L’accès à l’eau est à l’origine d’échanges de tirs entre les forces armées du Tadjikistan et du Kirghizstan

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

53 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Les incidents pour l’accès aux ressources de base risquent non seulement de se multiplier, mais de dégénérer en guerre : Egypte et Ethiopie / Soudan – barrages turcs qui privent l’Irak et la Syrie de ressource – Palestine – Tibet, etc …

    De plus, dans le cas présent, on peut constater sur les cartes qu’il y a des enclaves dans un pays situées à l’intérieur de l’autre pays, ce qui peut être aussi prétexte dans ce contexte à des ‘reconquête’ …

    Et tous les problèmes africains, terrorisme et émigrations sauvage, ainsi que la corruption généralisée, ont pour seule cause la misère par manque de ressources, au sens large, à partager, et les gravissimes inégalités qui en résultent.

    On va passer des guerres tribales ou nationalistes aux guerres pour la survie … La gestion des ressources en eau et de la production d’eau potable par dessalinisation dans d’énormes usines, avec distribution par aqueducs comparables aux oléoducs ou gazoducs serait techniquement possible aujourd’hui, mais cela suppose une mentalité de coopération, stade de développement qui n’est pas encore atteint par l’espèce humaine.

    • francois dit :

      arretez de faire peur aux gens ray ! les terrasses, les cinoches vont bientot ouvrir, l’été approche.. c’est la fete 🙂

    • Fred dit :

      @ Raymond75

      [2éme paragraphe] Oui, mais cela demande énormément d’énergie et les rejets de saumures sont polluants, détruisant toute vie marine sur une large zone.

      • Raymond75 dit :

        Bien sûr, la solution n’est pas simple ! Pour l’énergie, il faut observer que les régions les plus en déficit d’eau sont souvent désertiques (ce qui ne veut pas dire toujours au climat torride) : il peut donc y avoir une solution avec des centrales solaires.

        Pour les rejets de saumure, il faudrait les disséminer sur de très larges zones marines (ce qui est difficile), on en faire une source de matière première … mais je ne suis pas compétent.

        En tout cas, la Terre ne manque pas d’eau ; elle manque d’eau douce.

    • didixtrax dit :

      les USA ont le Canada en ligne de mire ; ces mêmes USA avaient même envisager de récupérer de l’eau depuis l’aquifère guarani en Amérique du Sud ! quant aux européistes, je suppose qu’ils sanctionneraient un NS3 qui nous amènerait de l’eau douce russe. Les guerres de l’eau –le pluriel est de rigueur– ont déjà commencé !

    • basstemp dit :

      Manque de ressources en Afrique ? Permettez moi d’en douter, des ressources ils en ont … Le vrai problème de l’Afrique, c’est tout d’abord la stabilité et qui explique notamment pourquoi un pays comme la France ne s’est pas contenté après la décolonisation des années 60 de soutenir que les démocraties … En Afrique le besoin de stabilité implique qu’il a fallu donc travailler avec tout le monde, tout les types de régimes (sauf terroriste bien entendu …)

      Pire encore, après 60 ans de bilan de « décolonisation » on s’apperçoit de quoi ? Que la démocratie n’est hélas pas une solution adaptée au continent africain car elle même hélas : Source de destabilisation et d’autant + renforcé du fait du caractère ethnologique des états en question (la plupart fondés sur plusieurs ethnies loco-régionales) ce qui fait que dès qu’il y a la moindre petite crise de légitimité politique dans ces états africains : Explosent immédiatement tout les types de rebellions possibles & imaginables …

      Bilan : La démocratie est un terrible échec en Afrique car elle n’a pas réellement permis de construire des états suffisamment stables au long termes pour que le développement y atteigne des niveaux raisonnables pour que tous puissent alors vivre & travailler dignement et surtout EN VIVRE

      Mais le problème étant que nous vivons dans un monde médiatique occidental qui alimente un déni gigantesque quand a cette lourde réalité la : Les pays occidentaux s’évertuant a cultiver un fantasme de démocratie libérant les pays africains dans les idéologies médiatiques bloquent la situation au final et d’ailleurs, ce problème n’est pas qu’Africain … Il existe aussi au moyen orient : La Syrie en a été le parfait exemple en nourrissant un fantasme de démocratie en Syrie donnant espoir aux rebellions islamistes qu’elles pourraient alors prendre le pouvoir (pour y installer un islam pur & dur dont on sait très bien dans les faits ce qu’il donne …) alors que dans les faits : La dictature Al Assad a plutot historiquement prouvé l’inverse du fait du caractère ethno-culturel de cet état ou vivent sunnites, chiites, marronites, alaouites, chrétouites & cie .. La dictature dans ces conditions fut le seul couvercle de cocotte minute viable dans ce merdier ethno-religieux ! Ce qui ne veut pas dire que d’autres états au moyen orient ne sont pas viables a la démocratie, mais la Syrie c’est le cas

