L’armée de Terre songe à un « convoi autonome interopérable »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

33 contributions

  1. ji_louis dit :

    Un transport terrestre sans pilote et sans capacité à se défendre est une cible de choix, une diligence à attaquer au Far West avec un butin presque assuré sans risque.
    A moins d’en faire une chèvre de la chasse au tigre: Elle attire le fauve et le chasseur agit dès qu’elle est attaquée (voire mieux, au cous de l’approche du fauve si il peut le repérer).

    Mais pour la logistique de base, cela n’est possible qu’en zone sécurisée, donc à l’abris aussi des détrousseurs de grand chemin.
    Pour résumer, cela ne sera valable que pour des convois mixtes hommes armés / robots autonomes.

    • Dodo dit :

      a l’heure des drones armés, la protection d’un convoi peut se faire. D’autres aéronefs peuvent aussi intervenir.
      La logistique reste un élément de l’arrière, ce n’est pas une patrouille ou des engins de l’avant, la menace est faible.

      • dolgan dit :

        uniquement vrai dans des guerres de tranchée avec front fixé et arrières contrôlées à 100%

        Actuellement, le scénario de haute intensité auquel la France se prépare, c’est une intervention aux frontières de l’europe avec des attaques ennemies derrière nos lignes (via des terro partisans de notre ennemi)

  2. Raymond75 dit :

    La guerre sans soldat et sans CO2 c’est l’avenir, mais toujours avec des victimes sinon ce ne serait plus la guerre.

    • NRJ dit :

      @Raymond75
      Les armées arrêteront de consommer du CO2 si ça leur donne un avantage tactique. Mais jusqu’ici, aucune technologie ne semblent pouvoir remplacer plus efficacement le bon Diesel. Les batteries trouvent des applications mais seulement pour l’hybridation des véhicules.

      • EBM dit :

        @NRJ je réponds à votre dernier commentaire sous:http://www.opex360.com/2021/02/08/inde-safran-anticipe-une-possible-commande-dun-second-lot-de-rafale-en-signant-un-accord-avec-hal/

        « Pour les autres, la force opérationnelle terrestre, c’est 77000 hommes pas 33000 (d’où vient ce chiffre). » Tiens on dirait que vous ne connaissez pas l’ordre de bataille de l’armée de terre. Les 77 000 recoupent l’ensemble des effectifs de la force terrestre, l’infanterie et la cavalerie comme indiqué ne recouvrent que 33 000 hommes, théoriques. Ce sont eux qui devraient tenir la première ligne. Les 44 000 autres sont le génie, l’artillerie, la logistique, les instructeurs des CFIM, le Cdt du Rens, etc.

        « J’ai simplement dit qu’il n’y avait aucune armée capable de serrer les dents pendant quelques semaines (si ce n’est le trio Russie-USA-Chine) » Je pense que vous vous méprenez totalement. Vous pouvez prendre les 15 premières armées en terme de volume elle tienne largement le coup face à nous et nous battent car nous n’avons pas de logistique, la Turquie ou l’Egypte s’en sortiraient parfaitement à l’usure.

        « les divisions Panzer allemandes n’avaient pas beaucoup d’hommes. Et pourtant elles ont conquis l’Europe.Pour maîtriser l’ennemi en rase campagne, on n’a pas besoin d’un million d’hommes. » Regarder l’effectif de la Ost Heer le 22 juin 1941 : 3,8 millions d’homme. Dans l’absolu vous n’auriez pas toujours tort mais là l’exemple est vraiment mal choisis car les Divisions Panzer n’ont rien fait seule c’est une contre vérité que de prétendre le contraire.

        « C’est plutôt pour le combat urbain qu’il y a un besoin, mais si on bloque les mouvements de l’ennemi, ça laisse le temps d’entraîner de nouvelles recrues qui, elles, feront le combat urbain. Pas la peine d’envoyer immédiatement l’élite de l’armée. » Aucun ennemi ne combattrait qu’en ville en nous laissant des mois pour créer une armée.

        « Il faut adapter le budget a nos besoins, tout bêtement. » C’est ce que je demande.

        « Un exemple de ce que peut faire notre armée : déployer 4000 hommes en quelque jours à 4000 km du territoire national. C’est quelque chose que peu de pays savent faire. » Effectivement mais pour une raison simple: la capacité de déploiement à l’extérieur n’est un critère de performance que pour des armées expéditionnaires. Si vous n’avez pas d’armées sur ce modèle par définition vous ne vous préoccupez pas de vos capacités de projection. Ensuite que peuvent faire 4000 hommes légèrement équipés face à un adversaire sérieux, rien.

