Le général Lecointre évoque une capacité intermédiaire entre les forces spéciales et « conventionnelles »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

86 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Pour éviter la surchauffe due à leur sur-emploi, les forces spéciales ont déjà diminué au profit de postes de militaires conventionnels depuis quelques mois:
    https://lemamouth.blogspot.com/2021/01/comment-barkhane-reduit-ses-effectifs.html

    À quand le patch « Commandement des Opérations Normales » ? Ah, ben il existe déjà…
    https://mobile.twitter.com/Julien_Maire/status/1400725533206499331

  2. souricière dit :

    Le besoin qui fait qu’aujourd’hui on utilise intensivement les FS, n’est pas forcément le un besoin liée à leurs missions « spéciales » mais bien à la recherche de petits groupes qui ont une autonomie opérationnelle.
    On pourrait très bien créer un régiment ou en transformer un dont l’organisation, la formation, l’équipement, les missions soient axés autour de format indépendants et autonomes d’une vingtaine d’hommes (définir un format type) mais pouvant se compléter ou renforcer des forces plus conventionnels.
    Ce régiment pourrait disposer de plusieurs dizaines de groupements qu’on pourrait utiliser pour diverses missions qui n’a pas besoin de gros dispositifs, comme à Takuba, comme dans des missions d’entrainement, jouer sur la guerre hybride en cherchant l’infiltration discrète dans l’arrière pour réaliser des actions de sabotages. Des unités qui seront à la limite entre des agents de la DGSE, du COS, des FS ou de mercenaires.

  3. chicogoya dit :

    Bonjour à tous,
    une explication sur l’effectif d’un bataillon ?
    Merci.

    • Castel dit :

      L’effectif normal d’un bataillon dans l’infanterie se situe en moyenne autour de 500 ou 600 hommes, mais cela peut aller jusqu’à près d’un millier d’homme, comme le 43ème BIMa, à Abidjan à son maximum d’effectif, mais cela reste exceptionnel, et semblait guidé par des raisons politiques….

    • Starbuck dit :

      Les bataillons anglo saxon sont plus gros que les nôtres.
      Chez nous ça tourne autour de 500. Grosso modo un demi régiment.

      • EBM dit :

        L’echelon bataillon n’est plus qu’une appelation de tradition dans l’AT.

      • Poutargue dit :

        C’est aussi une affaire d’époque … de mémoire les bataillons marsouins/para en Indochine étaient quasiment de la taille d’un régiment actuel

    • Allobroge dit :

      Selon la subdivision d’Arme un bataillon est égal à un régiment en moyenne. Un bataillon alpin vaut un régiment d’infanterie lambda au point de vue effectifs (un peu plus ou un peu moins de 1000 hommes). Ce qui n’était pas le cas dans les années 14 18 par exemple !

      • jean_tta dit :

        Certains régiments ont gardé des appelations traditionnelles qui n’ont pas de rapport avec leur taille ou leur fonction actuelle (à savoir d’être un régiment) : les bataillons de chasseurs alpins ont exactement le même format que les autres régiments d’infanterie, la 13ème demie brigade de la légion étrangère ne fait bien sûr pas la moitié de sa brigade mais a exactement le même format que les autres régiments d’infanterie, le régiment de marche du Tchad n’est pas « de marche » (unité provisoire ad hoc), le 1er régiment d’infanterie de marine est une unité de cavalerie …

    • Le 2° REP avec ses compagnies spécialisées. Ou les CRAP des PPIMa?

  4. vno dit :

    Plus de « Bigeard » pour transformer un groupement en Régiment dans l’armée, ce n’est pourtant pas les officiers qui manquent couverts de médailles.

    • Lumières dit :

      Hors sujet complet par un mec qui n’a aucune connaissance militaire et historique.

  5. Lucien dit :

    C’est ce qu’on appelait avant les régiments de Choc !

  6. Vendée 1793 dit :

    et pourquoi ne pas y affecter le 2 ème REP?

    • titispv dit :

      crée le commandement des appuis spécialisés qui regroupe
      1e RA + 54e RA + 19e RG + 31e RG + 25e RGA + 132e RIC + 2e RD et le 2e REP qui se transforme en régiment rangers

      • Mike20260 dit :

        Que viendrait faire le REP avec les unités précitées ? C’est le mariage de la carpe et du lapin…aux fraises.

