Il était l’un des deux derniers survivants du commando Kieffer : Hubert Faure s’est éteint à l’âge de 106 ans

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

58 contributions

  1. Czar dit :

    « Puis il prend part à la bataille de Montcornet [Aisne] dans laquelle est engagée la 4e Division Cuirassée commandée par le colonel de Gaulle. Fait prisonnier en juin, il parvient à s’évader et à rejoindre l’armée d’Armistice »

    intéressante mise en lumière, à total contre-courant de la mythologie résistanciarde qui n’est plus aujourd’hui même seulement discutée en France : Un soldat qui avait pourtant vu de près le Colonel Motors en ses oeuvres a quand même préféré rejoindre l’armée d’armistice.

    • Thierry dit :

      vous vous bercez d’illusions, lorsque les Alliées débarquèrent en Afrique du nord en 1942, c’est toute l’armée d’armistice qui rejoindra la France libre puisqu’en métropole elle est dissoute à la suite de l’invasion de la zone libre par les nazis; A cette date l’image de Pétain soi disant sauveur de la nation n’existe plus, les apparences ont volés en éclat et ne reste plus que la collaboration active avec l’ennemi.

      Vichy a tout fait pour empêcher les français de rejoindre De Gaulle et ce dès les premiers jours de l’occupation puisqu’il fût condamné à mort, les ports et les aérodromes sous étroite surveillance pour que personne ne puisse partir, les contrôles à la frontière totalement hermétique, c’est comme le confinement pendant le covid.

      ainsi vous confondez choix et obligations.

    • Auguste dit :

      Vous chipotez.Frenay (entre autres) aussi était dans l’armée de Vichy.

    • United we conquer dit :

      Facile de donner des leçons après 82 ans de feedback historique, surtout derrière l’anonymat d’internet. Un peu de respect pour un homme qui a contribué à libérer la France et pour l’engagement dont il a fait preuve. Je ne sais pas ce que vous auriez fait en 1940, mais de héros à collabo le point de bascule est parfois fragile et pour paraphraser Maitre Folace : « c’est pour ça que je me permets d’intimer l’ordre à certains salisseurs de mémoire qu’ils feraient mieux de fermer leur claque-merde ! »

      RIP M HUBERT FAURE merci pour l’exemple que vous avez été.

    • Palu dit :

      Pourriez-vous developper cette mise en lumière svp ?.

      • Czar dit :

        bah c’est simple à comprendre : on a là le cas d’un gars qui a croisé « de Gaulle avant de Gaulle » c’est à dire quand il n’était que le prophète peu suivi de la cavalerie de rupture et pas le dissident politique

        or, qui ont été les premières troupes de la France libre ? des gens qui se sont retrouvés par le hasard des évènements en GB : chasseurs alpins et légionnaires de Béthouart ou des troupes ou individualités qui n’avaient pas vécu l’effondrement de 1940 : (Catroux, territoires du pacifique, etc) ou alors des individus ayant une raison très personnelle de ne pas envisager une vie sur u continent européen aux mains des nationaux-socialistes allemands : militants juifs et gauchistes divers

        donc à part les cons pavloviens dont tu as des exemples archétypaux de chaque côté de ton message, qui répondent en beuglant sans trop savoir pourquoi ou en appelant au raisspay comme le premiers délinquant arabe venu, on comprend bien qu’on a avec hubert Faure un portrait assez réaliste de l’enchainement des évènements comme du caractère particulier des logiques qui ont conduit à choisir un camp ou l’autre, plutôt que le sainte religion démocratique et antiraciste qui est en train d’être imposée comme culte civique à nos sociétés croulantes (c’est d’autant plus drôle quand on pense que l’armée américaine était explicitement ségréguée sur un plan racial et que les armées des puissances impériales – France, GB comme empire soviétique l’étaient à un degré moindre, mais pas inexistant)

        si mes souvenirs sont bons (et sinon Pomdapi infirmera) le frère du colonel-prince Amilakvari, Géorgien « blanc » émigré après la défait de son camp lors de la guerre civile choisira, lui, au nom d’une conception du monde semblable de joindre le camp des volontaires contr ele bolchévisme : un frangin dchez de Gaulle mort à el Alamein et l’autre dans le camp d’en face

        c’est assez parlant, non ?

