La Force conjointe du G5 Sahel souffre toujours de déficits capacitaires importants, selon l’ONU

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

21 contributions

  1. Max dit :

    L’ONU ne fait qu’enfoncer des portes ouvertes !
    Pas sûr que cela s’améliore avec la quasi vacance du pouvoir au Tchad depuis la mort du président Idriss Déby. Seul pays ayant une force armée qui ne prend pas ses jambes à son coup quand ça chauffe.

    Qui finance ces groupes djihadistes ?
    Qatar, Turquie, Arabie Saoudite, Iran, etc… ?

  2. Plusdepognon dit :

    Comme les USA ont refusé que le G5 Sahel soit financé par l’ONU, la France a tendu sa sebille au pays du Golfe :
    https://afrimag.net/force-conjointe-sahel-recherche-financements-desesperement/

    Le discours public des dirigeants français a changé sur la possibilité de négocier avec les terroristes :
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210415-sahel-en-france-les-d%C3%A9put%C3%A9s-n-%C3%A9cartent-plus-des-discussions-avec-les-groupes-terroristes

    https://www.frstrategie.org/publications/notes/faut-il-negocier-avec-groupes-armes-terroristes-2021

    Ce qui se passe dans le cercle de Niono en est la preuve la plus évidente :
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210428-mali-frappes-antiterroristes-%C3%A0-niono-le-cessez-le-feu-reste-valable-pour-les-civils

    Même les pays côtiers (Ghana, Togo, Bénin, Côte d’Ivoire) ont des contacts alors que la situation n’est pas celle du Sahel :
    https://www.jeuneafrique.com/1121591/politique/tribune-faut-il-negocier-avec-les-terroristes-cest-deja-le-cas/

    Les alliances sont donc encore à forger:
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210512-le-ministre-ivoirien-de-la-d%c3%a9fense-plaide-pour-un-axe-abidjan-bamako-ouaga-contre-le-terrorisme

    Mais dans tous les pays d’Afrique de l’ouest, il y a des gens missionnés pour négocier avec les terroristes.

    Dans toutes les sociétés humaines, quelque soit le continent ou les époques, les jeunes veulent se faire une place et ceux qui tiennent les rênes d’une société ne veulent pas les lacher:
    https://mobile.twitter.com/evil_SDOC/status/1393275883755028481

    Les choses changent vite au XXIème siècle…
    https://www.ege.fr/infoguerre/2020/07/affrontements-economiques-afrique-subsaharienne

    Et pas qu’au Sahel…
    https://www.challenges.fr/monde/afrique/paris-prend-ses-distances-avec-n-djamena-mais-pas-les-emirats_764970

    https://blablachars.blogspot.com/2021/05/le-tchad-cherche-de-nouveaux.html

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/01/29/les-emirats-arabes-unis-avancent-leurs-pions-au-senegal_6068143_3212.html

    https://www.jeuneafrique.com/1134024/politique/senegal-les-entreprises-francaises-ont-elles-ete-deliberement-visees

  3. jyb dit :

    un peu hs. aboubakar shekau leader de boko haram serait mort. il se serait fait sauter après s’être rendu aux djihadistes concurrents de l’iswap. ce qui n’est pas en soit une bonne nouvelle au niveau régional puisque la franchise homologuée de daesh sort renforcée
    de la séquence. mèf.

  4. blavan dit :

    Puisque ça finira comme l’Afghanistan, on aura du mal à mobiliser. L’enjeu sécuritaire est dans l’hexagone pas dans les conflits post coloniaux.

    • Mat49 dit :

      La comparaison avec l’Afgha est ridicule, si la coalition en Afghanistan avait déployé une force type Barkhane celle-ci aurait été balayée en quelques semaines. Alors que là nous tenons la baraque preuve que la comparaison entre les deux n’a aucun sens.

      Faire ce que nous faisons actuellement nous évitera de perdre mais cela ne nous permettra pas de battre l’insurection. Alors que ce n’est pas le Viet Minh ou les Talibans en face, tous ceux qui nous parlent de guerre ingagnable fument: avec une poignée d’homme sur un territoire aussi vaste nous ne sommes pas toujours pas battus.

      Donc cela vaudrait la peine de tenter de déployer une force sérieuse sur la durée. Dans tous les cas où une armée a battu une insurection elle l’a fait soit en l’étouffant sous le nombre (Irak 2007, Tchétchénie,…) soit en attendant que l’adversaire se lasse (FARC).

      Essayer d’etouffer les insurgés sous le nombre au lieu d’attendre ne nous donnerait pas une assurance victoire mais au moins nous aurions une chance. Là nous ne pouvons que prolonger indéfiniment un état de fait sur des dizaines d’années.

