Arquus a présenté un groupe motopropulseur hybride pour le véhicule blindé Griffon

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

105 contributions

  1. Mat49 dit :

    Si ça réduit la conso de carburant tant mieux. L’idéal serait d’envisager un hybride Hydrogène produit au nucléaire/électricité.

    • Edouard-le-Chimique dit :

      Je propose également de limiter la vitesse au combat à 80km/h. Avions, missiles et obus compris !
      En cas de non-respect, c’est très simple, poursuite devant le TPI pour écocide.
      Si ça ne suffit pas pour que les gens comprennent, la solution est toute trouvée : confinement ! Et port du masque obligatoire.
      Je pense qu’avec vous tous, on sait à présent que ça va marcher.

      • Mat49 dit :

        @le chimique aucun rapport

        • Arnaud VERHEYDE dit :

          Vous avez semble-t-il loupé le la stupidité inter-galactique : « impératifs liés à la réduction des émissions de CO2…  » Pour ne voir aucun rapport à ce commentaire.

          • Gribeauval dit :

            Mais Mat49 ne parle pas du tout de réduction des émissions de CO2, il parle du réel avantage, la réduction de consommation. Ça n’a donc très exactement aucun rapport avec son commentaire.
            Mais il fallait placer votre rallage en règle donc allons y tout à un rapport alors, si ça soulage votre délire.

    • Hélyx dit :

      L’Hydrogène a tendance à faire « Boom » au contact de l’oxygène, je serais curieux de voir comment on va faire pour remédier à ce problème en cas de fuite du réservoir d’hydrogène.

      • Mat49 dit :

        @Hélyx oui c’est un des soucis qui pourrait faire que cela ne fonctionne pas.

      • Nike dit :

        Il existe de nouveaux « réservoirs » qui se vident « doucement » en cas de trou, le résultat c’est l’équivalent d’un feu de kerosene mais plus d’explosions. Ca change beaucoup de choses

        • John dit :

          Ou placerez-vous le réservoir?
          Sous le plancher? Les IED pourraient faire plus qu’un « trou ».
          Les bombes, missiles, roquettes posent un risque supérieur à un « trou ».
          Hybride oui, mais sur batterie. Cela permettra notamment d’utiliser les capteurs et l’armement sur la batterie avec le moteur à l’arrêt !

      • Nike dit :

        Il existe aussi le stockage sous forme solide : https://www.ecosources.org/100-galette-de-stockage-d-hydrogene-solide-mcphy

        Plusieurs sociétés Françaises testent ces technologies dont certaines partenariatavec la DGA: https://www.mahytec.com/fr/on-parle-de/
        Les enjeux sont tels que je ne doute pas que des solutions vont émergées.
        Rétrospectivement il y a 20 ans, auriez-vous parié sur un tel développement des batteries lithium ?

    • NRJ dit :

      @Mat49
      L’hydrogène prend 4 fois plus de place que l’essence. Et en cas d’impact sur le carburant, le véhicule risque à la fois de brûler et d’exploser. Donc non. Si on a de l’hydrogène, il vaut mieux produire de l’essence synthétique.

      • Mat49 dit :

        @NRJ je ne dis pas que c’est forcément possible. L’essence synthétique demande de l’energie pour être faite.

        • NRJ dit :

          L’énergie nécessaire, c’est la même que celle pour faire de l’hydrogène. On utilise de l’hydrogène et du CO2 pour faire de l’essence synthétique. Rien de plus, rien de moins.

          Par contre il faut plus d’énergie par km effectivement, puisque le rendement de la chaîne (fabrication, transport, conversion en énergie mécanique) est encore plus faible pour le deuxième que pour le premier.

          • Mat49 dit :

            @ NRJ « il faut plus d’énergie par km effectivement » CQFD.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            Sauf que l’hydrogène, c’est 4 fois plus volumineux que le diesel. Dans un blindé, l’espace du réservoir est malheureusement assez contraint. Donc s’il faut ravitailler toutes les 100 bornes, ce sera compliqué.

            Par ailleurs, les pemfc n’ont que peu de puissance. C’est ça le facteur limitant de cette technologie. Mettre la même puissance prendrait trop de place également, donc il faudrait plutôt prendre des moteurs thermiques à hydrogène, et là le rendement de la chaîne n’est pas différent de celui de l’essence synthétique.

            Il n’y a pas de solution miracle.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            Sauf que l’hydrogène, c’est 4 fois plus volumineux que le diesel. Dans un blindé, l’espace du réservoir est malheureusement assez contraint. Donc s’il faut ravitailler toutes les 100 bornes, ce sera compliqué.

            Par ailleurs, les pemfc n’ont que peu de puissance. C’est ça le facteur limitant de cette technologie. Mettre la même puissance prendrait trop de place également, donc il faudrait plutôt prendre des moteurs thermiques à hydrogène, et là le rendement de la chaîne n’est pas différent de celui de l’essence synthétique. Donc la même énergie par km que ce soit le diesel ou l’hydrogène.

            Il n’y a pas de solution miracle.

      • Grosminet dit :

        @ NRJ

        Pour votre culture, ça fait déjà 1 an que Hyundai trucks expérimenté en Suisse sur routes ouvertes avec ses entreprises clientes des PL carburant à l’hydrogène….

        Mercedes trucks associé à Volvo trucks testent en commun LEUR version hydrogène, avec test « publics » l’an prochain…..

        Avant que l’hydrogène n’explose, il faut 2 conditions:

        Poche de gaz dans un lieu confiné portée à plus de 580°

        Exposition directe à une flamme à l’air libre…..

        Le méthane et les vapeurs de SP95 sont BEAUCOUP plus explosifs à l’air libre….

