Airbus et Boeing de nouveau en compétition pour livrer des avions ravitailleurs à l’US Air Force?

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

58 contributions

  1. sepecat dit :

    Sur le papier, l’A330 MRTT a ses chances, du moins sur le plan technique car au vu de ce qui s’est passé précédemment, on peut douter de l’intégrité de ce nouvel appel d’offres. Non pas que les US n’aient jamais acheté d’appareils d’origine étrangère (ex. les Dauphins des Coast Guards entre autres) mais il s’agit là d’une tout autre échelle et les arrières pensées politiques risquent fort, mais ce n’est pas nouveau, de prendre le dessus sur le technique. Bref, on verra bien ce qu’il en adviendra et ce qui a pu être vrai à un instant T peut très bien se trouver contredit à T+1 dans ce domaine. J’ai toutefois le souvenir d’avoir lu quelque part une maxime qui disait que « Les Américains aiment la concurrence, surtout quand elle n’existe pas ». Le passé nous a montré que le pays de la libre entreprise souvent mise en exergue par ses responsables et dirigeants, pouvait aussi avoir de (très) grosses oeillères quand il s’agit d’appliquer à leurs propres marchés les règles qu’ils entendent imposer aux autres. Pour être honnêtes, ils ne sont pas les seuls à jouer à ce jeu là.

    • Max dit :

      Boeing est devenu tellement gourmand et vaniteux qu’il s’est reposé sur ces lauriers, ses réseaux politiques .
      Pis la qualité est baisse pour le civil (737 Max) et le militaire. Le point d’achoppement reste la capacité opérationnelle et le respect des conformités.
      Le chantage à l’emploi pourrait être caduque car les avions seront produits sur place.

    • kolkot dit :

      je suis d’accord que les US n’ont jamais accordé un contrat de cette taille à une entreprise étrangère, mais quid de la France?? car même si l’a330 est choisi il y aura quand même beaucoup de travail pour les sous-traitants européens et spécialement français vu que mobile ne fera que l’assemblage final

  2. R2D2 dit :

    « Et ne seront acceptés à y participer que les avions-ravitailleurs qui ne sont pas en cours de développement. »
    le KC46 et le F35 auront au moins servit à calmer les achats sur plans ^^’ et même si le MRTT ne remporte pas le nouvel appel d’offre comme en face Boeing est en panique il va jouer de nouveau sur les prix, creusant ainsi un peu plus le trou où il est tombé.

    • Fred dit :

      @ R2D2

      Fût un temps jadis, où la devise du Pentagone en matière d’achat était : « Fly before buy » :o) Régulièrement, plusieurs entreprises (deux ou trois) développaient un matériel avant que l’armée ne fasse son choix.

  3. LEONARD dit :

    L’USAF en a un peu marre des errements de Boeing avec le KC46 et voit sa flotte de ravitailleurs s’éroder.
    D’où ce nouvel appel d’offre.
    Mais ce qui était vrai en 2006 est désormais crucial: Il faut sauver le soldat Boeing.
    Je parie sur un schéma « politique »:
    – Achat de 60 à 100 MRTT (c’est le seul candidat sérieux) pour remplacer les KC10 ( qui ont eux aussi une fonction cargo que le KC46 est bien en peine de réaliser),
    – Et parallèlement, engagement auprès de Boeing de lui attribuer les tranches à venir de KC ( remplacement des KC 135 sans être trop sourcilleux sur le prix et la qualité.), en échange de l’engagement de Boeing de ne pas chercher des noises à Airbus, parce que l’USAF n’a plus de temps devant elle.
    Par contre, sur le futur KC-Z, l’USAF pourrait bien claquer Boeing, parce que ça doit les démanger.

