Pour ses navires de type Zumwalt, l’US Navy privilégie les missiles hypersoniques au canon électromagnétique

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

52 contributions

  1. oryzons dit :

    C’est surtout qu’ils n’y arrivent pas !
    Le reste est du baratin.

    Les US sous la pression chinoise remettent à plat leurs programmes et virent les brebis galeuses qui coûtent une blinde mais n’amènent soit rien en proportion de leurs coûts voire sont même à la limite du ridicule : Zumwalt, LCS, F22, F35, Class Ford, et donc maintenant le Rail Gun.

    Car un Rail Gun qui fonctionne est une arme redoutable qui change la donne pour un navire : beaucoup plus de munitions, beaucoup plus faciles à stocker.

    A voir ce que l’on réussira à faire de notre côté.

  2. Matt dit :

    Décidément ce navire est trop en avance sur son temps.
    Les EU doivent ce ressaisir car les mauvais choix s’accumulent à une époque où la contestation militaire s’aggrave…

    • Math dit :

      Ça pourrait être un pb de gestion de programme. Les responsables de programmes ne feraient pas leur travail. Soit ils acceptent une complexité mal maîtrisée, soit ils ont une gestion des risques défaillante, soit ils ne savent pas remettre à leur place les industriels, soit ils sont trop corrompus. Je n’arrive plus a comprendre la médiocrité de l’ingénierie US. Le pb est-il au niveau programmatique, ou au niveau des ingénieurs concepteurs eux-mêmes?

      • vrai_chasseur dit :

        @Math
        Pas d’équivalent de la DGA aux USA.
        Hormis la DARPA qui ne s’occupe que des innovations, le Pentagone est en prise directe avec les industriels. Avec tous les travers que ce genre de situation comporte. L’ingéniérie US n’est pas en cause : si on lui intime de vendre aux militaires le nouveau désoliveur de noyaux, elle le fera.
        Le seul garde-fou c’est le GAO, l’équivalent US de la Cour des Comptes française. Ils font le bilan (souvent très argumenté) des activités et programmes de l’administration US, mais pas la conduite des programmes eux-mêmes.
        C’est souvent après un rapport du GAO que les programmes sont abandonnés ou reconduits. C’est la piqûre de réalisme qui ramène les pieds sur terre à ceux des militaires qui rêvaient éveillés.
        Le GAO tient à jour une ‘liste des activités à haut risque’ de l’administration US ( cf http://www.gao.gov/high-risk-list ). Le Pentagone détient la palme, avec pas moins de 6 activités à haut risque répertoriées sur cette liste, dont :
        – gestion des programmes,
        – gestion financière,
        – acquisition des systèmes d’armes.
        C’est tout dire.

  3. Aramis dit :

    Ah mince! Pourtant « soit on paye pour suivre le rythme (et on paye cher), soit on reste sur le bord du chemin » comme disais l’autre!

    Ce clin d’oeil mis à part il est heureux pour les américains qu’ils aient arrêté la série à 3 Zummwalt et qu’il se reconcentre sur des moyens destinés à affronter une autre flotte.

  4. Raymond75 dit :

    Un obus à 1 000 000 $ remplacé par un planeur hypersonique dont la vitesse est annoncé à environ Mach 10 pour une portée de plus de 2300 km. … Rien n’est trop beau pour faire progresser la démocratie et la liberté (US) dans le monde.

    Un électrochoc serait peut être nécessaire pour ces glorieux décideurs ?

    • Max dit :

      Pour l’instant nous ne vivons pas trop mal en France. Cela sera bien différent avec une hégémonie chinoise…

    • AirTattoo dit :

      une petite piqure de moraline pour le pentagone face aux redoutables lobbys de l’armement américains. Après il ne faut pas d’inquiété, la puissance économique américaine en période de guerre est sans pareil..a oui c’est vrais que le dollars est la monnaie internationale et que le taux directeur au USA caa n’existe pas.

      • didixtrax dit :

        ou « était » sans pareil ? car possédant sur son propre sol toute la filière de la conception à la fabrication et ce hors de la protée des armes ennemies. Désormais ces deux assertions semblent discutables.

