Huit militaires vont être jugés pour l’accident d’un hélicoptère Cougar survenu en 2009, au Gabon

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

81 contributions

  1. Sariguenostalgie dit :

    Il y a peut être des anciens du 13 qui lisent , ils devraient nous raconter leurs missions de l’autre coté du rideau de fer , les sauts d’un hélico de la Bundeswher tard le soir pour aller faire de la reco en Tchécolosvaquie sur le camp de Doupov par exemple .

    • Poutargue dit :

      C’est une boutade de votre part ou bien cela se passait bien à partir du sud de l’Allemagne dans les années 1980 ? 😛
      Ein junger Franzose damals am Bodensee …

      • Au delà du plausible dit :

        Ah le grand « 2 » et les couillus du bodensee !!!

      • Franz dit :

        … Der Deutsch dort gelernet hat 😉 ?

      • Sariguenostalgie dit :

        @poutargue , non non ça se passait bien dans cette partie de la Bavière entre HOF et un bled dont j’ai oublié le nom où il y avait des stations d’écoute et aussi bien sûr en DDR , l’avantage était que Doupov n’était qu’à quelques dizaines de kilomètres de la frontière et pour revenir en RFA il n’y avait que de la forêt , le rideau de fer était à 2 kilomètres environ en retrait de la frontière et se passait assez facilement car les rondes étaient à heures fixes . La route en RFA pour récupérer les hommes du 13 passait exactement à 1 mètre de la frontière .

        • Robert dit :

          Il existe des ouvrages voire des romans qui racontent ces aventures?
          Sur un dossier de Raid, j’avais appris que les dragons terminaient leur formation en étant largué derrière le rideau de fer, à charge pour eux de revenir à l’ouest.

        • 91/12 dit :

          Fürth im Wald ? Il avait aussi Goslar et Achern.

    • Rafale28 dit :

      En tant que journaliste, en 1986 j’avais, dans le cadre d’un reportage sur les activités du parc hélicoptère des Bundesgrenzchütz (garde-frontières) ouest-allemands, franchi le rideau de fer en radada au-dessus de l’Elbe à bord d’un de leurs UH-1H Iroquois. On s’était un peu baladé côté oriental puis on était revenu se poser en plein champ au bord du rideau de fer – côté ouest – et l’équipage de notre hélico avait tenté de discuter avec le Vopo qui était venu à quelques mètres de l’autre côté du rideau pour nous prendre en photos. Ce genre de voyage était alors devenu une sorte de bizutage pour journalistes.

  2. 341CGH dit :

    Et encore une fois le secret de l’instruction judiciaire n’est pas respecté.
    Personnellement je ne suis pas du tout impliqué dans cette tragique affaire.
    Mais en qualité de citoyen j’observe que notre système judiciaire a besoin d’un sérieux recadrage sur les principes de base.

    • Davy Cosvie dit :

      Au lieu de faire ch… les militaires avec un « devoir de réserve » qui n’est pas défini, l’on devrait sanctionner tout manquement au secret de l’instruction qui lui est un concept parfaitement défini.
      .
      Évidemment, ceci n’est pas un appel (qui serait vain) à Dupont-Moretti.

      • tschok dit :

        @Davy,

        A compter du 8 juin, c’est-à-dire demain, premier jour du procès public, le secret de l’instruction prend fin puisque s’ouvre une audience publique où seront examinés tous les faits de la cause.

        En démocratie, le procès est public. En dictature, non. Dac?

        Donc, à moins que vous arguiez d’une violation du secret de l’instruction au moment où celle-ci avait cours, je ne peux que me navrer de votre ignorance des principes de fonctionnement de base de la justice, d’autant plus qu’elle est agressive, puisque l’on sent bien une certaine animosité personnelle qui tombe sur notre ministre de la justice qui est complètement étranger à cette affaire, les faits datant de 2009.

        Mais d’un autre côté je me dis que l’ignorant est souvent agressif et donc que votre comportement est finalement assez dans le ton de l’époque qui veut qu’on reproche aux autres notre propre bêtise, avec agressivité en plus.

        Là, ça tombe sur Dupont-Moretti, pourquoi pas lui effectivement? Il est vrai que la plupart des mecs comme vous ne se font pas trop chier et ciblent les Noirs, les Arabes, les juifs, les Gitans, les patrons, les intellos, les féministes, les écolos, les gauchistes, etc.

        Allez, c’est pas du veau c’est de la vache, emballé c’est pesé, va pour Dupont-Moretti. Téléphonez-lui pour lui dire, je suis sûr que ça va le bouleverser. Nous le broyez pas quand même, il est si sensible.

        • Auffray dit :

          A compter de demain le 08 juin 2021, mais là on est la veille donc le 07 juin 2021. Donc je vous cite à partir de demain…

        • Czar dit :

          « En démocratie, le procès est public. En dictature, non. Dac? »

          donc les procès de mineurs – toujours à huis-clos, comme le sont certains autres, se déroulent en dictature, péteux-ou-schnok ?

          • tschok dit :

            @Czar,

            Nan, c’est plus simple, mais faut encore le comprendre: en droit vous avez une construction principe/exception.

