La Cour des comptes veut un bilan d’étape de la Force Barkhane pour « préciser les critères de bonne fin de l’opération »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

83 contributions

  1. NRJ dit :

    « bilan d’étape de l’opération [Barkhane] devrait être fait afin, notamment, de préciser justement les critères d’un terme satisfaisant de l’opération pour la France et ses partenaires. »
    MDR.

    L’opération a été mal conçue. On envoie les soldats devoir garder le plus grand désert mondial, les rendre juge et arbitre des combat interethniques sur lesquels on n’a aucun rôle à jouer. Nos propres alliés nous tirent même dans le dos. Et on n’a aucune armée sérieuse pour nous soutenir (car oui la Minusma, ce n’est pas une force de guerre).

    Les résultats sont catastrophiques. La violence se répand, les Fama sont aussi incompétents qu’en 2013 à tenir le pays (leur courage ne faiblit certes pas mais ça ne les rend pas invulnérable aux balles) et sont notoirement corrompus. Et maintenant on soutient une dictature qui est là pour réprimer une partie de sa population.

    S’il y a une chose a faire, c’est laisser les maliens se débrouiller. Qu’ils se bougent, et au pire, on les soutient avec des grappes de drones. C’est d’ailleurs ce que les américains ont fait en 2014 en Irak et ça a très bien marché.

    • Too dit :

      La violence se répand ?
      Mais bien sur …
      Quand la France est intervenue, les forces armée (pas des sympa malgré les conneries que certains peuvent dire) avaient capturé Konna et Diabaly et étaient à deux doigts de se mettre en ordre de marche sur Bamako.
      .
      J’ai de fort doute sur le fait que la France n’ai pas fait reculer la violence voyez vous…

      • NRJ dit :

        @Toto
        Sauf qu’en janvier 2013, l’armée française n’y étais pas (à part quelques forces spéciales à la rigueur). Il a fallu qu’elle se déploie. Aujourd’hui l’armée française. est coincée dans ce bourbier. Et on contrôle plus rien. C’est une situation d’échec visible et consternant. Serval et Barkhane n’ont servi à rien.

        En quoi était ce notre devoir d’aider la société malienne, corrompue et inefficace, à lutter contre les islamistes ? Y a t’il une seule bonne raison ? Au moins au Vietnam, les américains avaient le but de gagner la guerre froide. Quel but avons nous ?

        • Mat49 dit :

          @ NRJ si Serval et Barkhane n’avaient servi à rien le Mali se serait effondré.

          Nous n’avons pas de devoir à aider la « société » malienne (SAS, SA?), nous sommes là pour tuer nos ennemis qui ont attaqué des alliés que nous nous étions engagé à protéger.

          Ensuite avec seulement 5 000 hommes réussir à faire ce que nous faisons est au contraire remarquable. Je ne vois pas où est l’échec, car avec aussi peu d’hommes nous ne pouvons pas faire plus. Et echec par rapport à quoi? Reprocher une absence de victoire à une force beaucoup trop faible pour l’obtenir est ridicule.

          Les américains n’avaient pas pour but de gagner la guerre froide au vietnam car leur principal adversaire était l’URSS dans la guerre froide. Leur but était d’éviter qu ele nord avale le sud.

          Au Mali nous voulons avant tout éviter la victoire de nos ennemis. Puis éviter les conséquences d’une telle victoire comme l’effondrement de la région.

          Mais si vous êtes d’accord pour offrir à l’ennemi une victoire qu’il ne peut pas obtenir et accepter le flot de réfugiés et la perte des ressources naturelles (comme l’uranium) qui en découlerait dites le.

        • NRJ dit :

          @Mat49
           » si Serval et Barkhane n’avaient servi à rien le Mali se serait effondré. ». Et alors ? Pourquoi devrions nous être la bouée de sauvetage des sociétés corrompues et incapables ? C’est intéressant que vous ayez le même avis que les américains au Vietnam : « le gouvernement sud-vietnamien est inefficace et corrompu, mais on doit me soutenir sinon il s’effondre »

          Vous ne voyez pas où est l’échec ? Ah ben je sais pas. A avoir une armée malienne compétente pour pouvoir tenir le pays sans la France par exemple… Ou réduire la violence dans la région. C’est quelques idées comme ça.

          Sur le Vietnam « Leur but était d’éviter qu ele nord avale le sud. » Le but était que le gouvernement de Saïgon puisse tenir le Sud Vietnam sans l’aide américaine. Il y a la « vietnamisation » du conflit pour ça a partir de 1969 avec la réduction des effectifs américains engagés. Le deuxième objectif était de réduire puis supprimer les attaques contre le sud. Tiens ça ressemble pas à nos objectifs du Mali ? La seule différence notable est que les vietcong étaient soutenus par le Nord Vietnam (donc indirectement par la Chine et URSS) là où les islamistes maliens ne sont pas soutenus par des pays étrangers. Rien de plus rien de moins.

          « Puis éviter les conséquences d’une telle victoire comme l’effondrement de la région. ». Du coup on doit être là-bas si nécessaire ad vitam eternam pour éviter la chute de régimes corrompus pour éviter une théorie des dominos (encore la doctrine à succès des américains Vietnam qu’on applique au Mali) ? Cette théorie ne s’est jamais révélée vraie, petit détail.

          L’uranium est au Niger. Quant au flot de réfugiés, avez vous conscience de l’absurdité de ce que vous dites ? Vous dites qu’il faudrait qu’on accepte leurs migrants pour la simple raison qu’ils sont incompétentes, corrompus et incapables de se remettre en question. C’est bien ça ? A mon avis on devrait pouvoir défendre nos frontières. Ça nous coûterait moins cher que d’envoyer 5000 hommes à 5000 km.
          Quant à l’uranium, il y en a au Niger, pas au Mali. Rien née nous empêcherait de défendre spécifiquement nos approvisionnement. C’est ce que font la plupart des entreprises pétrolières avec succès. Par ailleurs il y a bien d’autres pays qui font l’extraction de l’uranium. Ce n’est ap une ressource rare.

          • Mat49 dit :

            @ NRJ si vous pensez qu’il serait mieux de laisser le Mali s’éffondrer libre à vous. Si vous croyez qu’il y a un nord mali communiste en lutte avec n sud Mali que nous soutenons grand bien vous fasse.

            « A avoir une armée malienne compétente pour pouvoir tenir le pays sans la France par exemple… » Vu la corruption et les finances du Mali plus le smoyens que nous avons sur place ce n’est pas possible en l’état et ce n’est pas ça l’objectif principal.

            Réduire la violence c’est un discours de policier pas de militaire.

            « Du coup on doit être là-bas si nécessaire ad vitam eternam pour éviter la chute de régimes corrompus pour éviter une théorie des dominos » Non pour battre l’insurection rien à voir avec une quelconque théorie et encore moins des dominos.

            L’uranium est au Niger pays frontalier du Mali et les groupes que nous affrontons opèrent dans les deux pays.

            Nous ne devons pas accepter leur migrants mais éviter au maximum qu’il y en ait et défendre nos frontières. Croire que je propose ce que vous me prêtez quand j’écris ce que j’écris est absurde.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            Le Mali s’effondrera tout seul, sauf si on y reste éternellement (ou, pour être politiquement correct, en y restant jusqu’à une horizon imprévisible à l’heure actuelle). Au moins si on quitte, une partie du Mali se retroussera ses manches pour repousser les islamistes.

            « Vu la corruption et les finances du Mali plus les moyens que nous avons sur place ce n’est pas possible en l’état et ce n’est pas ça l’objectif principal. » Ok, je n’avais pas compris cela. Pour vous donc quel est l’objectif de la France au Mali ? Et devons nous accepter de laisser éternellement notre armée là-bas, pour réussir cet objectif ?

            Au fait juste une question : s’il y avait une KOLOSSALE catastrophe à voir les islamistes attaquer Bamako en 2013, pourquoi la France est-elle intervenue seule ? Si ça concerne la sécurité de toute la région, les autres pays devraient se sentir concernés, non ? Pourtant Hollande n’a trouvé personne. J’espère que vous allez me dire autre chose que « ils sont tous stupides mais nous on est très intelligent ».

            « Si vous croyez qu’il y a un nord mali communiste en lutte avec n sud Mali que nous soutenons grand bien vous fasse. ». Je n’ai jamais pensé cela. Je faits juste un parallèle très saisissant avec le Vietnam où la situation était proche et où on a mis vos idées en application. Sans succès bien sûr.

            Pardon mais vous avez sorti un argument sur les migrants. Qu’est-ce que ça peut faire qu’il y en ait ? Ce n’est pas a la France de gérer les migrations en Afrique. C’est fini la colonisation, les pays africains sont responsables, et doivent donc se débrouiller eux-mêmes pour gérer. On n’est plus dans les années 60. Les migrants, c’est un faux argument.

          • Mat49 dit :

            @ NRJ rien n’est inéluctable. Le Mali peut très bien ne pas s’effondrer comme la Mauritanie pourtant très similaire.

            « Pour vous donc quel est l’objectif de la France au Mali ? » Officiellement d’attendre que l’armée Malienne batte l’insurection. En pratique attendre que cette dernière se lasse. D’où le faite qu’il faille sortir de cette situation d’attente pour moi.

            « Vietnam où la situation était proche et où on a mis vos idées en application. Sans succès bien sûr. » La situation était très différente au Vietnam avec le nord vietnam qui appuyait le sinsurgés. De plus les américains n’ont pas suivi le schéma opératif proposé centré sur la logistique des insurgés mais ont cherché à se focaliser sur la seule branche militaire de l’insurection et son soutien externe: le Nord Vietnam.

            Si la situation était similaire au Vietnam, avec 5 000 hommes nous aurions été écrasé depuis bien longtemps donc cette comparaison est loufouque à tout point de vue.

            « s’il y avait une KOLOSSALE catastrophe à voir les islamistes attaquer Bamako en 2013, pourquoi la France est-elle intervenue seule ? » Le fait que nous intervenons avec plusieurs autre pays Africain ne vous a pas éfleuré un instant visiblement. Les Tchadiens notamment, donc ce que vous dites n’a aucun rapport avec ce qui s’est passé.

            « C’est fini la colonisation, les pays africains sont responsables, et doivent donc se débrouiller eux-mêmes pour gérer. On n’est plus dans les années 60. Les migrants, c’est un faux argument. » Le Mali n’y arrive pas et ne peut pas y arriver vu ses rentrées fiscales, pareil pour le Niger ou le Burkina Faso. Il vaut mieux traiter le soucis des migrants à la racine.

            « Et devons nous accepter de laisser éternellement notre armée là-bas, pour réussir cet objectif ? » Non d’où ce que je propose. Ce que vous proposez, à savoir le statu quo va nous amener à rester indéfiniment.

