Le ministère des Armées veut développer une filière de semi-conducteurs à base de Nitrure de Gallium

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

123 contributions

  1. Alain d dit :

    Et GaN/Si (Made in CEA)
    On peut le faire !
    https://www.lesechos.fr/2017/09/exagan-un-champion-en-puissance-177608
    https://www.industrie-techno.com/pepite-a-suivre-exagan-remplace-le-silicium-par-du-nitrure-de-galium.45588
    http://www.vipress.net/leti-coordonne-projet-europeen-vehicule-electrique/
    https://www.vipress.net/macom-et-st-accelerent-sur-le-gan-sur-silicium-pour-le-deploiement-des-infrastructures-5g/
    http://www.vipress.net/stmicroelectronics-va-industrialiser-a-tours-la-technologie-gan-sur-silicium-avec-laide-du-leti/
    https://www.vipress.net/macom-et-st-accelerent-sur-le-gan-sur-silicium-pour-le-deploiement-des-infrastructures-5g/
    https://www.usinenouvelle.com/article/stmicroelectronics-se-lie-a-tsmc-pour-accelerer-son-entree-dans-les-puces-en-nitrure-de-gallium.N932254
    https://vipress.net/nitrure-de-gallium-stmicroelectronics-prend-le-controle-dexagan/
    https://www.silicon.fr/press-release/stmicroelectronics-ouvre-la-voie-la-ralisation-de-chargeurs-et-dadapteurs-dalimentation-plus-compacts-et-plus-rapides-associant-pour-la-premire-fois-un-circuit-d
    https://www.soitec.com/fr/news/communiques-de-presse/soitec-etend-son-portefeuille-de-substrats-innovants-au-nitrure-de-gallium-avec-acquisition-epigan
    Nitrure de Gallium (GaN) et le carbure de silicium (SiC)
    La guerre est ouverte, voici les acteurs :
    Infineon
    CREE (Wolfspeed)
    Roma Semiconductor Group
    STMicroelectronics
    ON Semiconductor
    Mitsubishi Electric
    Fuji Electric
    Littelfuse
    Tyco Tianrun Semiconductor Technology (Beijing) Co., Ltd.
    Shenzhen Basic Semiconductor Co., Ltd.
    https://www.industrie-techno.com/article/comment-la-technologie-gan-revolutionne-la-conversion-de-puissance.61468
    https://vipress.net/le-cea-liten-evite-la-surchauffe-des-composants-de-puissance-gan/
    GaN, SiC, hétéro-épitaxie, quantique:
    https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02531407/document
    https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/devenir-le-leader-mondial-de-la-miniaturisation-des-alimentations-de-puissance-88831/
    GREAT : développer une technologie de nitrure de gallium (GaN), enjeu stratégique pour la défense
    https://www.defense.gouv.fr/aid/actualites/great-developper-une-technologie-de-nitrure-de-gallium-gan-enjeu-strategique-pour-la-defense
    Plusdepognon puissance 10 :>))

    • nikoopol dit :

      merci cest clair

    • Thierry dit :

      Le Nitrure de Gallium n’est pas une matière rare, il provient du minerais d’aluminium : la bauxite qui en contient 30 à 80 grammes par tonnes, (on en trouve aussi dans le charbon) La France en faisait du raffinage de haute pureté jusqu’en 2006 et la délocalisation de la dernière usine française, Salindres dans le Gard.
      En 2010 s’est posé la question de l’approvisionnement stratégique en Nitrure de Gallium et ça n’a jamais dépassé les débats…au point qu’aujourd’hui la question se pose toujours et avec toujours plus d’urgence. Et on peut parier que cette fois encore l’occasion sera manqué.

      La France, aveuglé par la globalisation économique a raté tous ses rendez-vous industriels, on l’a encore vu avec le Covid, en ayant désormais un retard invraisemblable dans tous les domaines.

      Le Nitrure de Gallium est aussi utilisé dans les lampes led que vous avez chez vous, mais bien sur Macron pense que tant qu’il reste des bougies on n’en a pas besoin, c’est comme le vaccin, à la place un susucre suffit avec une petite tape dans le dos.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Le Nitrure de Gallium est aussi utilisé dans les lampes led que vous avez chez vous, mais bien sur Macron pense que tant qu’il reste des bougies on n’en a pas besoin » Assurément surtout avec une lumière comme vous!
        Posez vous donc ma question (en essayant de zapper au moins une fois Macron) sur ceux qui ont tué l’industrie extractive en France et pas seulement pour des raisons financières!
        Je vous aide un peu…………….. ce genre « d’aigle » par exemple!
        https://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/vincennes-lopposant-ecologiste-refuse-de-voter-une-subvention-au-yacht-club-juge-trop-polluant-16-04-2021-KDD7QQRMUNC5ZKHCPNW5KYJRF4.php
        Et au passage merci Hulot et consorts!

        • Diogéne de synopse dit :

          Les écolos n’ont jamais été au pouvoir ( armée, industrie, finance, justice, police ) ils ne sont pas responsable de la désindustrialisation de la France. Thierry a tout à fait raison, et je précise que c’est l’article 63 de l’Union Européenne qui permet celle-ci.

          • Vinz dit :

            Dominique Voynet et consort n’ont jamais été pouvoir ? Les socialistes et leurs alliés verts non plus ?

            La France, grande spécialiste du tirage de balle dans le pied.

            Sinon avec une teneur à 30gr par tonne, on peut commencer à dire que c’est du rare.

          • Pascal (l'autre) dit :

            « Les écolos n’ont jamais été au pouvoir ( armée, industrie, finance, justice, police ) ils ne sont pas responsable de la désindustrialisation de la France. » C’est e, bonne parie la finance qui est responsable en faisant fabriquer à bas coûts à l’étranger et en particulier en Chine cependant des gisements exploitables existent en France. Essayez donc d’ouvrir ou de rouvrir une mine en France et on en reparlera!

          • Alain d dit :

            @Vinz & Pascal & Diogène
            Les écolos n’ont pas été au pouvoir en France ?
            Vous nous prenez pour des quiches?
            Et bien si, à des postes de ministres dans différents gouvernements, donc avec un accès aux médias privilégié, surtout pour une espèce rare, donc très observée par les médias croustillants de nouveautés et appréciant la zizanie qui fait toujours vendre.
            Et donc déjà sous Pompidou, 1971, même si le terme écologie n’était pas utilisé :
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_ministres_fran%C3%A7ais_de_l%27%C3%89cologie
            Dès lors qu’ils rentraient dans un gouvernement, même si s’était pour certains, apparemment symbolique, en réalité tous les postes étaient ardemment négociés, et chaque ministre avait un minimum de pouvoir, déjà par les bruits de couloirs et confidences, les critiques qu’il pouvait distiller et les interviews qu’il pouvait donner. Et puis certains ont passé des lois qui ne sont pas passées inaperçues.
            Et les écolos ont piloté, en coopération ou pas, des villes et des départements, donc avec un pouvoir sur les politiques industrielles.
            Ils ont évidement une part de responsabilité dans la désindustrialisation de la France tout comme les syndicats et cocos qui s’opposaient aux modernisations, robotisations et digitalisations des outils de travail et des chaines de production. Ce qui fournissait de bonnes excuses aux patrons pour délocaliser et aux financiers pour vendre, des outils de travail qui étaient de moins en moins rentables, jusqu’à devenir obsolètes. Les écolos ont surtout planté l’industrie agricole, laissant aux cocos le soin de planter le reste des industries. Les seuls investissements que revendiquaient les syndicats étaient ceux qui arrivaient directement au bas de leurs feuilles de paie.
            Et nos élus départementaux, régionaux et nationaux, de tous bords, par lâcheté ou par médiocrité, ont regardé la France se désindustrialiser. Quand un secteur allait totalement explosé, pour ne pas subir la pression sociale, les responsables faisaient un chèque en blanc à ce secteur, mais sans plan bien cogité en amont et sans contreparties. Les fameuses restructurations : licenciement puis ventes ou fusions, pour gagner en parts de marché, et réduire illusoirement les couts durant un temps, mais sans impératifs de modernisation. Le chèque ne servait qu’à obtenir la paix sociale pour garder ses chances aux prochaines élections. Patatra, 5 ou 10 années plus tard, le secteur était à nouveau décroché et on recommençait le même cycle. Que des objectifs à court terme pour l’échéance électorale suivante.
            Election syndicales, des élus communaux, départementaux, régionaux et nationaux, des patrons, et les nominations aux conseils d’administration, on peut mettre tout ça dans le même panier de crabes.
            Pour ne pas reconnaître une fois pour toute que tout le monde à déconner et à tous les échelons, publics et privés.
            La France était en train de se faire bouffer des parts de marché, et déconnait un maximum. Et j’en suis, puisque avec du recul je me souviens bien que dans certaines entreprises, le vendredi après -midi n’était quasiment pas travaillé, et ceci en dehors des truandages sur les horaires (avant que les badgeuses s’imposent quasiment partout). Ateliers ou bureaux de R&D, semaines de 40 ou 39 heures, chaque vendredi avant midi, et même bien avant, des bouteilles d’alcool apparaissaient, et puis tout le monde partait manger vers 1230-1300, dont certains déjà bien éméchés, et personne à son poste avant 1400 ou 1430, quand certains ne disparaissaient pas. De toute façon, alcool et « peau du ventre bien tendue », personne n’était vraiment en capacité de travailler. Mais plus que çà, dans certaines « boites » y’avait toujours une bonne occasion pour sortir bouteilles et cacahouètes, avec des pots alcoolisés se répétaient et qui s’éternisaient !
            Pendant ce temps, en Chine, en Corée ou au Japon, bien plus strictes, ça rigolait beaucoup moins, mais ça bossait beaucoup plus !
            Aussi on pouvait se retrouver plusieurs jours sans charges de travail, peu importe les causes, nous ou certains étaient présents et ne produisaient rien, ateliers ou R&D.
            Tandis qu’en Asie des mineurs trimaient déjà comme des dingues.
            Vous voyez, je mets tout le monde dans le même sac, dont moi-même, parce que les batailles de gros élastiques durant plusieurs heures j’ai aussi donné.
            Mais évidement que les écolos, et la gauche de la gauche, ont participé au massacre de nos industries.
            C’est une responsabilité commune ! La France a déconné, toute la France.