        En cas de crash, sachant que l’hydrogène se dilue 12x plus vite que les vapeurs de super dans l’air, j’ai moins de risques à fumer à côté du prototype de mon employeur que de ma voiture

        • NRJ dit :

          @Grosminet
          Je n’en doute pas. Dans le civil, l’hydrogène est effectivement une solution tout aussi sécurisée que l’essence. Mais dans une application militaire, ce n’est PAS la même chose. Un obus à charge creuse, il atteint bien la température de 580 °C. Et c’est bien à ça que fait face un véhicule blindé. Il y a également la pression contenue dans la bouteille de 700 bars (pas de stockage sous forme liquide évidemment. Et le stockage solide, bien que très sécurisé, demanderait un volume et une masse énorme).

          Par ailleurs, les véhicules militaires ne sont pas des véhicules de sport. Ils sont au Diesel, qui est bien plus compliqué à brûler que l’essence.

          • Grosminet dit :

            @ NRJ:

            Mes employeurs ne font pas de voitures de sport (enfin, pas dans cette branche), mais des utilitaires (donc, au gasoil) et connaissent bien aussi les carburants alternatifs… Puisque leurs versions civiles sont disponibles AUSSI en version « kaki »

            Après, pour avoir eu accès à certaines données, sachez que Toyota sur ses voitures faisait tester ses réservoirs avec du. 50…..

            Que les réservoirs actuels sont prévus pour fuir À L’AIR Libre en cas de trou dans la poche (en fibres) intégrée DANS le caisson (caisson+poche = réservoir) contenant le gaz…

            Et pour finir votre OCC fait AUSSI flamber le gasoil, avec ses 580°

          • NRJ dit :

            @Grosminet
            Êtes vous quand même d’accord sur le fait qu’il y a un double risque lié à l’incendie (également le cas pour le diesel) et à la surpression ? Concernant l’échappement prévu d’hydrogène, celui-ci doit effectivement s’échapper mais si le réservoir est percé par un occ, il ne s’échappera sûrement pas par l’entrée prévue à cet effet.

            Sinon, au-delà de la sécurité, il y a la question de l’encombrement (4 fois supérieur pour de l’hydrogène par rapport au Diesel) et de la puissance (c’est la limite actuelle des piles a combustible pemfc).

        • vno dit :

          Vous devriez en parler à Naval Group. depuis plus de 100 ans, Ils ne comprennent pas pourquoi avec 4% d’hydrogène dans un local batterie à 30 °C et une simple étincelle de 1 picojoule liée à l’électricité statique ont fait sauter un Sous-marin. Les nouvelles sciences écolo portée par l’Education Nationale sans doute …

          • Grosminet dit :

            @ Vno:

            Si votre commentaire m’est adressé, je répondrais ceci (bien que n’étant pas ingénieur de formation, mais utilisateur/testeur pour un grand constructeur de matériels roulants, je possède quelques notions via FORMATIONS ADR & ATEX obligatoires avec recyclage tous les 5 ans) => L. I. E
            Limite
            Inferieure
            d’Explosivité

            Dans un local CONFINÉ (local batteries d’un submersible, par exemple) et SEC, la LIE est de 4% d’hydrogène dans l’air… A TEMPÉRATURE AMBIANTE!!!

            30°,on commence à être dans de l’air « chaud », ce qui augmente les risques d’Explosivité….

          • asvard dit :

            Ben Naval Group n’a qu’a augmenter le taux d’hydrogène à plus de 75% dans le local comme ça cela n’explosera pas. 😉
            En fait vous dites la même chose que NRJ quand il parle de lieu confiné comme condition pour l’explosion. Vous indiquez juste la LIE en plus quand il parle de « poche » sans plus de précision. Par contre avec 1 pJ vous ne ferez pas exploser de l’hydrogène il faut au minimum environ 20 µJ soit 20 000 000 de fois plus d’énergie.
            Entre 4 et 8% il n’y a pas de d’explosion (surpression) proprement dite mais un « feu de nuage ».
            L’auto inflammation est effectivement de l’ordre de 585 °C.
            Enfin cela vous aura permis de cracher sur les islamo-gaucho-bobo-écolo de l’EN, c’est toujours ça de pris.

          • NRJ dit :

            @vno
            Vous parlez d’un sous-marin, donc d’un milieu confiné. Là on parle d’un véhicule blindé sur le sol.

            Puisque vous y êtes regardez ce qui se passe si on allume une allumette dans un local avec 4% de méthane.

  2. Raymond75 dit :

    Les matériels militaires deviennent d’une très grande sophistication technologique, mais leurs prix deviennent astronomiques, et hors de portée des pays constructeurs, même pour les USA. Hors de prix pour la maintenance aussi, ce qui fait que le taux de disponibilité en France est très faible, de l’ordre du tiers.

    C’est dramatique : la guerre devient trop coûteuse !

    • Pour Info dit :

      Dire que le premier char hybride était le St Chamond !
      On est plutôt dans le « retour vers le futur » qu’autre chose.

    • sivispacem dit :

      Si la guerrr devient trop coûteuse pour tous c’est plutôt une très bonne nouvelle. Ce qui serait dramatique ce serait que la défense soit trop coûteuse. En tout cas cela reste positif de voir qu’on a en France des sociétés capables de produire du matériel de défense qualitatif.

      • Harambe dit :

        Si la guerre devient trop coûteuse à cause du matériel et de l’humain, je pense que les accords à propos des armes chimiques vont être revu..

    • mich dit :

      Rassurer Raymond ,il y a encore assez d ‘arme à un cout « normal ! » ,vous avez pas fini de deblaterer dans le vide ,rien de dramatique non plus .

      • Clavier dit :

        Et grâce au camarade Kalachnikov, on pourra toujours sauver ce charmant artisanat si salutaire pour la surpopulation …….

    • John dit :

      En l’occurrence, ce n’est pas le problème pour ce genre d’équipement…
      Une propulsion hybride est dérivée de la R&D civile, et ne coûte pas si cher à l’achat.
      Par contre, en partant du principe que les militaires n’utiliseraient que cette propulsion lors d’exercices « courts », ils économiseraient la mécanique, ET le carburant est bcp moins cher. Donc au final, il est possible d’y voir une économie.
      La propulsion électrique est très fiable, et très simple.

