La Gendarmerie sollicite l’armée de Terre pour la formation tactique de ses pelotons de surveillance et d’intervention

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

42 contributions

  1. Paul Bismuth dit :

    Des gendarmes ont été blessés à Saint Nazaire:
    https://lessor.org/operationnel/quatre-gendarmes-du-psig-de-saint-nazaire-blesses-par-des-tirs/

    Des unités de force spéciales s’entraînent déjà sur ce créneau:
    https://lemamouth.blogspot.com/2020/10/les-fs-terre-en-conclave.html

  2. Starbuck dit :

    Les gendarmes n’ont de militaires que le statut. Qu’ils aillent chercher l’armée de terre pour une formation tactique en ai bien la preuve. Et la prévôté continuera de faire chier les milis.

    • MAS 36 dit :

      recalé ?

    • Le Breton dit :

      Ils sont militaires depuis les premiers gendarmes.

    • bernard dit :

      Après quand la prévôté intervient, c’est que le mili roule trop vite, picole, envoie des clopes de l’étranger, se bagarre ( après l’alcool), va voir les P….., fait le mur et plus dramatiquement, à la « gachette » un peu trop facile..

      • Castel dit :

        Si la gendarmerie n’était plus militaire, il faudrait alors créer une nouvelle police militaire qui ne serait la que pour contrôler le mili, sans s’occuper des civils, comme aux States, ou alors donner le pouvoir à la police de tout contrôler comme chez les English, car je ne vois pas les unités se contrôler elles-mêmes….
        Nôtre système de Gendarmerie semble quand même le mieux adapté à notre pays…..

    • laurent dit :

      Starbuck. Peut être que la militarité chez les gendarmes se fait rare, il est vrai, mais elle ils le reste quand même. Quant à la prévôté, elle ne fais pas chier les milis, elle les empêchent tout simplement de faire des boulettes grosse comme eux. Voila tout.

      • STARBUCK dit :

        Pour le Breton : Je sais d’ou vient leur origine. Avoué tout de même qu’elle c’est largement perdue. La démarche est intelligente d’aller chercher les compétence là ou elle sont, mais toujours vouloir se mettre à la hauteur c’est fatiguant de leur part.

        Pour bernard : Vous avez raison, mais je pense que parfois quand se n’est pas trop grave il est possible de se contenter d’une remontrance. C’est souvent l’exes de zel qui prévaux.

  3. Clavier dit :

    Il serait temps d’apprendre les fondamentaux du combat de rue …….

  4. Sempre en Davant dit :

    Excellente chose !

    Les gendarmes en échange pourraient participer à la formation au service avec les pistolets et les véhicules civils de sentinelle.
    Y compris défense de l’arme a pied et usage dans le véhicule.

    De bonnes séances de combattre en décrochant en vue.

    L’équipement abordable même en achat perso ce sont des projecteurs sur puissant. D’ailleurs il devrait y avoir une limite de puissance pour les achats et le transport. Il faut les regarder comme armes par destination au même titre qu’un tournevis ou une fusée de détresse.

    Reste la question des patrouilles a trois minimum avec une arme longue en appui.
    D’un simple point de vue de sujet aux contrôles routiers j’en ai regretté l’absence : il faudrait en profiter aussi pour travailler les checkpoints . Et tout le toutim.

  5. Czar dit :

    « Bonjour, monsieur le terroriste de type présentement nord-africain, pouvez-vous subséquemment présenter les papiers afférents à la conduite de la voiture dite déséquilibrée.

    Et le certificat de contrôle technique, de par le fait.

    • Czar dit :

      « nous allons présentement procéder à la fouille dudit véhicule de type léger. veuillez couper le contact ainsi que tous les dispositifs de mise à feu.

      Je vous remercie, présentement et de par le fait. »

    • Fred dit :

      @ Czarevitch le moscoutaire Syndrome de La Tourette

      Monsieur Czarevitch, cessez immédiatement vos propos racistes, c’est un ordre (espèce de crétin) !

