Thales a livré le premier des cinq radars Sea Fire des futures frégates de défense et d’intervention de la Marine

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

49 contributions

  1. Euclide dit :

    Et si on faisait du troc avec Taiwan pour la livraison du Sea fire contre une usine de puces , pardon on dit des composants électroniques ( en France) .
    Déja pour toucher les 39 Milliars de la BCE , il faut satisfaire aux 50 000 pages du Mémorandum.

  2. John Sky dit :

    Moi je ne suis pas marin mais je kiffe!

  3. Raymond75 dit :

    Thales est une des rares entreprises française au top niveau mondial qui n’a pas été absorbées par des groupes financiers étrangers. Travailler pour la défense la protège. Bravo aux équipes de cette entreprise.

    • farragut dit :

      D’accord pour votre première phrase, mais « Travailler pour la défense la protège » ?
      Vous voulez parler d’Alstom ?
      https://lvsl.fr/alstom-general-electric-une-affaire-detat/
      https://www.youtube.com/watch?v=5_NS4-rsUPI
      Alstom, c’était pour financer l’élection de 2017… Mais en 2022, quelle sera l’entreprise « protégée » choisie, comme vous dites ?

      • Félix GARCIA dit :

        « Alstom, c’était pour financer l’élection de 2017 »
        Non, c’était un service commandé, une trahison, et sous surveillance de nos services de renseignement …
        Le rapport avec l’élection, c’est que ce sont les mêmes qui nous ont dépouillé qui ont soutenu Emmanuel MACRON …
        Arnaud MONTEBOURG n’a pas tout dit …

        Alstom : la France vendue à la découpe ? Frédéric Pierucci
        https://www.youtube.com/watch?v=dejeVuL9-7c
        Macron : les réseaux secrets ? Marc Endeweld
        https://www.youtube.com/watch?v=PvfXlbk-n9c
        L’espion qui nous veut du bien ? Marc Eichinger
        https://www.youtube.com/watch?v=jGAjuM5Nb4A
        Les révélations d’un agent secret qui en sait beaucoup trop
        https://www.youtube.com/watch?v=PMpBPFPyiUU
        La Grande Interview : Marc Eichinger
        https://www.youtube.com/watch?v=pj9GSCwL_LA

      • Nike dit :

        Vous dites des bêtises, la réalité est bien plus bête. L’ex directeur d’Alstom a franchi la ligne rouge tacite tracée par les US. Il a voulu faire un partenariat stratégique avec les chinois dans le domaine des turbines.
        Puis il s’est entêté face au DOJ Américain et l’a pris de haut.
        Les Américains l’ont défoncé.
        Macron est arrivé à la fin de l’histoire, c’était déjà plié.
        Lisez « le piège Américain » bouquin très instructif sur la façon de faire des US.

        • Félix GARCIA dit :

          Bah j’aurai du le lire, parce-qu’en l’écoutant, ce n’est pas du tout ce que j’ai compris.

        • PK dit :

          Le fait que Macron soit un Young Leader est bien entendu purement fortuit dans la conclusion de cette affaire.

    • Starbuck dit :

      Et dire qu’elle n’est pas retenue pour le programme scaf.
      Pitoyable. On aura un radar pourri sur le NGF

  4. Thierry dit :

    C’est oublier un peu vite les avions furtif et ce genre de navire ne sera réellement en sécurité que sous la couverture d’un porte-avion ayant des avions ou drones furtif.

    • Thomas dit :

      Arf
      Le sempiternel rabat-joie

      • Thierry dit :

        point du tout monseigneur, il s’agit juste d’inciter à combler un vide criant en matière de furtivité dans l’armée française, et s’il faut dénigrer tout ce qui n’est pas furtif c’est un moindre mal.

    • themistocles dit :

      La notion de furtivité est transitoire. C’est un avantage tactique très onéreux et qui ne dure jamais. Les F117 furtifs ne l’ont plus été lorsqu’on s’est aperçu qu’un radar d’altimétrie, utilisé pour la météo, pouvait le détecter. Les performances observées des radars en bande S laissent augurer d’excellentes performances, y compris sur des cibles à très faible SER. Actuellement, les systèmes anti-aériens embarqués sur navires ont encore un avantage très substantiel sur les avions, en portée , capacité de détection et vitesse. Exemple, l’installation du système S-400 navalisé sur les croiseurs de la classe Gorchkov ou la généralisation de la protection des navires français sous une double bulle d’ASTER 30 , qui dans sa version navale n’a pas sa portée de détection réduite comme le PAAMS, et d’ASTER 15.