    • Paddybus dit :

      Je pense aussi que l’achat partagé pourrait être un choix de bon sens, afin d’avoir un recours le jour ou une faille majeur clouerait l’un d’eux au sol…. ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier…
      Il faut ajouter que le ravitaillement automatique vient d’être validé sur l’A330 MRTT… ce qui peut être un plus

    • Fred dit :

      @ LEONARD

      « sur le futur KC-Z, l’USAF pourrait bien claquer Boeing, parce que ça doit les démanger. »
      C’est certain, mais pour s’adresser à qui ? À Lockheed Martin ? ;o)
      C’est vrai qu’il reste Northrop Grumman, mais ce sont ceux qui pour l’instant construisent les avions de loin les plus chers et au MCO démentiel…

  4. Lothringer dit :

    Et le vainqueur sera…..???

    Entre-temps Airbus n’est plus associé à N-G mais à L-M.

    Comme il s’agit d’un marché militaire, c’est donc la branche Défense d’Airbus qui va chapeauter la candidature.
    Airbus-Defense associé L-M. Curieuse association…..
    Histoire de tisser des liens pour l’avenir …. européen…euh….allemand du F35 ????? (… oh mince çà m’a échappé)
    Maintenant je dis çà…je dis rien.
    (there is no such thing as a free lunch / un repas gratuit çà n’existe pas)

    Allez…bonne chance quand-même à Airbus, histoire d’avoir quand-même quelques miettes.

  5. philbeau dit :

    On va appuyer là où ça fait mal . N’en déplaise aux boomers américanolâtres ici très actifs , et on peut avoir une certaine indulgence , la guerre froide a été une sacrée époque , et l’Amérique nous a tous fait plus ou moins rêver , surtout ceux d’entre nous passionnés d’aviation , le pays de l’Oncle Sam du 21è siècle n’a plus la magie d’antan . Une époque est passée :
    https://www.youtube.com/watch?v=3uwMofja4C8&t=1863s
    Et les avatars actuels de ceux qui avaient bâtis la légende , les petits génies étriqués du numérique qui ont réduit l’aventure au format abrutissant d’un écran de pixels ont , avec leurs compagnons de route cupides de Wall Street euthanasié ce pays , en lui rétrécissant son champ de vision .
    Ceci pour dire que les acteurs de l’aéronautique américaine , par la succession d’écueils répétés qu’ils rencontrent , sont l’une des illustrations de ce mal . Les causes sont diverses , à commencer par une perte considérable du savoir-faire et un manque de formation des ouvriers et techniciens ; le problème pour autant ne semble pas pris à juste mesure par les firmes , qui fonctionnent sous la férule des crânes d’oeuf qui pensent qu’un avion peut voler en s’appuyant sur le taux de rentabilité des actions . Mais qu’on puisse , dans le cas du KC 46 , arriver à ce point de médiocrité dans la réalisation est un signal alarmant . Un autre est ce qui semble être une vacuité totale de rationalité dans l’établissement des programmes, de l’Air Force ou de la Navy , avec la multiplication d »éléphants blancs », couteux et sans avenir . God bles America , disait-on .Elle en aurait bien besoin .

    • Momo dit :

      Le point clé de la descente aux enfers de Boeing, pas encore le cas de LM, est l’absolue cupidité/avidité de ses dirigeants depuis l’achat de MD Douglas et le déménagement du siège à Chicago, loin des ingés et de la R&D.
      Le pinacle de leur politique de maximisation financière étant le 737 Max, dont un prochain crash serait le premier clou du cercueil, même si ´too big to fail’.
      Le kc46 est un autre rejeton proche de la médiocrité, seul un véritable changement dans la culture de l’entreprise, qui a sélectionné pendant des années ses managers sur les mauvais critères (donc c’est pas gagné) sera de nature à lui donner un successeur réellement valable. Pas avant 8 à 10 ans.
      D’ici là LM à toutes les cartes en main avec le Phénix pour remporter le marché, reste à savoir la part des gains qui restera à Airbus.
      Je prends les paris que ce ne sera pas la plus grosse et qu’une bonne partie restera aux US. Pour ce genre de business les US savent parfaitement faire.

  6. William Heinry dit :

    Je pense que les USA devrait arrêté d’acheter chez eux.
    Que ce soit Lokheed Martin ou Boeing c’est les même problèmes.