            Là, ça donne ça:

            Principe: publicité des débats
            Exception: huis clos dans les conditions prévues par la loi notamment la protection des mineurs

            Voilà ducon, c’est tout simple, maintenant t’es juste un peu moins con qu’il y a 30 secondes.

            Je t’en fais faire des progrès, hein?

            Au fait, il y a un truc qui m’interroge: vu comme tu causes, j’pensais que tu avais une meilleure culture générale, mais c’est pas le première fois que je m’aperçois que t’es con comme une bite sur certains sujets. Tu vas nous chercher des trucs sophistiqués sur le père Joseph ou le duc d’Orléans mais tu connais que dalle sur le fonctionnement de la justice, niveau cours d’éducation civique au collège Salvador Allende dans une ZEP de banlieue.

            T’as été dans un bahut religieux toi, chuis sûr. La France de l’Ancien Régime tu la connais par coeur, mais à partir de la mort de Louis Philippe, c’est le blanc total, même sur des trucs simples.

            T’es au courant qu’on est en 220 v cadencé à 50 Hz ou le vibro que ton curé t’as fourré dans le cul marchait sur des piles?

          • Robert dit :

            Il y a un kapo et un procureur derrière tout militant de gauche, voire un psychiatre pour faire scientifique.

          • ScopeWizard dit :

            @tschok

            En bref , bien souvent -pas toujours- les audiences devraient rester confidentielles comme le sont les délibérations ; le fait de les rendre publiques n’ est pas aussi positif que d’ aucuns se persuadent , c’ est même parfois tout le contraire .

            Nous sommes toujours , alibi du respect et gage du bon fonctionnement démocratique oblige , dans ces « traditions » héritées des exécutions en place publique excepté que la justice via par exemple telle ou telle sentence exécutoire dans l’ heure n’ est plus rendue en plein air sur des places bondées de spectateurs et spectatrices y compris enfants , sauf exception seules demeurant publiques les audiences de cour .

            Et c’ est un vrai problème sur lequel « on » préfère mettre l’ étouffoir ainsi plus de problème qui tienne .

        • ScopeWizard dit :

          @tschok

          Je vais la faire courte et directe .

          Ce n’ est pas parce que vous sucez la bite de tous ces cons qui nous gouvernent et décident pour nous au point de pondre lois sur lois jusqu’ au grand n’ importe quoi , que les autres devraient en faire autant……..

          L’ esprit des lois , ça vous parle ?
          Ben , visiblement ça ne parle effectivement plus à grand monde………

          Il n’ empêche que cette histoire de publicité « normale » ( car soit-disant si représentative d’ un système démocratique qui fonctionnerait au top ) , des instructions et procès est contesté par nombre de spécialistes et notamment médicaux et spécialement ceux orientés psychiatrie ; certains ne sont pas d’ accord avec le principe et je suis bien de leur avis .

          • tschok dit :

            Laissez donc Czar me répondre, il a plus de répartie que vous, et lui au moins est drôle.

      • aleksandar dit :

        Le secret de l’instruction se termine au moment ou et signée l’ordonnance de renvoi devant le tribunal
        Dans le cas de ce procès, c’était il y a déjà plusieurs mois

    • jyv58 dit :

      S’il est tout à fait compréhensible que toute l’enquête soit faite pour déterminer les causes d’un accident, notamment aérien (le BEA en France est fait pour cela), le citoyen de base que je suis a toujours du mal a assimiler qu’il faille douze ans entre un accident et un procès. Loin de moi l’idée de vouloir une justice expéditive. Je me pose plutôt la question des moyens peut-être insuffisants des enquêteurs et de la Justice.

    • tschok dit :

      @341CGH,

      Ben c’est-à-dire que le procès est public. Est là, on est au stade du procès, donc je ne vois pas où il faudrait mettre un « sérieux recadrage ».

      Sauf sur un truc: l’éducation juridique des gens qui, en fait, ne savent pas très bien ce que sont les lois et comment marche un système judiciaire.

      Bon, il faut dire que la plupart s’en foutent complètement, donc ça aide pas.

    • Asvard dit :

      Quels secrets de l’instruction ont été dévoilés ici ?
      Par ailleurs, la plupart du temps ce sont les avocats des prévenus qui font les « fuites » de morceaux choisis ceci dans le but de rallier l’opinion publique à leur cause et/ou de déstabiliser l’instruction justement et les avocats de la défense ont le droit de le faire à contrario de la justice. Un juge d’instruction n’a aucun intérêt à diffuser l’avancement de son travail qui pourrait en pâtir ainsi.

    • Captain Pif dit :

      Pourquoi? S’il y a procès c’est que l’instruction est close. Les chefs d’inculpation sont publics, non?

      • Plouc putatif dit :

        @ tschok, Asvard, Captain Pif
        Lorsque « la source proche du dossier » a informé Le Figaro, c’était bien avant l’ouverture du procès public : l’information était encore secrète à ce moment-là. Par conséquent 341GCH a raison.
        Le « ministre des condamnés* » est d’autant responsable (et coupable) des dysfonctionnements de son ministère qu’il ne fait rien pour que ça cesse.