      • Contractor dit :

        Les zones contrôlées par les radicaux sont plus importantes qu’en 2012, c’est un critère à prendre en compte pour évaluer de l’efficacité d’une mission, quelle qu’elle soit. Là où vous avez raison, c’est que la violence décroit dans les zones contrôlées par les radicaux ou périphériques.
        En 2020, les FAMa ont fait plus de pertes dans les populations civiles que les radicaux et les conflits intercommunautaires.
        Donc, soit il faut revoir (ou plutôt voir, car il n’existe pas) le End State de Barkhane soit il faut se retirer. Car la voie actuelle ne mène nulle part, et cela est visible sur le terrain (la région de Sikasso commence à être sérieusement impactée).

    • Plusdepognon dit :

      @ NRJ
      Que le drone ait bien amélioré les bilans de l’armée française au Sahel c’est sûr, au point que certains en ont pris ombrage…
      OK.

      Mais de là à dire que c’est un succès, le drone n’est pas la panacée (courtes pattes, victimes civiles,…), en Irak ou ailleurs :
      http://www.opex360.com/2021/04/08/les-etats-unis-vont-retirer-leurs-forces-combattantes-dirak-et-se-concentrer-sur-la-formation-des-troupes-irakiennes/

      En Somalie, la guerre par drones ressemble à la forme moderne de la guerre en dentelle :
      https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/03/25/la-guerre-massive-des-etats-unis-en-somalie_5441099_3212.html

      C’est aussi un des ressorts du recrutement ennemi, qui fustige la lâcheté des occidentaux avec cette arme :
      https://www.lefigaro.fr/international/afghanistan-papers-ce-que-revelent-les-documents-obtenus-par-le-washington-post-20191209

      En plus d’une dépendance aux moyens américains, nous en copions les modes opératoires… avec du matériel US :
      https://www.lalettrea.fr/entreprises_defense-et-aeronautique/2021/03/08/sahel–une-guerre-francaise-gagnee-par-des-armes-americaines,109648538-ar1

      http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200524-pas-darm%C3%A9es-drones

      Certains ont pendant des années bien travaillé pour leurs paroisses, au détriment des armées françaises, ayant peur que les drones vient rogner leurs budgets et commandes de matériels :
      https://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-la-france-a-rate-le-virage-des-drones-militaires.N933664

      https://www.air-cosmos.com/article/dfense-premier-vol-du-reaper-block-5-niamey-24605

      Au point d’être pieds et poings liés avec General Atomics aujourd’hui :
      https://www.challenges.fr/economie/drones-un-oeil-americain-dans-l-armee-de-l-air-francaise-la-france-dependante_760884

      Comme on l’avait aperçu récemment l’opération Éclipse:
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/03/06/africom-21934.html

      Il n’y a pas que les militaires, mais aussi la CIA qui s’occupent d’immobilier à voir les diverses constructions neuves américaines en Afrique :
      https://www.nytimes.com/2021/03/08/us/politics/cia-drones-sahara-niger-libya.html

      Des débats qui ont eu lieu aussi en France, lors des derniers échanges d’amabilités sur Bounti :
      https://mobile.twitter.com/evil_SDOC/status/1384518659478065152

    • ji_louis dit :

      En Irak (et en Syrie), c’est l’Iran qui a pris la main avec ses milices chiites arabes et afghanes, qui a conquis et tient le terrain, et permet aux américain de partir voir ailleurs si ils y sont. Les frappes de drones ne suffisent pas, comme on peut le voir en Somalie: Il faut tenir le terrain par une permanence terrestre pour contrôler et la population et le terrain.

      Notre problème est qu’on ne tient pas le terrain puisque c’est le rôle de l’état malien avec son armée et son administration (si on le faisait à sa place, on pourrait justement nous taxer de recoloniser le pays). Mais les gouvernements maliens n’organisent pas l’administration des territoires contestés (les fonctionnaires ont fui, l’armée n’est que de passage, commet parfois des exactions sur la population locale et est de moins en moins tolérée par elle (bref, l’armée malienne se comporte comme une armée d’occupation en territoire étranger).
      Ça plus la corruption, vous la sentez la décomposition?

      • NRJ dit :

        @ji_louis
        Je rejoins complètement ce que vous dites au deuxième paragraphe. Je défendrais simplement l’armée malienne en rappelant que lorsqu’ils vont au nord, ils sont une armée d’occupation en territoire étranger. Les conflits interethniques sont la plaie de ces pays, tant en Irak qu’au Mali.

        Par rapport à votre premier paragraphe, quelle est la conclusion ? Les maliens sont des mauvais et on doit les défendre à leur place ? Faut qu’on envoie nos soldats mourir parce que les leurs ne sont pas motivés ?

        Après je pense qu’il faut faire des frappes de drones mais en armant et entraînant les armées maliennes, à la manière de ce qui a été fait en Irak. Et tel que je le vois, il faut mettre en place une ethnie pour écraser les autres. Toute ethnie qui soutiendrait activement ou même passivement (même pour de bonne raison, celle-ci étant par exemple le fait qu’elle est réprimée par l’ethnie au pouvoir) les islamistes doit être écrasée. Si on n’est pas prêt à faire cela, on ne pourra pas gagner, même en mettant les soldats sur le terrain.

        • ji_louis dit :

          Que faire ?
          – bancariser les soldats et sous-officiers, cela diminuera la corruption et rendra plus attrayant le poste.
          – regrouper les militaires formés par l’ONU ou la France en des unités constituées au lieu de les saupoudrer un peu partout, ce qui permettrait de capitaliser sur les bénéfices des formations.
          – admettre que les territoires du nord du Mali pourraient avoir une autonomie administrative, et la mettre en place avec des groupes pro-Bamako. Cela réduirait les tensions, permettrait au commerce trans-désertique de s’étoffer, mais Bamako n’est pas prêt.
          – en poussant la logique, fédéraliser le pays, mais Bamako n’en veut absolument pas (ni le personnel politique du Sud du pays, ni les citoyens du Sud du pays).
          Le pays peut vivre longtemps avec un « pays utile » (le Sud) en paix, un centre troublé (c’est peu de le dire) et un Nord quasi perdu. Et nous, on essuie les plâtres.

          • NRJ dit :

            @ji_louis
            Qu’appelez vous « bancariser les soldats et sous-officiers ». Faudrait que la France paye la solde des soldats maliens ?

            « admettre que les territoires du nord du Mali pourraient avoir une autonomie administrative, et la mettre en place avec des groupes pro-Bamako. Cela réduirait les tensions, permettrait au commerce trans-désertique de s’étoffer, mais Bamako n’est pas prêt. ». Dites-moi, vous proposez de faire les colonisateurs au Mali en leur imposant un nouveau système politique ? Juste une chose: on n’est pas en mesure de faire ça, car le gouvernement malien est souverain. Soit par bonne volonté, il accepte de renoncer la fédéralisation du pays, soit il refuse dans son bon droit. Si vous voulez l’imposer il faut envahir le pays, tout bêtement (et là c’est autre chose). Donc ce que vous proposez est intéressant, et je pense que ce serait une partie de la solution. Mais c’est juste inapplicable. Faut trouver autre chose.

            Par ailleurs, je vous rappelle qu’en 2013, le nord était perdu, et les islamistes descendaient vers le sud. Donc on trouve la même situation que vous souhaitez. Si on perd complètement le nord, on perd également le sud. Ca impose donc de rester sur place quoi qu’il arrive, or c’est justement ce qu’on voudrait éviter, car notre but est de repartir du Mali.

      • Parigot dit :

        @ ji_louis
        Exact, l’exemple de l’Irak est bigremment mal choisi:
        https://www.chroniquesdugrandjeu.com/2020/11/des-elections-et-des-bases.html

    • Clavier dit :

      A vu de vos précédents commentaires on ne peut pas dire que vous êtes un expert…..néanmoins il est évident que nous nous enlisons dans cette lutte « en Afrique, loin du pays » contre le djihadisme …

      • NRJ dit :

        @Clavier
        Faut-il être un expert pour s’apercevoir que le Mali est corrompu ? Allez voir l’avis des représentants d’industrie européens Faut il également des connaissances pointues sur le sujet pour s’apercevoir qu el’armée française est détestée et que la situation se dégrade ?

    • Mat49 dit :

      @ NRJ je suis d’accord que la Minusma est au mieux une force de sécurité.

      Par contre sur les résultats c’est le verre à moitié vide ou a moitié plein. Nous déployons trop peu d’hommes pour pouvoir battre l’insurection mais malgré ça l’ennemi ne nous bat pas et il ne parvient pas à établir de zone de contrôle durable.

      Laisser les Maliens se débrouiller est un voeux pieux car ils ont montré qu’ils n’y arrivaient pas.

      Les américains ont complètement remis sous tutelle l’armée Irakienne en 2014 après son délitement face à l’EI en faisant bien plus que le soutiens aérien. Ce qu’ils ont fait est plus proche de Takuba.

      • NRJ dit :

        @Mat49
        Je répondrai à votre commentaire précédent : « @ NRJ comme expliqué dix fois la stratégie que je propose est la même que celle adoptée par les armées régulières qui ont battu une insurection. »
        C’est quoi cette stratégie ? Vouloir appliquer les méthodes utilisées contre le Che dans la jungle bolivienne peuvent être difficilement appliquées. Aucun conflit n’est pareil.
        Après je vais aller dans votre sens pour montrer l’échec de votre raisonnement: vous m’avez parlé de la « victoire » américaine en Irak (je laisserai chacun juger… surtout après 2014). Pourtant, avec la même méthode, les américains ont perdu en Afghanistan.

        • Mat49 dit :

          @ NRJ c’est la stratégie déjà expliquée exemple irakien de 2007 et Tchétchène de 1999 à 2009 à l’appuie. Les réguliers sous le nombre forcent les insurgés à accepter de combattre ou à voir leurs réseaux logistiques clandestins démantelés peu à peu ce qui leur serait fatale. Si les réguliers sont suffisament nombreux pour tenir un minimum le terrain et sont supérieurs tactiquement les insurgés encaissent de plus en plus de pertes qu’ils ne peuvent compenser. Ils peuvent alors de moins en moins agir et sont manifestement sur le reculoir. De ce fait la population, élément centrale dans une guerre insurectionnelle, estime peu à peu que les réguliers vont l’emporter et que ce n’est pas la peine de continuer à soutenir une insurection mal en point.

          La branche terroriste des insurgés peut perdurer mais si elle reste seule ce n’est plus qu’une question sécuritaire.

          Toute guerre est évidement différente mais toute guerre insurectionnelle reste une guerre insurectionnelle. Le caméléon change de couleur mais cela reste un caméléon.

          En 2007 victoire des Américains et de leurs alliés Irakiens contre Al Quaeda et l’armée du Madhi. En 2018 victoire contre l’EI en Irak mais c’était loin du contre insurectionel pure donc sans rapport avec le type de guerre dont je parle.

          Aucun rapport non plus avec le Che en Bolivie qui voulait créer un foyer révolutionnaire (foco en espagnol) et non une insurection. Les Boliviens n’ont donc pas vraiment eu à faire de contre insurection mais à tuer le foyer dans l’oeuf.

          Les américains n’ont pas pu appliquer ce que je décris au début en Afghanistan car le terrain et le volume d’insurgé aurait nécessité d’avoir un nombre d’hommes trop élevé.

