Thales et Atos officialisent la création d’Athea, « champion » de l’intelligence artificielle pour la Défense

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

74 contributions

  1. Sorensen dit :

    Beau produit qui arrive dans les temps. La compétition intra-Européenne sera rude.

  2. oryzons dit :

    Je ne comprend pas pourquoi nous n’engageons pas immédiatement un partenariat avec les Allemands.
    Ce serait naturellement la meilleure chose à faire sinon cela nous coûtera de toute évidence trop cher.
    En plus leurs industriels sont surement meilleurs que les nôtres, la preuve le leader du pilier « Cloud » dans le SCAF est Airbus DS, c’est donc qu’ils doivent être bien meilleurs.
    Nous gagnerions à profiter de leurs compétences et de leur budget, sans quoi nous échouerons et serons obligés d’avoir recours aux solutions US.
    Je trouve personnellement que ces solutions nationales sont d’un autre temps, et ont même des relents nazillons.
    Il faudrait que le gouvernement soit plus courageux et annonce directement passer des contrats avec des entreprises allemandes en écartant les entreprises françaises pour envoyer un vrai message EUROPEEN, qui comme chacun sait est notre futur.

    • Titeuf dit :

      SÉRIEUX ???

      • Math dit :

        Mais non…
        Ce qui est compliqué pour ce projet, c’est de trouver des ingénieurs bons dans la ML et l’IA, français, qui sont ok pour le domaine militaire. Si on monte plusieurs sociétés sur un même sujet, on se pique les ressources, on fait monter les prix…
        Cette association a du sens. Ça va structurer la réalisation de ces IA. Les autres boîtes se grefferont dessus.
        Le fond du pb, c’est que l’on ne fait pas assez de gosses, que les enfants français ne deviennent pas ingénieurs, mais « chef de », etc. C’est un problème connu. Le goût de l’effort, contre l’hédonisme. Faites des gamins, faites en des ingénieurs!
        Aujourd’hui, sur 100 personnes dans l’IT, 50% des ingénieurs, voir 60% sont… disons… plutôt d’Afrique. C’est du bol qu’ils veuillent bien travailler ici. De là à leur donner les clefs du camion pour défendre le pays…
        On assiste à un gros gros changement, un remplacement pur et simple. Pour ceux que ça intéresse, il y a la bataille des champs cataloniques, qui marque la chute de Rome et l’émergence des Francs. Crise démographique du 3ieme siècle et ses conséquences, arrivée des barbares, tout ça tout ça… ben la, c’est exactement pareil, sauf que Rome, c’est Paris. Faites des gamins.

    • NulH dit :

      Atos ne serait-il pas un assemblage d’ex industriels européens de l’informatique , dont des morceaux de Siemens (fleuron s’il en est, de l’automatisme, complexe certainement (IA)) ; (feu Bull, inclus dans les derniers ceci dans les années 2010) ?
      Même sans tout savoir ; Les experts et labo. de ces domaines, se connaissent… pour le moins en Europe !!! C’est leur boulot …
      Donc y a plus qu’à… classiquement ….

      • Sorensen dit :

        C’est exactement cela. Toutes ces entreprises ont toujours travaillé ensemble ou sont le fruit d’acquisitions/fusions, sans parler du personnel qui tourne et s’est formé dans les mêmes écoles. Après tout, arrivé en école d’ingénieur, vous êtes internationale.
        Tout cela, encore aujourd’hui, est une constellation d’entreprises dont l’existence dérive de l’effondrement de Unidata, torpillée par le désastreux capitalisme d’influence.

      • précision dit :

        En plus Siemens reste un actionnaire (plus de 10%) et partenaire important d’Atos.

      • précision dit :

        Tout à fait, Siemens est à la fois un des premiers (voire le premier) clients d’Atos, un des premiers (voire le premier) actionnaire d’Atos avec à peu près 10% du capital, et un partenaire . Atos a dès les années 90 intégré des boites allemandes (dont plus tard Siemens IT), britanniques, néerlandaises, suédoises, belges et autres (argentine, Inde, USA).