        Entre commentateurs de ce blog, de nombreux échanges passent hors de la vue du public par mailing-lists associatives. De ce fait on sait qu’une opinion est assez largement partagée ici : « le problème de la Police, c’est la Justice. »

        * L’on ne va pas se priver de rappeler que l’un de ces condamnés a porté plainte contre l’avocat Dupond-Moretti parce que celui-ci a plaidé coupable sans son autorisation :
        Wojciech Janowski conteste avoir donné mandat à Me Dupond-Moretti pour plaider coupable au procès Pastor (lemonde.fr)

        • tschok dit :

          @Plouc,

          Gnouf!

          Faut bien balancer les convoc AVANT le procès. Comment vous croyez que les prévenus seraient au courant, sinon?

          Toute façon, l’instruction prend fin avec l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, qui dessaisit le juge d’instruction et saisit le tribunal.

          En fin d’instruction, le juge d’instruction prend ses ordonnances de règlement: non lieu, renvoi, etc.

          Dans le cas de l’ortc, le dossier file au greffe pour être distribué à une chambre. Là, le greffe de la chambre procède à l’audiencement (on fixe la date de l’audience). Une fois cette date fixée, le greffe convoque les parties à la première audience. Là, si l’affaire est compliqué, le président fixe l’agenda des audiences avec les parties.

          Comme les audiences sont publiques, on estime que l’audiencement de l’affaire n’est pas couverte par le secret de l’instruction qui est de toute façon close. Et à la première audience de fond, le tribunal examine les faits en public. Tout ce qui relève du jugement est public. le contraire serait une cause de nullité du jugement.

          Enfin, vous n’avez pas que la règle du secret de l’instruction qui s’applique, mais aussi un principe de légitimité du droit du public à l’information pour les affaires judiciaires présentant un intérêt général (JP de la cour européenne de Strasbourg, en application de la CEDH).

          Donc, non les gars, ne mélangez pas tout: faire connaitre par voie de presse la date d’audience d’un procès à la suite d’une information judiciaire ouverte sur des faits qui ont donné lieu à une médiatisation au moment de leur survenance n’est pas en soi une violation du secret de l’instruction. Franchement pas. C’est plutôt un secret de polichinelle. Parce que tout le monde sait, à cette date, que l’information est ouverte.

          Votre éventuelle violation du secret, elle a eu lieu avant, en général. Mais à ce stade, c’est plus le problème.

          Bon, les gars, je pense avoir fait le tour du sujet. Si vous êtes bouchés à l’émeri, j’y peux rien. Les mecs psycho-rigides, ça va 5 minutes, après je me lasse.

  3. farragut dit :

    L’argument de l’avocat du pacha du TCD Foudre ressemble beaucoup à celui généralement invoqué par le management des compagnies aériennes pour rejeter toute la faute de l’accident sur le pilote.
    Ce n’est pas parce qu’elles imposent des pénalités de retard sur l’horaire d’arrivée, ou sur le détournement d’aéroport en cas de piste détrempée, qu’elles sont « responsables » de la percée des A340 dans les cumulo-nimbus du pot-au-noir (Rio-Paris) ou dans l’atterrissage sur piste glissante avec vent arrière à Toronto (dépassement de la fin de piste et destruction totale par incendie de l’avion).
    Les décisionnaires, managers et financiers au sol, sont toujours « responsables », mais rarement coupables des conséquences de leurs décisions. Pour les juges, l’erreur humaine semble toujours être celle de celui qui pilote, pas de celui qui impose…
    Le jour où il n’y aura que des drones sans pilote, que diront-ils en cas d’accident ? Que c’est la faute du pilote « automatique » ? Du sous-traitant codeur du logiciel d’IA embarquée ?
    Vite, des cabinets de conseil pour préparer leur défense vis-à-vis des neurones profonds !
    Un article en vue sur ce sujet ?

    • jyv58 dit :

      Pour info, le détournement d’un avion vers un autre aéroport est le plus souvent causé par une action terroriste, donc involontaire de la part de l’équipage. Le déroutement, lui aussi vers un autre aéroport, est un choix (parfois contraint) de l’équipage; exemple, cas de réacteur dont la soufflante se détruit et oblige l’équipage d’un vol transatlantique à se dérouter vers le Groenland ou le nord Canada

      • farragut dit :

        @jyv58
        Exact! Je pensais « déroutement », et j’ai écrit « détournement » ! Désolé, et merci pour la relecture.

    • Hdouv dit :

      Bonjour,
      Très bonne idée de rappeler l’accident de Toronto que peu de gens connaissent (car miraculeusement il n’y a pas eu de morts). Cela étant dit vous observerez que cela arrive toujours à la même compagnie… L’accident au large du Brésil était même le premier accident mortel sur un vol régulier affectant un A330 depuis le lancement de l’avion en 1995. On peux aussi citer l’accident du Fokker 100 de Pau qui avait fait un mort (pilote n’ayant pas pris le temps de faire dégivrer son avion).
      Le point commun entre les trois événements? Le jmenfoutisme légendaire des pilotes de la compagnie magistralement résumé lors des grèves à répétition affectant la dite compagnie…Et qu’on ne vienne pas dire que les « malheureux » pilotes soient sous pression de leur direction…

      • JC dit :

        Cette compagnie dont on dit que ses pilotes auraient appris aux oiseaux comment voler. C’est celle-là ?

