La crise de l’habillement au sein des Armées est en train de se résorber selon le SCA

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Après des années de crises graves, l’habillement remonterait enfin la pente après avoir échappé à la solution de l’externalisation, une fois n’est pas coutume…

    Pour l’armée de terre, les tailles les plus courantes étaient souvent en rupture de stock.

    Pour la Royale, c’est la qualité de certains effets qui posait problème.

    Pour l’armée de l’air et de l’espace, c’était catastrophique à tous niveaux…

    Sans compter que les militaires partant souvent en OPEX ont de quoi remplir des vestiaires digne d’une star hollywoodienne, alors que ceux restés en base arrière se balladent avec des vêtements élimés, voire à une certaine époque blanchis par les lessives successives.

    Le changement de treillis en est un emblème (parce que que le fameux jogging de l’armée de terre est toujours une tenue de rassemblement ou pour la visite médicale, mais vraiment pas adapté à la pratique sportive) :
    https://tre-blog.com/actualites/le-nouveau-treillis-f3-en-images/

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/09/28/qu-est-ce-qui-coute-344-millions-d-euros-21481.html

    Ainisi que les chaussures remplaçant les Rangers :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/10/19/haix-succedera-t-il-a-haix-pour-fournir-les-chaussures-de-co-21540.html

    Mais d’autres effets vont suivre:
    https://www.forcesoperations.com/comment-le-sca-rhabille-les-militaires-francais/

    La fin du « y’a pas ta taille! »… Ce serait une petite révolution.

    La catastrophe en la matière concerne l’externalisation comme on peut le voir pour les forces de l’ordre et pas forcément qu’au niveau de la prestation fournie (livraison plusieurs mois après la commande, parfois incomplète):
    http://www.opex360.com/2019/09/04/une-faille-de-securite-informatique-a-laisse-un-acces-aux-donnees-personnelles-de-130-000-gendarmes/

  2. Themistocles dit :

    Ah bon ? Il y a donc eu une avancée significative depuis 15 jours. : 75 % d’effets commandés, non disponibles….. Quelque part c’est rassurant, ça doit être comme pour l’insécurité, il n’y a qu’une perception du sentiment d’une crise de l’habillement….En fait tout va bien.

    • Vroom dit :

      Comme quoi, une quinzaine d’effets commandés, tout est arrivé ! 😉

    • Sam dit :

      « le sentiment d’une crise de l’habillement » Magnifique, c’est ce que pourraient nous répondre nos SMCAT ! Bref, ce n’est plus de la com, c’est de l’esbroufe ! Les soldats sont mal habillés et mal chaussés. Faire l’effort là-dessus permettrait de remonter le moral à pas cher.

  3. PK dit :

    « 98% des incorporés » sont désormais « totalement équipés en moins de 2 semaines »

    Que 100% ne soit pas équipés le jour même ou le lendemain laisse songeur sur le travail qu’il reste à accomplir.

    Et là, on parle juste de fringues et de godasses… Alors, on imagine le pire pour le matériel qui demande un immense savoir-faire…

  4. who? dit :

    ha bon il y a du mieux ??
    là tout de suite l’appli et/ou le site ne fonctionne pas.
    semaine dernière: rupture de stock tenue de sport, parka
    pas d’accès à la tenue de mécano alors que ma spé en est doté
    toujours pas de sac à dos
    je n’ai pas eu le temps de regarder plus.
    Bref rien ne change si ce n’est que pour une paire de chaussette , on recoit un gros carton, bravo pour l’écologie… surtout que le personnel des services habillement sont toujours là (payés à quoi ?)

    • Vroom dit :

      Désolé pour le sac à dos, j’ai dû prendre le dernier !
      Je n’ai pas à me plaindre de E-habillement, ça fonctionne pas mal.
      Je suis juste dépité que sur ma base on en soit encore à devoir prendre un rendez-vous pour récupérer son carton (blindé au passage) au pôle ATLAS…. Je pense qu’ils ont autre chose à faire que faire relais colis quand d’autres bases sont équipés de casiers à codiers numériques, comme un amazon locker. Système très pratique qui permet de ne pas se prendre la tête entre son travail et les créneaux d’Atlas.