    • Furtif dit :

      çà n’a pas de sens de penser qu’il faut un aéronef furtif pour en détecter un autre, çà n’a rien à voir.

      • Thierry dit :

        Dans le cadre d’une « cap » (Combat air patrol) des patrouilles d’avions sécurisent un navire ou une flotte en cerclant large par dessus pour intercepter tout adversaire.

        Un avion furtif de protection sera invisible à un autre avion furtif qui attaque, et pourra donc se mettre en position d’attaque lorsque son adversaire sera en visuel.

        Un avion classique non furtif en protection se ferait repéré et abattre sans pouvoir riposter.

        • themistocles dit :

          Dans votre exemple, votre patrouille de CAP protège une plutôt force navale comprenant un porte-avion, ou une force amphibie approchant de son objectif . Sinon, elle n’a pas beaucoup de sens, les CAP n’étant jamais envoyées seules au dessus de la mer jolie toutes seules, encore moins pour protéger un navire seul. Ou alors comme faisant partie d’un dispositif plus vaste, comme sur série de FAOR. Cela ne semble non plus être le cas ici. Du coup votre force navale, outre le porte-avion, comporte une série de bâtiments d’escorte avec des capacités de détection très largement capable de donner du préavis à la CAP qui n’est, comme il se doit, qu’un élément du système de défense de la force, incluant les navires de protection de zone (DDG AAW) et éventuellement des unités en « picket » (FFG) sur les axes prévisibles des strikes adverses. Si on y ajoute les éventuelles unités AEW ( crownest, E2C) et en considérant les portées des missiles actuels, variant entre 50 et 200 nq, il faudra ajouter une bonne dose de prières ferventes à la furtivité de vos avions « furtifs » pour espérer faire quelque chose.

          • Thierry dit :

            les chasseurs basés à terre sécurisent souvent des navires isolés qui se trouvent dans leur rayon d’action, c’est une chose habituelle en entrainement, et comme je l’ai dit, aucun navire d’escorte ne détecte ni n’intercepte à coup de missile les avions furtif.

            Dans le cadre d’une menace durant un conflit, Un navire militaire préférera toujours naviguer près des cotes en passant d’une couverture aérienne à une autre plutôt que d’aller loin dans l’océan sans aucune protection.

            Vous continuez de gravement sous estimer les capacités de la furtivité alors même que tous les nouveaux chasseurs intègrent ce paramètre tout à fait essentiel;

            quand aux avis des ribouldingues qui ont l’impression qu’il existe des super radars et des missiles capable de vous battre aux échecs, ils vont vite déchanter devant la réalité quand elle se manifestera brutalement à eux.

            mais c’est toujours comme cela.

    • Royal Marine dit :

      N’importe quoi! MDR…

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Aucun avion n’est furtif
      Ils ont des section radar réduites.
      Si des radars sont capables de suivre une pièce de monnaie en orbite, dites vous bien qu’il est possible de trouver n’importe quel avion.

    • Carin dit :

      @Thierry
      Mais y’en a plein de vos avions, drones, et même des PA furtifs… tellement furtifs que vous ne les voyez pas!
      Mais vous êtes bien le seul… parce que les radars EASA eux, les voient.

  5. Plusdepognon dit :

    Sur le programme plus modeste des patrouilleurs océaniques, c’est une autre limonade…
    https://www.meretmarine.com/fr/content/patrouilleurs-oceaniques-un-programme-bien-mal-emmanche

    • Raymond75 dit :

      La ‘politique de défense’ n’a qu’un but réel : l’exportation de matériel militaire. Les patrouilleurs océaniques sont trop simples et peuvent être construits n’importe où, et la souveraineté économique de nos ZEE n’intéresse aucun politique depuis des décennies, sauf JL Mélenchon qui en est conscient.

      • Czar dit :

        ton hispano-marocain a TOUJOURS soutenu toutes les organisations subversives qui n’ont eu de cesse de réduire la surface du territoire français sa crédibilité sur la question de la souveraineté française est égale à celle de Lada sur le marché de l’automobile de luxe.

      • JC dit :

        Tiens donc ! J.L.Mélenchon a une conscience ?

    • Lassithi dit :

      Bonjour,
      Pas étonnant, ce domaine doit être considéré comme une corvée.
      Du reste, au vue du système d’arme de ce programme que dans la cible, on reste dans le minable.
      Tout comme pour les zone ultramarines.

  6. radionucleide dit :

    il faut espérer que les FDI seront équipés de brouilleurs

    • tschok dit :

      Le Sea Fire est crédité de capacités de brouillage, ce qui expliquerait l’absence de brouilleurs dans la suite de guerre électronique des FDI.