      • breguet dit :

        Pouvez rajouter le 747 qui a fini dans la baille en bout de piste à Tahiti Faaa…J’ai de très  » jolies  » photo du F-GITA le nez dans l’eau…

      • jyv58 dit :

        Concernant le crash de l’AF 447, là aussi quelques questions, car j’ai du mal à suivre. Les juges d’instruction ont prononcé un non-lieu général le 29 août 2019 et finalement la Cour d’Appel de Paris décide qu’il y aura bien un jugement en correctionnel contre Air France et Airbus.

        Evidemment, il ne faut que se réjouir qu’une décision d’un juge, tant qu’elle n’est pas devenue définitive, est susceptible d’appel (ou de recours en Cassation). Le même principe fonctionne aussi pour le juge administratif. Reste tout de même que « cela fait désordre ». Surtout que de gros intérêts économiques sont en jeu, voir le prestige national (AF) ou européen (EADS, 1er constructeur mondial)

      • farragut dit :

        @Hdouv
        L’accident lors de l’atterrissage sur piste détrempée à Toronto est analysé de façon fort intéressante dans le Tome 2 de l’ouvrage de Christian Morel (que j’ai déjà cité) sur « Les décisions absurdes: comment les éviter »…
        https://www.amazon.fr/D%C3%A9cisions-absurdes-Sociologie-radicales-persistantes/dp/2070763021
        En l’occurrence, l’auteur mentionne les abaques de Airbus Group sur les distances de freinage des appareils en fonction de la hauteur d’eau sur la piste, en faisant remarquer qu’aucun directeur d’aéroport ne se risque à mesurer ou à annoncer cette information au pilote.
        S’il le faisait, il endosserait la responsabilité juridique d’un éventuel accident ! 😉
        CQFD…
        Même si les pilotes sont « responsables » de l’avion et des passagers, le système de management actuel force les individus sur le terrain à assumer toutes les conséquences des risques pris par d’autres.
        Une analyse de ce style de management (« management par délégation » ou Menschenführung allemand de Reinhard Höhn) est bien décrite par l’ouvrage de Johann Chapoutot « Libre d’obéir: le management, du nazisme à aujourd’hui ».
        chez Gallimard: https://flipbook.cantook.net/?d=%2F%2Fwww.edenlivres.fr%2Fflipbook%2Fpublications%2F545562.js&oid=3&c=&m=&l=&r=&f=pdf
        Critique de l’ouvrage : https://www.herodote.net/Le_management_du_nazisme_a_aujourd_hui-article-2686.php
        Sinon, sur YouTube, excellente interview du Média (il y a un an, à la sortie du livre):
        (3) NAZISME ET MANAGEMENT – DES LOGIQUES COMMUNES – – « LA GRANDE H. », JOHANN CHAPOUTOT, JULIEN THÉRY – YouTube
        https://www.youtube.com/watch?v=CjmH2fCVUyM
        et plus récente en janvier 2021:
        https://www.youtube.com/watch?v=2w8UO-nqFrA

        Et ma dernière remarque pour finir (à reprendre après vos lecture de l’ouvrage ou visionnage des videos) : « à votre avis, quel est le style de management qui prévaudra dans la mise en place et l’exécution du « programme » SCAF/NGF ? »

        Pour le fun, la fiche Wikipedia de Reinhard Höhn :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Reinhard_H%C3%B6hn

  4. Électeur dit :

    Qui est responsable de la panne du radar ?
    N’y a-t-il pas quelque chose à chercher du côté de la RGPP ?

    • Frede6 dit :

      Oui mais malheureusement je ne vois pas en quoi un radar d’appontage aurait pu sauver ces camarades

      • Paul Letissier dit :

        Je ne vois pas non plus, mais il semble que la panne du radar soit un élément pris en compte par les enquêteurs.
        De plus, il faudrait expliquer aussi le manque d’entraînement du pilote.

      • Mavrick65 dit :

        tous simplement prévenir le pilote qu’il es trop bas comparé au ponts d’envols, et donc trop proche de la mer

      • sgt morales dit :

        d’accord

      • Frede6 dit :

        @Mavrick65, sauf erreur sur la Foudre c’était un radar DRBN34 donc un ‘vulgaire’ radar de navigation 2D. Donc je ne vois pas…
        En courte finale, l’IPD peut aider à se positionner dans l’espace mais vu que le Caiman était en éloignement…
        Bref je vois pas pourquoi la panne radar est dans la procédure…
        AU pire il y a un autre DRBN 34 pour la nav qui sert en redondance

    • tschok dit :

      @Electeur,

      Qui est responsable de la panne du radar?

      Les gens qui nous gouvernent bien sûr, et en tout premier lieu Macron, c’est évident. Ce procès n’est que de la poudre aux yeux. Comme d’habitude on fait payer les lampistes.

      (Je fais bien mon démago quand je le veux, hein?)