    • YM dit :

      Dans tous les cas les américains achèteront « chez eux », vu que Boeing ou Airbus, l’avion en question sera forcément produit sur leur sol. D’ailleurs même si Airbus, je pense que le contrat sera passé directement avec la filiale locale, pas en Europe.

      La question c’est vont-ils privilégier une entreprise nationale qui faute de vraie concurrence sur son marché domestique s’est lentement installé dans l’inefficacité, ou vont-ils décider au moins pour faire peur à Boeing d’accorder un contrat à une entreprise d’origine étrangère (Airbus) ?

  7. Royal Marine dit :

    Les faits sont têtus!
    21 ans après le 1er AO, déjà pipeauté par Boeing, on se retrouve dans la même situation , sur les ravitailleurs… On aurait pu penser que 21 ans étaient suffisants pour que Boeing livre la totalité du marché… Mais non! Voilà encore une réussite pour les industriels de la défense américains, pourtant spécialistes du sujet depuis 70 ans!
    On apprend, au passage, que les F 22 et F 35, 2 ratages complets de la BID américaine, ne peuvent se parler qu’au travers de la « vieille » L 16, finalement, comme 80% des aéronefs de l’Occident, les autres étant équipés encore de la L 11 antédiluvienne, bien sûr…
    Pauvres Bob, et autres fanas des productions américaines, ceux qui dorment avec un poster de F 35 au dessus de leur lit!
    C’était tellement difficile de monter le même système « révolutionnaire » sue les deux avions… Je connais des officiers de programmes qui ont été décorés, bien sûr, sur le front des troupes, et à la Maison Blanche par un Président, de la médaille de la C.nnerie en barre et au kilo!
    Je suis désolé de voir que l’industrie américaine n’arrive plus à faire aussi bien que dans les années 70… Peut-être qu’à force de rêver de sciences fiction, on ne sait plus vivre dans la réalité? Que l’on a perdu, en même temps que la culture générale et le sens du bien publique, l’équilibre intellectuel qui faisait les succès de nos pères?
    En tout cas, ce n’est pas avec ces trapanelles pareilles que nos jeunes partiront, en y croyant, face à la Chine…
    Mais bon, un premier pas, pour les Américains, serait de choisir 200 ravitailleurs d’Airbus, puis de faire suivre une commande de 1 000 Rafale… Dont 400 Rafale M! Pour sortir de l’impasse, seulement…
    Je dis çà, je ne dit rien! Mais ce serait du bon sens, tout simplement!

  8. Loufi dit :

    Programme kc z …. Mais ils ont tant de pognon à balancer dans les poches de Boeing et LM alors que les solutions existent déjà ??? Ils veulent quoi, un B2 ravitailleur ??

    • Fred dit :

      Oui, sans doute un ravitailleur furtif, type B2. Mais sans doute beaucoup moins onéreux et beaucoup plus efficient, sinon c’est à désespérer ;o)

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      C’est un peu le programme en effet
      Mais la dessus, je mettrais une pièce sur Northrop-Grumman qui fait actuellement le B21 et qui est pour l’instant, a l’heure et dans le budget.
      De plus, ni LockMart ni Boeing (ni Airbus, soit dit en passant) n’ont expérience sur des grandes ailes volantes. Un point de plus pour NG

    • Rémi Mondine dit :

      Dans ce cas il faudrait qu’il soit furtif sinon il ne sera pas assez cher.

  9. Jason Bourne dit :

    Vu les gros problème de Boeing dans sa division civile, il serait illusoire de penser que ce contrat pourrait leur échapper .
    Les commandes militaires US sont vitaux pour que cette compagnie puisse continuer à survivre grâce à l’argent public du contribuable américain . De plus, AIRBUS s’est associé avec Lockheed , une entreprise qui déjà s’est gavé à mort d’argent public avec le programme F35 . Donc le pentagone sera très réticent à leur refiler un nouveau gros marché, et les politiques et lobby US auront le plus grand mal du monde à financer le plus grand concurrent de Boeing. Après si boeing s’est vraiment foutu de la gueule du pentagone et que ces derniers veulent vraiment au plus vite un avion ravitailleur opérationel alors que peut être Airbus a ses chances.

