La défense héroïque du village de Champien par le peloton du sous-lieutenant Francis Vincent

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

157 contributions

  1. Czar dit :

    Une très bonne synthèse de pourquoi ça a foiré en 40, vue depuis les stazunis :

    https://youtu.be/yWwLcykedcs

    à part la petite blague du début sur le résultat mitigé de notre action destinée à son public de boomeurs obèses qui ont tous fui la conscription pour le vietnam – petite blague toujours marrante venant d’un rital, et quelques erreurs flagrantes (notre nombre de morts en 14-18) je trouve le résumé pertinent

    il aurait pu parler aussi de la pervitine qui n’a pas dû jouer un rôle insignifiant

  2. Kouglof dit :

    More majorum. Merci d’avoir publié cet article. C’est une source d’inspiration essentielle actuellement et alors que mon pays s’enfonce dans le noir.

  3. Czar dit :

     » A trouvé un mort glorieuse quelques instants après »

    y a-t-il vraiment une mort glorieuse a avoir été sacrifié en pure perte dans une lutte qui était devenue manifestement inutile ? J’en doute fortement.

    ceux qui n’ont pas signé un armistice dès qu’il est apparu que la lutte n’avait plus aucune solution militaire – soit au plus tard dès la fin de l’évacuation de Dunkerque, sont des ordures absolues qui portent la responsabilité de tout ce qui est advenu par la suite

    comme toujours en Frônce, on va bavasser pendant des jours sur tel ou tel aspect opérationnel . Même constat pour cette tartouillade survendue de « l’étrange défaite de » de Bloch, qui a AUCUN moment n’évoque la première des causes de la défaite, la politique erratique et suicidaire suivie par les gouvernements sans tête qui se sont succédés à la tête du pays et qui l’ont plongé dans une guerre qu’il n’était absolument pas en état de faire (aviation comme doctrine)

    évidemment tous les salopards se sont cachés derrière l’alibi Pétain qu’ils ont ensuite chargé de toutes les fautes qui n’étaient que des conséquences de la situation de départ

    80 ans après, pour moult raisons, cette histoire n’a pas été disséquée et abordée factuellement de façon froide et dégagée.
    C’est pas glorieux et ça empoisonne encore largement tant le discours public que la conception que le pays se fait de lui-même

    • EBM dit :

      Il ne fallait pas signer d armistice mais poursuivre la lutte depuis les colonies.

      • Czar dit :

        oui bien sûr ! lancer des cailloux aiguisés démocrates depuis l’Oubangui-Chari à la face des vilains fascistes.

        Sérieusement, y a encore des débiles qui croient 80 ans après à ces foutaises hollywoodisées ?

        y avait même pas un usine de fabrication de fusils en Afrique du Nord.

        • EBM dit :

          Les états unis nous auraient arme et les allemands ne pouvaient débarquer. Rien ne nous empêchait de continuer.

          • Czar dit :

            oui, bien sûr les Etats-Unis qui en 1940 n’avaient à proposer à l’angleterre que quelques vieux destro…, quelques vieux contre-torpilleurs rouillés allait soudainement nous équiper pour 25 division blindées, 800 escadrilles de chasses, 400 de bombardement et 36.000 pièces d’artillerie lourde. Parce qu’ils sont comme ça les ricains

            tu passes ta commande au drive et hop, le pays neutre te fournit tout le matériel belligérant que tu veux

            ah il adore ça les films grandioses et vides le franchouille.

            j’ai récemment retrouvé un terme que maurras avait employé pour soulginer la lourde tendance d’une partie de notre peuple à avaler n’importe quellle connerie suffisamment serinée : la badauderie gauloise.

            les gens pensent savoir ce qu’est un badaud, mais en fait ils feraient bien de regarder dans un dico, ça aurait un effet miroir pour plus d’un.

            quant à dire que les Allemands n’auraient pas pu passer à travers l’Espagne et le Maroc espagnol s’ils avaient estimé que c’était une question de survie, comment dire…

          • jyv58 dit :

            Nous ne le savons qu’après. Les anglais ont eu à subir, et il avaient encore un peu d’argent, le « cash and carry » jusqu’en 1941. Le prêt-bail (lend-lease) n’a été signée par Roosvelt que le mars 1941.

            Ne pas oublier que, par exemple, seul le Dewoitine 520 était vraiment capable de tenir tête au Bf109. Denrée rare en métropole, absente outre-mer.

            De mémoire, via les livraisons US, les anglais ont eu en Afrique du Nord des Curtiss P-40 dépassés face aux 109.

            Sachant en outre comme la France Libre était très mal vue par les américains (qui préféraient Giraud).

            Bref, refaire l’Histoire et la politique fiction ne me paraissent pas si simple.

          • Mat49 dit :

            +1 nous avons affaire a un traître attardé.

          • EBM dit :

            @ Czar vous racontez n’importe quoi, nous avions énormément de matériel commandé au USA ou en cours de livraison. Le Béarn était en route pour embarquéer des avions commandés. Une bonne partie des navires ont été déroutés vers l’Angleterre lors de l’armistice mais ils auraient très bien pu livrer au Maroc.

            Les anglais avaient eux aussi plein de matériels commandés et ou livrés.

            Donc c’est de ma contre vérité historique pure ce que vous dites.

            Repliés en AFN nous aurions été au sud de la méditérrannée avec notre flotte et la Royale navy dessus. Donc largement le temps de rabâtir des forces terrestres et aériennes à l’abris. Jamais les allemands n’auraient pu traverser via Gilbraltar d’autant que les espagnols auraient rembarqués et unis leurs forces au notres derrière le détroit protégés par la royale navy et notre flotte.

            Si les allemands n’ont pas débarqués en Angleterre c’est qu’il n’avait pas la flotte pour le faire. Alors passer en AFN avec la seule flotte italienne même depuis l’Espagne…

            Rien ne nous empêchait de continuer.

          • EBM dit :

            @ Jyv58 « Sachant en outre comme la France Libre était très mal vue par les américains (qui préféraient Giraud).

            Bref, refaire l’Histoire et la politique fiction ne me paraissent pas si simple. »

            Là vous êtes hors sujet la question porte sur signer l’armistice ou non en 1940. Pas sur 1943.

          • Czar dit :

             » Le Béarn était en route pour embarquéer des avions commandés »

            et la chose était tellement rare que même de Gaulle qui a fait dérouter le cargo Pasteur qui les transportait le cite dans ses mémoires

            or il s’agissait d’avions qui avaient été commandés plus d’un an avant.

            comparer une pauvre livraison avec la consommation d’une armée en guerre n’est pas juste grotesque; Au vu du drame que nous avons connu, cet étalage de connerie grasse est juste obscène.

            « d’autant que les espagnols auraient rembarqués et unis leurs forces au notres derrière  »

            à ce niveau de diarrhée mentale une seule réponse digne s’impose : pauvre con, va.

            viendez ! viendez tous écouter laz fabuleuse histoire de la lutte démocratique du général Franco pour la restauration de la IIIème république

            Lunaire.

          • EBM dit :

            @Czar le Béarn est un exemple parmis beaucoup de navire chargé de livrer des armes.

            J’ai pris cet exemple car il est emblématique: le PA était chargé d’or pour payer les achats.

            Bref vous n’avez pas ouvert de livres d’histoire.

        • Oui, il fallait poursuivre la lutte. Le matériel américain arrivait en masse;
          les commandes massives françaises et britanniques (cash and carry) ont permis la renaissance de l’industrie d’armement US ( voir les publications du SHAA) et non pas se baser sur des opinions partisanes et non documentées. Sans parler de la maîtrise des mers, et en particulier de la Méditerranée, par les marines britannique et française.

          • Czar dit :

            « Oui, il fallait poursuivre la lutte. »

            quel dommage que tous les responsables connaissant parfaitement la situation n’ait pas cru devoir faire appel à l’expertise pondérée d’un petit péteux de blogue et en ait jugé en pleine conscience – et avec une certaine unanimité que tous les contestataires passent sous silence^, comme si elle n’était pas EN SOI un constant irréfutable.

          • Sinope dit :

            Une partie des responsables voulait poursuivre la lutte.

    • Mat49 dit :

      Les allemands ne nous auraient pas accordé l’armistice après Dunkerque donc la question ne se pose pas. Weygand en était bien conscient donc lui reprocher de ne pas avoir signer l’armistice est ridicule.

      Ensuite quel intérêt de signer l’armistice le coûteau sous la gorge le 22 juin. Il fallait se replier en Afirque du Nord et attendre de voir si les anglais tenaient. Si oui comme cela s’est produit alors il ne fallait pas signer d’armistice et continuer la lutte.

      • Czar dit :

        ahahahahaha tout l’attirail de la connerie résistancialo-franchouillarde : bah oui ducon on allait jouer la vie du pays sur un coup de dés, en espérant que le pays qui nous avait lâché brusquement en plein campagne, sans même nous avertir allait soudainement retoruver ses couilles et se battre à mort alors même que Hitler qui voulait désossser la france aurait été ravi de signer un accord avec eux, puisqu’il n’avait aucune prétention martiime.

        ça c’est de la bonne intelligence biberonnée à la Villageoise cuvée.

        et je passe sur les mensonges historiques éhontés : weygan a fait le siège de reynaud pour mettre fin à la boucherie le plus tôt possible.

        Si l’on avait signé avant que la ligne weygand sur la somme soit enfoncée, on sauvait l’essentiel

        au fait, busard avec quoi, exactement tu allais continuer la lutte ? avec le grand-père de reality check dans son grand chèche immaculé de valeureux méhariste ?

        les fidèles cannibales démocrates de Pomdapi monter à l’assaut au coupe-coupe sur les blindés schleuhs

        ce n’est même pas risible, oser de telles conneries c’est vomitif décidement la litanie de conneries mièvres que tu sors dès qu’on aborde les questions politiques ne vient pas de nulle part : inculture historique crasse, capacité d’analyse d’un mérou.

        le beauf intégral.

        • Bruno dit :

          Et sinon, ça vous arrive d’exprimer votre point de vue sans insulter vos interlocuteurs ?

        • Mat49 dit :

          Bah oui ducon les allemands allaient être gentils et nous accorder l armistice quand ça nous arrange. Weygand savait très bien ça et a juste dit qu il fallait le demander très vite dès ses forces battues sur la somme et l ainsne. La connerie c est de croire qu avec l empire, la flotte l armée de l aire repliée et les états unis pour nous équiper nous ne allions pas pouvoir continuer. Aucun intérêt de signer le 22 juinaux conditions offertes. Mais bon je vois que votre intelligence est au niveau de votre language et que la haine de la France vous animé.

