Une milice chiite a abattu un hélicoptère militaire Mil Mi-17 afghan

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

32 contributions

  1. Carin dit :

    J’ai du mal à saisir la démarche… cette milice chiite a pour ennemis déclarés les talebs afghans et l’EI K… pourquoi s’en prendre aux forces régulières afghanes??

    • C’est précisé dans l’article. Ils se sont constitué en milice d’auto défense et s’en prennent donc également aux forces régulieres qui les ont laissé se faire massacrer.

    • Aymard de Ledonner dit :

      D’accord avec vous. Cette histoire laisse perplexe. On ne voit pas trop l’intérêt de cette action.
      False flag? Erreur?

  2. Carin dit :

    J’ai oublié…
    Au secours @Jyb!!

    • jyb dit :

      @carin
      – L’excellente note de la didr mise en lien par LL dit à peu près tout.
      – Cette note date de 2019, depuis, il y a eu une montée des violences à l’égard des hazara (chiites afghans) due essentiellement à daesh-k qui capitalise sur sa rhétorique anti-shiite. Le gouvernement afghan est accusé de passivité voir de complicité. Fin février début mars plusieurs dizaines d’hazara ont été tué. Et le 3 mars des hazara ont été retrouvés « exécutés » près de jalalabad. Les présumés coupables ont été capturé puis relachés ce qui a contribué à la confusion.
      – « globalement » depuis qu’akundzada a pris le controle du mouvement taleb, les talibans et les hazara sont « alliés » principalement contre daesh-k.
      Les talibans ont nommé des cadres chiites pour « administrer » leur shadow government dans des zones à majorité chiite.
      Mais « localement » dans le district de behsud la réalité est plus conforme aux conflits anciens inter communautaires.

      • Carin dit :

        Ceci explique cela… merci Jyb.

      • Piliph dit :

        Je confirme : Behsud (il y en a deux d’ailleurs) est un district « frontière » entre Hazara et Pachtounes. Mais plus précisément avec les Kouchis, i.e les nomades pachtounes pour qui Behsud est depuis toujours une zone d’alpage d’été – quand l’hiver vient, les Kouchis et leurs troupeaux repartent vers les basses terre du Wazristan, principalement au Pakistan, en regard des provinces afghanes du Paktya et Paktyka.
        Au fil des siècles les nomades ont acheté des terres à Behsud en y employant les Hazaras pauvres comme « dehqan », fermiers ou plutôt métayers (mais aussi des métayers pachtounes du coin : l’économique prime chez les Kouchis).

        Donc derrière le – ou plutôt en sus du – conflit intercommunautaire (Pachtoune/Hazara) et religieux – sunnite/chiite – il y a aussi et peut-être surtout un bon vieux conflit de classe (propriétaires terrains/métayers) aggravé par la guerre qui bouleverse toutes les logistiques agricoles donc les revenus.
        La politique, depuis la guerre de 1979-89, s’est bien sûr emparé des conflits, le Hezb Islami Hekmatyar ayant pris le parti – et donc armé – les Kouchis pachtounes, pendant que des partis hazaras – traditionalistes comme celui de Behachti ou pro-iraniens – armaient les Hazaras. Mais Hekmatyar a rallié le gouvernement l’année dernière après avoir été pendant plus de 20 ans allié des Talibans… Ca ne simplifie pas le tableau…

        Ce qui me fait dire ça (que le conflit économique n’est pas à négliger, et que la grille « communautaire/sectaire ne doit pas être la seule), c’est que le reste du Wardak avait démontré que face à un ennemi commun, Hazaras et Pachtounes du Wardak avaient su réactiver les accords de solidarité très anciens des Barbes blanches des deux côtés, qui avaient permis de présenter un front commun (très relatif) face aux Soviétiques (en tous cas, ils ne s’étaient pas déchirés et battus militairement entre eux, ce que les communistes avaient espéré). Et d’autres depuis eux.
        Et pour rappeler que dans un pays pauvre comme l’Afghanistan, que l’on présente un peu trop souvent comme à un stade « pré-politique », ou infra-politique, et uniquement sur une grille communautariste/sectaire. Surtout que des deux côtés, Hazaras comme Pachtounes, il y a relativement beaucoup de personnalités très éduquées politiquement, (surtout du côté hazara), qui savent distinguer l’important de l’accessoire. On peut faire un arrêt « chaï » dans un village paumé du Wardak et se retrouver face à un hodjet-ul-islam ayant fait des études de stratégie et de philosophie à Qom, et capables de vous parler des théories de Lamarcq ou de vous poser des questions sur la bombe à neutrons française (expérience personnelle en 1983…).
        Bref, en conclusion : Behsud (Wardak), c’est assez particulier, même pour l’Afghanistan…

        • Thierry dit :

          Vous oubliez un peu vite qu’en 1998 les Talibans ont tout fait pour se débarrasser des Hazara et qu’ils en ont exécutés des milliers à Mazar-e-Sharif après avoir pris le contrôle de la ville.

