L’armée de Terre va ouvrir une École militaire préparatoire et technique à Bourges en 2022

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

36 contributions

  1. Arnaud dit :

    Une excellente idée de recréer cette école. Mais surtout, quel dommage (et quelle aberration) d’avoir supprimé l’ENTSOA…

    • Ersatz dit :

      Excellente nouvelle. Faire, défaire, refaire… Il est un peu désolant de constater a quel point on jette aux orties les bonnes recettes pour les redécouvrir quelques années plus tard. Dommage aussi qu’on ne profite pas de cette re-creation pour redynamiser une ville de province qui a perdu sa presence militaire. Pourquoi pas Issoire, de nouveau ?

      • revnonausujai dit :

        la caserne d’Issoire est occupée par le 28° régiment des Transmissions.

      • DUDUL dit :

        A Issoire il y a déjà un régiment qui a ^pris la place de l’ENTSOA.

  2. Eric dit :

    Quel retournement de situation, je suis heureux de cette création autant que j’étais triste de la dissolution
    de mon école l’ENTSOA.
    J’y ai tout appris EXEMPLE ET RIGUEUR

    • T632 dit :

      Je confirme aussi avoir tout appris à Issoire , technique , rigueur, discipline.
      Tous les camarades de ma promotion que je revois ont choisi des voies différentes à l’issue de leur contrat mais ils ont tous globalement bien réussi leur carrière professionnelle. L’infrastructure d’Issoire me semble plus adaptée pour une école que pour un régiment des Transmissions. L’ESAM de Bourges avait certainement des infrastructures disponibles, les mécaniciens Tigre sont formés à Fassberg (RFA)
      L’ambiance de Bourges ne sera certainement pas la même que celle qui était de mise à Issoire. C’est globalement une bonne initiative. Un Bip de la 7 .

  3. RGA dit :

    Excellent.. médiocre élève de la 16eme promotion, à Tulle , quartier marbot, ayant quitté une armée en temps de paix, c’est à dire une fabrique de C…, j’ai vendu mes compétences en arabie, en irak, en syrie, en Afrique, directeur opérations, 120 Keuros /ans net en 2017… bref, pas un premier de cordée, mais une excellente formation….à condition d’en sortir. et toujours un BEP et CT1, mais mes clients s’en moque, de la « carte universitaire ». mon CV parle, pas mes diplômes.

    • Jackez Le Navenec dit :

      Bonjour,

      Manifestement cette « fabrique de C… » comme vous dites a eu du bon pour vous.

    • olivier 15 dit :

      L’armée française est toujours officiellement en temps de paix. Les gars de Barkhane apprécieront pour « les c..s ». Votre côté  » moi je « , outre le fait que tout le monde ici se tape de votre carrière, est particulièrement insupportable. ( j’ai 30 ans de vie mili au compteur, ce qui fait de moi un sacré con… Désolé. )

    • JLL33 dit :

      N’importe qui ici peut s’inventer une carrière particulièrement réussie … Mais par contre, ancien élève de la 6ème promo de l’EETAT (1968), mon classement m’ayant permis de choisir les Troupes de Marine, spécificité Troupes AéroPortées, je n’ai pas croisé beaucoup de C… comme vous le dites. Mais peut-être que votre « médiocrité » a influé sur votre classement, donc sur le choix de votre Arme …
      En clair, ta vie, on s’en cogne, mais ça ne peut en aucun cas être une raison d’insulter les autres …
      Bonne journée…

  4. Plusdepognon dit :

    Les autres armées, peut être parce qu’ elles se disent plus axées « technologique » n’ont pas fait l’erreur de l’armée de terre de dissoudre Issoire :
    http://www.nihouarn.com/EETAT/pages/dissolution/dissolution.php

    C’est donc un début, d’autant qu’être un soldat avec Scorpion, demandera autre chose que de savoir creuser un trou de combat :
    https://www.leberry.fr/bourges-18000/actualites/la-ministre-des-armees-visite-les-ecoles-militaires-de-bourges-et-l-entreprise-gattefin_13954238/

    Annoncée en décembre 2020, le démarrage ne demande qu’à prendre de l’ampleur…
    https://www.leberry.fr/bourges-18000/actualites/le-general-frederic-sabia-commandant-des-ecoles-militaires-de-bourges-notre-modele-est-conforte_13906927/

  5. Mat49 dit :

    Pour une fois que nous revenons sur une erreure passée.