        • Captain Pif dit :

          Vous avez un problème psychiatrique, non? Vous ne savez parler que par l’insulte? Par ailleurs vous vous vautrez dans des certitudes qui ne sont que des fumées de paille… La fameuse « trahison anglaise », par exemple. Les mêmes arguments que les contempteurs vichystes en 1940-41. C’est tellement + simple d’accuser les autres de ses propres manquements… Les anglais ont rapatrié le BEF (avec pas mal de soldats français au passage) qui était encerclé, à un moment où la bataille du nord et du nord-est était perdue, sachant que dans l’hypothèse (concevable à l’époque) d’un débarquement allemand sur leurs côtes ils auraient désespérément besoin de ces troupes.

          • Czar dit :

            les anglais ont décidé de leur retrait dans la nuit du 17 mai 1940, petite crotte

            à ce tte époque ils n’étaient nullement ‘encerclés’

            ils n’ont averti personne de leur décision et pas même le commandant en chef de la coalition dont ils faisaient partie

            mers el-kébir aussi c’était parce qu’il étaient ‘encerclés’, petit tapin ?

          • Sinope dit :

            @ Czar c’est vrai que le 17 mai tout baigne personne ne peut se douter qu’un encerclement se dessine.

            Sinon le niveau de langue ça va?

          • Sinope dit :

            Et vérification faite le retrait du BEF de France n’est décidé par le gouvernement Britannique que le 22 mai. Bref vous êtes un guignol.

          • Czar dit :

            faux ***** c’est dans la nuit du 17 mai que Gort prend la décision ce n ‘est d’ailleurs pas le gouvernement britannique qui a décidé, mais juste confirmé le choix fait par le commandant de la force expéditionnaire britannique.

          • Sinope dit :

            Le 17 mai Gort commence à planifier mais ne prend pas la décision la preuve les anglais contre attaquent avec nous à Arras le 21 mai. C’est l’echec d’Arras le 21 mai qui lève les derniers doutes anglais.

    • Robert dit :

      Czar,
      Je ne suis pas d’accord, même avec des gouvernements défaillants et faibles, dont les français ne sont pas responsables même si certains ont votés pour eux, l’armée française à fait face selon ses moyens et parfois avec héroïsme. Comme dit l’article ou à Saumur ou malgré le cessez le feu, cadets et encadrement se battrons comme des lions. Les militaires ne sont pas responsables du délitement d’un régime ni de l’époque, ou on préférait la paix à tout prix ou la lutte des classes.
      Dès la signature de l’armistice les trois secrétaires d’État aux Armées envoient en Afrique française du Nord ce qu’ils peuvent comme matériels, armes et munitions, pour éviter que tout l’armement lourd tombe entre les mains des allemands, sachant que l’armistice évitera à l’Afrique française du Nord d’être occupée par les allemands, Franco refusant à Hitler après l’invasion de la zone sud de traverser l’Espagne afin d’envahir l’AFN ou l’armée d’Afrique va se constituer pour débarquer en France. L’armée d’armistice, 100 000 hommes, fournira après l’invasion de la zone sud nombre de cadres à divers mouvements de résistance dont l’armée secrète, fondée en septembre 42, l’Organisation métropolitaine de l’Armée qui deviendra l’organisation de résistance de l’armée qui la remplacera en décembre 42, dont des généraux avaient anticipé la formation en donnant des instructions secrètes de cacher du matériel et faire disparaître les archives dès la suppression de l’armée d’armistice. Lors de l’invasion allemande de la zone sud par les allemands le 11 novembre 42, ces structures se sont mises en route qui seront bien utiles pour aider et structurer les maquis. Dont des cadres et jeunes des chantiers de jeunesse qui passeront dans la résistance. L’armée secrète coordonnera les différents mouvements de résistance gaullistes existants, Combat, Libération-Sud et Franc-Tireur, pour organiser une action d’ampleur nationale.
      Sans cette préparation militaire sous le couvert de l’armistice, ces moyens auraient du se terre dans les maquis ou partie en Algérie ou à Londres. Or, le renseignement et le maillage intérieur sont décisifs pour aider la résistance.
      Opposer, comme si d’un côté les uns avaient collaboré et les autres résisté sans nuances nécessite de préciser le contexte. Mais prétendre écrire une histoire de France qui ne soit pas manichéenne est déjà considéré comme de la complicité avec la collaboration et le nazisme, alors que c’est simplement comme ça que s’écrit l’histoire, en analysant toutes les causes et en n’oubliant pas de préciser que la parenthèse de Vichy, malgré les erreurs et les crimes commis, aura permis des réseaux d’évasion de la zone occupée, des faux papiers étaient fabriqués jusque dans les locaux du gouvernement à Vichy, de structurer le renseignement intérieur si nécessaire à l’action future. Et le bureau des menées antinationales, le contre espionnage créé par Vichy, fait la chasse aux gaullistes et communistes, mais aussi aux espions allemands et italiens en zone non occupée, 30 espions de l’Abwehr seront arrêtés et exécutés. Et il y eu des mouvements de résistance pétainistes, dont d’ailleurs François Mitterrand fera partie, comme Henri Frenay qui intégrera les structures de l’Etat français pour recruter jusqu’à fin 41 ou il entrera dans la clandestinité.
      https://www.defense.gouv.fr/fre/terre/actu-terre/1942-1945-militaires-en-resistance
      https://www.caminteresse.fr/histoire/seconde-guerre-mondiale-sous-vichy-ils-etaient-petainistes-et-resistants-11120736/
      http://museedelaresistanceenligne.org/media281-Insigne-de-la

      • Czar dit :

        robert, je ne vois pas l’intérêt de ce pavé : nous ne sommes pas en désaccord sur l’essentiel.

        • Euclide dit :

          @Czar
          J’ai l »impression de lire la pensée de Jacques Lacan a Françoise Dolto. Ce que je dis tu le dis avec tes mots.

        • Robert dit :

          Seules les deux premières phrases vous répondent, le reste s’adresse particulièrement à ceux qui n’ont de cesse de jouer les justiciers du passé qu’ils n’ont pas vécus pour réécrire un présent fantasmé leur permettant de justifier leur renoncement face aux vrais dangers.

      • jyv58 dit :

        « même avec des gouvernements défaillants et faibles, dont les français ne sont pas responsables ». Ben si, justement, les français étaient même indirectement via leurs députés, responsables de leurs gouvernants. Les élus qui possédaient un mandat (donc de leurs électeurs) étaient forcément leurs représentants. Je répète la citation de Montesquieu: « Les peuples n’ont que les gouvernants qu’ils méritent ».

        C’est la même chose aujourd’hui. Pour se permettre de se plaindre de nos politiques, il faudrait déjà aller voter. Quant à brailler que seuls des incapables se présentent, personne n’empêche l’arrivée d’autres candidats soutenus financièrement dans leurs campagnes par autre chose que des partis politiques.

        • PK dit :

          « personne n’empêche l’arrivée d’autres candidats soutenus financièrement dans leurs campagnes par autre chose que des partis politiques.»

          Personne, sauf que toute l’info passe par des médias aux ordres… donc c’est très compliqué, même au temps des réseaux sociaux, de regrouper des gens de bonne volonté en masse.

          Donc, il y a la théorie : y’a ka… et puis, y’a la pratique : c’est impossible.

          Une bonne démocratie, c’est juste de faire croire aux gens que c’est possible. Une bonne dictature, c’est juste leur faire comprendre que cela ne l’est pas.

          Entre les deux, il y a juste une grosse masse de pigeons…

      • Castel dit :

        En complément à ce que vous dites, certains affirment aujourd’hui, qu’en fait , si le Maréchal Pétain n’a pas oser essayer de rejoindre Alger, suite à l’occupation de la zone libre par les Allemands, c’est qu’il se trouvait isolé, surveillé de près par les partisans de la collaboration, ceux qui auraient pu l’aidé à fuir, comme Miterrand et d’autres étant déjà partis, ce dernier ayant échappé à son arrestation par la gestapo, grâce à un certain…..Bousquet, d’où son amitié après guerre avec celui qui fut pourtant un des principaux interlocuteur des Allemands, et qui avait sous ses ordres un dénommé Papon !!
        Sinon, d’après certains de ses proches, Pétain avait bel et bien eu l’intention, à un moment donné, de partir vers Alger pour prendre la tête de la résistance, mais, personne n’était alors présent pour l’aider à ce moment précis, et, dans le même temps, les Allemands et les collabos le surveillait étroitement, donc, peut-être effectivement, Pétain n’ avait pas eu le choix, vu son absence de liberté d’action !!

        • Sinope dit :

          @ Castel des suppositions contredites par les déclarations de Pétain à son procès.

    • Auguste dit :

      Pour la défaite,chacun y a mis plus ou moins du sien,mais les principaux responsables sont les militaires.Ils avaient une doctrine:celle de 14.
      Le réarmement s’est fait à la même époque en France et en Allemagne,et ce sont les militaires les donneurs d’ordres.L’armée allemande n’avait pas une supériorité écrasante (aviation peut-être) et je comprends que certains aient voulu continuer le combat.Il y avait moyen,sinon de gagner,de leur pourrir sérieusement la vie.

      • Czar dit :

        non auguste : les principaux responsables sont ceux qui nous ont entrainé dans cette guerre qui, je le rappelle a en plus été déclarée illégalement, sans même un vote du parlement en violation d e la constitution de 1875.

        je ne nierai évidemment pas la bêtise des militaires – il suffit de lire les commentaires sur ce blogue pour voir que l’aveuglement criminel est une qualité qui n’a pas disparu chez nos galonnards, toujours très TTA jusqu’à la façon de (ne pas) penser – mais sans être entré sur l’ordre d’une GB dans une guerre dont elle escomptait bien qu’on la ferait à sa place

        par ordre de Londres nous sommes restés l’armé au pied quand notre meilleur allié, les tchèques ont été sacrifié et cette même « gouvernante anglaise » qui a accordé unilatéralement une garnatie territoriale à des polaques fouteurs de merde – déjà – et qui sabotaient toute alliance de revers avec les russes

        C’est cette légèreté criminelle qui est la cause de tout, et ça, c’est la responsabilité du régime, pas des généraux médiocres ou timorés. et vu que le régime a repris la main en 44 – d’ailleurs l’avait-il jamais abandonné à voir le personnel de Vichy – hé bien on a évacué les questions gênantes en collant ça sur un maréchal sénile et quelques têtes faciles.

        c’est le grand mensonge français dans lequel on vit depuis cette époque.

        • Auguste dit :

          D’accord avec vous,mais je parlais d’après,une fois la guerre déclarée.Qu’il aurait fallu d’ailleurs déclarer bien avant,à la réoccupation de Ruhr.C’en était fini des rêves du taré à moustache.
          On a compris bien plus tard pourquoi les Anglais n’ont pas suivi et sont donc en grande partie responsables de ce qui a suivi.