  5. Some1 dit :

    Ah bon tout va bien alors. Déjà deux fois que je commande un boucle de ceinture parmis tant d’autre et que rien n’arrive.

    Ah et si vous pouviez refaire le site internet de l’habillement de la marine ce serait pas mal. Actuellement on a l’impression d’être sur minitel tellement c’est déplorable. (photos non présente, noms des articles trompeurs voir carrément faux, ergonomie d’un autre age, etc)

  6. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ La crise de l’habillement au sein des Armées est en train de se résorber selon le SCA ]

    Le problème des soutiens gorges khakis des AFAT est donc résolu ? ;0)

  7. petitjean dit :

    C’est tout simplement inconcevable !
    ici on parle beaucoup de « logistique » pour ne pas parler de production
    où sont fabriqués ces vêtements ?
    ce silence sur ce point expliquerait leur médiocre qualité. Personne pour contrôler ces habillements dans les ateliers de fabrication ?
    Elémentaire ?
    l’armée française s’habille donc dans les pays à bas coût. Le personnel dans ces ateliers étranger porte-t-il un soin particulier à ce qu’il fait pour un client français, pour l’armée française ? (désolé j’ai fait de l’audit et du contrôle qualité )
    Mais quelle pitié !

    • Marco dit :

      Vous êtes gentil. Puisque vous semblez être un spécialiste du domaine, merci de nous donner les coordonnées de ces sociétés françaises qui pourraient fabriquer en France la quasi-integralité de nos paquetages. Et non, la qualité des articles du paquetage, par ailleurs, ne laisse pas à désirer, sauf quelques articles bien identifiés et mentionnés pour certains dans l’article.

      • petitjean dit :

        La quasi totalité de notre industrie textile a été délocalisée. Reconstituer une industrie textile en France est tout à fait possible. C’est une question de volonté politique.
        On peut investir dans le peu qui nous reste et reformer des ingénieurs textiles

        Quand on a les compétences pour concevoir et fabriquer des avions, des fusées et des satellites, rien de plus facile, sur le plan technique, que de fabriquer des vêtements et autres équipements
        La logique du « pas cher » nous rend dépendant de nos fournisseurs étrangers. Ca veut dire perte de souveraineté pour habiller, équiper nos soldats

        la décision est politique………..

        • Marco dit :

          Politique, mais ce n est pas une question de compétences, qui existent toujours. Mais ce n est pas avec l équipement des militaires qu on va rentabiliser une filière habillement, sauf si on est prêt à y mettre quelques centaines de millions de plus. Au détriment de quoi?

  8. Marc dit :

    Selon le SCA…
    Dans la réalité les impossibilités de commander pour ruptures de stocks continuent…
    Au final les points s’accumulent sur les carnets d’habillement sans pouvoir les dépenser faute d’articles disponibles.
    Et cette année pour en rajouter, suite çà une énième réforme, les épaulettes et galons de poitrine sont en ruptures de stocks eux aussi car un nouveau marché est en cours… Il n’est a priori même plus possible de commander des fourreaux d’épaules ou des galons sur les points du carnet d’habillement.
    C’est bien de donner des points mais s’il n’est pas possible de les « dépenser » et qu’ils sont supprimer par plafonnement a final ça ne sert pas à grand chose.
    En tout cas, non le problème de l’habillement est loin d’être réglé même s’il est vrai que de gros efforts on été faits pour les OPEX.

    • Vroom dit :

      J’ai pu commander des fourreaux d’épaules il y a moins d’un mois.
      là où vous avez raison, un nouveau marché a été signé, il y a encore 3 mois, nous pouvions avoir ces fourreaux via les site Abilis des maitres tailleurs, site qui fonctionne très très bien, ainsi que pour la fabrication des décorations.
      Abilis a perdu ce marché, donc grades et fabrication décorations sont passés sur E-habillement. Abilis a juste conservé l’assemblage. Mais E-habillement ne permet pas encore la commande de déco, la charrue avant les bœufs comme d’habitude….
      Mais pour les fourreaux, grade de calot, épervier, tout ça fonctionnait bien il y a encore un mois sur les points d’habillement.