        En plus Atos a le statut « d’entreprise européenne ».

        • précision dit :

          et que dire de thales en la matière ; on parle souvent des branches anglaises et néerlandaises, mais aussi allemandes, espagnoles, italiennes, et hors europe; américaine, australie…

          • Michel dit :

            Thale société Française à 100 % Française arrêtez de raconter n’importe quoi……
            Les filiales implantées à l’étranger sont 100% Thales Group…. se ne sont des branches…..
            Renseignez vous avant de dire des âneries….

          • Michel dit :

            Toutes les entités implantées à l’étranger sont auprès des zones géographiques donc des clients, elles sont 100% Thales Group dont le siège est à la Defense…
            C’est entités sont managés depuis le siège.
            Votre méconnaissance de Thales ! sont affligeante d’une nullité absolue….

          • Sorensen dit :

            @Michel Ca va bien là-haut?

          • précision dit :

            @Michel, votre ton est inutilement aggressif.
            Je ne vois pas où vous voyez des âneries ou pourquoi vous prenez la mouche.
            Ce que j’ai écrit, à savoir que Thales est une entreprise multinationale présente dans les pays ci-dessus, n’est pas faux (et ce n’est pas non plus une critique).
            Quand on s’intéresse à savoir si Thales est une multinationale ou pas, c’est Thales group qu’il est pertinent de considérer. Parler de « 100% français » est donc ridicule.
            Vous semblez y voir une critique, alors qu’il n’y en avait aucune, je voulais juste montrer que Thales (comme Atos, mais de manière différente) était une entreprise très présente en Europe y compris hors de France. Et même présente hors d’Europe. Que le siège soit à Paris, soit, vous auriez dans la même veine pu indiquer que Dassault et l’état représentent à eux deux la moitié de l’actionnariat . Je ne voyais juste pas l’intérêt de le préciser pour étayer mon propos.

    • Pedro dit :

      Tout a fait d’accord, on devrait également présenter au Bundestag tout projet d’un montant Supérieur à 25 millions d’euros, ce serait un gage de sérieux et de bonne gestion des deniers publics.

      • Franz dit :

        « Commentaire au second degré de la semaine » attribué à l’unanimité 🙂 !

      • farragut dit :

        @Pedro
        … je croyais que c’était déjà le cas, avec chaque décision du gouvernement calquée dans la demi-heure sur la décision de Angela, depuis le coup de la suspension de la vaccination avec le vaccin d’AstraZeneca, avant même de prendre le temps de consulter l’agence européenne de santé, comme convenu ?
        Il est vrai qu’avec Macron, il vaut mieux écouter les infos à la radio allemande ou sur la ZDF (je ne me souviens plus du nom de la chaine de TV Est-Allemande 😉
        Je me rappelle que même Poutine avait son badge de la Stasi quand il était jeune stagiaire à Dresde, c’est dire que lui aussi s’alignait sur la voix de sa maîtresse, même avant qu’elle ne passe à l’Ouest 😉
        https://duckduckgo.com/?q=Poutine+badge+Stasi&atb=v1-1&iax=images&ia=images

      • Courmaceul dit :

        🙂

    • Slasher dit :

      C’est ironique j’espère ?

    • philbeau dit :

      🙂 . N’en faîtes pas trop quand même oryzons !

      • Royal Marine dit :

        Ca y est! Vous avez décroché la timbale! Vous êtes nommé Conseiller Spécial de Micron pour la politique industrielle de Défense…
        Ne vous inquiétez pas! C’est (très) bien payé, une sinécure pas trop fatiguante, où votre seule tâche, quelle que soit la question posée, est de répondre: « alliance allemande » pour l’Europe!