      Car je ne doute pas d’avoir un grade supérieur au tien dans l’armée française : j’ai une trop bonne considération pour celle-ci pour penser qu’elle ait pu te confier la moindre responsabilité, et pas la moindre arme non plus (même pas du sparadrap) au vu de ton état mental plus qu’inquiétant. Si jamais tu as un grade, cela ne peut être que P5.

      Ton grade au FSB, si tu en as un, tu peux t’en faire un napperon en dentelle pour ton verre de vodka.

      Exécution !

      • Czar dit :

        t’avais pas déclaré il y a quelques heures que désormais tu te terrerais en silence dans ton trou de cancrelat après avoir été pris en flagrant délit d’affabulation ?

        « souvent arabe varie, bien fol qui s’y fie »

        • Fred dit :

          @ Czarevitch le moscoutaire Syndrome de La Tourette

          Bon, que tu voue une passion à la Pucelle d’Orléans, grand bien te fasse (?), mais de là à te métamorphoser en Jehane, ça craint le pâté d’Anglois. Prends du repos, prends du recul, vieux ;o)

          Le gars qui parle dans ta tête, je ne sais pas qui c’est, mais c’est pas moi.
          Va falloir inventer P6 juste pour ta pomme.

  6. LEONARD dit :

    Avant d’être une arme d’intervention, la Gendarmerie était une arme de renseignement. CNIL et RGPP aidant, la tendance suit celle de l’Armée de Terre, l’intervention vers les menaces « haut du spectre », GIGN 3.0 de la taille d’un régiment,
    http://www.opex360.com/2020/10/08/gendarmerie-vers-un-gign-3-0-avec-un-effectif-de-1000-militaires/
    et des PSIG mini GIGN.
    Ca répond surement à un constat de croissance de la violence, mais celà se fait au détriment des « antennes » de la territoriale. Certes, la surveillance électronique couvre tout le territoire, mais les « détraqués », civils ou religieux, se cachent aussi et peut-être même de plus en plus dans les campagnes. Et là, plus que la densité de population à protéger, c’est la distance (et donc le temps) qui impose les effectifs.
    Mettre du bleu sur le terrain, ça ferait du bien à tout le monde.

  7. PK dit :

    Le problème, inhérent à chaque gendarme, et encore pire dans la police, est celui de la formation des armes et surtout de l’entraînement au tir… Pas de budget, pas de munitions, pas d’entraînement.

    • laurent dit :

      Tout à fait. Peu de munitions, peu de temps pour s’entraîner, peu de temps pour tout en fait….

  8. Dupont avec un t dit :

    Viens de paraître « Après une rixe durant le weekend à Besné, à une vingtaine de kilomètres de Malville, «les gendarmes ont identifié l’auteur et ils ont été à sa rencontre» lundi à l’aube, a expliqué la gendarmerie de la région Pays de la Loire.
    L’homme, qui a fait feu sur les gendarmes, a été interpellé.
    Le pronostic vital des quatre gendarmes du PSIG (Peloton de surveillance et d’intervention) de Saint-Nazaire, touchés par les tirs, n’est pas engagé, a précisé la gendarmerie.
    L’un des quatre gendarmes, blessé plus grièvement que les trois autres, «va se faire opérer».
    La grosse problématique : Les places en psig sont annoncées dès la sortie école ( ex Ecole De Montluçon ou Brive) ça se joue au classement …mais beaucoup de manque d’expérience et de preuve en activité d’équipe, de missions, de comportements adaptés aux situations …. de très gros points faibles en situation « hard » lors d’une sortie où l’environnement, le terrain, l’effet de surprise deviennent des alliés aux esprits avertis.

