docteur Bob dit :

      Très bonne analyse.

    • Gaulois78 dit :

      Durcir l’esprit combattant et la cohésion nationale… Vaste sujet dont je ne vois pas le début d’un soupçon de commencement ..Hormis le délitement qui gangrène et épuise nos armées pour cause de 25 ans « d’ajustement budgétaire féroce par Bercy et les gouvernements successifs de hauts fonctionnaires ? La France n’a que l’arme nucléaire pour faire peur à l’ennemi…Le militaire européen sauf UK n’existe pas, la France assure seule sans contrepartie financière une partie de l’espace européen et Africains…Nos « amis » Allemands , Suisses, Italiens, Espagnols, Belges et pays nordiques en rigolent…

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Le militaire européen sauf UK n’existe pas, » Je crains que si vous analysiez les forces armées britanniques vous soyez rapidement………………. déçu! Il y a pas mal de discussions qui en traitent sur ce blog! Vous n’avez pas du les lire.

    • Reality Checks dit :

      Référez vous à l’Histoire.
      Si la France se trouve embarquée dans un conflit de haute intensité, en effet ce ne sera pas parce que les pays que vous citez vous aurons attaqués sur votre sol.
      .
      En revanche la France ou autre peut très bien se trouver dans un conflit de haute intensité par la mécanique des alliances.
      .
      Du reste c’est comme cela que la plupart des pays se sont trouvés embarqués dans les deux dernières guerres mondiales.
      .
      Pas besoin de donner des exemple c’est évident, mais pour illustrer le propos citons la Chine. Une escarmouche autour de leurs emprises en mer de Chine peut dégénérer en escalade, avec une offensive sur Taïwan, une implication du Japon, et la mécanique des alliances qui vont avec.
      .
      Le même scenario peut exister ailleurs.
      Si vis pacem para bellum.

    • Fred dit :

      @ LEONARD

      Je trouve assez curieux de trouver chez certains l’Algérie parmi les État qui pourraient nous menacer. Tout est possible, mais je n’en voit guère de raison particulière. En tout les cas, avec quels moyens pour traverser la Méditerranée ???

      • Reality Checks dit :

        L’Algérie a des capacités de projection importantes simplement parce que son propre territoire est très grand.
        Mais l’Algérie a une doctrine militaire qui est conçue essentiellement pour sa propre défense, pas pour aller sur d’autres continents.
        Du reste je suis sur que certains ici vont s’empresser de dire qu’on a pas besoin d’envahir la France parce que c’est déjà fait 😉

        • Fred dit :

          @ Reality Checks

          Gagné ! Mais la divination n’était pas trop ardue, ne prends pas exagérément la grosse tête ;o)

      • Ah Ca ! dit :

        @Fred…

        Fatigant d’être aussi borné… Ils n’ont pas besoin de traverser….

        Ils sont déjà en France… Toi et tes potes les ont déjà fait venir… Pardi Couyoun… CQFD

      • Qui ça ? dit :

        L’Algérie a du très bon matériel made in Russia et une armée disciplinée. Par contre le pays est une « bombe » démographie et sociale, en quasi faillite économique.
        Imaginons que cela entraîne une « révolution » avec l’arrivée au pouvoir d’islamistes fanatiques. Et qu’ils décident d’utiliser leurs Soukhoï Su-57 équipés des derniers missiles russes pour faire des raids d’attaque sur Montpellier, Marseille, Toulon ou Nice …

        • Reality Checks dit :

          Les activistes de l’extrême droite ne sont décidément pas logiques.
          Un coup ils disent que Marseille est devenue algérienne, un coup il disent qu’on va bombarder Marseille.
          Mais pourquoi faire, selon vous des algériens vont bombarder des algériens?
          Et pourquoi pas l’inverse tant qu’on y est?
          C’est pas très cohérent toussa….
          😉

          • PK dit :

            Les Algériens ont une longue tradition de tuer les Algériens : déjà, pendant la guerre d’Algérie, les katibas tuaient beaucoup plus de civils algériens que de soldats. C’est pragmatique un fell (et pas forcément d’un grand courage) : une fatma, c’est plus facile à flinguer qu’un para…

            Alors, l’Algérie qui bombarde Marseille, ou bien Alger, ça ne changera pas grand-chose…

          • Czar dit :

            « Mais pourquoi faire, selon vous des algériens vont bombarder des algériens? »

            parce que l’essentiel de votre population a un QI et une logique d’algérien?

            D’autres questions ?

          • Reality Checks dit :

            Vu le bilan de l’armée française en Algérie, vous avez raté l’occasion de la fermer.

        • mich dit :

          Bonjour les mollah avaient récupérés des F14 ,ils n ‘ont pas pu en faire grand chose .Bon pour l’ instant les SU57 ne sont pas arrivés .

  35. dakia dit :

    Haute intensité entre grandes puissances = nucleaire
    Faut pas se voiler la face, y aura pas de demi mesures si cela devait arriver

    • Fred dit :

      Si : riposte graduée, en espérant que l’intelligence et/ou la peur l’emporte, à un moment de l’escalade.

      • dakia dit :

        justement…
        graduée = basse intensité

        • Fred dit :

          @ dakia

          Non : pente ascendante, de IEM à rectification totale, par marches d’escaliers. Si aucun des deux adversaires n’arrête la réponse graduée, la pente aboutit à la plus absolue haute intensité.