          Là au Mali avec un adversaire qui n’arrive même pas à battre la petite brigade française déployée cela vaut le coup de tenter et non d’attendre comme nous le faisons. Car si notre micro force arrive à tenir la baraque il y a tout lieu de penser qu’une force sérieuse de 25 à 30 000 hommes aurait sa chance. Et pourrait donc partir plus vite en ne laissant que le dispositif Sabre en place.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            Alors là je vous arrête tout de suite : pour battre l’insurrection, les russes ne se sont pas contentés d’envoyer plus hommes faire des tours de terrain en Tchétchénie. S’ils s’étaient limité à cela, ça aurait donné l’Irak ou l’Afghanistan. C’est comme si je disais « les Coréens ont arrêté de se faire la bise le matin et ça leur a permis d’en finir rapidement avec le Coronavirus ». C’est tout aussi vrai et mensonger (c’est surtout la mise en place précoce des masques et distanciations sociales, ainsi que la détection massive des chaînes de contaminations qui les a rendu particulièrement résilient. Ils n’ont pas eu de confinement).

            Les populations irakiennes et afghanes sont à peu près aussi nombreuses l’une que l’autre malheureusement. Faut arrêter d’être obsédé par le nombre. Pourtant en Irak vous dites qu’ils auraient gagné… Alors qu’ils étaient moins nombreux qu’en Afghanistan (et oui à partir de 2010-2011, les américains sont sortis d’Irak pour se concentrer sur l’Afghanistan alors que jusque là ils étaient écartelé entre les deux théâtres d’opérations). Ça ne vous étonne pas ?

            Après prendre en modèle l’intervention américaine en Irak me semble être assez absurde. Je vous rappelle quand même que 3 après leur départ, l’armée irakienne s’est faite exploser par Daech et qu’ils ont dû renvoyer des forces. C’est ça votre modèle d’intervention ?

            Envoyer plus d’hommes car pour la raison « oh ben j’ai vu quelque part que ça avait marché » et penser que ça donne « plus de chance de gagner » est absurde. On ne joue pas aux dés là.

            Si le dispositif Sabre n’a pas suffi, c’est qu’il y a une raison. Et penser que le fait de tuer quelques islamistes de plus que la normale pendant quelques mois suffir à eradiquer la menace n’est pas sérieux. Encore une fois envoyer plus d’hommes n’est pas une stratégie en soit. Ou plutôt si, c’est la stratégie de la fuite en avant, comme les américains au Vietnam.

          • Mat49 dit :

            @ NRJ je vous arrêtes tout de suite je ne propose pas « d’envoyer plus hommes faire des tours de terrain en Tchétchénie ». J’ai décris ce qu’il devait faire plus haut et cela implique d’infliger de plus en plus de pertes à l’insurection. Tuer ne veut pas dire se toucher en français.

            En Irak les américains, comme en Afgha n’ont pas fait des tours de terrains. Dire qu’il l’ont fait est grotesque quand on s’interesse à ce qui s’est passé.

            Le nombre n’est ici qu’un outil au service des réguliers. Il n’est efficace que si relativement aux insurgés les réguliers arrivent à être qualitativement et quantitativement trop supérieure à l’insurection pour que celle-ci résiste. Cela ne peut pas fonctionner si l’insurection est trop forte.

            En 2011 le retrait américains suis une victoire contre Al Quaeda. Rien d’étonnant à ce qu’ils partent. En Afgha la situation était différente.

            Il est absurde de croire que je prend pour modèle la guerre d’Irak dans son ensemble quand on lis ce que j’écris. Je prend comme exemple ce qui s’est fait de 2006 à 2009.

            L’EI bat en 2014 l’armée Irakienne en l’absence des américains donc aucun rapport avec les américains qui sont partis en 2011.

            « Envoyer plus d’hommes car pour la raison « oh ben j’ai vu quelque part que ça avait marché » et penser que ça donne « plus de chance de gagner » est absurde. On ne joue pas aux dés là. » Il est absurde de croire qu’il s’agit de jouer au dé. C’est au contraire calculé en fonction des faibles capacités de l’adversaire.

            Si la situation au Mali était comparable à l’Afgha, à l’Irak ou au Vietnam et que nous avions déployé 5 000 hommes nous aurions déjà été écrasé depuis longtemps. Là c’est très loins d’être le cas.

            « Les populations irakiennes et afghanes sont à peu près aussi nombreuses l’une que l’autre malheureusement.  » Et alors? ce qui compte c’est le terrain et la force des insurections qui y opéraient relativement à ceux qui les combattent.

            Je ne propose pas de mettre plus que la micro force Barkhane sur place parce que c’est une fin en soit mais parce qu’avec l’adversaire que nous avons en face cela pourrait fonctionner. En revanche ce que nous faisons, c’est à dire être quasi absent ne fonctionne pas. Et je ne propose pas de déployer beaucoup d’hommes, à peine 25 à 30 000.

            « Si le dispositif Sabre n’a pas suffi, c’est qu’il y a une raison. » Oui la monté en puissance de l’insurection mais si elle était ravalée à une menace de niveau sécuritaire Sabre serait un simple observateur.

            « Et penser que le fait de tuer quelques islamistes de plus que la normale pendant quelques mois suffir à eradiquer la menace n’est pas sérieux. » Oui d’où le fait que je ne propose pas de se limiter à ça. Mais comme expliquer de surtout sapper la logistiques et le recrutement des insurgés en démantelant les réseaux clandestins et les caches d’armes.

            « Encore une fois envoyer plus d’hommes n’est pas une stratégie en soit. » Tout à fait d’accord, la stratégie que je décris vise à étouffer l’insurection car elle est étouffable. Si avec pas grand chose nous tenons la baraque, avec quelque chose nous pourrions bien la casser. En tout cas cela vaut le coup de tenter.

            Le statu quo que vous proposez ne nous mène à rien. Ah oui pardon vous êtes contre le statu quo mais aussi contre le fait qu’on soit contre.

          • NRJ dit :

            @Mat49
            « Tuer ne veut pas dire se toucher en français. ». Que croyez vous que font réellement les soldats français ? Ils font des tours dans le désert pour tenter d’attraper les véhicules islamistes qui vont vers le sud lorsque le renseignement les repère (mais sur 3.5 millions de km², c’est surtout une question de chance). Et ils font des balades dans certains villages pour faire des fouilles quand le renseignement les repère.

            Si on met 25 000 hommes pour faire ça, qu’est-ce que ça change ? On fera plus de fouilles et on arrêtera plus de déplacements islamistes vers le sud, so what ? Ca va mener les islamistes à déposer les armes ?
            Le pire est que vous l’avez compris : vous avez dit qu’on avait une plus de « chance » de gagner. Or on ne joue pas aux dés….
            Ce n’est pas ce qu’ont fait les russes en Tchétchénie.

            Si jamais la pression de nos forces est trop forte, les gars vont se cacher et attendre qu’on se barre. Et on l’aura étouffé ?

            « Et alors? ce qui compte c’est le terrain et la force des insurections qui y opéraient relativement à ceux qui les combattent. » Oui. Et et c’était très différent en Irak et en Afghanistan ? (au fait en Irak c’était de la zone urbaine, donc un peu plus propice à la guérilla que l’Afghanistan. Mais bon , on n’est pas d’accord sur le succès de la contre-guérilla en Irak).

            « Et je ne propose pas de déployer beaucoup d’hommes, à peine 25 à 30 000. ». Ben oui, 60 000 hommes à entraîner, armer, et héberger et convoyer là-bas c’est tranquille (car oui, les séjour c’est 6 mois par an au maximum). Et pourquoi le fait d’envoyer 25000 hommes pourrait fonctionner alors que ça ne marche pas avec 5000 ? Là faut expliquer. Pourquoi avoir 5 fois le nombre d’adversaire et pas 4 ou 10 ? La seule raison que vous avez donné, c’était en regardant la Tchétchénie qui n’a rien à voir (les russes ont eu d’autres méthodes…) et le « succès » irakien (qui a mené à une déroute face à l’EI 3 ans après le départ américain .Je précise au cas où).

          • Mat49 dit :

            @ NRJ « Que croyez vous que font réellement les soldats français ? Ils font des tours dans le désert pour tenter d’attraper les véhicules islamistes qui vont vers le sud lorsque le renseignement les repère (mais sur 3.5 millions de km², c’est surtout une question de chance). Et ils font des balades dans certains villages pour faire des fouilles quand le renseignement les repère. » Bon sang mais c’est bien sûr! C’est pour ça qu’on en tue autant. Blague à part quand bien même ce serait vrai ce n’est encore une fois aps ce que je propose.

            « Ce n’est pas ce qu’ont fait les russes en Tchétchénie. » je propose justement de faire peu ou prou ce qu’on fait les Russes, les exactions en moins.

            « Si jamais la pression de nos forces est trop forte, les gars vont se cacher et attendre qu’on se barre. Et on l’aura étouffé ? » S’ils se planquent mais qu’ils y laissent leur logistique ce sera beuacoup plus dure pour eux de remonter vite une inusrection quand nous serons partis.

            « Oui. Et et c’était très différent en Irak et en Afghanistan ? » Les talibans ont l’avantage d’un terrain montagneux et d’une opulation rurale. Ils sont prportionellement beaucoup plus fort qu’ Al Quaeda en irak en 2007 relativement à leur adversaire.

            « Et pourquoi le fait d’envoyer 25000 hommes pourrait fonctionner alors que ça ne marche pas avec 5000 ? » Parce qu’avec 5 000 nous nous tenons la baraque, donc a fortiori avec 25 000 nous pourrions faire bien mieux. 5 000 hommes face à l’adversaire que nous avons ne peuvent pas faire plus, il est illusoire d’espérer quoi que ce soit avec aussi peu de troupes face à 5 à 6 000 insurgés.

            « Pourquoi avoir 5 fois le nombre d’adversaire et pas 4 ou 10 ? » Parce que je ne pense pas que nous pourrions faire plus que ça. Dans l’idéal si nous pouvions déployer 50 000 hommes ce serait mieux mais budgétairement ce n’est pas jouable. Cumuler à la Minusma, aux Tchadiens et aux FAMA les 25 000 hommes seraient dans une bien meilleure situation. Nous pourrions avoir beaucoup plus d’hommes pour donner une aide aux FAMA en s »hybridant avec eux et donc démultiplier leur efficacité.

            « La seule raison que vous avez donné, c’était en regardant la Tchétchénie qui n’a rien à voir (les russes ont eu d’autres méthodes…) et le « succès » irakien (qui a mené à une déroute face à l’EI 3 ans après le départ américain . Je précise au cas où). » Les exactions des russes ne disent rien de leur plan opératif qui a été victorieux. En 2007 victoire des américains avec un plan similaire, puis retrait en 2011 donc c’est la faute d’Al Maliki et pas des américians si l’EI émerge en 2014.

            Mais si vous pensez que rester indéfiniment au Mali est une bonne solution vous avez le droit.