        « Ce classement montre qu’on a une des meilleures armées. » Sur le plan de la compétence oui, mais sur le plan de la capacité à faire des guerres non.

        « Et alors ? Si notre ennemi de demain ne peut se projeter pour nous attaquer alors que nous le pouvons, c’est un avantage colossal. » Si nous l’attaquons avec ce que nous pouvons projetter au maximum en théorie pour une guerre, soit 15 000 hommes, il ne risque pas grand chose s’il a une armée sérieuse même moins moderne.

        « Sur la première guerre mondiale, vous n’avez pas compris. Je montrais que la guerre est de la politique. » D’accord mais vous disiez que le budget « Donc on a adapté la politique et notre budget militaire à cet ennemi moins puissant ». Ce qui n’est pas le cas le budget a explosé car nous n’étions pas sur de pouvoir compter vraiment sur la Russie et les Anglais. Jusqu’au bout en juillet 1914 nous avons eu ce doute, si nous avions une telle armée en 1914 c’est pour ça. La loi des 3 ans en 1913 découle de ça.

        « Par contre face à la menace islamiste -que l’on peut contrer avec nos capacités-, on adapte notre armée (son budget et ses capacités) pour aller chercher l’ennemi au fond du désert. » Justement pas nous avons juste stabilisé nos effectifs au plus bas alors que la contre insurection demande au contraire beaucoup d’effectifs.

        « Petite question : qu’elle serait le modèle d’armée selon vous qui permettrait de ne pas être impotente ? Il faudrait combien ? 1 million d’hommes projetables ? Et pour faire face à qui sinon ? (Vous comprendrez que la France ne pourra pas aller envahir la Chine). » Tout dépend du modèle d’armée déjà, nous n’avons pas nécessairement à avoir une armée expéditionaire avec des forces projetables loins si notre stratégie est purement défensive. Du moment que nous faison l’inverse d’actuellement c’est à dire que nous adaptons nos moyens à nos fins tout me va, le débat est ouvert. Personnelement je dirais que le bon alliage serait pour une stratégie expéditionnaire:
        – l’armée de terre prévue en 1995 modernisée, professionnalisée au 2/3 +1/3 de réservistes sur le modèle US ou anglais. Soit 150 000 pro tout compris et 75 000 réservistes largement composés d’anciens pros.
        – La Marine telle que prévue en 2007 en volume mais avec des porte hélicoptères d’assaut.
        – L’armée de l’aire actuelle avec une centaine d’avions de combat en plus et beaucoup plus d’avions de transport.

        Mais si nous devenons un pays neutre notre armée actuelle est tout à fait adaptée.

        • Mat49 dit :

          @ EBM un bon conseil ne perdez pas votre temps avec NRJ. C’est puit d’ignorance.

  3. Franz35 dit :

    Que se passe t il en cas d’ensablement d’un véhicule, de panne ou decrevaison d’un autre, de la détection d’IED ou face à un obstacle bloquant ? Le convoi s’arrête et attend la saint glinglin ? On sacrifie ceux qui sont immobilisé pour rien ?

    • dolgan dit :

      Ben les hommes entrent en scene. C’est juste que VOUS vous avez imaginé qu’il n’y en aurait pas.

  4. Sempre en Davant dit :

    Rouler « à l’Aspi » n’est pas une idée nouvelle.
    L’aspiration des véhicules précédents est d’autant plus bénéfique que l’on veut rouler vite car la résistance de l’air augmente avec le carré de la vitesse. Là certain sont tout émoustillés.

    Pourtant : Gardez des distances pour pouvoir effectuer toute manœuvre nécessaire est une préoccupation élémentaire pour tout conducteur. Et même une alerte simultané sur tout le convoi genre « feux de freinage » ne remplacera pas les distances.
    Ne pas être « groupir » est une obsession constante du militaire tant pour la sécurité routière que pour la sécurité contre toute attaque ou événement.
    Un convoi n’est jamais seul nul part et l’appréciation par des automobilistes de la possibilité de doubler cette chenille avant une sortie d’autoroute ne peut être qu’une vaste blague.