        toute la mythologie résistantiarde, avatar ultime de la fable résistancialiste dans noytre époque hystérique, vise à fantasmer deux camps hollywoodiesquement et achétypalement antagonistes entre les « bons » résistants et le méchants « pétainistes (effaçant d’ailleurs la différence plus profonde entre « collaborateurs » c’est à dire les partisans tactiques d’une collaboration mesurée avec l’ennemi pour laisser à la France se reconstruire et les collaborationnistes qui eux, souvent issus de la gauche internationaliste comme Doriot (communiste) ou Déat (socialiste) envisagent la question d’abord d’un point de vue idéologique avant d eprendre en compte un pur intérêt national : lutte contre le bolchévisme et le capitalisme

        le parcours d’Hubert faure rappelle ces complexités, c’est pour ça que je le qualifiais d' »intéressant » car ne collant pas au petit roman officiel de la période.

        • Thierry dit :

          Vous avez une vision des choses qui ressemble trop à la propagande de vichy :

          http://www.lecafuron.fr/2015/03/le-regime-de-vichy-rejette-la-republique.html

          tel cette affiche vous posez la démocratie et l’antiracisme comme un vecteur de déclin et bien entendu vous suggérez que l’ordre passe par l’autoritaire et l’arbitraire de la dictature, raciste de préférence.

          la résistance en France était très majoritairement des communistes suite à l’invasion de l’URSS, les cas que vous suggérez ont existés mais à titre purement symbolique et certainement pas de la façon dont vous les présentez, vous essayez d’en faire une généralité pour vous approprier la résistance qui se battait contre vos idéaux.

          On sait en outre que quantité de français se sont improvisés résistant de la dernière heure à la libération, certains par conviction parce qu’ils avaient enfin les armes ou les moyens qui leur manquait tant, d’autres par opportunisme pour en tirer un quelconque profit et aussi des ancien milicien de Vichy pour échapper à la justice, ils iront jusqu’à s’engager dans l’armée de libération mais quantité seront quand même démasqués. Il y en a même qui ont réussi à s’infiltrer dans les services de ceux chargé de les débusquer, n’hésitant pas à pourchasser leur anciens collègues avant de se faire retrouver eux aussi.

          Notons enfin que les derniers SS à se battre autour du Bunker de Hitler à Berlin en 1945 après qu’il se soit suicidé étaient les français de la division Charlemagne qui voulaient empêcher les soviétiques de le capturer pour la fête du 1er mai, tout un symbole, et ceux là étaient de véritable nazis pur et dur, il y avait bien 2 camps distinct à l’époque et très peu perméable à l’autre

          Mais question contradiction vous en êtes avec votre pseudo pro-russe associé à votre vision ultradroite, comment conciliez-vous l’invasion hitlérienne de l’URSS (haine du communisme) et votre attachement idéologique à un président qui était ancien agent du KGB, ça doit tortiller dur dans vos méninges perturbés, un vrai sac de noeuds…

          Pas le peine d’attendre l’arrivée des chars russes à votre abris de bus, ils ne viendront pas, vous n’aurez personne pour persécuter les antiracistes démocratique, alors apprenez à vivre avec.

          • Czar dit :

            t’es autorisé à poster pendant le ramdam, tarik ? t’es sûr de pas être saisi par les djinns (à une jambe) et envoyé à l’éternelle géhenne

            je veux dire, c’est un peu lourd payé pour nous régaler de ton ignorance crasse de methead con verti.

            (oui, en deux mots)

        • Auguste dit :

          Je m’excuse,mais Hubert Faure aurait pu choisir l’ORA du Général Frère.Or il a choisi la Résistance et De Gaulle.