  5. Auguste dit :

    Leur donner du matériel,oui mais pas trop non plus.Tôt ou tard ils vont se retourner contre nous.Du moins certains d’entre eux.

  6. Thierry dit :

    Force conjointe du G5 Sahel ?????
    pfff, plutôt un club de joueurs de tarot fait d’une myriade d’échantillons de troupes de petits pays.

    personnellement je ne me sent pas menacé du tout par le Sahel mais c’est surement parce que je fait 1m80 et que ceux qui tremblent des genoux font 1m68 maximum.
    Ils peuvent même faire un califat au sahel je m’en tape le coquillard, et c’est ce qui va arriver de toute façon quand l’échantillon de force conjointe sera renvoyé par retour du courrier après s’être vainement usé les galoches. C’est juste une question de coûts.

    • Mat49 dit :

      Ben ma biquette ton califat chargé de développer l’idéologie de l’hitler du désert devrait être à porté non? Vu que nous sommes censé avoir perdu depuis le début. Il y a un truc qui cloche?

      • Thierry dit :

        c’est pas ces histoires de califat qui viennent nous prendre nos libertés en France, les représentants français en cruauté hitlérienne ont une tout autre apparence, ils veulent même envoyer les chars dans les banlieues parce que crever les yeux des manifestants c’est pas assez sévère pour eux.

        • Mat49 dit :

          En effet ma biquette, je suis bien d’accord avec toi ce sont les Maliens qui patissent en premier des agissements de toi et et tes potes!

          Il n’y a aucun doute sur le fait que ton message n’a aucun rapport avec le mien. Donc j’y reviens au sahel comment faîtes vous pour ne pas nous battre puisque d’après toi nous avons perdu?

  7. Sacha dit :

    M. LAGNEAU bonjour,

    Peut-on avoir en lien le rapport des nations unies cité en début d’article, comme il me semble que vous en avez (l’excellente) habitude ?

    Merci par avance. Je profite de ce commentaire pour vous remercier également de votre travail, il y a là de la rigueur dont devraient s’inspirer un certain nombre de journalistes

  8. werf dit :

    Heureusement que l’ONU sert enfin à quelque chose, avoir un rapport non édulcoré et enjolivé sur la véritable situation peu brillante dans la BSS. D’ailleurs, l’absence d’une véritable communication après la récente réunion à Paris des chefs d’états concernés est toute aussi révélatrice. C’est d’ailleurs l’analyse faite par les Etats-Unis qui considèrent la situation comme inextricable compte tenu de l’immensité de la zone à couvrir et, surtout, de la déliquescence des pouvoirs locaux corrompus incapables de faire face aux défis économiques et sociaux et à la guerre des ethnies. La France joue gros au Sahel, c’est son influence en Afrique dans les 30 prochaines années qui est en jeu. Le constat, quand on voit l’évolution de la jeunesse africaine à l’égard de notre pays, est encore plus sévère.

  9. Clavier dit :

    Parfois je me demande si l’armée française n’est pas au Sahel simplement pour l’occuper ailleurs qu’en métropole où elle pourrait prendre parti …….

  10. Piliph dit :

    « Faiblesse en renseignement du G5 Sahel ». Dans ce genre de conflits, l’expérience m’a appris que le bon renseignement est avant tout humain : ce n’est pas un drone qui va vous apprendre que tel chef de tribu est en train de se rallier à tel groupe jihadiste pour se venger de la tribus voisine qui lui a piqué un pâturage ou une jeep. Que tel groupe de nomades transporte des armes pour le compte de Tartempion, que tel groupe islamiste va entrer en guerre contre tel autre parce que son chef s’est fait piquer son « mignon » par le chef du groupe opposé (conflit « classique » entre groupes talibans de Kandahar/Helmand, la pédérastie étant très répandue dans ces régions), etc. Posséder des indicateurs stipendiés ou bénévoles chez les nomades, des « honorables correspondants » au sein d’ONG, des espions dans les villages importants, etc. est aussi « rentable » que d’envoyer des drones qui, finalement, ne vous renseignent que sur des mouvements importants, résultant d’accords politiques ou tribaux antérieurs passés inaperçus. C’est à dire quand le mal est déjà fait, et qu’on ne peut plus que réagir (au lieu de prendre les devants, par des actions pas nécessairement militaires). Prendre exemple sur le LTTE au Sri Lanka, qui avait mis en place un vrai service de renseignement avec peu de moyens. Ou d’autres exemples que je ne connais pas (encore).