          Cela Ayant forcé les Hazara à se mettre entre les mains du gouvernement national pour assurer leur protection.

          En 2002 quand les Taliban tombent, les Hazara posent les armes et se soumettent au nouveau gouvernement avec la promesse de la protection de l’Otan, mais pas des Pashtoung.

          Maintenant les Talibans essayent de séparer les Hazara du gouvernement en leur promettant qu’ils assureront leur sécurité à la place de l’Etat Afghan.

          le gouvernement de l’ombre des talibans est représenté par Mawlawi Mahdi, un imam Hazara chiite, et leader de groupe armée.

          ce qui explique que les hazara sont séparé en deux groupes, ceux derrière le gouvernement actuel et ceux avec les Talibans et que l’Iran d’ailleurs utilise comme chair à canon en Syrie.

          le missile tiré est visiblement une copie iranienne du missile anti-tank russe Kornet à guidage laser ou du missile anti-tank iranien Dehlavieh (que les Hazara possèdent), l’année dernière le croiseur USS Normandy a intercepté un navire pour le Yemen qui en transportait 150.

          Ce type de missile fonctionne très bien contre un hélicoptère tel le missile anti-tank Javelin américain qui prend de l’altitude pour redescendre frapper un char sur le dessus ou en tir direct contre un aéronef.

          Lors du récent sommet de la paix de Moscou, qui a tenté de rassembler tous les acteurs afghans autour de la table, les États-Unis et la Russie se sont alignés pour tenter de forger la paix entre le gouvernement afghan et les talibans.

          Lors du récent sommet de la paix de Moscou, qui a tenté de rassembler tous les acteurs afghans autour de la table, les États-Unis et la Russie se sont alignés pour tenter de forger la paix entre le gouvernement afghan et les talibans.

          L’Iran, qui borde l’Afghanistan et abrite 500 000 réfugiés Hazara, n’a pas été invité ou n’a pas participé, tandis que la Chine et le Pakistan avaient des sièges à la table.

          Néanmoins, l’Iran a déclaré qu’il ne soutiendrait qu’un gouvernement intérimaire protégeant les tribus minoritaires avec lesquelles l’Iran avait des liens historiques. (Donc les Hazara)

          Le tir de cet hélicoptère par un ATGM de fabrication iranienne a peut-être été un moyen pour l’Iran d’essayer d’obtenir son propre siège à la table des négociations de paix en Afghanistan.

          source :
          https://sofrep.com/news/watch-afghan-air-force-helicopter-brought-down-by-missile/

          • Piliph dit :

            Thierry, merci pour ces infos.

            Mais mon commentaire voulait se situer à un autre niveau que le politique. Le Wardak et ses districts, en particulier Behsud, ont vu passer de nombreux partis politiques, avec toutes sortes d’alliances depuis 1978 (et probablement avant). mais les partis passent et les contradictions économiques locales restent. Et le parti qui saura le mieux incarner les intérêts économiques de tel ou tel groupe de population aura un atout, au-delà de la seule affiliation ethnique (Hazaras/Pachtouns) ou religieuse (chi’ite/sunnite, on pourrait même rajouter les Ismaéliens (famille de l’Agha Khan) dans le NE de l’Hazarajat). Atout parfois maître, quand les contradictions économiques sont parfois majeures et aiguës, comme à Behsud. C’est pourquoi aussi j’introduisais une distinction entre Pachtouns « ordinaires » (sédentarisés) et les nomades Kouchis, métayers hazaras et pachtouns pouvant alors avoir les mêmes intérêts économiques. Et donc s’allier localement, le cas échéant.