          • Czar dit :

            1) c’est « de Gaulle », la majuscule ne s’emploie que lorsque la particule débute la phrase ou est déjà précédée de la préposition « de »

            2) on s’est mal compris : la conception gaullienne est que le « crime » de Vichy est l’armistice, pas la politique de collaboration (a contrario de la vulgate à crétins qui est devenue le sirop propagandiste de l’époque) ce que je souligne, c’est qu’il n’a pas choisi de rejoindre de gaulle à ce moment crucial – alors même qu’il l’a connu avant le 18 juin.

            il démontre bien qu’hormis quelques marges individuelles susmentionnées, la légitimité du gouvernement français ne faisait aucun doute et n’était pas perçue comme contradictoire avec le projet de chasser l’occupant.

    • MAS 36 dit :

      je croyais que le quotidien « Je suis partout » avait cessé de paraître. Du remugle encore.

  2. Alain d dit :

    Respects

  3. MERCATOR dit :

    « Ce n’est qu’en 2008 qu’il sera élevé au grade de Commandeur de la Légion d’Honneur. Puis, il a ensuite été élevé à la dignité de Grand officier [en 2014], puis de Grand croix de la Légion d’Honneur [2020]. »

    Ha ! Cela ne m’étonne pas , les hommes du commando kieffer n’appartiennent pas à la légende dorée de la France Libre, alors que certains membres de la Gestapo Française sous prétexte de double jeu ,se distinguant plus tard dans la lutte anti OAS avec leurs nervis vietnamiens , futurs fondateurs du SAC, furent décorés dès les années 50 le général de Gaulle ne viendra jamais saluer les hommes de Kieffer en Normandie. Après la guerre, il n’a jamais souhaité venir commémorer la date du 6 juin 1944. En 1964, il refusa d’assister aux commémorations du vingtième anniversaire.

    • Auguste dit :

      De Gaulle n’a jamais digéré de ne pas avoir été invité à participer au Débarquement,ni même informé.D’où sa rancune pour tout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un anglo-saxon.Le Commado Kieffer en a fait les frais.Sur ce coup,il n’a pas été très très…….D’autant plus incompréhensible que Kieffer était Compagnon de la Libération.
      Pour le reste,De Gaulle a fait ce qu’il fallait.

      • Czar dit :

        pas d’accord : de Gaulle a eu raison sur ce coup il défendait l’Etat et le rang de la france : les soldats comme les résistants qui ont choisie de bosser en direct pour les alliés au lieu de le faire pour une entité spécifiquement nationale n’ont rien apporté à la cause de la France dans ce moment critique

        • Auguste dit :

          Je comprend bien,mais il y a un hic,même deux.
          Kieffer et ses hommes faisaient partie des troupes de De Gaulle,avant de former leur commando avec l’aval de la FNFL et de De Gaulle.Re-hic:pourquoi Kieffer est Compagnon de la Libération et pas ses hommes?.Léon Gautier ne l’est pas,sauf erreur.

        • vrai_chasseur dit :

          @Czar
          Philippe Kieffer a rejoint Londres le 19 juin, soit le lendemain de l’appel de De Gaulle. Il a signé le jour même de son arrivée son engagement aux FNFL. C’est donc un gaulliste du premier jour, au sens littéral du terme.
          Le point que soulève Auguste est juste : de Gaulle a pris ombrage très longtemps d’être écarté des préparatifs du débarquement. Il n’a jamais été à une commémoration du 6 Juin avec les alliés, de son vivant. Et il n’y a pas que le commando Kieffer qui a fait les frais de ce désamour : les parachutistes SAS français qui ont sauté dans la nuit du 5 Juin sur St Marcel en Bretagne le savent aussi : on ne les connaît pas, on ne sait même pas qu’ils ont sauté. Dans la ‘geste’ du débarquement on connaît juste les paras US de la 82nd Airborne qui ont sauté sur Ste Mère Eglise.