    • Alain d dit :

      Ca ne devrait pas être utile, sauf pour refiler un savoir faire aux allemands
      « les sept mousquetaires »
      https://www.silicon.fr/orange-capgemini-atos-7-mercenaires-francais-cybersecurite-108368.html
      https://www.industrie-techno.com/article/a-la-defense-le-campus-cyber-accueillera-60-societes-des-septembre-2021-annonce-michel-van-den-berghe.62009
      Ces entreprises s’en sortent déjà très bien à l’international, pas besoin du banquier allemand.
      Plutôt 6 mousquetaires + Airbus DS

    • Wagdoox dit :

      C’etait enorme merci !!!

    • Donald dit :

      Vous participez à cette entreprise de reconstruction la puissance allemande ?
      http://www.epge.fr/la-question-tres-sensible-de-la-reconstruction-de-la-puissance-allemande/

      Je vous invite à lire le rapport sur l’énergie qui est en lien. J’ai du mal à déterminer s’il s’agit d’une stratégie de sangsue ou de morpion.

    • Intox dit :

      Macron sort de ce corps !!!

  3. farragut dit :

    Il n’y a plus qu’à espérer qu’avec des Data Center militaires et l’IA qui va avec, ATOS et Thalès ont prévu la génération électrique tout-temps et résistante à l’EMP…
    Il ne manquerait plus que Skynet nous lâche à cause d’une bombe nucléaire à 50 km d’altitude (ou de missiles CHAMP à impulsion EM ou d’un radar AESA utilisé en guerre électronique), ou d’une EMC (Ejection de Masse Coronale) qui mettrait par terre tout le système de distribution électrique français et nos satellites militaires ou civils !
    https://en.wikipedia.org/wiki/Counter-electronics_High_Power_Microwave_Advanced_Missile_Project
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Arme_%C3%A0_%C3%A9nergie_dirig%C3%A9e#Armes_%C3%A0_micro-ondes
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89jection_de_masse_coronale
    https://www.thalesgroup.com/fr/monde/groupe/magazine/proteger-systemes-industriels-des-cybermenaces-enjeu-majeur

    Déjà que EDF a du mal à mettre en oeuvre les recommendations de l’ASN depuis Fukushima pour protéger nos centrales nucléaires des effets d’une inondation ou d’une tempête (ou d’un tsunami en région côtière), je n’ose imaginer tous nos beaux ordinateurs du Combat Cloud grillés par une impulsion EM, et nos IA à cerveaux positroniques sans intelligence du tout…

    Si les équipages des FAS sont entrainés à voler sans GPS, je ne suis pas sûr que l’ensemble des systèmes d’armes soient capables de fonctionner en mode dégradé, de façon autonome et coordonnée en même temps, sans aucune assistance informatique.

    Déjà, un Data Center sans sa pompe d’alimentation en eau de refroidissement (comme les réacteurs nucléaires), cela ne va pas fonctionner très longtemps (pour l’avoir vécu dans les années 80 aux Clayes-sous-Bois chez ex-Bull devenue ATOS).

    Enchainer dépendance à l’énergie électrique et dépendance à l’IA risque de nous laisser sans moyen de défense, à la moindre cyberattaque des centrales, des réseaux de distribution ou des Data Centers militaires, fussent-ils « sécurisés ».

    Si le programme ARTEMIS a prévu de pouvoir faire fonctionner les systèmes d’énergie, de communication et de défense en mode dégradé, ce serait encore mieux…
    Des informations rassurantes en vue ?

    • Joe dit :

      Les Data center de Atos sont pourvues de plusieurs (gros) générateurs diesel de la taille d’un container. Et je ne parle pas des batteries pour sauvegarder les données en cas de coupure forcée. Précisément celui des Clayes sous bois.