            Deuxième « soulignement » de mon commentaire : l’importance des conditions locales, au-delà des grandes problématiques intéressant tous les Hazaras, ou tous les sunnites, ou tous les ceci/cela. Les massacres d’Hazaras par des Pachtouns sont hélas monnaie courante dans l’Histoire afghane – et quand ce ne sont pas les massacres, c’est la demi-indifférence de la plupart des gouvernements de Kaboul pour cette minorité longtemps méprisée : je pense à la famine du début des années 70 qui avait provoqué la mort de centaines de milliers d’Hazaras (ils vivent dans les zones les plus inhospitalières du pays, le centre montagneux, aride, mal desservi).

            Attention, ne vous méprenez pas, Thierry, les infos que vous apportez sont très intéressantes et importantes pour la suite du conflit – même et surtout après un éventuel retrait OTAN. Mon commentaire visait à souligner le facteur économique, souvent oublié ou négligé des analystes, et donc l’importance des mini-conflits locaux : cet « oubli » a coûté cher à presque tous les empires qui ont crû pouvoir facilement contrôler ce drôle de pays, l’empire US étant le dernier en date. Et la sagesse des gouvernement français depuis deux siècles qui ont compris l’inanité de l’action militaire et l’importance du soft power (importance dès le début du XXè siècle des coopérations franco-afghanes culturelles, médicales, archéologiques, etc.) jusqu’à, non comprise, la décision stupide de s’engager militairement du côté US dans les années 2000.

            En outre, vos infos ont le mérite de démontrer ce que je soulignais en passant seulement dans mon commentaire : l’existence de véritables stratèges parmi les élites afghanes, toutes ethnies confondues, et donc la tentative des Talibans de « retourner » en leur faveur une partie de la communauté hazara, ce qui apparaitra comme contre-intuitif à ceux qui n’ont que la grille communautaire et sectaire en tête dans l’analyse de la situation. Et donc l’existence de ce Maulawi hazara dans l’Etat Major taliban. Je suscite la même surprise quand j’évoque la présence au sein des Talibans d’une faction semi-organisée regroupant les anciens stals du parti communiste « pachtoune » appelé Khalq (« le peuple »), ce même parti qui avait pris le pouvoir avec l’aide soviétique en 1978…

            On retrouve ce même type de contradiction depuis longtemps au sein de la direction stratégique iranienne, qui doit trancher – ou concilier – plusieurs approches en Afgha :

            1) la solidarité sectaire entre chiites (même si la plupart des Iraniens de la rue méprisent les Hazaras afghans, ethniquement très différents et économiquement affectés aux tâches les plus « dégradantes » (pas étonnant que l’Iran les ait utilisé comme « chair à canon » en Syrie ou ailleurs)

            2) Les intérêts géopolitiques iraniens dans ce vaste voisin oriental, acutisés depuis 2001 par la présence de troupes US constituant une menace de revers et donc justifiant des alliances avec parfois de drôles d’alliés – dont les Talibans – analogue de certaines alliances avec le Hezb Hekmatyar dans les années 80…

            3) Les intérêts économiques liés à toute la problématique du patrole/gaz iranien et d’Asie centrale, qui renvoie au projet UNOCAL qui avait justifié l’alliance USA / Taliban à partir du milieu des années 90 jusqu’en 2001 et qui aurait court-circuité l’Iran dans la logistique du pétrole (liaison Asie centrale / Gwadar ou Karachi en passant par les provinces d’Hérat, Farâh, Helmand, Kandahar). Et on pourrait évoquer dorénavant la problématique Baloutche, oubliée depuis les années 70 et qui semble revenir à l’ordre du jour, avec de nouvelles alliances irano-? en perspective. Et enfin bien sûr l’orientation de politique étrangère du futur gouvernement afghan post-OTAN.

            «  »Vers l’Orient compliqué, je volais avec des idées simples. » avait écrit De Gaulle, qui pourtant avait réalisé 3 ou 4 séjours au « Levant » de 1920 à 1931 et n’était plus un néophyte lorsqu’il décida d’y implanter la France combattante… Il avait dû y repenser lorsqu’il devint l’architecte de la politique de coopération avec l’Afghanistan dans les années 60 : De Gaulle y aura laissé non pas des stèles à nos soldats morts là-bas, mais le magnifique lycée Esteqlal, le plus beau lycée français à l’étranger de son époque + une énorme coopération médicale avec l’hôpital Ali Abad. Une leçon à garder en mémoire…

        • Kali dit :

          Très intéressant. Merci

  3. ricocjaneiro dit :

    Qui a filmé ?

    • Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

      Je me suis posé la même question. La question standard du criminaliste est généralement: « À qui profite l’événement » et « ou vont les flux d’argent? » Dans ce cas, j’ajouterais la question « Qui avait une caméra en position pour documenter l’incident? »

    • Harambe dit :

      ça à l’air d’un drone à haute altitude

    • sentinelle dit :

      Je me le demande aussi ?

    • Muse dit :

      Surement un drône de ceux qui ont tiré, non ?
      Où alors un drône belge qui s’est égaré dans son tour de piste !

    • PeterR dit :

      à 17″ on voit un élément de la structure du porteur. Il faudrait un expert pour nous dire à quoi cela correspond et si on peut identifier l’aéronef.

  4. Polymères dit :

    L’Iran, toujours les mêmes procédés, mais certains diront qu’ils sont la « résistance » donc acceptables car pour eux l’Iran, ce sont les gentils
    Mais des milices qui feront de l’ombre à des gouvernements, qui combattront les forces nationales, qui sont armés clandestinement n’apportent certainement pas la stabilité.
    Que ce soit le Hezbollah, les milices irakiennes, les Houthis et j’en passe, constatons que ces milices ne sont pas présentes pour améliorer la situation des pays dans lesquels elles se trouvent, mais qu’il s’agit bel et bien d’un bras armé de l’Iran qui créer de la conflictualité et qui pousse les puissances étrangères influentes à y répondre.
    On ne peut pas d’un côté critiquer les turcs ou les saoudiens quand ils viennent à armer, financer et soutenir des groupes armés non étatiques et à les exporter et ne pas en faire de même avec l’Iran, c’est cette hypocrisie qui est agaçante.

    Concernant l’Afghanistan, c’est comme ailleurs, la nature a horreur du vide. Quoi qu’on en dise des américains, ils ont pris et ont imposé un rôle géostratégique qui ne permettait pas à d’autres puissances d’exister et d’agir, malgré certains double jeu ou d’actions « cachées » pour les combattre indirectement, tant du côté pakistanais, iraniens, russes, voir chinois.
    C’est toujours pareil, l’idée est de cristalliser les tensions sur la puissance étrangère qui monopolise ce rôle géostratégique pour la forcer au retrait en laissant le sentiment que c’est elle le problème et qu’avec son départ, la situation ne peut que s’améliorer. Mais la réalité c’est que ce retrait n’améliore rien, il ne fait qu’ouvrir des portes à d’autres acteurs qui viendront y trouver une opportunité pour étendre leur influence.
    Alors bon, l’Afghanistan ne sera peut-être plus un bourbier pour les américains et les quelques autres forces occidentales qui s’y trouvent encore (faut dire que depuis 2014, il n’y a presque plus grand chose) mais cela ne signifiera pas la fin de la guerre. L’intervention occidentale n’a peut-être pas réussie à imposer un pouvoir et à éliminer les talibans, mais elle ne sera pas non plus responsable de tout ce qui va suivre. Nous voyons même l’EI s’y implanter, comme Al Quaida par le passé, les iraniens entrent eux aussi par des milices armés, les russes cherchent une solution avec les talibans afin de contrebalancer le pouvoir à Kaboul, trop acquis à la cause américaine.

    On va encore en entendre parler longtemps de l’Afghanistan et comme souvent, le pire n’est pas forcément l’instabilité actuelle, car parfois le combat, comme nous au Sahel, consiste à éviter que ça dégénère. L’Afghanistan peut devenir un théâtre de confrontation qui aujourd’hui se concentre sur lui-même en un théâtre qui peut s’étendre au-delà de ses frontières, devenir en réalité une base arrière pour étendre le combat et sur lequel des puissances étrangères agiront en misant sur des groupes armés locaux. Et si ça commence par fournir du missile anti-aérien, ben l’armée afghane risque de rapidement perdre un échelon d’intervention rapide et de profondeur qui va lui faire perdre encore plus de terrains.

    • Desty dit :

      Avec les gens qui intéressent à ce pays hormis les USA: Chine, Pakistan, Iran, Inde…
      Bonne chance aux Afghans pour avoir un futur radieux !

    • Aymard de Ledonner dit :

      Chaque situation est différente. Et en Afghanistan il y a un très lourd passif de massacres anti-chiites dont les événements de Mazar e Charif n’ont été que le début d’une longue litanie. Dans ce contexte on ne peut pas attendre des hazaras qu’ils se laissent massacrer sans réagir.
      Après évidement les mêmes mécanismes sont à l’œuvre comme partout : quand le pouvoir central est faible et cherche à imposer son emprise sans que les gens du cru ne voit quelconque avantage à se soumettre, c’est un boulevard pour ceux qui veulent plus d’autonomie.