          • Mat49 dit :

            @ NRJ au final vous convenez que la stratégie actuelle ne donne pas de résultats avec les moyens déployés car ils sont beaucoup trop faibles pour la mener. Nos effectifs pour un terrain vaste et peuplé est ridiculement petit pour de la contre insurection face à 5 à 6 000 hommes.

            Mais pour vous c’est une raison valable pour… ne rien changer.

          • NRJ dit :

            Mat49 25 avril 2021 à 14:54
            @ NRJNos effectifs pour un terrain vaste et peuplé est ridiculement petit pour de la contre insurection face à 5 à 6 000 hommes.

            Mais pour vous c’est une raison valable pour… ne rien changer.

            @Mat49
            « C’est pour ça qu’on en tue autant. ». Ben on a un renseignement efficace. En parallèle, je vous rappelle quand même que nos ennemis arrivent à mener des attaques d’envergure. Qu’est-ce que vous feriez ? Ils ont pas de baguette magique nos militaires. Faut pas connaître des militaires pour s’en rendre compte, regardez la TV.

            « je propose justement de faire peu ou prou ce qu’on fait les Russes, les exactions en moins. ». Ah ben sans les exactions, on n’ira pas très loin. Si les russes ont réussi à arrêter la rébellion tchétchène, c’est notamment en rasant des villes et en pratiquant la terreur. Ils ont donc joué sur la fatigue de la population (même la guerre finit par lasser les hommes), qui au bout de 10 ans de conflits et de villes entières à reconstruire, a préféré la paix. Pensez vous qu’on pourrait faire la même chose au Mali ? Vous venez vous même de dire qu’il ne fallait pas faire d’exactions.
            Il y a une deuxième chose : Poutine a mis en place un régime dur, mais efficace en choisissant Kadyrov. Mais la France, elle, ne peut pas choisir au Mali. C’est un pays souverain, là encore. On n’a pas la main sur ceux qui sont au pouvoir et ce qui n’y sont pas. Donc appliquer ce que les russes ont fait en Tchétchénie, c’est intelligent mais irréaliste, tant pour des raisons d’opinion publique que de possibilité de choix du gouvernement en place.

             » S’ils se planquent mais qu’ils y laissent leur logistique ce sera beuacoup plus dure pour eux de remonter vite une inusrection quand nous serons partis ». Là-bas, la logistique c’est des pickups. Et oui, pendant quelques mois ils se tiendront tranquille. Et puis on retrouvera de nouveau la même situation.

            « Ils sont prportionellement beaucoup plus fort qu’ Al Quaeda en irak en 2007 relativement à leur adversaire. ». Qu’est-ce qui vous faire dire cela ? Les USA ne combattaient pas seulement Al-Qaïda en Irak, au fait. Mais également des pans entiers de la population (les sunnites en particulier, qui étaient les grands perdants).

            « pourrions faire plus que ça. Dans l’idéal si nous pouvions déployer 50 000 hommes ce serait mieux mais budgétairement ce n’est pas jouable ». Ah oui, en fait votre point de vu, c’est de dire qu’on envoie un maximum de monde et là ça marchera. Idéalement il faudrait envoyer un million de soldats,c’est bien ça ?
            On n’a pas les moyens sinon, pour 30 000 hommes. Ça voudrait dire qu’il faudrait 60 000 hommes projetables, là où on est à 15 000 actuellement (ce qui fait de l’armée française l’une des premières au monde). Donc budgétairement, la limite est déjà atteinte.

            « Nous pourrions avoir beaucoup plus d’hommes pour donner une aide aux FAMA en s »hybridant avec eux et donc démultiplier leur efficacité. ». C’est ce que les américains ont fait en Afghanistan. Beau succès…
            Le fait d’hybrider est une bonne idée. Mais une armée corrompue et inefficace, ce n’est pas en l’entraînant mieux qu’on en fait une armée efficace. Le postulat de base est faux. Hybrider revient à poser un pansement sur la gangrène. Ça ne règle en rien l’inefficacité.

             » En 2007 victoire des américains avec un plan similaire, puis retrait en 2011 donc c’est la faute d’Al Maliki et pas des américians si l’EI émerge en 2014. ». L’Irak était un pays stable, et relativement laïque jusqu’en 2003. Les américains sont venus et en 2011, ils ont laissé un pays corrompu, instable (ce que l’EI a dévoilé) et oppressant sa population (raison du succès de l’EI dans le nord sunnite de l’Irak). Effectivement c’est un beau succès.

            « Mais si vous pensez que rester indéfiniment au Mali est une bonne solution vous avez le droit. ». Non ce n’est pas mon idée. Je suis de l’idée inverse justement.

             » au final vous convenez que la stratégie actuelle ne donne pas de résultats avec les moyens déployés car ils sont beaucoup trop faibles pour la mener. « . Non. Les effectifs n’ont rien à voir là-dedans. Vois pourriez mettre 3 millions de soldats français, ça ne changerait rien. La stratégie est mauvaise. Il faut, à mon avis, responsabiliser l’armée malienne. Intervenir comme l’ont fait les américains en Afghanistan et en Irak était une bêtise absolue. Si on veut sortir dignement de ce bourbier, soit il faut faire comme les russes en Tchétchénie (avec les exactions). Après ce n’est pas réalisable, car l’opinion publique n’acceptera pas et les maliens n’accepteront pas si on fomente un putsch. Soit on les laisse se débrouiller et on fait au pire du soutien (équipement, soutien aérien, entraînement) aux ethnies locales qui sont les plus sérieuses. C’est ce qu’ont fait les américains en Irak en 2014 et ça a très bien marché (ce fut un succès pour le coup) : d’une armée incompétente, corrompue, et incapable, l’armée irakienne a évolué vers une force efficace et capable de détruire l’EI.

          • Mat49 dit :

            @ NRJ « Ils ont pas de baguette magique nos militaires. » Non mais ce qu enous faisons ne donne pas suffisament de résultats.

            « Ah ben sans les exactions, on n’ira pas très loin. » Les exactions ne faisaient pas partie du plan d’opération. Qu’il y en ait ou qu’il n’y en ait pas c’est juste une question de propagande. Croire que violer ou piller va aider à gagner est ridicule. Les Russes ont gagné en empêchant l’insurection de combler ses pertes faute d’avoir des reseaux logistiques et de recrutement. Ils ont fini par limiter drastiquement les exactions gratuites au fire et à mesure d ela campagne d’ailleurs. Donc ce qu evous dites relève du fantasme.

            « Pensez vous qu’on pourrait faire la même chose au Mali ? » La population est très largement rurale.

            « On n’a pas la main sur ceux qui sont au pouvoir et ce qui n’y sont pas.  » Le pouvoir en place nous convient très bien.

            « Là-bas, la logistique c’est des pickups. » La logisitque d’une insurection ce sont des caches d’armes, des zones d’entrainement, des réseaux de renseignement et de recrutement. Le Viet Minh a mené son insurection sans une goutte d’essence ou presque. Donc cela n’a rien à voir avec la réalité.

            Si on ne laisse aux insurgés que des véhicules ile ne pourront pas en faire grand chose sauf des attentats mais c’est un problème sécuritaire.

            « Qu’est-ce qui vous faire dire cela ? » Plus de combattants, plus expérimenté, maîtrisant la guerilla dans le terrain où ils opèrent. Le résultat parle pour eux d’ailleurs.

            « Les USA ne combattaient pas seulement Al-Qaïda en Irak, au fait. Mais également des pans entiers de la population (les sunnites en particulier, qui étaient les grands perdants). » Oui mais d’où ce que je propose et qui a fonctionné en Irak en 2007.

            « Ah oui, en fait votre point de vu, c’est de dire qu’on envoie un maximum de monde et là ça marchera. Idéalement il faudrait envoyer un million de soldats,c’est bien ça ? » Comme explqiué absolument pas. Avoir une force conséquente est juste ne condition préalable mais si cette force refait ce que les américains ont fait au Vietnam et non en Irak en 2007 nous pouvons avoir autant de soldat qu’on veut cela ne servirait à rien.

            Mais avoir quasiment aucun soldat sur place comme actuellement ne sert à rien non plus sur le long terme. Même si à court terme avec très peu de moyen nos soldats tiennent la baraque et bravo à eux pour cela.

            « On n’a pas les moyens sinon, pour 30 000 hommes. Ça voudrait dire qu’il faudrait 60 000 hommes projetables, là où on est à 15 000 actuellement (ce qui fait de l’armée française l’une des premières au monde).  » Comme déjà expliqué archi faux. Et vous l’aviez VOUS MEME ADMIS ici: http://www.opex360.com/2021/04/16/la-marine-prend-possession-de-sa-premiere-fregate-multimissions-a-capacite-de-defense-aerienne-renforcee/)

            15 000 hommes déployable c’est air marine et armée de terre inclus au bout de plusieurs mois d’aide américiane pour nous déployer. Ensuite dans l’armée de terre il y a autour de 80 000 hommes déployables. Donc en augmentant uniquement les moyens de projection de l’armée de l’air nous pourrions faire ce que je propose sans augmenter la taille de l’armée de terre. Même si à l’évidence 15 à 20 000 hommes donnerait un peu de marge.

            Donc vous le voyez bien je ne propose pas d’avoir l’armée américaine ou de retrouver des effectifs digne de la guerre froide.

            « C’est ce que les américains ont fait en Afghanistan. Beau succès… » comme explqué les Talibans étaient trop fort. Ensuite cela fonctionne au Mali quand nous le faisons et les américians n’ont jamais brillé dans ce type de mission.

            « L’Irak était un pays stable, et relativement laïque jusqu’en 2003. » L’irak était en proie à une insurection Kurde et n’était pas laïque. Les américians ont pu partir sur un succès en 2011. i Al Maliki oppresse le sunnites derrière ils ne sont pas coupables et cela n’enlève rien à leur victoire contre Al Quaeda.

            « Non. Les effectifs n’ont rien à voir là-dedans.  » Donc nous pourrions avoir cinquante hommes que ce ne serait pas un problème pour vous. C’est très naïf et ridicule quand on songe à la réalité.

            « Vois pourriez mettre 3 millions de soldats français, ça ne changerait rien. » Même en s’y prenant comme des manches 3 millions changerait inmanquablement la donne. Mais cette vue de l’esprit n’est pas ce dont je parle, le nombre n’est qu’un moyen et il ne suffit pas en soit si le schéma opératif et la tactique pêchent mais ces derniers ne peuvent jouer qu’ave cle nombre.

            « La stratégie est mauvaise. » Vous convenez bien qu’il faut en changer.

            « Il faut, à mon avis, responsabiliser l’armée malienne. » Ce que VOUS proposez c’est donc bien la stratégie ACTUELLE qui cherche depuis 8 ans à se reposer entierement sur les Maliens. Et cela ne fonctionne pas d’où le fait qu’on ne puisse pas partir. L’armée Malienne n’existe pas véritablement sur le plan opérationnel. Elle n’est pas capable de savoir si elle paye ses soldats en temps et en heure et combien ils sont vraiment. Ensuite elle compterait autour de 16 000 hommes, bien trop peu.