  9. Kelso dit :

    Comment le SCA arrive à avoir de tel taux de satisfaction ? Sur Toulon (Marine)je connais pas une personne qui n’a pas un problème pour commander un élément de sa tenu (encore plus vrai pour le personnel embarqué )

    • Paf le Chien dit :

      La Marine Nationale n’est pas encore éligible à e-habillement (lancement programmé au mois de juin).
      Le marin passe donc par le Salon décrit il y a encore quelques années comme un lieu de convivialité essentiel au moral du dit marin.

    • who? dit :

      normale le questionnaire de satisfaction ne pose pas les bonnes questions ou oublie d’en poser certaines

  10. auxsan dit :

    je vous raconte même pas pour caresser l’espoir d’avoir la moindre possibilité de commander quoi que ce soit pour les réservistes….. déplorable…

  11. guy dit :

    Au delà de pouvoir commander, il serait intéressant de mettre en place un système de récupération et d’échanges.
    Car avoir les choses en double ou en triple voir plus sans en avoir le besoin, juste pour « liquider » les points, ce n’est pas concevable.
    Avoir 10 treillis neufs qui ne servent pas, n’est pas normal.
    Il y en a beaucoup, énormément qui sont dans ce cas et ça participe à des manques sur le long terme. Même si cela ne se voit pas pour un jeune engagé, après quelques années, ça s’accumule….

    Le système est « mal fait », la méthode de points n’est pas une bonne méthode pour répondre aux besoins.

    Il faut revenir à l’essentiel, celui ou l’équipement n’est pas un consommable, mais un prêt échangeable en cas d’usures, de casses, de pertes ou d’un changement de taille.
    Il faut à l’engagement offrir à chaque soldat l’ensemble des équipements individuels, à sa taille, en définir un nombre.
    Avoir un magasin dans chaque régiment, disposant d’un stock permettant à un soldat de venir échanger une paire de chaussure usée, un treillis cassé, remettre ses anciens galons, échanger des t-shirt etc…
    Et si un individu quitte l’institution, il rend l’ensemble de ses équipements.
    Une expertise déterminera si une récupération est possible et rentrerons dans le circuit, pour les engagés, les réservistes, les jeunes en période militaire de découverte ou pour des dons à d’autres armées et j’en passe, on jugera de ce qui est bon de faire.
    On s’éviterait aussi de cette façon de retrouver dans la nature, en vente sur internet des paquets d’équipements standards qui ironiquement parfois, sont achetés par des militaires ne pouvant pas faire autrement pour s’équiper (même si ça tend quand même à disparaitre).
    Alors si pour des chaussettes, des slips, des t-shirt ou des chemises on peut fixer un quota annuel, le reste doit être compté, même des choses qui semble futile, tel des fourreaux d’épaules, trop de choses neuves ou comme neuves disparaissent dans des greniers/caves, dorment dans des placards.

    • Vroom dit :

      Je ne suis pas d’accord avec votre système. Si on en vient à un stock central, c’est justement pour éviter d’avoir à éparpiller les stocks et donc des ruptures d’articles ici et là.
      De plus, on ne peut pas commander des articles en nombres important, c’est contingenté dans votre paquetage, un pantalon par an, un treillis tous les 18 mois, ….
      Si on perd des points, quel est le problème ? Ce n’est pas retiré de votre solde que je sache. Le max doit être aux alentours de 700 points ! quel affaire si vous en perdez après ! Vous avez encore largement de quoi vous habiller ! Le but n’est pas de commander à outrance pour se débarrasser de ses points !

    • Sam dit :

      Houlà ! Vous voudriez un truc logique ? Mais quittez l’armée, mon bon !