  5. Wagdoox dit :

    Encore un plantage monstre ça devient inquiétant.
    Surtout si l’Europe ne prend pas le relais voir pire achète…

  6. PK dit :

    Ça sent quand même l’embrouille. Le canon et le missile n’ont rien en commun pratiquement en termes d’usage…

  7. Prof de Physique dit :

    la vocation de ces canons électromagnétique est peut être plus défensive et à terre que sur des navires. Puisqu’ils consomment énormément d’énergie électrique, les placer près des centrales d’énergie électrique, mais aussi des bases aériennes et navales où l’on peu installer des générateurs « durcis » semble logique et opportun.

    • Clément dit :

      Ils pourraient aussi, à terme, être utiles sur des portes avions (ou au sol comme vous le dite), pour intercepter les missiles hypersoniques.

  8. Prof de physique dit :

    Pourtant, il semblerai que l’armée de l’air et de l’espace étasunienne possède ce genre d’arme depuis quelques années et s’en serve pour sauver le monde régulièrement…
    https://www.youtube.com/watch?v=iLiYLLKtucI

  9. Max dit :

    Il était convenu de 2000 Long Range Land Attack Projectile [LRLAP] pour 1,8 à 2 milliards $…
    Gourmand Lockheed Martin ! Trop d’ailleurs.

    • Yannus dit :

      Clairement oui.
      tant pis pour les USA, cela laisse une fenêtre ouverte pour nous.
      l’obus hypersonique devrait sonner le glas du char de combat

  10. jyb dit :

    biden devrait proposer les zumwalt à la suisse…parce que s’il a la signature radar d’une barque de pêche ses qualités marines sont sujettes à caution.

    • didixtrax dit :

      Même pas sûr que le Z puisse résister aux déferlantes dues à la violence de certains vents soufflant sur le Léman, tels Le Bornan ou La Vaudaire !

    • Fred dit :

      « Zumwalt », ça fait consonance suisse alpine. Je ne mangerai pas des carpes pêchées par cette barque, trop pollué le Léman, et en plus je n’aime pas la carpe, lui préférant le lapin.

      Plonk Et Replonk, série « Les métiers d’autrefois »
      https://blog.cuartoderecha.com/4darchivos/post_6649_4.jpg

  11. M dit :

    Quel gaspillage, 20 milliards pour développer ces bateaux.
    Ils sont tellement cher qu’au lieu des 32 exemplaires la Navy n’en a finalement commandé que 3, pour recommander derrière des Arleigh Burke qui sont en service depuis maintenant un long moment.
    Finalement l’armement révolutionnaire ne fonctionne pas, reste plus qu’un pseudo côté furtif qui ne sert finalement a rien.
    C’est une sorte de F35 sur les mers.

  12. Max dit :

    Elle est en arrêt maladie Capt Marvel ?
    Une arme de destruction massive de la gente masculine.

  13. questionNestPasRaison dit :

    Bonjour. Quelqu’un ici saurait pourquoi les grandes marines de guerre s’intéressent à la furtivité en réduisant la signature radar de leurs navires avec des solutions technologiques complexes (géométrie des surfaces, revêtement, émissions électromagnétiques) mais pourquoi aucune ne semble chercher à faire des navires semi immergés, à l’image de ce que font certains groupes de narco trafiquants. Cela me semble pourtant plus simple.

    • ULYSSE dit :

      Excellent remarque. DCNS avait en son temps proposé un navire submersible de ce type, le SMX 25….trop en avance sur son temps.
      Le frappeur de René Loire était un projet de navire semi submersible, de façon à limiter le franc bord et donc la vulnérabilité aux missiles mer-mer.

    • Prof de physique dit :

      Moins rapide et moins furtifs aux écoutes sonar.

    • Thierry dit :

      Un navire semi immergé est un demi sous marin, mieux vaut en avoir un en entier à la place !

      Des tas de projets ont déjà été étudiés mais aucun n’a jamais aboutit par manque de fiabilité et d’utilisation limité.

