Nexter va continuer le soutien des chars Leclerc pendant dix ans, pour plus d’un milliard d’euros

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

46 contributions

  1. Kolkot dit :

    Bonne nouvelle, Airbus semble avoir remporté le marché canadien pour les a330 mrtt

  2. le Leclerc est l’engin de l’armée de terre qui nécessite le train logistique le plus important … et donc très coûteux, en argent , en temps et en hommes.

  3. Nike dit :

    Seulement 222 Leclerc en service ! Et bien on n’est pas dans la merde. si les Russes deviennent plus agressifs on ne pourra même pas soutenir nos alliés.
    On pourra toujours dire que c’est pire chez les autres, mais ce n’est vraiment pas satisfaisant.

    • Clavier dit :

      il suffit de ne pas agacer les Russes……

    • blavan dit :

      @nike.Qu’ on commence par soutenir la France; nos voisins ont fait le choix de l’Amérique plutôt que de l’armée européenne, et heureusement on a la bombe nucléaire, point besoin de milliers de char lourds.

      • Sinope dit :

        @ Sinope nous n’allons pas déclencher un tire nucléaire pour les états Baltes soyons sérieux.

    • PK dit :

      Il y a en autant sous cocon. EN revanche, on a bazardé tous les AMX30.

      • Vinz dit :

        Y a pas autant d’équipages sous cocon, encore moins entraînés…

      • guy dit :

        Sous cocon? Vous rêvez et vous voulez y croire.
        De la même façon que certains disaient qu’on gardait l’AMX30 en « réserve » alors qu’ils étaient en attente de déconstruction et que tout ne se fait pas en 6 mois.

        Il faut arrêter avec les Leclerc sous « cocon », soit vous ne savez pas ce que veut dire cette expression soit vous voulez croire que des chars à problèmes, notamment les premières versions, qui servent depuis des années de pièces détachées sont aptes à sortir de là ou ils sont. Ceci est faux, ce sont plus que des coques qui seraient plus coûteuses à remettre en service qu’à en racheter si la production existait.
        On oublie souvent de dire que le programme Leclerc est un désastre et que la réduction de 400 à 250 résulte bien plus de problèmes et d’obsolescences sur les deux premières tranches que d’une simple réduction politique.
        Au mieux qu’on pourrait en sortir difficilement une vingtaine comme nous l’avons fait il y a peu pour donner un peu de mou, sans pour autant qu’ils soient sur la liste de ceux qu’on va moderniser. On en arrive aujourd’hui à 222 sur les 254 qui étaient réellement exploitable, donc …

        Au bout d’un moment il faut être lucide et ne pas s’illusionner. Le char Leclerc n’est plus produit, une partie des Leclerc, premiers exemplaires ne sont pas sous cocons, ils sont des réserves de pièces détachées. Un tel parc, si on avait encore la ligne de production du char, ils auraient été bazardé pour en produire des neufs. C’est tout le problème de ce genre de programme qui n’ont pas de volumes nécessaires ni une production de long terme.
        On fait durer alors à prix d’or ce qui reste. 1 milliard sur 10 ans en soutien industriel (n’oublions pas le coût pour l’armée), modernisation à 500 millions, mais il y en a encore qui vont dire que le char n’est pas un gouffre financier s’il n’est pas amortit par de gros volumes et une production presque permanente à la manière de l’Abram, du léopard, du T-90 (ou les russes vont comprendre qu’ils ne vont pas confirmer l’essai avec le T-14).

        • PK dit :

          Marrant de comparer un char en arrêt de prod avec ceux qui le sont.

          Je suis d’accord que la mise sous cocon est théorique. En revanche, si l’on relançait la prod, ces chars pourraient très bien reprendre du service.

          Pour le reste, on ne peut comparer à notre bijou, vu qu’on ne joue pas dans la même cour. Seuls les Russes ont une politique astucieuse (je trouve), car ils jouent une partition à deux temps. Mais ce n’est pas récent, car ils le font depuis le T64/72.