      • farragut dit :

        @Joe
        Merci pour cette précision rassurante et pour ce RETEX qui a été retenu et intégré!
        J’ai (aussi) vécu aussi des groupes électrogènes qui ne démarraient pas, parce que personne ne pensait, ou ne dépensait du temps et de l’argent pour les vérifier (là aussi, un problème de « partage » de responsabilité entre la DSI qui s’occupe des infrastructures informatiques et la Direction Etablissement qui s’occupe de l’intendance, c’est-à-dire de l’eau de refroidissement, de l »alimentation principale en électricité, et de l’alimentation de secours en groupe électrogène et en diesel…). Un peu comme la relation entre un avionneur et un motoriste avec deux contrats séparés (si vous voyez ce à quoi je fais référence 😉
        Et j’ai aussi, aussi, vécu des batteries de gros ordinateur de gestion qui s’étaient vidées le temps que l’on trouve le générateur de secours… Un peu comme l’incident du site de retraitement de la Hague, où les piscines n’ont pas été refroidies pendant le temps où l’on courait chercher le groupe de secours EDF approprié en dehors du Cotentin (cas du Fukushima réacteur n°3 avec son plutonium dans la piscine qui a fait pschitt!).
        Comme l’informatique et le nucléaire sont des pratiques relativement jeunes, l’expérience n’est pas la même que dans d’autres industries comme le BTP ou la chimie (ou l’aéronautique -partie cellule, pas SNA-). D’où des risques pas encore « découverts » ou « traités » vraiment convenablement. Il reste encore du boulot dans ces domaines pour les ingénieurs en sécurité (safety)…

        • EchoDelta dit :

          C’est assez incroyable ce que vous nous comptez car dans les grandes banques françaises les groupes tournait 10 jours par an pour réduire la facture d’électricité en accord avec EDF qui pouvait délester la banque en cas de pic de consommation.
          C’était notamment le cas à la BNP à Paris qui avait des moteurs marins dont certains prétendait qu’il venait de UBoot, mais là nous rentrons dans la légende…

          • Grosminet dit :

            @ Echo-Delta:

            A Paris,ou ailleurs en France,TOUS les Etablissements Recevant du Public (public privé ou « public » ^^ ,que ce soient des bureaux ou une base logistique ) sont équipés de moteurs diesel (Scania,Volvo généralement) dont le but est de mettre sous pression les colonnes d’eau de lutte contre les incendies (pour les têtes sprinkler,les RIA et alimentation pompiers)….

            Ces moteurs DOIVENT être démarrés CHAQUE MOIS pour en contrôler le bon fonctionnement (et celui du système,bien entendu)…

            En aucun cas lié à une quelconque diminution de facture négociée avec EDF,mais à une obligation légale de sécurité (cf l’une des innombrables normes APSAD)

    • Dupont avec un t dit :

      L’incendie dans le Data-center OVH n’a pas servi de leçon de vie sur les données .
      Si en plus un malware progresse sur les réseaux sécurisés pour faire une « Liquidation » Adieu la bande passante et le stockage ou l’accès à celui-ci

    • Euclide dit :

      Sans les EMC @ farragut il y a le pb de la distribution électrique nationale voir le phénomene de grivage qui s’est abattu au Quebec en janvier 2018.
      Si nous pouvons échapper à ce phénomenre météorologique en France nous ne pouvons pas faire l’impasse sur le sabotage des pylomes de THT.

    • NulH dit :

      Beaucoup de commentaires éparses… sur des domaines plutôt différents… proche de « généralité » !!!!
      Pour sourire ; merci de recentrer (1 thème par commentaire), malgré, ou, tenant compte d’un vécu (peut être) certain. Là aussi questionner ces vécus, ici en terme techno. et orga. indust. !!!
      Aller, c’était pour sourire … bien sûr !!!

      • farragut dit :

        @NulH
        Est-ce la réponse à @Joe « questionne » les vécus ? A votre service, même si votre remarque fait un peu « Ok, Boomer! » 😉
        Sans rancune ! 😉

      • Frank dit :