    • Lumières dit :

      Techniquement, le 2e REP est déjà considéré comme l’homologue officieux des 75th Rangers américains. D’ailleurs ce sont des unités qui s’entraînaient ensemble par le passé. Maintenant, déshabiller notre régiment d’assaut aéroporté de pointe pour habiller une unité mentoring / appui des FS… Je suis moyen chaud. La solution la plus évidente, c’est la réactivation de l’ex 11ème régiment parachutiste de choc, avec une forme proche de celle des GCMA et des commandos d’Afrique d’antan

      • Mike20260 dit :

        Tout à fait…le REP n’a pas besoin de ce type de gadget pour faire son métier pleinement.

      • STARBUCK dit :

        LE 11em Choc c’était le régiment de la DGSE.

      • Raspoutine dit :

        Am I wrong or the 11° RPC (ou bataillon) de Choc est toujours l’unité basée à Montlouis (P.-O.) pour l’entraînement et l’encadrement d’opérateurs du Service Action ?

        • jean_tta dit :

          Non, vous parlez du CNEC qui forme tous les cadres de l’AT. Feu le 11ème choc correspond au Centre d’instruction des réservistes parachutistes, qui regroupe CPIS, CPEOM, CPES.

    • lgbtqi+ dit :

      probablement parce que nous avons besoin de le garder en son intégralité comme force de frappe ?

  7. Starbuck dit :

    On pourrait confier cela à la Légion en recréant le 1er REP ou transformer le 2em dont les compagnies sont déjà spécialisés

    • EBM dit :

      1er REP dissous après le putsch de 61. Le 2e est un régiment para et on a besoin de lui dans ce rôle. Il faudrait plutôt en loussedé faire monter les GCP et GCM à l’effectif d’un régiment et les rendres permanent de fait sans prélever des effectifs ailleurs.

  8. Castel dit :

    Il me semble que l’exemple des  » Rangers » me parait intéressant ; bien que faisant partie ( en théorie) de la 82ème Airborne, il s’agit d’une unité entièrement autonome, qui, contrairement aux « Navy seals » n’est pas intégré à la  » Delta force », mais qui peut y faire appel s’ils se trouvent en difficulté par exemple…
    De même, ce régiment (qui comprend environ 2000 hommes) peut venir renforcer à tout moment les forces classiques pour accompagner leurs actions sur le terrain….
    Donc, l’utilité de cette force me paraitrait utile à la fois pour l’action de nos F.S actuelles en cas d’imprévu, que pour nos unités traditionnelles, lorsqu’elles rencontreraient un « point dur »
    Bref, une force d’élite qui serait présente aux côté des autres en cas de besoin, quelque soit le type de confrontation !!

    • Castel dit :

       » l’utilité de cette force me parait utile »
      Belle crise de pléonasme dominical !!
      En fait, j’avais l’intention d’écrire : « l’utilité de cette force me parait évidente »
      Trop tard ….

      • marc mora dit :

        et pour info , cela fait une bonne dizaine d’années que le 75th RGR ne fait plus de soutiens au autres unités FS US, il conduit ses propres mission en autonome
        le RGR est l’unité du JSOC qui a le plus évolué dans les guerres postérieures au 11-Septembre, étant au départ « seulement les gros bras derrière le scalpel des special mission units [Delta Force et SEAL Team Six] pour devenir une organisation qui prenait d’assaut le même type d’objectifs que ces unités. » Les officiers rangers se sont vu confier le commandement de forces opérationnelles du JSOC de plus en plus importantes, jusqu’à commander les forces du JSOC sur un théâtre d’opération, en Afghanistan, en 2009

        • Castel dit :