    • Ancien chasseur dit :

      Vous voulez revenir à un système qui fonctionnait très bien il y a plus de 20 ans!
      Système qui a été abrogé sous pretexte d’économie car il néssécitait des stocks importants ,comme celà a été fait pour la maintenance aussi.
      Mais tous ces politiques qui n’ont pas connu le service militaire ne peuvent pas le comprendre car ils ne comprennent que les chiffres instantanés.

      • Marco dit :

        @ancien chasseur : quant aux anciens qui viennent nous raconter leurs guerres sans se rendre compte que les problèmes d une armée de métier ne sont pas ceux d’une larmee de conscription …

        • Ancien chasseur dit :

          @ MARCO: je ne raconte pas mes guerre, ayant quitter l’institution en 2015 j’ai connu les deux armées.
          Le système actuel mis en place montre bien les limites du fonctionnement en flux tendu et stock unique (pour des économies) ,car si chaque régiment avait un stock pour palier à certains problèmes celà fonctionnerait un peu mieux: exemple,Vous commandez un effet qui à sa reception ne vous va pas (taille changeante suivant les fournisseurs) vous pourriez le changer rapidement surtout pour une paire de chaussure au lieux de le laisser dans un placard,mais aussi si les militaires quittant l’institution réintégraient leurs paquetages,celà permettrait de faire dû changer de vètement en classement 2 en bon état au lieux de consommer du neuf systématiquement voire même faire de l’achat sur fonds propre.
          Mon commentaire allait dans ce sens, non pas dans le sens de l’évolution des équipements qui ont grandement évolués

          • Marco dit :

            Ce n’était donc que l’impression que vous donniez… cela dit, si vous êtes parti il y a 6 ans, je ne me trompais pas vraiment. A quoi sert de dire: c etait mieux avant quand tout le monde sait bien que le coût du paquetage est plus de 2 fois superieur à celui d il y a 20 ans et qu’on ne reviendra pas aux stocks pléthoriques ( et par ailleurs mal suivis, preuve en est le nombre de rossignols qu’on y trouvait) de la conscription. Et je ne parle même pas des effectifs nécessaires pour armer ces magasins. Apres si vous avez des solutions (pas le yaka…) pour obtenir l’un (les budgets) et l’ autre (les effectifs), tant mieux!

        • Ancien chasseur dit :

          @Marco:Je rajouterai une petite anecdote, dans ma dernière affection,avec mon fourrier nous avons colisés et amenés avec nous en OPEX des effets tels que des treillis et des chaussures (dont la BDD refusée la réintégration:retour vie civile,désertion…etc) ce qui nous a permis de dépanner pas mal des soldats de la compagnie.Et ces effet nous permettaient aussi de faire du changé au quartier.

    • Les Fondamentaux, « L’équipement n’est pas un consommable, mais un prêt échangeable en cas d’usures, de casses, de pertes ou d’un changement de taille » ou prise de poids … A en regretter le fourrier du régiment .

    • papy dit :

      Inventer l’eau chaude c’est bien. Cela existait il y a bien longtemps dans les corps de troupe mais c’était pas assez moderne pour certains.

  12. Francis Hummel dit :

    Bizarre que l’on laisse le SCA s’auto attribuer un satisfecit…
    Juge et partie, comme cela il ne va pas se déjuger !!!
    Quand on lit les commentaires ici auxquels je pourrais rajouter ma voix, le point de vue des utilisateurs semble légèrement (sic) différent.
    Et ce n’est pas qu’un sentiment.
    Comme souvent, les commissaires, maintenant quasiment tous directs, sont dans leur tour d’ivoire et ne se mettent jamais – pourquoi d’ailleurs le ferait-il, à la place des utilisateurs finaux.
    C’est pareil pour la dirisi et les sic/it,…
    Du théorique, jamais dans les rangers de celui qui crapahute…

  13. Thierry dit :

    Faut surtout arrêter de refiler des contrats de fourniture à des escrocs qui font systématiquement une offre moins cher que tous leurs concurrents pour emporter le marché, et font quand même du gros bénéfice en refilant de la camelote de bazar bricolé par des amateurs très peu payés.