    • Alpha dit :

      « La grosse problématique : Les places en psig sont annoncées dès la sortie école »
      Pas exactement. Ainsi, pour les sous-officiers ce n’est pas le cas. Les affectations en sortie d’école sont très rares, il faut d’abord passer par la brigade, la Mobile ou la Garde.
      Pour les GAV en revanche, les hommes du rang en somme, là c’est effectivement le cas, et le manque d’expérience, de réactivité sur une intervention ou de capacité de travail en équipe sont criant bien souvent…
      Et comme un PSIG est composé à 50/50 de sous-officiers et de GAV, ils se retrouvent souvent en patrouille avec un Ss-Off et 2 GAV… Léger pour gérer une inter un peu chaude.
      Vu cela, la décision d’initier la professionnalisation complète des PSIG lancée le général Rodriguez est une très bonne chose.

      • Dupont avec un t dit :

        « Léger pour gérer une inter un peu chaude. » c’est le cas dans 95% des patrouilles et renforts PSIG.
        Ex du contrôle « fortuite » avec un véhicule « ouvreur » contrôlé en zone isolée (ex sortie d’un tout petit village, véhicule de gamme moyenne, pass-partout) et un véhicule suiveur en appui avec AK74 dans les contre-portes et 2x 3 chargeurs….

        • Alpha dit :

          « Ss-Off et 2 GAV… Léger pour gérer une inter un peu chaude. »
          Vous avez noté ?… Je vous parle d’1 Ss-off (expérimenté, à priori…) et de 2 GAV (gamins sans expérience sortis d’école…)… Avec 3 Ss-off, donc 3 « professionnels », on est un peu plus serein quand on intervient, pas besoin de surveiller les « gamins »…
          C’est à ça que veut tendre le Général Rodriguez…
          Après, pour votre exemple, vous voulez quoi ? Un AMX-30 et un peloton de Spahis, appuyés par un Tigre, pour votre contrôle ?

          • Dupont avec un t dit :

            Avec les moyens en dotation à l’heure actuelle, pour ce type de contrôle, dans l’arrière pays d’Aix ou de Marseille, 2 body-bags et une civière, Mon Général Rodriguez ps: Pensez aussi aux deux légions d’honneur à titre posthume . Les familles et le 1er cercle ne seront pas prise en compte, comme d’hab . les derniers 30 valorisés B2 sont des « tas de ferrailles » qui rouillent depuis 15 ans dans différents camps mili cf Canjuers et sa dotation de chenillés immobilisés

  9. Gégétto dit :

    Entrainements proches du GIGN, avec le GIGN pas possibles?

  10. frederic66 dit :

    le problème est plus complexe que cela; la proposition de la DGGN est déconnectée elle ne peut masquer le manque de moyen, l’entrainement insuffisant pour les gendarmes et les PSIG, mais il me semble que l’entrainement ne remplacera jamais un recrutement de qualité et l’intelligence situationnelle,à savoir que comme force de l’ordre en temps de paix, beaucoup de gendarmes ou policiers arrivent en intervention, surtout dans des lieux reculés en « string » , n’ayant plus de renseignement de terrain , les situations deviennent incontrôlable rapidement à deux primo-intervenants.
    il ne faut pas faire des raccourcies et d’amalgames trop rapide dans une situation ou un tueur attendait de nuit avec un AR 15 équipés nocturnes + Silencieux les forces de l’ordre.

  11. TdM dit :

    Il est vrai que la gendarmerie a beaucoup perdu en capacité de combat (qui vont du matériel au commandement en passant par l’entraînement).
    Les raisons sont multiples (des chefs qui bien que venant de l’armée de terre veulent penser comme des policiers – civils – et non comme des mili – trop contraignant, pas assez « politique » – , la fin du service militaire qui fait que plus aucun gendarme n’a de formation initiale de combat, des écoles de gendarmerie qui sont plus des écoles « d’application » que de « formation initiale »…).
    Et le passage du MinArm (où elle était l’enfant mal-aimé) au MinInt (où elle passe pour l’empecheuse de tourner en rond en refusant des ordres bancales en mission) n’a pas arrangé la relation avec les autres armées (la prévôté ne représente qu’une petite partie des missions). Les formations au controle de foule sont plus faibles tout comme les exercices de combat type proterre (alors que la traque des frères Kouachi n’était ni plus ni moins qu’un contrôle de zone face à un ennemi désigné).
    Aussi cette initiative semble de bon aloi et permet à tout le monde de se tirer vers le haut (la GN pour les capacités de combat qui sont la bases des missions – patrouilles de sécurité publique générale, maintien de l’ordre… – avec certes quelques déclinaisons – en général un adversaire et non un ennemi, armement sub-létal… – et l’AdT pour le travail face aux civils (99% d’amis alors que la proportion est inversée en opex…).
    A voir sur la durée mais l’initiative / l’esprit de la décision va dans le bon sens.