          • Alain d dit :

            Correction: Les écolos ont retardé la modernisation de nos industries agricoles. Je parle bien de modernisations et non pas de changement d’échelle. Je ne suis pas fan des 1000 vaches et +, laissons cela à l’Allemagne et aux Pays-Bas. On garde la qualité et on laisse la quantité aux autres.
            Nos écolos ont aussi nuis à nos industries extractives. La critique est utile, mais leur seul but était de détruire, peu importe les emplois et les économie régionales touchées.
            Sauf qu’au final, la France grosse économie a évidement besoin de matières premières et de raffinés et autres dérivés, déjà pour habiller et nourrir nos écolos.
            C’est cons d’écolos n’ont fait que déporter le problème, puisque la France extrait encore un peu à l’étranger, mais surtout dépend d’entreprises étrangères pour ses approvisionnements, entreprises sur lesquelles nos écolos ont encore moins de pouvoir, tous comme la France d’ailleurs.
            Superbe réussite !
            Résultats, ces connards d’écolos, nous imposent des pneumatiques, bombes aérosols, jouets, parquets, canapés, meubles, smartphones, ordinateurs, etc. importés de Chine, alors que déjà logistiquement c’est une connerie, et qu’humainement parlant c’est un crime, puisque des enfants sont utilisés pour ces productions.
            Ces écolos sont des triples-connards, parce qu’ils consomment aussi tous ces produits venus de Chine, qui seraient plus facilement contrôlables si fabriqués dans l’UE. Comme la Chine est maintenant incontournable et puissante, difficile aussi de lui imposer des normes plus strictes, alors que si la production était dans l’UE, ce serait plus simple, puisque pour les normes environnementales et sociales c’est bien l’UE qui fait la course en tête.
            Ces écolos, cons comme des manches à balai, je parle des plus extrémistes, en mettant trop la pression sur les gouvernements, ils vont engendrer de conneries sociales et environnementales, par pure idéologie, parce que technologiquement ils ne captent rien. Mais ce sont des artistes, enfin ils le croient, alors que les vrais artistes qui nous intéressent pour ce sujet ce sont les laboratoires de recherches, seul capables de changer la donne par leur inventivité, déjà par d’énormes gains dans les consommation d’énergies, et en remplaçant dès que c’est possible les matières générant des très au taux de CO2. Et d’ailleurs ces nuls d’écolos sont assez vite capables de gober la messe dite par tel ou tel lobby industriel, puis de retourner leur veste assez rapidement, mais sans savoir vraiment pourquoi.
            Perso j’ai toujours fait gaffe à ce que je consommais, à la provenance, à la qualité, à mes déchets, à la nature, à ne pas surconsommer dans le sens ne pas remplacer un bien trop vite, mais je n’ai jamais ressenti le besoin de me coller une étiquette écolo sur la tronche !
            L’endoctrinement ce n’est pas ma tasse de thé.

      • Rémi Mondine dit :

        ´L’enjeu est de désinvestir, comme ils ne savent pas créer de la richesse il faut réduire les invesitssements ce qui mathématiquement permet de produire du cash. Evidement á long terme c’est désastreux, mais d’ici lá ce sera le prochain gouvernement qui ne sera pas responsable du passif.

    • Alain d dit :

      Au moins un oubli d’un acteur important :
      Seoul Semiconductor Co., Ltd
      L’évocation des LED par Thierry m’a fait percuté.
      C’est un des plus gros constructeur de LED
      http://www.seoulsemicon.com/en

    • Plusdepognon dit :

      @ Alain d
      Mais… il m’a piqué mon texte !!! 😉

      Le sable est un marché aussi important que le pétrole pour nos économies et c’est une ressource qui a tendance à se raréfier, car ce n’est pas n’importe quelle qualité qui sert aux activités humaines :
      https://www.areion24.news/2020/08/31/le-monde-dans-un-grain-de-sable-un-marche-titanesque-une-ressource-limitee-des-mafias-puissantes/

      ST Microelectronics s’est allié au tawainais TSMC :
      https://www.capital.fr/entreprises-marches/stmicroelectronics-sassocie-a-tsmc-dans-le-nitrure-de-gallium-1362717

      C’est la technologie 5G qui a relancé l’intérêt pour cette filière :
      https://www.usinenouvelle.com/article/la-5g-relance-les-puces-en-arseniure-de-gallium-au-grand-bonheur-de-skyworks-et-qorvo.N865835

      L’entreprise néerlandaise NXP a ouvert la plus grande usine du monde aux USA :
      https://www.usinenouvelle.com/article/nxp-ouvre-la-plus-grande-usine-de-puces-en-nitrure-de-gallium-au-monde.N1010869

      Pour les passionnés de sciences, plus d’explications ici :
      https://www.insp.upmc.fr/Le-nitrure-de-gallium-ou-le.html

    • Alain d dit :

      LED GaN Guerre à Haute Intensité dans les brevets
      OMPI (Système de Madrid, Organisation Mondiale de la Propriété Industrielle):
      https://www.wipo.int/export/sites/www/pct/fr/news/extracts/2014/wipo_magazine_12_2014_pioneers_of_blue_leds.pdf
      CEA:
      https://www.leti-cea.fr/cea-tech/leti/Pages/innovation-industrielle/Demonstrateurs/MOTION%20GaN.aspx
      Rappel, la France est toujours à la ramasse dans ses dépenses de R&D en ratio du PIB.
      Encore loin des 2,5% quand les Etats-Unis, l’Allemagne, la Corée du Sud, la Suède et le Japon, entre autres, se baladent au dessus des 3%.
      Donc des milliers d’idées et de découvertes restent coincées dans les tiroirs.

    • Alain d dit :

      Utile aussi de rappeler que le wok (pas SEB) des substrats de semi-conducteurs est aussi chez nous, on a donc déjà beaucoup d’atouts pour maitriser les matières de bases, RF, mémoire, calcul, solaire, magnétique et quantique.
      https://vipress.net/riber-livre-la-plus-grosse-machine-mbe-au-monde-a-intelliepi/

      Oui mais faut arrêter d’industrialiser de la R&D pointue à l’étranger, et quand on parle de souveraineté, l’excuse de l’absence d’investisseurs ne teint pas la route. Dans ce cas l’Etat est roi et les coups de pieds sont autorisés !
      Comme les mémoires magnétiques MRAM (Magnetic Random Access Memory).
      Crocus Technology, Grenoble :
      https://www.youtube.com/watch?v=EZPRulxRRck
      Mais les deux grosses usines sont à Santa-Clara et Moscou
      https://www.youtube.com/watch?v=MBxJ0fD-rYo
      Combien d’emplois perdus, à commencer par ceux nécessaire pour construire ce type d’usine très pointue?
      Et ensuite les emplois directs et indirects ? Avec un chômage à plus de 10%
      Et les exportations ratées?
      Faudrait savoir, parce que pour la souveraineté et la relocalisation, je pense pas que tout le monde ait bien capté le concept.
      Encéphalogrammes plats, y’a pas que l’OTAN !

  2. Sempre en Davant dit :

    S’agissant de matériaux rares il faut aussi une filière de récupération et réemploi quand on sait faire. Et de récupération stockage quand on sait pas.
    S’agissant des puces ils faut se ternir prêt a faire disparaître certains spécialistes insulaires menacés d’invasion. On a les von braun de son époque ou ils vous passent sous le pif. Vive les puces de taiwan. Les sous mariniers seront ravis de profiter du soleil du pacifique (oui c’est une blague.)

    Enfin s’agissant de l’avenir des transmissions où en sommes nous?
    Pourrions nous résister a des brouillages actuels? Des pis-aller comme une version laser des transmissions par fibre optique sont elles étudiées? (Un ingé m’avait fait l’article il y a … 30 ans)

    Pour l’heure un simple vol de cuivre suffit toujours a réduire au silence des territoires. Rien contre la haute technologie et la pointe de l’antenne mais nous avons aussi de sérieux problèmes de fondation.

  3. Fralipolipi dit :

    Sauf erreur de ma part, Spectra est supposé intégrer des capteurs avec composants GaN à partir du standard F4 du Rafale.
    Je suis curieux de savoir de quelle génération seront ces composants (GH15 ou ultérieure ?) mais sans doute bcp moins que bien d’autres personnes (car le sujet est bien sensible et donc secret) !