      Nous vivons dans un monde ou la pensée occidentale a été incapable d’admettre certaines réalités concernant la démocratie : Quand bien meme elle fut un idéal a atteindre pour la plupart des états occidentaux, nous nous sommes aveuglés sur le fait que ce modèle n’était hélas pas applicable a un continent entier (l’Afrique) et une partie du moyen orient

      Vous qui parlez de dessalinisation : Il aurait été justement intéressant de parler du fait, que le seul cadre qui a permis justement l’émergence de conditions ou on a pu industrialiser la dessalinisation de l’eau de mer (ou autre) pour la répartir via des oléoducs sur de vastes régions : En Afrique, le seul exemple + ou – viable vis a vis de ce genre de projet la fut la Lybie avec un DICTATEUR aussi Aware et cocaîné jusqu’au trognon qu’il fut : Khadafou en fut le seul pourtant capable !

      Ce qui laisse a méditer pour l’avenir de ce pays … Non, pour l’avenir intégral je pense, de l’Afrique …

      Si nous pouvions en finir avec l’idéal démocrate comme model unique a exporter pour ces pays, alors peut être qu’on pourra un jour réunir des conditions pour enfin apporter un développement viable

      Le reste, du vent …

      • Raymond75 dit :

        Je suis globalement d’accord avec vous, même si cela peut vous surprendre 🙂

      • Polymères dit :

        Ce que vous mettez sous le terme des « occidentaux » pour la démocratie est une erreur.
        On est bien dans une idéologie portée par les nations unies et non pas seulement le camp « occidental ».
        Tous les pays du monde s’y plient d’une manière ou d’une autre et même les pays qu’on va qualifier de « non démocratique » joue en réalité un jeu démocratique pour que « ça passe » et qu’ils continuent de légitimer leur pouvoir.

        On distingue par contre deux types de pays, ceux qui vont exprimer pleinement cette démocratie envers et contre tout et ceux qui vont manipuler la démocratie pour être reconnu internationalement. Ces derniers sont les chefs d’états qui vont avoir les résultats de l’élection avant qu’elle ne se soit déroulé (si vous voyez ou je veux en venir) qui vont faire semblant d’être élu et désiré par le peuple en évitant soigneusement l’opposition à se mettre en face, par la force, la peur, des interdits, des persécutions, des intimidations, des menaces, des sanctions etc.
        On se retrouve alors effectivement avec ce qu’on peut qualifier de dictatures avec des hommes d’état à vie, qui vont faire semblant d’être démocratique, la Syrie qui prochainement va réaliser une élection présidentielle en est un exemple, cette vitrine démocratique qui va servir pour l’international afin de légitimer Assad (car oui vous vous en doutez, les jeux sont déjà faits) ne sert pas au peuple syrien, à tout le peuple syrien de décider de ses choix. Et dans ces pays c’est souvent « moi ou le chaos », non pas que le dictateur est le « garant » de la stabilité, c’est qu’il est aussi le premier à prendre les armes pour éliminer ceux qui s’opposent à lui et ils sont souvent les responsables du chaos qu’ils prétendent éviter.
        Là encore la Syrie en est un exemple, un peuple qui au départ manifestait pour réclamer un changement dans l’esprit du printemps arabe, sans pour autant réclamer le retrait d’Assad (oui il faut bien se souvenir de cette époque) qui s’est faîte tiré dessus. C’est à partir de là que la guerre a commencée et qu’Assad est devenu un ennemi pour cette opposition et pour lequel elle a pris les armes pour jouer au jeu assumé par le pouvoir, de la confrontation armé.
        Aujourd’hui encore, on a des millions et des millions de syriens indésirables que Damas ne veut plus voir venir. L’harmonie d’hier n’existe plus et ne reviendra plus, ce n’est pas parce qu’Assad est resté que la Syrie va redevenir ce qu’elle était. Il y a trop de monde qui veut vraiment se donner l’illusion que la guerre civile en Syrie est une agression extérieure ou une simple guerre contre le terrorisme, non le germe de cette guerre a été planté par Assad, pour cela il faut en revenir au tout début des manifestations.
        Mais ce n’est pas la démocratie qui a plongé le pays dans le chaos, mais bien une dictature qui a tout fait pour empêcher que la démocratie ne le prive du pouvoir. Il ne faut donc pas faire passer cela comme la preuve que la démocratie ne marche pas, qu’elle génère du chaos quand au fond, c’est bien un système politique antidémocratique qui refuse le changement et est prêt à tout pour que rien ne change pour lui.