    Enfin tant qu’il n’existera pas de droïdes capables de changer un pneu, boucher un réservoir, remettre des cailloux dans le trou, ou fusiller sévèrement un importun, il faudra bien des tringlots. Et même des tringlots réveillés, quoi qu’une assistance à la détente possible ou à la vigilance utile leur conviendrait sûrement. Si cette assistance les rends inefficace, alors qu’ils restent indispensables, alors, c’est d’elle et non d’eux qu’il faut faire l’économie.

    Aussi et c’est un peu curieux, on finirait pas suggérer de créer un régiment du Train pour larguer les colis directement à destination car c’est ainsi que le fret aurait le moins de contact avec les saligots qui traînes sur les routes ou aux alentours et font rien qu’à saboter la belle allure de nos convois virtuels.
    Il faut un joli nom pour une arme nouvelle : je suggère Zéphyrautrain.
    Si la cargaison expédiée ne peut tomber entre des mains adverse ni causer de dégâts collatéraux en cas de chute qu’importe si c’est un drone un pépin ou une élingue qui livre le ravito.

  5. Thierry dit :

    On peut même se demander si le convoi reste pertinent avec la robotisation, si chaque véhicule peut se rendre de manière autonome et automatique (sans chauffeur) par des voies différentes à destination, cela complique la tache de l’attaquant.

    L’intérêt du convoi c’est de disposer d’une escorte armée pour un grand nombre de véhicule, alors qu’un véhicule individuel n’est pas escorté faute de moyens, mais un robot tout en évitant les pertes humaines peut améliorer ses chances de passer les obstacles et attaques en centralisant les informations sur les itinéraires ayant eu des attaque et de détourner les autres véhicules sur d’autres voies libre. de sorte que le bilan de l’attaquant sera toujours minime, ne pouvant pas non plus être partout à la fois.

  6. Loufi dit :

    Quel est l’intérêt ?? Les budgets ne seraient pas mieux employés ailleurs ?

    • dolgan dit :

      Réduire l’exposition des éléments du train.

      Pouvoir tenter des ravitos du dernier Km sous le feu ennemi où un véhicule habité ne serait pas envoyé.

      Pouvoir accélérer la logistique à courte distance , par exemple pour ravitailler un poste de combat à quelques km. ça pourrait tout à fait se faire en un clic sur un bouton pour envoyer une brouette automatisée pré chargée.

      • Sempre en Davant dit :

        Votre idée est intéressante mais ardue.
        Ne me fusillez pas sévèrement si je me trompe de ville mais il me semble que c’est lors des batailles de Fallouja que les marines ont redécouvert le poids du sac après que des patrouilles prévues pour quelques heures se soient trouvées coincées trois jours et plus.
        Cela signifie trois jours de feu, de vivres et d’eau. Dans ces sortes de climats et pour emprunter les escaliers cela fait lourd!
        Et c’est là que votre idée pose maintes questions : il faut que la brouette soit assez légère pour monter l’escalier, assez forte pour enfoncer la porte, assez compacte pour prendre les couloirs et tourner sur les paliers, assez dure pour protéger sa cargaison contre le 7.62×39.
        De sorte qu’en effet, il faudrait certainement limiter l’autonomie au profit de la compacité et de la cargaison quitte à ce que l’expéditeur change les batteries (de Vélo à AE? Comme les moteurs?) à chaque tournée.
        Et s’il faut faire simple, l’expéditeur pourrait avoir le contrôle sur la première moitié du trajet et le réceptionnaire sur l’autre moitié de sorte que la portée « signaux » soit presque 2x ce qu’elle est.
        On pourrait rêver que ce transporteur une fois vidé, forme une « capsule blindée » pour évacuer les blessés impossible à rejoindre autrement.
        Il y chez Imer (Carry 107 / CARRY 105 Électrique) et bien d’autres des versions avec voies variables, pelle chargeuses, élévateurs ciseaux etc. Fonctionnant avec un moteur thermique (bruyant!) et un groupe hydrostatique pour l’ensemble des fonctions avancement, levage etc…
        Reste a parvenir à rester sous la résistance des planchers et escaliers qui bien souvent doit être plus proche de 100kg M2 que des 250 d’un immeuble moderne.
        De sorte que tout mit bout à bout on à défini une profondeur max d’engagement en ZU un pb de transport de l’assistant brouette jusquà son point de mise en œuvre… Et il faut résister à la tentation d’en faire un porte mitrailleuse de précision avec un cal 338 ou 408 pour bien percer parpaing et béton.
        Taquin va!