    • vrai_chasseur dit :

      @Fralipolipi
      Spectra utilise déjà des composants de chez UMS…
      point sensible de souveraineté résolu depuis 10 ans car auparavant la 1ere génération de Spectra utilisait des composants américains (venant de TriQuint, qui étaient plus fiables à l’époque)
      NB : UMS est une JV 50/50 entre Thales et Airbus DS Allemagne. Et Thales a comme actionnaire de référence Dassault – donc pour Spectra tout ça reste ‘de la remise en mains propres’.

    • wagdoox dit :

      Ce qui bloque tant pour spectra que pour le radar c’est le prix du GaN.
      La solution qui a toujours été évoqué c’est de faire du dual civil, je te laisse donc répondre à ta question à la lumière de cet article

  4. James dit :

    @Laurent
    Vous n’avez pas mal à la tête en écrivant cet article? Parce que c’est le cas pour moi en le lisant 🙂

    • Hannibal_Lecteur(ex Jolindien) dit :

      Ouais faut avouer, c’est ardu!
      Au passage: salut James! 😉

      • James dit :

        Salut Hannibal_Lecteur(ex Jolindien)
        En quelle honneur ce nouvel alias?
        Comme ‘méchant’ Jolindien n’est pas du même niveau le nouveau là 🙂

    • laquille dit :

      là on est ; sur une échelle ‘DOLIPRANE’ ; à 4 boites sur 5

  5. Momo dit :

    Excellent, démarche complexe pour arriver à graver des asics aussi finement mais essentielle pour rester au top de la performance et éviter les lois et réglements castrateurs des US, bouzenstag et autre organisations qui tendent au racket.
    En réalité c’est là l’enjeu, le wafer (tranche) n’étant pas le problème prioritaire à ce jour.

    On suppose bien sûr qu’UMS aura interdiction de produire et même de partager la techno avec sa prod en Allemagne. Sans stagiaires chinoises non plus.

    • Sorensen dit :

      Votre première phrase n’a aucun sens.
      D’où cela vous vient que les composants GaN-FET seraient une « technologie » Française. Vous imaginez le nombre de fondeurs qui utilisent cet Alliage? Ne serait-ce qu’en Allemagne puisque vous la citer? N’importe quoi…

      • Alain d dit :

        Votre contre n’a pas plus de sens. Les technologies de substrats (Wafers) de Soitec sont utilisés par quasiment toute la planète et domine le marché du Silicium, alors même que Soitec n’a que des usines en France et à Singapour. Mais + de 3000 brevets > licences contre argent, ce qui explique les énormes marges de cette petite entreprise qui monnaye ses brevets et ses expertises.
        Qualcomm, NXP, GlobalFoundries, Applied Materials, AMD, Samsung Foundry, ARM et Siltronic croquent des technologies SOI de Soitec, d’une manière ou d’une autre.
        Consortium SOI :
        https://soiconsortium.org/members/

        • Sorensen dit :

          Contre de? Le rapport? Aucun.

          • Alain d dit :

            @sorensen
            « les composants GaN-FET seraient une « technologie » Française » ?
            « Vous imaginez le nombre de fondeurs qui utilisent cet Alliage? »
            Ces deux « phrase »s associées n’ont « aucun sens »
            La preuve par les technologies de Soitec que nombre d’entreprises internationales produisent, soit en achetant des substrats à Soitec, soit en achetant un accord d’utilisation à l’entreprise française pour produire les mêmes substrats par « licencing »
            C’est bien le SOI (Silicium sur isolant) qui domine le marché !

          • Sorensen dit :

            @Alain Et alors?!

      • Momo dit :

        Trés cher ami, où avez-vous lu que j’écris que c’est une techno française?
        Contrairement à vous (vu votre commentaire) je connais très bien ce sujet de longue date.

        Votre empressement à dire des sottises vous aveugle au point que vous ne savez plus lire?
        Triste constat quand on prétend vouloir dire des chose simplement sensée.

        Ridicule, essayez de faire un peu attention la prochaine fois, là c’est 0!

        • Sorensen dit :

          « On suppose bien sûr qu’UMS aura interdiction de produire et même de partager la techno avec sa prod en Allemagne.  »
          Elle est sensée ne pas transmettre la technologie GH15 sur GaN-on-SiC à une de ses usines en Allemagne pour ne pas que l’Allemagne récupère une technologie qu’elle maîtrise?

          La France suit le mouvement, il s’agit de la composante Française d’un programme Européen. Ce n’est pas comme-ci la ESA avait lancé le mois dernier le projet Kassiopea (Il y a des Chinois chez SweGan) dans le cadre du programme European MMIC en même temps que la « Fakultät für Luft- und Raumfahrttechnik » de la « Universität der Bundeswehr München » a testé les communications satellitaires en 5G.

          • Momo dit :

            Bien, vous allez relu la première phrase et le reste et fait donc ce rétropédalage qui vous sied un peu mieux.
            L’Allemagne ne maîtrise rien à ce sujet qui ne le soit déjà par la France.

            Il est évident que tout nouveau développement de cette techno est de nature à intéresser beaucoup de parties, c’est le cas de toutes celles qui s’appliquent au militaire.

            Si la France fait un effort de recherche, qui n’est pas gratuit, c’est pour être à la pointe et donc doit s’assurer que personne d’extérieur n’a accès à ses résultats.
            Ni l’Allemagne ni personne, en particulier au niveau production.

          • Sorensen dit :

            Quel rétropédalage?
            UMS est une entreprise Européenne Franco-Allemande sur un joint-venture Thales/Airbus Défense. De quoi vous parler?
            Ca fait plus de dix ans que les transistor GaN sont à l’étude. On se souviendra d’un des projets précurseurs, le TRP de l’ESA « Millimeter wave power amplifiers ». Les partenaires du projet, Fraunhofer IAF et DA-design, et du coordinateur du projet, Tapani Narhi. Ainsi que le ministère fédéral de la Défense (BMVg), Bonn, et le Centre technique de la Bundeswehr pour les technologies de l’information et l’électronique (WTD 81), Greding,en 2012.
            La GH15 n’est pas nouvelle elle a 2 ans et n’est pas le sujet de cet article mais de lancer une industrie basée sur ces transistors. Le sujet c’est la création de IP Européens. C’est l’aboutissement de recherches Européennes pour aboutir à un projet de production Européenne. https://www.defense.gouv.fr/aid/actualites/nigamil-developpement-d-une-filiere-europeenne-de-nitrure-de-gallium C’est clair, le connaisseur de longue date?

          • Momo dit :

            Décidemment mon pauvre sorensen…
            De quoi moi parler? Ah oui, effectivement, on comprend mieux: Deutschland ubber alles?

            Plus sérieusement mon pauvre, tu as au mieux lu l’article de L Lagneau en diagonale, rapidement et aprés tu es dans ton schéma de pensée sur que tu crois qui est écrit.
            Comme mon premier post.

            Schuss

  6. Sorensen dit :

    Excellent, en espérant qu’il en sera de même pour les fréquences en TéraHertz et les technologies nécessaires à base de graphène.

  7. tschok dit :

    Je crois que j’ai compris la moitié des mots.

    Le pire, c’est quand on comprend une expression, mais qu’on ne sait pas ce que ça veut dire. Tension de claquage, par exemple. On comprend les mots. On croit comprendre le sens. Et puis on se dit non, ça peut pas être ça.

    • Nike dit :

      Tension de clacage c’est la tension à partir de laquelle la grille d’un transistor MOS se détruit.

      En clair, c’est ce qu’on redoute lorsqu’il y a un dirac électromagnétique provoqué par une explosion nucléaire.

      Si les composants ne sont pas sérieusement protégés en amont, l’impulsion peut se propager jusqu’aux grilles des transistors et là adieu l’ordinateur, le téléphone satellitaire, etc…

      Dans le cas présent je ne suis pas certain que ce soit lié à cela, En effet il y a des applications qui nécessitent de travailler à des tensions plus élevées, notamment pour avoir plus de puissance, dans ce cas on utilise traditionnellement des grilles plus épaisses, mais du coup on a des composants beaucoup moins denses. ( moins de transistors par unités de surface) et la fréquence max est limitée par la capacité des grilles. Avoir une technologie qui combine tension élevée et densité importante s’est très intéressant mais c’est réservé à des marchés de niches pour l’instant.

      Pour ma part s’il faut choisir entre une usine de munitions de petit calibre et une fonderie électronique pour cette technologie, le choix est vite fait : fonderie !

      • PK dit :

        Non, pas vraiment : l’onde électromagnétique engendrée par une bombe atomique va plutôt s’attaquer au substrat, donc changer les dopages, donc rendre inopérant les seuils de bascule des transistors : autrement dit, ça fout une telle grouille que plus rien ne fonctionne de concert…

        https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205508/document

    • PK dit :

      tension de claquage : tension maximal qu’un transistor peut recevoir avant d’être HS…

    • Thomas dit :

      Grave !
      Tension de claquage : j’ai senti ma cheville partir, mais en effet, ça ne doit pas vraiment être ça…

    • Vinz dit :

      Alors la tension de claquage c’est très simple : on a pris un panel représentatif de 7 personne devant subir une émission d’Hanouna, et on a compté le nombre de secondes avant que les individus aient l’irresistible envie de le claquer.
      Ca donne une échelle de 1 à 7.