          C’est d’autant plus inexplicable pour les historiens que c’est de Gaulle lui-même qui a autorisé la formation des unités de fusiliers marins brevetés commandos en Ecosse à Achnacarry avec leurs homologues britanniques, car ce type d’unité n’existait pas dans l’armée française en 40. Par ailleurs tous les membres de ce commando ont signé leur engagement individuellement aux FNFL. Ils étaient donc tous, sans exception, combattants de la France libre, y compris donc Hubert Faure – mais ils étaient sous commandement opérationnel britannique, lequel a choisi de les mettre en pointe dans le dispositif.

          • Czar dit :

            « Kieffer et ses hommes faisaient partie des troupes de De Gaulle,avant de former leur commando avec l’aval de la FNFL »

            oui c’est vrai et en l’occurence je faisis référence dans mon comm à ceux qui se sont engagés dans la Royal Navy ou la RAF, ou encore les réseaux de résistance qui se sont affiliés aux services britanniques et pas au BCRA sans mesurer que leur contribution anonymisée ou satellisée n’aidait en rien à aider les intérêts de leur pays

            Pour la question des commémorations, avait choisi le débarquement de Provence pour représenter l’effort des FFL/armée d’Afrique, car c’était une opération majoritairement française et vu la façon dont il a traité par les anglo-américains, j’estime qu’il avait raison.

            quant aux titres de compagnons de la libération c’est une distinction individuelle, je ne vois pas pourquoi les 177 hommes l’auraient été mon grand-père qui a fait Kasserine ou Monte Cassino ne l’a pas plus été et je pense pas que la situation était moins dangereuse que l’autre.

            en revanche le titre de Compagnon pouvait honorer de façon collective une unité ou des combattants : le sultan du maroc Mohamed ben youssef l’a été au titre de la contribution collective des tabors marocains à la libération.

          • Auguste dit :

            Comme Kieffer,les SAS Chateau-Jobert et Bourgoin sont Compagnons de la Libération.Mais leurs hommes ???????

          • Euclide dit :

            @ Vrai chasseur
            Merci, pour ce récit d’histoire inconnu ( pour moi) à la manière d’Oncle Paul du Spirou de mon enfance.

          • Vincent dit :

            @Czar

            « je faisais référence dans mon comm à ceux qui se sont engagés dans la Royal Navy ou la RAF, ou encore les réseaux de résistance […] sans mesurer que leur contribution anonymisée ou satellisée n’aidait en rien à aider les intérêts de leur pays »

            Curieuse façon de voir les choses. En lisant ce commentaire, mon grand père, sur le Richelieu, vous aurait certainement satellisé vous aussi.

            Mais peut être ai je une vision simpliste. Merci de m’éclairer dans ce cas là …

            (alors oui, je sais, l’histoire du Richelieu n’est pas la plus simple qui soit …)

    • Paddybus dit :

      En effet, ces commandos étaient sous le commandement des anglais, et de Gaulle ne leur pardonnera pas… tout comme il ne commémorera jamais le débarquement qui était une opération américano anglaise… de laquelle il a été tenu à l’écart jusqu’au 4 Juin 44…au soir… le débarquement devant démarrer dans la nuit… mais ayant été reporté d’une journée pour cause de tempête….
      Aprés les 4 années à se débattre entre les besoins de matériel qu’il devait payer rubis sur l’ongle, et les coups fourrés des ricains…. on peut tout à fait comprendre sa rancoeur…

  4. Françoise dit :

    Concernant « Le Jour J ».
    « The D-Day » signifiait « The Debarcation Day ».

  5. Raymond75 dit :

    Un des très rares militaires de l’armée d’armistice qui a déserté pour rejoindre les Forces Française Libres ! Ce sont ces gens courageux qui ont sauvé l’honneur.

    Dois je préciser que je ne suis pas un donneur de leçon : comme vous, j’ignore totalement ce que j’aurai fait dans ces circonstances ; et vous aussi.

    • Clavier dit :

      Quand les Allemands ont envahi la zone libre, l’armée d’armistice ne pouvait plus servir d’alibi à l’attentisme
      C’est aussi ce qu’a fait De Lattre…..