    • oryzons dit :

      Les américains ne font que récolter ce qu’ils ont semé, c’est aussi cela la réalité.
      La façon dont ils ont détruit l’Irak a déstabilisé pour longtemps tout le MO.
      Ils ont fermé les yeux sur les financements de l’AS et du Qatar de mouvements ouvertement islamistes.

      De la même façon leur relation avec le Pakistan dans cette région du monde, parfois ouvertement contre l’Inde, est ou a été (car cela a bougé sous Trump) plus que douteuse.

      Les US ont eu une lecture géo stratégique catastrophique depuis 30 ans :
      – sur le plan économique et technologique il fallait mettre à genou l’Europe, quitte à investir des sommes délirantes en Chine, on voit aujourd’hui la pertinence de cette vision
      – sur le plan militaire, ils sont resté bloqués sur la guerre froide. Ils ont été obsédés par la Russie de manière qui a confiné au ridicule, en ignorant complètement la montée des menaces Chinoises pourtant évidentes (Tiananman Vs Chute du Mur, démographie, puissance économique) et islamistes. Et ils ont aussi eu pour objectif de garder une Europe divisée et sous leur totale emprise.

      On peut dire ce que l’on veut de Trump, que d’ailleurs je n’aime pas, mais il a tout de même remis certaines choses à l’endroit :
      – Chine comme ennemie numéro 1
      – Retrait des théâtres du MO où de toutes façons les américains ne parviendront plus à sortir par le haut, trop d’erreurs ayant été faites, et qui coûtent un fric délirant
      – Assouplissement avec la Russie, peut-être mal fait, mais pertinent pour éviter que celle-ci ne se jette dans les bras de la Chine
      – Rapprochement avec l’Inde au lieu de continuer dans une relation stupide avec le Pakistan pour de mauvaises raisons
      – Mise en demeure aux européens de se réarmer pour que les US puissent à terme se concentrer sur la Chine

      Grosse erreur sur la Turquie par contre, mais bon c’était déjà le cas avant…
      Ridicule avec la Corée du Nord, bon il s’est imaginé qu’il pourrait l’éloigner de la Chine et se rapprocher de la Corée du Sud…

      Après des milliers de milliards de dollar dépensé en Afghanistan et en Irak, qu’en restera-t-il d’ici 3/4 ans ?

      Alors oui l’extension de l’influence des chinois, de l’Iran, de la Russie, du Pakistan, de la Turquie… ne sont pas du tout des bonnes nouvelles, nous en conviendront parfaitement, mais la faute à qui ?

      Dans la presse mainstream les campagnes de french bashing sont plus présentes que celles visant la Chine ou les pays islamistes. Cela ne vous interpelle-t-il pas sur l’ignorance crasse et la déviance totale de l’analyse US ?

  5. Castel dit :

    Que les Hazaras se plaignent d’un manque de protection de l’armée Afghane est une chose, mais de la à abattre un de leurs hélicoptères semble incompréhensible, quand on se rappelle ce que les Talibans ont fait subir à cette minorité….
    Si ceux-ci parvenaient à revenir au pouvoir, le réveil risquerait d’être douloureux pour eux !!
    En attendant, cela risque de compliquer encore plus la tâche du gouvernement Afghan, qui n’avait vraiment pas besoin de ça en pleine négociation avec les Talebs pour sa survie !!

    • Desty dit :

      L’ethnie que vous citez a probablement réellement été victime d’exaction mais ils sont aussi manipulés par les chiites de l’étranger.

      En ce moment (depuis quelques semaine ou un bon mois) il y a des troubles récurrents et parfois assez grave dans le Baloutchistan iranien. A plusieurs reprise les douaniers voir l’armée iranienne ont ouvert le feu sur les douaniers pakistanais ou sur des civils qui voulaient passer la frontière. Les Baloutches iraniens font des manifs monstres.
      De là à penser qu’en tout cas les Iraniens pensent que ces troubles sont instrumentalisés de l’autre coté de la frontière et qu’ils ont réactivé les miliciens qu’ils avaient utilisé en Syrie sur place…
      Là où ça risque de devenir rigolo c’est quand les Iraniens font faire le même coup aux Pakistanais qu’aux Afghans. On peut redouter encore de beaux accidents de voiture en perspective. Les routes du Pakistan sont hyper dangereuses ! Après ils invoqueront peut-être un droit de poursuite en Iran pour venger leurs douaniers…

      Parallèlement l’Inde vient d’annoncer la livraison d’une seconde paire de grue à l’Iran depuis le début de l’année: l’Inde met des gros moyen pour développer le port iranien concurrent du Gwadar sino-pakistanais. Les Indiens comptent passer par la pour développer leurs relations économiques avec l’Afghanistan et plus tard éventuellement prendre le Pakistan à revers.