    • tschok dit :

      @dakia,

      Ca, c’était valable du temps de la guerre froide, parce qu’on était dans des logique de blocs propices à l’escalade jusqu’au nucléaire, très rapidement, ce qui interdisait les confrontations militaires directes entre les deux champions russes et américains, même sur un plan strictement conventionnel et peu intense, quoi qu’il y ait eu des affrontements directs entre militaires américains et soviétiques, mais sous pavillon d’emprunt.

      Aujourd’hui, nous sommes certes dans une ambiance de guerre froide, mais on n’est pas du tout sûr que ce principe de non-affrontement direct soit effectif.

      En clair, on peut très bien être engagé dans des affrontements directs sous le seuil nucléaire, notamment parce que les armes conventionnelles sous le seuil nucléaires se sont beaucoup développées.

      Pendant la guerre froide, en réalité, on était aveuglé par la luminosité du fait nucléaire: dans l’esprit des gens de l’époque, tout affrontement direct entre grandes puissances nucléaires ne pouvaient être que nucléaires.

      Donc on reproduit ce modèle sans s’interroger sur sa réelle pérennité.

      Or, aujourd’hui on se rend compte que, dans la situation actuelle, il y a plein d’interstices où peuvent se loger des épisodes d’affrontement direct de haute intensité entre différents types de puissances, y-compris des puissances nucléaires, mais en restant sous le seuil du nucléaire.

      Un bête exemple: Taïwan est envahi par la Chine. Les Américains interviennent. Dans l’esprit de tout le monde, la guerre devient mécaniquement nucléaire. Vous êtes sûr? Et si ce n’était pas le cas? On n’en sait rien après tout.

      Le nouveau modèle de guerre est possiblement là: affrontement direct de haute intensité entre puissances nucléaires, mais sous le seuil.

      Ce n’est pas se voiler la face que d’examiner cette hypothèse, c’est au contraire sortir d’un certain aveuglement.

      Incongru il y a quelques années, aujourd’hui il devient crédible. Il est peu de dire que ça change la donne.

  36. Mecano dit :

    La disparition de nombreuses bases aériennes et de leurs bases de desserrement, ne seraient pas la seule problématique ! Les moyens techniques pour le faire ont aussi disparu (comme les roulantes pour les cuisines), les bus, les lits, les tentes, les sanitaires, les duvets etc…. comme les personnels des cuisines, externalisés et le soutien. Mais la militarité a aussi disparue ! Le « disponible en tout temps et en tout lieux » dont on entend beaucoup parler depuis quelques jours avec ce militaire slovène, s’est effacé depuis la fin du siècle dernier, hormis dans les unités opérationnelles, et encore ! Desserrer une base aérienne en dehors des heures ouvrables ? Vous n’y pensez pas !

    • vno dit :

      Cela sent le vécu !

      • Vroom dit :

        Le début des lignes de ramassage externalisées ! Premier exercice avec déclenchement du plan de ramassage tôt le matin : les chauffeurs civils  » mais vous n’y pensez pas, ce n’est pas prévu dans mon contrat, je passe à l’heure habituelle ! »
        Bon, maintenant, les lignes de ramassage .. 🙂
        Mais c’était déjà un bon début dans l’externalisation !

  37. StephanieR dit :

    Plusieurs aérodromes, beaucoup aujourd’hui utilisés pour les jets d’affaire, doivent être rafraîchis et être le théâtre d’exercices ponctuels de dispersion de l’Armée de l’air, comme Laon-Couvron, Longvic bien sûr, mais même Bron (banlieue de Lyon et très proche de la base ultra stratégique BA942 du Mont Verdun).

  38. Warrior dit :

    Conflit de haute intensité, dispersion….
    C’est moi ou on se prépare à la guerre?
    Après disperser des M2000 je vois pas trop l’intérêt… face à une attaque saturante de missile et drone le pays serait à genoux en deux heures…
    Donc on fait quoi en dessous de la riposte nucléaire?

    • vno dit :

      Rien, ont achète des piles et des lampes à pétrole. Sans oublier quelques sacs de charbon et de patates pour le barbecue sur le balcon. Nos bases aériennes ne risquent rien. EDF, j’en suis moins sur et il n’y aura pas de riposte nucléaire.

      • Vroom dit :

        « Nos bases aériennes ne risquent rien »
        Vous êtes bien optimiste ! De toute façon, il suffira de faire tomber les réseaux, ça suffira pour tout paralyser.

    • Fred dit :

      @ Warrior

      Nous ne sommes tout de même pas en première ligne face à un ennemi potentiel, qui devrait utiliser une bonne partie de son potentiel pour nous atteindre.

  39. Bravo alpha tango dit :

    Charles-Élie Couture….

  40. Frédéric dit :

    L’aéroport de Perpignan, le plus au sud de la France hors Corse, reçoit assez régulièrement des avions militaires pour des escales. J’ai vu passé de l’E-3 awacs a l’Alphajet en passant par feu le Mirage 2000N.

  41. Carloman dit :

    Je suis effaré, sur les réponses données sur ce fil, et d’autres aussi sur ce site, par ceux qui parlent de politique, aigris, au lieu, comme l’auteur de l’article, se recentrer sur ce qui fait l’actualité militaire. Ils ne donnent pas une réponse, ils exhibent leur rancune, et, ainsi, n’apportent rien au débat, dénaturant tout…
    Ce serait du simple respect envers ce travail de collecte d’infos ainsi que des mises à disposition de celles-ci, qu’à travers les interventions, on ne parle que du sujet dédié… Mais c’est hélas vrai, le terme « respect » semble sorti de la préhistoire pour certains. Dommage… À quand un site payant, où les réactions seraient subordonnées à un abonnement sympa ? J’y souscrirai !