          En tout cas votre mise au point va me permettre de mettre à jour une erreur de formulation de ma part :
          J’ai écris :
           » pas intégré à la Delta force, mais qui peut y faire appel en cas de besoin »
          Je voulais plutôt dire que c’est la Delta force qui peut faire appel à eux, en cas de besoin….
          Comme j’ai pu le constater dans un documentaire saisissant qui montrait un groupe de Rangers monter à découvert à l’assaut d’une position talibane en Afghanistan, ou se trouvait une « douchacka »
          12,7 mm, qui menaçait un hélicoptère qui s’était écrasé à proximité de la position, dans laquelle se trouvaient un Navy Seal blessé, accompagné d’un médecin, et d’un pilote survivant….
          Comme la chance sourit aux audacieux, la mitrailleuse s’enraya pendant l’assaut et les Rangers purent la neutraliser avant que le servant ait pu ajuster son tir…
          Malheureusement, entre temps, le médecin avait été tué, mais ils purent récupérer le Seal, et le pilote survivant…
          Voila le genre d’action que l’on peut demander à ce genre d’unité : ça passe ou ça casse, et on réfléchira après !!
          Rien à voir avec les opérations minutieusement préparées par les F.S., mais on en a quand même besoin !!!!

    • Nicolas R dit :

      Bonjour, vous vous emmêlez les pinceaux : le 75th Ranger Regiment n’a aucun lien avec la 82d Airborne Division, il est rattaché au commandement des forces spéciales (USASOC).
      Aux US le terme de Regiment est assimilable à celui de brigade, en ce qui concerne les unités d’aviation légère, la cavalerie et les rangers. De fait il est articulé en 5 bataillons (3 de combat, 1 d’appuis, 1 de renseignement). Ses effectifs sont de près de 4000 personnels. Ces informations sont publiques.
      Niveau sélection et entraînement, on est sur une infanterie d’élite, un cran en dessous des autres unités FS qui elles suivent la formation du Swick à Fort Bragg.
      La « Delta Force » est le groupe d’élite des forces spéciales de l’US Army, en opérations elle est naturellement appuyée par les Rangers comme ce fut le cas dans tous les derniers engagements. D’ailleurs les membres de la Delta Force sont recrutés parmi les SF Groups (« Green Berets » = voie royale) et aussi les Rangers.
      Les Navy Seals appartiennent comme leur nom l’indique à la Navy, leur groupe d’élite est le Team 6, non pas la Delta Force dont il est le pendant.
      Cordialement

      • Castel dit :

        J’ai bien précisé « en théorie », mais il est bien évident que le 75è Ranger a pris ses distances avec le 82ème Airborne…
        Je rappelle que cette unité avait été dissoute à la fin de la seconde guerre mondiale et recréée au début de la guerre de Corée.
        C’est à cette occasion que pour accélérer les choses elle avait été momentanément incluse dans l’organigramme de la 82ème, mais depuis elle est devenue complètement autonome…

      • Castel dit :

        Cela semble un peu présomptueux de désigner les unités qui font partie de la Delta Force, ou pas, pour la bonne raison qu’elle n’est même pas censée……….exister !!!
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Delta_Force

      • Marcassin dit :

        Le 75th Ranger a été créé comme une unité indépendante des divisions de l’ US Army, bien que recrutant en leur sein (Infanterie et surtout divisions aéroportées). Au Viêt-Nam, il a été « consolidé » en 1969 à partir des détachements de reconnaissance profonde des diverses divisions de l’US Army (les LRRPs) agissant de façon « autonome » pour des missions spéciales, jusqu’à ce qu’elles passent sous contrôle territorial … avant le retrait de la plupart de ces unités en 71-72…
        C’est encore aujourd’hui un vivier de recrutement pour les Bérets Verts (SFG) et les détachements « non-officiels » type Delta …

        • Marcassin dit :

          « Le 75th Ranger a été créé comme une unité indépendante »
          « Les Rangers ont été créés … » voulais-je dire …

    • jean_tta dit :

      Vous parlez bien du 75th Ranger Regiment, unité de forces spéciales et qui fait partie à ce titre du commandemment des forces spéciales terre US, et non pas de la 82ème Airborne ?