      J’ai souvenir il y a une vingtaine d’année d’un projet navire très bas sur l’eau qui projetait d l’eau contre ses flans, tel un arrosage en l’air qui retombe de chaque coté, afin de leurrer un missile qui le confondrait avec une grosse vague, sauf que ça n’empêche pas la détection radar !

      les trafiquants utilisent ce type de navire car un sous marin c’est trop cher pour eux. Quand on a les moyens on préfèrera toujours un sous marin.

    • Carin dit :

      Peut-être parce que un radar au raz des eaux, ne sert pas à grand chose? Peut-être aussi que des canons semi immergés non plus, ou que des silos à missiles qui se noient d’eau dès leur ouverture c’est pas top non plus… enfin, tout les petits problèmes que n’ont pas les narcos.

    • E-Faystos dit :

      Parce que les narcotrafiquants ne font pas la guerre.
      Et qu’il est difficile de maintenir à flots un navire à moitié immergé en cas d’avarie…
      Que l’accès aux ports de grosses unités serait trop complexe, comme toute activité en haut fonds.

    • tankaboum dit :

      sur des creux de 3 mètres cela s’appel un sous marin..rendre totalement étanche les suprastructures, les cellules de lancement avec des missiles qui doivent donc êtres à changement de milieux, des canons et des systèmes de défense capable de fonctionner une fois noyés…. cela s’en parler d’une vitesse et d’une manœuvrabilité ridicule. les pontons blindés datent de la guerre de sécession , ils naviguaient sur des rivières….

    • Ératosthène dit :

      Les narco-trafiquants font des sous-marins ou simili-sous-marins pour être hors de vue.

      Je pense que détecter par radar au-dessus de la surface de l’eau ou au-dessous de celle-ci est équivalent. Il n’y a dans ce cas aucun avantage à mettre le volume sous la surface. Ensuite, on pourrait mettre autant de volume au-dessus et au-dessous. Mais plus il y a de volume en-dessous de la surface, moins le bateau est rapide.

    • UnKnown dit :

      J’ai du mal à voir comment on pourrait utiliser des lanceurs verticaux voir même des tourelles sur un navire semi immergé. Ca me semble plus casse-gueule qu’autre chose (du style: on peut tirer mais uniquement par mer plate)

    • Max dit :

      Les navires de la sorte étaient les U-bot de la Kriegmarine désormais obsolètes.
      C’est soit au-dessus soit en dessous des flots. Question de tactiques et de stratégies.

    • Fred dit :

      @ questionNestPasRaison

      Moins hydrodynamique et l’imaginer dans des ceux de 10 mètres…

    • Nihilo dit :

      Je suis d’accord avec vous.
      Le Français René Loire avait proposé Le Frappeur. Mais ça n’a pas été retenu. C’est dommage je trouve.
      https://www.enderi.fr/Du-Frappeur-aux-DDG-1000-de-classe-Zumwalt_a43.html

  14. bobo12 dit :

    « le système d’artillerie de 155 mm qui équipe actuellement les « destroyers » de la classe Zumwalt […] ce type de canon ne peut utiliser que des obus de type « Long Range Land Attack Projectile » [LRLAP] qui, fournis par Lockheed-Martin, coûtent entre 800’000 et 1 million de dollars pièce. »

    Je ne peux pas m’empêcher de sourire en lisant ça … sacré LM.

  15. Thierry dit :

    Le Railgun américain est parfaitement au point.

    Ses capacités sont au top, mais le résultat est décevant.

    il est capable de tirer l’équivalent d’un obus flèche antichar (ne contenant pas d’explosif) et comptant uniquement sur sa force de propulsion pour infliger des dégâts, c’est à dire idéal pour percer un fort blindage, mais décevant pour causer des dommages qui sont très limités par ce système.

    peu utile contre les navires, missiles ou avions. les chinois le découvriront à leur dépends.

    Bref au vu du prix il fait moins bien pour plus cher donc aucun intérêt et ce projet est définitivement arrêté même si ce système pourrait resurgir pour une utilisation différente selon l’évolution technologique (un canon antichar monté sur avion par exemple).