  42. M51 dit :

    Si l’on se prépare à la guerre de haute intensité (et l’on a raison de s’y préparer, àmha), on est prudent d’être prêt à disperser les moyens pour « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ».
    La conséquence logique en est qu’il faut faire l’économie du porte-avions car il est impossible de disperser ses escadrilles quand le PA est en mer.
    Et quand au contraire le PA n’est pas en mer, ou si ses escadrilles sont dispersées à terre, le PA ne sert à rien.
    Le budget PA sera donc plus utile dans des frégates ou dans des soums.

  43. olivier 15 dit :

    Il ne faut pas se leurrer: si prochaine guerre de haute intensité il y a, l’Europe sera balayée en moins d’une semaine. en 39 nous avions le matériel ( excepté l’aviation, où le MS406 était une bouse ), mais un commandement en dessous de tout, on connait le résultat. Nous avons maintenant des flottes d’échantillons, quoique mieux dotés que le reste de l’Europe, et sommes totalement vulnérables face aux 5ème colonnes… Si dispersion il y a, les sites seront indéfendables. Et pour le reste, quand on sait les stocks de munitions que nous avons, et qui nous les fabriquent, on n aura peut être pas trop le souci de se disperser ! 😉

    • mich dit :

      Bonjour , balayée par qui et pourquoi faire ? en 39 les nazis avaient un projet et voulaient faire la guerre , l ‘excuse du commandement est un peu facile , qui aurait pu imaginer à cette époque qu ‘ils étaient atteints au point de déjà penser à l’ invasion de l’ union soviétique .Avant de se tenir prêt ,il faut déjà savoir contre quoi , les fantasmes ça peut faire du mal aussi ,donc j ‘espère seulement que nos renseignements sont de bon niveau .

  44. Bricoleur dit :

    Il y en a un qui suit. Merci Lucas. Notre concept de défense est toujours basé sur la dissuasion nucléaire. Si une attaque massive de destruction sur nos bases aériennes ( qui se trouvent à des milliers de km de la Russie ) n’est pas un cas d’emploi possible du feu nucléaire, il y a de quoi s’inquiéter.
    Ce virage vers la « haute intensité » est quand même suspect. Pas de fait déclencheur marqué. Pas de déclaration du chef de l’Etat sur ce point. Une Russie plus pauvre que jamais. Peut-être une résurgence du complexe militaro-industriel face au déclin de nos OPEX. Ou une recherche de motivation pour nos troupes qui vont finir pas s’ennuyer sans la perspective d’engagement hors de nos frontières.

    • Fred dit :

      @ Bricoleur

      La remontée des cours des énergies fossiles donne un bol d’air à la Russie qui était certes bien asphyxiée auparavant.

    • tschok dit :

      Non, Bricoleur, une attaque, même massive, mais sous le seuil de l’atteinte à l’intérêt vital, ne répond pas à la condition primordiale d’ouverture du feu nucléaire.

      Donc vous avez un interstice où peut se loger de l’imprévu et du risque.

      Vous y réfléchissez, ou pas, c’est vous qui voyez.

      Là, vous avez une pensée apotropaïque.

      C’est un mot savant qui veut dire conjurer le mauvais sort. Difficile à caser dans une conversation normale. Ca veut dire que vous êtes dans la pensée magique: ligne Maginot.

      Votre logiciel a besoin d’une MAJ dangereuse, cruelle et cynique.

  45. Raymond75 dit :

    La Suisse et la Suède ont adapté certaines portions de routes et d’autoroutes pour être utilisable comme pistes secondaires.

    J’habite à quelques km à vol d’oiseau d’Orly, et pendant le premier confinement, pendant lequel toute l’activité économique ou presque était à l’arrêt, j’ai vu plusieurs Rafale et Mirage 2000 voler lentement et à basse altitude en direction de l’aéroport, puis obliquer vers l’ouest. J’ai vu aussi, chose incroyable, un AWACS faire un virage sur l’aile devant ma fenêtre et atterrir sur la piste d’ordinaire réservés aux décollages.

    Je pense que l’Armée de l’Air a profité de la situation pour faire des repérages.

    • Vroom dit :

      Tous nos gros porteurs font très régulièrement des procédures d’approche sur des terrains civils, ça s’est toujours fait. Et quand je dis régulièrement, c’est quotidien même.
      Pour les chasseurs, ils ont effectivement profité de ces moments de calme pour y travailler aussi. Mais avec un terrain PO qui s’est ouvert à l’ouest de Paris, il est normal qu’ils fassent des procédures sur les terrains parisiens, rien que dans le cadre d’un arraisonnement avec contrainte d’atterrissage, et aussi en cas de déroutement.

    • Qui ça ? dit :

      Je me rappelle que lorsque j’étais gamin dans les années 80, des portions d’autoroutes en Allemagne n’avaient pas de terre-plein central mais juste un simple grillage de séparation.
      Mon père m’avait expliqué que cette configuration se trouvait à proximité des bases aériennes de l’OTAN (exemple à Lahr), et qu’en retirant ce grillage, le tronçon d’autoroute devenait une piste supplémentaire pour la base aérienne située juste à côté.

