Le ministère des Armées disposera d’un satellite de communications UHF… sans débourser un centime

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

15 contributions

  1. farragut dit :

    J’ai un peu de mal à saisir le concept consistant à militariser, même sporadiquement, des satellites civils… N’est-ce pas les désigner comme cibles d’intérêt pour des adversaires lors d’un conflit, hybride (sous le seuil) ou même de « basse » intensité ?
    (Un peu comme si tous les bateaux marchands pouvaient être considérés comme des « Q-ships », et coulés sans sommation par des U-boote)
    N’est-ce pas générer un risque d’escalade « mécanique » de la violence dans l’espace ?

    • Fred dit :

      @ farragut

      Le jour où des adversaires en seront à détruire les satellites adverses, l’« escalade » sera déjà bien en haut de l’échelle. Et la logistique (notamment énergétique et stratégiques), la production civile et militaire l’objet d’attaques diverses.

      C’est une bonne chose de distribuer les applications militaires, déjà en cas de panne d’un de nos rares satellites dédiés. Si en plus c’est gratos ;o)

      • farragut dit :

        @Fred
        Je pensais plus à des attaques (par armes laser ou par « débris » en orbite) intraçables comme dans la cybercriminalité, où il n’y a justement pas « d’adversaire » (facilement) désignable en tant que tel…
        Je ne suis pas sûr que les satellites civils soient capables d’identifier ce qui les a rendu inopérants.
        Pour le reste de votre argumentation, je suis d’accord pour mettre en place ce genre de redondance dissemblable, mais, à mon avis, le risque de « rétorsion » inattendue sur des satellites civils existe quand même.
        Pas sûr que les assureurs des satellites civils apprécient le « geste » de l’opérateur envers des « clients » militaires qui leur apportent des risques de perte du bien assuré. 😉

  2. Ah Ca ! dit :

    Il faudrait en savoir un peu plus… À qui prêtons-nous ces bandes ?

    Les autres nations ne possèdent pas de bandes libres ? Cela me parait curieux…

    Où bien serait-ce en réalité au profit d’industries privées ? Chose qui serait scandaleux.

    À suivre…

    • tschok dit :

      C’est expliqué dans l’article: « en échange de l’utilisation de cette capacité pour ses besoins, le ministère des Armées mettra à la disposition d’Airbus une partie de ses 18 canaux UHF au profit d’autres forces partenaires ».

      Je pense qu’il s’agit des canaux satcoms attribués par l’Otan et que la France exploite peu, faute de capacités satellitaires propres en UHF.

      Donc on a de la marge sur les canaux, on les met à dispo d’Airbus via une AOP et Airbus loue la bande passante à des clients militaires, dont semble-t-il le Pentagone (CF le com de vrai-chasseur infra), car ces canaux sont très demandés.

      En fait, on échange une capacité technique qu’on a pas et qu’Airbus nous fournit, contre une utilisation par Airbus du domaine public, puisque, si j’ai bien compris, les canaux UHF Satcom militaires attribués à la France par l’Otan sont tombés dans son domaine public, donc elle en fait ce qu’elle en veut.

      Donc, il ne s’agit pas de diffuser des matchs de foot, bien que la capacité UHF militaire soit embarquée sur le satellite Eutelsat 36D dont la vocation première est la diffusion de programmes TV.

      Cette capacité UHF militaire est une charge utile supplémentaire dont l’embarquement à bord de ce futur satellite a été rendu possible car il est basé sur une plateforme Eurostar Neo qui « combine une capacité de charge utile accrue et des systèmes de contrôle thermique et d’alimentation plus efficaces », ainsi qu’il est dit dans l’article.

      En fait les mecs de chez Airbus se sont dit » tiens, on a des kilos dispos sur ce satellite, qu’est-ce qu’on pourrait faire avec? Et si on lui foutait un module UHF? » Ils sont allés voir Raoul, le spécialiste de l’UHF chez Airbus, qui leur a dit que les militaires pourraient être intéressés, surtout les français, qui louent cette capacité à des opérateurs étrangers. Et zou.

      A priori, pas de scandale en vue. Désolé.

      • Ah Ca ! dit :

        Trop facile…. et comme d’hab, vous comprenez uniquement que ce que vous voulez comprendre…

        Les forces partenaires…. ? Des états étatiques j’imagine ? Ou des trucs du style État Islamiste et ses différentes versions amis de la CIA ? Vous devez peut-être penser à vos amis de chez Wagner et ceux du Mossad…. Certes j’exagère afin de vous permettre de comprendre.

        D’après mes pauvres connaissances en la matière, les fréquences internationales sont gérées par un organisme international affilié à l’ONU. En cela, tous les pays (ou presque) devraient avoir leur propre bande.

        Qu’Airbus leur se serve du même module que celui imparti à la France s’ils utilisent leurs propres fréquences allouées, et cela, avec les bonnes précautions et garde-fous pour éviter tout piratage du réseau Français… Pourquoi pas.