    • Momo dit :

      Nous verrons mais les US ont un besoin vraiment urgent d’un ravitailleur fiable et en quantité.
      Le Phénix colle parfaitement et avec l’expertise galactique de LM pour trouver les mots permettant de convaincre les décideurs le choix devrait leur revenir. On en reparle dans 12 à 18 mois.

  10. Nike dit :

    C’est hallucinant comme un programme qui devait être sans histoire est devenu critique.
    Ce qui est inquiétant c’est que cela devient récurrent. Les programmes aériens US accumulent les problèmes (F35, 737max, KC46…) Il grand temps qu’il y ait un peu de ménage chez Boeing et LM.

    • sepecat dit :

      Effectivement, on ne peut que mesurer l’écart qui sépare le KC-135 de ses successeurs annoncés… mais pas encore au point. Les US savaient faire des avions sinon parfaits (la perfection n’est pas de ce monde) du moins bien pensés et adaptés aux besoins. Voir à quel point le complexe militaro-industriel américain est à ce point englué dans des programmes censés tout faire, y compris le café, et aujourd’hui en totale déshérence en dit long sur les effets de la course aux profits et rentabilité avant toute chose. Je me souviens avoir vu un documentaire où un ex ingénieur US regrettait que les jeunes générations ne jurent plus que par les boutons et souris qu’ils manient sur leurs ordinateurs et ne sachent plus utiliser une règle à calculer. Et qu’on ne me dise pas que c’est le regard aigri d’un vieux rouspéteur, car on retrouve malheureusement ce genre d’ineptie dans de nombreux domaines. Savoir mettre les mains dans le cambouis et comment un appareil ou un processus est construit relève aujourd’hui d’une ringardise mal vue, alors qu’elle est justement le gage de gens sachant de quoi ils parlent et aptent à faire évoluer les choses. Mon domaine professionnel c’est le développement web et je constate les mêmes causes, mêmes effets. La plupart des arrivants dans le milieu ne jurent que par tel ou tel « framework » à la mode mais sont incapables de nous pondre une page en HTML / CSS propre et sans bavure qui fonctionnera partout. Parfaitement désolant… mais on l’a dit, nous sommes ringards. En attendant, nos pages web fonctionnent.

    • Jean dit :

      S’il n’y avait que les programmes aériens !! On en parle de leur Littoral combat ship ou leur classe Zumwalt!
      C’est assez inquiétant en fait parce qu’en face les chinois produisent beaucoup, certes du matériel moins technologique et les ambitions de la Chine ne sont pas forcément compatible avec les nôtres.

  11. Raymond75 dit :

    Boeing est à la ramasse, l’Airbus A330 MRTT a fait ses preuves … Donc le résultat de la concurrence ‘libre et non faussée’ si chère à l’économie libérale ne fait aucun doute : il faut soutenir Boeing !

  12. Liber dit :

    Foutaise !
    Cela doublerait tous les frais : formation des équipages, entretient de deux flottes, disponibilité des pièces détachées et compliquerait la disponibilité opérationnelle.
    En cas de victoire d’Airbus (ce que je ne crois pas un seul instant) c’est le contribuable américain qui serait « cocu »
    Ou alors, le KC 46 a encore plus de problèmes qu’annoncés !!
    Il s’agit plutôt d’une manœuvre diplomatique du sieur Biden pour dompter l’Europe encore un peu plus.

    • Jean (le 1er) dit :

      Faut voir que l’A330 MRTT est directement dérivé d’un avion civil. L’entraînement et l’entretien
      ne vont pas être aussi coûteux que cela. L’A330 d’Airbus est en service dans le monde entier, ainsi cela facilite l’entretien
      et augmente la disponibilité de pièce détachées.

  13. Durandal dit :

    Nous connaissons déjà le gagnant…

  14. Bohé dit :

    Airbus ne doit pas concourir pour cet appel d’offre. Ils ont choisi Boeing à l’époque contre toute logique, il ne faut pas jouer les lièvres. Chez Dassault ils sont malins, ils ont laissé tombé tous ces faux appels d’offres totalement truqués.