          • Czar dit :

            oui mais encore une fois la cause de la défaite, c’est d’ABORD d’être entré en guerre alors qu’on n’y était pas préparé

            le crime essentiel est là, les ratages de gamelin ne sont que la conséquence de ce choix funeste initial.

          • Auguste dit :

            @Czar
            Et vous pensez qu’adolf n’aurait pas déclaré la guerre à « l’ennemie mortelle de l’Allemagne »?.

          • Mat49 dit :

            @ Auguste même si Czar raconte n’importe quoi sur nos chances de poursuivre la lutte en 1940 sur ce point précis je suis d’accord avec lui.

            Si on lachait la Pologne et la Tchécoslovaquie entrer en guerre était un gros risque, surtout si on n’attaquait pas immédiatement en septembre 1939 pour tenter de prendre la rive gauche du Rhin. A fortiori si on n’utilisait pas la drôle de guerre pour combler nos lacunes et revenir à la manoeuvre Escaut.

            Ensuite Hitler tablait effectivement sur la passivité de la France en 1939 dont il attendait qu’elle se contente de protestations verbales. C’est ce que lui avait vendu Ribentropp.

    • jyv58 dit :

      Les français ont payé cher la victoire: Plus d’un million de morts, 600 000 invalides, 300 000 mutilés et amputés, 42 000 aveugles, 15 000 gueules cassées; logiquement, ce fut « plus jamais ça ». D’où une politique militaire exclusivement défensive, et une politique étrangère qui suivait la Grande-Bretagne dont les gouvernements n’ont pas voulu non plus réagir à temps face au danger nazi (occupation de la Ruhr d’abord). Les gouvernements français n’ont fait que suivre leur population. « Les peuples n’ont que les gouvernants qu’ils méritent » aurait dit Montesquieu.

      Ajouter que Pétain gardait une excellente image chez les anciens combattants (« le vainqueur de Verdun », les économies d’hommes après le Chemin des Dames). Tout cela peut être discuté aujourd’hui, mais à l’époque, cela comptait. « 40 millions de Pétainistes » était le titre d’un livre de Henri Amouroux; comme probablement tous les allemands ou presque, ont été au moins quelques semaines, pro-Hitler entre son arrivée au pouvoir et juin 1940 inclus.

      Après, forcément, de chaque côté, les opinions évoluent en fonction des évènements, des résistances diverses apparaissent qui prennent ou non de l’ampleur.

      Mais regardez les actualités d’avril 1944 et la foule encore très nombreuse et pas du tout hostile à Paris, devant l’Hôtel de Ville lors de la visite de Pétain. Impressionnant. Il est possible de continuer longtemps; ainsi avec par exemple la Police, qui a « retourné sa veste » au bon moment et participé à la Libération de Paris.

      Alors après, « les plus gros poissons » ou les plus visibles sont pris, jugés et pas/plus ou moins condamnés, mais il faut faire avec tous les autres. Combien de petits et haut-fonctionnaires (ex organisateurs de la Rafle du Vel’ d’Hiv ou de la déportation de juifs de la région bordelaise) ont eu de belles carrières après? Même chose en République Fédérale d’Allemagne. Il a bien fallu pour des raisons de maintien de l’organisation administrative/financière/policière, politiques, économiques, internationales (Guerre Froide), « recycler » des personnes compromises dans la Collaboration ou le régime nazi.

      Comme disait mon beau-père, ancien de Dien-Bien-Phu dans un film sur le sujet, où les anciens étaient interviewés (de mémoire après la présentation du film de Pierre Schoendorfer: « On n’oublie pas ». Il ne le faut surtout pas et il faut transmettre l’Histoire. Mais il faut bien aussi tourner la page.

      • Thierry dit :

        La plus grosse erreur de la France fût la ligne Maginot qui a épongé tous les crédits de la défense, et ils l’ont quand même construite en sachant que la Belgique l’interdisait à sa frontière et même avec la conviction que c’est par là que l’Allemagne attaquerait à nouveau comme en 1914, les écrits et archives de l’époque en témoignent, personne n’était dupe ni aveugle.

        C’est d’autres considérations plus pacifiste et des illusions qu’ils ont pris en compte et quand Hitler a construit son armée à toute vitesse en 1933 ils se réveillèrent bien trop tard et réalisèrent pendant que Hitler envahissait la Pologne, qu’ils n’avaient pas de quoi soutenir la comparaison, ce qui explique la drôle de guerre l’arme au pied.

        Mais jamais l’appareil industriel français ne fût mobilisé au point de produire immédiatement à forte cadence, là encore il y eu une lenteur coupable et un manque de réalité sur l’urgence de la situation.

        Il n’y a pas que les politiques de responsable, Pétain a été ministre de la guerre en 1934 et a validé lui aussi cette aberration de ligne défensive figé (l’inviolabilité du territoire selon sa doctrine).

        Lorsque Pétain se montre à la foule en avril 1944, celle-ci n’est pas là pour applaudir la milice qui a commis des exactions, ni la Gestapo qui a torturé ou la police française qui a déporté, à cette date tout le monde y compris les allemands s’attendent à un débarquement imminent, la résistance est plus active que jamais et les français s’attendent à ce que Pétain se range du coté des Alliées et prenne position, car la propagande de Vichy le dépeignant comme le sauveur qui a sauvé ce qui pouvait l’être, il allait selon la foule, une fois de plus, épargner la France des combats qui s’annoncent, mais ce ne fût jamais le cas et la délivrance fût bien grande à la libération de rejeter les allemands qui avaient mené un pillage systématique de toutes les ressources y compris alimentaire, avec l’aide de Vichy qui n’a rien épargné aux Français, tout au contraire, certains furent contraint d’aller travailler en Allemagne.

        La France a bien failli figurer dans le camp des vaincu en 1945, s’il n’y avait pas eu la France libre et De Gaulle, le tarif n’aurait pas été le même !

        • Czar dit :

          La ligne Maginot a parfaitement rempli son rôle de raccourcir de 600 km le front français, de sanctuariser l’Alsace et la Lorraine, et de concentrer l’attaque sur les forts belges en donnant à nos corps mécanisés un espace de manœuvre

          tu dois être le dernier en France à encore croire à cette connerie qui n’existe plus que chez les boomers obèses d’Outratlantie qui se prennent pour des ‘distingued scholars’

          • jyv58 dit :

            « La ligne Maginot a parfaitement rempli son rôle… » Sauf que justement elle n’a pas été construite sur quelques kilomètres. Et c’est par là que les allemands sont passés. Il parait que cette « carie » dans la Ligne est dûe à Pétain qui aurait soutenu que la forêt est impénétrable à cet endroit. Je reste dans le conditionnel faute d’archive sous les yeux.

          • PK dit :

            @ jyv58

            Ils sont passés quand la ligne avait été tournée. Une ligne tournée ne sert à rien.

            La seule grosse erreur de la Ligne Maginot fut de ne pas l’avoir construite jusqu’au bout en verrouillant la Belgique. Il parait que la raison était qu’on ne voulait pas vexer la Belgique…

          • Czar dit :

            arrêtez de dire n’importe quoi les Allemands ne sont pas passés à travers la ligne Mazginot.

            et il n’a JAMAIS été prévu qu’elle soit prolongée le long de la belgique : qu’aurait alors signifié notre alliance ?

            c’est la politique de neutralité de léopold III sous pression des flamoutches manipulés en sous-main par l’Allemagne – suivant une politique pangermaniste datant de 1900 qui nous a affaiblis en nous empêchant de nous prépositionner.

          • revnonausujai dit :

            La ligne Maginot s’est arrêtée approximativement à la frontière belge pour des raisons diplomatiques; décision gouvernementale qui a négligé l’hypothèse où les Allemands s’assiéraient sur la neutralité belge.

          • Sinope dit :

            Non la ligne maginot a été arrêtée pour des raisons budgétaires. Même sur la portion construite elle n’est pas aussi épaisse que prévue. D’où les nombreuses troupes d’intervalles déployées le 10 mai.

            En juin 1940 les allemands percent la ligne faute de troupes d’intervalles suffisantes mais les ouvrages encerclés tiennent jusqu’à l’armistice et parfois au delà.

          • Czar dit :

            « Non la ligne maginot a été arrêtée pour des raisons budgétaires »

            absolument faux il y a d’ailleurs un comm ci-dessous de K19 qui étrille méthodiquement toutes ces affabulations péteuses.

          • Sinope dit :

            En 1925 il est clairement envisager de prolonger la ligne jusqu’à la mer. En 1927 avec les premières restrictions budgétaires il n’est plus question que d’une ligne beaucoup plus mince de petits ouvrages espacés face aux Belges. Puis finalement il ne sera question que de construire ces ouvrages plus tard face à la Belgique. D’où le fait qu’en 1939-1940 des ouvrages seront construits ou en construction sur cette portion du front lors de l’attaque allemande.

            La portion construite jusqu’en 1935 n’a pas repris tous les ouvrages prévus faute de budet car la construction débute en 1929 dans le nord est juste avant le début de la crise. D’où l’existance de troupes d’intervals en 1940.

        • Edgar dit :

          @ Thierry « La plus grosse erreur de la France fût la ligne Maginot… » Objection: la ligne a été construite, pour l’essentiel, de 1928 à 1935. Cette ligne a été utilisée en 39-40, en 1944 (par les Allemands, puis par la France après la guerre. Les avions et les chars qu’il aurait été possible de commander avec les crédits militaires de 1928 à 1936 auraient été complètement périmés en 1940 (des Dewoitine 500 et des Loire 46…). Pour mémoire, les chasseurs français de 1940 (Bloch-152, MS-406, D-520…) ont tous péniblement achevés leur développement technique grâce aux crédits votés en …1937. Et, sans la ligne Maginot, le rétablissement français de fin-mai début -juin aurait été impossible puisque son existence a permis aux troupes de campagnes françaises déployées en Alsace et Moselle d’être redéployées pour couvrir Paris et la Somme.

        • basta dit :

          à propos de la ligne Maginot j’ai entendu ces deux éléments, que je livre à plus qualifiés que moi pour vérification :

          1) ses plans furent montrés avant les hostilités à Edouard d’Angleterre, homme trouble par sa sexualité et sa sympathie non pour les Allemands mais plus précisément pour les nazis. Et il s’empressa de renseigner ces derniers.

          2) l’électrification de la ligne Maginot fut confiée à Siemens, l’Allemand, l’ennemi alors …

          Toutes choses qui me semble relever de la trahison.

        • K19 dit :

          @Czar

          Je plussoie.

