La Royal Navy envisage de doter ses frégates d’embarcations « autonomes »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

41 contributions

  1. Le Breton dit :

    Les armées occidentales semblent s’automatiser massivement ? Pourquoi ? Par peur du risque pour l’humain ou en réalité car elles n’arrivent plus à recruter ? Le jour où tout ça tombera en panne et qu’il n’y aura d’ingénieurs/techniciens sous la main alors comment feront ces armées ?

    • Pour Info dit :

      Tous ces drones ont un but principal : savoir ce qui se passe.
      Connaître et faire remonter la situation est quelque chose de capital dans la prise de décision.
      Nous sommes à 79 ans de Midway, mais rien n’a changé, « celui qui sait est celui qui gagne », enfin si il sait exploiter le renseignement.
      Alors les drones en tant que capteurs déportés, multipliés et permanents sont une avancée majeure dans ce sens.
      L’armée sera de plus en plus technique, n’en déplaise certains.

      Bien entendu il faut toujours savoir agir en mode dégradé. 😉

    • Auguste dit :

      Guerre de 14-18.L’avion: « aucun intérêt ».La mitrailleuse?: ça ne résistera jamais à une bonne charge de cavallerie votre machin ».
      Plus récent.Internet?: « un effet de mode ».Les drones?: » ces planeurs téléguidés ne remplaceront jamais un Chasseur ». »ça ne marchera pas contre l’artillerie et les chars ».Ect….ect.Ce ne serait pas grave si on n’avait pas tendance à écouter ce genre de « visionnaires »
      Erdogan vient de nous prouver  » que des intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche »

    • casp dit :

      Pourquoi ? la réponse est simple. L’IA bas les humains dans tous les domaine un à un.
      Si on automatise pas, on ne reste pas dans la course.
      Seul une IA pourra répondre à une IA adverse

      • Joe dit :

        Exact. Et surtout les drones permettent d’être présent plus longtemps, plus souvent car plus d’unités et d’être ‘consommables’ en cas de conflit ou simplement de panne.
        Cela permet de tester la volonté d’un adversaire sans coût humain.

        Ils font d’autre part d’excellente plateforme de tir pour détruire des unités bien plus coûteuses. 10 drones avec des missiles sophistiqués coûtent une fraction du coût d’un porte-avion et de son escortes.

    • John dit :

      Pas seulement…
      Regardez les drones aériens, terrestres, etc… et comparez les à leur équivalent piloté…
      1. les drones peuvent être plus compactes, et peuvent être conçus de manière plus optimale car il n’y a pas le moindre besoin de laisser de la place à un humain.
      Cela peut permettre plus de discrétion et des économies.
      2. certaines missions de surveillance comme c’est le cas sur des drones à longue endurance peuvent voler 24 – 36 heures… L’humain n’est pas fait pour cela.
      3. les technologies et performances des équipements de visées permettent aujourd’hui d’avoir une meilleure qualité de ce qui se passe qu’à l’œil nu, ce qui explique que le changement se produite depuis 10-15 ans.

      Quant à la questions humaine…
      Il y a une question éthique qui est plus conflictuelle aujourd’hui, et surtout des conflits qui sont vus comme n’étant pas légitimes par certains (je ne dis pas que c’est bien ou pas, mais la légitimité des agissements de toutes les armées est bcp plus remis en cause aujourd’hui qu’il y a 20-50 ans).
      Notamment dans les pays interventionnistes selon moi. Expliquer qu’en combattant en Afghanistan, ces personnes « protègent la nation », et repartir de l’Afghanistan en ayant la même situation qu’au départ, mais avec des morts et des dépenses inutiles, c’est compliqué à accepter pour bcp qui ont perdu des amis. Le sentiment d’avoir tant souffert mais pour rien, ça doit être horrible.
      Mais il y a aussi la question financière. Les ingénieurs et techniciens seront toujours là si les conditions salariales et la qualité de vie sont au rdv.
      Pour les militaires, c’est pareil, si un bon avenir est promis aux personnes qui s’engagent, alors il y aura les candidats. Mais qu’en est-il aujourd’hui?