        Alors certains aiment bien prendre soigneusement les exemples qu’ils souhaitent pour mettre en avant leurs idées. La Libye symbole et preuve que la démocratie ne marche pas, la Syrie preuve que la dictature marche. Mais sauf erreur, peut-on objectivement dire que le destin de la Libye est pire que celui de la Syrie? Alors certes, la Libye est dans une division politique et on a du mal à créer une unité nationale, mais ce n’est pas parce qu’il n’y a pas un visage de président qui va représenter l’ensemble de la Libye que c’est la chaos absolu. De même ce n’est pas parce qu’Assad est resté l’image politique du pays, que la Syrie actuellement est à l’image de ce qu’elle était il y a 10 ans, avant la guerre, que le peuple syrien vit bien, que la sécurité est le maitre mot, que le pays est unit et qu’Assad pourrait se balader à pied dans les rues d’Alep, de Palmyre, de Kobané, d’Idlib, de Raqqa en annonçant sa venue, sans qu’il y ait un risque pour sa survie.
        A quoi bon un président qui va se terrer dans son sanctuaire, qui ne peut plus s’exposer en dehors des ses « fiefs » alaouites, ou la sécurité est faîte par des étrangers, ou son territoire est toujours rongé par le terrorisme, ou l’économie est en ruine, ou des millions et des millions de personnes sont émigrées et que rien n’est fait pour leur retour, bien au contraire.
        En réalité, certains veulent se donner bonne conscience dans un parti pris, celui ou la Syrie serait une réussite en raison de l’intervention russe et dans l’idéologie d’un échec occidental pour faire tomber Assad et de l’autre la Libye, catastrophique, car l’occident a réussit à faire tomber Kadhafi. Mais désolé, vanter la Syrie sur la dos de la Libye, il faut oser et il n’y a qu’un parti pris qui peut le permettre.

        Car moi je vous le dis, si des pays occidentaux avaient soutenus un président tel qu’Assad dans une guerre civile, croyez moi que vous seriez le premier à le critiquer, à pointer toutes les conséquences de ce soutien, à faire un état des lieux catastrophique de « l’après ».
        Car comme aujourd’hui, on en est ou de la Syrie? Ou sont les russes si prompts à faire de belles images de « libérations » en laissant le sentiment que « la vie reprend », que le pays se « reconstruit ». Comment ça se passe à Palmyre ou à Alep en ce moment? Comment vivent les gens au delà des quelques quartiers préservés par la guerre dans Damas et ailleurs? Il n’y a plus rien, l’économie est à la ramasse, on continue de se coltiner les immigrés syriens chez nous et on continue encore de voir les russes et Assad jouer les victimes et accuser l’occident de cette situation. Il est toujours facile de pacifier une ville devenue presque fantôme, la réalité de biens des villes et villages en Syrie. A quand un recensement de la population dans le pays? Pourtant on se lance sereinement pour organiser l’élection présidentielle et pas grave si seulement 20% des syriens auront accès à un bureau de vote pour le simulacre de démocratie.
        Incapable de relever le pays, on continue encore à vendre médiatiquement l’illusion de la reconstruction et on continue à faire croire que la maigre production pétrolière aux mains des américains, ou de quelques sanctions seraient responsables de tout et que c’est ça qui empêche le pays de se relever. Mais ou est donc la grandeur russe et iranienne au delà des bombes délivrées sur les opposants à Assad? La Syrie devenant pour ces « alliés » qu’un simple terrain militaire ou le sort des syriens devient secondaire à leurs jeux militaires, que ce soit contre l’Otan pour l’un ou Israël pour l’autre. Assad devenant le garant de leur légitimité dans ce pays qui est et reste une poudrière car rien ne change. Si en période de guerre le souhait de la majorité de la population est que le bruit des armes cesse, en temps de « paix », son souhait est de se développer et d’avoir une vie qui s’améliore et qui ne soit pas miséreuse sinon ça va se révolter de nouveau.
        Mais certains ne veulent pas le voir et le comprendre et pensent que « ça y est » la Syrie ayant gardé Assad est sauvée, que ça va repartir comme avant sans jamais se poser la question essentielle à tous ces pays de dictateurs, que se passera t-il le jour ou le symbole politique de l’homme omnipotent disparait? Assad avec le nombre d’ennemis qu’il a, peut et vous le savez, du jour au lendemain, se faire tuer par un attentat, un de ses gardes. Il ne fera plus jamais ce qu’il faisait avant car le pays ne sera plus jamais comme avant. La division intérieure est la même que celle réalisée par les américains entre chiites et sunnites en Irak, sous Saddam il pouvait y avoir une identité nationale, désormais l’identité est religieuse. La Syrie c’est pareil, la fracture est là.
        On nage donc dans une situation d’un pouvoir politique qui reste une main de fer éloigné de son peuple, un pays dont le président est soumis aux choix russes sur des questions de souveraineté, devant accepter les clauses d’accords russo-turcs qui le voit se faire amputer d’une partie de son territoire. Un pays en ruine, un peuple déplacé par millions, une économie qui était déjà très faible avant la guerre et qui ne se relèvera plus. Une sécurité qui se fait à l’aide d’étrangers, parfois de mercenaires financés par des pays étrangers. Mais tout va bien, la Syrie a évité le pire et c’est un exemple à suivre et à défendre.
        On en reparlera dans quelques années de cette « réussite », attention aussi je ne suis pas là à dire qu’une Syrie aux mains des terroristes est ma solution, je n’adhère pas à l’idée du « soit Assad, soit les terroristes », car ceci n’est pas l’origine du conflit, mais la conséquence d’un affrontement militaire ou les terroristes ont été « exploités » par Damas afin justement de légitimer une répression plus « large » et pour également créer des affrontements dans l’opposition.