          @Thierry :

          1) La Ligne Maginot n’a jamais « épongé tous les crédits de la Défense » : de mémoire, cela représentait 4 à 6% des crédits accordés à l’Armée sur une période de 5 ou 6 ans (les principaux ouvrages et éléments structurants ont été construits entre 1928 et 1934). Les ouvrages post-1934 sont d’ailleurs de piètre qualité en comparaison avec les ouvrages CORF (Commission d’organisation des régions fortifiées) et ont été principalement construits parce que les crédits étaient insuffisants pour réaliser les ouvrages initialement prévus.

          2) Il n’a jamais été question, dans les plans initiaux, d’étirer la Ligne Maginot le long de la frontière belge (dont les Ardennes font partie). D’une part du fait de la topographie (essayez de construire un ouvrage comme le Hackenberg dans une morne plaine …). Et d’autre part, parce que jusqu’en 1936 la Belgique était alliée de la France. Le revirement belge a eu pour conséquence la construction de nombreuses casemates de faible valeur militaire sur la frontière commune, mais cette extension de la Ligne n’a jamais été conçue pour arrêter une offensive allemande puisque le corps de bataille français (et le BEF) devaient se déployer en Belgique pour y contenir l’agresseur (Plan Dyle).

          3) La Ligne Maginot a TOTALEMENT rempli son rôle, càd donner suffisamment de temps à la France pour mobiliser, empêcher une attaque allemande en Alsace-Lorraine, et protéger les industries présentes dans ces régions. La preuve : les allemands sont passés par la Belgique, précisément là où ils étaient attendus. La Ligne a même résisté aux attaques allemandes en juin 1940 alors qu’elle était prise à revers !

          4) Les crédits accordés à la construction de la Ligne ont été principalement dépensés entre 1927/28 et 1935. Les causes de l’impréparation française sont plutôt à chercher du côté de la doctrine et des gouvernements en place à l’époque, et principalement à partir de 1936 (et les nationalisations/réorganisations de l’industrie militaire qui en résultent).

          • Thierry dit :

            Vous avez dit : « La Ligne Maginot a TOTALEMENT rempli son rôle »

            Ah ça oui on peut le dire si l’objectif c’était de perdre la guerre en 1 mois, d’ailleurs il suffit de voir à qui ça profite pour voir qui est responsable…
            Un grand classique de l’investigation.

    • gabdarras dit :

      Si je comprends bien M. Czar, la défaite serait imputable à la démocratie , l’état major n’aurait aucun compte à rendre. Et Pétain serait une victime qui n’aurait ni diminué les budgets militaires quand il était ministre (voir Riom) ni collaboré servilement. Morne historiographie!

      • Czar dit :

        dis-moi débarras, c’est que tu es arrivé à la lettre « M » pour nous servir ton « morne » à toutes les sauces, ou c’est juste que t’as relu notre Totor Hugo (immortel pouet-pouet) pour les 200 ans du trépas du Tondu ?

        quant à ta petite flaque de pus tapuscrit, je t’ai déjà répondu par avance dans des comms précédents et j’ai pour règle de ne pas mobiliser plus de temps avec les imbéciles obtus qu’au profit de n’importe quel lecteur sain d’esprit.

        • guy dit :

          Pour quelqu’un qui ici prétend souvent défendre des valeurs et vouloir lutter contre la racaille des cités, on est loin de l’exemplarité.

        • Gabdarras dit :

          Morne, c’est l’adjectif qui me vient à l’esprit dès que j’ai la malchance de tomber sur votre prose qui sent le renfermé, la tristesse et la rancœur. Le champ lexical ayant trait aux déchets , miasmes et autres remugles aurait certes convenu, mais l’estime que je conserve envers moi-même et les autres lecteurs m’interdit de sombrer dans cette bassesse qui vous caractérise particulièrement.

          • Czar dit :

            « qui sent le renfermé, la tristesse et la rancœur »

            tiens phlippe sollers lit ce blogue

            c’est une consécration, et un vieux dégueulasse

            (c’est un zeugma)

          • PK dit :

            @ Czar

            Je ne crois pas au zeugma dans cet exemple. Le verbe être gouverne un attribut et ne peut donc prendre deux sens différents.

            « Il monte à pied et à cheval » en est un en revanche.

          • Czar dit :

            @PK le zeugma est une ellipse évitant la répétition d’un mot ou groupe de mots, généralement un verbe

            dans ce cas-ci, « c’est » est le terme dont on évite la répétition

        • Boby B dit :

          @Czar
          Ou làlà , mais vous êtes la haine mon ami, il y a moyen de répondre avec humour et subtilité aux contradicteurs là ! Vous n’êtes quand même pas en train de défendre votre vie quand même.
          Amitiés ! 🙂

    • un coco dit :

      je tiens à vous rappeler, que le maréchal Pétain à bloquer dés les années 20 la création de veritable divisions blindés.
      je tiens aussi à vous rappeler que bizarrement c’est sous ces salopards que notre pays à eu sa plus belle marine.
      mais il est vrais que pays (ces habitants) voulais la paix et je les comprends même si j’étais trop jeune pour participer à la 1er guerre

      • Czar dit :

         » à bloquer dés  »

        3 fautes en trois mots. Raisspay tautal.

      • basta dit :

        eh bien dites donc, vous êtes allé à l’école du Père Dégueulasse vous ? Les cours d’orthographe devaient y être remarquables … Pas moins de 7 fautes dans vos quelques lignes.

        Pour le reste, communiste, donc membre d’une organisation criminelle internationale, n’espérez pas cacher la collaboration active de vos complices avec l’Allemagne nazie et l’ignominie que vous avez réservée à Georges Guinguoin … Et ce ne fut pas la seule collaboration de votre organisation avec des massacres de masse …, ni sa seule traîtrise …

    • bruno dit :

      tout à fait d’accord

    • Captain Pif dit :

      Vous ne faites jamais dans la dentelle, vous! Des ordures absolues, rien que çà… Je n’ai pas relu Marc Bloch depuis 3-4 ans mais sa « tartouillade survendue » est (1) admirablement écrite; (2) très lucide sur ce qu’il a vu pendant drôle de guerre puis campagne de France, et qui est la résultante directe des errements politiques des années 20 et surtout 30. Au passage n’oubliez pas que le livre a été écrit très peu de temps après, sans recul historique. Last but not least: Bloch est mort pour la France – un peu de respect, peut-être? Par ailleurs: « ce qui est advenu par la suite » n’aurait sans doute pas été très différent si l’armistice avait été signé plus tôt. Un repli vers l’Afrique du Nord n’avait rien d’impossible. Des commandes d’avions (notamment de P-38 modernes) avaient été passées aux USA et pouvaient être livrés dans les ports marocains. Une partie des machines outils pouvaient être transférées, à condition bien sûr que l’armée retarde la progression allemande (qui serait devenue de plus en plus lente au fur et à mesure que s’allongeaient les chaînes logistiques). Certes, toute la métropole aurait été occupée (ce qu’elle a été 2 ans plus tard de toutes façons). Mais la Kriegsmarine n’aurait probablement pas eu les moyens d’un débarquement de vive force en Afrique du Nord, et le passage par l’Espagne n’était pas garanti (Franco ne l’a d’ailleurs pas permis). Enfin: Pétain a voulu prendre une revanche politique sur l’évolution de la société et sur le Front Populaire. Il s’est totalement fourvoyé dans une collaboration fumeuse dont il n’a jamais pu obtenir le moindre gain. Il a créé le système où des français ont été livrés en pature parce que juifs, communistes ou franc-maçons. Il était probablement, tout simplement, sénile. Le seul point sur lequel je vous rejoins est la politique suicidaire des gouvernements de la 3ème République, résultante d’une constitution imbécile et d’un goût très français pour les discours et les rodomontades non suivis d’action.

      • Czar dit :

        joseph darnand aussi est mort fusillé en criant « vive la France ! » ça ne donne pas un brevet d’infaillibilité

        le bouquin de bloch n’est pas « admirablement écrit » – sauf si l’on n’a absolument aucun goût en termes de littérature, ce n’est d’ailleurs pas un texte qui a une prétention au style.

        et encore une fois il ne traite à aucun moment des errements suicidaires de la politique française, pas plus d’ailleurs que de la subversion communiste.

        pour rappel dans les conséquences politiques du traité l’historien nationaliste et royaliste jacques bainville annonce étape par étape tout ce qui va advenir dans la politique européenne durant les deux décennies d’entracte

        dans son « histoire de l’armée allemande » jacques benoist-méchin – qui sera plus tard ministre de Vichy – en fait de même – l’un des premiers geste de De Gaulle à la libération sera d’ailleurs de faire commander une centaine de copies de l’ouvrage pour l’instruction des cyrards

        pendant ce temps-là, le juif socialiste bloch communie allégrement dans les effluves briandistes de la réconciliation franco-allemande (son partenaire de couple stresemann faisait lui entrainer ses panzers en Moscovie rouge)

        bref, « la lucidité » uniquement pour des péteux qui ne connaissent pas leur sujet.

        la grande envolée lyrique sur le ‘combat retardateur’ pour démonter les usines alors que le front changeait de 100 bornes par jour et que l’armée était sur la voie de la désagrégation pure et simple serait une bonne grosse blague grasse si le sujet n’était pas si grave

        en tous c’est parfaitement révélateur de la façon dont les franchouilles préfèrent fantasmer une histoire hollywoodianisée

        j’ai pas de doutes sur le fait qu’on parviendra à une vision plus exacte et plus dépassionnée, une fois que la génération d e boomers voudra rejouer la résistance que papa a pas faite

      • Robert dit :

        C’est beau de réécrire l’histoire quand elle n’a pas donné satisfaction. Il est mort, donc il n’a pas eu à rougir de s’être tant trompé. D’autres par contre ne cessent de réécrire l’histoire selon leurs fantasmes.

        • ScopeWizard dit :

          Hé bien !

          Entre @Czar et quelques autres , qu’ est ce que j’ ai pu me marrer ! 😀

          Quelles joutes , mes aïeux ! 🙂

          Le sujet n’ avait pourtant rien de drôle mais avec vous à la plume , il est carrément devenu désopilant ! 😉

          • Czar dit :

            et encore, vous n’avez pas ma réponse à maté depuis 49 qui est passé – à deux reprises – sous les ciseaux d’Anastasie.

            sérieusement je suis assez suffoqué de voir qu’on en estr resté aux mythes résistancialistes – qui visent tous à rendre la France responsable d’avoir signé un armistice indispensable

            (bon après avec les boomers, c’est déjà moins surprenant, aux staitz on trouve encore ceux qui vous « expliquent » que la bataille de france résume toute l’histoire militaire française depuis Napoléon avec eux la solution est biologique )

          • Mat49 dit :

            @ Czar en quoi l’armistice était il indispensable? En quoi les conditions étaient elles acceptables?

            En quoi la résistance n’était elle pas une bonne chose?