      Bref les politiques ont une responsabilité, créer un contexte permettant une visibilité et une compréhension de l’intérêt de l’engagement. Pour ceux qui sont dans la dissuasion nucléaire, la mission est claire. Pour ceux qui veulent partir au combat et se retrouvent à devenir paranos par le concept même de la mission sentinelle, l’envie de se réengager doit être relativement limitée.

    • antoine dit :

      les marines occidentales automatises aux maximum car elle n’arrive plus a payer les marin. un robot normalement sa tombe pas malade. celas ne fait pas grève et es toujours disponible.

  2. Sonata37 dit :

    Que la Royal Navy s’occupe déjà d’équiper ses frégates de missiles anti-navires et de torpilles, ça leur permettra de faire autre chose que shooter un goéland goéland en plein vol.

    • Muse dit :

      ou même de moteurs qui ne surchauffent pas dès que la t° de l’eau est >20°C…

  3. Lotharingie dit :

    HORS SUJET ( si ce n’est qu’on évoque l’industrie militaire dans le domaine maritime ).
    .
    « …………….Défi réussi pour le sous-marin La Perle, réparé à Naval Group Cherbourg.

    Le SNA Perle sera remis à l’eau la semaine prochaine à Cherbourg, à l’issue d’une première étape de sa réparation : l’hybridation de sa coque. Un processus innovant et inédit……………………… »
    .
    https://actu.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin_50129/defi-reussi-pour-le-sous-marin-la-perle-repare-a-naval-group-cherbourg_42283353.html

  4. Charlot dit :

    J’ai souvenir d’un drone lybien autonome qui a tué un homme !!! A la fin on s’aperçoit qu’il y a toujours un pilote car même autonome il y a bien eu une programmation !!

    • casp dit :

      Désolé, mais votre commentaire fait preuve d’un manque de compréhension des avancés en matière d’IA.
      Certe on a programmé l’IA. Mais une fois mise en route; le principe d’une IA est bien d’être autonome. Elle peux inventer, innover, découvrir, apprendre, décider etc.. On est pas encore a niveau de la science fiction, mais on s’en approche à grand pas. C’est d’ailleurs toute la difficulté et le danger des IA. On cherche à leur donner un cadre; mais elle risque toujours d’en sortir et d’aboutir à des réponses impossible à envisager pour le programmeur.

    • v_atekor dit :

      Bien sûr qu’il y a programmation. Mais il y a une différence fondamentale entre dire à un ordinateur : la cible est en ce moment à 2m à droite, débrouille toi pour la suivre et la détruire, et lui dire « les méchant ont un chapeau vert » et le laisser se débrouiller pour la suite, y compris lui laisser deviner qu’un chapeau peut s’enlever.
      .
      Dans le premier les facteurs qui mènent à la décision par la machine sont connus de l’humain : l’algo de suivi d’une cible mouvante est au moins compris de celui qui l’a développé. Dans le second ces facteurs seront déterminés par apprentissage de la machine (essai – erreur/succès) et ne sont pas connu de l’humain, et ne sont pas intelligibles a priori par l’homme, y compris par le propre développeur du système car ce n’est pas le développeur qui a programmé ces comportements.

  5. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ L’objectif de cette expérimentation était de vérifier qu’il était possible de barrer un bateau depuis la terre pour surveiller la navigation maritime à distance )

    Si c’est pour surveiller le trafic maritime , la première des choses à faire c’est de ne pas faire un semi-submersible furtif … ;0)
    Pour le reste on est effectivement pas dans l' »autonome » mais il ne faut pas brûler les étapes .
    Le premier navire radiocommandé opérationnel est Allemand et date de 1918 pour la version commandé depuis un navire ( Fernlenkboot ) .
    Cela a même donné lieu à une superbe action des services secrets du Kaiser qui ont réussi à subtiliser en 1914 un hors-bord Français à la pointe de la technologie lors d’une compét’ à Monaco !;0)
    En fait un agent Allemand agissant sous la couverture d’un riche noble Russe avait acheté le proto …