      • PK dit :

        Le terre-plein, à part pour les gros porteurs, ce n’est pas trop un problème. Les ponts et panneaux restent plus problématiques 😉

  46. HMX dit :

    La préparation à la haute intensité devra en effet s’accompagner d’une réflexion sur le dimensionnement de nos forces, et de nos infrastructures. En l’état actuel de notre flotte d’avions de combat, le besoin d’ouvrir ou de ré-ouvrir des bases aériennes n’est peut être pas la première des urgences, même si ce serait un signal fort. Mais la situation pourrait bien évoluer dans les 10 à 15 prochaines années, avec l’arrivée massive de drones de combat qui vont venir épauler la flotte de chasseurs pilotés. Il arrivera certainement un moment où il faudra « pousser les murs » de nos bases aériennes. La réflexion est identique pour les bases de l’AdT, et à un degré moindre pour la Marine Nationale qui pourrait bien un jour se retrouver à l’étroit à Toulon.

    Si la question du nombre et de la répartition de nos bases est tout à fait légitime dans un contexte « haute intensité », la question essentielle doit cependant être la protection des bases existantes. La France ne dispose à l’heure actuelle que d’un nombre très limité de systèmes de défense sol-air (une poignée de Mamba équipés d’Aster 30). Ces systèmes devraient être considérablement musclés pour tendre vers une défense multicouches, capable de faire face aussi bien à des attaques de missiles hypersoniques, de missiles de croisière à vol rasant, ou dans le bas du spectre, à des attaques d’essaims de drones type quadricoptères low cost. A noter qu’une telle protection pourrait aussi être étendue à nos principaux centres urbains, et en premier lieu la ville de Paris compte tenu des infrastructures militaires de commandement qu’elle abrite. Une protection « haut du spectre » à l’échelle continentale contre les missiles balistiques et hypersoniques avec les futurs intercepteurs issus du projet européen TWISTER pourrait aussi être un projet symbolique, et financé en partie par l’UE.

    Autre piste de réflexion pour nos infrastructures de défense dans le cadre de la haute intensité : instaurer un dispositif équivalent au « 1% artistique » sur tous les grands projets de travaux d’infrastructures civiles, publiques et privées. On pourrait ainsi financer des portions d’autoroutes prévues pour pouvoir accueillir, le cas échéant, une petite base aérienne temporaire ( Ex : comme en Suède, structure de route renforcée sur quelques kilomètres, glissières démontables, cuves de stockage de carburant sous la route, réseaux pré-installés, aires de stockage pour les avions le long de la route…), dimensionner des ouvrages d’art pour faciliter leur usage militaire, prévoir des dispositions dans la construction navale civile à partir d’un certain tonnage (cargos, ferrys, rouliers…) pour faciliter un usage militaire potentiel, financer des abris protégés pour la population en cas d’attaque (sous sol d’immeubles, parkings souterrains…), constituer des stocks de nourriture et de matériels de sécurité civile dans chaque région, etc, etc…

    • ULYSSE dit :

      @HMX. toujours intéressant de vous lire
      La protection des populations par des abris a toujours été évacuée , car antinomique avec la logique de la dissuasion nucléaire. Sans doute faudrait il évoluer en la matière
      La protection des infrastructures par leur enfouissement a montré son efficacité dans tous les conflits récents
      Elle est totalement ignorée par nos armées. C’est une sacré faite compte tenu de la prolifération des missiles et drones.

    • tschok dit :

      @HMX,

      Ok, je vous suis.

  47. Barfly dit :

    Rien n’est impossible, mais à l’heure actuelle, je ne vois pas qui pourrait frapper des bases aériennes ici même en France.
    Et « si l’arsenal dont se vante Poutine était déplacé vers l’enclave de Kaliningrad, nous serions à portée » oui on est d’accord mais le sien d’arsenal serait aussi à portée de tout un tas de missiles et autres bombardements…

    Ceci dit, cela ne résout pas les problèmes insolubles que nous posent toutes ces réductions d’effectifs, de matériel, de bases depuis + de 20 ans. On paye le manque de lucidité de nos élites, une fois de plus.

    • LucienB dit :

      S’il n’y a pas de guerre, personne n’attaquera.

      Les Russes sont de plus en plus présents en Algérie et en Libye. Les Algériens eux-mêmes ont acheté des chasseurs Su-57 et Su-24. Le sud de la France peut être attaqué sans avoir à passer par un autre pays membre de l’OTAN. C’est une réalité à court terme.
      A moyen terme, nous pourrons accompagner les porte-avions chinois défilant à Calais.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Les Algériens eux-mêmes ont acheté des chasseurs Su-57 et Su-24.  » Je ne vois pas trop utilité pour l’Algérie de nous attaquer à part le jeu d’éventuelles alliances!
        Pour les SU57 j’espère pour eux qu’ils seront de meilleure facture que les MIG 29.
        http://www.opex360.com/2012/09/27/quel-avion-pour-remplacer-les-mig-29s-algeriens/
        Les SU 24 « Fencer » ne sont plus des « perdreaux de l’année ». C’est un de ces avions qui fut descendu par un F16 turc. F16 qui ne fait pourtant pas partie des « blocks » les plus récents!
        « Le sud de la France peut être attaqué sans avoir à passer par un autre pays membre de l’OTAN. C’est une réalité à court terme. » Certes néanmoins si l’Algérie a des capacités pout toucher notre territoire……………… nous aussi!
        « A moyen terme, nous pourrons accompagner les porte-avions chinois défilant à Calais. » En attendant qu’ils commencent à naviguer ailleurs que dans leur pédiluve qu’ils nomment pompeusement « Mer de Chine » tout en essayant de nous faire croire qu’il s’agit de leurs eaux nationales!