          Bref, on aurait beaucoup à apprendre d’eux. C’est ce qui avait été proposé il y a peu dans RAIDS. Un char employable,  « léger », produit made in France et tout de suite (à l’échelle industrielle). Mais bon, faut un petit peu de volonté politique.

          Après qu’un char coûte cher, vous enfoncez des portes ouvertes…

    • Plusdepognon dit :

      @ Nike
      C’est le nombre de machines en état opérationnel qu’il faut regarder :
      https://www.atlantico.fr/article/decryptage/defense-francaise–nos-guerriers-sont-prives-d-armement-yvan-stefanovitch

      D’où l’effort pour trouver des missions à la Lourde :
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/02/15/lynx-estonie-21890.html

      Les chars Leclerc en France font les frais des jongleries budgétaires, ce qui a pour conséquence un temps d’entraînement réduit pour leurs équipages en 2021…

      Ce temps d’entraînement devrait passer de 20.000 heures en 2019 à seulement 13.000 heures en 2021, il est difficile de garder la motivation.

  4. Greg dit :

    On en a encore 200 environ en réserve il me semble.

  5. fc dit :

    bonne nouvelle tout de meme pour l’entreprise qui maintient les moteurs,et ou j’ai terminé ma carrière il y a quelques années!

    • Carin dit :

      @fc
      Je profite que vous étiez dans cette entreprise, pour vous demander qu’est exactement cette pièce de la turbine qui pose problème??
      Et n’y a t’il pas moyen de la reproduire chez nous ( je crois savoir qu’elle n’est fabriquée que dans un atelier anglais), ou carrément la remplacer par une pièce fabriquée chez nous, qui n’aurait donc pas la même forme, mais ferait le même boulot?
      Merci d’avance pour votre réponse.

  6. Math dit :

    222 Leclercq, c’est vraiment pas beaucoup. On ne peut pas dire qu’ils aient beaucoup servit, ça… non, on ne peut pas le dire. Mais quand même… 222, c’est une division de panzer. C’est pas lourd.
    Ça amène des questions… Si une arme ne sert pas, je veux dire… de toute sa carrière… C’est soit qu’elle est hyper dissuasive, et pour ça! Je ne suis pas trop sûr… Soit c’est qu’elle est mal conçue.
    Je penche pour la seconde option. Un poil plus léger, un peu moins de mal à l’engager… Voilà ce qu’il nous faut!
    A un moment donné, il faut qu’on se le dise… Entre nous. Le nombre, ça compte. On fait pas de manœuvre en pince avec seulement 200 chars… Ou en tous cas… Pas longtemps!,

    • NRJ dit :

      @Math
      Vous posez une problématique intéressante.

      En fait le Leclerc a le désavantage d’un enchaînement d’événements qui lui ont été défavorable.
      Déjà la fin de la guerre froide, pour commencer qui a rendu caduc un paquet de programmes militaires (la question s’est posée de la même façon pour les Rafales qui s’avéraient inadaptés pour les conflits asymétriques).

      Ensuite il faut remarquer que l’armée française est une des rares armées a ne pas avoir été engagée en zone urbaine depuis 25 ans. 90% des conflits se sont passés en zone urbaine, terrain où le Leclerc aurait eu son intérêt et on y a heureusement échappé à chaque fois (ce n’est pas le cas pour les Leclerc émiratis par exemple).

      Cela veut-il dire que le Leclerc n’a plus d’intérêt ? Non. A partir du moment où 70% de la population mondiale sera urbaine d’ici 2050, et que le char Leclerc est le seul engin de notre armée a pouvoir résister aux tirs adverses (pas question de vouloir éviter les tirs ennemis dans le terrain étroit et statique de la zone urbaine. Il faut donc endurer les tirs), il a toujours un intérêt.

      Par ailleurs la perspective d’une guerre chaude commence à réapparaître après une période où on la pensait disparue. Donc le char de combat principal pourrait retrouver au moins partiellement son intérêt. On notera par exemple que les allemands ont augmenté leur flotte de char à 328 Léopard 2.