      Quant à mettre en opposition sophistication technologique et disponibilité, le monde actuel ne semble pas d’accord…
      – voitures moins souvent arrêtées sur le bord de l’autoroute que par le passé
      – trains bien plus fiables
      – avions bien plus fiables
      L’électronique permet de détecter les problèmes dès leur apparition permettant de grosses économies en entretien. Il est facile d’exploser un moteur sans électronique. Avec celle-ci, même de « mauvais conducteurs nuls en mécanique » peuvent rouler sans trop de dommage.
      Les assistances à la conduite protègent les passagers.

      Mais au final, c’est surtout le type de menace qui a évolué et qui a pour conséquence cette évolution. Par le passé, les blindés étaient relativement peu protégés. Pourquoi? Parce qu’on était habitué à la guerre, et que celles-ci étaient principalement contre des États eux aussi lourdement armés.
      Sauf que face au terrorisme, voir tant de morts à chaque fois de la même manière fait réfléchir… Ces groupes sont modestement armés, mais utilisent les faiblesses militaires. Et aujourd’hui, seule la France en Europe déploie ses troupes au Sahel ou en Afghanistan sans protection contre les IED.

      L’armée a évolué vers plus de sécurité. En Suisse, le transport de troupe militaire n’avait pas la moindre sécurité encore très récemment.
      https://www.lenouvelliste.ch/articles/suisse/berne-l-accident-d-un-camion-de-l-armee-a-linden-fait-deux-blesses-graves-771230?image=1
      Que ce soit les anciens Duro, Puch, ou Saurer 6DM utilisés pour le transport de troupes, ils avaient des banquettes en bois à l’arrière, sans ceinture, avec juste une bâche sur de petits arceaux métalliques. Niveau de sécurité nul ! Ce n’est pas acceptable.
      Alors si cela n’est pas acceptable, envoyer des militaires qui risquent leur vie avec du matériel non adapté est un scandale.
      L’électronisation du champ de bataille coûte plus cher, mais permet un avantage tactique sans précédent, et compense très largement le nombre en ayant de meilleures infos, et une transmission des données en temps réel.
      De plus, tant que d’autres pays continuent dans cette direction avec des équipements de plus en plus chers (c’est aussi le cas pour la Russie et la Chine), il n’y a pas d’autre choix que d’aller dans cette direction.
      Mais non, la guerre ne devient pas trop coûteuse. Elle l’a toujours été

  3. NRJ dit :

    Enfin l’hybride commence à arriver dans les véhicules militaires. On peut regretter que les EBRC et VBMR n’aient pas été conçu avec une propulsion hybride dès le début alors que les hybrides commençaient dans le civil.

    • Mat49 dit :

      @ NRJ sur l’hybride en effet.

      Sur votre dernier message sur les négos avec l’allemagne vous occultez la différence d’approche vis à vis des US comme le montre le MAWS.

      • NRJ dit :

        @Mat49
        Vous oubliez que les drones Male ne sont pas des technologies complexes de souveraineté. Ce sont des savoir-faire que l’on connait maintenant. C’est la première chose.

        Ensuite, les allemands ont tout à perdre en achetant israélien ou (américain). C’est ça qui fait la différence. Les allemands n’ont donc aucun intérêt à arrêter le programme. Et si la France où l’Italie décide de quitter, que feraient t’ils ? Payer notre part du gâteau ? Ne comptez pas sur l’Espagne, elle est fauchée. Votre pensée selon laquelle les allemands peuvent menacer d’arrêter le programme si on ne satisfait pas leur faveur de retourne aussi contre eux.

        • Mat49 dit :

          @ NRJ je ne parle pas de drones mais d’un programme de PATMAR.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            Je pensais que vous faisiez référence au dernier commentaire sur les drones. Mais effectivement les allemands nous ont lâché sur le PATMAR. On part et tant mieux.

          • Mat49 dit :

            C’est un exemple qui illustre leur attitude vis à vis des USA.

        • Wagdoox dit :

          Les allemands viennet de te donner tort en selectionnant une version du spike produite localement contre le mtp. Voilà 🙂

          • NRJ dit :

            @wagdoox
            Ça montre exactement ce que je disais : les allemands sélectionnent du Spike produit en Allemagne plutôt que le MLP de MBDA fabriqué en France.

      • Euclide dit :

        En ce qui concerne son économie l’Espagne est en situation catastrophique sauf bonne saison touristique estivale.
        Conclusion : y aurat’il un Eurodrone ?

        Au passage Air&Cosmos confirme l’achat de nouveau Reaper à long rayon d’action.

        • John dit :

          Et la France?
          – Chômage supérieur à la moyenne européenne avec 8.1 %
          – Dette publique 118.2 % du PIB après le 1er 1/4 de 2021= € 2’739.2 milliards

          Faire des remarques sur la qualité de l’économie d’autres nations, alors que la France va dans cette direction, et ce depuis plus de 40 ans… C’est osé.
          La France a une économie qui est maintenue par les dépenses publiques. Sans ces dépenses, je n’ose pas imaginer l’état de l’économie. Dépenses publiques à 62.4 % du PIB en 2020, et 55.3 % en 2019, première d’Europe… Mais contrairement aux autres pays qui dépensent bcp, la France ne semble pas offrir une qualité de vie suffisante…
          Voyez les indices de bonheur qui montrent les pays nordiques premiers.

          • Sinope dit :

            @John toutes les economies de la zone euros sont maintenues par l’achat massif d’actifs par la BCE qui a pour objectif d’eviter un effondrement de l’écnomie.

            Et le Japon a un taux de dette publique bien supérieur au notre.

    • Haroun Tazieff dit :

      Dans le cas des véhicules de l’armée et des pompiers, vous ne regrettez pas plutôt des éthylotests antidémarrage…
      Ça limiterait le risque de conflit et d’incendie de forêt.