        Mais de toute façon, le conflit en Syrie sort du cadre rationnel tant il est devenu pour beaucoup le symbole d’une lutte contre l’occident et la volonté d’avoir une victoire pour ceux d’en face. Il faut que la Syrie soit vu comme une réussite, pour la forme, non pour le fond.

        Mais vous savez, la France soutient également en Afrique des pays avec ce genre de fausses démocratie. Mais quand on le fait, on critique la françafrique et on parle de néocolonialisme. Aujourd’hui on se fait même accuser de génocide au Rwanda.
        La mort de Déby au Tchad c’est typiquement le genre de situation ou on est bien en face de cette réalité non démocratique et elle s’est vue très vite. On entre immédiatement dans une prise de pouvoir de ceux qui l’ont et qui ont peur de le perdre devant un changement démocratique et de dialogue avec les oppositions. C’est le coup d’état qu’on laisse faire, comme on l’a souvent laissé faire pour nos intérêts même si de façade on exprimera une position démocratique.
        Car le fondement de tout systèmes politiques, repose en réalité sur ce qui nous arranges en fonction de nos intérêts. Une dictature qui fait nos intérêts, elle sera soutenue. Une dictature qui ne fait pas nos intérêts mais ceux d’autres puissances, elle sera combattue. C’est pour ces raisons, que très généralement, ceux qui défendent Assad, sont souvent pro-russes et contre les occidentaux ou alors des personnes qui ne comprennent pas nos intérêts ou ne veulent pas voir que dans les intérêts de ceux d’en face, il y a l’intérêt de contrer nos intérêts.
        J’en reviens en Afrique, quand on voit les russes en RCA, on sent que leur intérêt premier c’est de contrer nos intérêts et ils font de l’anti-France. La proximité entre les rebelles venus de Libye et la société russe Wagner ne doit pas être mise sous le prisme du hasard.
        Nous allons donc par la force des choses devoir soutenir Ndjamena dans une politique de force afin de préserver nos intérêts sans que l’on cherche à imposer notre modèle démocratique et si ça tourne mal, on sera accusé…

        • LEONARD dit :

          @Polymères.
          Il y a quand même un gros avantage à la démocratie. Elle rend raisonnable, ou pleutre, selon qu’on l’analyse, en tout cas infiniment moins guerrière qu’une dictature, et ce, pour une raison très simple, les démocraties n’ont de cesse que de s’auto-paralyser à coups de contre-pouvoirs.