  6. Opexum dit :

    Pour votre information, Bourges n’est juste une école d’application pour les sous officier issue de St Maixent.
    Issoire était une vrai école de formation.

    Mes plus belles Années , promotion Ambrosini, 1991.
    Par tous le Saint, Vive les Issoiriens.

    • MARTIN dit :

      Visiblement, tu n’as rien compris !!! Une 3° école ouvre ses portes dans la garnison de Bourges, qui profitera bien sur des installations technique de l’école du Matériel et du CFL,(centre de formation à la logistique) sans être intégrée à l’école du Matériel. Et l’ex ESAM de Bourges n’a jamais été une école d’application pour des sous officiers issus de st Maixent mais une école de spécialisation, CT1 et CT2 et spécialisation sur tous type de matériel et école d’application pour les jeunes officiers, école de formation pour les officiers méca, les chefs de BML etc, etc….. La nouvelle école, totalement indépendante est une Ecole Militaire Préparatoire Technique qui d’ici peu n’aura rien à envier à feu l’école d’Issoire.

  7. Enfin … et à Bourges, au centre de la France, auprès des écoles du Train et du Matériel / Logistique comme je l’avais suscité sur ce site. Bien joué. De grands « géographes » avaient d’ailleurs estimé que Bourges n’était pas l’idéal.

  8. AUBRIET dit :

    Ancien élève de l’EMPT du MANS (AET’s 1971, 1975), à l’époque le terme Préparatoire signifiait : corniche, préparation aux grandes ÉCOLES : Cyr, Naval, Air, Arts et Métiers , X, Médecine . Or je ne vois rien de tout ça,,,, Préparatoire à quoi ? Au soutien de Scorpion ? Ce que NEXTER ne voudra pas faire ?
    Titre pompeux pour former des Sous Officiers techniciens spécialisées.
    Vont ils avoir une carrière valorisée? Si je prends mon cas, sorti du Mans en 1975 avec un BTn Auto (niveau bac) diplôme civil, pour nous inciter à nous engager on nous octroyait le CT1 par équivalence, au bout de 5 ans le BMP1 (CT1+CM1) équivalait au CAP. J’ai donc passé mon CT2 sur 2 ans, 1ere année, 6 mois de cours par correspondance et examen d’accès à Bourges, 2eme année stage 6 mois à Bourges et le grade de Chef après 7 ans jour pour jour de Margi. L’année suivante , 1984, j’obtenais mon BMP2 qui me donnait par équivalence le BTn Auto que je détiens depuis 1975. Impression de végèter…
    Alors quelle perspective de carrière?
    Et SVP : les personnels affectés dans les Ecoles doivent faire partie des meilleurs (mes meileurs à moi ne sont pas forcément les vôtres, j’ai horreur des Youky). Les personnels qui rentrent de séjour n’ont pas leur place en Ecole mais en régiment. Une École doit être le Temple du Savoir.
    Pourquoi ne forme t on pas des maintenanciers avec un potentiel de compétences recherchées sur Scorpion, au sortir de St Maixent ? ils sont déjà bacheliers. J’ai du mal à saisir l’intérêt de cette nouvelle École.

    • Jimbo dit :

      Aussi, NEXTER ne déploie pas ses hommes en opération extérieure. Donc si votre GRIFFON, JAGUAR ou autre SERVAL est en carafe en plein sahel, vous pourrez attendre un peu pour repartir…

    • Plusdepognon dit :

      @ AUBRIET
      L’externalisation du maintien en conditions opérationnelles est prévue à hauteur de 40% et n’oubliez pas la fameuse maintenance prédictive :
      https://blablachars.blogspot.com/2020/06/operation-verite-par-arquus.html

      L’intérêt du métier de mécano se pose en effet.
      http://www.opex360.com/2020/07/08/le-general-burkhard-met-en-garde-contre-le-tout-prive-pour-la-maintenance-des-vehicules-de-larmee-de-terre/

      Cela a été théorisé depuis des années par des gens qui aujourd’hui bossent chez les industriels avec qui ils ont contractés du temps où ils étaient aux affaires :
      https://www.cairn.info/revue-defense-nationale-2017-2-page-21.htm