        @ Nulh Possible. Très aléatoire. Un peu prétentieux .Sourions.
        Car dans ce cas, pourquoi ne pas commencer vous même?
        Vous avez, sur l’instant, l’occasion de vulgariser l’article, et ses commentaires.
        Ils sont épars, généralistes, bref, vagues et superficiels. Pas de votre niveau…
        Comme spécialiste amusé et souriant, expliquez-nous.
        C’est quoi, en clair, cette phrase:
        « une solution capable d’exploiter les données sensibles de façon sécurisée, à l’échelle d’un pays, et facilitera son implémentation au sein des programmes gouvernementaux concernés »
        Encore mieux:
        Elle « apportera également des solutions sécurisées et des briques technologiques suffisamment ouvertes et modulaires, afin de favoriser les collaborations et de stimuler, en lien avec l’Agence du numérique de défense récemment créée, l’écosystème industriel et souverain, pour le développement d’applications de confiance  »
        C’est quoi, des briques qui vont développer des applications de confiance?
        Que Me Parly lise ses fiches, sans rien y comprendre, c’est dans l’ordre des choses.
        Que l’IA soit si prometteuse qu’elle échappe à ses concepteurs, qui sait?
        Que vous n’apportez rien sur le sujet, sauf votre nombril, itou.
        Je connais un domaine essentiel, bardé de technologies, qui finit toujours à une seule chose: l’humain.
        Le vécu est une expérience très relative, temporelle, il a toujours son butoir, ce dernier n’est pas négociable.
        Mais j’aime bien votre post condescendant, et ses directives « techno. et orga. indust »
        Quel dommage que vous ne nous faites pas profiter de vos Lumières.(1 thème, aucun commentaire de NulH, c’est ballot…)
        Chacun va se concentrer sur l’essentiel, vous, d’abord, le premier prétentieux.
        En souriant, bien sur, vous êtes si intelligent…
        Au plaisir de vous lire, pour rire.

    • oryzons dit :

      Non aucunes nouvelles rassurantes.
      Nous ne sommes que français hélas.
      Si nous étions Allemands il n’y aurait pas de quoi s’inquiéter.
      Comme nous sommes français il est évident que personne de compétent n’a pu mener une réflexion aussi aboutie que la vôtre. Félicitations d’ailleurs !
      Essayez tout de même de la faire parvenir en haut lieu, avec de la chance quelqu’un la portera à la connaissance du Président.

    • Lothringer dit :

      « Déjà, un Data Center sans sa pompe d’alimentation en eau de refroidissement (comme les réacteurs nucléaires), cela ne va pas fonctionner très longtemps »

      Ne peut-on voir les choses sous un autre angle : il est impératif d’avoir des matériels nativement endurcis pour résister aux hausses de température, et fonctionnant parfaitement avec un système de refroidissement ventilé sans avoir recours à une climatisation. Si la climatisation est nécessaire, alors c’est la conception même du produit qui est mauvaise.
      Mais dans le monde grand-public et pro, c’est un concept qui est négligé. Pour ce qui est des data-centers massivement énergivores, les opérateurs font ce qu’ils peuvent avec les matériels fournis par des fabricants qui se comptent, chacun dans sa partie, sur les doigts d’une seule main (oligopole). Il semblerait que ces fabricants ne se fassent pas une compétition féroce en matière de rendement énergétique…et aucun fabricant européen dans le lot.

      • précision dit :

        pas une compétition féroce sur le rendement énergétique? Ca dépend, au niveau du data center, non seulement l’opérateur mais le concepteur (qui va souvent de pair avec l’opérateur, pour les plus grands) si, chacun se targuant d’excellents rendements énergétiques, autant pour des questions d’image, que de coût (sur des datacenters moyens vers 2015, la moitié du coût sur 10 ans d’un datacenter passait dans l’énergie).
        Les PUE chez les géants américains du Web (Google, Facebook) sont légèrement en dessous de 1.1. Idem chez OVH! On ne peut donc plus dire que le refroidissement consomme beaucoup pour les grands datacenters modernes.