            « C’est ce qu’ont fait les américains en Irak en 2014 et ça a très bien marché » Faux ils ont annoncé eux même le déploiement de troupes pour soutenir les Irakiens de A à Z et leur fournir une colonne vertébrale. Ensuite cet exemple est comlètement hors sujet comme évoqué car l’EI avait atteint un niveau conventionnel après 2014. Donc je ne parle pas du même type de guerre.

            Rien ne nous empêche donc de tenter de reproduire les schéma opératifs victorieux des Russes en tchétchénie (le exactions relèvent de la discipline de la troupe et ne sont d’aucune aide) ou des américains en Irak en 2007.

            Ce serait beaucoup plus fructueux que la stratégie que vous proposez qui n’est ni plus ni moins que ce que nous faisons sans succès depuis huit ans. Ce que vous proposez est donc bien le meilleur moyen de rester.

          • Mat49 dit :

            Même si à l’évidence 15 à 20 000 hommes donnerait un peu de marge. Lire 15 à 20 000 de plus déployables.

      • NRJ dit :

        @Mat49
        « Nous déployons trop peu d’hommes pour pouvoir battre l’insurection mais malgré ça l’ennemi ne nous bat pas et il ne parvient pas à établir de zone de contrôle durable. ». Ben encore heureux. On a 5000 hommes déployés une dizaine d’avions et hélicoptères. Plus d’hommes, plus de bombes et on battra l’insurrection. La même doctrine que les USA au Vietnam. On a vu le résultat.

        « Laisser les Maliens se débrouiller est un voeux pieux car ils ont montré qu’ils n’y arrivaient pas. ». Et alors, qu’est-ce qu’on en a à faire qu’ils n’y arrivent pas? C’est fini la colonisation, on n’est plus dans les années 60. L’armée française n’est pas là pour être le radeau de la méduse pour tous les pays du monde à la dérive. Allez vous faire tuer pour ces pays si vous le désirez, mais n’appelez pas à envoyer l’armée française pour cela.

        « Les américains ont complètement remis sous tutelle l’armée Irakienne en 2014 après son délitement face à l’EI en faisant bien plus que le soutiens aérien. ». Ne dites pas des betises. La doctrine, c’était « no boots on the ground ». Donc du soutien aérien, de l’entraînement et armement, et à la limite quelques forces spéciales sur place pour guider les frappes des avions. Ça c’était intelligent. Il fallait laisser les irakiens se débrouiller eux-mêmes pour qu’ils trouvent en eux les moyens de vaincre, donc en aucun cas se substituer à eux. Sinon l’armée irakienne serait restée profondément corrompue et incompétente et une intervention de l’armée américaine n’aurait servi à rien qu’à repousser pour quelque mois Daech et les voir revenir sitôt l’Army revenue au pays.

        Ce fut d’ailleurs l’enseignement principal qu’ont tiré les américains de la guerre en Afghanistan et en Irak. Mais nous, petits coqs français arrogants nous sommes dits qu’on était plus malin. On en voit le résultat aujourd’hui : c’est le chaos. On envoie plus d’hommes pour gérer une situation impossible. Les maliens sont toujours aussi mauvais et incapables de tenir leur pays. Le comble est qu’ils nous attaquent dans notre dos alors qu’on est là-bas pour eux.

      • Contractor dit :

        Faux. Emirat de Tombouctou = stade ultime du contrôle, institutions en place, contrôle effectif de la zone, capacité de justice et de sécurité (et pas la peine d’être à 2000 avec PUs et motos, 100 gus suffisent, les accords locaux font le reste) et Nord de la région de Ségou (cercle de Niono), le Gourma et la zone de Taoudéni, et le cercle de Douentza.

    • sgt moralés dit :

      Bilan amer,mais sans doute réaliste.

  2. farragut dit :

    Dommage que la Cour des Comptes n’ait pas existé en 1939 ! Elle aurait pu arrêter la guerre contre l’Allemagne nazie pour faute de budgétisation appropriée.
    Heureusement qu’il y a eu l’armistice en mai 1940, et la Collaboration, après pour renflouer les caisses, non ? 😉
    Bon, comme chantait Sardou, « Si les Ricains n’étaient pas là, nous serions tous en Germanie, à chanter je ne sais quoi, à saluer je ne sais qui… »
    Mais, il faut bien concurrencer la Cour Constitutionnelle Allemande pour « juger » de la constitutionalité des Plans de Relance « Européens », sinon nous aurions l’air de dilapider l’argent d’Angela !
    https://www.francetvinfo.fr/economie/plan-de-relance/la-justice-allemande-autorise-la-ratification-du-plan-de-relance-europeen_4380547.html

    • ji_louis dit :

      « Heureusement qu’il y a eu l’armistice en mai 1940, et la Collaboration, après pour renflouer les caisses, non ? »

      Je vous rappelle que dans les clauses de l’armistice, l’État français a du payer 400 000 000 F or (quatre cents millions de francs or) par jour en réparation de guerre (c’est la France qui a déclaré la guerre à l’Allemagne en 1939) et en frais d’entretien de l’armée d’occupation du 22 juin 1940 au 20 août 1944.

    • Czar dit :

      « Dommage que la Cour des Comptes n’ait pas existé en 1939 ! Elle aurait pu arrêter la guerre contre l’Allemagne nazie pour faute de budgétisation appropriée. »

      vu la glorieuse, suite, sans doute eût-il mieux valu, effectivement, qu’on ne suive pas en 39 les petits va-t-en-guerre gueulards de ta trempe alors que le réarmement de nos armées et leur réorganisation était su n’être achevé que pour l’année 1942, n’est-ce pas, fer-à-cul

      • Mat49 dit :

        @ Czar le réarmement n’aurait été achevé en 1942 qu’avec les mesures prises à partir de septembre 1939 liées à la déclaration de guerre.

        Là il fallait entrer en guerre en 1936. Nous n’étions pas prêt mais l’allemagne pas plus à peine un an après le rétablissement de sa conscription.

        • Czar dit :

          c’est bien ce que je dis : nous n’avions pas à entrer en guerre pour jouer les chevaliers blancs d’une polaquie qui avait passé l’entre-guerres à nous chier dans les bottes, à proclamer des plans de morcellement de la Russie et qui a tout fait pour saboter toute reconsituttion de la triple entente (mission Doumenc)

          mais près d’un siècle après, on a encore les mêmes connards inconséquents qui viennent nous foutre dans la merde avec les mêmes projets de vaine gloriole.

          fatigue.

          • Mat49 dit :

            @ Czar pour moi si il fallait entrer en guerre mais pour occuper la rive gauche du Rhin pendant que le gros de l’armée allemande était en Pologne. La Rhur occupée ou à portée de canon était un bien meilleur point de départ pour la suite. L’offensive dans la Sarre devait être une vrai offensive car notre seule fenêtre d’action était à ce moment là.

            Nous aurions même dû entrer en guerre dès 1936, et pour nous même, pas pour les autres.

  3. Czar dit :

    la cour des comptes, c’est rien qu’à des poupulisses poutino-troll stipendiés qui veulent miner notre rayonnante démocratie inclusives (sauf les méchants) et notre succès-qui-ne-saurait-tarder.

    (car c’est leur projet)

  4. Raymond75 dit :

    « préciser les critères de bonne fin de l’opération » ??? Mais c’est sans fin ; il n’y a aucune finalité à toutes ces OPEX, sinon de jouer et souhaiter faire croire que nous sommes une grande puissance.

    Crise économique, crise sociale, crise sanitaire, chômage des jeunes, chômage des seniors, désindustrialisation massive, immigration hors de contrôle ? Qu’importe : en Afrique, depuis 60 ans nos blindés patrouillent, nos avions largue des bombes, nos soldats nomadisent, nous soutenons des dictatures et des états fantoches … Et les milliards s’envolent en fumée.

    • Mat49 dit :

      @ Raymond75 la première finalité de Barkhane est de tuer nos ennemis. Personne de raisonnable n’imagine que la France est une grande puissance.

      Ensuite un milliard par an pour le budget de l’état c’est l’épaisseur du trait.

      La vrai question est notre stratégie qui nous conduit à déployer de quoi éviter la victoire des insurgés mais pas de les battre. Avec une poignée d’homme nous tenons la baraque donc il y a tout lieu de penser qu’avec un déploiement sérieux nous pourrions battre le sinsurgés au moins pour un temps et partir.

    • dompal dit :

      @ Raymond75,
      Ben ouais, c’est tellement mieux dans ton monde de bisounours d’islamo-gauchiassssse anti-mili primaire ! 🙁
      Tu nous conseilles quoi grand sage ?
      On supprime l’AF car elle ne sert à rien à part partir en vadrouille en Afrique depuis plus de 60 ans ???
      Super programme de débiles mentaux qui prônent la déflation pour faire encore plus de chômeurs demain…..
      Quand ta retraite sera amputée de moitié et que le smic sera divisé par deux….tu (on) feras quoi ????……SDF…..pas Soldat De France…. mais plutôt clochard !!! 🙁 🙁 🙁
      Super programme…..

      • Raymond75 dit :

        Comment vas ton moral, toi le porte flingue qui va de défaite en OPEX inutiles ?

  5. Souvenirs d'Asie Centrale Soviétique dit :

    A travers NRJ on sent encore un génie de la stratégie là !!!

    • NRJ dit :

      @Souvenirs
      Je ne parle pas de stratégie, je rappelle juste les faits que j’observe. Peut-être que j’en fais une mauvaise lecture, je vous invite à me le dire si c’est le cas. Du coup, ce que je dis est-il vrai ?

      • tschok dit :

        @NRJ,

        Non, vous ne décrivez pas des faits, vous posez trois affirmations (l’opération est mal conçue, elle est un échec catastrophique, il faut laisser les Maliens se débrouiller).

        Seuls les deux premières sont susceptibles d’un jugement sur le terrain du vrai ou du faux. Mais à vrai dire, il n’y a pas lieu de s’interroger sur ce point, car leur unique fonction est d’appuyer votre troisième affirmation qui, elle, ne se juge pas sur le terrain du vrai ou du faux, car elle est l’expression d’un souhait.

        Or, un souhait n’est ni vrai ni faux: il est ou n’est pas.

        Donc, en définitive, la question que vous posez à Souvenirs d’Asie n’a pas vraiment d’importance: vous pensez qu’il faut se tirer parce que c’est le merdier et qu’on arrive à rien. Enoncé comme ça, c’est plus simple.

        Ce à quoi on peut vous répondre, hors de la question de savoir si c’est vrai ou c’est faux, que vous raisonnez en termes d’input et d’output: de guerre dans laquelle on met des input et qui doit nous procurer en retour des output. Comme la cour des comptes, en fait. Et c’est très bien. J’encourage l’approche comptable.

        Donc, la question c’est: quels output on veut obtenir pour les input qu’on y met?

        Cékoi notre objectif, là_bas, à part nous barrer le plus vite possible en laissant les clés aux forces étatiques locales + MINUSMA et autres?