      Le satisfecit de 2020 est que malgré le Coronavirus et le mini-chaos logistique qui en a découlé, l’OPEX n’a pas craqué :
      https://operationnels.com/2020/05/13/en-opex-la-chaine-de-soutien-mco-a-repondu-presente/

      Mais si les problèmes du MCO sont multiples, ceux du manque d’entraînement le sont tout autant :
      https://www.lalettrea.fr/entreprises_defense-et-aeronautique/2021/04/26/le-gros-trou-d-air-des-helicopteres-de-florence-parly,109660548-art

      • MARTIN dit :

        Ancien élève de L’EMPT du Mans, 61/64 puis de l’EETAT d’Issoire 64/67, je me permets de te rappeler que les EMPT, à l’origine Montreuil sur Mer 1920, Tulle 1924 et enfin le Mans 1947 était des écoles préparatoires de formation de sous-officiers. C’est la dérive vers la formation presque exclusive d’élève officier avec une corniche Cyr et une classe préparatoire aux ARTS qui a entrainé la fermeture de ces écoles, qui avaient perdu leur vocation première, former des futurs sous-officiers technicien.

    • charly10 dit :

      Bonjour collègue
      Le terme « Ecole Militaires Préparatoire » n’était pas lié aux classes préparatoires Arts et métiers et Cyr ; Le terme « Préparatoire » indiquant le fait que ces écoles étaient des écoles de lycéens et collégiens. Sur une promo, de 180 élèves, entrant en 5ém ou 4 eme, 30 % suivaient une filière Maths et techniques puis bac technique ; de cette filière, une 20 à 30 élèves bacheliers poursuivaient sur la classe préparatoire Arts et Métiers majoritaires, pour quelques-uns vers St Cyr via la prépa à La flèche. Le gros des bataillons d’élèves suivant des filières Brevet Enseignement Industriel, et CAP option mécaniques ou électro mécaniques Auto. Ces écoles techniques situées à Tulle et Le mans étant les héritières des écoles dites d’enfants de troupe d’où le terme d’AET ; Ancien Enfant de Troupe. La fameuse mafia des AET’s comme certains le disait. L’école d’Issoire EETAT a été créée en 1964 à partir d’un noyau d’élèves des écoles du Mans et de Tulle. C‘est cette école qui a perduré a la fermeture de l’EMPT de Tulle en 1966 puis du Mans, dans les années 80.
      La plupart d’entre nous entrait ensuite après formation militaire, dans une unité de soutien du Matériel, puis cursus de spécialité à l’Ecole Supérieure d’ Application du Matériel (ESAM Fontainebleau jusqu’en 1966, puis Bourges).
      Ancien EMPT Le mans 62/66

  9. Sorensen dit :

    Alors là, chapeau. C’est une excellente initiative.

  10. Jimbo dit :

    L’intérêt est triple : recrutement dans les filières déficitaires, fidelisation et préparation de l’avenir avec des gamins formés « prêts à l’emploi » sans attendre la sortie de St Maix et l’école d’appli. Par ailleurs, les perspectives de carrière ont évolué depuis votre époque et ces jeunes s’intégreront parfaitement dans le nouveau parcours des sous-officiers. Par ailleurs, ces jeunes ne feront que 4 mois à St Maix (formation mili type semi direct amélioré) et permettront par conséquent de laisser des places libres aux autres domaines de spé qui subissent une forme de surcharge de techniciens (ration 80-20 environ). Par ailleurs, le technicien ne s’arrête pas au mecano ou matochard, il est également question des filières liées au numérique. C’est un beau projet avec des ambitions de recrutement, de fidelisation et de parcours de carrière dans des filières déficitaires mais pourtant porteuses. D’autant plus que la nouvelle politique de rémunération des millitaires est attractive. Cordialement

  11. AirTattoo dit :

    Une bonne chose mais comme d’habitude une demi-mesure. Nous somme en 2021, un bon technicien ce doit d’avoir un parcours valorisé Bac plus deux pour prétendre a un titre niveau III. Limiter cette école a un bac pro est a mon sens une erreur même si l’enseignement militaire est de qualité.
    La formation militaire élémentaire c’est 2 mois pour la troupe; 2 semaines pour le PEG, 4 semaines pour le PESO… Valoriser des techniciens avec une compétence niveau III (exemple une formation de Mécatronicien'(ne) niveau III) avec après 6 ans de loyaux service et des formations internes avec les constructeurs, une VAE niveau IV, serait pas du luxe, donnerait surement plus envie aux jeunes d’exercer un métier avec une part d’aventure sans pour autant après retour dans la vie civile les laisser sur le carreau avec comme seule ambition d’en faire des ouvriers smicards. on est plus dans les année 80.