          Dans une démocratie, le pouvoir est soumis au vote, aux institutions, aux médias, aux oppositions, aux lobbys de tous ordres, à la complexité des lois, règlements, administrations. Bref, et on le voit surtout en Europe, le pouvoir est surtout paralysé.

          C’est un inconvénient que n’a pas la dictature. Le pouvoir est unitaire, et monolithique (encore que des oppositions internes existent toujours). Donc, quand le dictateur est à la hauteur, la dictature est beaucoup plus efficace que la démocratie, tout au moins dans les phases de création, de croissance et de maturité. Ensuite, le pouvoir, même dictatorial s’étiole, et entame ses phases de restructuration, puis de déclin.

          L’avantage de la démocratie, c’est son renouvellement. Le chef n’a pas à subir les ravages de l’âge, il est remplacé rapidement et surtout il y a canalisation des ambitions. Ca évite les coups d’état et les purges.

          Seulement, la démocratie, c’est un long processus d’accoutumance, d’acculturation, d’éducation, d’organisation. Notre histoire nous le démontre.
          Je ne sais pas s’il y a une inadaptation naturelle de l’Afrique à la démocratie, je pense simplement que nous avons mis 2 siècles pour la développer en Occident, et qu’il parait illusoire de demander à l’Afrique de la pratiquer efficacement en 50 ans.

          L’erreur est peut-être pour les occidentaux de croire trop en l’universalité de notre système. Les chinois n’ont pas ces vélléités philosophiques. Ils aiment les richesses minérales africaines et méprisent les africains.
          Pragmatiques, quoi.

      • Courmaceul dit :

         » La dictature (Syrie) dans ces conditions fut le seul couvercle de cocotte minute viable dans ce merdier ethno-religieux !  » Vous sous-entendez que ce pays est une mosaïque ? Ben avec 70 % de sunnites, elle est dure à voir votre mosaïque ! En tout cas, avec 380 000 morts, la cocotte a bien sauté !

      • fabrice dit :

        Le mythe du bon dictateur, du Napoléon génial, qui va développer le pays de façon intelligente et raisonnable, c’est un mythe bien français, ça s’appelle le Bonapartisme. Aristote disait déjà que la démocratie tendait vers l’oligarchie et l’oligarchie vers la monarchie (le pouvoir d’un seul). Pour Aristote (qui a été le maitre d’Alexandre le Grand) la monarchie est le meilleur des régimes quand le monarque est bon. Le problème est que la vie d’un homme est courte et le génie ne se transmet pas par les gênes, loin s’en faut…Bref une dynastie dégénère toujours. Que Fidel Castro ait des qualités, sans doute, Raoul c’est plus discutable quand aux petits fils Castro…https://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/cuba/article223928565.html Bref la Monarchie tend à redevenir une oligarchie…Et ainsi de suite. Je pense que Churchill avait raison « la Démocratie est le pire des systèmes politiques à l’exception de tous les autres »…

  2. Castel dit :

    Aïe, ça tombe vraiment mal !!
    C’est au moment ou les Américains vont se retirer d’Afghanistan, laissant leurs frères ethniques se débrouiller avec les talibans, que ces deux pays auraient eu le plus intérêt à présenter un front commun, pour pouvoir les aider le cas échéant….
    Espérons que les choses s’arrangent entre eux d’ici là !!

  3. Jason Bourne dit :

    Ce sera le type de conflit qui nous pend au nez pour les 50 prochaines années… L’accès à l’eau, aux terres arables et donc à la nourriture sera le principal but de l’humanité dans un futur qui sera plus ou moins proche..

  4. Félix GARCIA dit :

    Les hostilités auraient repris cette nuit.

  5. Auguste dit :

    Il y a le problème de l’eau, de la frontière et ethnique.Turcophones contre iranophones.

  6. Mica X dit :

    Y a comme de l’eau dans le gaz chez le défenseur, grand joueur d’échecs, de la sainte etc…
    Davaï davaï

  7. lxm dit :

    Faut regarder la carte, la zone en tension se trouve être une des zones frontalières les plus pourries et complexes au monde; le naturel revient pour nettoyer ces absurdités héritées de l’éclatement de l’ex-urss et refaire de belles frontières. Soit ils vont parlementer pour faire des échanges de territoires soit ça va fighter.

  8. Michel dit :

    La guerre de l’eau avait été soulevée il y a + de 30 ans comme source de conflits majeurs par les spécialistes, avec une aggravation en augmentation exponentielle pendant le 21 ème siècle, ça y est nous y sommes et ce n’est que le début.
    Sachant que le conflit dans le Cachemire entre l’Inde et le Pakistan est du, en plus de toutes les autres discordes, a la guerre de l eau !!!!!