  12. arnaud dit :

    La dramatique affaire de St Just laisse des traces. La décision du DGGN est logique et ne fait je suppose que tirer les conclusions d’une réflexion sur les différentes opérations passées.
    Le durcissement de la criminalité ne peut que continuer et vu la déliquescence de la justice qui assure l’impunité des délinquants/criminels, les FDO ont intérêt à réagir.
    Former les PSIG au combat tactique de petite unité ne peut que sauver des vies.

    C’est en fait le parallèle du durcissement des armées à la guerre de haute intensité qui se profile.
    Sauf que le durcissement de la guerre intérieure est déjà là avec une action sans limites des bandes qui pillent la france sans que les élites ne réagissent.

    • Fred dit :

      @ arnaud

      Encore une fois : les prisons sont pleines au-delà des normes. La justice ne peut condamner à des peines de prison, s’il n’y a pas de place en prison.

  13. Seb dit :

    Bonjour,
    Une piste à étudier serait un nouveau dispositif de passerelle pour aiguiller la reconversion de certains personnels de l’armée de Terre vers cette spécialité du métier de gendarme.

  14. RoiDagobert dit :

    Armée de BHL = armée de BHV !

  15. sky dit :

    Quand une soit disant « survivaliste » (qui se suicide au bout du compte) prend le dessus sur 4 gendarmes… il y a vraiment des questions à se pauser sur la formation…Continuons de faire chier les automobilistes et les jeunes qui respectent pas le « couvre feux » c’est LA priorité. Et, si, des privée avec peu de moyens peuvent mieux se former que des professionnels… c’est pas la faute du privé hein? mais bien celle du de l’etat et du peu de moyens de formation adaptés aux situation de ce siècle.
    Quelque soit leur formation, FDO ne pourront être partout à la fois, alors peut être on accordera à l’honnête citoyen plus de légitimité et une application « normal’ du CPP pour se défendre lui meme, sa soulagerai d’autant les FDO.

    • Alpha dit :

      « Quand une soit disant « survivaliste » (qui se suicide au bout du compte) prend le dessus sur 4 gendarmes… il y a vraiment des questions à se pauser sur la formation… »
      Renseignez vous sur les conditions d’intervention des gendarmes à St Just avant de commentez, ou trouvez un exemple valable et pertinent, sous peine de passer pour un Troll, ce que vous faites à merveille soit dit en passant…

    • Cappello dit :

      Moi, c’est sur votre niveau grammatical que je me pose vraiment des questions…

      • Dupont avec un t dit :

        « Si l’on veut que notre enseignement s’améliore, encore faut-il le débarrasser de tous les diagnostics erronés de ce genre émis par les charlatans de l’inspection de l’éducation nationale, qui se pressent à son chevet. »
        En plein délire scolaire (1984) de Jacques Capelovici

    • Fred dit :

      @ sky

      Oui super, sauf que le citoyen qui a tué ces Gendarmes était bien convaincu de se défendre lui-même dans son délire mystico-survivaliste. Tout comme ces ados américains qui tuent des dizaines à plus d’une centaine de leurs camarades de classe, s’auto légitimant comme justiciers de leurs offenses … Voire pour le fun.