        • LucienB dit :

          J’ai mal tapé. Ce n’est pas l’ancien Su-24, mais le Su-34 capable.

          Et bien sûr, quand je me réfère à l’Algérie, je pense implicitement à un système d’alliances. L’Algérie seule ne nous attaquerait guère. A moins d’une escalade de la violence interne en France, peut-être d’une guerre civile, les Algériens voyant la faiblesse de la France pourraient nous attaquer pour soutenir leurs frères musulmans.

        • Reality Checks dit :

          L’Algérie ne fait partie d’aucune alliance rigide.
          De plus sa doctrine est défensive.
          .
          Quant aux Mig29SMT c’est vrai qu’il y a eu un grave problème. Je crois me souvenir avoir lu que certains composants des avions se sont avérés être usagés et non conformes.
          L’Algérie a réagi immédiatement avec vigueur.
          Au début Poutine était incrédule et a résisté mais devant les preuves matérielles fournies par les ingénieurs aéronautiques algériens, les russes ont fait une vraie enquête.
          A la fin il se sont rendus compte que non seulement l’Algérie avait raison mais en plus Mig avait livré des Mig29 avec les mêmes défauts aux forces aériennes russes elles mêmes.
          Poutine a donc pris la décision de décapiter la firme Mig, ses dirigeants ont été arrêtés, jugés, condamnés et embastillés.
          Plus tard, la firme Mig a été ressuscitée dans une holding dans laquelle Sukhoi a la part du lion. Et le branding Mig se fait discret (cf le chasseur Sukhoi CheckMate qui en d’autres temps aurait pu s’appeler Mig).
          Moralité, les russes ont résisté au début mais objectivement ils ont fini par réagir comme il fallait pour rétablir la confiance avec leurs clients .

      • Barfly dit :

        A court ou à moyen terme, je ne vois pas une attaque de l’aviation algérienne contre la France. Ce serait quasiment une opération suicide. Idem pour un porte avion chinois, isolé, sans alliés au milieu de l’atlantique ou de la Manche. Ils ont intérêt d’être sûr de leur coup…

        Après, je ne suis pas voyant et peut être que tels scénarios seront possible dans 100 ans mais pas à l’heure actuelle.

        Les seuls capables de nous attaquer sur notre sol, ce sont les russes avec des missiles balistiques nucléaires ou alors des pays frontaliers avec lesquels nous sommes alliés… pour l’instant.

        Pour revenir à l’article, le but au moment d’une attaque n’est pas de disperser sa flotte comme une volée de moineaux apeurés mais plutôt de se munir d’une défense aérienne de premier plan genre « Iron Dôme » sur tous les sites stratégiques et pas seulement les aérodromes. Pour ça faudrait injecter un peu plus de 35 milliards d’euros par an à notre Défense.

        • LucienB dit :

          L’Algérie et la Russie se rapprochent. Dans un conflit avec la Russie, l’Algérie peut être l’alliée des Russes et céder son territoire aux avions de chasse russes.
          Dans 10 ans, la Chine sera la plus grande puissance militaire du monde et nous aurons des porte-avions chinois voyageant dans l’Atlantique.
          Il est difficile d’imaginer ce qui se passera dans 100 ans. L’Europe occidentale n’existe peut-être plus telle que nous la connaissons aujourd’hui. Il sera peut-être remplacé par Europistan.
          Le « Iron Dôme  » est un besoin urgent pour la France.

        • tschok dit :

          @Barfly

          Eloigner d’un siècle par la pensée un danger actuel dans les faits, c’est un peu comme ouvrir son parachute à trois mètres du sol, après un saut de 3000 mètres.

          La chute n’est pas de trois mètres, hein? Vous comprenez ça?

  48. vieux margi dit :

    Rouvrir l Ex B A 103 de Cambrai. Ville native de Bleriot…Fronval.. utilité…traditions…

  49. Patatra dit :

    Le problème de la rationnalisation n’est pas tant le problème des bases fermées que des moyens de soutiens qui ont aussi été rationalisés et donc évidemment moins dispersables. non ?

    • tschok dit :

      @Patatra,

      Tout à fait.

      Je pense, et je ne suis pas le seul, que l’écueil est là.

      (Cf com Jc supra)

      La dispersion des forces est un élastique qui, à un moment, claque. L’idée, c’est de s’arrêter de tirer dessus avant.

      La France est grande, c’est plus d’un demi million de km², il y a de la place, c’est pas ça qui manque. C’est un pays au relief compliqué avec plein de souterrains et de pistes en tout genre, et d’infrastructures diverses. Non, le problème, c’est pas le milieu géographique, c’est l’élastique.

  50. Castel dit :

    Ce problème pourrait justifier à lui seul l’étude d’un chasseur léger, destiné à remplacer l’alpha jet, mais en plus polyvalent, et qui aurait l’avantage de pouvoir se poser, ou décoller de n’importe quel aérodrome civil ou militaire, et de pouvoir être disponible rapidement pour aller renforcer la couverture aérienne rapprochée des endroits ou sont basés nos meilleurs aéronefs.
    De plus, la possibilité de dispersion de ces appareil ne permettrait pas à un éventuel ennemi de clouer au sol la quasi totalité de notre force aérienne, même en cas d’attaque surprise….

    • tschok dit :

      @Castel,

      Les cogitations des fans d’avia sur ce blog à propos de l’Alpha Jet, je les comprends pas.

      Le besoin est nul.