        Quand à la consommation de l’informatique… tout au long de l’histoire de l’informatique des choix ont été faits (aux USA vu qu’ils étaient les principaux acteurs du domaine, de loin) en terme d’architecture qui ne privilégient ni l’efficacité énergétique ni la fiabilité du logiciel. C’est comme cela et il semble impensable en l’état de faire table rase…

      • Math dit :

        Ça dépend vraiment du Tier. Sur du Tier 1 ou 2, vous pouvez faire de l’expérimental. Sur du Tier 3 ou 4, les architectures électriques et refroidissement sont redondantes, pour atteindre les objectifs de fiabilité attendus.
        L’efficacité énergétique est un axe qui est travaillé via le Green IT. Des essais de refroidissement par huile, de trempage dans l’eau de mer ou d’installation dans les pays froids ont été réalisés. Les containers sous-marins ont des avantages, mais aussi des vulnérabilités. Qui surveille l’infrastructure sous-marine? Tout le monde n’a pas les moyens d’y aller, donc le contrôle d’accès est différent. Mais des personnes qui ne devraient vraiment pas y aller on les moyens de le faire et c’est dur à protéger.

  4. Rapha dit :

     » les solutions nationales ont des relents de nazillons… »
    De toutes évidence un troll nouveau est arrivé !

    • Castel dit :

      Je ne crois pas qu’ « @oryzon soit un troll, car on commence à le voir régulièrement sur ce site depuis déjà un certain temps….
      Par contre sa position semble être celle de ceux que j’appellerai les « Euromax », qui semblent oublier qu’avant de construire une Europe supranationale, il faut d’abord d’abord essayer de construire une véritable Europe des Nations, ce qui est encore loin d’être le cas aujourd’hui…..

  5. Raymond75 dit :

    Cela prouve que , au-delà de la Défense, la France a un très haut niveau en I.A. Malheureusement, il est difficile, voire impossible de nos jours, de bâtir une entreprise européenne de rang mondial.

    • Wagdoox dit :

      Normal, concurrence libre et non faussée

    • précision dit :

      En informatique c’est sans doute vrai, tout dépend ce que l’on considère comme rang mondial (SAP, CapGemini, Atos et Orange c’est pas si mal non plus). Il y a de nombreuses raisons, mais entre autre, le marché américain ou chinois est plus dynamique et moins fragmenté (il faudrait déjà qu’on ait des champions européens avant de viser le marché mondial).
      Et nous savons moins bien gérer que ces géants la commercialisation de nos produits, en particulier auprès des communautés d’utilisateurs individuels. Sur ce point, même un petit pays comme Israel sait bien mieux faire la promotion de ses produits à travers les réseaux sociaux (au sens non informatique) -indépendemment d’une culture sans doute encore plus favorable à l’innovation technique.

  6. Jm dit :

    Bizarre.
    Vous allez dire que je vois le mal partout.
    Mais Thales et Atos officialisent la création d’Athea, « champion » de l’intelligence artificielle pour la Défense, alors que le cours de ATOS a été suspendu après une chute de 80% de la valeur des actions de Atos.
    Au fait, avez-vous regardé dans quelle société était parti Edouard Philippe après avoir quitté le gouvernement ?
    Mais bon, moi, c’que j’en dit…….

    • précision dit :

      On ne peut pas dire que les soucis d’ATOS soient dus à Philippe. Il n’a pas pu faire grand chose en si peu de temps, et surtout il n’a qu’un simple siège au CA

      Noter qu’avant lui Thierry Breton a, après son passage au gouvernement de 2002 à 2005, été PDG d’Atos de 2009 à 2019, un poste avec beaucoup plus d’impact.

      Les déboires n’ont rien à voir avec les nombreuses annonces et partenariats d’Atos (quantique, sécurité, etc). Dans une boite de cette taille les annonces de ce genre sont monnaie courante. Le cours d’Atos n’est pas suspendu, mais a effectivement baissé, non pas de 80% mais d’à peu près 20-30% (tout dépend du point de départ mais le plus pertinent est le maximum de l’année) à cause d’irrégularités dans les comptes d’une filiale américaine.