    • marc mora dit :

      Je me permet de rectifier vos propos qui sont grandement erronés

      le 75th ranger fait partie de l’USASOC qui lui même fait partie de l’USSOCOM
      la 82eme fait partie du XVIII eme corps aéroporté avec la
      3e division d’infanterie américaine
      10e division de montagne
      101e division aéroportée (assaut aérien)
      2e régiment cavalerie blindée

      les SEAL team 1/ 2/3/4/5/7/8/9/ 10 ne sont pas intégrés a la delta force, les SEAL font partie du NAVSPECWARCOM, sauf le SEAL team 6 qui fait partie du JSOC comme le 1st SFOD-D ( delta )

  9. veteranusF6 dit :

    L’ensemble de l’armée de terre devrait être qualifié combattant « apte haute intensité  » et les FS conservent leur spécificités.
    En voyant au quotidien les rivalités d’arme et la guerre de bérets, restons calme et veuillez ne pas
    classer l’AT en trois catégories, général Lecointre .

    • Mike20260 dit :

      Quand 1/3 des unités de combat sont classées inaptes (2/5) au CENTAC, on peut se poser des questions…et c’est sans parler de l’autre tiers classé 3…et des unités de soutien dont la combativité est quasi nulle.

  10. Allobroge dit :

    Il y a déjà de nombreuses années je signalai que nos chefs civils et militaires mais surtout civils se gargarisaient avec le terme Forces Spéciales comme si seules leurs interventions étaient efficaces. En fait ça permettait à nos décideurs d’employer moins de moyens en espérant un maximum d’efficacité. Si les FS sont nécessaire, on aurait tort d’en faire un usage comme des forces conventionnelles. Chacun leur spécificité. Et de toute façon, après, le terrain il faut le tenir et les FS ne sont pas des pompiers !

  11. DRAILLET dit :

    Un peu comme les commandos de chasse en Algérie (un par régiment)

  12. Latramontane dit :

    Il ne faut pas dédier des petites sections au sein des régiments à ce type de missions, ce serait une erreur. Il faut dédier un régiment complet à ce type de mission. Pourquoi pas en transformer un en unité « choc » directement. C’est beaucoup plus simple car elle serait unis derrière une structure de commandement unique et aurait l’esprit qui va avec. Après pour le régiment candidat, il y a le choix mais surtout il faut que les personnels soient TAP sinon cela ne sert à rien.

  13. Pierre dit :

    Comme au Mali avec le groupement Falco : GCM ,GCP avec des SAED pour grossir la masse sa fait le boulot… une petite touche de 2 RH pour terminer.

  14. jean augeron dit :

    On appelait pas çà les « commandos de chasse » ?

  15. Titi dit :

    J ai récemment vu dans la revue raids qu ils voulaient transformer le 8 rpima. Peut être est ça ?

    • marc mora dit :

      Ca fait plus de 10 ans que j’entend qu’un des régiment de la DP deviendrai régiment de soutien et d’appuis aux FS, il n’y a tjr rien de fait, ca relève plus du  » radio bidasse  » que d’un projet réel ( j’y ai servi, j’y ai tjr des contact, et il n’y a rien de tel de prévus, du moins pour le moment )

      • Mat49 dit :

        Le placement de toute la 11e BP au FS avait même été évoqué dans les années 2000. Le chef des FS d’alors avait répondu « Pour quelle mission? ».

  16. Arbus64 dit :

    Potentiellement, l’oiseau rare existe déjà, c’est le REP ( avec modifications marginales de structures à prévoir ).
    2 seuls problèmes à lever:
    – solutionner juridiquement l’emploi FS françaises de soldats étrangers ou apatrides (aucune connotation péjorative de ma part ),
    – avoir la volonté politique

  17. Renard Gris dit :

    Ca n’e s’appel pas déjà les parachutistes ?

    • Mike20260 dit :

      Tout à fait…

    • jojo dit :

      enfin, quelqu’un qui a un peut de culture militaire, pourquoi le REP et pas le 1RCP ou un des paracolo? en faite on réinvente l’eau chaude non.

  18. cool dit :

    il veut un nouvelles colonización au mali

  19. Corsu dit :

    Pourquoi ne pas faire renaître le 1er choc ?