      Nan, un successeur au M2000, ça oui. Un petit frère au SCAF en monomoteur, low cost. Et qui soit possiblement lui-même un loyal wingman donc avec un poste de pilotage, mais aussi un mode UCAV au besoin.

      Cette option, elle mérite plus d’intérêt je pense que de s’appesantir sur un successeur à l’Alpha Jet, qui est juste nécessaire pour la PAF.

      D’autant plus qu’elle pourrait ouvrir la voie à un VTOL, alors qu’on a zéro programme devant nous pour ça.

      Et si on regardait d’un petit peu plus près le F35B? Pas pour l’acheter, bien sûr. Pour chercher une inspiration.

      Parce que pour l’instant, là où les fans avia d’ici cherchent l’inspiration, c’est dans l’Alpha Jet…

      Si vous voulez, on remonte au Spad, les viocs. Tant qu’on y est.

      • Castel dit :

        Je parle de l’Alpha Jet, parce qu’il s’agit de notre dernier chasseur léger, ( quoique biréacteur tout de même), mais bien sûr, conçu au départ pour remplacer le Fouga magister, qui, lui était contrairement à ce dernier conçu exclusivement pour la formation des pilotes….
        J’entend surtout par polyvalence que ce nouveau chasseur léger, devrait avant tout être un chasseur à part entière, mais qui pourrait être utilisé occasionnellement pour la formation des pilotes, de manière à servir de transition entre la formation sur Pilatus et la maitrise d’un avion de supériorité aérienne.
        Bien entendu, dans mon esprit, il n’était pas question de s’inspirer techniquement de l’Alpha jet, et il me semble que vous avez -une fois de plus- compris de travers, si j’avais cité le nom de cet appareil c’était uniquement parce qu’il s’agissait du seul qui approchait ce créneau dans l’armée de l’air Française actuelle, mais le chasseur léger auquel je pensais n’aurait rien d’autre à voir avec l’Alpha jet !!!

  51. Fredforce10 dit :

    Inspirons-nous d’autres pays comme la suisse qui sait où et comment cacher ses bases dans les montagnes

    • Fred dit :

      @ Fredforce10

      Avec toute la panoplie actuelle de missiles ultra-précis et puissants, je pense qu’il vaut mieux déserter les bunkers (à moins qu’ils ne soit souterrains et exceptionnellement solides), et compter sur la dispersion, la mobilité et la dissimulation pour survivre.

      • ULYSSE dit :

        Non. les infrastructures enterrées ont montré en afgha et a Gaza des capacités de protection remarquables. La mobilité suppose toute une logistique que nous ne possédons pas. A vrai dire nous sommes nous la logique de la dissuasion nucléaire ayant comme fondement qu aucun ennemi n attaquera le sol national par crainte d’une riposte nucléaire. La actions armées sous le seuil, dont les ruses se sont faits une spécialité ont changé le paradygme. Nous devons nous adapter.

  52. Canot major dit :

    Je me souviens d’un déploiement tactique de cinq M2000 à cherbourg maupertus ( piste otan des années 60, 2444 m de long , 8000 pieds) dans les années 80. 300 personnes déployées, moteurs de rechanges et pièces détachées une bonne dizaine de jours de préparation, et à l’époque il y avait des hangars vieillots certes mais grands hangars quand même. Détruis depuis une dizaine d’années.
    Je me souviens également après l’attaque terroriste des worlds trades center, du déploiement autour de la hague de batteries crotales avec radar de surveillance. 200 poilus de mobilisés, pareil, d’abord sous la tente puis progressivement installés en semi dur. Très lourds comme déploiements et là ils avaient le soutien logistique de la base navale proche.bon c’est faisable mais il ne faut pas être trop pressé par les événements qui peuvent se dérouler à l’hypersonique.

  53. Bob dit :

    Titi hystérique CEMA ne fait rien pour la haute intensité aérienne et de l’espace? Rien dans ce cas précis car la Russie n’est pas considéré comme la principale menace. Donc circuler, il n’y a rien à voir. Si le tsirkon du tsarat de la poutine fonctionne comme il est dit avec la panacée d’autres missiles russes, les aérodromes militaires français de l’hexagone quasi-algérien sont virtuellement détruits. Heureusement, que nous avons le nuke avec les (2?) rafales déjà en l’air avec leurs missiles, en espérant que le S-400 ne les verrouillent avant.

    • vno dit :

      Il me semble que depuis hollandouille, seul le SNLE en mer assure la permanence nucléaire. Le temps des Mirages IV parés à cinq minutes du décollage c’est finis depuis longtemps.

      • Fred dit :

        @ vno

        Le temps des Mirages IV est évidemment terminé, mais les Rafales prêts à décoller sont toujours d’actualité, y compris pour la chasse aux intrus. Si je ne me trompe.

    • Pascal (l'autre) dit :

      @ Bob Sérieusement, répondez à cette simple question: Vous prenez quoi?

  54. Thierry dit :

    Et c’est là que l’on voit tout l’intérêt du F-35 car en décollant d’un endroit non conventionnel (autoroute ou même parking pour la version à décollage vertical) il ne se fait pas repérer au radar et donc l’endroit reste secret et dissimulé aux yeux de l’adversaire.

    A noter que la Suisse possède des abris sûr construit sous les montagnes et que le F-35 est bien l’avion idéal dans ce genre de contexte, lui assurant une très haute survivabilité en cas de frappes adverse.