      • Électeur dit :

        tschok, votre moquerie ne sert à rien. La RGPP de Sarko (puis la MAP de Hollande), ce n’est pas Macron tout seul. De même pour la pénurie de masques. La cause en est double : les « critères de convergence budgétaire » et des personnels politiques voulant absolument appliquer ces critères sans adapter les missions.
        Non : notre problème (pas seulement dans le domaine militaire) est celui d’un système politique à bout de souffle.

        • tschok dit :

          Alors, Electeur, si vous voulez être sérieux, démontrez que la panne du radar trouve sa cause déterminante dans la RGPP.

          Puis définissez qui est responsable de la RGPP.

          Enfin, poursuivez. Mais vous aurez des problèmes: la RGPP n’est pas un acte précis susceptible d’avoir des conséquences déterminées, genre la panne d’un radar. C’est un mode de gouvernance, un ensemble de procédures. C’est trop vague pour qu’on puisse attribuer à ce phénomène un effet précis.

          Voyez?

          Par exemple je peux dire que la foudre a provoqué tel incendie. Mais je ne peux pas dire que la météo en général est la cause de l’incendie dont je vous parle.

  5. breguet dit :

    Et il faut attendre 12 ans pur en arriver là??? 12 ans!!!

  6. anatide dit :

    No comment

  7. Roger BILY dit :

    Quelque soient les responsabilités 12 ans pour arriver à un procès est véritable scandale pour la magistrature française alors que les conclusions du BEAD ont dues sortir dans un délais raisonnable après l’accident. C’est inhumain aussi bien pour les familles des victimes que pour ceux qui se retrouvent dans le box des accusés.

  8. Palu dit :

    Comme d’habitude , les donneurs de leçons et autres shérifs de notre justice française bien assis derrière leurs bureaux douillets et confortables pensent connaitre le métier et juger en expert une fois la bataille terminée.
    A la lecture de cet article , je comprends plutôt que le manque de budget armé fait que le pilote n’a pas reçu suffisamment d’heures de vol de formation spécifiques et que le radar n’a pas pu être réparé non plus pour assurer la sécurité de tous les vols!!.

    • tschok dit :

      @Palu,

      Exactement, salauds de juges! Tout est de leur faute!

      On les fera payer un jour.

      Epi si le radar était en panne, célafoto zélites qu’ont fait des économies et céhakoze d’eux que touté arrivé. Assassins!

    • Ah Ca ! dit :

      @Plusdepognon,

      C’est tout simplement que la France à complètement laissé tombé le Gabon après que Sarko l’a servi sur un plateau aux américains… Vers 2012 la France a laissé le Gabon prendre le statut d’observateur dans la communauté du Commonwealth sans aucune rétorsion de taille. Pire encore, ils ont déclaré l’anglais comme langue officielle au Gabon…

      Ces même américains qui y croyaient mordicus comme nouveau point de déstabilisation régionale ont eu froid aux pieds quand ils se sont aperçus que le haut niveau était corps et âme dans des pratiques mystiques.

      Par ailleurs, la France, faute de vision et d’une véritable mission à accomplir s’est vue damée le pion par un petit groupe Indo-singapourien qui après avoir défriché 80 000 hectares de foret équatoriale y a planté des palmiers à huile… Inutile de préciser qui est à la manœuvre.
      Tout ce que l’on retrouve de nos jours de français ce sont les fonds d’investissement hyper prédateurs issus du copinage Sarko-Macronien tels que Meridiam et Eranove. Ces fonds n’hésitent pas de sous-traiter leurs travaux aux compagnies chinoises. Capitaux français pour faire travailler tout sauf du Français… La France ne dit mot.

      En 2014 il y avait environ 12 000 français au Gabon, il en reste moins de la moitié aujourd’hui…

      Pour finir et bien que le sujet soit long… Il y a aussi un gros chantage venant du Gabon qui est aux abois financièrement dû à une gabegie du pouvoir. Le même pouvoir cherche des « donateurs » appelés investisseurs par d’autres.

      Il y a aussi eu une énorme immigration africaine … poussé par le chef d’état Ali Bongo cette immigration est surtout Musulmane en provenance du Mali, Burkina, Nigeria, Bénin Cameroun etc… Il y a des mosquées ou les soumis prient (se prosternent) dans la rue le vendredi par manque de place.

      Mais bon difficile de se plaindre, la France couvre toujours en fournissant des faux actes de naissances… sans parler des relations des loges maçonniques…

      Nous récoltons ce que nous avons semés ou refusé de combattre… et pourtant ce ne sont pas les leviers qui manquent.

      Nous sommes en train de perdre le Gabon… Nous en sommes 100% coupable. Ce n’est pas avec nos clampins en place que nous allons reverser la vapeur.