      • jyb dit :

        @desty
        – ?? pakistanais et iraniens ont une force de garde frontière commune pour lutter contre les séparatistes et trafiquants baloutch. Ils ont un ennemi commun, l’armée de libération baloutch (qui a revendiqué le 15 mars un attentat à karachi) ce sont des séparatistes pour les pakistanais, et ils tentent de déstabiliser le sistan iranien voisin qui est majoritairement sunnite.
        le pm pakistanais imran khan a initié un réchauffement avec l’iran.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Oui abattre l’hélico est une réaction semble-t-il surdimensionnée. On manque probablement d’infos pour pouvoir apprécier la situation

  6. Muse dit :

    « étant donné qu’il a atteint le Mil Mi-17 au niveau de son rotor c’est à dire une « partie chaude » »
    NON, le rotor n’est pas une partie cahude.
    Par contre le plancher mécanique qui supporte la motorisation l’est et donc avec la sortie des turbomoteurs placée en arrière c’était un jeu d’enfant pour le tireur du missile.
    la caponière est l’angle idéal pour toucher un hélicoptère car c’est le secteur où se situe la signature infrarouge maximale.

  7. aleksandar dit :

    Le tout basé sur la seule déclaration du ministère afghan de la Défense….
    Quand aux attaques des talebs contre les Hazaras, la dernière dans mes archives remonte a 2018 suite a une incursion d’un commandant Hazara dans une zone contrôlés par les talebs.
    Depuis le partage des zones n’a pas été remis en cause

  8. Ghostrider dit :

    un message de Téhéran envoyé directement Kaboul avec du matos chinois enfin rétro cloné iranien. ( manpads 9K38 igla > sino QW1 vanguard> puis les clones des version Misagh Irannien). leurs ancêtre commun est le strela russe. le Qaem est une version sol air remasterisé du TOW US livré au sha.

    Le tir est proche, il vient de la bourgade à gauche, il est hyper tendu et d’une grande vélocité. laser ou infrarouge qu’importe, le MIL vient de déposer des troupes à priori, il est à priori à moins de 150 pieds peut etre 200, c’est une quasi-exécution.

    https://21stcenturyasianarmsrace.com/2019/02/11/iran-manufactures-this-deadly-chinese-manpads/

    http://www.afghanistantimes.af/police-claim-iran-armed-taliban-with-manpads/

    https://avia-pro.fr/blog/pzrk-igla

    • Vinz dit :

      Ca ressemble à un coup direct. J’ai cru comprendre que la charge du manpad explosait plutôt à proximité pour projeter un maximum de fragments.

  9. Piliph dit :

    Qui a tiré, personne ne peut prétendre le savoir aujourd’hui, ni pourquoi. Donc méfiance avec les déclarations d’un « officiel » afghan… J’ai tenté d’exposer un peu plus haut, en quoi le Wardak en général et Behsud en particulier, sont animés par des conflits très particuliers, anciens et nouveaux à la fois, et à plusieurs couches d’analyse : communautaire, sectaire, économique, politique. Bref, méfiance et prudence, c’est tout.

  10. Ghostrider dit :

    @ philip .. négatif même si en théorie tu as raison., il faut être prudent mais tu peux émettre une tendance désolé la signature est grosse comme une maison et des MANPADS type Misagh ou un Qaem à guidage laser, c’est pas du matos qui traîne à chaque coin de rue.
    @ vinz ca dépend si le missile est équipée d’une fusée de proximité. en principe oui. mais oui ca ressemble trés fortement à tir à guidage laser mais sans certitude. ici le toophan la version ATGM le quaem est sa version sol air. ( matos US base Tow)
    https://fr.qaz.wiki/wiki/Toophan

    • Piliph dit :

      « il faut être prudent mais tu peux émettre une tendance  » : je suis d’accord avec ça, mais je dis quand même « prudence ».

  11. Ghostrider dit :

    merci à Jyb, desty, et philip. pour leurs éclairages ethnique et politique du terrain. instructifs et complexe …