  9. Achille-64 dit :

    est « stratégique pour la République kirghize »
    Sur la carte exposée par Opex360, on voit beaucoup de rivières dans les différents pays … la question : hormis l’aspect symbolique important du tracé de frontières, y a-t-il une autre raison possible à ce conflit entre les xyz.stan ?
    Je tente une hypothèse au hasard (vraiment) : l’un de ces pays a-t-il une relation très satisfaisante avec les USA ?

  10. Green dit :

    Quand je vois le découpage de la vallée de Fergana entre les trois pays, cela fait longtemps que je me demande comment ce genre de situation peut durer. Les kirghizs tiennent les hauteurs, les ouzbecks ont la plaine et les tadjiks barrent la vallée a l’ouest. le tout avec de multiples enclaves
    tout cela pouvait tenir dans le système soviétique, depuis c’est régulièrement un lieu de conflits.

    Sur les cours du Bramapoutre et de l’Indus, il y a aussi de grosses tensions a l’horizon.

  11. GH404 dit :

    Une bonne occasion pour vendre le Rafale.

    • Olivier Traoré dit :

      Semer les conflits entre pays, trafiquant des armes, pays criminel.

      • Sun Tzu dit :

        Si l’utilisation est trop technique, on peut faire comme les chinois : leur vendre des machettes.

      • Pravda dit :

        Ouais, tous les pays africains sont équipés de (mauvaises) copies de l’AKM (type 56) fabriquées par la Manufacture de St Etienne, de machettes forgées à Laguiole, et de munitions issues de la filière « petit calibre » crée en Bretagne par Le Drian. Ah, j’oubliais les 4×4 Peugeot modèle « gazelle du désert » ou les pick-up Renault…

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Semer les conflits entre pays, trafiquant des armes, pays criminel. » Pas besoin de leur forcer la main! S’ils ont besoin de se défendre on vend des armes! Cela ne s’appelle pas un crime mais du business, jocrisse!

  12. tankaboum dit :

    Bon ils se battent pour l’eau, nous c’est pour des pots de nutella et du PQ.. Ça donne des perspectives….

  13. Thaurac dit :

    Il faut leur vendre nos surplus de pinard ça les calmera 😉

  14. Philippe dit :

    Réchauffement climatique ou non et comme évoqué dans le premier commentaire les conflits liés à l’eau se multiplient.
    Par ailleurs est-il nécessaire de rappeler la catastrophe écologique de la mer d’Aral jamais corrigée à ce jour ?
    A signaler qu’en France nous avons un hydrogéologue réputé basé en Provence. A partir de cartes géologiques et de photos satellitaires un reportage télévisé l’a montré (accompagné d’une équipe américaine) trouver de l’eau dans une région du Kenya pourtant considérée comme tout à fait inhospitalière.
    C’est vrai qu’il y a, positivement, beaucoup à faire dans ce domaine.

  15. Yallingup dit :

    Et se mettre autour d’une table et discuter, ça ne vient à l’idée de personne ? Non ? On préfère se foutre sur la gueule et penser ne serait-ce qu’un instant qu’on est les plus forts et qu’on va gagner la guerre. C’est dommage que personne ne tienne compte de l’Histoire. Les guerres n’ont laissées que des morts, des estropiés, des émigrés et des ruines et des sentiments de revanche.

  16. Fred dit :

    Le moins qu’on puisse dire, c’est que le découpage de leur frontière est particulièrement tourmenté, comportant même des enclaves. Ce qui n’est pas un signe porteur d’avenir pour la paix des ménages.

  17. basstemp dit :

    Comprenez bien, des pieds de pavot album pour faire de la cassonnade bah ça boit d’l’eau ! : )

  18. Edgar dit :

    Les conflits pour l’eau (ou les pâturages, les routes caravanières, …) ont toujours été monnaie courante en Asie centrale. Pour ce qui est des ressources en eau, la voie de salut – et elle n’a rien de mystérieuse tant les techniques sont au point et couramment utilisées – passe par l’épuration des eaux captées et utilisées par les communautés humaines. Le cas extrême étant la station spatiales internationale, où l’eau est recyclée et réutilisée en circuit fermé. En Europe, où les STEP sont très performantes pour ce qui concerne l’épuration des eaux usées, le nouveau cap à franchir est l’élimination des micro-polluants (résidus de médicaments, produits chimiques divers) dans les eaux traitées. Et la technique est au point, sans dépenses excessives.