            Avec ce qu’a donné l’armistice et Vichy on ne peut que se féliciter que certains aient continué la lutte et regretter que Pétain n’ait pas accepté de poursuivre la lutte en AFN, ce qui était à l’évidence possible et proposé par beaucoup de responsables.

            Tout ça pour voir la zone non occupée envahie en 1942 et la flotte sabordée. Beau résultat face auquel Vichy n’a pas daigné considérer que l’allemagne avait violé la convention d’armistice en envahissant cette zone!

            Si vous me répondez que vous souhaitiez la victoire d’Hitler là je comprendrais votre point de vue.

    • thom dit :

      Des petits plus petits que nous n’ont pas signé d’armistice. Le gouvernement pouvait très bien déménagé en Afrique du nord et nous avions encore une flotte intacte qui a coté de celle des anglais nous aurait donné la maitrise de la méditerranée. Les italiens auraient été battu beaucoup plus rapidement et il aurait été compliqué pour les allemands de venir les renforcé. Heureusement qu’il y a eu des courageux pour continuer le combat avec uniquement des défaitistes comme vous la France n’aurait pas eu sa signature sur l’acte de capitulation allemand.

  4. Bruno dit :

    Respect.

  5. Lothringer dit :

    Vaillant et acharné.
    Honneur éternel.
    Perte immense.
    Gloire à sa mémoire.
    Avec deGaulle, il aurait fait des merveilles.

    Merci Monsieur Lagneau de nous rafraichir la mémoire.

    Les Allemands nous ont mis une magistrale pâtée, mais les combats de 1940 furent malgré tout acharnés. Les soldats allemands eux-même étaient exténués à l’issue de l’épisode Dunkerque. De nombreux officiers allemands ont reconnu que les soldats français étaient âpres au combat.

    La défaite de juin 1940 n’est pas au passif des soldats, mais au passif du duo politiciens/haut-commandement durant les 5 années qui ont précédé la guerre.

    • jyv58 dit :

      La Ligne Maginot est un projet des années 20 et sa construction a commencé en 1928. Le « passif du duo politiciens/haut commandement » commence dès cette époque. Si mon information et ma mémoire sont bonnes, les allemands commençaient à réfléchir aux batailles de chars avec des maquettes portées par des hommes puis motorisées en Union Soviétique. En 1940 en France, l’utilisation des chars était encore la même qu’en 1917-1918, sans prise en compte de l’arme aérienne.

      • Thierry dit :

        Même Rommel et Guderian ont lu le livre de De gaulle « vers l’armée de métier » paru en 1934 et qui pose les bases de l’emploi des blindés en grande formation, ils en comprendront l’intérêt bien mieux que leurs homologues français de l’époque.

        Il ne faut pas oublier que c’est bien les formations de chars appuyé par l’aviation qui ont vaincu l’Allemagne en 1918 par uen percée victorieuse du front.

        Le guerre en 1939 a repris exactement là ou elle s’était arrêté en 1918, sauf que les allemands en avaient tiré les leçon et les français s’étaient embourbé dans leur super tranché qu’était la ligne Maginot. En gros les rôles ont été inversé.

  6. Christophe dit :

    Les chars français étaient bien supérieurs aux Panzers et sans l’intervention des Stuka, les chars nazis auraient été décimés. Malheureusement, il n’y avait aucune stratégie de défense cohérente, des ordres contradictoires arrivaient de Paris et de province. Le manque d’approvisionnement en carburant fit le reste. La panique gagna alors l’Etat-major français. Paul Reynaud appela le premier ministre britannique Winston Churchill à 7h30. Un réveil brutal puisque le Français lui annonça : « Nous sommes vaincus, nous avons perdu la bataille ». Churchill réplique : « Voyons, il est impossible que cela soit arrivé si vite ! ». Le chef du gouvernement britannique évoque la possibilité d’une contre-attaque française avec des réserves fraîches mais découvre alors… qu’il n’y a pas de réserves. Ses troupes ont été envoyées elles aussi en Belgique (où elles furent tout aussi vite décimées) . Dans ses Mémoires, Churchill avoue qu’il s’agit là d’une des plus grandes surprises de sa carrière.
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/1940-bataille-france-au-jour-jour-15-mai-panique-s-empare-allies-1828582.html

    • revnonausujai dit :

      « Les chars français étaient bien supérieurs aux Panzers »
      ça dépend !
      pour faire simple, les chars français étaient très majoritairement des chars d’infanterie, mieux blindés et armés que les chars allemands, mais manquant d’autonomie et de moyens de communication; leur rôle était d’appuyer les unités d’infanterie à la vitesse de celle-ci; les chars allemands étaient conçus pour des raids blindés.
      Après, la France n’était globalement pas prête à la guerre: de septembre 39 à juin 40, huit mois de belote et huit semaines de course à pied !

      • Christophe dit :

        D’un point de vue armement, la France était prête ! Les chars français étaient plus performants que les Panzer Allemands. Au début de la guerre, coté allemand le petit Panzer II ne faisait pas le poids face aux meilleures productions françaises. On était encore loin des mastodontes de la fin comme les Tigres et autres Panther. Ce qui fit la différence c’est que les Allemands drillés par la campagne en Pologne, utilisèrent une combinaison très efficace de blindés assortis d’une offensive de Stuka. Cette combinaison redoutable fut décisive. Cette tactique fut d’ailleurs reprise à l’avantage des russes cette fois-ci lors de la fameuse bataille de Kourçk. Il faut aussi noter coté français la désorganisation de l’état major qui fut patente. A force d’ordres contradictoires et de non respect de la chaine de commandement, ils envoyèrent le carburant à des mauvais endroits où il fut complètement inutile, or effectivement les chars français étaient gourmands.
        A proprement parler, l’armement était prêt, les généraux ne l’étaient pas, ils étaient encore dans des modèles de guerre à l’ancienne. Le colonel De Gaulle qui se distingua aux commandes de la 4e DCR n’eut de cesse toute sa vie de condamner l’incurie de ceux qui par leurs actions annihilèrent les chance de la France.

        • Czar dit :

          D’un point de vue armement, la France était prête !

          mais oui ****** avec la moitié moins d’avions – au plan numérique – et à peu près tous qui étaient surclassés par leurs rivaux.

          avec des chars où l’on agitait des fanions de couleur comme au temps du père Chappe face aux radios allemandes

          pas d’artillerie lourde

          prêt, « pas un bouton de guêtre » qui manquait, hein Maréchal Groboeuf.

          ça a vu trois clips youteubé et c’est devenu expert.

        • revnonausujai dit :

          Non,les chars français n’étaient pas « supérieurs » aux chars allemands de 1940; ils avaient des qualités que ces derniers n’avaient pas (blindage, armement) , mais ils avaient aussi des défauts( autonomie, vitesse, manque de transmissions – ils communiquaient par fanions !) qui les empêchaient de combattre loin, fort et de manière coordonnée, ce que les allemands étaient capables de faire.
          Quant à l’opinion du général de Gaulle, la raison du vainqueur est toujours la meilleure.

        • jyv58 dit :

          « la France était prête ». Arf!

          Sachant que le Morane 406 était « le cheval de bataille » de notre Armée de l’Air et qu’il était complètement dépassé aussi bien en vitesse qu’en armement face au Bf 109… Ecrivez plutôt que nos aviateurs ont fait des miracles. Ce ne sont malheureusement pas les rares Dewoitine 520 (chasseurs) ou les aussi rares Bloch 174 (reconnaissance) qui soient suffisant pour « remonter la moyenne » et dire que « nous étions prêts ».

          Ne pas oublier non plus que nous avons été obligés d’acheter des chasseurs aux américains, faute de capacités de productions en France. Des Curtiss P-36 Hawk, aussi connu sous le nom de Hawk Model 75, dépassés aussi bien en terme de vitesse que d’armement. En gros, il a fallu mettre au P-36 un moteur en ligne Allison de 1 200 CV (à la place d’un P&W en étoile de 1 000 CV) pour qu’il soit à peu près capable de lutter contre ses adversaires. Il est alors devenu le P-40. Jamais livré à la France car arrivé après la défaite, ce sont les anglais qui l’ont utilisé. A ma connaissance, ils ont été expédiés sur des théâtres d’opération secondaires (Egypte, Turquie, Liban, Irak)

    • basta dit :

      « Malheureusement, il n’y avait aucune stratégie de défense cohérente, des ordres contradictoires arrivaient de Paris et de province. »

      ça me rappelle quelque chose cette histoire …

      la gestion d’une épidémie de virus chinois …

  7. Euclide dit :

    Merci M Lagneau de nous raconter ce joli fait d’armes.
    Et vive la France éternelle ! La vraie.

  8. perry57 dit :

    Gloire et Honneur à ce jeune Sous-lieutenant.

  9. Vinz dit :

    Un GRDI c’est vraiment du très très léger : cf https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9610503h/f141.item et pages suivantes.
    Des canons « antichar » de 25mm – autant dire ça pète pas très loin ni très fort ; mortiers de 60mm.

    • fred dit :

      « Des canons « antichar » de 25mm – autant dire ça pète pas très loin ni très fort »
      pour info le 25 AT perce tout les chars allemands de 40.

      • Vinz dit :

        Anéfé, pas si ridicule que ça en à l’air. Mais efficace surtout contre les engins légers de reco et d’éclairage adverse, genre Spähwagen ou PzI voire II. Pour les plus « lourds », ça immobilise plus que ça ne détruit, à courte distance.
        Les tests (allemands) donnent 40mm à 500m sans incidence. Donc certes ça perce, mais pas très loin ni très fort 🙂

        La tactique (idéale) était d’abord d’utiliser la précision de l’arme avec une volée de 25mm pour immobiliser (18/20 coups minute selon le manuel), ensuite un bon vieux coup de 75 par ex sur cible fixe pour calmer définitivement les ardeurs.

        Site assez complet sur https://tanks-encyclopedia.com/ww2-france-canon-de-25mm-semi-automatique-modele-1934/
        (intéressante description de la composition du projectile)

        Et non, quasi zéro chance face à un t34 et son blindage incliné, ou alors gros coup de bol dans la trappe du pilote 🙂

    • Castel dit :

      Les 25mm traversaient le blindages des chars Allemands de l’époque ( pz 2 et 3), et il était même un peu plus performant que le 37 allemand…
      D’ailleurs, il fut employé dans sa version la plus longue lors de l’opération « Barbarossa », car contrairement au 37, il arrivait à traverser de face le blindage d’un T34, certes à distance très rapprochée (moins d’une centaine de mètres), alors que les artilleurs du canon allemand étaient obligés d’attendre qu’il soit passé pour espérer perforer le blindage par l’arrière….
      Cela s’expliquait par la longueur très supérieure de son canon, qui procurait à l’ogive une vitesse initiale très importante, alors que celui du 37, était beaucoup plus court .
      En plus, la faiblesse de son calibre, permettait une cadence de tir très élevée.
      Bien entendu, il était tout de même loin de valoir le 47mm, qui était de loin notre meilleurs canon antichar, malheureusement produit à trop peu d’exemplaire, mais, contre les chars Allemands, il n’était quand même pas si mauvais……

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Les 25mm traversaient le blindages des chars Allemands de l’époque ( pz 2 et 3), et il était même un peu plus performant que le 37 allemand… ]

        C’est ce qui avait illusionné les chefs militaires Français : Son comportement durant la Guerre d’Espagne !