      • Casstel dit :

        La, vous touchez un point sensible de l’histoire de la seconde guerre mondiale ;
        Qu’un homme comme Pétain ait accepté un armistice avec les Allemands, pour essayer de maintenir au moins une partie du territoire avec la souveraineté nationale, pour éviter que la totalité du pays tombe sous administration de l’occupant est une chose…..
        Que dans ces conditions nous soyons obligés d’avoir un minimum de collaboration pour faire respecter cet accord en est une autre…
        Mais qu’à partir du moment ou l’ennemi s’arroge le droit de bafouer ces accords en envahissant la zone libre sans aucune concertation, continuer à collaborer avec lui, devient de la trahison pur et simple !!
        Et c’est à partir de ce moment la, de mon point de vue que l’on peut déterminer les résistants et les traîtres.
        Bien sûr, cela ne signifie pas pour moi que ceux qui ont refusé dès le début la collaboration étaient des séditieux, mais c’était avant tout un choix politique respectable, mais pas forcément meilleur que les collaborationnistes, puisque dans les deux cas, ils se mettaient, ou se soumettaient à une puissance étrangère…
        Par contre, à partir du moment, ou ils continuaient à collaborer avec l’occupant, malgré l’invasion par celui-ci, de la zone libre, il ne pouvait plus alors s’agir que de traîtres purs et simples, dont à fait malheureusement partie le Maréchal Pétain !!

        • Czar dit :

          comme d’hab castrel nous régale avec une ample générosité de ses avis-tisanes appuyés sur une vaste culture des vulgates controuvées d’époques qu’il finit par croire avoir pensées lui-même

          la différence entre « collaborateurs » et « collaborationnistes », c’est un truc qu’on apprend en lycée, du moins si l’on est parvenu jusque-là.

          • Casstel dit :

            comme d’hab, Czarevitch, nous infecte avec ses réflexions de potache du fond de la classe, qui une fois de plus n’apporte rien au débat….
            mais comme dit le proverbe, la critique est facile, mais l’art est difficile, surtout pour quelqu’un comme lui dont le niveau « certif » n’est même pas évident !!

          • Czar dit :

            d’ou te vient ce sens inné de la répartie assassine, grand fou ?

    • olivier 15 dit :

      Pour ma part, j’ai servi durant 29 ans. J’ai donc une petite idée de ce que j’aurais fait et ferais toujours. Donc parlez pour vous uniquement. Merci.

    • twouan dit :

      Rare je ne sais pas.
      Ce que je vous concède c est que choisir son camps est plus facile à faire après que dans le feu de l action.
      Un grand homme, respect

    • jean pierre dit :

      Oui voila, mon non plus je ne sais pas. Mais dans le contexte actuel de « l’occupation » de ce pays par un virus avec une majorité de gens obéissant à des injonctions débiles, je ne serais pas resté sans rien faire. Ça je le sais.

    • vno dit :