      • Jm dit :

        Oups, je vous présente mes excuses, je viens de réaliser que j’ai inscrit 80 %, alors que je vous lais marquer 28 %, je sais bien que tout augmente, mais là, ça frisait l’inflation sud américaine !!!
        Quant aux relations ATOS / nos chers politiciens, je ne vise pas particulièrement GP. Ce n’était qu’un constat..
        Comme tant d’autres.
        L’ère mitterrandienne nous a appris à être suspicieux.

        • précision dit :

          ah oui. Les transferts de fonctionnaire/politiciens dans le privé sont chose courantes. Tous partis confondus. Ca peut même, dans une certaine mesure, être une bonne chose.
          On trouve même des ex marxistes chez Goldman Sachs et un Bundeskanzler chez gazprom, alors…

  7. philbeau dit :

    C’est sûr que tous ces avatars censés remplacer l’homme , si imparfait , sont d’une fragilité par leur caractéristiques mêmes qu’on est partis pour s’exposer de manière pour le coup exponentielle . L’éternel combat du bouclier et de l’épée .

  8. Plusdepognon dit :

    La conservation des données dans une société dépendante du numérique est un enjeu de souveraineté :
    https://www.diploweb.com/Le-Cloud-Act-trois-ans-apres-revelateur-du-besoin-de-definition-de-notre-souverainete-dans-l-espace.html

    https://www.lesechos.fr/tech-medias/intelligence-artificielle/un-cloud-europeen-tres-allemand-et-americain-1143792

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/05/12/l-europe-est-en-passe-de-perdre-la-guerre-des-cables-sous-marins_6080012_3232.html

    Pour ARTEMIS, il s’agit de traitement d’informations :
    https://www.intelligenceonline.fr/renseignement-d-etat/2021/03/24/comment-florence-parly-et-la-drm-tentent-de-remettre-en-ordre-de-marche-le-big-data-reve-des-armees,109652602-art

    Avec aussi Sopra Steria et Cap Gemini…
    https://www.thalesgroup.com/fr/group/press-release/direction-generale-larmement-retient-le-consortium-thales-et-sopra-steria

    https://www.lalettrea.fr/entreprises_defense-et-aeronautique/2020/10/26/thales-et-atos-tentes-par-un-rapprochement-sur-l-ia-des-armees,109616233-art

    La DGSE est aussi sur les dents :
    https://www.intelligenceonline.fr/renseignement-d-etat/2021/03/29/artemis-otdh–dgse-partout-big-data-nulle-part,109653287-evg

    Ce qui tombe bien vu que « la piscine » irrigue les autres services en terme de certaines capacités de renseignements :
    https://www.nextinpact.com/article/45669/decryptage-capacites-secret-defense-dgse

    Des investissements seraient prévus à Angers, sur un ancien site de Bull :
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/info-le-courrier-de-l-ouest-l-usine-du-futur-d-atos-pourrait-faire-revivre-le-site-bull-a-angers-c10da222-af4d-11eb-a565-4ed4da7a1428

    L’ancien PDG d’Atos a un poste aujourd’hui assez envié :
    https://www.usinenouvelle.com/article/comment-thierry-breton-a-fait-d-atos-un-groupe-global-du-numerique.N897294

  9. twouan dit :

    Remarquez bien, pour prendre une bonne decision dans une triple hierachie, ca fait une sacree descente de gradiant.
    Et rien qu avec la pile de manager intermediaire qu on cree, on va pouvoir stocker un packet de papier.

  10. Tournesol dit :

    L’IA ne sait faire que deux choses* : interpoler et extrapoler.

    Pas d’intelligence au sens général, mais au sens désormais restreint d’intelligare, créér des liens, établir des relations, des correspondances entre des informations éparses.

    Pour simplifier, elle « clusterise » (agrège) des informations selon des classificateurs, des caractéristiques (fonction caractéristique d’un ensemble), calcul des métriques, des distances inter et intra cluster comme des bornes sur une carte… un territoire.