    En France sans surprise la réduction du nombre d’aérodrome a compromis davantage notre force aérienne qui de surcroit ne peut pas compter sur une furtivité qu’elle ne possède toujours pas à ce jour. En somme une seule vague de frappes massive de missiles longue portée pourrait nous priver en un seul jour de toute nos capacités aérienne. Comme pour les masques contre le Covid, notre aviation serait pris au dépoté, le pantalon sur les chevilles sans pouvoir rien faire.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « A noter que la Suisse possède des abris sûr construit sous les montagnes et que le F-35 est bien l’avion idéal dans ce genre de contexte, lui assurant une très haute survivabilité en cas de frappes adverse. » Oh grand et sublime stratège expliquez donc comment vos F-35 sortiront de leurs abris si les bretelles d’accès, routes et pistes sont transformées en emmental avec pleins de trous!
      Qu’auriez vous écrit si la Suisse avait décidé de s’équiper de Rafales?  »
      « En France sans surprise la réduction du nombre d’aérodrome a compromis davantage notre force aérienne qui de surcroit ne peut pas compter sur une furtivité qu’elle ne possède toujours pas à ce jour.  » C’est vrai qu’un avion dans un abri à flanc de montagne a besoin de sa furtivité!
      « Comme pour les masques contre le Covid, notre aviation serait pris au dépoté, le pantalon sur les chevilles sans pouvoir rien faire. » En résumé : » Les Suisses sont efficaces et judicieux (ce que je critique ni ne remets en cause) par contre la France, c’est tout pourri! Y ont pas de masques (vous copiez les trolls zhinois, c’est leur « commentaire » fétiche!)y ont des avions tout pourri et surtout pas furtif ! Ah cet ulcère Thierry jaiunavis il ne vous laisse pas une seconde de répit !
      « le pantalon sur les chevilles sans pouvoir rien faire. » Fantasme?

      • Thierry dit :

        Etant français je critique pour que ça change et je met toujours le doigt là ou ça fait mal, parce que quand quelque chose va bien il n’y pas lieu d’en parler sauf quand ça tourne vinaigre.

        C’est d’ailleurs de tradition, c’est pas pour rien que Napoléon appelait ses soldats des grognards, au moins il pouvait corriger les problèmes car il en avait connaissance, et question succès militaire il n’y a pas grand monde pour faire mieux que lui jusqu’à présent. Vous croyez qu’il aurait été aussi loin en maniant le fouet ??? sur que non.

        Vous voudriez qu’on mette tout sous le tapis, qu’on chante les louanges de la France qui ne fonctionne pas, qu’on célèbre l’incompétence, qu’on s’extasie devant la corruption et la médiocrité…. mais je serais le premier à le dire si nous étions véritablement une grande nation, phare du monde libre ou il fait bon vivre, suivi par le reste de la planête, hors ce n’est la cas, dont acte.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Vous voudriez qu’on mette tout sous le tapis, qu’on chante les louanges de la France qui ne fonctionne pas, qu’on célèbre l’incompétence, qu’on s’extasie devant la corruption et la médiocrité… » Je ne mets rien sou le tapis et je ne gène pas pour pointer nos déficiences, nos incohérences, et autres mais le problème avec vous Thierry est que vous critiquez absolument TOUT! Rien, absolument rien ne trouve grâce à vos yeux, votre « french bashing » est constant!
          « mais je serais le premier à le dire si nous étions véritablement une grande nation, phare du monde libre ou il fait bon vivre, suivi par le reste de la planête, hors ce n’est la cas, dont acte. » Dites nous qui allez vous convaincre avec votre « profession de foi »

    • Qui ça ? dit :

      Au juste, pourquoi n’a-t’on jamais construit d’abris similaire aux Helvétiques dans les Alpes et Pyrénées françaises ?

      • tschok dit :

        Vous savez, on a des trucs de ce genre assez incroyables partout en France, parce que c’est un pays où on fait la guerre depuis pas mal de temps, et forcément, on s’enterre.

        Et puis il y a toutes les carrières, les grottes,les cavernes, les cryptes, les égouts, les machins, les ouvrages civiles, etc.

        En fait, sous nos pieds on a un gruyère, pour emprunter aux Suisses une analogie fromagère.

        Mais on est un peuple aérien et paysan, donc on ne pense pas au sous-sol en première intention. Mais on a un potentiel troglodyte qui nous permettrait même de résister à une invasion extraterrestre.

      • Fred dit :

        @ Qui ça ?

        Parce-qu’une armée d’invasion a les moyens de contourner les Alpes qui rendent très difficile une attaque (sauf venant d’Italie, mais du coup le relief les a stoppé net). En toute logique, on a construit la Ligne Maginot en plaine.

        Si on parle de la dernière grande confrontation. Parce qu’auparavant, nos montagnes en étaient truffées.

    • lym dit :

      Grace à vous, nous apprenons donc que la Suisse neutre n’a pas viré sa cuti vers l’envahissement de ses voisins en achetant un avion destiné à les taper (sur le powerpoint) sans être vu de leurs défenses…
      Ils verraient plus loin: Une fois tous les voisins et amis qui l’enclavent tombés, cette merveille lui assurera en fait de rester le dernier village gaulois (vaudois!) face à l’envahisseur romain (russe)!
      Au final, il risquent plutôt de nous faire du Astérix chez les Belges avec ce F35… Attention, ce fut l’album testament pour le compère d’Uderzo.
      Et c’est bien connu, faire des trous dans la montagne c’est très discret, rendant nécessaire un avion furtif pour ne pas les révéler.
      Le pire, c’est que vous ne donnez pas l’impression de troller pour troller! C’est sans doute le plus grave…

    • PK dit :

      « Et c’est là que l’on voit tout l’intérêt du F-35 car en décollant d’un endroit non conventionnel »

      C’est vrai : jusqu’à présent, les attaques au sol ne prévoit aucun moyen de détruire un simulateur. Les Suisses pourraient ainsi garder leur potentiel aérien intact après une attaque.