  12. Phil dit :

    Un pas en-avant 3 pas en arrière, faire et défaire c’est toujours travailler !

  13. Jm dit :

    Je suis déçu.
    Pas de création d’une académie, mais une…..simple école !!!!!
    Tout se perd, ma pôv dam !!!

  14. jean aymard dit :

    C’ est heureux.
    Souhaitons nous qu’ il y entre des aspirants à la hauteur.

  15. Franck dit :

    Je suis heureux de voir que nos chefs ont enfin eu un éclair de lucidité et de corriger l’erreur de la dissolution de l’ENTSOA.
    Bon vent aux futurs techniciens de la part d’un ancien du CM LE MANS ( 78-81) , de l’ENTASOA TULLE ( 81-83) et de l’ENTSOA (83- 84) .

  16. Borca dit :

    Faire, défaire,refaire…
    Comme d’habitude, au nom des  » economies » de la  » rationalisation  » ecetera, on s’est rendu compte que, comme la PEGP, les Bases de défense, GSBDD et autres réformes, cela ne marchait pas au »TOP »….
    Un ancien de Tulle.
    Et pour l’humour  » Tulle la bulle, Issoire l’abattoir « .

  17. Bob dit :

    Cela promet d’être une usine à gaz le programme scorpion, avec ELBIT en espion et une MCO qui promet de ne pas être très reluisante si c’est pour ouvrir un centre de formation. La guerre de haute intensité avec du matériel fragile et une logistique guère efficace est perdue d’avance.

    • Pascal (l'autre) dit :

      @ Bob Chapeau champion vous savez conjuguer avec constance défaitisme et dénigrement systématique! Je suis persuadé qu’avec des pitres comme vous la France ira de l’avant! Indubitablement!

  18. ptit-gris dit :

    Comparer cette « EMPT » avec Issoire est un peu rapide ! ENTSOA formait des SOUS-OFFICIER TECHNICIEN pas celle-ci, seulement des jeunes formés avec bac pro/tech et formation militaire élémentaire.
    Quid après la formation de deux ans à bourges ? CDD ? Engagement EVAT-SOFF-OFF ?

  19. Piliph dit :

    « Seulement, dans une logique de « rationalisation » et d’économies, il fut décidé de fermer l’ENTSOA en 1995, alors que les besoins en techniciens qualifiés n’allaient pas se réduire, bien au contraire… » : religion de l’externalisation de l’entretien et mythe du « le privé, c’est plus efficace ». Ou le contraire, si vous préférez…

  20. xorminet dit :

    Je ne comprend pas ce que l’école des mousses vient faire dans cet article.
    Ce n’est pas une école technique

  21. jojo dit :

    on avance et on recule, pour des économies de bout de chandelle on a supprimés des écoles de formation qui on permis pas mal d’ élèves bof de l’éducation nationale de se révéler. C’est pour cela que le terme de tallent utilisé par le générale Burkhard est contre productif, a mon avis, les jeunes qui lise cette article et qui seraient tenté risque d’être un peut dépité par le terme. Cela aurait été mon cas car n’étant pas une foudre de guerre à l’école la confiance n’était pas la et je ne savais pas si j’avais du talent ou un talent quelconque. Mais c’est le terme à la mode avant on avait collaborateur.

  22. Paul Bismuth dit :

    « L’armée de terre française est taillée pour la gestion de crise, pas pour la guerre »:
    https://croixdeguerre-valeurmilitaire.fr/2021/04/08/armee-de-terre-de-la-gestion-de-crise-a-la-guerre-future/
    Et pour servir à apposer le label « utilisé par l’armée française » ou « combat proven » en bon français du 21ème siècle.