    Bref les munitions à poudre ont encore de l’avenir pour les prochaines décennies

    A noter qu’un test avec un 155mm howitzer autopropulsé tirant avec un railgun à mach3 a réussi à détruire avec une munition HVP un drone (BQM 167) jouant la cible sensé représenter un missile de croisière, donc ça peu fonctionner pour des cibles peu rapide. pour les cibles plus rapide je crains qu’il y ait un problème de manque de précision extrême et de trajectoire car non guidé.

    La fin du financement du railgun correspond à la fin des recherches pour son développement qui a aboutit, et ils ont décidés de ne pas donner de suite industriel pour la production en série. le projet est mis pour une durée indéfini sur l’étagère.

    https://www.thedrive.com/the-war-zone/40875/the-navys-railgun-looks-like-its-finally-facing-the-axe-in-new-budget-request

  16. basstemp dit :

    J’ai pas compris le dernier paragraphe : En quoi le fait de doter les 3 Zumwalts de cette douzaine de « C-HGB » les feraient renouer avec leur design original de combat : Le littoral combat ship ? Avec 2300 km de portée, les machins il faudrait avoir besoin de taper au centre de l’Afrique ou de l’Asie pour forcer le navire a aller zone cotière pour se mettre a portée d’une cible au centre d’un continent

    Ou alors, ils ne le disent pas dans l’article, mais en ce cas : Ce serait dans l’idée d’aller taper des zones d’ou pourraient être tirés les fameux DF-21 ?

    Je dis ça, parce que pour moi il n’y avait pas + opti que le LRLAP dans une réelle logique de LCS ou de frappes contre terres comme ils disent … Oui bon sauf que ces trucs ne tapent qu’a 150 km environ (un peu + ou un peu – la n’est pas le débat selon d’ou tire réellement le navire …)

    Le vrai problème ne serait il pas ailleurs messieurs de la Navy ? Comme la possibilité (ou impossibilité plutot …) et l’incapacité a fouiller le bordel ambiant de la Darpa et de secouer BAE systems par les pieds la tête en bas pour aller a la « chasse aux couts » ? Je met ma main au feu que quelques piecettes pourraient tomber des poches …

    Car je pense aux USA le véritable problème (mais on a peut être bien le même en France et en Europe) c’est qu’on laisse beaucoup trop ces programmes dériver en termes de couts, surtout quand on parle d’obus a 800 000$ pièces ! Qu’est ce qui peut bien justifier un tel prix sur un tel obus ? Je m’étonne car pour un obus un peu similaire mais version US army capable de taper avec précision mais qui bien entendu n’a pas la même portée , ils sont allés jusqu’a environ 80 000$ pièces et déja la c’est marquant … Mais 10x + cher wow !

    On se demande si y a pas quelqu’un dans la chaine d’execution et de maitrise de la fabrication ne roulerait pas le contribuable US

    Autre sujet, concernant le canon électromagnétique : Il était stupide d’emblée d’envisager ça sur le Zumwalt ! Le canon EMRG si on réfléchit quelques secondes , il apparait surtout que ce type de canon a besoin d’un design de navire totalement dédié, dessiné, réfléchit et conçu pour ça ! Ce qui n’est pas du tout le cas du Zumwalt qui manifestement de naissance n’a jamais trop su a quoi il fut dédié un jour lui : / (non ne riez pas, c’est grave … Orf nan tant pis , foutez vous bien de leur gueule aha)

    Pour moi l’EMRG a surtout besoin d’un navire totalement dédié, je verrais déja d’entrée de jeu un format de croiseur nucléaire pour avoir une énergie quasi illimitée nécessaire a ce type de canon + des accus lithium en masse car il se peut que même le nucléaire ne soit pas assez selon combien on voudrait en mettre et combien capable de tirer a la fois ?