      • PK dit :

        Excellent… Et ça fonctionne aussi avec Véran et Macron !

      • dompal dit :

        @ Vinz,
        Hihihi !!! 🙂 🙂 🙂
        Vous m’avez bien fait rire…..et venez d’inventer une échelle de la connerie humaine. 🙂
        Mais je pense que certains sont au-delà de 7 (écolos, par exemple) ! 🙁

  8. NRJ dit :

    Bon, on va se poser une question très simple: Plusieurs commentateurs souhaitent une filière de petit calibre qui sera chère (100 millions d’euros comme mise de départ à une industrie de munitions qui seront plus coûteuses que le marché). Et on a cette filière de semi-conducteur. Qu’est-ce qui est prioritaire ? La filière technologique qui assure notre compétitivité dans le domaine de l’armement à long terme et le maintien d’ingénieurs pointus et compétents ou la filière de munition sans aucune valeur technologique (faire des munitions de petit calibre, c’est à la portée de tous les pays) dont le seul intérêt est de permettre d’avoir des munitions dans le cas plutôt improbable (enfin chacun peut juger) d’une guerre COLOSSALE où le monde entier se liguerait contre la France ?

    • Jo666 dit :

      Mais l’indépendance est à ce prix. Faut arrêter. Les 5.55 faites à l’étranger qui divergent à 250 m …. bof

      • NRJ dit :

        @Jo66
        Je ne fais que poser la question. Pensez vous qu’il est prioritaire, si on avait 100 millions à dépenser, de créer une filière de semi-conducteurs, une filière de munitions, ou une augmentation des stocks de munitions (missiles, obus, bombes etc) de l’armée française ? On ne pourra pas tout faire, donc qu’est-ce qui est selon vous prioritaire ?

    • chill dit :

      Toujours dans l’exagération crasse pour une comparaison qui n’a pas lieu d’être ; En ce qui concerne un probable conflit de haute intensité, (mais qu’entend il par là exactement ?)l e CEMAT le juge désormais probable , ce qui ne signifie pas comme vous semblez le suggérer bêtement , un complot mondial contre la France, seulement que le monde est de moins en moins sur.

      • NRJ dit :

        @chill
        Je dis simplement qu’avoir une industrie de munitions de petit calibre n’a d’intérêt que si les dizaines ou centaines d’industries déjà présentes et à qui on achète actuellement nos munitions sont soit débordées (ce qui nécessitera un conflit imprévu et d’une ampleur extraordinaire) soit contre nous. Si on n’est pas dans l’un de ces cas, avoir une industrie de petit calibre en France n’a pas d’intérêt pour notre armée (c’est même contre-productif, car cette filière ne serait pas compétitive, dixit le Drian, donc les armées payeraient plus cher pour des munitions de moins bonne qualité).

        • Twisted dit :

          Plus cher des munitions de moins bonne qualité?? Mais qu’est-ce que vous racontez?? C’est justement l’inverse, depuis qu’on achète des munitions à l’étranger on a des problèmes de fiabilité

          • NRJ dit :

            @Twisted
            Si on a des problèmes de fiabilité, c’est peut-être qu’on achète des munitions à très (trop) bas prix. Et du coup, on en paye le prix. Mais revenons à la France. Ici, c’est Le Drian lui-même, qu’on ne peut pourtant pas accuser d’être contre le projet, qui rappelle que cette filière n’est pas compétitive (http://www.opex360.com/2021/02/23/munitions-de-petit-calibre-le-ministere-des-armees-se-dit-ouvert-a-tout-examen-de-projets-industriels/). Et non compétitif, ça veut dire trop cher et/ou moins bonne qualité que la concurrence.

          • Twisted dit :

            Donc vous êtes prêts à payer plus cher des munitions de meilleure qualité mais pas à investir cet argent dans une filière de munitions?

          • NRJ dit :

            @Twisted
            Jusqu’ici je ne donnais pas d’opinion sur le choix que je ferais entre une filière de semi-conducteurs et des munitions de petit calibre. Puisque vous le demandez, je pense que ça vaut le coup de payer peut-être un peu plus cher plutôt que d’avoir la camelote de premier prix. Mais ça n’implique pas de devoir créer une filière qui ne sera de toute façon pas compétitive (donc plus cher et/ou moins bien que ce qui existe déjà).

            Par ailleurs je pense qu’une telle société aurait du sens dans l’absolu. Mais ce n’est en rien une priorité par rapport aux manques de stocks de l’armée française et a une filière de semi-conducteurs. C’est donc inutile et à bannir.

    • philbeau dit :

      C’est une manie NRJ . Que viennent faire ici les munitions de petit calibre ? Vous êtes accro au benchmarking ?

      • NRJ dit :

        @Philbeau
        Je ne fais que mettre chacun face aux vraies décisions qui sont à prendre. Certains voudraient une industrie de munitions de petit calibre. Est-ce que c’est une priorité sachant qu’on n’a toujours pas de filière de semi- conducteurs sur le nitrure de Gallium ? Il y a un choix à faire. Qu’est-ce qui est le plus important selon vous ?

    • Czar dit :

      tu comptes les répéter combien de temps tes conneries « de bon sens » Enerjaille-miousic-oneli ?

      les masques alakon ça non plus c’était pas « technologique » ni « stratégique » mais tu veux nous rappeler ce que ça nous a coûté de ne plus pouvoir en fabriquer au moment où tout le monde en a eu besoin au même moment ?

      • NRJ dit :

        @Czar
        « mais tu veux nous rappeler ce que ça nous a coûté de ne plus pouvoir en fabriquer au moment où tout le monde en a eu besoin au même moment ? ». Et ça nous aurait rapporté quoi d’avoir une industrie française de masques ? Vous pensez peut-être que ça aurait changé quelque chose ?

        • Czar dit :

          à une centaine de millions d’euros par jour de perte d’activité en raison du confinement – décidé en raison de l’absence de masques

          ça nous sert à quoi d’avoir des missiles M51 qu’on pourra pas utiliser, si l’on n’a pas assez de cartouches à dispo pour une raison x ou y pour assumer des conflits un peu plus probables qu’une guerre thermonucléaire ?

          en plus on parle d’un truc qui à mette en place une fois pour toutes coûte 100 millions, c’est insignifiant au vu du budget des armées et de l’enjeu que représente une rupture potentielle

          tu en parles comme si c’était 100 millions foutus en l’air comme si ça n’allait pas créer des emplois, chez nous et nous éviter d’acheter à l’étranger ce qu’on peut produire nous-mêmes : bref de l’économisme à la con – confondant ratio de rentabilité immédiate et vitalité économique – qui nous tue depuis trente ans.

          • oryzons dit :

            C’est peine perdue.
            Il confond économies d’achat à court terme et rentabilité à long terme en prenant en compte tous les retours indirects.
            C’est littéralement ce qui tue l’économie française depuis que le mot d’ordre est d’acheter le moins cher possible tous azimuts dans tous les secteurs depuis 30 ans.
            Mais il y en a certains dont le cerveau a été lavé par les MBA anglo saxons.

          • NRJ dit :

            @Czar
            « à une centaine de millions d’euros par jour de perte d’activité en raison du confinement – décidé en raison de l’absence de masques ». OK. Ca aurait changé quoi d’avoir une industrie de masques ?

            « si l’on n’a pas assez de cartouches à dispo pour une raison x ou y pour assumer des conflits un peu plus probables qu’une guerre thermonucléaire ? » Pourquoi ne pourrions pas trouver des fournisseurs de munitions ? Il y a quantité de filière tant en Europe que dans le reste du monde.

            « tu en parles comme si c’était 100 millions foutus en l’air ». Non. Je dis juste que c’est du gaspillage d’argent car il y a de vraies priorités. Cette filière de semi-conducteurs dont parle l’article, et qui sera incontournable dans l’armée et même dans le civil, ça c’est prioritaire. Avoir des hélicoptères supplémentaires, ou du stock de missiles en cas de crise avec la Turquie, ça c’est prioritaire. Mais pas une filière de munitions qui ne servira à rien et qui nous mènera à développer des munitions de qualité médiocre pour un coût plus élevé que la concurrence (c’est le principe de dire qu’un produit n’est pas compétitif. Et pour la DGA et Le Drian, qu’on ne peut pas accuser d’être contre le projet, une filière française ne le serait pas: http://www.opex360.com/2020/10/28/le-delegue-general-pour-larmement-pret-a-reconsiderer-la-relance-de-la-filiere-des-munitions-de-petit-calibre/, http://www.opex360.com/2021/02/23/munitions-de-petit-calibre-le-ministere-des-armees-se-dit-ouvert-a-tout-examen-de-projets-industriels/)

          • NRJ dit :

            @oryzons
            Il ne s’agit pas d’acheter le moins cher mais d’acheter le plus intelligemment. Et oui, on ne peut pas tout avoir dans la vraie vie. J’aimerais aussi vivre dans le monde des Bisounours, mais malheureusement ce n’est pas le cas. Il faut donc faire des choix…

          • Czar dit :

            « compé »titif » ne veut RIEN dire puisqu’il s’agit de fantasmer un prix moyen mondial qui serait la moyenne de tous les fabricants actuels.

            une filière française n’a pas vocation a être « compétitive » car gagner des marchés mondiaux n’est pas dans les objectifs qu’on lui assigne : assurer la consommation de munitions des forces armées et de l’ordre, OUI, ça c’est l’objectif attendu.

            en clairt, on ne demande pas à cette filière de dégager 8% de marge annuelle, on lui demande ded’assurer sa fonction stratégique et de ne pas coûter de pognon au contribuable une fois l’investissmeent initial fourni.

            quant au coût d’investissement c’est quoi ? une centaine de missiles à un million qu’on a gaspillé pour taper trois gris terrés dans leur grotte ?

            le vrai gaspillage de fric il est ici.