        Il y a un superbe article d’un colonel , un  » expert  » , dans un des numéros de  » Les affiches …  » datant de 1938 ( ???? ) qui nous annonce des cimetières de blindés Teutons à nos frontières en cas d’invasion ! :0)
        Sauf qu’entre une tankette rivetée Italienne dans les Asturies en 1936 et un blindé Allemand sur la Meuse en 1940 …

        • Vinz dit :

          J’ai vu une fourchette de 1600 à 1800 blindés allemands détruits ou HS pendant la campagne de France. Si c ‘est pas un cimetière c’est déjà une infirmerie bien garnie.

          Faut arrêter de temps en temps la haine de soi, ça donne des ulcères.

          • Daniel BESSON dit :

            Cit : [ ’ai vu une fourchette de 1600 à 1800 blindés allemands détruits ou HS pendant la campagne de France. Si c ‘est pas un cimetière c’est déjà une infirmerie bien garnie.]

            Généralement quand on cite un chiffre de matériel détruit , on donne : ( voir infra )
            1- La source ( Là ou je l’ai vu )
            2- Le type de blindés ( L’ arme blindée Allemande était très hétérogène )
            3- Les circonstances ( combat blindé/blindé ; AC , pertes du à l’aviation , …. )
            4- Et même la période : Début de l’offensive ( Bataille des Flandres ) ou fin des opérations ( Bataille de France )

            Cit : [ Faut arrêter de temps en temps la haine de soi, ça donne des ulcères. ]

            Il faut juste avoir une vision réaliste de l’histoire et pas vivre sur des mythes !
            En l’occurrence par au moins deux fois – de mémoire – des parcs blindés de matériel Allemand ont été détruits par une action de reconnaissance .

            La source pour l’article c’était pas  » Les affiches ….  » Mais  » Les annales politiques et littéraires  »

            Selon Pierre Rocolle (La Guerre de 1940 : La défaite (10 mai-25 juin), t. 2, Armand Colin, 1990), les pertes ont été de 683 chars détruits ou irrécupérables lors de la première phase de la campagne de France, au 1er juin (26, 5 %). Après un recomplétement partiel de 217 chars, 2 114 chars étaient de nouveau disponibles pour la seconde phase de la campagne au lieu des 2 580 engagés initialement le 10 mai (80 % du potentiel au 5 juin). D’autres sources font état de plus de 700 chars allemands détruits à 100 % en mai-juin 1940, dont plus de 200 Pzkpfw II, 100 III et 60 IV. Et on peut penser que 1 500 chars seulement étaient disponibles au moment de l’armistice.

          • Robert dit :

            Riche idée, Vinz, c’est le plus déplorable avec tous ces stratèges du passé qui ne cessent de vomir sur leur pays parce qu’il n’aurait pas fait les choix qui permettent d’être bien vu aujourd’hui..

          • jyv58 dit :

            Pour une autre arme, l’Armée de l’Air. Il faut arrêter le mythe des 1 000 avions allemands abattus. Le chiffre, toujours approximatif en raison des circonstances, tourne autour de 500 à 550. Ce qui est déjà très bien, compte-tenu de la diversité des modèles (six types de chasseurs), des difficultés d’arrivée en escadrille des matériels de remplacement et des nouveaux modèles (problèmes de mise au point), de celles liées à l’entretien/réparation et de l’infériorité numérique (rapport un à trois).

            Reste que, là aussi les pilotes français ont été à la hauteur de l’enjeu. Même si à l’époque, l’AA n’a pas pu être aussi présente que nécessaire, notamment vis à vis de l’Armée de Terre.

          • Vinz dit :

             » Et on peut penser que 1 500 chars seulement étaient disponibles au moment de l’armistice. »

            Bah donc on a les mêmes stats, si on compare avec le parc allemand au départ.

      • basta dit :

        Pouvez-vous m’expliquer pourquoi une longueur supérieure de canon procure à l’ogive une vitesse initiale importante ?

        Question sincère, car je suis ignorant en la matière. Merci !

        • Vinz dit :

          Probablement parce que la vitesse intiale dépend de la quantité de poudre, et que si le projectile sort du tube avant que toute la poudre soit « consummée », il y a déperdition + production inutile d’énergie.

        • PK dit :

          Un obus accélère tout au long du canon par la poussée des gaz, donc en gros, plus le canon est long, et plus la vitesse du projectile s’accroît.

          C’est en très gros, car il y a le mouvement de rotation initiale, les frottements, l’échappement de gaz, la combustion partielle, la quantité de poudre, etc. qui interviennent dans l’équation totale.

        • basta dit :

          Merci à Vinz + PK pour les éléments apportés …

  10. Vequiya dit :

    Il en aurait fallu beaucoup plus des officiers comme lui. Car beaucoup d’autres ont (trop) rapidement abdiqué…

  11. PK dit :

    Quelle belle leçon d’histoire à tous les détracteurs de l’armée de 1940…

  12. erleg dit :

    Contrairement à une idée (trop) répandue, l’Armée Française n’a pas fait que fuir en 1940, loin de là… Nous avons perdu cette guerre d’abord parce que le haut-commandement a été en dessous de tout : la liste de ses erreurs stratégiques (la folle manoeuvre « Dyle-Breda »), tactiques, logistiques, techniques (pas de radios dans les chars français !) depuis le début des années trente jusqu’à juin 1940 est interminable, et déprimante. Les soldats, eux, ont fait ce qu’ils ont pu, avec pour certains leurs bandes molletières et leurs antiques fusils Lebel de 1914. Les politiques, contrairement à ce qu’a pu prétendre une certaine droite, ont fait eux aussi ce qu’ils ont pu avec une augmentation colossale du budget des armées à partir de 1936. Le problème, c’est que la hiérarchie militaire (et en particulier un certain maréchal Pétain, ministre de la défense et président du conseil supérieur de la guerre pendant les années vingt et trente) ont été parfaitement incapables d’en faire quoi que ce soit d’utile, faute d’autorité et de vision stratégique.

    • Sinope dit :

      @erleg+1

    • Vinz dit :

      « la folle manoeuvre « Dyle-Breda » »

      Je crois que l’idée était de ne plus subir les combats sur le sol francais ; mauvais souvenirs de 1914-1918. Ca ne s’est pas passé comme prévu, mais on peut comprendre l’intention…

    • Sun Tzu dit :

      Il y a eu aussi les problèmes consécutifs aux nationalisations, aux syndicats qui ont saboté ; et à l’absence totale de réaction lors de l’occupation allemande de la Ruhr qui aurait pu stopper toute velléité guerrière des allemands par la suite. Quant à l’état-major, il était déclassé et rien n’avait été prévu pour les liaisons avec les troupes : pas de radio, moyens obsolètes comme des messagers à motos, changement des localisations des PC sans que les unités en soient averties…

    • Waroch dit :

      @erleg: c’est un tantinet plus compliqué… Il y a eu des hommes exceptionnels dans leur domaine (Caquot, Dautry, Bloch, Dewoitine etc…), des développements militaires remarquables (divisions blindées de la cavalerie, GRDI, développements de pointe dans les matériels antichars etc…). Et le contraire bien sûr, des militaires qui se révèleront inaptes (Gamelin, Huntziger) et des choix néfastes (DCr, divisions mixtes de cavalerie cheval-moteur DLC), c’est un sujet très vaste comme vous l’indiquez.
      .
      Pour compléter en bref votre message, je dirais qu’il y a aussi eu des facteurs qui ont pesé lourd en dehors du monde militaire: la question démographique, éternel cauchemar de la IIIe République face à l’Allemagne, encore empiré après la 1GM, et la situation catastrophique de l’outillage industriel dans les années 30. Le manque de main-d’œuvre (encore compliqué par la mobilisation chaotique de 39), s’est combiné avec le manque et la vétusté des machines-outils pour créer le principal frein au réarmement des forces françaises.
      .
      Sur le plan militaire, c’est surtout la conduite de la bataille qui est à blâmer. Le plan de Gamelin était risqué, surtout l’extension vers les Pays-Bas, mais pas absurde pour autant. Le plan de Von Manstein est tout aussi aléatoire en massant les 3/4 de la panzerwaffe dans un gigantesque embouteillage dans les Ardennes, sans aucune certitude que ça passera. Quand ça marche, on parle d’audace, quand ça rate c’est de l’imprudence, mais dans les deux cas c’est un pari très risqué. Mais même avec une mauvaise stratégie, on peut s’en sortir avec une bonne gestion des opérations. C’est là que le bât blesse: Gamelin est loin d’être un idiot mais il n’est pas un décideur. L’organisation du haut commandement est bancal, la chaîne de commandement est paralysée par des problèmes de communication (d’origine technique mais aussi humaine, sans parler de l’exode des civils très handicapant pour les alliés). Cerise sur le gâteau, deux chefs d’armée qui auraient pu faire la différence, Huntziger à la IIe armée et ce crétin de Gort au BEF ont au contraire été en-dessous de tout. Encore qu’Huntziger sera moins mauvais dans la seconde moitié de la campagne de France.
      .
      Je m’arrête là sinon j’y passe la nuit 🙂

      @Vinz:
      C’était surtout un problème industriel. Dès le début de la 1GM la France a perdu à la louche un bon tiers de sa capacité industrielle. Il a fallut un vrai petit miracle et des efforts colossaux pour renverser la tendance. Mais la même chose dans le cadre de 1940 n’est plus du tout envisageable, les besoins de l’industrie de guerre sont démentiels. Or l’industrie française est encore peu décentralisée, le nord et le bassin parisien restent primordiaux pour la métallurgie, l’aéronautique, l’automobile… En subissant l’assaut allemand, les alliés se battent sur le pas de leur porte! L’intérêt de mener le combat dans le benelux est donc d’abord de préserver les industries vitales. Dans un second temps, c’est aussi utile pour sécuriser les ports belges et hollandais, à la fois pour soutenir le front et pour sécuriser les côtes anglaises (et éviter que les rosbifs se mettent en panique comme il arrivera justement en 40). Enfin à plus long terme cela permet aussi d’englober les industries belges et néerlandaises dans l’effort de guerre allié avec des capacités non négligeables pour le naval et l’armement terrestre, un peu moins pour l’aéronautique.