    • R2D2 dit :

      c’ est ce que je me disais aussi, cela serait intéressant de voir l’embarras du pentagone avec un appel d’offre lancé suite à un mécontentement au sujet d’un fournisseur… et auquel seul ce même fournisseur répondrait.
      .
      Si ils sont taquins chez Airbus ils devraient tenter le coup ^^’

    • Momo dit :

      Non, Dassault ne propose aucun avion équivalent. Et face à Boeing les US voient LM, pas Airbus qui ne maîtrise pas les techniques de conviction comme Maitre LM.

      • jd666666 dit :

        Il ne parle pas de cet appel d’offres, mais de celui pour l’avion de combat devant remplacer les F-16 en Bekgique (et qui avait été fait sur mesure pour le F-35), ou encore celui pour l’avion devant remplacer les F-18 au Canada.
        Dans les deux cas Dassault Aviation a refusé de concourir, estimant la compétition biaisée

        • Momo dit :

          Et bien bravo pour le décryptage….
          Effectivement participer à ce genre d’appel d’offres est tout à fait coûteux et mobilise beaucoup de monde, longtemps. Même s’il peut être intéressant de faire le lièvre, parfois, en connaissance de cause, cela reste très rare du fait de la charge associée et de la communication de facto négative utilisée contre vous quand vous perdez après avoir participé.
          Dassault connaît parfaitement le marché, ses acteurs et le métal dont sont faits les decideurs.

    • Guillaume dit :

      C est exactement l inverse.
      Meme si on est sur de ne pas l avoir il faut y aller pour faire baisser le prix de vente.
      Si airbus ne peut pas l avoir, il faut jouer agressif pour que boeing soot obligé de baisser son prix, voir mieux de vende à perte.

      C est ca de jouer le lievre.

  15. vrai_chasseur dit :

    Le KC46A ne ravitaille pas encore en opérations de combat. On espère qu’il le fera en 2023. Et tant qu’à faire, petit détail au passage, avec l’ABMS embarqué il servira aussi de ravitailleur de données entre F22 et F35. Mettre un avion ravitailleur pour faire passerelle informatique volante ça fait riche. Mais bon il y a plus de tankers en vol auprès des chasseurs que d’awacs.
    Il se murmure que les ‘corps étrangers’ retrouvés dans les KC46A livrés étaient des tournevis et aussi des emballages de hamburgers McDo… les aléas des cadences de nuit sur les lignes d’assemblages avec des intérimaires.

    Pendant ce temps le MRTT d’Airbus DS devient le cheval de trait de l’OTAN et sert le kéro à tout le monde avec 98% (!) de disponibilité, va bientôt ravitailler en automatique (et donc de nuit) avec l’A3R, et le Rafale français sait envoyer et recevoir les données de tout le monde y compris au sol depuis le standard F3R.
    On comprend que l’USAF s’énerve un peu et réémette un appel d’offre Tankers pour mettre la pression.
    Mais comme LM, Boeing cadenasse Capitol Hill. Très peu de sénateurs et d’élus du Congrès US échappent à son lobbying.

    • Paddybus dit :

      J’en ai vu « voler » sur Flightradar, au dessus de l’Adriatique il y a peu… 2 KC46 à l’entrainement.

    • Twisted dit :

      Le problème avec le KC46 c’est aussi que l’USAF a des spécifications bien à elle. Les KC46 sont censés être « durcis » notamment sur le spectre électromagnétique, là où on peut directement convertir un A330 en MRTT. Si Airbus veut imposer son tanker, il faudra passer à la caisse pour développer les spécifications demandées par le pentagone. Pas sûr que finalement ce sera un si bon plan! En revanche, louer des MRTT auprès d’opérateurs privés pour les convoyages et ravitos en zone permissive serait un palliatif intéressant pour l’USAF.