  55. Phil dit :

    Avec la mode des rond-point et des ralentisseurs, ça va pas être marrant pour le pilote…

    • Fred dit :

      Au contraire, une fois l’Œuvre d’art de quinze tonnes démontée, il serviront de tremplin.

  56. Géo dit :

    Tous ces commentaires empreints de scepticisme ou même de pessimisme sont, somme toute, réconfortants.
    .
    C’est réconfortant parce que ça montre qu’on est loin de la mentalité qui régnait en 1939 : « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ».
    Aujourd’hui ce qui nous anime tous, c’est la crainte de la surprise stratégique.
    C’est plutôt bon signe, en définitive.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Aujourd’hui ce qui nous anime tous, c’est la crainte de la surprise stratégique.
      C’est plutôt bon signe, en définitive. » La surprise, c’est mieux quand on l’appréhende et qu’on agisse pour s’en prémunir!
      Quand on la « craint » c’est déjà plus risqué!
      Comparaison n’est pas raison cependant c’est un « vieux » plongeur qui vous le dit, l’excès de confiance conduit à faire des conneries potentiellement mortelles parce qu’on se croit le meilleur (techniquement et physiquement’ et croire que les règles de sécurité sont pour les autres tandis que la crainte peut conduire à prendre des décisions inappropriées, à la panique avec au final une fin toute aussi funeste que dans le premier cas!

      • Géo dit :

        C’est ce que je voulais dire : ce qui nous anime aujourd’hui, c’est la crainte de la surprise stratégique et la nécessité de s’en prémunir.
        C’est mieux que l’insouciance de 1940.

        • tschok dit :

          @Géo,

          C’est très juste ce que vous dites, mais il y a des grandes bifurcations à ne pas louper.

          On a clairement un choix à faire entre des modèles analytiques identitaires qui simplifient et réduisent les menaces à des questions d’immigration et de trahison des zélites, plus ou moins complotistes et fachos, et des modèles analytiques ouverts, moins émotifs, plus froids, mais sans doute plus lucides.

          Pour moi, on est encore sur le fil du rasoir.

          C’est mieux que l’insouciance de 40, vous avez raison, mais c’est encore une sommes assez incroyables d’angoisses qui cherchent un exutoire d’abord et avant tout.

          L’idée de construire quelque chose en se projetant dans l’avenir, elle est bien là, mais elle est encore engluée dans la pétoche et la pensée victimaire.

          Mais globalement, c’est positif, je trouve. Et je vous remercie beaucoup de l’avoir vu.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « C’est mieux que l’insouciance de 1940. » En 40 c’était de l’aveuglement mais aussi ce symptôme typiquement français de se croire « arrivé », de se sentir irrésistible, les meilleurs fruits de ce qu’il fut bien nommer de l’arrogance*
          *Cela se constate par exemple par le sport, ,nous l’ avons constaté lors de la dernière coupe d’Europe de foot, c’est nus les plus beaux, c’est nous les plus………. eh merde!

    • Fred dit :

      @ Géo

      Remarque tout à fait juste et bienvenue [en ajoutant la précision de Pascal (l’autre)]

      Ceci dit, au-delà des slogans, je ne suis pas convaincu qu’en 1939, militaires comme politiques aient été confiants et sereins. La France voulant retarder la bataille, ne s’estimant pas prête, tout comme l’Allemagne d’ailleurs : on n’est jamais « prêt » à une guerre comme on le souhaiterait. L’Allemagne était acculée par contre par son économie artificiellement gonflée par des mécanismes financiers mortifères à court terme, et qui ne pouvait rester longtemps à ce niveau, avant une faillite inéluctable.

      J’aime bien ce feuilleton, assez simple pour une histoire aussi complexe, mais qui remet certaines pendules à l’heure :
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/1940-bataille-france-au-jour-jour-15-mai-panique-s-empare-allies-1828582.html

  57. Ronfly dit :

    C’est bien dit ça. En plus une remise en marche du budget de la défense permet d’espérer un rattrapage sur nos capacités militaires. De plus nous avons encore des moyens uniques avec les USA et la Russie de frappes graduées massives (400 missiles de croisière furtifs SCALP et surtout l’imminence de l’aboutissement du projet d’armes hypersonique MFP) avant d’arriver à l’arme ultime.

  58. Pascal (l'autre) dit :

    Que Mr Lagneau veuille bien m’excuser pour ce H.S. mais les commentaires étant fermés pour le sujet sur le projet de nouvel avion de combat russe ou la discussion portait sur la propension qu’ont les réacteurs à avaler de tout

    Pour revenir au début de la discussion ou nous échangions sur le danger d’aspiration de tout ce qui « traîne » par des réacteurs d’avions!
    Une vidéo « parlante » qui démontre que ça aspire bien un réacteur!
    https://www.dailymotion.com/video/x6x67p
    Un cas similaire s’était présenté dans es années 60 sur la BA103 de Cambrai ou un mécanicien avait été littéralement « avalé » par un SMB2 au point fixe (donc moteur à pleine puissance) le pauvre n’avait pas survécu!
    Avec une gueule comme ça pas étonnant!
    http://www.meacmtl.com/avions/SMB2%20013.jpg
    Fin du H.S.