  13. TM dit :

    Résistance farouche de nos troupes après les désastres de Sedan et Dunkerque. Les pertes ont été très lourdes tous les jours sur l’ensemble du front et l’histoire ne retiendra que l’armée française ne s’est pas battue, ce qui est profondément injuste.
    Honneur à ce sous-lieutenant et à tous ses hommes.

  14. mikeul dit :

    La plupart des soldats et officiers de rang se sont bien battus en mai 40 mais ce sont les généraux et stratèges politiques qui ont failli en ne regardant pas de manière pragmatique le réarmement allemand depuis l’arrivée au pouvoir de Hitler. Espérons que cela ne se reproduira pas.

    • Royal Marine dit :

      Il est trop facile de critiquer les généraux et officiers supérieurs qui ont vu arriver le désastre depuis les années 20 (pacifistes!) et n’ont pu qu’obéir à des gouvernements nuls et corrompus pour la plupart. De plus, ils avaient l’expérience des combats, ayant pour la plupart exercé leurs talents en 1917/18, en Pologne, au Liban, etc., …
      De de Gaulle, de Lattre, Giraud, Béthouard, Guillaume, Juin, etc., …, se sont très bien battus en 1940, et étaient considérés comme « dangereux » par les autorités allemandes… Pourquoi d’après vous?
      Beaucoup ont continué le combat, même clandestin, après l’armistice, et l’ont payé de leur vie, pour libérer la France.

    • Robert dit :

      Quand Hitler a fait le pari de réoccuper la Ruhr industrielle, il a avoué que si la France avait réagi militairement, il avait perdu. Personne ne prenait au sérieux l’aventure hitlérienne, à tort. Et prétendre que le réarmement français était à la hauteur des moyens pris par l’Allemagne, c’est clairement de l’aveuglement volontaire.
      Sans parler de la volonté de revanche de l’humiliation inutile de Versailles que Bainville avait bien vu et qui pousserait une partie du peuple allemand à voir d’un bon oeil la promesse hitlérienne.
      Ceux qui culpabilisent notre passé, en ont fait une arme pour sidérer les français, excuser et blanchir la gauche de 36, et essayer de nous faire honte de notre pays et de notre peuple.
      Rien ne le justifie historiquement et si les allemands ont été nos ennemis, ceux qui jouent à ce petit jeu aujourd’hui le sont aussi. Et même si notre pays s’était mal comporté, c’est notre pays.

      • Czar dit :

        « Sans parler de la volonté de revanche de l’humiliation inutile de Versailles que Bainville avait bien vu »

        il est évident que vous n’avez pas lu bainville. Versailles n’avait rien de particulièrement dur ou d’humiliant , surtout si l’on considère l’ampleur des morts et des destructions que l’allemagne avait causés
        suffit de regarder les précédents traités

        cette thèse – comme celle du « coup de poignard dans le dos' » sont des inventions anglaises. keynes faisait partie de la délégation rosbif et il poussait à un abandon général des dettes (soyons impartial, des nôtres envers les stazunis aussi)

        l’économiste étienne mantoux a démontré dans un livre que l’allemagne avait parfaitement les moyens de payer les dettes de guerre – elle les a d’ailleurs payé avec en plus le poids des destructions d’une autre guerre mondiale

        • Euclide dit :

          @ Czar
          Ce que je n’ai jamais admis .
          Cest que la France en 1871 a payé une lourde dette de guerre aux allemands, alors que nous savons que c’est Bismarck qui l’avait déclanché par machiavelisme.
          Alors que comme vousl’expliquez ni les States, ni les Britishs n’ont voulu que l’Allemagne paye ses dettes de guerres en 1919 à la France fut occupée et partiellement détruite ?

          • Czar dit :

            faux Euclide, Lloyd George était le plus acharné au paiement des réparations. il insistait évidemment pourqu’elle concerne plus l’indeminisationde smorts et les pensions que les réparation matérielles, vu qu’ils n’avaient pas souffert sur leur territoire

            après comprenez que la politique anglaise est devenu anti-française dès le 11 novembre au soir c’est l’éternel caclcul anglais de s’opposer à la puissance dominante

            mais plus profondément, c’est surtout que les intérêts finanicers anglo-américaisn étaient – pour des raisons logiques – pàlus forts en Allemagne, plus la volonté d’y voir un rempart contr ele communisme, là où la france ne voyait évidemment que le péril d’une allemagne qui n’était pas affaiblie profondément.

        • Robert dit :

          J’ai lu les conséquences de la paix, mais j’avoue que ce furent parmi mes premières lectures en quittant la gauche, cela remonte à bien loin et j’ai pu en perdre le sens. Mais je crois me souvenir qu’il a parlé de « trop dur pour ce qu’il avait de faible et trop faible pour ce qu’il avait de dur » à propos du traité de Versailles. Il mettait en garde contre l’illusion que ce traité assurerait la paix pour longtemps, il n’avait pas tort.

      • K19 dit :

        « humiliation inutile de Versailles »

        Classique argument anglo-saxon pour détourner la responsabilité de l’élection d’Adolf sur le dos de la France.

        L’Allemagne a imposé EXACTEMENT les mêmes conditions à la France avec le Traité de Francfort de 1871, après la guerre contre la Prusse de 1870 : annexion de l’Alsace-Moselle, et des milliards de francs-or pour les « réparations de guerre », une somme colossale pour l’époque et principalement couverte par … la souscription et l’emprunt public. L’Allemagne, confrontée au juste retour de bâton en 1919, refusera systématiquement la souscription pour payer les réparations exigées par le Traité de Versailles, estimant que le bon contribuable allemand n’avait pas à payer pour cette « humiliation ».

        En fin de compte l’Allemagne s’est faite prendre à son propre jeu, mais les rôles étant inversés, la Race de Seigneurs n’a pas daigné rembourser son dû !

        • Vinz dit :

          Exactement. Pas oublier que c’est l’Allemagne qui déclare la guerre la Fance la 3 août 1914 (contrairement aux Anglais qui eux, ont déclaré la guerre à l’Allemagne) et que des régions entières, notamment dans le nord, ont été ravagées, saccagées, pillées par le Teutonesque.

          L’erreur de Versailles fut de ne pas avoir dépecé l’Allemagne

        • Czar dit :

          + 1 million !

          je recommande d’ailleurs l’opuscule éponyme de Pierre Renouvin sur la question du traité, ses aspects juridiques, comme économiques pour démonter cette thèse que les schleuhs ont popularisée avec la complicité des anglo-salecons

          le mythe de la responsabilité française pour l’ascension d’hitler est encore aujourd’hui enseigné dans toutes les écoles uhesse – ou ce qui en tient lieu au vu de la médiocrité de leur système – que l’éduc naze entend bien rattraper à marches forcées.

          • K19 dit :

            Sur les aspects économiques, des historiens allemands et anglo-saxons n’ont pas hésité à carrément rendre le Traité de Versailles responsable de la crise économique et l’hyperinflation allemande des années 1922-23 ! Ou à hurler au « dépeçage de l’économie allemande par les Alliés », alors que les villes et industries allemandes étaient totalement intactes en 1919, ce qui n’était pas vraiment le cas des régions occupées par ce grand Peuple Civilisateur durant la guerre. Et que la confiscation -minime- de biens allemands était principalement une réaction à la suspension du paiement des réparations en 1922 (déjà !).

            Au passage, pour rigoler un peu, notons qu’une des grandes mesures prises par l’Allemagne pour sortir de la crise des années 1920 a consisté à … dissoudre une partie de la dette publique ! Quand on connaît un peu la position allemande actuelle sur les grandes questions économiques et monétaires, cette anecdote ne manque pas de sel. Mais que voulez-vous, Deutschland über alles !

        • PK dit :

          La race des sAigneurs…

        • Euclide dit :

          @ K19
          Lu votre post après ma demande à Czar . Suis désolé.

    • guy dit :

      Il faut arrêter de chercher à s’accuser de notre défaite quand la réalité c’est que les allemands ont tactiquement très bien manoeuvrés contre TOUTE l’Europe.
      Ce n’est pas une affaire de combattivité ou d’une exception française, de la même façon Napoléon avait écrasé tout le monde.

      On oublie souvent l’intérêt de la tactique et de la stratégie dans la guerre, bien plus importante que le nombre d’hommes, la « supériorité d’un matériel sur un autres » etc…

      • Czar dit :

        « quand la réalité c’est que les allemands ont tactiquement très bien manoeuvrés contre TOUTE l’Europe. »

        oui m’enfin la France n’était pas classée dans la même catégorie que la polaquie, la Yougoslavie ou la Norvège, il est normal qu’on était en droit d’attendre un autre résultat.

        • Joe dit :

          Avec l’armée que nous avions on pouvait avoir de sérieux doutes. Surtout après l’hiver 39-40 où nous n’avons pas vraiment cherché à combler nos lacunes alors que nous avions l’exemple de la campagne de Pologne sous le nez.

  15. Ptof de physique dit :

    Si vous connaissez des professeur d’histoire, je leur ai préparé un pdf de cet article à imprimer et distribuer à leur élèves.
    Il est là :
    http://www.prfphy1.fr/Histoire/histoire.html
    Plus précisément :
    http://www.prfphy1.fr/Histoire/champien1940.pdf
    Et il y a aussi :
    http://www.prfphy1.fr/Histoire/campagnedeFrance1940.pdf
    Mais confinement partiel des établissement oblige, je leur suggère d’envoyer directement le lien de l’article de Opex360. Il me semble que cette période est au programme d’histoire de terminale. (avec les réforme je ne sais plus de manière certaine)
    En tout cas merci à M. Lagneau pour cet article;

  16. Edgar dit :

    Un article précédent, sur cet site, parlait du mortier automoteur russe de 240 mm. Revenons à l’article d’aujourd’hui: « Leurs chars en nombre imposant [j’en ai compté moi-même 67 en très peu de temps] défilaient devant la sortie du village et se dirigeaient vers un autre village, non sans laisser devant » le sous-lieutenant Vincent « un certain nombre d’engins et d’hommes, qui l’attaquèrent immédiatement. » Les mortiers de 240 mm servent précisément, dans l’armée russe, à écraser des îlots de résistance de ce genre, laissé en arrière par une pénétration mécanisée.

  17. Monbars dit :

    Il y a eu aussi la bataille de Stonne, le 15 mai 40. Les Français avec leurs chars B1 ont bloqué et fait subir de lourdes pertes aux Allemands. Les Français avaient fait carrément une poche dans l’offensive allemande. Les Français ont bloqué des colonnes commandées directement par Guderian en personne. Les Français ont même faillit tuer Guderian à l’arrêt dans sa voiture au bord de la route, un soldat français l’a mis en joue, mais le coup n’est pas parti….Incroyable ! Le fusil du soldat français s’est enrayé… et la voiture de Guderian a filé à toute pompe… C’est un tournant de l’histoire qui a été loupé d’un fil.