      • guy dit :

        La zone urbaine n’est le théâtre de spécialisation d’aucun char, au contraire le Leclerc a été un char conçu pour dégommer du char adverse dans des zones ouvertes dans lesquelles sa mobilité, ses capacités de tirs en mouvements devaient lui donner un avantage.
        La ZUB est un piège pour des chars qui ont énormément d’angles morts, une vision réduite, une élévation du canon réduite, une mobilité réduite (il n’y a pas que de grands boulevards dans les villes).
        La zone urbaine reste le théâtre de l’infanterie ou les blindés ont un rôle qui se limite vulgairement à baliser un secteur (carrefour etc…) par lesquels ils empêcheront l’arrivée de renforts ou la sortie de l’ennemi pendant que l’infanterie, potentiellement aidés par de petits véhicules ratisseront les bâtiments.
        Alors oui, le canon d’un char peut venir appuyer une progression de l’infanterie, peut traiter un « nid » ennemi, mais aucunement un char n’y sera bien, ni le Leclerc, ni un autre. L’usage des chars en ZUB doit être réfléchit en fonction de ses limites et non en fonction du sentiment de puissance qu’il peut donner, car l’armement anti-chars individuels permet à une infanterie adverse d’éliminer par la surprise, le piège et l’exploitation de ses faiblesses n’importe quel char, frappant par le haut, par les arrières par les flancs. Et un char qu’on aura immobilisé dans une rue, il devient un obstacle, il peut bloquer toute une colonne d’autres véhicules et vous n’allez pas le dépanner en le poussant.

        La guerre urbaine nécessite de bien réfléchir et les moyens lourds, non discrets ne sont pas forcément les meilleurs.

        Quand vous dites que l’armée française est une des « rares » à ne pas avoir été engagée en zone urbaine, vous parles bien des armées de l’ensemble des pays du monde?
        Car peut-être que si nous n’avons pas été aussi engagé que les américains en Irak, ça ne veut pas dire que nous n’avons aucunes expériences. L’expérience des autres nous est utile car ce qui fait la compétence c’est la méthode qu’on met en place. Les militaires participants à ces combats urbains, ne durent pas longtemps, entre la fin de contrat, la fin de service, il ne reste plus grand monde ayant fait Falloujah ou Grozny en dehors d’officiers qui n’y ont sans doute jamais mis les pieds. De la même façon que nos jeunes qui sont au Mali ne sont pas ceux qui étaient en Yougoslavie. L’expérience n’est pas le propre de ceux qui ont vécus les choses, c’est aussi la transmission de connaissances, qu’elles soient de nous, ou d’autres pays.
        Un pays comme les USA ou la Russie ne sont pas plus prêt à faire du combat urbain que nous ne le sommes. Car c’est un nid de guêpes pour tout le monde et au détour de chaque rue, chaque bâtiment ou les pièges deviennent communs, tout peut changer et la prise de conscience des risques n’est pas innée, le jeune de 20 ans qui sera foutu la dedans ne va pas mieux l’appréhender parce que 10 ou 15 ans avant lui un autre jeune de 20 ans l’a vécu, si vous voyez ou je veux en venir.

        Le combat ZUB en réalité, c’est un combat à éviter et ou il ne faut pas amener l’ennemi. Privilégier l’encerclement d’une ville et son asphyxie plutôt que sa capture de vives forces. Déléguer ensuite le contrôle de cette ville à des forces locales et contentez vous d’agir discrètement. Faîtes vous ensuite aimé par le développement économique. Tout le reste finira en bourbier

      • NRJ dit :

        @guy
        Le char Leclerc est un « char ». C’est donc un engin blindé alliant mobilité, protection et puissance de feu. Si la première est moins utile, les 2 autres performances sont absolument nécessaires dans du combat urbain. Après, le char Leclerc n’est effectivement pas optimisé pour le combat urbain. Mais il a un spectre varié de compétences, et la zone urbaine en est un.