      • Plusdepognon dit :

        @ Ah Ça !
        En revanche, j’ignorais que Bongo père c’était converti à l’islam, bien avant, pour bénéficier de l’argent des pays du Golfe…
        https://youtu.be/sVq5vVcJWNU

        Mais après on rentre dans la haute magouille que l’on nomme « politique » :
        https://www.africaintelligence.fr/afrique-ouest-et-centrale_politique/2021/02/02/franc-maconnerie–les-grands-maitres-africains-pratiquent-la-politique-a-coups-de-compas,109639038-eve

        • Ah Ca ! dit :

          @Plusdepognon
          En effet, le père né Albert-Bernard Bongo avait pris le nom d’ « Omar » lors de sa conversion… Une petite partie de sa population l’avait suivi dans sa folie de soumis… C’était un musulman d’apparence et il allait assez souvent à l’église…
          Celui qui a changé la donne et qui a invité tous les musulmans d’Afrique et de Navarre, c’est son soi-disant fils, l’actuel président et survivant d’une crise cardiaque majeure, devenu le Bouteflika d’Afrique centrale. C’est en tant que Roi de la légumineuse qu’il se permet de menacer la France avec son Commonwealth…
          La menace Islamiste qui pend sur le Gabon serait de l’ordre de ce qui s’est passé en Centrafrique.

          Il faut dire qu’avec les demoiselles en tutu rose que l’on retrouve dans nos ambassades qui s’en triple fichent de la France et qui ne s’affichent dans leur champagne et petits fours que pour recevoir des petits troupeaux de moutons castrés LGBT.
          Ni le changement, ni un renouveau Français n’est pour demain et ne rien attendre des demoiselles du Quai d’Orsay.

  9. Starbuck dit :

    Le responsable ne peut être que celui qui a mis se pauvre pilote dans l’hélicoptère pour cette mission. En cas de guerre il n’y a pas d’autre choix que de faire feu de tous bois mais pour un entraînement on met quelqu’un avec un minimum de qualification et si on n’a pas l’oiseau rare sous la main on ne fait pas la mission.

    • tschok dit :

      @starbuck,

      Je trouve que vous devriez écrire au tribunal pour lui dire de pas se faire chier à ouvrir le procès, vu que vous avez déjà trouvé le coupable, sans rien connaitre du dossier.

      Et surtout, demandez à siéger à sa place, car il reste énormément d’affaires à juger et je sens que vous allez nous faire gagner énormément de temps, sans compter toutes les économies qu’on va pouvoir faire en vous confiant le contentieux judiciaire français.

      France:
      – 67 millions d’experts en virologie et vaccination
      – 67 millions de magistrats professionnels, enquêteurs, experts judiciaires, etc.

      On se demande pourquoi on ne mobilise pas ce savoir-faire. Moi, chuis pour les faire bosser les gens comme vous.

    • vno dit :

      Malheureusement pour un pilote en vol de nuit au dessus de la mer dans ces conditions d’obscurité à basse altitude, c’est quasiment des conditions IMC, on ne connait ses limites que si on a été formé ou si on se formatte pour reconnaître ses limites avant de décoller. Je fais partie des chanceux qui ont dépassées ces limites dans des conditions semblables et sont encore en vie en passant par une grosse peur et une sacré colère envers mon instructeur qui nous a mis dans cette situation. Un blocage d’horizon artificiel aléatoire au décollage par nuit noire sans référence se termine généralement en chaleur et lumière si on pense à la mission au lieu de penser panne instrument au décollage. Sur un navire de combat, les décollage se passe dans l’obscurité. Les aides visuelles ne sont faiblement visibles que si on est sur l’axe d’approche, et c’est le radar d’appontage qui permet au bateau de ramener l’aéronef sur cet axe. Ne pas oublier qu’il s’agit d’un équipage de l’ALAT. Il n’ont pas la même formation ou expérience que l’aéronavale en vol de nuit au dessus de la mer. Bien sur en vol de nuit, un pilote épuisé ce n’est pas le top sur un hélico qui se pilote à la main, même pour un oiseau rare.

      • breguet dit :

        Voir la perte du Lynx au large de Beyrouth en 1983 ( vol de nuit si je me souviens bien…) Un pote de promo aux commandes…

      • Franz dit :

        Je me doutais qu’avec ce pseudo vous étiez dans la course ^^. Merci pour ces précisions intéressantes. Donc vous seriez assez d’accord pour dire que le pilote n’avait pas assez d’expérience pour un vol dans de telles conditions ? Il semble en effet que « L’enquête a relevé un manque de formation du pilote commandant de bord au décollage depuis un navire par nuit noire (sans visibilité aucune). Il avait effectué 36 manœuvres de ce type contre 50 requises. Le copilote, lui, n’avait aucune qualification au décollage de nuit » (source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/mon-frere-est-mort-par-incompetence-1525329).

      • dompal dit :

        @ vno,
        Puisque vous semblez connaitre le sujet, pouvez-vous nous expliquer comment une « désorientation spatiale » est possible avec tous les instruments de bord+jvn ?
        C’est simplement une question d’un néophyte terrien qui souhaiterais comprendre.
        Merci par avance pour votre réponse. 🙂

  10. Vasco dit :

    Le pire, c’est que ce sont les mêmes qui écrivent les règlements et qui n’hésitent pas à taper dur lors d’un manquement par des subordonnés, qui les transgressent dès que cela les arrange, mettre en nuit niveau5 un équipage comprenant un pilote pas très expérimenté, des moyens techniques inopérants transgresse ces mêmes règlements, mais que ne ferait-on pas au nom de l’efficacité opérationnelle…. sauf qu’un hélico détruit et 10 victimes, c’est pas terrible comme efficacité, plus récemment une collision entre un tigre et un cougar (il me semble) au Mali, avec des équipements défectueux et /ou une synchro radio un peu légère à donné un résultat semblable. (sources BEA).
    Mais l’histoire se répète, dans les années 80, un vol de nuit en patrouille de deux Gazelles et sans feux de positions, sans JVN, bien sur interdit par le règlement, mais il fallait accroitre l’efficacité opérationnelle… s’est soldé par une collision en vol et six décès dans l’est de la France.