    On pourrai le mettre en régiment intermédiaire, et aurait comme fonction :

    – actions coups de poings ultra violente ( assassinants / embuscades etc ( tortures ?? )
    – actions de guerre psychologiques
    – Organigramme calqué sur le modèle des katibas GAT

    Ce régiment aurait pour but d’être à la limite de la légalité mais franchement, je vois que ça pour vaincre les djihadiste ou qu’ils soient , bien sûr en faisant attention à ne pas prendre des fou furieux qui tireraient sur les civils ou feraient des atrocités contre ces derniers , sinon ça ne sert à rien

    Bigeard parle de ce type de commando , par exemple le «  commando Georges » dans un de ses livres

    • Mat49 dit :

      Pour gagner une guerre insurectionnel côté régulier il faut une issue politique à offrir et une large superiorité numérique et matériel sur l’ennemi. Ce n’est pas un régiment qui changera quoi que ce soit.

      • jean_tta dit :

        Le retrait du Nord Mali montre qu’on ne veut plus gagner la guerre insurectionnelle là bas (retour – ou arrivée … – de l’État malien), mais empêcher l’émergence d’un État djihadiste dans cette zone.

  20. nikko dit :

    il nous pond quoi la l arriviste qui a pris la place d’un vrai generale qui connaissait le boulot ? il veut qu on parle de lui apres son depart, qu un truc a la con porte son nom ?

  21. Fusco dit :

    Discussion déjà ancienne si l’on encroit les interrogations concernant l’intégration du grand 8 au COS, il y a des années déjà.
    Je pense que cela va se jouer entre ce régiment et le REP.
    Qu’en pense le nouveau CEMA ?

  22. bernard dit :

    Tout doucement, nous allons vers la création d’une nouvelle FAR au format réduit. Dans quelques années, cette brigade aura besoin d’appui, de logistique propre.
    Un nouvel EM de brigade puis un EM de division??
    A budget constant? je plains les forces de la 3°division.

    • Mat49 dit :

      L’armée de terre actuelle se résume à un erzatz de la FAR renforcée par d’une division blindée mais le tout sert de réservoire de force pour des unités de circonstances. Il n’y aura donc aucune réorganisation de la sorte car les deux dernières divisions sont des cadres administratifs.

  23. Vendée 1793 dit :

    Les corps francs étaient des unités de circonstance composées de volontaires, créées et formées pour des coups de main dans les lignes adverses, notamment durant l hiver 39/40. et déjà, certains étaient renforcés par une section d infanterie classique, avec des personnels non volontaires (témoignage direct de mon père) mais qui ont « fait le job ». La 11ème BP compte 4 régiments d infanterie, il serait possible de détacher le 8 ème Rpima pour cette nouvelle mission.

  24. marc mora dit :

    L’art de brasser du vent, il y a assez de régiment parachutiste dans l’armée Française pour faire ce genre de boulot, on a pas besoin de crée une structure spécifique pour ca, les deux seul problèmes réel étant :
    1 : le budget
    2 : la volonté politique

  25. aleksandar dit :

    Mince alors, je croyais que la priorité c’etait le conflit de gigantesque intensité !
    Ah, on me dit que ça va avec
    Le beurre, l’argent du beurre et la crémière avec une armée confetti
    Il est temps qu’il parte coincoin

  26. ancien militaire dit :

    Le nouveau CEMA est un ancien du 2éme REP, ce régiment est le plus à même de soutenir les forces spéciales.
    Dans la mesure ou chaque compagnie a une spécificité, et en plus le REP a un terrain d’entrainement illimité, la zone de saut est deux minutes de vol de la piste de Calvi(je parle avec un cessna).
    La mer et extrêmement proche, la montagne idem, les champs de tir en une heure et demi de marche ils y sont, vingt minutes en camion.
    Et puis un autre facteur c’est que la corse est un immense terrain de d’entrainement et les légionnaires sont tranquille ils n’embêtent pas les riverains.
    Et la météo pour les sauts est idéale, c’est pour cela que le Raid et le GIGN viennent sauté assez souvent.
    Le 8 ils ont la mer à cent dix kilomètres, ils peuvent pas s’entraîner comme ils le veulent.
    Je suis de Calvi, et j’habite dans l’Hérault et je vais très souvent à Castres dans le cadre de mon métier.
    La météo à Castres elle est pas fameuse, et les légionnaires du REP sont des moines soldats, comme ils peuvent pas partir ils restent au régiment et ils vivent à fond leur métier

    • pierre jan dit :

      Pour le Raid, qu’il ne faut surtout pas comparer avec le GIGN, je ne vois pas l’utilité de les faire sauter.