    Que les tourelles canon soient escamotables sur un système d’ascension, histoire qu’elles ne rouillent pas dehors hors combat , mais surtout pour leur donner la possibilité d’une procédure rapide de changement de tube canon a l’étage atelier + bas via un véhicule de manutention dédié pour ça, dans un environnement ou il y a la place et des procédures bien pensées pour que l’opération soit envisageable en moins d’une heure … Et alors, vous obtenez la possibilité qu’en fait cette histoire d’usure canon prématurée ne soit pas forcément un problème en soit si on peut rapidement changer de canon après XX tirs : Il suffit d’avoir des tubes canon d’avance et une gestion ou ils sont remplacés en escales pour un retour chez l’industriel …

    Après selon le type d’usure canon : Est il possible qu’une rectification puisse suffire ? En ce cas , faire en sorte qu’elle puisse être envisagée a bord dans l’atelier via des machines adaptées

    Ou design moins couteux éventuellement ? Une grue escamotable sur le navire pour faire cette manutention des tubes canons dehors avec des tourelles fixe en verticale (les tourelles non escamotables quoi …)

    En tout cas il était clair que le Zumwalt c’était mort d’avance pour ça

  17. Bob dit :

    Les progrès et l’installation de canon électromagnétique par le PCC est peut-être aussi un fake. Pour le moment, tout le monde en parle mais il n’y encore rien de concret mais affaire à suivre.
    Les Zumwalt doivent aussi réceptionner (quand?) des missiles hypersoniques mais sont-ils opérationnels? Sans doute que non, l’US Navy a certainement plus besoin de navire de combat en haute mer que des zumwalt. L’armée de l’Oncle Sam est une machine à gaspiller des dollars.
    L’Europe ne fait que la recherche théorique, nous allons encore nous prendre une génération de retard dans le développement de ces armes.

  18. lxm dit :

    Il faut rappeler une évidence, les asiatiques avaient une manière de penser très différente de l’occident et qui se reflétauit autant culturellement qu’en langue et religion; mais depuis le 20ème siècle, ils ont été progressivement « influencé » par la culture occidental et se retrouve donc avec 2 manières de voir et considérer un problème, 2 points de vue, ce qui permet de le résoudre bien plus rapidement. Et ils vont vite, d’abord le japon, puis les 4 dragons, puis la chine, et d’autres pays suivent. Nous sommes donc désavantagés. Il nous faut apprendre de l’asie et d’autres cultures du monde plutôt que nous la péter, ce qui suppose une autre manière de travailler( et c’est la même chose entre pays européens à une plus petite échelle). C’est le propre du blocage de patauger et donc consommer énormément d’énergie pour peu avancer.

  19. Jul dit :

    Le futur ! le vraie !

  20. tonyo dit :

    Bonjour,
    Concernant l’AGS des Zumwalt, les obus ne sont pas juste hors de prix, ils ont carrément été abandonnés pour cette raison, et n’ont pas de remplaçant prévu. Ce qui fait 6 tourelles (elles-mêmes pas données) qui ne tireront jamais…

  21. HMX dit :

    Le programme Zumwalt est un plantage monstrueux, qui symbolise à lui seul les errements de la stratégie US des années 2000, aux côtés des LCS et autres F35… des dizaines de milliards engloutis pour 3 navires, dont l’armement principal, le canon railgun, est finalement abandonné parce qu’il ne répond pas aux attentes initiales (coût et fiabilité notamment). beaucoup de temps et d’argent auront donc été engloutis pour presque rien, et l’US Navy se réveille en constatant que la Chine est sur le point de la supplanter dans le Pacifique.

    Ceci étant dit, le railgun reste un concept très prometteur. Il sera donc capital d’observer les progrès chinois en la matière, et plus modestement les travaux menés par l’ISL franco-allemand. ce serait un camouflet supplémentaire pour l’US Navy si la Chine ou l’Europe parvenait à mettre en service des railguns opérationnels avant elle…

    • Barfly dit :

      Après ces navires serviront quand même à quelque chose, n’oublions pas qu’ils ont une capacité d’emport de 80 missiles Tomahawk ce qui est loin d’être négligeable.
      Ces navires ont certaines qualités et ils peuvent être reconvertis en « gunship » ou se spécialiser dans les frappes anti navire avec la dernière génération de Tomahawk Block V. Bref, c’est vrai le programme Zumwalt est un fiasco mais le peu qu’ils ont réalisé servira sans doute plus qu’on ne le pense.