      Tir de nuit avec silencieux et lunette, les gendarmes ne se sont sans doute aperçus de rien avant de recevoir une balle mortelle. Mais toi, gros malin suffisant le cul vissé devant ton clavier, tu ne sais que fanfaronner des « y’a ka » pathétiques.

  16. Vendée1793 dit :

    Je me pose quelques questions:
    Existe-t-il encore une vraie formation au combat d infanterie dans les écoles de Gendarmerie?
    Dans les escadrons et les brigades, il doit bien y avoir quelques anciens sous-officiers d infanterie reconvertis capables de dispenser l instruction nécéssaire?
    En intervention, pourquoi pas un équipier armé d un fusil en appui?
    Je sais que l entrainement au tir laisse à désirer, manque de moyens, de temps et d argent. Par exemple, beaucoup de pas de tir ont disparus, notamment dans les « déserts militaires ».

  17. revnonausujai dit :

    @ castel
    euh, les Brits ont aussi une  » Military Police » ( casquettes rouges ) qui est composée de sous-officiers et qui n’est compétente que pour les militaires. D’ailleurs il n’y a pas de corps de police à compétence nationale au RU et les polices ( en gros des comtés, plus quelques spécialisées ( chemins de fer,..) sont autonomes.
    Quand un policier de Manchester veut aller à Londres, il doit démissionner et poser sa candidature, sans garantie pour la metropolitan police !

  18. Stef dit :

    ce qui me fait sourire… la gendarmerie (PSIG) possède des « outils » que la conventionnelle n’a pas en dotation… alors comment vont-ils s’y prendre.
    Le fabuleux centre européen de St Astier, pourvu de belles infras avec quelques cadres ou anciens cadres du GIGN « canal historique » devrait pouvoir remédier à cela, pas besoin de l’AdT qui en est quasi au même niveau…
    Bref de la Com parisienne…

  19. DRAILLET dit :

    Les gendarmes ont ils encore une formation militaire !!!!!!!!!!!!!!On peut en douter

  20. Jean-Pax dit :

    Le constat est cruel mais la Gendarmerie s’est laissée démilitariser, phagocytée par la Police. Minée par les propos
    et le ressentiment des syndicats de police ayant leurs entrées au Minint. Enuclées par Sarkozy dont la détestation des militaires et un amour immodéré de la police (merci Human Bomb à Neuilly) étaient bien connus. Le profil des Elèves gendarmes a progressivement évolué… recruter des niveaux Bac pour lesquels le plus sûr moyen de réussir le concours et d’arriver avec un bac+2 . Plus de VSL, d’Engagés… Il semble, mais les lecteurs de mon post aviseront, que l’AT joue sur les renouvellement de contrat de ces engagés pour les dissuader de quitter trop tôt et de joindre la GN… Je reprends : des cerveaux prêts pour une Arme de moins en moins physique et de plus en plus technique. On a commencé à supprimer le terme « combat » par « Instruction Tactique » puis finalement on a réduit progressivement les séjours à La Courtine, retiré les AML, les transports tactiques, les fusils de précision, les OF, nivelé le niveau physique par le bas (où sont les covapi voire les bativap ?). Pour les Gendarmes être militaire n’était plus que : pas de droit de grève, pas de syndicat et 50 heures par semaine ! Le reste avait disparu, On a mis des combinaisons bleue à tout le monde « pour faire comme… ». Bon sang ! moins combarde et de cagoule et plus de sueur !
    Oui il faut remettre du combat proterre, du combat ZUB, du basique et rustique . Forcément cela a un coup , financier, temps, disponibilité opérationnelle. Cela va électro-choquer ceux qui venaient entre une réussite au concours des Douanes et de la Police, mais choisis ton camp camarade, personne ne te pousse. C’est (peut-être) à ce prix-là qu’elle évitera les drames de Collobrières ou de Saint-Just et retrouvera son âme façonnée au cours des 8 siècles de son histoire. Marchez, soufflez.