        Et, compte tenu de ce qu’on y met (environ 1,2 Mds € par an en moyenne, dont 60% de dépenses militaires) est-ce qu’on ne ferait pas finalement une bonne affaire? En intégrant au calcul les pertes humaines et le matos à remplacer.

        Pour ce prix, qu’est-ce qu’on s’offre? Quel avantage stratégique on acquiert? Qu’est-ce qu’on empêche? Qu’est-ce qu’on rend possible?

        • Moogli dit :

          @Tschok. Bonjour. Je ne prends partie pour aucun des intervenants dans cette discussion, parce que certaines vérités ne sont pas toujours en 1 seul endroit.

          La France est intervenue pour stopper l’éclatement du Mali, qui sous couvert d’indépendance au nord, ouvrait la voie à une anarchie islamiste destructrice dans tout le Sahel.

          L’entraînement des forces officielles locales, leur consolidation par parrainage, peuvent durer encore des décennies, si on tient compte des décennies qui précèdent. C’est méchant mais l’observation passe avant la fausse gentillesse. Dans 20 ans le Mali n’aura pas réunifié son territoire, sauf si on leur sort les faits pour qu’ils fassent un effort.

          Les populations locales sont ecartelees entre un Etat fantoche avec ses bérets demeurés, et des rebelles aliénés qui ne proposent que le racket et une domination différente sur la forme, identique au fond.

          Le pseudo retour sur investissement (:/) me fait sourire, peut-être moins que les quelques tintins qui rêvent de Françafrique 2.0. Je rappelle que les civils locaux ont une image désastreuse de la France, sauf quand on leur retire quelques journées la tête du gravier. Je rappelle aussi que quand la France claque des vies et du fric chez ceux qui les accusent depuis Kuntakinte, le bénéfice ultérieur est aussi pour ceux qui ne les sortent pas du purin quand ça barde.

          Complètement d’accord avec l’idée que le problème se résoudra avec coalitions ONU et africaines, pas d’accord avec l’idée mortelle que la France sacrifie ses hommes et ses moyens, pour des gens qui la prennent pour une vieille vache blanche bonne à traire.

          Le Mali veut des responsabilités et de la reconnaissance, pas d’une France qui s’enlise dans un merdier qu’elle est TOUJOURS accusée d’alimenter, par des branques qui résument le racisme à : « celui qui refuse de me donner ce que j’ai le droit de lui prendre ».

          Plus de 1 milliard par an en France, pour quoi à l’issue ? C’est moi le doux rêveur ? La France va stopper le djihadiste au milieu des corrompus ? Arrêtons les frais ! On laisse l’ONU et les federalismes locaux montrer leur grandeur indiscutable svp.

        • NRJ dit :

          @Tschok
          Effectivement je pose des affirmation. L’affirmation selon laquelle l’opération est un echec est cependant un fait : il suffit de voir les objectifs de l’opération et où on en est aujourd’hui: il y a un décalage.

          « J’encourage l’approche comptable. ». Ce n’est pas une approche comptable. C’est juste du bon sens: on a un objectif et des moyens et on regarde si l’objectif est atteint. Tous les parents font ça pour leur gamin quand il va à l’école.

          Je suis d’accord sur le reste. Vous posez les bonnes questions et malheureusement il n’y a pas de réponse actuellement apportée par l’opération Barkhane (pas d’avantage stratégique acquis, on n’empêche rien, on ne fait que retarder ce qui aurait dû arriver en 2013, et rien de plus n’est rendu possible).

          • Mat49 dit :

            @ NRJ d’où le fait qu’il faille changer de stratégie et arrêter d’attendre que des armées locales fantômes fasse le boulot.

  6. Davy Cosvie dit :

    Notre système politique est à la ramasse : parce que le Parlement (c’est-à-dire la classe politique, supposée nous représenter) ne fait pas son devoir qui est de contrôler le Gouvernement, les fonctionnaires de la Cour des Comptes sont amenés à s’en charger à sa place.
    .
    Tous les militaires savent qu’avant de commencer une mission il faut en fixer le résultat à obtenir, et donc définir ainsi la fin de mission. Visiblement nos décideurs politiques ignorent cette exigence opérationnelle.
    « Lutter contre le terrorisme dans la BSS », ce n’est pas une mission parce que ce n’est pas un résultat à obtenir : c’est seulement une méthode pour obtenir un résultat. Celui-ci n’a pas été défini par le personnel politique avant Barkhane, ni jusqu’à présent.
    De ce fait les moyens civils qui auraient dû accompagner l’action militaire (y compris et surtout le comportement que nous exigerions et exigeons des Africains pour les aider) n’ont pas été définis.
    .
    Vaguement conscients des lacunes de leur formation, certains de nos politiciens veulent changer le nom et l’adresse de l’ÉNA.
    Mais ça ne suffira pas à corriger leur inaptitude à l’action, un travers qui est inhérent à toute notre classe politique, s’imaginant que le verbiage supplée à tout.
    Ce qu’il faut changer, c’est le processus de désignation des candidats qui nous sont présentés aux élections, de façon que les élus ne soient plus cooptés mais deviennent, ou redeviennent, les représentants de la Nation. .

  7. vno dit :

    C’est quoi le message ? que l’aide au développement n’ait pas augmenté, c’est plutôt une bonne chose, sauf pour les paradis fiscaux. La population civile n’en voit pas la couleur, et quand une école est construite, si elle est ouverte aux filles par l’état, les religieux locaux s’arrangent pour qu’elle soit détruite. Un Milliard pour l’armée française , sous-entendu qu’elle ne fait pas le travail et pourtant dont l’action est dictée par nos « politiques », c’est autant ajouté au budget armée, police, formation, infrastructures, impôts pour le développement sécuritaire du Mali et son économie qui n’est basée principalement que sur les traffics et la rente sociale de la diaspora en France. Si la facture semble trop lourde pour la cour des comptes, quelle propose la réduction draconienne de ses avantages pécuniers pour soutenir le budget pour commencer et quelle demande la création d’une taxe annuelle Mali de 1000 euros sur la tête de chaque Citoyen ou binationaux Malien résidant en France pour financer la sécurité dans leur pays. La famille Traoré et ses semblables ne supportent plus le « racisme » des Français, cela tombe bien, qu’elle aille revendiquer dans son beau pays, elle ne risquera plus rien, et surtout pas de payer une taxe pour son vrai pays, le Mali. Eventuellement, il doit être possible de leur délocaliser quelques « stratèges » de la cour des comptes ou nos députés de gauche (pourquoi pas de droite aussi ) les plus brillants pour les bons conseils, mais pas payés par les impôts des Français ou protégés par leurs militaires. Il y a une autre chose qui n’est pas chiffrable, c’est le fait qu’au Mali, nos militaires ont le droit d’annuler les certificats de naissance de gens comme les Traoré s’ils dépassent la ligne rouge criminelle et en toute légalité. En France, c’est tout juste si nos forces de l’ordre ne doivent pas les saluer pour l’ensemble de leur oeuvre criminelle ou de déstabilisation dans les quartiers moyenâgeux qui coutent un max de pognon aux Français, mais la pas un mot de la cour des comptes !

  8. Castel dit :

    On peut se demander s’il ne serait pas temps que la France change son fusil d’épaule :
    Non pas un retrait pur et simple comme le préconise certain, mais plutôt un « recentrage » de notre action :
    C’est à dire qu’au lieu de vouloir assurer la sécurité sur un territoire impossible à contrôler vu les forces dont nous disposons sur place, il faudrait à mon sens, se contenter de conserver quelque bases importantes, sécurisées, à partir desquelles nous ne serions pas trop éloignés pour pouvoir intervenir si la situation devenait trop difficile pour un des pays concernés…..
    Cela aurait au moins un avantage, à savoir d’obliger les Islamistes à se découvrir, et pouvoir les frapper le moment venu, mais charge ensuite aux gouvernements en place d’occuper le terrain une fois l’ennemi affaiblit….
    Certains diront que c’est déjà un peu ce que nous faisons, mais il me semble qu’il faudrait aller plus loin dans ce concept, en évitant par exemple les convois ou les patrouilles longues distances, en essayant de ravitailler nos bases par la voie aérienne, ce qui semble de loin le plus sûr…….

    • Carin dit :

      @Castel
      Malheureusement on ne fait pas ce que l’on veut au Mali…
      Par contre, on peut faire en sorte de gonfler Takuba, rien qu’avec des forces françaises..
      nous voyons tous que les FAMA sont efficaces s’ils sont encadrés… nous pouvons faire en sorte des équipes de France (3/4mili), prennent en compte une dizaine de FAMA … cela permettrait non seulement de les former comme on le veut, mais en plus de multiplier notre présence, notre efficacité, voire nos déjà bons résultats… donc notre nombre… (ce qui va beaucoup plaire à Mat49). Après je suis conscient que ça va nous coûter l’équipement, la nourriture, de ces gars, mais nous payons déjà pas mal de trucs qui ne servent pas directement nos buts… ça, ça nous permettrait d’un jour quitter cet endroit.. les gars formés durablement reproduiront l’acquis auprès des leurs, et nous pourrions partir sans crainte d’y retourner… pendant 5/6 ans….parce que quand on voit le Tchad qui ne peut pas se passer de nous… c’est pas trop rassurant pour l’avenir…. les tchadiens sont efficaces lorsque nous sommes avec eux, et appellent au secours lorsqu’ils doivent combattre sans nous!

  9. blavan dit :

    Les parlementaires vont encore se faire enfumer car dans le coût que l’on va présenter, on va bien oublier à dessein l’usure du matériel aérien et terrestre , le fait que toute la maintenance aéronautique est donnée en priorité à Barkhane ( ce qui d’ailleurs est normal car on doit bien équipé et soutenir cette opération) . On va oublier aussi que la seule préoccupation du développement de nouveaux matériels est axé sur les besoins du Sahel. Bref il faut trouver des raisons de rester encore 15 ans au Sahel.

  10. Ajm. dit :

    De quoi se mêle la Cour des Comptes !!?? Les magistrats de la Cour des Comptes vont maintenant s’immiscer dans l’analyse du bien fondé d’une opération militaire et de la façon dont l’intervention est menée ? Quelle est leur compétence en la matière, assez éloignée, c’est le moins que l’on puisse dire, du contrôle des liasses comptables des comptables publics.
    On est vraiment dans un pays qui sombre dans la folie.

    • Victor dit :

      Je plussoie! La cours des comptes va bientôt décider de la stratégie française. Pourquoi pas en terme de dissuasion nucléaire. Après tout à quoi sert t-elle, puisqu’elle est faite pour ne pas être utilisée.

    • Carin dit :

      Disons que les magistrats de la cours des comptes fait juste ce pour quoi ils sont payés…
      ils informent le gouvernement des mauvaises utilisations du pognon qui leurs est confié, et en même temps, informe les gens lambda de l’utilisation qui est faite de leurs impôts!!!
      En gros sans leurs presence, nous ne serions même pas au courant si nos gouvernants détournaient des milliards d’euros.
      En plus si vous lisez mieux leur compte rendu, vous verriez qu’ils œuvrent pour qu’on puisse se retirer du Sahel la tête vraiment haute.