        Personne ne dit que le combat en zone urbaine est un terrain de combat souhaitable. Ca ne l’est pas d’ailleurs (à part le combat dans la jungle, je ne vois pas quel terrain serait pire, en fait). C’est un milieu cloisonné avec une vision et une mobilité réduite, comme vous le dites. A partir de là il est au minimum très difficile pour ne pas dire impossible d’éviter les tirs. Donc il faut les encaisser. Et pour ça il faut du blindage, donc un véhicule lourd. L’apport du canon n’est pas non plus négligeable, permettant de percer les zones les plus fortifiées, ce que des mitrailleuses ou fusils d’infanterie seraient incapables de neutraliser. Le raisonnement n’est pas plus compliqué que ça.

        Si on arrive à avoir des armes permettant d’éviter les tirs ennemis par leur discrétion ou autre raison, il faudra les avoir. Mais à l’heure actuelle on n’a rien trouvé, donc faut pouvoir endure la menace. Pour cela, le char de combat reste la meilleure arme, ou en tout cas la moins mauvaise.

        Je parle des armées qui ont été engagées dans les conflits des 25 dernières années. Irak, Tchétchénie, Syrie, Ukraine, Yémen, bande de Gaza, et tant d’autres.

        « Le combat ZUB en réalité, c’est un combat à éviter et ou il ne faut pas amener l’ennemi. ». Sauf que l’ennemi peut y être déjà. C’est ce qui s’est passé avec l’EIIL. Ils étaient déjà à Mossoul par exemple. Quelque fois, il n’y a pas d’autres choix que d’attaquer la ville. Après on peut prendre le parti d’encercler et de raser la ville pierre par pierre. Ca dépend des objectifs que l’on poursuit et des conditions (si l’armée française faisait cela, je ne suis pas certain que l’opinion publique suivrait, mais ce n’est que mon avis). Et le fait de tout raser et d’affamer la population n’apporte pas le contrôle. Si on veut prendre le contrôle, il faut s’y lancer.

    • dolgan dit :

      Soit il n’y a pas eu de conflit de haute intensité nous concernant sur la période.

      Rappelez moi la dernière fois qu’un avion Fr a abattu en vol un appareil ennemi? Est-ce la preuve qu’on peut se passer de missiles air-air?

  7. Sorensen dit :

    Le programme Scorpion, qu’elle triste farce. Mieux que rien…La rénovation du Leclerc est risible, sans effort supplémentaire, il sera déclassé.

    • dolgan dit :

      Déclassé par qui?

      Les Russes? Ils ont du mal à sortir leur T14 qui ne fait pourtant que se mettre au niveau des chars occidentaux.

      On réfléchit déjà à la génération suivante, là où les autres cherchent péniblement à atteindre la génération actuelle.

    • Vinz dit :

      « Le programme Scorpion, qu’elle triste farce. »
      Dit le bochuscule, qui va maintenant nous parler de la Yoloswehr et de ses récents exploits opérationnels.

  8. Marc Mora dit :

    222 en comptant tous, sans parler du taux d’attrition ( véhicule d’instruction/panne/maintenance etc etc ) réellement on doit tourner autour des 180 /200 opérationnels ..

    réellement la question que je me pause c’est : vu le prix du contrat ca ferait un budget de 5 millions d’euros par exemplaire sur 10
    ( soit 500 000 euros/ans ) ou alors c’est 1 milliards par an de budget ( soit 5 millions d’euros/ans ) ????

    • Frédéric dit :

      Rappelons que nous avont un parc d’une centaine en réserve d’out viennent les chars supplémentaires mit en ligne. On étaient passés à 200 chars il y a quelques années.

  9. Raymond75 dit :

    Sur un effectif de 222 chars, sait on combien sont opérationnels sous 15 jours, et combien pourraient être transportés dans les pays baltes en une semaine ?

    • Carin dit :

      @Raymond75
      Livrer des Leclerc dans les pays baltes peut aller très vite en train… le problème étant (je ne sais pas), de savoir si les pays baltes ont modifiés l’écart des rails dont ils ont hérités après la chute du mur, et l’effondrement de l’URSS? Et si non, les Leclerc devront changer de train en cours de livraison… et ça peut être aussi long que le chargement du convoi de départ… sans compter la surveillance des centaines de kms de rails à surveiller et sécuriser pour éviter tout sabotage… et comme c’est faire un gros pari.. je pense qu’une telle livraison ce ferait par rotation de gros porteurs type C17, ou Antonov.. et encore pas directement dans les pays..( trop près des frontières russes, et donc à portée de missiles (S200/300/400). Donc ce genre de livraison prendrait une bonne semaine.. voire plus.