    • Royal Marine dit :

      NRJ donneur de leçon, se surpasse! Conclusion: toujours aussi c.n…

      • NRJ dit :

        @Royal Marine
        Argument limité d’un être intellectuellement limité. Quelque fois, il ne faut pas chercher…

        • Royal Marine dit :

          Mes arguments sont parfaitement bien calibrés, pour vous… La preuve: vous les avez compris!
          Mais, simple question… Vous n’aviez donc pas compris qu’il faut du temps pour vérifier la compatibilité des études civiles, avec les spécificités militaires?
          MDR!

          • NRJ dit :

            @Royal Marine
            Quand un argument consiste à être le néant absolu, oui je le comprends.

            « Vous n’aviez donc pas compris qu’il faut du temps pour vérifier la compatibilité des études civiles, avec les spécificités militaires? ». La bêtise, qu’elle soit civile ou militaire, reste de la bêtise.

    • Unhommequisefaitdévorerparlesmoustiques dit :

      Est-ce incompréhensible?
      « E=(m/2)*v² »
      Des économies de carburants? sérieusement?
      l’hydrogène à partir d’eau pourquoi pas? (mais alors plus d’éléctricité en ville pour soutenir l’effort de guerre en cas de « haute intensité »)
      hydrogène à partir du pétrole? (en voila une idée quel est bonne…)
      Le biogaz (c’est peux être le plus pratique et energétique)
      des batteries? (si le but c’est de se préparer à une guerre de haute intensité il faut déjà faire une croix dessus (métaux rare, raffinage, fabrication, ligne d’approvisionnement car nous ne sommes pas les états unis en 1943… ni géographiquement, ni démographiquement, ni industriellement.

      Bilan du ministère de la défense:
      « Rajoutons un groupe propulseur de 2T à un monstre de 40T et mettons 3T de batteries c’est sur ça sera plus performant…
      je crois que l’on pense beaucoup trop à notre confort… en guerre la population reviens au XIXèmz sciècle… déjà somme nous capable de le gérer?, la nourriture sans camion, ni tracteur? l’eau sans pompe?

      pour info:
      Les hybrides et la prise de masse:
      https://youtu.be/jkoC8UYTu-w
      https://youtu.be/eNWXTh0ktuk

      Pour l’état des lieux du pétrole dans le monde…
      https://m.youtube.com/watch?v=3vg9kffxPtE

      Au vu du contexte géo-politique… c’est sûrement pas les « bons choix »
      On n’est pas pret d’être prêt…
      « Consommer 10 fois moins ça veux dire que l’on divise par 10 la consommation… pas que l’on réduit les rendements par 10… ».
      les industriels ne répondent qu’au cahier des charges… il serait temps que les rédacteurs ouvres les yeux par contre…

  4. Thaurac dit :

    Panneau solaire , où en est le camouflage, excellente cible pour tout le monde

  5. Plusdepognon dit :

    « L’énergie, le climat, la guerre », podcast de l’INSERM (18 min) :
    https://www.irsem.fr/le-collimateur/tetes-chercheuses-11-l-energie-le-climat-et-la-guerre.html

    Le changement climatique a déjà des conséquences sur le plan militaire :
    https://orientxxi.info/magazine/l-armee-americaine-ebranlee-par-le-dereglement-climatique-au-proche-orient,4863

    Sans industrie automobile en France, pourrait-on continuer à faire des véhicules militaires ?
    https://www.diploweb.com/Geopolitique-L-electrification-des-mobilites-sera-t-elle-un-accelerateur-de-la-desindustrialisation.html

    Car, voyons plus loin, celui qui maîtrisera le circuit de distribution du cuivre sera le Roi de la voiture électrique :
    https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/materiaux/les-consequences-au-niveau-geopolitique-de-l-essor-des-batteries_153649

    De manière générale, il va y avoir d’autres alliances entre les pays avec la transition énergétique, les « métaux rares » de l’industrie minière sont extraits dans d’autres pays que ceux liés au pétrole et au gaz :
    https://www.lopinion.fr/edition/economie/transition-energetique-monde-va-basculer-d-dependance-aux-energies-232944

    Or, 40% de la valeur ajoutée d’un véhicule électrique est dans la batterie, ce sont les chinois qui s’en réjouissent d’avance…
    https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN2E029L/renault-choisit-le-chinois-envision-pour-son-usine-de-batteries-de-douai.html

     liste de nos dépendances est extrêmement longue, même pour l’acier, nous attendons la solution des pays étrangers :
    https://www.latribune.fr/opinions/blogs/commodities-influence/acier-la-dangereuse-dependance-croissante-de-l-europe-885115.html

    Et au vu le nombre de semi-conducteurs présents dans un véhicule, il n’y a pas que la batterie électrique qui pose des soucis de souveraineté…
    https://vipress.net/industrie-des-semiconducteurs-le-japon-tombe-au-niveau-de-leurope-la-chine-sen-rapproche/ 

    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/semi-conducteurs-l-autre-bataille-de-la-souverainete-europeenne-880811.html

    Concernant un avenir pour les véhicules à hydrogène, il y a des doutes :
    https://www.larevueautomobile.com/actu/les-constructeurs-automobiles-europeens-ne-croient-plus-en-l-hydrogene.html

    Ce qui n’empêche pas les essais :
    https://www.forcesoperations.com/h2rmione-le-concept-de-mule-a-hydrogene-qui-lorgne-sur-la-defense/

    Aujourd’hui, on parle d’Ad blue dans les véhicules militaires, mais certains ont des idées en matière de biocarburants :
    https://www.capital.fr/auto/il-veut-transformer-lurine-de-porc-en-carburant-vert-1392768

    Après, il y a aussi des déconvenues : les militaires suédois se posent des questions avec l’agro-carburant :
    https://www.euractiv.fr/section/energie/news/suede-les-objectifs-climatiques-genent-larmee/

    Pourtant le problème de math était déjà prêt :
    Le cochon étant assez proche de l’homme et un soldat de Barkhane consommant jusqu’à 10 litres d’eau par jour, combien de kilomètres pourra parcourir le VBCI ?