    • JC dit :

      Peut-être que l’on a suggéré à la cour des comptes son « audit  » afin de préparer la sortie ? Vous savez, dans le style : c’est pas moi mais c’est la cour qui l’a dit……. Il faut se barrer c’est pas efficace et çà coûte trop cher.

    • Tintouin dit :

      On peut s’interroger sur le fait que ce soit la cour des comptes plutôt que le parlement qui lève ce sujet brûlant comme le soleil du Sahel. Mais avant de tirer sur le messager, une pause svp.
      On ne peut contester le bien fondé des questions soulevées. J’irai même plus loin. Les sages rejoignent ici la vision des généraux français, qui sont les premiers à dire que l’action militaire ne peut être qu’un volet de la solution, et qu’elle doit être accompagnée d’une action politique et économique visant à aider au développement des Etats sahéliens. Sans cela, l’engagement militaire sera sans fin, ou fera l’objet d’une retraite piteuse, éventuellement suivie d’une réintervention dans l’urgence quand les Etats sahéliens se seront effondrés.

      En ce sens, les sages pointent une incohérence française. Car les comptes ne mentent pas : ils révèlent toujours dans une organisation, la priorité réelle donnée au choses, qui se matérialise par un budget alloué : ici c’est à l’action militaire que le gouvernement français a donné la priorité en terme de budget.
      Pourquoi cette retenue dans l’aide au développement? Sans doute pour de bonnes raisons: la crainte que l’aide soit détournée par les puissants locaux, la difficulté de monter des projets économiques viables dans des régions où le niveau éducatif est insuffisant, et du fait des faiblesses inhérentes à la géographie (climat, infrastructures…).
      Toujours est-il que la stratégie française actuelle n’est pas (ou ne peut pas être ) appliquée complètement : les piliers 3 et 4 sont faiblement soutenus. Comment atteindre des résultats sur le long terme dans ces conditions? Justement Louis Saillans l’auteur du livre « Chef de Guerre » (et officier commando marine ayant combattu au Sahel) s’interroge sur la stratégie à long terme, au delà du constat de l’excellence du travail effectué par nos militaires (le pilier 1).

      Si la stratégie n’est pas applicable au moins sur les 2 derniers piliers, autant le constater dès maintenant, et travailler à une autre stratégie. Sans cela, nous allons épuiser nos troupes et nos finances en vain.

      Merci à la cour des comptes de contribuer – par ses questions pertinentes – au débat qui doit avoir lieu.

    • tschok dit :

      @Ajm.,

      La Cour des comptes contrôle les services de l’Etat et les autres personnes morales de droit public, sous réserve de la compétence attribuée aux chambres régionales et territoriales des comptes.

      Elle tire cette compétence de la loi.

      Donc, à partir du moment où l’Etat dépense du pognon en BSS, elle est compétente pour voir de quelle façon ce pognon est utilisé.

      Il ne s’agit pas d’une analyse portant sur le bien fondé de l’opération militaire donnant lieu à dépense, mais de l’analyse de l’adéquation de la dépense aux objectifs de l’opération, tels que définis par le gouvernement et le Prèz, sous le contrôle du parlement, qui autorise les OPEX et vote le budget de la défense.

      Or, sur ce plan, la cour a un problème: il lui manque un bilan des opérations militaires, relativement aux objectifs fixés, ce qui permettrait selon elle de déterminer « les critères de bonne fin » qui sont intellectuellement nécessaire à son analyse financière.

      Donc, elle demande au gouvernement de les élaborer (c’est l’objet de la recommandation n°4).

      En somme, la cour examine des comptes, constate qu’elle ne dispose pas des informations qui lui semblent nécessaire pour faire son boulot et elle demande donc au premier ministre de les lui fournir, ledit premier ministre ayant omis de lui répondre dans le délai de deux mois qui lui est en principe imparti, alors que cette réponse doit normalement permettre par la suite la transmission du dossier aux commissions parlementaires compétentes pour en connaitre, lesquelles, après avoir examiné le dossier, peuvent lui donner une suite conforme à la loi et à la constitution, c’est-à-dire pas grand-chose.

      Vous suivez?

      Parce que moi je me suis déjà endormi.

      C’est de la routine administrative, quoi. D’une certaine façon, oui, c’est de la folie. Mais on y est habitué.

      Bien sûr, je ne parle que de l’aspect militaire, car il y avait d’autres aspects dans ce référé. Mais je les laisse de côté. On va pas se faire chier, non plus.

  11. KEL-TO dit :

    pays de juges et de comptables que des fonctionnaires n’ayant pas de comptes a rendre au peuple !

    • blavan dit :

      @kel-to. Parce que vous pensez que le peuple est pour rester encore 50 ans au Mali alors qu’au début on s’est refuser à vitrifier les colonnes de 4×4 pour pérenniser une présence au sol . Il faut tout voir dans cette affaire du Mali !!!!!

  12. farragut dit :

    Je pense que la Cour des Comptes oublie le coût de l’inaction, à comparer à l’opération Barkane. Combien d’attentats en France « inactivés » par la destruction des lignes de production industrielle d’IED au Mali ou dans les autres pays de la BSS ? Est-ce que les coûts induits par les attentats sont à ce point « cachés » dans leurs tableaux Excel que les experts comptables de la Cour des Comptes ne sachent plus pourquoi il faut « dépenser » là-bas plutôt qu’en France métropolitaine ?
    S’ils pensent que le Mali c’est loin, combien de temps faut-il à un groupe de djihadistes bien entrainé pour venir de Gao à Paris ?

    • Czar dit :

      mais bien sûr, fer-à-cul ce sont les scinetifiques de wakanda qui pourraient être en mesure de déclencher des attants part effet télékinésique au virbanium

      le dernier attentat misilmôn modéré du jour – comme chaque vendredi – jour d’approfondissement pieux de leur modération modérée – a été produit par un déchet tounsi clando , jamais expulsé, puis régularisé par le miracle de la dialectique raie publicaine « il a un travail il est ônséré dôns la sôciété » parlequel on s’assoit très ouvertement sur l’applicationd es lois.

      le problème est chez nous, quelque part entre le parlement, le conseil constitutionnel et le conseil d’Etat, certainement pas chez trois clodos à sandale qui veulent rester tranquillement à vivre comme au néolithique.

      le problème second dans la liste, ce sont les gens comme toi qui voient tout, sauf manifestement cet éléphant au milieu de la pièce.

    • blavan dit :

      @farragut. Argument répété en boucle. Dans votre aveuglement vous oubliez de précisez pourquoi c’est la France qui aurait particulièrement été visée , plus que la Suisse où l’Espagne si nous n’étions pas intervenus.

  13. Somer dit :

    En fait Barkhane avec ses buts humanitaires, c’est un peu comme l’opération Turquoise au Rwanda. C’est une opération aux visées humanitaires. Sans elle, le mali deviendrait en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, un sanctuaire djihadiste, alors la bonne excuse c’est qu’ils sont là pour aider. Mais les Maliens, eux ils s’en tapent ! Le vie est faite d’oppression, alors que ce soit avec les voleurs en soutane blanche, gros ventre, sapates ou bien les enturbannés en Kalach, leur sort est le même ! En fait, la vraie raison de Barkhane c’est la crainte du foyer djihadiste qui s’étend inexorablement et menace la mère patrie. Combien de temps est-ce que la stratégie de l’endiguement va t’elle encore fonctionner ? Toute cette question malienne frise à l’absurdité en y regardant de plus près, parce que sans les armes de Kadhafi, tous ces va nu pieds seraient encore en train de garder leur chèvres. Plutôt que de glorifier leur d… ils devraient glorifier Sarkozy qui leur a mis dans les mains à chacun une jolie Kalachnikov ! Ah les bienfaits de la civilisation !

  14. vrai_chasseur dit :

    La cour des comptes feint d’ignorer que l’acteur principal dont dépend le progrès au Mali c’est…le gouvernement du Mali.
    Dans la relation coach/sportif, il ne faut pas se tromper de personne à chronométrer, c’est au sportif de courir. Même si le coach court aussi à côté, c’est en principe pour le stimuler, pas pour faire la course à sa place…

    En réalité, pour la France, le résultat stratégique à obtenir est simple à formuler : c’est créer les conditions de sécurité et de progrès économiques qui empêchent de façon durable qu’un terrorisme naisse et croisse localement pour nuire ensuite à la France. Le cancer se tue à la source, pas à la diffusion des métastases.

    Résultat simple à spécifier, mais complexe et long à obtenir car c’est une approche systémique plus globale dont le volet militaire n’est qu’une des composantes. Instaurer un socle de sécurité minimum pour que les institutions locales reprennent leur travail et que l’économie se développe : tout se tient.
    L’armée française l’a très bien compris. Les militaires français sont généralement plus cultivés que leurs homologues des autres armées occidentales. Au-delà de l’art de la guerre, ils comprennent, sans en être spécialistes, les enjeux économiques et sociaux et leurs actions sont souvent conçues avec la conscience de ce contexte plus large. Alors oui, ils ont les épaules larges et le politique à tendance à s’appuyer un peu trop dessus quand il a affaire à des états faibles ou faillis. Et non, ils ne peuvent pas tout résoudre en Afrique. Ce n’est pas leur boulot.

    • Nexterience dit :

      « et que l’économie se développe : tout se tient »
      Belle théorie du progrès, mis à mal avec les limites naturelles: on a eu en France le droit aux trente glorieuses grâce à l’énergie à bas coût et aux crédits , jusqu’au premier choc pétrolier et ce fut depuis le grand ralentissement à 2%.
      Eux n’auront jamais le droit à cet intermède lié aux ressources: le désert avance terriblement au Sahel, l’agriculture sèche économiquement et les crédits manquent. Reste le commerce transsaharien ou… immigrer à la ville industrielle : Bamako, Lagos, Paris.

  15. Nexterience dit :

    Évolution de la richesse par malien.
    https://donnees.banquemondiale.org/indicator/NY.GDP.PCAP.PP.KD?locations=ML&start=2000

    80% des Maliens sont agriculteurs, à la merci de la désertification.

    • Thierry dit :

      C’est comme en France, tous les chiffres sont au vert, jusqu’à ce que les gilets jaunes voient rouge parce que qu’ils sont truqués, autant dire que quand le PIB grimpe au rideau ça ne concerne plus grand monde dans le contexte actuel.

  16. Ajm. dit :

    Vous avez formellement raison puisque si la Cour des Comptes s’implique c’est qu’elle est légalement incitée à s’impliquer, mais c’est, à mon avis,
    ridicule et absurde. Peut-on imaginer nos grands politiques d’autrefois ( il n’y a pas si longtemps) accepter que des opérations militaires, incarnations extrêmes et paroxystiques du pouvoir régalien d’un état souverain, soient jugées et appréciées par des administratifs purs sur la base de critères techniques et comptables ? Dans le passé ce sont les commissions ad hoc du Parlement qui avaient une certaine légitimité pour le faire ( ex pendant la 1 GM) et le faisaient d’ailleurs difficilement et en respectant des règles rigoureuses de confidentialité.