  10. Frances dit :

    Donc dans 10 ans, il faudra une alternative, et avec la fin du char franco-allemand, ça devient chaud ! Si en plus il faut lancer un SCAF et un NGF au même horizon, alors que les effets de la crise covid ne commencent qu’à se faire sentir sur l’économie, franchement, je ne vois pas comment ils vont faire !

  11. Lotharingie dit :

    HS si ce n’est que cela reste dans le domaine de l’équipement futur de nos armées :
    .
    PARIS, 2 avril (Reuters) – Dassault Aviation et Airbus ont conclu un accord de principe sur le futur avion de combat européen, qui fait partie du projet de Système de combat aérien du futur (SCAF).
    .
    https://investir.lesechos.fr/actions/actualites/accord-de-principe-entre-airbus-et-dassault-aviation-sur-le-futur-avion-de-combat-europeen-source-1956151.php
    .

    Discrètement, la France, la Belgique et « plusieurs autres pays européens » ont signé en fin d’année 2020 une lettre d’intention pour soutenir le projet FAMOUS, acronyme mentionné dès l’été 2020 par un officier belge du programme CaMo. L’acquisition du successeur du VBL, le Véhicule blindé d’aide à l’engagement (VBAE), est depuis longtemps évoquée comme un axe de coopération supplémentaire du partenariat franco-belge CaMo.
    .
    https://www.forcesoperations.com/vbae-la-piste-europeenne-se-concretise/

  12. Félix GARCIA dit :

    Airbus et Dassault Aviation auraient trouvé un accord sur le futur avion de combat européen

    Quel accord, quel compromis, qui a cédé et quoi? Rien n’a encore été dévoilé. Les deux constructeurs indiquent que rien n’a encore été signé sans plus de commentaires. L’accord serait en cours d’examen par la France, l’Allemagne et l’Espagne, les trois pays partenaires dans le programme SCAF.

    Interrogé par Reuters, « le ministère des Armées n’a pas immédiatement répondu aux sollicitations » de ses journalistes. Pour toute réponse, l’annonce sera faite « en temps voulu ».

    https://www.bfmtv.com/economie/airbus-et-dassault-aviation-auraient-trouve-un-accord-sur-le-futur-avion-de-combat-europeen_AN-202104020223.html

    • Carin dit :

      Ces posts de BFMTV et compagnie ne dateraient pas du 01/04.. par hazard?
      Parce que si ça n’est pas une farce, cela veut dire que Dassault et les autres entreprises de la BITD française ont réussit à rabaisser le caquet à Airbus DS… et à ses prétentions! Ça me parait un peu rapide.

  13. Max dit :

    Le Leclerc restera tel un grognards de la Vieille Garde au cas où l’hypothétique MGCS ne nous precipite dans un No Man’s Land industriel.
    Les articles commencent à fleurir un peu partout sur la relation franco-allemande et l’appétit gargantuesque germanique depuis 3 décennies.
    Dans l’agriculture ou la défense, en matière énergétique ou agricole, au fil des ans, tous les secteurs y passent. À l’endroit de son allié français, le “partenaire” allemand multiplie les entorses à la loyauté.

    • philbeau dit :

      Ce qui ne décourage pas la frénésie d’envie de nos politiques pour se jeter dans ses bras . On avait « la « droite la plus bête du monde » , c’est devenu une tare pour toute notre classe politique aux manettes depuis trente ans .

    • Carin dit :

      D’autant que ces derniers temps, nos « partenaires » allemands ont largement dépassés le stade de l’entorse… et tentaient directement celui de la fracture!

  14. Franz35 dit :

    Question bête : un char lourd encaisse-t-il réellement beaucoup mieux les coups qu’un blindé de 30-40t ?

  15. Expression libre dit :

    Tant qu’on n’aura pas un char employable, faudra se contenter d’un petit nombre de MGCS…