  6. Martineaux dit :

    On ne peut que se féliciter de telles avancées, à la fois pour se procurer un avantage opérationnel, concurrentiel et pour l’environnement ainsi eu pour l’image de marque de notre armées auprès des citoyens.
    Maintenant il serait bon que l’ensemble de nos industriels se tournent vers cette technologie afi d’avoir des MBT et des hélicoptères de combat plus silencieux avec un MCO plus simple à effectuer (l’électrique étant plus simple à entretenir et demandant justement moins d’entretien). A quand des Fremm et Fdi propulsé ainsi ?

    Il faudrait avancé sur le graphene qui semble pouvoir être une révolution quand au stockage de l’électricité.

  7. Murphy dit :

    Par temps froid, minimum 30 min pour mettre les postes informatiques du Griffon en route . Gageons qu’avec encore plus de batteries, il faudra faire un petit feu dessous pour accélérer le processus !
    Vraiment pas partis pour faire la guerre.

  8. PK dit :

    « Le développement d’une motorisation hybride pour les blindés ne répond pas seulement à des impératifs liés à la réduction des émissions de CO2 »

    On rappelle que comme condition, ça n’a aucune importance d’un point de vue militaire : au contraire, on construit pour cela des machines très perfectionnées qui, à la marge, épargne un peu de gazoil en contre-partie d’une dépendance à la batterie produit par nos futurs adversaires. Du grand et beau n’importe quoi stratégique, comme d’habitude !

    En plus, j’aimerais qu’on m’explique l’intérêt d’un Griffon « silencieux ». Le Griffon est donc devenue une arme offensive à la pointe du combat ?

    • Fred dit :

      @ PK

      On produit des batteries aussi en France et en Europe.

      Le mal aimé
      https://www.youtube.com/watch?v=ovfMOv-Zm0s

    • NRJ dit :

      @PK
      Le fait d’être silencieux, ça peut avoir un avantage tactique. Dans un conflit urbain ou asymétrique, il n’y a pas de « pointe du combat ». Celui-ci est diffusé partout. Sinon, vous pensez bien qu’on ne se serait pas amusé à avoir un blindé de 25t. Faut réfléchir un peu.

      « on construit pour cela des machines très perfectionnées qui, à la marge, épargne un peu de gazoil en contre-partie d’une dépendance à la batterie produit par nos futurs adversaires ». Faut quand même savoir qu’il y a déjà des usines de fabrication de batterie en France (à petite échelle, certes). Et des Gigafactory sont prévues à court terme.

      Sinon, la réduction de la consommation, vous ne considérez pas cela comme un avantage logistique ?

      • PK dit :

        « Sinon, la réduction de la consommation, vous ne considérez pas cela comme un avantage logistique ? »

        Réduction de combien ? 5% ? Au prix d’une nouvelle chaîne log imbitable de batteries construite à l’étranger ? Et vous les recharger comment vos batteries ? Vous ajoutez des groupes électrogènes au gazoil ou vous installez une centrale nucléaire de poche ?

        LOL.

        • Ysgawin dit :

          Réduction de 15% ! C’est écrit…
          Là, ça commence à devenir un peu plus intéressant

        • Mat49 dit :

          @ PK le principe de l’hybride est que la batterie se recharge grâce au thermique. Donc pas besoin de se brancher tant qu’on a du carburant.

          • PK dit :

            Arrêtez de croire que l’énergie sort de nulle part. Il y a un principe de base en physique : la CONSERVATION DE L’ÉNERGIE, ce que Lavoisier a traduit par « rien ne se créé, rien ne se perd : tout se transforme ».

            Si votre batterie se recharge, c’est parce qu’elle pique de l’énergie quelque part. Et cette énergie vient au mieux du véhicule roulant (comme les freins qui dégagent de la chaleur qu’on peut récupérer, c’est très faible comme énergie) soit directement du moteur ou des axes dérivés, comme les roues et qui donc induits des forces de frottement CONTRE le moteur, donc consomme DAVANTAGE.

            Donc, croire qu’on fait des économies avec des batteries est simplement faux, ou tellement à la marge que c’est négligeable.

            Sans compter le coût de la log associée qui rend le truc totalement pervers !

          • Mat49 dit :

            @PK l’énergie ne sort pas de nulle part et je l’explique. Ici elle vient de la combustion de l’essence qui produit l’énergie qui recharge la batterie.

            Après je demande à voir sur pièce si cela réduit la conso. Si cela permet de ne rouler que sur batterie dans certains cas la réponse sera oui.

            La batterie ayant juste besoin d’être changée à interval asser large c’est moins gourmand en logistique que du pétrole.

          • PK dit :

            @Mat49

            Vous ne comprenez pas : si l’énergie vient du pétrole du moteur, il ne peut pas y avoir d’économie de carburant. Le rendement d’un moteur thermique est en plus moyen, donc l’utiliser pour créer de l’électricité pour faire avancer le véhicule (double perte) est une… aberration.

            Pour obtenir un gain de 15%, il faut partir avec le plein et une batterie DÉJÀ chargée (comment ? Avec des groupes électrogènes qui consomment… du pétrole. La chaîne de la log pétrole ne gagne rien… au contraire : il faut ajouter des GE). En cours de mission, une fois la batterie vide (au bout d’une heure ?), c’est mort pour la rentabilité… Vous baissez au contraire votre autonomie à essayer de recharger votre batterie à l’aide de votre moteur.

            Bref, pour rouler silencieux, pourquoi pas ? Pour réduire les émissions (pourquoi, même si c’est débile). Pour un usage militaire d’un véhicule de transport de troupes ? Là, je ne vois pas. Chaîne logistique + complication abominable de l’entretien du véhicule.

      • EchoDelta dit :

        @ NRJ la réduction de la consommation par l’hybridation, je demande vraiment à voir en condition opérationnelle, où il n’y a par définition pas de borne de recharge, le gain réel. Que l’on mette un système « Stop & Start » pourquoi pas, mais une hybridation, c’est lourd, complexe, cher, et cela rapporte peu en matière de réduction d’énergie consommées, sans recharge directe.
        Quant au silence, si l’on considère que 80% du bruit du véhicule aujourd’hui vient de la transmission, c’est d’abord de ce côté qu’il faut regarder à mon avis.
        Il suffit de monter à bord d’un VBCI ou même dans un simple VBL pour s’en rendre compte.