  6. Plusdepognon dit :

    La Royal Navy a également choisi un drone à la place de son actuel duo hélicoptère + radar :
    https://air-cosmos.com/article/royal-navy-changement-de-braquet-sur-laew-24858

    Et une des branches du drone marin est aussi la munition kamikaze, même pour les bateaux noirs :
    https://www.air-cosmos.com/article/essaims-de-drones-kamikazes-pour-sous-marins-24325Les militaires US sont inspirés pour la mer de Chine :
    https://www.capital.fr/economie-politique/les-etats-unis-developpent-un-bateau-autonome-rempli-de-drones-kamikazes-1392791

    L’US Navy vient de montrer le futur du concept duo drone + missile :
    https://www.air-cosmos.com/article/combat-collaboratif-l-us-navy-en-passe-de-rvolutionner-lart-de-la-guerre-navale-24756

    Comme souvent vu leur budget éléphantesque, les États-Unis donnent le « la »:
    https://www.meta-defense.fr/2021/04/22/lus-navy-experimente-a-grande-echelle-la-cooperation-entre-navires-et-systemes-autonomes/

    À terme, le drone de surface est intéressant… pour pouvoir réduire le nombre de bâtiments, c’est ce qui semble être étudié :
    https://www.areion24.news/2021/02/09/drones-de-surface-la-solution-a-la-reduction-des-flottes%e2%80%89/

  7. Raymond75 dit :

    Tous ces armements autonomes sont un très grand progrès : à l’abri très loin du ‘front’ dans leurs locaux climatisés, les guerriers du futur n’auront plus de stress post traumatique. Après leur journée de combat, ils rentreront chez eux embrasser leurs enfants et baiser leur femme.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Après leur journée de combat, ils rentreront chez eux embrasser leurs enfants et baiser leur femme. ]

      Cela porte un nom en engliche :  » commuter warrior  »
      La guerre en 3X8

    • Royal Marine dit :

      Le stress post traumatique existe aussi pour les pilotes de drones américains du Nevada…
      C’est pourquoi les Français déploient leurs pilotes de drones sur le théâtre (BSS), parce que se retrouver au milieu des copains sur le terrain, paradoxalement, ça aide!

    • Huon dit :

      « Les guerriers du futur n’auront plus de stress post traumatique »
      En fait, si, c’est assez largement documenté. Par exemple https://www.cairn.info/revue-a-contrario-2019-2-page-43.html

    • farragut dit :

      @Raymond75
      Pas sûr de l’absence de stress post traumatique pour le Major Thomas Egan ! 😉
      Voir le film « Good Kill »:
      https://www.youtube.com/watch?v=pcDB6OZgqzo
      https://www.rogerebert.com/reviews/good-kill-2015

    • sonata dit :

      ou l’inverse. Mais bon après, ça fait des histoires.

    • Jack dit :

      @Raymond75 : « Après leur journée de combat, ils rentreront chez eux embrasser leurs enfants et baiser leur femme »
      .
      … Tout comme les pilotes qui balancent un chapelet de bombes sur une colonne de pick-up puis qui rentrent à la base et font un coucou à leur enfants via un téléphone satellite.
      .
      Bienvenue sur terre Raymond !

    • Mëhmët Ëgluëglu dit :

      Raymond75, vous sous-entendez que les guerriers du futur seront tous hétérosexuels ? Pas très open ou gay friendly vos propos…

      • Raymond75 dit :

        C’est vrai : j’ai honte et je vous prie d’accepter mes excuses. Je me repends !

  8. Max dit :

    Ce sont les turcs qui ont utilisé des drones suicides antipersonnels autonomes en Libye. Le mini quadri-rotor « Kargu-2 ».
    https://www.air-cosmos.com/article/drone-suicide-autonome-en-lybie-24953
    Le risque de prolifération est évident. Nous devrons y être prêts et vite !
    https://www.france24.com/fr/%C3%A9co-tech/20210601-des-drones-tueurs-autonomes-ont-ils-%C3%A9t%C3%A9-d%C3%A9ploy%C3%A9s-en-libye
    L’intelligence artificielle de l’un d’eux a déraillé pour prendre un de leur hommes pour cible.
    Le concept ‘Man on the loop » prend tout son sens mais quand on lance des dizaines voire plus de drones. Mieux vaut regarder au-dessus de sa tête ou aimer se déguiser en ruminants.