        • ScopeWizard dit :

          @NRJ

          Eh bien , ça nous aurait permis d’ en fabriquer un stock dans l’ urgence -on espère rapidement- et ainsi de protéger nombre de Français tandis que nous sommes à plus de 100.000 morts sans parler des milliers de séquelles longues……….

          De plus , il se peut que nous ayons pu même en exporter .

          Sauf que sans usine à nous mobilisée pour fournir la France en priorité , sans stocks suffisants , le résultat est que nous nous sommes très vite retrouvés dans la merde , d’ autant que notre cher gouvernement aussi incompétent qu’ enlisé dans sa connerie idéologique a parfaitement su multiplier les erreurs et autres retards à l’ allumage au point de n’ être jamais que dans la réaction plutôt que l’ anticipation , sans parler du fameux « les masques ça sert à rien ; en plus , il faut un diplôme pour savoir l’ utiliser………… »

          Et je passe sur tout le reste dont le fait que l’ Italie touchée , cela ne risquait pas de nous arriver à nous vu que tout était prévu………….donc le match pouvait avoir lieu avec tout plein de tifosi possiblement porteurs du virus pour garnir les tribunes………….

          J’ insiste ; et j’ en passe……….

          • NRJ dit :

            @Scope
            « Eh bien , ça nous aurait permis d’ en fabriquer un stock dans l’ urgence -on espère rapidement- et ainsi de protéger nombre de Français ». Euh…. Non. C’est l’erreur classique remarquez.

            Faut prendre en compte une chose : une industrie de masques française aurait de quoi faire des masques pendant pour une période normale (peut-être quelque dizaines de milliers de masques par an tout au plus). Dans un cas de crise sanitaire, comme on a eu en mars 2020, il fallait plusieurs millions de masques chaque semaine. Aucune industrie française n’aurait été capable de faire grimper d’autant sa production en quelques semaines, voire quelque mois. C’était juste impensable. D’ailleurs les autres pays producteurs ont eu ce problème à gérer et en ont pas été capable. Du coup on n’en aurait pas été capable non plus (quoi qu’en pensent certains petits coqs arrogants). On aurait donc quoi qu’il arrive retrouvé cette situation de pénurie. On retrouve d’ailleurs cette situation de pénurie avec les vaccins contre le Coronavirus, car les capacités de production actuelles sont insuffisantes pour gérer la hausse de la demande mondiale.

            Les solutions pour empêcher cette pénurie auraient été soit de commander avant tout le monde les masques (c’est ce qu’on a fait en 2011 pour le H1N1). Mais bon, il y avait le risque que ça ne serve à rien (comme en 2011, ce qui a coûté a un ministre son poste) et personne n’avait envisagé une pandémie (sauf le ministre de la santé mais ce n’est pas aux potiches de décider).
            Soit d’avoir des stocks. Et là… On peut se dire qu’après tout ce n’est pas la peine d’avoir de payer plus et/ou avoir du matériel de plus mauvaise qualité d’une industrie nationale non compétitive, et qu’il suffit d’avoir quelques stocks un peu supérieurs pour permettre aux entreprises en question de monter leur production, ou même de la créer. C’est ce qui s’est passé en juin où on avait trop de masques car les entreprises françaises s’y étaient mises également.

            Après on était sensé avoir un stock de masques… Et on n’en avait pas. De la vraie bonne incompétence, comme il faut. Vous pourriez dire que ça invalide ma solution (ce qui est vrai), mais ça invalide aussi la vôtre. Car pensez vous vraiment que si on est complètement incompétent au point d’être incapable de gérer un stock de masques, on sera plus compétent pour gérer l’augmentation d’une production de masques ?

            Sur le reste je suis 100% d’accord. Mais c’est simplement le fait de penser qu’une industrie nationale aurait sauvé quoi qui est juste faux, à mon avis (ou alors faut expliquer). Et ce qui s’applique pour les vaccins s’applique de la même façon pour les munitions.

          • Twisted dit :

            Encore une fois vous vous empêtrez dans vos contradictions : vous maintenez que construire un seul porte avion est suffisant étant donné qu’on pourrait en construire un autre en cas de besoin, de l’autre côté vous qualifiez d’inutile une filière industrielle dont on pourrait augmenter la cadence en cas de crise…

          • NRJ dit :

            @Twisted
            Encore une fois vous vous empêtrez dans vos contradictions : vous maintenez que construire un seul porte avion est suffisant étant donné qu’on pourrait en construire un autre en cas de besoin, de l’autre côté vous qualifiez d’inutile une filière industrielle dont on pourrait augmenter la cadence en cas de crise…

            Je ne vois pas la contradiction. Tout ce que je dis est qu’il faut développer ce qui est le plus utile. Avoir un PA est utile à la fois pour le « au cas où » et pour maintenir nos compétences en aéronavale. Avoir une filière De semi-conducteurs est utile. Par contre avoir deux PA ou une filière de munitions est peu utile.
            Il y a également une autre différence : une filière de munitions ne serviraient que pour l’urgence -comme pour les masques- si on se retrouve sans stocks avec une guerre KOLOSSALE. Si on joue sur le long terme on pourrait attendre que les autres industries de munitions augmentent leur production, ou même on pourrait créer la nôtre (toujours dans ce contexte d’une guerre énorme et longue). Un PA lui agirait sur le long terme (même avec un accélérateur de budget, c’est long à construire).

            J’espère que je suis clair. Mais vous devriez expliquer un peu plus, car j’ai du mal à vous comprendre et voir où je me contredis.

          • Alain d dit :

            @NRJ
            On aurait déjà pu en produire pour les EPAD, clients et personnels, pour les plus âgés du personnel hospitalier, ce qui aurait déjà limité bien des dégâts et repoussé la saturation des lits, ceci même si d’autres manques subsistaient : respirateur, oxygène, médocs, blouses, etc.
            Et puis lorsqu’on maitrise déjà une ligne de production, c’est bien plus facile et rapide de la dupliquer. Et avec une usine pour la matière évidement.

          • Czar dit :

             » Aucune industrie française n’aurait été capable de faire grimper d’autant sa production en quelques semaines, voire quelque mois.  »

            c’est sûr , busard, c’était totalement mieux de n’avoir aucun masque plutôt que d’en avoir de façon un peu juste pour couvrir à peu près les besoins stratégiques du personnel hospitalier au moment où le système de santé à failli exploser

            parfaite logique à l’oeuvre, là

            j’espère au moins que tu fais juste du troll pour le fun et que c’est pas un effet de tes atteintes cérébro-spinales.

          • Twisted dit :

            « Tout ce que je dis est qu’il faut développer ce qui est le plus utile. Avoir une filière de munitions est utile à la fois pour le « au cas où » et pour maintenir nos compétences industrielles.  »
            C’est épuisant à la longue de vous répondre. Les mêmes sophismes incohérents à longueur de temps, quand ce n’est pas sur des sujets que vous ne maitrisez absolument pas.
            La cohérence est très simple, et vous n’y répondez pas : vous voulez un pa pour maintenir les savoirs industriels au cas ou mais vous ne voulez pas d’une manufacture petit calibre au cas ou.

          • ScopeWizard dit :

            @NRJ

            « une industrie de masques française aurait de quoi faire des masques pendant pour une période normale (peut-être quelque dizaines de milliers de masques par an tout au plus). »

            Heu , je ne veux rien dire mais là vous me paraissez « léger »………….

            Pour bien faire et réussir à protéger toute la population Française pendant mettons 30 jours à raison de masques jetables et non réutilisables , donc à changer au moins deux fois par jour , il faut compter dans les 4 milliards d’ exemplaires à savoir pour 2 masques par jour et par million d’ habitants pendant ces 30 jours , dans les 60.000.000……….

            Multipliez cette quantité par 67 ou même 60 et vous obtenez ( si je ne me suis pas planté ) ?
            entre 4.200.000.000 et 3.800.000.000 .

            Par conséquent , comme dans le cas de tels masques , il en faudrait non pas 2 mais au moins 3 par personne et par jour……….

            Raison pour laquelle , perso je préconise le lavable et réutilisable au moins une dizaine de fois ; de suite , ça va faire moins à prévoir…………

            Quoi qu’ il en soit , cela signifie que quelques usines un poil conséquentes et dignes de ce nom devraient être en mesure de produire chacune un minimum d’ 1 million de masques chaque jour ( c’ est à dire que 10 usines tournant à ce régime donneraient 300 millions de masques produits en 30 jours , voyez comme nous serions encore loin du compte en cas d’ urgence s’ il s’ agit de jetables à la con….. ) , d’ où l’ importance stratégique vitale de conserver un stock dussé t-il nous rester sur les bras plusieurs années durant , ce qui obligerait à les concevoir en « durabilité » , pas faciles à périmer quoi .