        • Mat49 dit :

          @ EchoDelta même réponse qu’à PK et le thermique tourne pour faire avancer le véhicue aidé par l’électrique qu’il recharge. Par contre oui le gain réel mérite d’être évalué.

          Dans tous les cas comme l’industrie automobile va se détourner du thermique pure les contructeurs vont vouloir adapter des technologies produites en masse pour le civile sur du militaire. Rester au tout thermique ne va pas être possible.

      • Mat49 dit :

        @ NRJ le Griffon est à 24,5T de masse maximale en charge.

        Sur les batteries il n’y a pas que le lieux de fabrication il y aussi l’origine des métaux. Et là le bas blesse effectivement.

    • nikoopol dit :

      il est grand temps de passer à l’aprés pétrole surtout sur le plan militaire. Les GMs n’ont elles pas été des courses vers les points d’extraction ? Avec des capacités de production d’hydrogéne, en défense du territoire on ne sera pas dépendant des hydrocarbures de Russie et d’Algérie, surtout que les Gisements de mer du Nord vont se tarir.

  9. bullnar dit :

    je ne pense pas que ton ton xi se fatigue a alourdir le type 99 … quelle betise…..

  10. Loufi dit :

    Pour inventer des conneries, là y a du monde. Pour développer un système de protection active, y a plus personne.
    Et pour les drones et munitions vagabondes n’en parlons même pas https://eurasiantimes.com/developed-by-australia-popularized-by-the-uk-us-marines-test-lethal-mini-grenade-drones-that-can-attack-in-swarms/

    • MarreDesTrolls dit :

      Ce n’est pas parce qu’UN article parle de propulsion hybride, qu’Arquus ne travaille pas sur d’autres sujets en parallèle…

  11. Adam maxime dit :

    Esque sa emmerde quelqu’un la soumission cassis total des politiques , forces armées et industriels français a l’Allemagne

    • Fred dit :

      Ah c’est vrai, cette question n’a jamais été débattue sur OPEX360 :o)))
      Troll ou tu tombe de la lune ?

    • basstemp dit :

      Encore un qui parle bien « la france » (ou la fronce allez savoir xD)

    • Pascal (l'autre) dit :

      « la soumission cassis total des politiques » Pour les politiques…………………?!?! Par contre avec un aligoté bien frais pour un p’tit kir, délicieux!

  12. Carlos dit :

    « Les machines électriques de nouvelle génération permettent une production énergétique jusqu’à dix fois supérieure à la génération actuelle de véhicules »
    En gros je me suis bien fait avoir avec mon hybride rechargeable

  13. pepel_WASSKA dit :

    Véhicule hybride, donc plus lourd, plus cher et plus compliqué à entretenir.
    Pas sûr que ce soit une bonne idée.

  14. basstemp dit :

    De l’hybride pour la réduction d’émissions CO2 des engins militaires ? Alors que ces derniers mois éclatent a la chaine des scandales sur le fait qu’en réalité de très nombreux véhicules hybrides (certes il est vrai pour beaucoup sortis a la va-vite et que jte pousse parce que urgence commerciale de répondre a une mode qui s’impose …) non seulement n’émettent pas moins de CO2 qu’un équivalent essence ou diesel non hybride mais pire encore : Ils émettent + du fait d’un système qui cherche en permanence a recharger les batteries ce qui pousse le moteur thermique a devoir tourner tourner tourner même a l’arret aux feux ou que sais je

    Renseignez vous, ce scandale des hybrides mensongers concernant leurs émissions + hautes que prévus et en +, + haute qu’un équivalent 100% thermique : Ca éclate de partout !

    Les systèmes de récupération d’énergie par freinage , trop peu efficaces et donc insuffisant : Pousse au final le système a devoir solliciter en quasi permanence le moteur thermique pour avoir une recharge a peu près efficace des batteries

    Sauf que, ça aurait pu s’arrêter la si on parlait que des premiers modèles hybrides comme la Prius et son moteur hybride qui se révèle + comme un gadget permettant de rouler silencieusement en dessous de 15 km/h puis enclenchement du moteur parce que les conneries c’est rigolo 5 min mais une voiture c’est sensé avancer : Et roule ma poule en thermique au de la des 15 km/h , et comme les Prius a l’époque, les batteries n’avaient qu’a peine 3 km environ d’autonomie a 15 km/h max : L’impact était peu visible sur la consommation car la batterie était vite pleine …

    Mais la, avec les nouveaux moteurs hybrides dotés de batteries + conséquentes en capacité car dites « rechargeables » (dotés d’un moyen de pouvoir les recharger a la maison ou en poste urbain/routier de recharge peu importe …) , on a donc des hybrides avec des batteries de grandes capacités comme si c’était en gros des 100% électriques pour peut être 100 km d’autonomie (un simple exemple) ben si vous ne rechargez pas votre voiture a la maison, ce qui va se passer ben … Le système hybride va chercher alors constamment a mettre un sérieux coup de recharge a vos batteries et la, ben ça implique une sollicitation élevée du moteur thermique pour recharger une grande capacité …

    Résultat des courses, on se retrouve alors quand on mesure en temps réelle les émissions : Avec des émissions CO2 supérieures a ce qu’un 100% thermiques aurait émis pour un même parcours ! Voir selon les cas et le niveau de charge des batteries, des émissions sensiblement supérieures au point qu’on parle littéralement d’un vrai scandale quand a l’utilité réelle de ces hybrides au design d’usage complêtement con car beaucoup trop sollicité par le mode de recharge via l’alternateur moteur

    Allez voir sur internet : Y a plein de dossiers édifiants a ce propos et montrant bien toute l’arnaque du système qui n’émet certainement pas moins de CO2 dans ces conditions mais certainement +++ ça c’est sur ! A moins de penser a chaque instant d’avoir bien rechargé la titine a la maison au préalable ! Mais en conditions urbaines ou nombreux sont ceux vivants en appartement et qui n’ont pas une prise a disposition adéquate au sous sol de l’immeuble (car il me semble, il faut une prise 32 ampères mini .. Me semble bien, ça paraitrait logique a ma condition d’électricien-frigoriste …) car déja c’est rare d’avoir une prise dispo dans les garages de sous sol d’immeuble et quand y en a une malgré tout : C’est du 16 ampères hein , en habitat on met des prises & disjoncto en 32 ampères que sur une prise en général : Celle prévue pour le four de la cuisine le reste y a pas vraiment besoin …

    Bref ! L’hybride manifestement c’est bien beau, mais en réalité ça ne sert en l’état des choses a RIEN !