    Elle réalise alors une map, pose une nappe sur ces bornes réalisant une interpolation en interne, et peut éventuellement prolonger sur une petite distance (selon la complexité de la surface établie) la frontière, la périphérie, pour établir ce à quoi ressemblerait la partie du territoire sur laquelle nous n’avons pas encore de nouvelle information…
    Un peu à la manière des NURBS (non rational B-Splines) utilisées en géométrie algébrique pour les modèles de formes dans les logiciels de conception mécanique assistée par ordinateur. Une surface complexe devient très vite non réalisable, non cohérente avec la dimension des solides qu’elle est censée délimiter, ne permettrait pas d’engendrer un « manifold » homéomorphique à l’espace des possibles compte tenu des informations indépendantes disponibles, c’est à dire engendrant un espace de dimension incompatible avec ce que l’on sait, elle devient en quelquesorte délirante.
    Cela pose le problème de l’analyse des dépendances, des corrélations, et des causalités.

    L’IA sera très vite inopérante face aux leurres, aux fausses informations. Un chien fou, une couche indépendante du hardware (HAL de 2001 l’odyssée de l’espace) décrivant une chimère à l’état chaotique.

    *un peu plus associée à d’autres algorithmes

    • oryzons dit :

      Et donc ?
      L’IA inutile ? On investit pas dedans alors ?
      Le Cloud pareil ?

      • Kali dit :

        Définissez Cloud et IA et vous aurez un commencement de réponse.
        Investir dans les réseaux, les centres de données de diverses tailles en divers lieux, dans l’apprentissage machine (et autres domaines du style dont je suis ignorant), le traitement (massif) de données, la recherche fondamentale et appliquée, etc, etc. : oui !
        Investir dans des concepts vagues et fumeux plus marketing qu’autre chose : non !

        Ce que je comprends du post de @Tournesol, et qui est vrai dans un certain nombre de domaines : vous mettez des bêtises en entrée, vous obtiendrez des bêtises en sortie.

  11. Félix GARCIA dit :

    Mediavenir@Mediavenir
    Londres compte plus de 73 caméras par habitant, soit autant qu’une grande ville #chinoise. Le système de surveillance de la capitale anglaise analyse également plus de 18.000 visages par minute. (L’Express) #RoyaumeUni
    https://twitter.com/Mediavenir/status/1398198608843792384

    Il est vrai qu’il est complexe d’invoquer / mettre en place « la bête » …

  12. Félix GARCIA dit :

    Vu le manque d’intelligence naturelle, il faut bien développer l’intelligence artificielle !
    -_-‘

    Persistance virale et décès par COVID : facteurs associés
    Pr. Philippe Brouqui, IHU Méditerranée Infection.
    https://www.youtube.com/watch?v=rwHT-CSR4YE

    Et pour ceux qui disent qu’on NE PEUT PAS financer ceci ou cela (Marine Nationale + Aviation + Armée de Terre forte + Espace + Electronique + Informatique …) :
    François-Xavier Haye : La monnaie pour les Nuls et les autres histoires, fonctionnement et enjeux
    https://www.youtube.com/watch?v=NcX9esKXyHo
    Pour ceux qui auraient la flemme, regarder les 5 premières « suffit ».
    Et ceux qui ont vraiment la flemme :
    https://www.youtube.com/watch?v=cZBoPbPh49Q

  13. Paul Bismuth dit :

    Chacun, individuellement, nous pouvons constater notre dépendance aux produits chinois ou asiatiques et aux solutions américaines:
    https://mobile.twitter.com/towersight/status/1397232345296605193

    • précision dit :

      Avec pour résultat que les actionnaires ont refusé de valider les comptes à la dernière AG. Mais pas de nouvelles depuis.

  14. ron7 dit :

    Lu ci dessus !
    Athea « bénéficie de l’expérience » que les deux groupes ont acquise lors de la phase de démonstration du programme ARTEMIS

    Si je fais un raccourci, Athea, c’est ARTEMIS en révision 2 !
    Est ce qu’on a du « Palantir » inside ??
    -> Rechercher Brégier+Palantir+France