      • Paddybus dit :

        Ne pensez vous pas que le durcissement, entre autre électromagnétique, a aussi été fait pour les appareils Français qui assurent les missions des avions de dissuasion ..???
        Auquel cas, le sujet serait assez simple pour une telle vente…

        • Twisted dit :

          Non, on parle de quelque chose de beaucoup plus poussé pour le KC46 (du moins en théorie)

      • Obelix38 dit :

        D’où l’idée de scinder leur flotte de ravitaillement en deux :
        – KC-46 Durci pour la première ligne et pour sauver Boeing,
        – A330 MRTT en seconde ligne pour ne pas trop dépenser non plus et avoir un backup en cas de souci (type 737 MAX) avec la première.
        Les USA ont besoin de tellement d’exemplaires de chaque type de matériels qu’ils peuvent se permettre de faire du multi-source et/ou du spécialisé, pourquoi se priver ^^

  16. Tankaboum dit :

    L’us air force a déposé une demande sur les prix facturés aux clients de Boeing à l’étranger. Sur plus 200 pièces toutes les demandes ont été rejetées (Sur facturées bien sur ). Une seule à été donnée, les phares de navigation des Poseidons 70 000 dollars pièce pour le japon!!!! Je pense que Boeing est mal barré dans cette affaire, le japon a stoppé les mises à niveau des F15 pour les mêmes raisons.
    L’us air force est bien décidée à leur faire bouffer leur chapeau.

  17. Sun Tzu dit :

    A force d’avoir des produits qui ne remplissent pas leurs cahiers des charges, et qui ne fonctionnent pas ou très mal, on finit par se demander si les armées américaines ne finiront pas par prendre des MRTT ne serait ce que pour mettre la pression sur Boeing ; puis après avoir gouté aux performances des ravitailleurs, ils finiront par se rendre compte que le Rafale est un aussi très bon avion, et qu’il faut faire simple, évolutif et performant !

  18. Plusdepognon dit :

    Le KC 46 est un avion raté, Boeing n’a pas encore capté tous les secrets d’Airbus ?
    http://www.opex360.com/2021/02/04/les-capacites-de-lus-air-force-mises-en-peril-par-des-problemes-de-ravitaillement-en-vol/

    En ce moment, c’est au Japon qu’ils n’apprécient guère la blague…
    https://www.air-cosmos.com/article/boeing-aurait-ilsurfactur-ses-prix-au-japon-24975

  19. pubntrash dit :

    Airbus n’avait-il (elle ?) pas proposé il y a quelques temps à l’US-AIRFORCE du KaaS (Kerosene as a Service) = facturation à la tonne de kérozène délivrée à un avion ravitaillé, sans acheter le ravitailleur ?

    Cela peut être une solution intelligente, non ?

    • Lothringer dit :

      J’avais lu un article intéressant dans cet ordre d’idée il y a quelques années.
      Cet article expliquait que si nous sommes propriétaires, l’intérêt (financier) du fabriquant est que le produit nécessite des réparations ou un remplacement. Si nous sommes locataires d’un service rendu, l’intérêt égoïste du fabriquant est que l’objet qu’il a placé devienne presque immortel. Car si il loue un service immortel, c’est plus difficile pour le nouveau concurrent de lui prendre la place acquise.
      Ainsi cet article estimait que si Michelin louait ses pneus (sur la base d’un objectif de résultat contractuel) au lieu de les vendre, son intérêt égoïste serait que ses pneus durent 2 à 3x plus longtemps, car cela lui économiserait le coût de la fabrication des pneus de remplacement. Et cela économiserait au client le temps de l’immobilisation du camion pour changer les pneus.

    • farragut dit :

      Solution intelligente, en supposant que les ravitailleurs ne soient pas bêtement abattus en cas de conflit en devenant une cible prioritaire, ou « confondus » avec d’autres, genre avions civils à portée de missile SAM BUK…
      Toujours lire les petits caractères sur la tranche du contrat ! 😉

  20. Gandalf dit :

    Airbus utilise comme lievre pour negocier avec Boeing

  21. pmpm dit :

    Meme si Airbus ne remporte pas le contrat sa seule présence empechera Boeing d’imposer son prix .