  22. tschok dit :

    @question,

    Sans être spécialiste, j’entrevois plusieurs difficultés.

    Si la plus grosse partie de la coque du navire est immergée, cela implique que la surface de coque exposée à la friction hydrodynamique est beaucoup plus grande donc que la dépense énergétique pour faire avancer le navire est plus élevée.

    Par ailleurs, la tenue à la mer des bâtiments semi-immergés est réputée médiocre si on se réfère à ce que disent les marins des sous-marin lorsqu’ils sont en surface. Il en va de même pour leur manoeuvrabilité.

    D’autre part les propulsions à base de turbine à gaz sont gourmandes en air: il faut pouvoir absorber de grandes quantités d’air par des prises d’air placées en hauteur à l’abri des embruns et des paquets de mer en cas de mer formée. Ce n’est pas impossible bien sûr, mais cela implique une architecture compliquée: il faut imaginer une coque semi-immergée surmontée d’une sorte de gros manchon un peu grotesque et suffisamment haut pour être au-dessus des vagues, afin de ne pas provoquer une voie d’eau.

    Il y a encore le problème des capteurs divers qu’on apprécie de pouvoir placer en hauteur car cela permet de repousser la limite de l’horizon et cela permet également de les soustraire aux perturbations générées par les embruns qui peuvent former une véritable nuée; En fait, c’est simple, sur un navire, plus vous êtes haut, mieux vous voyez et plus vous voyez loin. Donc, là encore, il faut imaginer un design un peu compliqué: la coque immergée doit être surmontée d’une sorte de château permettant de donner de la hauteur aux capteurs et à la passerelle.

    On peut également penser aux problèmes que poserait un hélicoptère: comment mettre en oeuvre un hélicoptère à partir d’un navire au ras des flots qui bouge dans tous les sens et dont la piste d’envol pourrait facilement être balayée par les vagues? Une fois de plus, vous allez devoir concevoir un design un peu bizarre: suspendre au-dessus des vagues votre piste d’hélico. Et le hangar qui va avec.

    Bon voilà, rien qu’avec ça, on a du grain à moudre. Ca nous fait un design un peu étrange: une coque immergée qui aura sans doute la forme d’un animal marin. Deux espèces de machin qui partent vers le ciel, l’un pour aller chercher de l’air, l’autre pour placer en hauteur la passerelle et les capteurs, et puis une piste et un hangar suspendu au-dessus de la coque sur des pilotis ou sur une structure de soutien qui ferait corps avec elle. Et en définitive, tout cela fait du volume.

    Donc, à un moment, vous vous dites: mais pourquoi je m’emmerde à immerger une coque pour me retrouver avec du volume au-dessus, alors que l’idée de départ était de tout enfouir sous la surface du dioptre pour échapper aux radars ennemis?

    Et en plus, je fais un navire qui surconsomme et dont les qualités nautiques sont comparables à celles d’une grosse citerne? Tout ça pour ça?

    Et quand vous arrivez là, vous comprenez pourquoi on en reste à l’architecture classique avec la traditionnelle séparation oeuvre vivre/oeuvre morte: partie du navire dans l’eau, partie du navire au-dessus, avec une ligne de flottaison entre les deux.

    Cela dit, s’il fallait vraiment le faire, alors je ne ferais pas ce que je viens de vous décrire: je ferais un catamaran semi-submersible, capable de s’élever au-dessus des flots à grande vitesse, et de se planquer sous la flotte en cas de besoin, à petite vitesse. Les deux coques du cata serait reliées par un pont dans l’épaisseur duquel je mettrais mon hangar et ma piste. Et je résoudrais le problème des deux points hauts (capteurs et passerelle +prises d’air) en surmontant les deux coques d’une sorte de kiosque effilé. Et en marche normale, à vitesse économique, le navire serait un classique catamaran.