    • mikadoo dit :

      Concernant l’accident des SA342 du 3e RHC le 10 avril 1984 à Cosne sur Loire, d’où tenez-vous vos informations ???
      Je connais cet évènement car je participais à ce vol régimentaire et j’ai même transporté la commission d’enquête sur place le lendemain. A l’époque (et encore aujourd’hui), le vol de nuit avec référence extérieures (VNRE) était autorisé et était même le mode de vol de nuit le plus pratiqué, la formation JVN des équipages étant alors en tout début de montée en puissance. Les appareils volaient en formation avec les feux de position allumés en position fixe. L’ailier a perdu de vue les feux du leader à l’approche de l’agglomération, ceux-ci se confondant avec les points lumineux de la ville ; le rapprochement des aéronefs, non détecté par l’ailier, à conduit à cet accident.
      Renseignez-vous avant d’annoncer de telles sottises.

      • vasco dit :

        Cher Mikaddoo, Le vol de nuit avec références extérieures était autorisé, j’en ai quelque centaines d’heures à mon actif…mais pas le vol en patrouille dans ces conditions…. il fallait, si je me souviens bien 2 minutes entre chaque machine.
        C’est bien sur la faute de l’ailier…
        Et bien sur vous omettez de dire que les feux en question étaient les feux JVN bleus sur le 342M qui ne se voyaient à l’œil nu qu’à quelques mètres, étant prévus pour le vol JVN et étaient différents de ceux des SA330 PUMAS qui eux étaient autorisés et se voyaient sans JVN
        Pour info ces feux ont par la suite étés modifies pour permettre le vol en formation de nuit sans JVN comme sur les PUMAS
        Mais je dis des sottises, donc j’arrête mes sottises.

        • Mikadoo dit :

          Nous n’avons pas connu la même ALAT. Le vol en patrouille en VNRE était couramment pratiqué ; à cette époque, pas de feux bleus mais vert et rouge avec seulement deux positions d’intensité : normale ou réduite ; pour les séparations vous devez confondre avec le VOI (vol opérationnel aux instruments).
          J’ai quelques milliers d’heures sur HM, et plus de 500 sur Super Frelon (2 ans en échange à la 33F) donc je sais de quoi je parle. Je persiste : vous dites des sottises.

    • Plusdepognon dit :

      @ Vasco
      Il y a des proches ou des familles qui peuvent lire, donc mef’ dans les déclarations plus ou moins à l’emporte-pièce…

      Pour Indelimane, c’est ici :
      https://www.air-cosmos.com/article/barkhane-la-cause-de-la-collision-dindelimane-23905

  11. Trachix dit :

    Ceci étant dit, à aucun moment le radar d’appontage n’est une aide au décollage, surtout juste après ce décollage… Le pilote n’en a pas besoin, il sert uniquement dans certaines procédures d’approche. De tout cœur avec la famille mais aussi avec l’équipage de la Foudre qui avait été très touché par ce drame (comme les camarades dragons et Alat bien sûr).

  12. Le sicaire dit :

    Je le répète, c’est aussi le devoir, de tout soldat mais encore plus d’un officier, que de savoir refuser d’obéir à un ordre de sa hiérarchie dans certaine circonstance !

    • Thom dit :

      Plus facile à dire qu’à faire. Pilote peu expérimenté donc surement jeune, mission au profit des forces spéciales. S’il avait dis non on ne l’aurait pas félicité pour sa force de caractère bien au contraire.

  13. Rasmus dit :

    si je comprend bien, nous avons des pilotes d’hélicoptère qui ne navigue qu’à vue ???? je ne sais pas ce qu’est le « niveau 5 d’obscurité totale » mais la maîtrise des instruments de nav est un minimum pour n’importe quel pilote.
    y a une donnée qui m’échappe…

    • tschok dit :

      @Rasmus,

      La donnée qui vous échappe: désorientation spatiale. La plus redoutable étant celle dont le pilote ne se rend pas compte.

  14. Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

    Une procédure judiciaire est en cours : elle est couverte par le secret de l’instruction. L’on peut l’évoquer dans la presse seulement après qu’un jugement contradictoire a conclu l’affaire.
    .
    Mais comme toujours une « source proche du dossier » a informé la presse au mépris du secret de l’instruction (cette source a informé Le Figaro, en l’espèce).
    Le fonctionnaire désigné « source proche du dossier », qui a commis une faute professionnelle délibérée, ne sera pourtant pas sanctionné car il a donné l’info en étant protégé par un privilège des journalistes : ceux-ci, au contraire de toutes les autres professions, ne sont pas tenus de révéler l’origine de leurs informations.
    .
    Le secret de l’instruction, c’est quand-même plus sérieux et mieux défini que le prétendu « devoir de réserve » trop facilement opposé aux militaires.
    La comparaison mérite d’être faite entre le monde judiciaire et le monde militaire.
    Les violations du secret de l’instruction sont graves mais sans conséquence disciplinaire pour leurs auteurs.
    Au contraire les sanctions (ou menaces de sanction) pleuvent quand des militaires s’expriment pour tenter d’amener les politiciens en face de leurs responsabilités.