    Sous dimensionné comme l’étaient les premières Prius : C’était un gadget olilol jusqu’a 10 km/h chui en électrique puis pour le reste bah je suis un thermique a la con … Puis une fois les batteries surdimensionnées : Bah merde, mon moteur est constamment sollicité a l’alternateur parce que je peux pas la recharger a la maison moi … Résultat : Ca se met a émettre beaucoup trop sur les bilans CO2 !

    Il n’y a que ceux qui peuvent les faire recharger chaque soir a la maison parce que on a pu faire installer une vraie prise 32 ampères dans le garage : Ou la, apparemment ça fonctionne a peu près bien et même la, bon les gains d’émissions CO2 paraissent pas folichons … (et encore, car y a des modèles ou même en la rechargeant bien chaque soir : Bah le moteur reste trop sollicité a l’alternateur car mal calibré sur les seuils ou ce mode de recharge s’enclenche … Parce que probablement designed a l’arrache because course commerciale en mode course a l’échalotte ou en sac a patate …)

    Et la, vous me dites que ayé ils envisagent déja le merdier sur des blindés militaires ? Naaaan, c’est une blague ?

    Ah ben la, ça va être beau le désastre quand seront mesurée les émissions réelles après les premiers modèles livrées aux armées, on va bien rigoler : ) Parce que j’imagine déja l’orgie sur les recharges pas faites ou les seuils de sollicitation alternateur réglé a la « on s’en fout » : ) : ) : ) , je vous juge j’en ricane d’avance tellement j’ai conscience que c’est l’idée de merde du début du siècle la !

    Pile poil quand les scandales éclatent en + , j’ai envie de pousser un petit Olol² des familles et un petit MDR XD

  15. nikkospol dit :

    bravo @basstemp
    a lire à ça parait énervé, mais ça sonne bien ! Moi ce qui m’inquiéte bien c’est 2030 la fin annoncée par les bureaucrates dans le neuf ! quid de l’occaz ?

    Mais ici le sujet est presque autre, il s’agit de faire bouger la cavalerie avec toutes sources d’énergie. Pour la projection cela parait mort mais pour la défense du territoire ça me parait envisageable. L’hybrid c’est un échelon technologique à maitriser pour envisager le tout électrique ou autre.
    Sur les Navires cette solution dite « hybride » pour le grand public est déjà à l’oeuvre dans les navires, ici on parle simplement d’un moteur thermique qui tourne a mono vitesse pour faire tourner des moteurs électriques.

    La perspective stratégique pour les armées ce n’est pas le moins de CO2 (théme pour les C et les communicants) mais c’est la fin du pétrole et bientot du Gaz.

    • basstemp dit :

      Mouuuuias, si vraiment le but en soit c’était de maitriser des véhicules électriques a fort poids comme un blindé : Ils n’avaient qu’a taper directement dans le but du sujet et faire du 100% élec avec certes des batteries fortement couteuses en ce cas pour avoir ne serait ce que 100-150 km d’autonomie avec des poids pareils a devoir tirer ! J’imagine pas la fortune que va couter l’ensemble de batterie lithium pour un blindé d’environ 5-6 tonnes (voir bien + ouloulou)

      Mais a la limite, puisqu’il est question de faire de la recherche a ce propos : Y a pas que le lithium envisageable hein ! Alors certes le lithium est le matériaux qui a offert la + forte ligne de progression capacitaire pour les batteries mais la recherche en laboratoire durant les années 2000-2010-2020 environ : En réalité ils ont obtenus de nets progrès sur la plupart des matériaux de base des batteries sauf peut être le plomb qui lui reste stable

      Par exemple un système de batteries nickel (nickel manganèse ou nickel zinc ) on a aujourd’hui assez aisément des performances en énergies massiques de capacité des performances assez proches des premières générations d’accu lithium soit environ 100 wh/kg , des capacités d’encaissement de charges-décharges égales voir supérieures a celle du lithium mais un taux de décharge hélas certes + élevé mais parfaitement acceptable si on s’en sert au quotidien

      Même si oui je sais bien : Aujourd’hui un système lithium-ion performant ça n’est pas 100 wh/kg mais plutot 250 … Oui bien entendu : Mais au vu des prix du lithium aujourd’hui , et certes avec le système nickel ça sera sensiblement + lourd et encore + lourd pour rattraper la différence d’énergie massique capacitaire (le lithium-ion 2,5x + performant en wh/kg) mais on parle après d’un véhicule ou cette masse ne sera pas forcément un élément si grave que cela

      C’est pour cela que je pense l’avenir est bien + logique et acceptable pour le 100% élec que pour l’hybride qui je pense aura toujours un fort cumul de défauts que les systèmes commerciaux ont une nette tendance a vouloir cacher ! Et sans devoir forcément dépendre que du lithium … Après bon, l’autre souci c’est que le nickel lui aussi coute de + en + cher au point d’etre devenu un métal semi-précieux comme le cuivre

  16. nikoopol dit :

    la fin annoncée par les bureaucrates dans le neuf –> des moteurs thermiques dans les voitures des particuliers.