        Seulement, l’article ne dit pas cela, l’article parle de mettre à disposition des canaux alloués à la France…

        À qui donc et dans quel but ? Combien de pays font des opex comme la France et ont un vaste territoire à surveiller… ??

        Airbus, piloté par les boches n’est pas une entité à qui nous pouvons accorder toute notre confiance.

        • tschok dit :

          @Ah Ca!,

          Vous visualisez une terrasse de café débordant sur un trottoir dans la rue d’une ville?

          C’est une emprise sur le domaine public. Elle est autorisée à titre temporaire par l’administration (surtout en ce moment). Bon, ben là c’est la même chose sauf que le domaine public dont on parle est immatériel = il est hertzien.

          Reprenons l’exemple des terrasses de café en période de pandémie:
          – L’administration autorise de façon plus large les emprises sur la voie publique
          – En contrepartie de quoi les cafés& restos peuvent poursuivre leur exploitation, donc collecter de la TVA et payer leur impôts et charges, tout en rendant possible une fréquentation de leur établissement dans de bonnes conditions de sécurité, ce qui participe à la lutte contre l’épidémie

          Ici, c’est le même mécanisme: l’administration concède un droit d’usage sur le domaine public en contrepartie de quelque chose. Le procédé n’a en soi rien de scandaleux ni de suspect, il est usuel et ça se fait tous les jours.

          Maintenant, vous devez comprendre qu’il s’agit de communications militaires, donc on ne va pas tout vous dire, car vous n’avez pas à en connaitre.

          Concernant vos délires sur, pêle-mêle, Airbus, Wagner, l’EI, le Mossad ou la CIA, vous savez bien que je n’ai rien à en dire. Et si vous voulez me révéler quelque chose à leur sujet, merci d’être plus explicite, les vagues sous-entendus à la con entre pseudos initiés, c’est pas mon truc.

          • Ah Ca ! dit :

            Shalom tschok,

            1. Je n’écoute jamais aux portes donc je ne sais rien et 2. Il n’y avait pas de sous-entendus hormis les faits connus de tous que vous semblez faussement de ne pas connaitre.

            Non, l’État Français n’est pas un petit boutiquier pour forces étrangères amies ou autre.

            Donner un coup de main payant ou gratuit de temps à autre je peux tolérer, mais ça devrait s’arrêter là.

            Le risque d’accointances de mauvais aloi dans ces ententes de petits boutiquiers de quartier est trop fort pour les ripoux pro USA qui nous gouvernent. Kapish

            Ça aussi vous feignez ne pas vouloir reconnaitre… Votre bras dans le pot à confiture peut être ?

      • LEONARD dit :

        @Tschock
        « pas de scandale en vue ».
        Après avoir mentionné Airbus, Pentagone, Otan dans le même post, sans les vouer aux gémonies, vous me paraissez bien optimiste !!!

        • tschok dit :

          @LEONARD,

          Oui, j’ai déconné, j’ai pas fait gaffe.

          Heureusement, j’ai pu éviter « protocole des Sages de Sion », de justesse.

  3. vrai_chasseur dit :

    L’initiative est effectivement très bonne car la ressource satellite UHF est cruciale pour les opérateurs tactiques sur le terrain.
    Ce qui n’est pas dit par le ministère des Armées, juste sous-entendu, c’est que plusieurs pays alliés ont déjà le problème. Et celui qui a le plus de problèmes avec ses communications tactiques satellites en UHF, c’est les USA…
    Sa constellation pour l’UHF militaire est en fin de vie et le seul fournisseur (Boeing) ne peut sortir de nouvelles capacités avant le calendrier de fin des satellites actuels. La faute a des commandes de renouvellement qui ont tardé, car le Pentagone avait placé beaucoup d’espoir sur le programme JTRS, Joint Tactical Radio System, qui s’est avéré un échec complet.

    Le Ministère des Armées évoque des commandes fermes de réservation de la bande passante UHF de ce satellite… il est probable que le Pentagone figure parmi ces clients, solution d’urgence pour combler le vide capacitaire en attendant ses nouveaux satellites.

  4. Thierry dit :

    J’aurais bien aimé savoir quels sont les 18 canaux UHF en question, d’autant que la bande UHF est déjà très utilisé en aéronautique civil et militaire, répandue partout dans le monde, notamment pour les signaux de détresse en cas d’accident. N’y avait t’il pas de satellite ayant déjà cette capacité à exploiter ?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Radiocommunication_a%C3%A9ronautique#Sous-bande_UHF

    de toute façon n’avoir qu’un seul satellite en colocation pour ces bandes UHF est une vulnérabilité de plus, à peine mieux que d’avoir à louer ces bandes à des pays étrangers.

    Quand à dire que ça nous coute rien, on sait que c’est faux, c’est toujours le contribuable ou le consommateur qui paye l’addition au final depuis que les riches et les Corporates Internationales ne payent plus d’impôts.

  5. La merguez dit :

    Si c’est gratuit c’est toi le produit…