    Mais je doute que cette formule plaise, car les marins sont des gens conservateurs. Pas pour le plaisir de l’être, mais parce qu’ils préfèrent ce qui a été éprouvé par l’expérience et l’usage sur le temps long, la mer état d’abord et avant tout un milieu hostile où la permanence du danger rend ce qui a fait ses preuves préférable à tout le reste.

    • ULYSSE dit :

      @Tshok. Il faut distinguer les bateaux semi immergés qui présentent peu d’intérêt , et les bateaux submersibles , partiellement (dont le franc bord peut être abaissé avec un système de ballasts) ou complètement.
      1er cas de figure le frappeur de René Loir (qui avait également prévu un dispoitif de projection d’eau évoqué par Thierry).
      2ème cas de figure, le SMX 25 de DCNS, navire submersible, capable d’évoluer en surface à haute vitesse (vmmax de 38 noeuds) ou de plonger à 100 mètres de profondeur. Selon DCNS , toutes ltechnologies sont matures pour sa réalisation….ne manque que la commande.
      L’évolution des navires de guerre est marquée par des technologies de rupture (cuirrassés, sous-marins et porte-avions par exemple) . il faut savoir oser, ce que savent faire les US, sans se tromper, ce qu’ils savent moins bien faire ces derniers temps…

  23. lxm dit :

    Puisqu’on parle avec ce projet d’avenir, je rajoute qu’on peut faire de beaux joujoux sur le papier, mais comme tout navire il reste très fragile face à ce nouveau pan technologique qui se développe avec les drones, tout ce qui est robot ou arme sous marine. On avait connu les attaques de meutes pendant la 1ere et seconde guerres mondiales de sous-marin, mais si par exemple une douzaine de drones sous marins( ils pourraient être lâchés par un navire ou un sous-marin porte-drone) se rapprochaient de n’importe quel navire, on aurait beaux les repérer au sonar, on ferait quoi ? y’a pas de contre-mesure existante contre des unités rapides et mobile sous le niveau de la mer. Le concept de base avec sa sentinelle ou de porte-avion avec aussi sa sentinelle aérienne ou d’armée avec sa reco, n’ont pas d’équivalent dans le monde sous-marin.

  24. Tantor57 dit :

    Personne n est choque du prix de l obus ? 1 000 000 de dollars piece ? Il est en or ou quoi ? Un barreau en alliage de tungstene de ce calibre ne devrait pas couter plus de 100 000 dollars. Ca sent la gestion de programme foireuse et c est tout.

    • Plusdepognon dit :

      @ Tantor 57
      C’est la version nouveau monde du fameux « c’est le contribuable qui paye »…
      https://www.air-cosmos.com/article/quel-avenir-pour-le-zumwalt-24489

    • Momo dit :

      Vous n’avez pas compris.
      Ce qui coûte cher n’est pas la matière, c’est La creation, l’oeuvre et le le génie qui se concentre dans la signature de l’artiste.
      LM
      Cela n’a pas de prix.
      C’est pour cela que les tous meilleurs dirigeants de la planète sont naturellement obligés de ceder, quoi qu’il en coûte, à tant de beauté et d’inspiration, comme l’explique LM mieux que quiconque dans l’univers visible.

  25. Lagaffe dit :

    Dans le roman « La flotte fantôme », 2 écrivains, ex-conseillers du Pentagone, imaginent une guerre cyber, spatiale et navale entre la Chine et les USA dans 10 ans qui tourne au profit de la Chine qui occupe militairement Hawaï après avoir coulé par surprise le gros de la flotte américaine du pacifique. Les américains réussissent à reprendre Hawaï en détruisant la flotte ennemie grâce au Zumwalt et son canon électromagnétique… et je viens juste de finir le bouquin quand le Pentagone annonce la fin du canon électromagnétique ! Zut alors !

  26. Ghostrider dit :

    @ math .. les deux mon capitaine .. pb de gestion de programme et de stratégie … les ingénieux US sont très bon mais trop de pognon sur le table, loby des majors. la masse financière est tellement énorme qu’il font n’importe quoi.