        • dolgan dit :

          « il faut que la brouette soit assez légère pour monter l’escalier, assez forte pour enfoncer la porte, assez compacte pour prendre les couloirs et tourner sur les paliers, assez dure pour protéger sa cargaison contre le 7.62×39. »

          Ce n’est pas mon idée. N’avez vous pas l’impression de poser un scénario caricaturalement absurde dans un cas particulier? Pour le combat urbain, les brouettes automatisées (allant du Thémis au MBT/VCI lourd ) sont sérieusement envisagées. C’est même testé en France (au moins avec VBCI autonome et drone mule type thémis.) depuis pas mal de temps. Mais personne n’a eu l’idée de leur faire monter les escaliers intérieurs des maisons.

          « Et s’il faut faire simple, l’expéditeur pourrait avoir le contrôle sur la première moitié du trajet et le réceptionnaire sur l’autre moitié de sorte que la portée « signaux » soit presque 2x ce qu’elle est. »

          Ce n’est plus nécessaire d’avoir l’homme dans la boucle en permanence pour des missions logistiques (au moins pour qques km) même sans GPS. Tu lui dis va là, et il y va, éventuellement en s’adaptant à l’environnement (obstacle, menace). Et l’IA pourra encore mieux gérer ses déplacement dans un environnement simple comme une ville (à comparer avec la multitude des possibilités qu’offre le milieu naturel). Pas besoin d’homme dans la boucle (contrairement à une mission de combat). Il faut juste que l’ennemi ou des civils ne puissent pas le piller impunément .

    • tchac dit :

      Oh putain vous revoilà françoise.
      Ce n’est pas du climato réalisme mais du climato dénialisme.

      Enfin de toutes façon les boomeuses comme vous sont en voie d’extinction., encore plus si elles sont anti vaccin (ça ne m’étonnerait pas de vous tient)

      • dolgan dit :

        Vil scientiste!!! les escadrons de vaccination forcée sont prêts. Dans 6mois, tout le monde aura été pucé et reprogrammé . On pourra ainsi piloter les gens avec la 5G de billgates.

        Réinformez vous.

        😉

  7. Raymond75 dit :

    Je comprends le soucis des militaires de consommer moins de carburant et de produire moins de CO2 (« Une telle technologie permettrait de consommer moins de carburant [et d’émettre moins de CO2] « , mais j’espère qu’ils pourront toujours utiliser les bombes thermobariques ! Il en va des libertés dans le monde.

  8. lxm dit :

    Il semble assez logique qu’à l’avenir les convois de logistique, comme les dépôts( voir les usines d’armes et de munitions) seront automatisés, de même que la défense anti-aérienne ce ceux-ci dirigée par des drônes; les humains allant plus « piloter » à distance ou sur le terrain plusieurs dizaines ou centaines de drônes à leurs ordres pour se la jouer tactique et stratégie. En terme de tendance, on monte du bas vers le haut, l’armée c’est d’abord un chef faisant office de cerveau et 2 piétailles lui obéissant comme son corps; on constate qu’avec la technologie et la vitesse grandissante de l’action, l’humain doit toujours prendre plus de décisions et d’initiative, donc il monde en grade, on devient tous des officiers si l’on peut dire, donc les machines sortent de terre et remplacent progressivement la piétaille qui est poussée vers le haut. Alors demain, tous généraux ?

    • Sempre en Davant dit :

      Jacques-Antoine-Hippolyte de Guibert définit le général comme étant un officier ayant assez d’expérience du combat pour être capable de commander au delà des spécialités et spécificités de armes.
      Croyez vous qu’avec une technologisation de celles ci, il soit longtemps possible d’en maîtriser assez tout les aspects? De les coordoner à la voix et au geste?

      Croyez vous à la vitesse de l’action dans les combats futurs? Personnellement je la souhaite mais cela me conduit à penser qu’il faudra éviter de s’installer dans le combat et s’il ont veut renoncer aux parades de victoire.
      Depuis 2003 la paix règne t’elle sur le moyen orient? Les populations urbaines sont elles ralliés à l’avenir radieux de l’obésité, du diabète, des amputations conséquentes, et d’une mort vers 50 à 55 ans comme à Détroit et sans cervelle grâce a la pollution de l’eau comme à Flint?

      L’agent Gibbs, que vous connaissez, a mis un terme a la bataille de la fuite de données en sectionnant les câbles réseaux à la hache d’incendie. Il est un modèle pour les caporaux stratégiques qui combattrons en escouades isolées et mangeront les pigeons du Mont Valérien quand ils n’apportent pas de nouvelle du Ravito.
      Et par la male peste je ne retrouve pas cet intellectuel amateur de pigeons si disert que les cuisiniers de cette grandes brasserie parisienne en firent une recette désossées, farcie au foie gras, et flambée au cognac… Il faut quelques cantines pour que la guerre soit jolie. Qui les portera s’il n’y a plus que des poireaux?