  22. Carin dit :

    Les américains devraient apprendre de la chine. Disparition pendant 2 mois des PDG de LM et BOEING… et tout rentrerait dans l’ordre.

  23. Thierry dit :

    En ce qui me concerne ça m’est égal, Airbus et Boeing ont maintenant chacun un ravitailleur bien au point capable de faire le travail avec chacun leurs point fort respectif.

    Les F35 auront absolument besoin des ravitailleurs pour pénétrer en profondeur dans le système adverse, l’un ne va pas sans l’autre et ça forme un couple du tonnerre, le choix de la mariée revient au F-35 je pense, puisque c’est lui qui doit pouvoir ravitailler en priorité.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « En ce qui me concerne ça m’est égal, » Dans ce cas pourquoi postez vous? A h oui de la retape pour le F-35 qui n’étant pas d’origine française ne peut donc qu’être à vos yeux une fabuleuse machine!

  24. Nike dit :

    Les Américains ont bien achetés des FREMM aux Italiens, alors des MRT pourquoi pas. Si j’étais eux je couperai le marché en 2 : moitié Boeing, moitié Airbus. j’ajouterai une tranche conditionnelle pour celui qui fournira avec les meilleurs coût qualité délai, histoire de mettre la pression aux 2.
    Comme ça Boeing a l’honneur sauf et le congrès est content, USAir force limite les risques avec la moitié de sa flotte qui est fiable. Alors il faut faire 2 fois les formations etc… mais le temps presse, les Chinois poussent forts sur Taïwan, si les US veulent être crédibles il faut être en capacité de taper fort et loin. Les ravitailleurs sont donc indispensables.

  25. ron7 dit :

    Airbus !
    Airbus ??
    Présent !!
    Si… on raisonne déficit capacitaire et volume demandé, tout ceci avec les contraintes de calendrier…
    Airbus est déjà présélectionné !
    Alors après, que dire, pour rendre « l’opération » acceptable aux USA, on va définir un seuil à ne pas dépasser de l’ordre de 30 à 40 % pour l’avionneur européen au grand maximum !
    Hors de question d’aller plus haut ! Il faut garder Boeing dans l’équation, sans trop l’humilier !
    S’il lui reste les 2/3 du marché, l’honneur est sauf !!

  26. Lothringer dit :

    Il me semble que les Yankees, férus de technologie, ont oublié un fondamental universel et éternel en matière de conception : la résistance d’une chaîne est équivalente à celle de son maillon le plus faible. En conséquence, plus on ajoute de complexité à un système, plus ce système devient fragile car on augmente la probabilité qu’une des (devenues trop nombreuses) pièces soit défaillante. C’est le B-A-BA de la conception en bureaux d’études.

    Or nous parlons ici de matériel de guerre, donc la première qualité attendue, me semble-t-il, c’est d’être rustique.

    Nous, européens, sommes également à la merci de ce genre de problème avec une législation qui nous demande progressivement d’avoir des matériels de guerre « écologiques ». C’est vrai que c’est beaucoup mieux pour combattre l’ennemi si on a des filtres à particules (qui ajoutent de la complexité, source de panne, et réduisent l’efficacité du moteur, donc réduisent l’autonomie en kilomètres avec le même plein). Personnellement , ma première attente sur un véhicule de guerre serait plutôt du genre « ça doit rouler avec n’importe quel carburant sans tomber en panne, et ça doit pouvoir être réparé sur le bord de la route ». (Certes, le sujet du jour c’est des avions, c’est un peu différent…)

  27. Royal Marine dit :

    Airbus devrait exiger un marché de gré à gré, sans AO, de la part du Pentagone, avant de répondre…
    Et ne pas servir de lièvre à Boeing.

  28. Jean (le 1er) dit :

    Faut pas rêver, même si l’A330 MRTT est bien supérieur au KC-46A, les US vont bien trouver un moyen de piper les dés pour que le gagnant soit à nouveau Boeing…

  29. JC dit :

    Boeing vs Airbus. Ce ne sont pas toujours les meilleurs qui gagnent mais ce sont souvent eux qui partent en premier.