            Cela étant , si tout ce qu’il nous reste de tissu industriel capable de produire du masque aux normes et de qualité s’ était attelé à la besogne H24 7/7 , même en circuit court -donc uniquement en misant sur des usines implantées sur notre sol métropolitain- il y a fort à parier que nous aurions pu atteindre le milliard par semaine………..

          • NRJ dit :

            @Alain d
            Ne dites pas de bêtises. On n’avait pas suffisamment de masques pour les soignants, alors pour les EHPAD…

            Et ça n’aurait pas repoussé la saturation, car celle-ci est le résultat des premières semaines de mars où il n’y avait aucune mesure prises.

            Sinon faut savoir qu’on avait 4 entreprises de production de masques. Ça a suffi selon vous ?

          • Alain d dit :

            @NRJ
            Ne dites pas de bêtises.
            On a repoussé au maximum parce qu’on n’était pas préparé, mais aussi parce que les spécialistes ne captaient pas grand chose et se disputaient sur les mesures à prendre. Et pour l’OMS : 01/20.
            Et il faut tenir compte de l’inertie des administrations, qui n’est pas une spécialité que française.
            Les masques n’étaient d’ailleurs pas utiles, tant que les grandes surfaces n’avaient pas négocié et réalisé des stocks par importations depuis la Chine.
            Puis, du jour au lendemain, le non port du masque pouvait être sanctionné par un PV, et plus rien n’était accessible sans masques.
            Refaite donc la chronologie des faits et prises de positions, semaine après semaine, c’est limpide comme de l’eau de roche.
            Pour les tests comme pour les séquençages, idem que pour les masques.
            De toute façon, même avec une ligne de production juste opérationnelle pour l’hospitalier, c’est déjà des millions de masques par semaines que nous n’aurions pas eu besoin d’importer. Donc on aurait gagné du temps sur la création des stocks et leur répartition nationale. Probablement qu’on aurait aussi pu mieux négocier les prix vis à vis de la Chine, et les marges vis à vis des hypermarchés.
            Et créer de nouvelles production aurait été rapide, matières, procès, normes
            et contrôles déjà maitrisés.
            Espèce de mule

    • Lothringer dit :

      Je pense que le sujet des petits calibres et ce sujet des composants électroniques hyperfréquences ne sont pas exclusifs l’un de l’autre. De même que les armes laser et énergie dirigée n’empêchent pas la poursuite de la recherche sur l’amélioration des munitions gros calibres (cf. obus Nexter).

      Pour ce qui est des wafers, l’Europe n’est pas à la traine. Pour ce qui est de la miniaturisation, là…on est pas bons. Or la miniaturisation est une partie de la montée en fréquence (compte-tenu de la constante de la vitesse-lumière qui joue également à l’intérieur des composants) : il faut raccourcir la distance pour qu’un flux électrique puisse aller + rapidement d’un point A à un point B.
      Je fais confiance à nos équipes du LETI et du CEA pour progresser sur ces sujet…à l’échelle du laboratoire. Pour ce qui est de l’industrialisation, peut-être vaudrait-il mieux que les politiques (français) s’en mêlent un peu, mais pas trop quand même.

      Maintenant, quand on sait que l’internet est le résultat civil de projets de recherches DARPA, et au vu des retombées civiles économiques considérables (les GAFA sont TOUS américains), maîtriser ce sujet technologique par des européens serait une bonne chose…et ITAR-free.

      En maîtrisant des composants capables de travailler sur une plage très large d’hyperfréquences, ont peut créer des radars à variation de fréquence permanents, ce qui rend difficile les contre-mesures électroniques (dont le but est de créer une furtivité active). Et on met également par terre la furtivité passive car les revêtements de surfaces à absorption de fréquences ne peuvent pas traiter toutes les plages de fréquences.

      • NRJ dit :

        @Lothringer
        « Je pense que le sujet des petits calibres et ce sujet des composants électroniques hyperfréquences ne sont pas exclusifs l’un de l’autre. ». Ils ne sont pas exclusifs en absolu. Si on a de l’argent à profusion, on pourrait faire les deux…. Sauf qu’on en n’a pas. Il y a donc des choix à faire. Et ça pose la question : qu’est-ce qui sert le plus à la souveraineté ? la filière de semi-conducteurs qui est incontournable dans les technologiques militaires et potentiellement civiles, ou la filière de munitions sans intérêt technologique, chères et/ou médiocres pour équiper nos armées ?

    • arnaud dit :

      100 millions pour être indépendant… quand on voit les centaines de millions cramés pour des futilités ou pour racheter les décisions débiles de nos zélites, vos arguments débiles me fatiguent. Les tests faits à tire larigot depuis avril 2020: 80 millions par semaines.
      Les masques achetés à prix d’or ? Les vaccins achetés à big Pharma dans la plus complète opacité….

      • Félix GARCIA dit :

        « Nan mais 464 milliards de dette, c’est pas grand chose.
        Pi on emprunte à 0%, voir taux négatifs ».
        Comme disait Agnès PANNIER-RUNACHER, c’est même  » plutôt le moment de faire des bonnes affaires [en bourse] » !
        https://www.youtube.com/watch?v=QckuDi7WHyE

        Un p’tit chèque de 100 milliards : 50 pour la BITD et l’équipement, 50 pour la recherche et développement.
        Un p’tit chèque pour payer les arriérés dus aux braves compatriotes qui assurent notre défense au quotidien.
        Un autre de 100 milliards pour l’infrastructure (hôpitaux, éducation, routes, ports, télécoms etc …) : rénovation et construction.
        Un autre de 100 milliards pour l’industrie et l’artisanat.
        Un autre de 100 milliards pour la transition agricole : agroforesterie, gestion rationnelle et localisée du terroir, transformation et commercialisation en circuits courts.
        Un autre de 50 milliards pour la pêche, l’aquaculture, le monde maritime et les territoires ultra-marins.

        Voilà 450 milliards dépensés en investissements.
        Et on baisse les taxes et impôts afin de ne pas essayer de « se suspendre en se tirant les cheveux » (« Accroche toi au pinceau ! Je retire l’échelle ! »).

        Le tout, évidemment, avec de la monnaie souveraine fraichement émise.

    • wagdoox dit :

      Pourquoi choisir ?
      C’est ca que tu veux pas comprendre, l’indépendance c’est de TOUT faire !!!
      Meme des masques …
      Je te rappels qu’on a laisser partir les filières de composant électro comme les terres rares à partir des années 80,
      ca rapportait plus assez, on va dépenser combien maintenant pour les faire revenir ?

      • NRJ dit :

        @Wagdoox
         » l’indépendance c’est de TOUT faire !!! ». Si je ne vous connaissais pas comme sérieux, j’aurais pensé à de l’ironie. Juste pour le rappeler : ça coute cher et la France n’a pas des moyens financiers à la hauteur de ceux des USA ou de la Chine (67 millions contre 330 et 1.3 ça joue quand même un peu…). Dans l’IA, dont on attend des bouleversements de nos modes de vie, les plans français sont de 1.5 milliards entre 2017 et 2022, contre 6 à 10 milliards annuellement pour la Chine et les USA. Juste pour donner un ordre de comparaison…

        Faire des masques ou des munitions de qualité médiocre à prix élevé (c’est le principe de ne pas être compétitif: on fait moins bon et/ou plus cher par rapport à ce qui se fait ailleurs) pour faire vivre une petite fabrique de fonctionnaires, vous trouvez que c’est une bonne approche ? et pour ça on va sacrifier une de nos auters filières industrielles.

      • Guillaume dit :

        Parce-que tout faire cela veut dire ne pas être compétitif.

        C est le principe même du libre échange, il vaut mieux se spécialiser dans un produit et acheter le reste que de chercher à tout faire soit même.
        En cherchant à tout faire toi même tu est mauvais en tout.

        • NRJ dit :

          @Guillaume
          « , il vaut mieux se spécialiser dans un produit et acheter le reste que de chercher à tout faire soit même » Ce que vous dites va contre le principe de la souveraineté. Si on devient dépendant d’autres pays sur une ressource (logiciels, processeurs, satellites, etc), on perd notre souveraineté.

          Alors après il faut bien sûr être compétitif sur ces technologies (si on ne l’est pas, on perd la souveraineté à long terme.). Et l’État tout seul ne peut pas garantir cela (pour cette raison, je dis que poser l’argent sur la table ne suffit pas). Mais il peut permettre de créer un environnement plus favorable à une compétitivité de nos entreprises.
          Évidemment pour ça il faut de l’argent.

      • tschok dit :

        @Wagdoox,

        Vous avez un article de Vincent Desportes dans le DSI n° 152 qui traite indirectement du sujet que vous abordez (l’indépendance c’est TOUT faire) et dont le titre est: Etre stratège: choisir et renoncer.

        L’idée de départ, c’est que si vous avez des moyens infinis et une totale liberté d’action, alors vous n’avez pas de stratégie. Parce que vous n’en avez pas besoin. Vous faites de la stratégie lorsque vous êtes en situation de contrainte.