  9. HMX dit :

    Les britanniques en sont aux balbutiements avec cette vedette télécommandée depuis la côte, mais c’est un début ! eux au moins formulent clairement leur intention d’utiliser des drones de surface pour des missions « allant de la protection de la force à la surveillance ». On aimerait voir une telle volonté aussi clairement affichée de ce côté-ci de la Manche.

    Les petits drones comme ce Madfox, le Protector israélien ou ses dérivés, sont des engins de faible gabarit. leur utilité est réelle mais ils sont intrinsèquement limités par le fait qu’ils ne peuvent emporter que des capteurs et armements légers, sans parler de leur autonomie qui les limite à des missions ponctuelles.

    Nous devrions rapidement nous pencher sur la catégorie supérieure, à savoir des drones lourd (1000/1500 tonnes ?) capables d’accompagner sans limitations le déploiement de nos frégates, de former autour d’elles un réseau de capteurs (radar/sonar), et capable également de porter de l’armement dans des lanceurs verticaux. Une flotille constituée d’une FREMM ou FDI, accompagnée de 3 ou 4 de ces drones de surface lourds, aurait ainsi une capacité de contrôle de zone décuplée, et également une puissance de feu sans commune mesure avec la capacité d’emport en armement de la frégate seule (et ça tombe bien, vu que nos frégates sont très « justes » à ce niveau…). Les drones pourraient être commandés depuis la frégate (liaison radio), voire même depuis la terre (liaison satellite). Les possibilités tactiques offertes par une telle combinaison frégates/drones lourds seraient vertigineuses pour la Marine Nationale… Nous pourrions être les premiers en Europe, voir dans le monde, à mettre en œuvre ce type de drones. Mais le temps presse, chinois et américains travaillent eux aussi sur des réseaux de drones de surface (et sous marins) pour contrôler le Pacifique…

    Nous disposons sur étagère de toutes les technologies nécessaires pour concevoir et mettre en service ce type de drones lourds. La principale difficulté réside dans la sécurisation de la liaison de données, et ça tombe bien, nous avons des industriels au meilleur niveau mondial en la matière. Le reste : coque, motorisation, équipement et armement, ne nécessite pas de développement ou d’innovation particulière, et pourrait tout à fait être acheté sur étagère, auprès des industriels français ou européens. Reste à convaincre la Marine Nationale, et à flécher les investissements sur ce projet. Le développement d’un démonstrateur sur l’actuelle LPM est envisageable et à notre portée.

    • mich dit :

      « On aimerait voir une telle volonté aussi clairement affichée de ce côté-ci de la Manche. » , vous vous êtes vraiment renseigné sur le sujet avant de dire ça ?

  10. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ Ce sont les turcs qui ont utilisé des drones suicides antipersonnels autonomes en Libye. Le mini quadri-rotor « Kargu-2 ».
    https://www.air-cosmos.com/article/drone-suicide-autonome-en-lybie-24953 ]

    Les cartels Mexicains font de même mais ils sont pilotés !;0)
    A noter que des trafiquants avaient reçu l’appui d’un entrepreneur Etasunien pour concevoir un  » drone-remora  » capable de se  » coller  » à la coque d’un navire pour se détacher à l’approche d’une côte et être pris en compte par une équipe au sol .
    https://insightcrime.org/news/underwater-drone-would-have-secretly-delivered-cocaine-to-europe/

  11. Bohé dit :

    Totalement hors-sujet mais quelques infos sur le Rafale en Suisse qui sentent bon : https://www.lematin.ch/story/le-rafale-est-de-plus-en-plus-le-favori-a-berne-617143171697

  12. Mani dit :

    Rien de neuf en Europe, Leonardo a déjà se type de bateaux autonomes:
    https://www.leonardocompany.com/en/news-and-stories-detail/-/detail/lionfish-modular-turrets-for-all-scenarios