    L’officier fourrier il y a quelques décennies avait un taux de satisfaction de 100% avec des stocks qui n’étaient pas à flux tendu. Ce qu’il fait ça n’est pas un système de livraison façon Amazon, mais des stock, rien que des stocks et encore des stocks bien rempli. Et ça coutera moins cher que cette machinerie inapte au service actif qui ne donnera jamais entière satisfaction.

  14. Thierry dit :

    Faut surtout arrêter de refiler des contrats de fourniture à des escrocs qui font systématiquement une offre moins cher que tous leurs concurrents pour emporter le marché, et font quand même du gros bénéfice en refilant de la camelote de bazar bricolé par des amateurs très peu payés.

    L’officier fourrier il y a quelques décennies avait un taux de satisfaction de 100% avec des stocks qui n’étaient pas à flux tendu. Ce qu’il faut ça n’est pas un système de livraison façon Amazon, mais des stock, rien que des stocks et encore des stocks bien rempli. Et ça coutera moins cher que cette machinerie inapte au service actif qui ne donnera jamais entière satisfaction.

  15. Jm dit :

    « Seulement, il faut du temps pour que cette modernisation produise ses effets »
    SNCF : 270 000 employés : mise en place des nouvelles tenues : 72h00
    Police Nationale : 150 000 agents : mise en place nouvelle tenue : 5 jours
    Armée Française : 205 000 militaires : mise en place tenue : allez, au plus court, 15 ans….
    Ne me parlez pas de tenue FELIN, ou autres, là, je parle de treillis mécano, de tenue de combat commando, de chemise blanche secrétaire.
    Par contre, reprenez toutes les photos de nos officiels en visites sur les Bases aériennes (il en est de même chez les autres) : Macron dans une tenue de vol neuve, Macron en tenue Marine Nationale neuve (et l’entourage idem).
    Macron avec un bleu de travail neuf sur les tours de Notre Dame

  16. Celtibère dit :

    La vraie question à se poser est celle-ci: Où sont fabriqués les tissus, effets, et autres équipements spéciaux de nos militaires? Une chose est certaine, ce n’est pas en France. Et c’est la seule chose qui compte. Imaginons un conflit prochain entre les occidentaux et la Chine, on irait vite au combat en slip.

  17. Monbars dit :

    Treillis râpé, rangers tellement craquelées qu’il était quasi impossible de les faire briller, « surtout ne pas utiliser les baskets fournies, prenez-vos chaussures perso pour courir » nous avait bien prévenu l’ADC… etc.. Le fourrier ne pouvait pas inventer ce qu’il n’avait pas… Oui, je vois de quoi il s’agit côté probs d’habillement.

  18. dompal dit :

    C’est quoi le rapport entre le SCA (Service cinématographique de l’armée) et l’habillement ???
    Pas taper sur la tête !
    Ok, je sors….. 🙂

  19. dompal dit :

    Déjà de mon temps (RDC 2004) il y avait des pb d’approvisionnement pour l’habillement.

    Un jour je me suis pointé en tenue TdF au rassemblement car j’avais plus rien à me mettre sur le dos à part ma tenue de sport mais comme je n’allais pas faire du sport, celle-ci était inappropriée ! 🙁

    C’est bizarre mais 24 heures plus tard j’avais une tenue de combat à ma taille (certes, pas neuve mais en très bon état)……….

    Je vois que rien n’a changé depuis ! 🙁 🙁 🙁

    J’espère que pour les munitions (en cas de clash) les approvisionnements ne sont pas aussi à la ramasse ???

  20. Philippe dit :

    Ce qui me rassure c’est que l’Intérieur fait une bascule sur un système identique dont la construction est pensée sur un coin de table mais payée une fortune à une grosse société.
    Et cela dysfonctionne totalement déjà.