        On peut dire les choses autrement: les auteurs de romans de fantasy disent qu’il faut y aller mollo avec la magie, parce que si vous créez un personnage qui a tous les pouvoirs et que des super-pouvoirs qui lui permettent de trouver une solution immédiate à tous les problèmes qu’il rencontre et de surclasser tous ses adversaires, alors vous tuez l’histoire.

        Parce que supermec arrive, casse la gueule au méchant, baise princesse charmante épivala. Durée du film: 30 secondes.

        Donc, quelle est la durée de votre film? Si votre film d’indépendance dure 30 secondes, alors vous tuez l’histoire. Parce que vous êtes dans un monde parfait où on peut TOUT faire, sans limite ni contrainte d’aucune sorte.

    • Plusdepognon dit :

      @ NRJ
      La filière petit calibre française est enterrée, le sujet ne sert qu’à faire le buzz.

      La filière semi-conducteurs, c’est le même débat que pour les masques, les médicaments, les vaccins… Pour faire plus de profits pour les actionnaires, tout a été délocalisé de préférence en Asie :
      https://www.atlantico.fr/article/decryptage/souverainete-militaire-et-si-la-penurie-de-masques-sanitaires-en-cachait-une-autre–crise-approvisionnement-coronavirus-covid-19-jean-pierre-marongiu

      https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/mathilde-aubry-les-semi-conducteurs-en-europe-chronique-d-une-dependance-annoncee_2146686.html

      https://www.capital.fr/entreprises-marches/electronique-face-a-la-chine-et-les-etats-unis-la-france-affiche-ses-ambitions-1395985

      Vu que dans les véhicules Scorpion, il y a des pièces issues des circuits civils, il y a des choses à surveiller:
      https://www.frstrategie.org/publications/recherches-et-documents/strategie-approvisionnements-matieres-premieres-union-europeenne-cas-secteur-automobile-2020

      Car actuellement des usines sont à l’arrêt même chez les grands groupes, même si comme d’habitude ce sont les plus petits acteurs qui vont le plus trinquer :
      https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/puces-une-penurie-qui-menace-les-pme-de-tous-les-secteurs-de-leconomie-1301259

      Cependant au vu des volumes pour les véhicules Scorpion, ça devrait passer…
      https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/la-penurie-des-semi-conducteurs-est-appelee-a-durer-880304.html

      Les tensions sur le marché des semi-conducteurs sont mises en lumière avec le blocage du canal de Suez:
      https://www.franceculture.fr/economie/suez-un-canal-irremplacable

      Même si l’enjeu pour les pays européens va bien au-delà de cette péripétie:
      https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/semi-conducteurs-l-autre-bataille-de-la-souverainete-europeenne-880811.html

    • EchoDelta dit :

      Il faut comparer ce qui est comparable : vous le savez peut être mieux que quiconque ici, qu’avec 100 millions on ne lancera pas une industrie du semi conducteur innovant. On est plutôt dans des ratios de 50 à 100 fois plus.
      Après, les retours sur investissement peuvent être plus identifiés sur le consommable que sur le Hi-Tech et j’en sais quelque chose. Une des sociétés les plus rentable en France en volume et en % fait : de la nourriture pour animaux !
      Voilà juste pour dire que ce n’est pas tout blanc ou tout noir.
      Le risque technologique n’est pas le même non plus. Si vous êtes un investisseur, posez la question de savoir dans quoi vous investiriez votre sous.

      • NRJ dit :

        @EchoDelta
        « vous le savez peut être mieux que quiconque ici, qu’avec 100 millions on ne lancera pas une industrie du semi conducteur innovant ». C’est probable. Mais dans ce cas, la question reste : si on a 100 millions sous la main, vaut il mieux l’utiliser aux munitions ou a développer nos semi-conducteurs ? On peut également poser la question autrement : vaut il mieux une filière de munitions sans grand intérêt, ou essayer d’augmenter nos stocks de missiles, bombes etc ? (Car oui, les stocks de l’armée française sont limités).

        l’État n’est pas juste un investisseur financier. Il est également un investisseur souverain. Et il doit donc développer le mieux possible (mais ça ne dépend effectivement pas seulement de lui) les industries souveraines critique.

    • dompal dit :

      @ NRJ,
      100 millions d’euros, ça représente quoi pour vous ?
      Posez-vous cette question de manière objective (si vous en êtes capable) et on en reparle après… 😉

  9. NulH dit :

    SVP M. Lagneau ; précision … pour ceux qui chercheraient à s’y intégrer…
    Un lien (parmi d’autres) ; https://www.univ-lille.fr/actualites/detail-actualite/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=2512&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=9a06d0d34379780fab6d684e40d271f3

    Et début du projet : C’est une technologie qui intéresse les militaires mais devrait également bénéficier aux civils. Le nitrure de gallium (GaN), un semi-conducteur encore peu répandu en électronique mais en pleine émergence, pourrait aider les premiers à considérablement améliorer la précision et la compacité des systèmes radars, d’antennes actives ou des systèmes de guerre électronique. Mais il pourrait aussi soutenir le déploiement des futures infrastructures de télécommunication 5G et, entre autres, de couvrir des zones reculées dépourvues de système de communication sans fils.

    C’est là tout l’intérêt du financement à hauteur de 1,6 millions d’euros que vient d’annoncer le ministère des Armées au projet GREAT¹ coordonné par un laboratoire de l’université, l’institut d’électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (IEMN²). En partenariat avec trois autres laboratoires et deux industriels (voir encadré), le programme va développer des composants électroniques basés sur le nitrure de gallium, suite à d’excellents résultats. En mars 2021 en effet, les résultats de l’équipe ont fait la une d’un des principaux magazines de semi-conducteurs, Compound Semiconductor (CS).

    etc. etc.

    Un sujet passionnant, s’il en est… voir avec Toulouse et Grenoble aussi ….

    • Jo666 dit :

      Avec 50 milliards de fraude sociale et 80 mds de rsa alloc, on a les moyens de mettre une filière de gravure à 1 nm pour 10 milliards avec Soitec. Faut faire simple

      • Nike dit :

        Mouais, ST est distancé dans la course à la miniaturisation tellement ça coûte cher. Sauf erreur de ma part Crolles est en 40nm, Meme Intel est en retard sur les Taïwannais et les Coréens. TSMC grave en mass prod à 7nm commence la mass prod en 5nm, prévoit la mass prod en 3nm en 2022 et parle de 2nm en 2024 en pre prod. donc pour l’instant personne produit en 1nm, aujourd’hui le 1nm c’est de la pure R&D, mais on en est encore très très loin d’en produire.
        Pour info les investissements TSMC 2021 oscillent entre 25 et 28 milliards de $ en 2021…

        Encore une fois des fonderies de ce type se sont des dizaines de milliards d’euros d’investissement tous les ans.
        Pas certain que la fraude fiscale et les alloc nous permettent de rattraper notre retard.

        • PK dit :

          Pour faire du militaire, il ne faut pas forcément la dernière techno à jour : faut juste être capable de fondre une grosse puce éventuellement dans une techno qui n’a pas 40 ans…

          En 40 nm, vous êtes capables de fournir n’importe quelle puce dont a besoin l’armée aujourd’hui, toute arme confondue. Ici, le problème n’est pas tant la puce que le savoir-faire des équipes de dév pour développer des grosses puces (genre intégrer un processeur (qui est déjà en lui-même un gros défit), avec différents cœurs d’autres systèmes…).

          La France a renoncé à ce savoir-faire, au profit d’achat sur étagère. Le dernier gros processeur était le Chameleon de ST… au milieu des années 90. ST se contente de bête et simple RISC interne aujourd’hui qui suffit pour l’industrie standard, mais qui manque cruellement de punch.

          • Nike dit :

            Ce n’est pas trop la disponibilité des ASICs et autres FPGAs pour les militaires qui font peur,
            Ils choisissent déjà des fonderies en Europe mais plutôt le risque de guerre entre la Chine et Taïwan. Nos industries sont complètement dépendantes des puces Taïwannaises. En cas de guerre à l’autre bout de la planète ce sera une vague de chômage monstre ici.
            Ce serait pire que le 1er choc pétrolier. On est très largement dépendant aux Taïwanais et ce n’est stratégiquement pas bon du tout.
            La question est comment on relocalise en Europe pour réduire ce risque ?
            Les américains ont commencé à relocaliser. En effet intel va fabriquer 4 fonderies, 3 aux US 1 en Europe. ils ont obtenu que TSMC créé une fonderie aux US…

          • EchoDelta dit :

            Oui et Non : Pour être performant dans l’aéronautique par exemple, il faut faire petit et léger. A performance égale si vous graver en 4 nm au lieux de 40 nm et bien vous gagner en masse et en volume. Et vue l’importance l’électronique embarquée dans les avions, une grosse disparité, donneraient des écarts qui commenceraient à être significatif.
            Bon après il y a la maturité de la techno… Il faut aussi que ce soit aussi robuste en 4 nm qu’en 40 nm !
            Si on peut diminuer de 5kg l’équipement SCORPION du fantassin à performance égale, et bien je pense qu’il sera plus agile et plus endurant.

          • PK dit :

            @ EchoDelta,

            Non : il n’y aucune différence de perf. Une puce vient avec une perf donnée (sa capacité de calcul). Elle est la même quelle que soit la techno.