    • breguet dit :

      Edgar: »Et la technique est au point, sans dépenses excessives. » vous parlez sans doute de la micro filtration…C’est pas donné mais ça donne de bons résultats…La véritable solution reste quand même la réduction de l’utilisation molécules chimiques de tous genres ( produits chimiques industriels et surtout destinés a l’agriculture…) pour les médicaments c’est plus délicat ( notamment les traitements anti cancéreux)…C’est la législation sur l’épandage des boues de stations d’épuration qui a permis de se rendre compte de cette problématique (analyses poussées des boues avant, pendant et après épandages) . .. par exemple, ces analyses ont mis en lumière les particules chimiques des …produits d’hygiène et de beauté , notamment les déodorants ( alumine)…
      On ne pourra pas avant longtemps se passer de la chimie dans tous les domaines mais un emploi raisonnable et raisonné permettrai de bien limiter les pollutions …notamment aquatiques ( pour revenir au sujet)
      A+

      • Fred dit :

        @ breguet

        Un système assez simple a montré son efficacité, le lagunage. Au bout de six mois, les ultraviolets ont détruit les molécule chimiques complexes, des plantes adaptées ont capté les métaux lourds.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Lagunage

      • Edgar dit :

        @ breguet « …vous parlez sans doute de la micro filtration… » Oui, c’est cela: technique de filtrage par pailles synthétiques. L’eau douce propre, mais encore chargée de micro-polluants (chimiques, mais aussi restes argileux naturels) est pompée dans une rivière, dans un lac, dans un bassin de rétention, passe au travers des pailles, qui retiennent les micro-polluants. Régulièrement, le pompage s’effectue en sens inverse pour débarrasser les pailles des polluants accumulés. Puis le processus recommence. La durée de vie des pailles est conséquente: plus de dix ans. Je suis bien d’accord avec vous sur la nécessaire limitation de l’usage des produits chimiques, dans tous les domaines. Une bonne partie de ces produits n’ont d’ailleurs qu’un intérêt limité (excès d’épandage d’engrais chimiques, de produits phytosanitaires, cosmétiques, déchets industriels mal recyclés, consumérisme…).

  19. HYLE dit :

    Comme pour la pollution, le problème n’est pas l’accès à l’eau, mais la démographie galopante depuis les année 1960 qui passe de moins de 2 millions d’habitants à près de 5,5 millions – et ceux sans compter le million en Russie.

    Le problème de la planète aujourd’hui est la démographie galopante de l’Afrique et de l’Asie. Automatiquement les ressources se divisent et les conflits naissent.

    • Fred dit :

      @ HYLE

      Le problème est réel, mais il n’est pas infini et inéluctable à long terme :
      Le développement entraine une diminution spontanée des naissances.
      Il faut donc aider ce développement, à commencer par la scolarisation, dont – excellente nouvelle – le taux augmente fortement depuis vingt ans.

      • Pravda dit :

        Bref, il faut aider les femmes à s’éduquer et à s’émanciper, soyez clair pour une fois.

      • précision dit :

        Solution un peu douteuse puisque le développement augmente la consommation de ressources (agricoles, minières…) bien plus vite qu’il n’en réduit la consommation.
        Un peu moins vrai pour l’eau, peut être : l’écart en consommation par habitant entre la France et la Chine n’est pas énorme, et il y a un contre-exemple de pays riche qui consomme relativement peu d’eau par habitant (mais même ainsi l’eau y est un des sujets de friction avec ses voisins).

  20. Plusdepognon dit :

    Depuis 1972 et le club de Rome, on aime se réunir sur le sujet:
    https://www.monde-diplomatique.fr/mav/167/DESCAMPS/60401

    https://www.lopinion.fr/edition/international/climat-biden-invite-moscou-pekin-a-participer-a-sommet-240266

    https://www.lopinion.fr/edition/economie/fin-normales-saisonnieres-normales-232475Concernant la répartition des zones de conflits potentiels, il y a des soucis à prendre en compte sur tous les continents:
    https://www.rts.ch/info/monde/11831717-ces-guerres-de-leau-qui-nous-menacent.html

    Dire que ce n’est qu’un des défis de l’humanité au XXIème siècle et loin d’être le plus difficile à résoudre…
    https://espritsurcouf.fr/le-billet_eau-enjeux-strategiques-et-securitaires_par_emmanuel-lenain/