      Il n’a pas déserté l’armée d’armistice. Elle n’existait plus sur décision allemande. Des centaines d’hommes ont alors rejoins l’armée d’Afrique dans les mois qui ont suivi le sabordage de Toulon pour éviter le STO, en passant par l’Espagne, puis des milliers à partir de l’avancée des troupes du général juin en métropole. Le 6 juin 1944, il y avait le bataillon FNFL Kieffer pour le symbole sur une plage mais aussi des bateaux et surtout un croiseur qui lui aussi a fait du bon boulot. Son équipage était composé de marins non gaulliste, j’ai bien connu le motel du commandant qui a participé aux deux débarquements. Il a ensuite fait carrière dans l’armée de l’air. D’autres moins courageux sont partis pour le STO, ou ils sabotaient au petit bonheur la chance sans même avoir le sentiment de combattre pour libérer la France et pour beaucoup mourraient sous les bombes alliées. D’autre rejoignaient le Maquis pour échapper aux STO également et se battre avec de rares armes, sans vivres et sans encadrement militaire et étaient décimé par les troupes allemandes pratiquement sans combattre lorsqu’ils devenaient gênants et périssaient inutilement dans les camps allemands pour les survivants en entrainant dans leur chutes les réseaux de renseignements gaullistes comme alliés. Ceux qui avaient rejoins un mouvement de résistance communiste n’étaient pas incorporés dans l’armée française au fur et à mesure de son avancée faute de valeur militaire, ils éclairaient sans ordre et une fois constitué en troupe combattante les américains qui en échange fournissaient de l’armement. Ils n’ont été incorporé dans l’armée française (153ème R.I. je crois) qu’après la mort accidentelle de leurs cadres parisiens avec une mine allemande piégée. Tout cela pour dire que l’honneur, à une époque ou les règles du jeux étaient très variables d’une région à l’autre, d’un individu à l’autre et différentes d’aujourd’hui, il y en a eu beaucoup, mais assurément en fonction des circonstances. Vous ignorez votre réaction si vous aviez vécu cette époque. Pour moi, si j’avais été militaire comme ce commando, nul doute que si mon but était de rallier l’armée d’Afrique pour reprendre le combat et finalement finir dans un camp d’internement, j’aurai suivi un recruteur gaulliste pour en sortir. D’autant plus qu’à cet époque l’armée d’Afrique était passée dans le camp des alliés depuis quelques semaines. Une fois sous l’uniforme, la question d’honneur ne se pose pas, surtout pour un sous-officier le seul chois c’est exécuter les ordres en espérant en sortir vivant et être dans le camp des vainqueurs. L’honneur, il est facturé ou donné aux officiers. C’est bien la seule chose qui a peu changé voir pas changé. malgré le sacrifice de ses hommes. La principale récompense de ses hommes quels qu’ils soit c’est d’avoir risqué leur vie pour libérer la France, mais surtout leurs familles quand d’autres s’accommodaient parfaitement du régime nazi et de ses sbires locaux ou complotaient pour reprendre le pouvoir ou ils l’avaient laissé en 1939 par leur ignominie et sectarisme crasse.

  6. Marcel dit :

    Il aura grandement participer à rendre honneur à notre pays. Prions pour que notre héros repose en paix.

  7. Savancosinus dit :

    RIP. Cet homme est un exemple, un héros.

  8. Le Suren dit :

    Voilà un homme qui restera un exemple. RIP.

    • jean la gaillarde dit :

      Tout à fait. Une nation a besoin de modèle pour avancer, s’appuyer, dans l’adversité. Ce monsieur est un modèle, avec l’ensemble de ses compagnons, et bien d’autres qui sont restés dans l’ombre.

  9. Pépico dit :

    Condoléance à sa famille, des Monsieur dans sa trempe sont en voie d disparition, voilà des hommes exemplaires dont l’armée a besoin, bravo Mr Faure, que nos Jeunes d’aujourd’hui puissent suivre votre exemple. Vive la France.

  10. Alfa744 dit :

    Merci Monsieur, reposez en paix, vous l’avez bien mérité avec vos camarade de cette épopée qui nous a permis d’être libre.

  11. Un Franc dit :

    Hommage au Guerrier !

    Qu’il repose en paix, accompagné de notre gratitude et de notre admiration

  12. olivier 15 dit :

    Mes plus profonds respects.

  13. lym dit :

    Sa condition physique ne l’aura visiblement pas lâché malgré les blessures: 106 ans, c’est un bel âge. Heureusement, ceci dit, car les décorations, qu’on a vu plus précoces et moins méritées pour beaucoup d’autres, se sont faites bien attendre…

  14. Palu dit :

    Sacré bonhomme, 106 ans, une force de la nature en effet ! ! mon immense respect et gloire à lui. Tâchons que nos politiques entraînement toutes nos légendes comme il se doit. L’unité bat de l’aile depuis le début des années 80.

  15. MAS 36 dit :

    Merci et respect.

  16. Arnaud dit :

    Sacrée unité ! Sacrée vie ! Sacré personnage !
    Toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches.