  9. Plusdepognon dit :

    Une initiative sous le couvert du « battle lab » :
    https://www.forcesoperations.com/quatre-entreprises-demontrent-une-1ere-capacite-francaise-de-convoi-militaire-autonome/

    La société française Shark Robotics se dit inspiré pour un robot anti-ied :
    http://www.paxaquitania.fr/2021/02/shark-robotics-developpe-un-robot.html

  10. Wrecker47 dit :

    Et ²+Rèver sans n’être qu’un rêveur …

    Et « rever sans n’être qu’un rêveur?… Qui assurera la protection rapprochée et lointaine de ces véhicules en convois « assistés »..Ceci n’est possible que dans un environnement sécurisé !…La porte ouverte à l’embuscade sur un point de passage obligé !…
    Racontez-donc cette histoire à ceux qui s’occupent des convois de Barkhane !…
    Je croirais plus facilement à l’utilisation nocturne de ballons dirigeables porteurs de fret télécommandés qu’à cette méthode foireuse de convois militaires en expérimentation !

    • Belzébuth dit :

      @ wrecker47
      En effet, sur une route goudronnée en France, c’est mignon. Sinon, il y a la réalité:
      https://www.irsem.fr/le-collimateur/dans-le-viseur-23-attaque-sur-un-convoi-au-mali.html

    • Carin dit :

      @Wrecker47
      L’armée française pense guerre de haute intensité, face à un adversaire crédible ou équivalent… les dirigeables meme à 20000 m d’altitude de nuit, serait une cible facile, et nous perdrions 10/15 tonnes de ravito en plus du dirigeable…

      • Wrecker47 dit :

        A Barkhane pas besoin de voler de nuit 20000 M…! La nuit des dirigeables télécommandés peuvent voler en toute tranquillité sans bruit , et ramenes vides vers les zones sécurisées dans les mêmes conditions hors des portees de tir
        à des altitudes différentes . Des essais ont prouvés que des dirigeables modernes peuvent porter pkus de trente tonnes de fret !

  11. Carin dit :

    Je ne voyais pas l’utilisation des robots comme ça… je pensais que vu que sur une zone de combats, le ravito se trouve plusieurs km en arrière, il me paraissait logique d’utiliser des mules radio commandées de type Thémis, pour porter du ravito à un pôle, situé à 2/3 km des combats et chargé a l’aide de petites mules toujours radio-commandées capables de transporter 30/40kg, de ravitailler les différents sites ou les gars combattent, car à ce jour ce sont des paxs qui font les navettes… cela permettrait de ne pas exposer des combattants, qui seraient amenés à grossir les rangs au feu.
    Après quelques gros véhicules radio-commandés répartis dans un convois pour assurer la protection en se chargeant de se mettre en travers d’un VBIED serait aussi une bonne chose. On a la réponse pour les mines radio-commandées, un robot ouvreur serait celle des mines déclenchées au poids, et quelques 2/3 robots dans le convois chargés de se mettre en travers des VBIEDS, nous donnerait une réponse crédible à ces attaques.

  12. Faublas dit :

    Et en cas d’accrochage subit, que se passe-t-il ? Sur un schéma logistique en zone propre, d’accord, mais en approche, en zone sale ? Quelle serait la stratégie d’évitement des autonomes ? Quelle stratégie de protection des charges selon leurs intérêts respectifs ? Je reste dubitatif, vu que l’inattendu crée l’effet de surprise. On est totalement dans une logique de « procédure » à l’américaine qui a fait ses preuves.

    • dolgan dit :

      Ben véhicule autonome ne signifie pas convoi abandonné sans aucune protection.

      Je suis toujours dubitatif par les scénarios idiots que les gens imaginent.

  13. Wrecker 47 dit :

    j’engage tous ceux qui sont en mesure d’écouter jusqu’à ka fin la pièce jointe par@ Belzebut ,qui est un reportage des plus réels et des plus intéressants à écouter! Ce reportage me ramêne des années en arrière dans d’autres circonstances se combats !

    • Belzébuth dit :

      @ wrecker47
      Le but était de souligner la réalité des situations que vous avez rappelées, pas de mettre le blues.
      Prenez soin de vous.