      • PK dit :

        Le GIGN agit en mer et le moyen le plus rapide d’intervenir sur un bateau loin des cotes est le tarpon. Et je les sentirais moyennement chauds de sauter sans pépin d’un zinc dans la flotte 🙂

  27. Nicolas R dit :

    Je partage complètement.

  28. pierre jan dit :

    Arrêtons de prendre nos amis américains pour les dieux de la guerre et de vouloir singer leurs faits et gestes! On se fout éperdument de savoir réciter leurs organigrames. Laissons ça aux étoilés qui se battent pour arrondir leur fin de mois dans un état major yankee en fin de carrière.

  29. felipe dit :

    je lis de belles considérations dont beaucoup servent « à se faire plaisir ». certes nos amis de la 11 s’enthousiasmeraient avec ce projet . mais il faut aussi garder à l’esprit plusieurs points :
    1/ le PMO, ou AMo, ou OMLT, ou corps francs, ou commando de chasse , vous l’appelez come vous voulez, n’exigent pas de compétences particulières si ce ne sont celles détenues par toutes les brigades : la capacité à concevoir et à manoeuvrer au niveau du bataillon avec ses appuis interarmes. considérer que seuls les paras savent faire revient à dire que la formation des deux tiers de l’armée de terre est nulle
    2/les commandos de chasse, et plus récemment les OMLT, n’étaient pas le propre des unités légères mais de toutes les forces terrestres et cela reste un excellent moyen d’entraîner les petits échelons tactiques (chefs de section, commandants d’unité ou de bataillon)
    3/les régiments professionnels dits du « canal historique » avaient tous une capacité à mettre en oeuvre des DAO, ces structures de 50 pax environ commandées par un chef de bataillon expérimenté et capables d’encadrer chacun le volume d’un bataillon
    4/pour avoir un effet conséquent et en tout cas démultiplié au sahel, il faut au moins de quoi encadrer 6 à 8 bataillons interarmes, soit au moins 18 à 24 détachements par an. par ailleurs, la 11BP a encore une mission de type GUEPARD à assurer., autant dire que ce n’est pas un seul régiment qui fera l’affaire
    5/ la seule question – et la vraie- c’est le niveau d’acceptation des pertes humaines par le pouvoir politique avec les élections à l’horizon. on aura beau avoir retirer 2000 hommes et converti un des GTIA en X détachements OMLT, si les pertes sont de même niveau, notre belle société ne comprendra pas

    • Plusdepognon dit :

      @ Felipe
      Très bien résumé.

      D’où les discussions sur le sexe des anges, version kaki…
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/07/30/technicals-21356.html

    • Eglin dit :

      Heu comparer des OMLT à des commandos de chasse c’est quand même sacrément poussé. Pour en avoir fait partie 1 fois et les avoir eu plus tard au sein d’un Kandac avec le GTIA, il faut être sincère c’est pas du tout la même chose qu’un commando de chasse, mais alors rien à voir. Là on parle d’unité entièrement française dédié à la recherche et à l’assaut sur très court préavis et avec un format type escouade légère et non grosse section d’infanterie. Mais il est vrai qu’avec le temps, on a un peu oublié ce qu’est la légèreté dans l’intervention quand on voit ce qu’on trimbale en quantité de matériel et de confort.

  30. Une autre solution consisterait à faire comme les Américains font en Somalie. Faire appel à une société privé comme Bancroft pour entrainer et accompagner les commandos Somaliens lors des opérations contre les Shebabs. Cela fait un certain nombre d’années que ça dure avec des résultats tactiques très satisfaisant. Avantages: financement ne dépendant pas des armées, pertes ne faisant pas partie des forces armées, présence permanentes des mentors sur place ayant la connaissance des militaires locaux, des civils locaux, du terrain et de l’ennemi. Maintenant la culture Française est très loin de tout cela…