  17. Euclide dit :

    I memoradum

  18. john dit :

    M hubert Faure paix à son ame , est un symbole. Il est le représentant de tout nos héros aux destin héroique aux vies tumultueuses au service de la France Libre.Peu importe son histoire personnel elle ne se distingue que parce qu’il est l’un des dernier de sa race , ses décorations elle ne sont que le témoignage des compagnons précocement disparus .
    (Une petite précision historique les commando kieffer ne sont pas les premiers Français libre du débarquement la nuit du débarquement il y a eu parachutage d ‘agent du BCRA membre des FAFL qui avaient pour mission de coordonnée les renseignement entre Londre et les maquis .+°

  19. Momo dit :

    Honneur aux Braves, il en était un, le reste n’est que poussière et cendre.

  20. Sempre en Davant dit :

    Salut !
    Toute mes condoléances à sa famille et à son dernier camarade.
    Longue vie à Léon Gautier qui la quittera avec le bonheur de savoir que les 177 qu’ils étaient ont eu plein de petits bérets verts.
    Et que tous veulent faire mieux que ceux d’avant.

    Et merci au Pacha pour les biographies des Grands Anciens!

  21. Monbars dit :

    Il a bien mérité de vivre ses 106 ans pour tout ce qu’il a fait. Merci M. Faure.

  22. jean la gaillarde dit :

    Concernant le fait que De Gaulle n’est jamais voulu commémorer l’engagement des unités françaises qui ont combattu dans les rangs alliés, c’est très simple à comprendre lorsque l’on lis les mémoires de De Gaulle. Alors certes, il ne le dis pas ouvertement, mais on le comprend en filigrane : A la libération, afin de défendre l’indépendance de la France vis à vis des américains, il fallait écrire et appuyer sur un roman National, à savoir que le France s’est libérée par ses forces intérieures, principalement. Sans ces forces intérieures, les anglos-américains n’auraient jamais réussis le débarquement du 6 juin 1944.
    Je donne comme argument un autre fait divers. Il y a eu un français (Robert Maloubier dit Bob), et une française dont j’ai perdu malheureusement le nom, qui ont été des agents secrets au service de sa majesté, au sein du SOE. Ces agents ont faits des actions, en France, durant les opérations de déstabilisation de l’armée Allemande par la résistance, après le débarquement, afin de bloquer les renforts, et bien ces agents ont fait, à eux seuls, plus de dégâts dans la région Limousin, que les réseaux de résistances en place. Bob Maloubier était un crac en la matière. Jamais il n’a eu les honneurs de la République mais, il a été élevé au rang de « Sir », en Angleterre.
    De Gaulle ne voulait que retenir l’action de la Résistance, et de certaines unités comme la 2ème DB ou la 1ère armée de De Lattre, car c’était la France des colonies qui se soulève, avec la France de l’intérieure. Ensuite, il a gardé cette cohérence et n’a jamais changé de cap. Donc sont passés à la trappe, effectivement, les commandos marine, les SAS français qui pourtant, ont été les premiers a sauter sur la France, dans la nuit du 4 et 5 juin 1944, sur la Bretagne et ont mené des opérations de harcèlement afin de cantonner les troupes Allemandes sur cette région ….. Bref, cela fait clairement partis d’une stratégie politique de la part De Gaulle qui lui a permis, entre autre chose, d’imposer ensuite, les français, dans la signature de la reddition allemande, ce qui n’était absolument pas prévu !

  23. Paul Bismuth dit :

    Toutes mes condoléances à sa famille, le temps passe mais ce qu’ont fait ses hommes mérite que l’on s’en souvienne.
    Au niveau de la société française, moins héroïque, le film a vieilli, mais « l’armée des ombres » montre bien la folie qui régnait à cette époque:
    https://www.estrepublicain.fr/societe/2021/04/19/le-destin-des-freres-jacques-et-jean-pierre-grumbach-figures-de-la-resistance-et-originaires-de-belfort