    En Asie, bien sûr :
    https://www.lopinion.fr/edition/international/comment-mekong-devient-source-conflit-entre-chine-etats-unis-223228

    Mais cela est évidemment le cas au Proche-Orient, notamment en Irak:
    https://www.capital.fr/economie-politique/irak-les-fleuves-bientot-a-sec-a-cause-de-liran-et-la-turquie-1378756

    En Afrique, le continent est bien touché par la problématique et cela peut très vite partir en vrille :
    https://www.areion24.news/2020/01/20/diplomaties-du-nil-dans-la-corne-de-lafrique-egypte-ethiopie-soudan/

    D’où l’intérêt marqué des USA :
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210424-les-%C3%A9tats-unis-nomment-un-envoy%C3%A9-sp%C3%A9cial-pour-la-corne-de-l-afrique

    Toute la zone sahélienne est concernée :
    https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/environnement-africain/changement-climatique-le-sahel-bientot-du-manque-d-eau-au-trop-plein_3059231.html

    Le Tchad est un exemple parfait, puisque l’on parle de ce pays en ce moment:
    https://theconversation.com/pourquoi-le-tchad-est-le-pays-le-plus-expose-au-rechauffement-climatique-79257

    https://www.voaafrique.com/a/probl%C3%A8mes-d-insalubrit%C3%A9s-dans-les-march%C3%A9s-au-tchad/5585571.html

    Concernant un des aspects de la crise ukrainienne, il y a aussi la répartition de l’eau :
    https://www.unicef.fr/article/ukraine-l-eau-potable-utilisee-comme-arme-de-guerre

    https://www.lopinion.fr/edition/international/franck-galland-eau-sujet-securite-collective-conseil-securite-241902

    Plus proche de nous, le pourtour méditerranéen va aussi connaître de profonds changements:
    https://www.7sur7.be/ecologie/les-populations-mediterraneennes-sont-en-danger-le-rapport-alarmant~ab93a00f/

    Évidemment les problèmes volent en escadrilles : au problème de l’eau pot1ble se rajoute la famine et les épidémies…
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/en-2019-8-9-de-la-population-mondiale-a-souffert-de-la-faim-20200713

    Surtout si les hommes armés y rajoutent leur grain de sel :
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_entre-erythreens-et-tigreens-d-ethiopie-une-haine-seculaire?id=10751973

  21. Nexterience dit :

    Pour info, la dessalinisation de l’eau de mer est très énergivore, salinise la mer jusqu’à la toxicité ( exp: mer d’Arabie) et acidifie gravement les océans. Un océan plus acide absorbe moins d’immenses quantités de carbone ( transformation des coquillages, etc, en calcaire) et son énorme cycle du carbone se met à ralentir, contribuant à détraquer l’équilibre carbone de l’atmosphère.

    • Pravda dit :

      La plupart des pays nécessitant un recours à la déssalinisation ne manquent pas de soleil et d’espace.

  22. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ Or, pour Bichkek, le secteur de Golovnaïa est « stratégique pour la République kirghize », qui en revendique donc la propriété. Ce que conteste Douchambé, en se basant sur des cartes établies durant la période soviétique.]

    Les deux partis se basent sur des cartes Soviétiques mais pas de la même époque !
    Les experts Tadjiks utilisent les cartes de 1924-1939 comme base, et les experts Kirghizes utilisent les cartes des frontières de 1958-1959. la dispute proviendrait de territoires échangés au cours de la période Soviétique par les autorités locale de part et d’autre et non reconnues par les gouvernements  » centraux  » .

    Source : Kommersant.ru et service Russe de la Bi-Bi-Scie

    ( Comme ça tout le monde prendra cette information à la  » source  » ( SIC ! ) qu’il désire et ne se jettera pas de  » trolls  » à la figure ! Ces derniers en ont d’ailleurs plus que marre de se voir jeter à la figure des uns et des autres …. )

  23. breer dit :

    L’humanité, au vu de sa croissance démographique combinée aux aléas écologiques planétaires divers et au réchauffement climatique n’a pas finie de voir des conflits se profiler…
    Les peuples se massacraient dans le passé alors qu’ils avaient toute la place sur terre et de manière générale des ressources naturelles à disposition. La course incessante à la technologie tant vantée comme un salut hypothétique, ne nous sauvera pas de notre stupidité, de notre imprévoyance et de nos habitudes comportementales figées.