    • Robert dit :

      Et les nombreux attentats contre Hitler par des officiers?

    • Durandal dit :

      L’épopée sanglante du capitaine « Blilotte » et son boucher de Stonne est probablement la plus connue avec Gembloux ou la bravoure des Goums Marocains appuyés par leurs frères d’armes Français tiennent en échecs 2 Pz divisions allemandes (bon d’accord, des Pz1 et 2) mais ca reste une perf..

      J’aime bien aussi le duel victorieux entre une Pan Pan (P178) contre un Pz4, ou bien un 25mm vs un 75/24.
      Bref l’équipage de la Panhard devait avoir des steel balls…

      • Czar dit :

        avant de nous ravir de l’anglais que tu ne parles même pas (on dit ‘balls of steel’) duglandal, révise ton histoire : les groupes de tabors marocains n’ont pas été engagés dans la bataille de France.

        • Durandal dit :

          Go fuck yourself dumb ass.

        • Durandal dit :

          Et pour ton info crétin, Gembloux c’est en Belgique.

          • Daniel BESSON dit :

            Cit : [ Et pour ton info crétin, Gembloux c’est en Belgique. ]

            Je suppose que c’était donc  » La bataille de Gelbique  » ? ;0)

            Les historiens divisent la campagne de 1940 ou campagne de France en deux parties :
            1- La bataille des Flandres ou bataille du Nord
            2- La bataille de France

            La bataille de France qui désigne  » les événements survenus en Europe entre le 10 mai 1940 et le 25 juin 1940  » recouvre les opérations aux Pays-Bas , au Luxembourg , en Gelbique et en Vrounze !

      • gabdarras dit :

        Les soldats marocains se sont distingués au combat, notamment le RCIM, régiment le plus décoré de France. Il y a suffisamment de plaques commémoratives et de cimetières militaires dans le Nord de la France pour le rappeler. Sans compter la valeur de la première division marocaine et des autres divisions nord africaines lors de la bataille de Lille qui leur vaudra, vaincus, de défiler devant les allemands qui leur rendirent honneur … mais qui parfois les assassinèrent lâchement dans les faubourgs en réaction à la « schwarze Schande am Rhein ».

        • Robert dit :

          Malheureusement, ils se sont aussi distingués ailleurs, dont les maroquinades en Italie. Viols massifs de femmes, enfants et hommes y compris des prêtres. Certes, il faut pas demander à Jamel Debbouze de balancer les siens.
          https://www.h24info.ma/culture/marocchinate-litalie-poursuit-en-justice-la-france-a-cause-des-goumiers-violeurs/

          • gabdarras dit :

            Le viol commis par un soldat marocain est il plus grave qu’un viol commis par un soldat (ou un curé) français? Je serai curieux de savoir ce qu’en pensent les victimes.

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ mais qui parfois les assassinèrent lâchement dans les faubourgs en réaction à la « schwarze Schande am Rhein ». ]

          Je ne reviendrai pas sur les maroquinades ! …
          Je les assez évoqué sur ce blogue quand des GJ ont bolossé la statue de Monmaréchal et me l’a assez reproché .
          La  » Schwarze Schande  » cela ne serait pas 20 années plus tôt pour la  » Vôrze Nouârre  » ???? La médaille avec un nouâre sur l’avers et une b*** sur le revers ?
          Les Marocains – berbères Regulares – ont admirablement servi le Caudillo par contre alors que des volontaires Arabes ont plutôt rejoint les BI ! ;0)
          https://www.publico.es/politica/millar-brigadistas-arabes-lucharon-franco-36.html

        • revnonausujai dit :

          LE RICM de 1940 était un régiment de recrutement majoritairement européen ( marsouins); le M ne signifiait pas marocain , mais du Maroc, nuance !

    • arnaud dit :

      Oui à Stonne les chars français en nombre réduit ont mis une pile aux boches…

      40 c’est le sacrifice des soldats et la faillite du haut commandement et des politiques qui auraient dû être tous fusillés pour trahison

  18. Nobody dit :

    Ceci est tout à fait exacte car j’ai déjà lu un témoignage racontant cette tactique allemande. Fixation, contournement, puis repli pour ravitaillement. Sauf que dans le récit que j’ai lu, le français raconte que son régiment est remplacé par un régiment marocain. Alors que toute la nuit ils ont entendu les chars allemands aller et venir, canarder et exterminer autour du village, ce sont des marocains qui ont servi de plastron pour l’assaut final… C’est incroyable ce que l’on trouve comme récit quand on veut bien chercher. Cela permet ensuite de se faire une idée plus précise de la réalité, loin des poncifs si cher à la bureaucratie et à la propagande politique. C’est le message que j’envoie aux mutinés, non le séparatisme n’est pas un sujet digne d’une démocratie, non ce n’est pas les cités HLM ou les antiracistes le problème, c’est surtout à CAUSE des lobbies, de la corruptions politique, de la lâcheté et de l’éducation en pleine régression. L’ignorance est le nerf de la guerre. Cela reste vrai aujourd’hui. Si tu veux la paix, prépare la paix!

    • Mat49 dit :

      @ Nobody si mon voisin prépare la Paix. J’attends qu’il ait fini et je l’attaque.

  19. anatide dit :

    Certains hommes ont ce code d’honneur.
    Ce dont de sois pour son groupe.
    Une situation impossible, déclenche en eux ce mystérieux va tout.
    Ils se savent perdu et donnent le meilleur d’eux même sans hésitation; avec froideur. En réalité seule la mort est face à eux
    ils la combattent plus que l’ennemi !
    Le sacrifice n’est que le résultat des choix de leurs supérieurs en grade mais si inférieur en tant que homme.
    Respect à tous ces braves soldats!

  20. Arnaud dit :

    Merci M. Lagneau pour ce texte qui tombe bien en ce 8 mai, alors que le devoir de mémoire devient de plus en plus difficile à maintenir. Un officier de valeur, suivi par un peloton qui avait tout autant de valeur, tous ayant combattu jusqu’au bout.

  21. olivier 15 dit :

    La défaite, pour partie, fut causée par l’impréparation et l’incompétence ( merci Gamelin et Weygand) des officiers français, clairement en retard d’une guerre, ayant négligé totalement la DCA, entre autres. Mais l’origine est aussi à chercher vers le Front Populaire qui freina incroyablement l’industrie d’armement. Aujourd’hui c’est presque pareil: un président qui déteste son pays, une extrême gauche comparable à un cancer, et sur combien de sous-lieutenant Vincent pourrions nous compter, aujourd’hui?

    • Vinz dit :

      Weygand est celui qui a réorganisé l’armée française sur la ligne que l’article mentionne, généralisé la tactique du « hérisson » que mentionne l’article encore, et permis de sauver le reste d »honneur de l’armée française par la résistance que l’article mentionne toujours (avant qu’inévitablement le front ne s’écroule).
      Il hérita en pleine débâcle d’une armée (?) amputée de ses corps d’élites, en pagaille complète, et ayant perdu la quasi totalité de ses chars et avions, sans compter la totalité du BEF et de la RAF.

    • jyv58 dit :

      « Mais l’origine est aussi à chercher vers le Front Populaire ». Oui, bon, d’accord, faire grève/la fête quand le voisin réarme, ce n’est pas une bonne idée. Mais il faut reprendre l’origine du problème dès le début des années 20, elles-mêmes conséquences directes des pertes humaines. Voir post plus haut.

  22. Robert dit :

    Pour parler de courage, une nouvelle tribune cette fois-ci celle d’un aumônier parachutiste, le Père Kalka, trente ans d’active sur tous les fronts. Il ne mâche pas ses mots, mais à la différence du général Piquemal il reste poli.
    https://www.valeursactuelles.com/politique/tu-devras-un-jour-en-repondre-devant-dieu-ancien-aumonier-des-parachutistes-le-pere-richard-kalka-admoneste-le-chef-detat-major-des-armees/

  23. Viry dit :

    Il est plus que temps qu’un cinéaste français nous fasse un film digne de la gloire de nos troupes… les mensonges vichystes d’après guerre n’ont que trop duré.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ les mensonges vichystes d’après guerre n’ont que trop duré. ]

      En l’occurrence c’est le  » Vichysme  » qui a mis en exergue cette résistance notamment au travers des témoignages multiples comme  » Fantassins sur l’Aisne  » aux Editions ARTHAUD™ de Grenoble en Zone Libre qui se sont spécialisé dans la publication de ces textes sacrificio-patriôtards sur sept39-juin40.

      C’est de degôllisme qui a par contre tout fait pour occulter ces combats après 1945 , mis à part celui de Mongénéral à Montcornet bien sûr , afin de mettre en place la légende résistancialiste , Birakème et tutti-fruiti !
      Il a fallu attendre le début des années 70 et le départ – de la vie politique et aux Cieux – de Mongénéral pour que les témoins alors d’âge mur puissent avoir de nouveau le droit de bénéficier de l’imprimatur et publier . Cela s’est fait de manière beaucoup plus iconoclaste car les temps avaient changé et ils ont pu voir 30 années après ce pourquoi ils ont combattu ( Ex  » La gamelle dans le dos  » )
      https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3351651c

      Dans l’intervalle il y a juste eu des plaidoyers pro-domo et technicistes d’officiers degôllistes (  » les causes de notre défaite  » ) avec quelquefois des livres courageux mais rares en 62 et 63 .

      Les films il y en a déjà eu de bons et assez ! Sauf à copier les productions contemporaines Pékinoises ou Russes mais là il faut se lever tôt ! ;0)

      • Robert dit :

        Vous, vous seriez modérément gaulliste que ça ne m’étonnerais pas plus que ça?

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ Vous, vous seriez modérément gaulliste que ça ne m’étonnerais pas plus que ça? ]

          Pas plus que vous ne le croyez ! Même certainement moins …

  24. Sempre en Davant dit :

    Vos articles historiques sont toujours un plaisir !
    Merci de mettre des Braves en valeur ! Votre rubrique histoire est une mine de nom de promo.

    Peut on vous demander ou vous trouvez l’inspiration? Pour le temps j’ai renoncé!

  25. basta dit :

    « La chute de la IIIème république, une enquête sur la défaite de 1940 », William L. Shirer. Collection Pluriel.

    Pas encore lu … je ne sais pas ce qu’il vaut …

  26. Vinz dit :

    Vue d’ensemble des batailles de la Somme et de l’Aisne, pour remettre cet épisode en perspective
    https://2eguerremondiale.fr/evenements/front_ouest/bataille_de_france/bataille_somme_aisne