  17. Reality Checks dit :

    Ce que l’on peut constater en lisant le fil de commentaires, c’est que les gens qui commentent ne savent pas pourquoi la France est au Sahel. Chacun y va de son hypothèse plus ou moins crédible ou foireuse, mais en fait personne ne sait.
    .
    Or les gens qui sont ici s’interessent plus aux Opex que la majorité des français.
    Cela signifie plus largement que le peuple français sait encore moins pourquoi son armée crapahute au Sahel.
    .
    Apparemment, la cour des comptes non plus, d’ailleurs elle fait un courrier au chef du gouvernement, monsieur Castex, pour lui demander, et celui ci ne réponds pas.
    .
    Donc, logiquement, soit le gouvernement refuse de répondre, et c’est non seulement illégal mais aussi antidémocratique, soit le gouvernement n’a pas la réponse.
    C’est probablement tous cela en même temps.
    .
    Donc pour résumer, des soldats français sont déployés au Sahel, certains y sont morts, et personne ne sait pourquoi, pas même le gouvernement.
    .
    Bon ben il ne vous reste plus qu’à convoquer l’illustre Flamby, il doit savoir lui.

    • Ulysse dit :

      @reality checks. +++

    • Polymères dit :

      Et vous, savez-vous pourquoi vous êtes ici? Dîtes le nous!

      L’ignorance est universelle car elle est innée, la volonté d’apprendre, elle, s’avère plus complexe et permet de différencier les gens.
      Vous qui êtes algérien, pensez vous que tous ceux qui écrivent ici sont français? Comme vous? Pensez vous qu’il n’y a pas d’autres individus, qui viennent ici pour jouer les donneurs de leçons, qui combattent les intérêts et les positions françaises, qui cherchent à manipuler et à créer des animosités afin de faire passer leurs idées qui va les arranger ou soulager leur conscience?
      Moi je pense que la francophonie et internet permet à de nombreuses personnes à se retrouver à débattre avec des personnes qui ne sont pas les « siens » et qu’elles cherchent volontairement à s’y trouver pour s’opposer à eux. Je vous le redis, vous êtes ici pour une seule et unique chose, ce n’est pas pour débattre ou découvrir des informations, vous êtes ici avec une pensée de défiance envers la France et vous êtes, à l’instar de nombreux de vos compatriotes, bercés depuis l’enfance dans une haine de la France par une société qui est resté figé à la guerre d’indépendance.
      Vous êtes dans une position simple et claire qui est de vouloir l’échec de la France dans tout ce qu’elle entreprend, de vouloir qu’elle ait des problèmes et vous vous faîtes presque passé pour ce que vous n’êtes pas, c’est à dire un français opposant politique au gouvernement en place. Remettez vous en question, sur votre propre identité sur vos propres problèmes et à trop vouloir l’échec français au Sahel, à vouloir son retrait, vous oubliez que c’est bien votre pays qui borde le Sahel, pas la France.
      Dons sous l’autel de la croyance que la France, son gouvernement et son peuple ne saurait pas d’après vous, en lisant quelques commentaires, pourquoi elle se trouve au Sahel, cela justifie un retrait que vous souhaitez sans l’évoquer. Vous ne cherchez pas à voir ni à savoir le pourquoi du comment de sa présence, vous êtes juste positionné sur l’idée très classique en Afrique ou tous les problèmes sont de la faute de la France et que la seule solution c’est que la France se replie sur elle même, soit une volonté à peine cachée de vouloir réduire son influence et déresponsabiliser toutes causes locales.
      Pour un pays qui il y a 2 ans était en guerre civile contre l’islamisme radical (élu par beaucoup!) ayant pris les armes comme on l’observe bien souvent dans les pays musulmans (et il n’y a pas à chercher une cause occidentale à cela pour renier les déviances d’une religion), faire un parti pris au profit des ennemis de la France, responsables de ses morts au Sahel (non ce n’est pas le gouvernement français le responsable mais ses ennemis que vous ne voulez pas voir ou que vous voulez laisser tranquille) , en laissant croire qu’in fine, il en demeurera une situation inchangée, c’est faire preuve d’un aveuglement stratégique incroyable.

      La France est au Sahel pour aider les états du G5 à combattre le terrorisme islamistes sur son sol. Barkhane (il n’est pas le « tout ») est un accompagnateur des forces nationales qui doivent pouvoir assurer ce combat qui s’inscrit sur la durée. Quand ces armées seront capables de faire face et de réaliser une lutte quotidienne comme le fait encore l’armée algérienne alors que pourtant on pourrait croire que la guerre est « terminée » depuis 20 ans, ben la France pourra se désengager sans qu’il y ait une incidence sur ces pays.

      Vous voulez absolument que la France parte au plus vite? Ne pensez pas que cela va entraîner sa chute ni ne va entraîner une honte ou une humiliation, par contre cela aura des conséquences régionales qui auront un impact sur l’Algérie. Et vous aurez beau dire que tout cela « c’est la faute à la France » cela ne changera pas la situation et ce n’est pas en blâmant la France que ça va se solutionner.
      Vous voulez avoir à vos frontières des pays aux mains des islamistes? On dirait bien que oui, si c’est le prix à payer pour ne pas y voir la France.
      Mais sans doute votre arrogance et votre nationalisme aveugle qui donne toujours aux algériens un sentiment de supériorité vous donne le sentiment que tout va bien se passer, que l’Algérie est une forteresse impénétrable ou personnes ne peut entrer même contre un petit billet au contrôleur…
      Dans un pays comme le vôtre qui s’enfonce dans une crise qu’il ne veut pas voir venir qui préfère chercher la paille dans l’oeil du voisin plutôt que voir la poutre dans la sienne, je me ferai petit dans la critique. Je ne parle pas seulement du Hirak, car il n’est qu’une conséquence d’une crise socio-économique débordant sur un pouvoir politique qui a encore une gangrène qui le ronge, les fantômes du FLN toujours présents, cherchant encore à jeter la pierre sur la France en pensant créer l’unité nationale.

      Attention, sans être un partisan du rassemblement national en France, il y a chez nous également une situation qui pourrait l’amener au pouvoir. Avec une politique qui pourrait viser les ressortissants algériens en France qui va se heurter à la mentalité anti-française algérienne qu’on voit jusqu’au sommet des responsables politiques du pays, la fracture risque d’être réelle. Et ne pensez pas avoir 5 millions de « combattants » en France comme vous l’avez déjà dit (en l’espérant) il y a un petit moment ici quand on vous a un peu énervé, vous verrez alors toute la dépendance que votre pays a encore envers la France et ce que ça coûtera de vouloir à tout prix de s’en débarrasser. Quand les transferts financiers, les liaisons maritimes et aériennes, le commerce ou autre ne se fera plus, l’Algérie qui déjà aujourd’hui creuse sa tombe, finira par s’y jeter et son armée ne finira pas par affronter l’armée française, mais par affronter son peuple, qui se radicalisera en se faisant manipulé par les ennemis actuels de la France que vous voulez délivrer du « mal », à ce moment on verra et comme je vous l’ai déjà dit, on comptera sur vous pour nous décrire la situation depuis votre balcon en nous évitant votre c’est la faute à Sarkozy, à Hollande, à Macron….

      Mais en attendant, on attend et on s’intéresse aux problèmes de la France!

      • Reality Checks dit :

        Je m’appelle Fernand Polymères et je suis noyeur de poissons.
        Mon hobby: vomir ma haine sur autrui.
        Mon passe temps favori: cacher le soleil avec un tamis.
        .
        Je vais te dire mon petit, depuis le temps que tu fais les cassandre: a force de creuser notre tombe on va finir par trouver du pétrole 🙂
        .
        Mais ta diversion ne tient pas la route:
        .
        Ce n’est pas l’Algérie qui a déployé son armée a des milliers de kms en Europe pour soi disant lutter contre le terrorisme, et pourtant le terrorisme il fait des ravages chez vous et c’est pas si loin.
        .
        De même ce n’est pas le FLN qui a fait la guerre en Libye et déstabilisé le Sahel, c’est la France.
        .
        C’est aussi l’armée française qui a escorté des colonnes de miliciens de la légion étrangère de Kadafi vers le nord Mali et le Niger, y semant le chaos.
        .
        C’est aussi la France qui a financé AQMI a hauteur de 140 millions d’Euros (chiffres ONU).
        .
        C’est aussi la France qui soutient et armé Haftar, allié du FACT qui vient de tuer Idriss Déby, faisant du Tchad la énième victime des apprentis sorciers de l’Elysée.
        .
        Pour résumer c’est bien la France qui a foutu la merde au Sahel, et maintenant c’est la France qui au lieu de nettoyer cette merde l’amplifie.
        .
        Alors au lieu de faire diversion avec ces simagrées tu devrais regarder la réalité en face pour changer.

    • Clavier dit :

      « il ne vous reste plus qu’à convoquer l’illustre Flamby, il doit savoir lui. »
      Il a voulu traquer son ennemi : la finance , dans les dunes du Sahara …il la cherche encore
      Répondre

  18. Ajm. dit :

    Ji-louis : Les francs de 1940 n’étaient pas les francs or d’avant 1914. Un franc de 1925 ( franc Poincaré) représentait un cinquième de franc or environ et celui de 39-40 un dixième. Néanmoins ces 400 M par jour devaient représenter tout de même un bon tiers du PIB de 1939.

  19. Thierry dit :

    le plus étonnant c’est qu’ils aient laissé filé les comptes de cette parade carnavalesque malienne pendant 8 ans sans broncher. Il aura fallu attendre que ça dépasse le milliard pour qu’ils daignent s’y intéresser, c’est pas trop tôt !

    Il faut rappeler qu’il n’y a eu en France AUCUN attentat terroriste commis par des maliens ou même de jihadiste venant de ce lieu, qu’en revanche quand des marocains, tunisiens, algérien (autoentrepreneur spontané du jihad), etc sont impliqués, et c’est arrivé souvent, personne ne parle d’envoyer l’armée dans ces pays.

    Il est tant que raison revienne et que sonne la fin de cette folie dépensière inutile.

    • Mat49 dit :

      @ Mon biquet en 8 ans à peine un milliard par an donc des pécadilles pour l’état.

      Ton groupe a attaqué le Mali et est affilié aux groupes qui nous ont déclaré la guerre, c’est pour cela que nous sommes en guerre contre vous.

      Les pays du Magreb ne sont pas responsables des agissements de tous leurs ressortissants, ce n’est parce qu’un Tunisien fait un attentat que tous les Tunisiens sont ennemis de la France.

      in fine tuer tes potes pour à peine un milliard par an ce n’est pas énorme pour un résultat qui n’a pas de prix.

      • Thierry dit :

        là dessus je sais déjà que le contribuable ne va pas être d’accord, 8 milliards ça fait combien de lit d’hôpitaux, de masques et test, de vaccins et d’usines pour les produire.
        combien de vie sauvé ont été perdue par une politique à l’envers et tout de travers