    Ici je pars de l’hypothèse que nos concitoyens ne seraient pas favorables à financer le changement de moyen de nos armées à leurs Frais (en supplément des impôts). Car à la fin que ce soit le stock stratégique de pétrole ou stock d’hydrogène, d’éthanol ou autres, en cas de conflit l’armée se nourrira sur la Bête !

    Vous avez bien suivant comment sont gérés ces fameux stocks et leurs limite face à arrivée dans la « trouée de fulda ».

  17. Vevert250 dit :

    L’idée d’un véhicule de combat hybride n’est pas nouvelle! https://www.phonandroid.com/la-premiere-peugeot-hybride-etait-ce-char-dassaut-de-1917.html.

    • Vinz dit :

      Oui, et en plus il roulait !
      https://images.cnrs.fr/video/6704

      Comme indiqué plus haut, le premier char à motorisation hybride était le Saint-Chamond. C’est plus simple et plus fiable au niveau de la transmission du mouvement aux barbotins – suffit de faire varier le courant. Le concept avait été repris sur le char allemand « Ferdiand/Elefant -70 tonnes, deux moteurs de 200 kW…

      « Le savoir-faire en fabrication de locotracteurs ferroviaire pétroléo-électriques civils et militarisés des sociétés CFAMH et Crochat, retenus comme maîtres d’oeuvre du Saint Chamond, a permis de transposer sur ce char les tractions électriques ferroviaires. Les propulsions étaient de type « hybride série », un moteur thermique à essence entraînait une dynamo qui alimentait des moteurs électriques à courant continu, entraînant en rotation les barbotins actifs des trains de chenilles.

      « Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’à cette époque, l’intégration de la traction électrique sur le locotracteur Crochat militarisé fut motivée par un souci de discrétion (furtivité). Ce locotracteur remplaçait pour certaines missions, des locomotives à vapeur dont les importantes fumées et les lueurs des foyers permettaient un repérage plus facile. »

      « Il est probable que les réflexions ayant conduit à adopter des solutions « électriques », sur des chars, aient aussi porté sur la « souplesse » architecturale qu’apporte ce type de solution en supprimant les liaisons mécaniques (arbres de transmission) et en réduisant le nombre de composants intermédiaires (embrayage, boîte de vitesses, …). » (Dominique Dreulle, thèse)

  18. Vinz dit :

    Qqs extraits pas inintéressants de cette thès d’ailleurs :

    « En mode tout électrique il serait nécessaire de stocker de l’ordre de 100 kWh pour parcourir 70 km pour un blindé de 18 tonnes roulant à 70 km/h. Ce qui représente 4000 kg de batteries au plomb (25 Wh/kg) ou 670 kg de batteries li-ion haute énergie (150 Wh/kg). Une propulsion électrique de type hybride ne présenterait un intérêt que lors de la phase finale de la mission au contact de l’ennemi, ou pour fournir ponctuellement lors du déplacement une surpuissance transitoire de l’ordre de quelques dizaines de secondes.

    Le parc de véhicules de l’armée de terre consomme environ 50000 m3 de carburant par an. Cette consommation représente environ 8,4% de la consommation totale du ministère de la défense et 0.1% environ de la consommation totale nationale du transport terrestre. En conséquence diminuer la consommation de carburant de l’armée de terre n’est pas un enjeu écologique primordial qui contribuerait très faiblement à la réduction des rejets de gaz à effet de serre et rejets polluants. Ces derniers ne représentent que 0.5% des rejets en NOx et 0.2% en CO de l’ensemble des rejets de la pollution routière en France. On constate que 90% de la pollution émise par les véhicules militaires est due à 6 types de véhicules d’origine très ancienne.
    Equiper la totalité des véhicules en motorisations hybrides (hypothèse improbable), permettrait un gain de 20.1 M€/an avec un carburant à 1.1€ par litre et 45.8 M€/an avec un carburant à 2.5€/litre. Ces gains sont calculés en tenant compte d’une économie de 20% sur la consommation de carburant.

    L’enjeu de l’électrification massive des fonctions des véhicules militaires est essentiellement tactique et dans une moindre mesure logistique. Cet enjeu permettrait donc sur le plan tactique, de réduire les signatures acoustique et thermique du véhicule et d’augmenter légèrement l’autonomie du véhicule en diminuant la consommation de carburant. La diminution de la consommation de carburant permettrait sur le plan logistique, d’alléger modestement le dispositif d’acheminement de celui-ci.

    Les accumulateurs électrochimiques sont majoritairement utilisés. Alors que les accumulateurs au plomb ont une capacité de 30-35 Wh par kg, d’autres types se sont développés :
    – Nickel – Cadmium ( Ni – Cd ) 50 Wh par kg
    – Plomb 2ième génération ( 2006 ) 75 Wh par kg
    – Filière lithium – ion de 1992 ( Li – Ion ) 90 Wh par kg
    – Lithium polymère ( Li – Po ) 120 Wh par kg
    – Lithium – ion 2ième génération ( 2000 ) 150 Wh par kg
    – Zinc – Argent ( 2007 ) 200 Wh par kg
    – Manganèse – Lithium – ion ( 2007 ) 250 Wh par kg »

    Reste un fait certain : l’offre en moteurs thermiques des motoristes civils va diminuer progressivement, au fur et à mesure de l’électrification du parc de véhicules civils – tant véhicules légers que poids-lourds ; et probablement également dans le secteur de la marine. Dès lors la motorisation des véhicules militaires n’aura peut-être tout simplement pas le choix d’évoluer vers l’électrification, faute d’offre sur le marché.

    • PK dit :

      « . Ce qui représente 4000 kg de batteries au plomb (25 Wh/kg) ou 670 kg de batteries li-ion haute énergie (150 Wh/kg). »

      Notez que le moteur (thermique) d’un char tourne autour d’une tonne. En plaçant un moteur électrique et une turbine, soit vous alourdissez votre char d’une tonne, soit vous l’empruntez à la masse existante, le plus simple étant de la prendre sur le volume de pétrole. Bref, vous retirez grosso modo 1000 l à votre moteur thermique ! Sans compter le « coût » de recharge en cours de mission…