    • tschok dit :

      @Fonctionnaire

      Pffff, c’est n’importe quoi. L’instruction a pris fin, s’ouvre désormais la phase du procès public.

      Vous connaissez le principe de la publicité des débats?

      Le président de la juridiction va lui-même lire le dossier devant le public et énoncer les chefs de poursuite puis examiner les faits lors du débat contradictoire avec le parquet et les avocats de la défense et des parties civiles.

      Avec éventuellement les journalistes dans la salle. Ou les tricoteuses. Ou un SDF qui passe par là et qui s’emmerde dans la rue.

      Confondez pas tout comme vous faites d’habitude. Là on est dans la phase publique, c’est fini le secret de l’instruction. On ouvre le dossier et on voit ce qu’il y a dedans.

      Maintenant si vous voulez geindre contre je ne sais quoi, vous pouvez, mais arrêtez de raconter portenaouak, vous êtes fonctionnaire que diable. Le public vous regarde.

      • Habitué d'opex360 dit :

        Le secret du dossier a été trahi bien avant qu’on entre dans la phase publique.
        Mais tschok a un problème existentiel chronique, visible à chacune de ses interventions : il contredit par réflexe, pour le simple plaisir de contredire.
        Peut-être parce que ça lui donne l’impression d’exister.

        • tschok dit :

          Ah mais ça c’est autre chose et je ne l’ai pas nié, vu que j’ignore si cette violation a eu lieu ou non, car elle n’a pas été arguée par les commentateurs auxquels je réponds.

          Vous n’avez pas compris le sens de la conversation Habitué.

          Bon alors, vous alléguez une violation du secret de l’instruction dans cette affaire. Mais vous m’intéressez! Donnez nous des détails, je suis suspendu à vos lèvres, très cher.

          Moi aussi j’aime les révélations fracassantes, faut pas croire. J’adore les cancans. Bref, je vous écoute.

    • Anti-trolls dit :

      Sur un moteur-de-recherche, taper opex360 tschok.
      L’on compile alors les multiples interventions de tschok sur ce blog, ce qui permet de constater qu’elles sont rarement constructives, souvent insultantes, toujours en opposition.

      • tschok dit :

        Oui, il y a parfois une certaine âpreté des discussions, j’ai ma part de responsabilité mais j’y suis aussi exposé. Je reconnais volontiers que toutes mes interventions ne sont pas constructives ou particulièrement brillante, ce en quoi je ne me distingue pas du plus grand nombre.

        Ce que vous auriez pu aisément remarquer, puisque vous avez fait une recherche sur un moteur de recherche. Je ne sens donc pas dans votre expression le souci d’un jugement impartial.

        Mais je reçois l’appel à me faire plus discret.

  15. sgt morales dit :

    Dans notre carriére de pilote alat nous avons eu tous des expériences » limites »,pour ma part c’était entre la mauritanie et les canaries,et le porte-avion était occupé à ramasser des « alizés  » dont un était » éclairé » par une batterie sol-air(polisario?)donc au bout de 30mn d’éloignement je trouvais le temps long,surtout que l’on ne pouvait distinguer le ciel de la mer;( j’ai même confondu des lumiéres de chalutiers avec les étoiles! dan ce cas une seule solution se référer aux instruments. surtout dans la phase décollage où un des 2 pilotes doit se concentrer sur les instruments car c’est la phase où l’on passe de la référence visuelle (pont) à la référence instrumentale.Pour rappel le cougar est équipé d’un pilote automatique.

    • Alatmen dit :

      @ sgt morales
      Le problème d’aujourd’hui c’est que l’on demande moins au pilote de piloter que tout un tas d’autres choses…
      https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand-63000/actualites/rencontre-avec-le-plus-haut-grade-du-puy-de-dome-le-general-deux-etoiles-frederic-gout_13930252/

    • vasco dit :

      Je plussoie, ayant eu le même pb de désorientation par mon pilote en décollant face à la mer par nuit noire. Faut garder les yeux sur les instruments.

    • tschok dit :

      @sgt morales,

      Je peux vous poser une question?

      Lorsque vous avez compris que vous étiez en état de désorientation spatiale et que vous avez fait revenir votre regard vers les instruments de bord, en combien de temps avez-vous récupéré votre état cognitif normal?

      Immédiatement ou avec un petit temps de latence?

      Autre question: est-ce que vous l’avez signalé à votre co-pilote?

      Dernière question (oui, je sais, ça en fait trois): rétrospectivement, vous qualifieriez comment votre état de désorientation? Léger, sévère, momentané, soudain, etc? Impression de malaise?