      Mais peut-être que dans ce domaine comme ailleurs, un peu de redondance ne ferait pas de mal, en effet. Donc, il vaudrait peut-être mieux doubler la capacité de brouillage native du Sea Fire de brouilleurs spécifiques.

      Un spécialiste de la guerre électronique pourra peut-être nous renseigner?

      • Calderon dit :

        Super radar qui offre la complétude de la vision de l’environnement opérationnel du navire. Grand bravo pour THALES. Cependant le Sea Fire ne peut brouiller que dans sa bande de fréquence, et par conséquent il ne peut brouiller tout le spectre possible et donc pas celui de la majorité des missiles.
        Les petits brouilleurs gadgets traditionnels ne sont pas suffisants seuls pour protéger le navire.
        Il faut que la DGA revoit sa copie pour la protection des navires en particulier vis à vis des menaces supersoniques. Des solutions sont possibles, que la volonté suive…les nouveaux leurres ne sont que des songes : « La vida es sueno y suenos son suenos »

    • Wagdoox dit :

      Pas forcément, les nouveaux leurres sont des drones avec capacité de brouillage. C’est très novateur et la royale regarde si ça peut pas remplacer les brouilleurs traditionnel.
      Le seafire pourrait aussi servir de brouilleur en fonction des avances logiciels et de la puissance réparti.
      Bref on aura une réponse dans 2 ou 3 ans.
      Il est aussi possible que l’export impose la présence de brouilleurs.

    • Carin dit :

      Tous les systèmes de combat en sont équipés…

    • delta dit :

      Pas au début. Ils sont encore en développement.

      • Carin dit :

        @Delta
        Et vous avez raison… en lisant votre post, il m’est revenu que les sea fire ne seront pas équiper des brouilleurs dans un premier temps, car la recherche sur cette capacité est encore en cours… merci.
        Mais je parlais du système de combat, ( ou suite de guerre électronique), dont j’ai oublié le nom, qui est le même pour tous les navires de la royale, et qui a une antenne bien spécifique et à part.

  7. blondin dit :

    C’est sur, sans f35 ce radar ne sert à rien !! Vous l’aimez votre dinde, tout vous ramène à elle !

  8. Rambo des bacs à sable dit :

    La colonisation mentale fait des ravages, adieu France et ta si belle langue de l’éloquence ! Now it’s time for crappish !

  9. Maxx dit :

    Un super radar capable de suivre 800 pistes, mais avec « seulement » 16 cellules de lancement j’ai peur que la frégate soit en grande difficulté en cas d’attaque saturante… Ca reste un super projet !

    • Michel dit :

      Une frégate « ne voyage » jamais seule elles vont au minimum par paire …… quand elle ne fond pas partie d’un GAN et dans ce cas, il y a un minimum une frégate antiaérienne …..

    • breguet dit :

      la frégate ne sera pas seule à tirer…Maintenant une force navale travaille en réseau…Par contre si elle vraiment isolée…

    • Raymond75 dit :

      « Chef, il y a 800 avions qui convergent vers nous !  » – « Transmettez au QG ».

  10. Guig dit :

    Léger hs, mais ôtez moi d’un doute, Thales est bien présent sur le programme scaf???

    • Machin 10 dit :

      Bien sur ! Mais il n’a la charge d’aucun pilier. Ni le pilier senseur, qui a été récupéré par Indra, ni le pilier Cloud/Battle Managment System qui a été récupéré par Airbus Allemagne.

    • Carin dit :

      @Guig
      Thales est effectivement présente dans le projet SCAF, mais en 3ème couteau… après les allemands (pilote) et l’Espagne (co-pilote)… en gros ça va se passer comme sur l’A400M, chaque fois que les pilotes ne s’en sortiront pas, ils enverrons le problème à Thalès pour qu’il le règle en toute discrétion.

      • Michel dit :

        Ou que Thales réponde, jetez tout ! On vient tout remplacer et cela ira mieux après…
        C’est comme si l’Armée US se privait de Raytheon!!!!!!
        Qui part ailleurs à un joint venture avec Thales….

      • Nexterience dit :

        Vous croyez que Thalès, qui l’expérience de collaborations avec Raytheon et cie, ne sait pas se défendre juridiquement ni imposer des closes ?? On n’est pas entre artisans autour d’un chantier de salle de bains, là.
        Thalès est sollicité comme sous-traitant détenteur de savoirs techniques uniques. Les autres vont se faire plaisir comme pilotes mais ils ne pourront imposer plus que ce qui a été négocié au global.