            En revanche, suivant la techno, la taille et la conso (électrique) diminuent. Donc le rendement pour le fondeur augmente (on peut en faire plus par tranche de silicium) et les objets embarquées (avec une batterie) durent plus longtemps.

            Pour l’aviation, les piles, c’est pas trop leur truc… donc ils s’en foutent un peu de réduire la conso : seule la puissance intrinsèque de la puce compte (pour faire les calculs d’optimisation de tirs par exemple). Quant au rendement du fondeur… vu le nombre de puces à fournir.

            Dans l’absolu, ça pourrait être mieux d’avoir des puces qui consomment moins, mais dans les faits, ça ne sert à rien. Ça sert juste à la prochaine génération de puces, où les ingés pourront mettre plus de transistors sur la surface maximale de la puce et ainsi améliorer les performances de calculs (ou éventuellement monter en fréquence, si le système le permet). Bref, pour une mise à jour ultérieure dans un système pensé pour. En général, une fois tous les dix ans au rythme de l’armée, plus souvent 20…

      • PK dit :

        SOITEC n’est pas un fondeur. Il faut voir avec ST pour cela en France.

      • vrai_chasseur dit :

        @Jo666
        1 nm personne n’y est.
        Le géant mondial le taiwanais TSMC (une puce sur deux dans le monde est gravé par eux) est à 4 nm et tout le monde est derrière eux à essayer de les rattraper. Y compris le coréen Samsung qui reste à 7 nm malgré des investissement colossaux en R&D.
        Graver du silicium c’est au minimum 20 milliards d’investissements directs à chaque saut technologique (en gros, chaque 18 mois). Personne en Europe n’a fait ces efforts-là et il y a des années de savoir-faire à rattraper.
        Soitec n’est pas fondeur, c’est ST et UMS en Europe. Soitec est un lab commercial qui a mis au point un procédé d’utilisation de l’énergie sur support gravé (FD-SOI) plus économe en courant que le procédé Finfet de Intel. TSMC s’y intéresse, car cela donnera évidemment des puces moins gourmandes en énergie pour les petits objets connectés et les smartphones.

        • Vinz dit :

          Pour graver en 4nm, il faut des appareils de gravure lithographique à ultra-violet extrême, que seul dans tout le cosmos le néerlandais ASML sait fabriquer.

      • NRJ dit :

        Vous oubliez qu’on a un déficit de 80 milliards par an. Si on file une faillite a nos successeurs, ce n’est peut-être pas une bonne idée non ?
        Surtout qu’il n’y a pas que la filière de gravure mais plein d’autres choses aussi importantes pour notre souveraineté.

  10. Leroux dit :

    C’est bien beau de le vouloir mais ça va aussi dépendre des casques à pointes cette decision ou là on est autonome ? Je dis ça je dis rien

    • Michel dit :

      Rien à voir avec les casques à pointe…. c’est plutôt de s’assurer de conserver développer rechercher cette technologie pour les puces donc composants sans être coincé par les US et le possible problème de Taïwan avec une possible « invasion » du PCC et de ne pas laisser seul ST Microelectronics qui est de capitaux Francoitalien de mémoire…..

  11. Ducon dit :

    Enfin une bonne nouvelle !! Ça fait du bien de lire cet article !! Merci

  12. wagdoox dit :

    En gros le mindef veut avancé sur la mise en service du GaN seafire, ground fire et autre RBE2 AESA GaN ne peuvent plus attendre.
    Le civil est aussi mature, allons y sérieusement cette fois, si c’est pour tout lâcher aux chinois dans 3 ans c’est pas la peine (l’exemple du solaire pour certains qui comprendrait pas).

  13. Arnaud dit :

    Ce qui est dommage c’est qu’on a détruit la filière électronique dans les années 90, en expliquant qu’on pourrait se fournir sans problème sur le marché international. Mais ce qui a été détruit en 5 ans, il faudra plusieurs dizaines d’année pour le reconstituer. A noter, qu’une filière petit calibre me semble indispensable.

  14. Maxi dit :

    Rappelez nous la fraude fiscale en passant on verra les priorités comme ça 🙂

    • NRJ dit :

      Personne ne sait le montant de la fraude fiscale. C’est d’ailleurs impossible a estimer ce qui est très pratique puisque ça permet de sortir n’importe quel chiffre.

      • EchoDelta dit :

        Ben on peut avoir une estimation : il y a 75,5 millions de carte vitale en activité en France métropolitaine, pour 67 millions de français recensés. Les prestations d’une carte vitale coutent en moyenne 10 000 euros par an. Il suffit de faire un calcul simple et nous avons une approximation, elle est peut être pas juste mais elle donne une tendance.
        Et ça ce sont des données de la Cours des comptes, et uniquement pour la France métropolitaine, car il y en a aussi hors du territoire nationale.

        • NRJ dit :

          @EchoDelta
          Déjà, entre les cartes vitales et la fraude fiscale, il y a une différence fondamentale: on sait combien il y a de cartes vitales en circulation. Et on peut donc comparer avec la population française. En revanche, on ne sait pas quelle quantité exacte on a de fraude fiscale.

          Ce que vous dites est intéressant, puisqu’on voit une évolution du nombre de fraudeurs. Il y a en 2020 2.6 millions de cartes vitales en trop (https://www.lepoint.fr/economie/fraude-sociale-2-6-millions-de-cartes-vitales-en-trop-12-02-2020-2362480_28.php#). Pas 8.5 millions. Ca montre que ce genre d’estimations sur la fraude fiscale mais également les cartes vitales sont très variables. Surtout, ça ne règle pas la question : oui il y a de la fraude fiscale et de la fraude à la carte vitale. Mais quelle méthode miracle permettrait de réduire ces fraudes en récupérant la totalité de la somme ?

          Par ailleurs, vous estimez à 10 000 euros par carte vitale. C’est un chiffre logique mais contestable. Ces chiffres peuvent venir simplement en partie de vieux qui sont morts et à qui on a oublié leur carte vitale. Je ne connais pas le chiffre, mais ça reste discutable.

          • vno dit :

            Il s’agit seulement des cartes régulièrement active. Pour les autres, en particulier celles sans photo, il y a un véritable traffic car en France, cela ouvre la porte à toutes les autres aides ou papiers. En fait toute carte présentée en France, même si la fraude est évidente doit être acceptée. Il y a un accord avec les praticiens pour que la sécu règle les fraudes. Le motif invoqué par leurs représentant étant qu’ils ne sont pas des auxiliaires de justice. Les cartes disposent bien d’un système de blocage, mais il n’a jamais été activé. Les personnels médicaux étant sur-représenté à l’assemblée nationale et au sénat, ces braves gens ne vont pas scier la branche sur laquelle ils assis en supprimant leurs électeurs fraudeurs.

        • PK dit :

          Cessez d’essayer de convaincre NRJ : vous lui démontreriez que le feu brûle qu’il vous démontrerait le contraire. Il a juste une obsession (à part les Allemands) : toujours boucler un débat par un de ses commentaires, quitte à raconter n’importe quoi. On dirait un ado boutonneux de 13 ans !

  15. Florent Pirot dit :

    (Chuut. Pas pour publication.)
    Je vois le NiggaMil et c’est à moitié drôle mais ça ne passera pas.
    D’autant que chez les black muslims qui vous font la guérilla en Afrique le HCUA suggère déééjà haut conseil à l’uranium appauvri (et je pense qu’ils ont trouvé de l’UA post missiles sans comprendre le réacteur oscillant au sodium des takfiristes isis iran).
    Ceci dit le nitrure de gallium est certainement un composant important pour explosifs conventionnels très stables dans l’antichar. Je pense limite que votre machin est tellement facile à décoder que pour la sécurité nationale il faudrait virer l’article.
    Souvenez vous que M. Lloyd Austin au Pentagone est noir, quand même…

  16. Florent Pirot dit :

    (Toujours pas pour publication)
    Ou alors je me plante et Nitrure c’est effectivement Ure pour Uranium depuis toujours… je ne suis pas chimiste vraiment fortiche… et votre article est excellent à part ce « aimant de missiles » qui, bon… est drôle aussi… vous leakez la suite, c’est bien, continuez 😉

    • Nike dit :

      On simplifie pour vous :
      Presque aucune arme aujourd’hui fonctionne sans électronique.
      Entre 40 et 50% des puces fabriquées sur terre le sont à Taïwan. Taïwan est le leader mondial en R&D dans ce domaine.
      En Europe on fabrique péniblement 5% des puces de la planète.
      Bref quand il y a une bonne nouvelle d’investissement dans ce domaine il faut s’en réjouir, parceque sans puce pas de missiles, pas de satellite, pas de scorpion, pas de rafale, etc…
      Et je parle même de votre voiture ou de votre téléphone portable.

  17. Chris-Tof dit :

    Normalement, tous les émetteurs / récepteurs des radars aesa contiennent du Nitrure de Galium, ainsi que certaines caméras qui travaillent en visible et infrarouge. Le problème des composants avec ce matériau sont soumis à la directive ITAR car bcp sont fabriqués aux USA.

  18. dompal dit :

    @ M. Lagneau,
    Merci pour ce papier fort intéressant même si je n’ai pas tout saisi .
    « ainsi que la fiabilité des composants à grille ultra-courte sub-150nm. » 🙁