Covid-19 : Le Service de santé des Armées et le RMED déploient un module militaire de réanimation à Mayotte

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

27 contributions

  1. JM24 dit :

    Pour Mayotte, il faut faire le ménages de sa population, envoie de plus de gendarme et PAF, Renvoyée tous personne qui on rien à faire sur l’île, les renvoyé dans leur pays, et rendre Mayotte étanche à tous entré. Et la on pourra être mètre du Covid 19.
    Pour les Dom Ton, Il faut revoir la loi du droit au sol, pour qu’elle sois pas automatique mais au cas par cac, pareil pour les versements de la CAF. La CAF c’est nous de la Métropole qui la finance.

    • Castel dit :

      C’est déjà fait, le droit du sol n’est plus automatiquement reconnu à Mayotte, ce qu’aucun gouvernement n’avait jamais osé faire par le passé…..

      • Czar dit :

        ah oui, alors pourquoi quand on l’évoque pour la métropole également, ça devient soudainement non plus un signe de pragmatisme mais un retour aux heures les plus creuses d’EDF, Castrel ?

      • Robert dit :

        A la demande des mahorais qui sont pour beaucoup des comoriens mais souffrent de la situation terrible de cette île avec l’invasion migratoire.
        Pourquoi les français qui sont d’origine pour la plupart sont ils considérés comme xénophobes à demander cette élémentaire justice?

    • olivier 15 dit :

      N’oubliez pas de financer votre Bescherelle… ça me fait saigner les yeux.

  2. Moi dit :

    C’est pour quand le référendum sur leur indépendance ?
    J’ai jamais compris l’intérêt de la métropole de leur donner le statut de département.
    À par électoraliste peut-être.

    • Pedro Chevanez dit :

      Certains pays ont acheté d’énorme quantité de vaccins Clovid-19, plusieurs fois qu’ils en ont besoin, que les pays sous développés n’en ont pas, c’est un crime contre humanité.

  3. v_atekor dit :

    Pour Laurent.
    .
    Maduro évoquait hier un conflit territorial avec le Guyana de qui il réclame 75% du territoire. La presse d’AL compare avec Saddam Hussein et l’annexion du Koweït.
    .
    Autant un conflit avec la Colombie aidé des US de Trump paraissait bien improbable (et dans les fait ne s’est jamais déclaré), autant un conflit territorial limité avec le Guyana suivi d’un conflit bien plus important avec le Brésil et la Colombie remonte nettement dans les probabilités, encore que le Brésil n’y soit pas techniquement prêt et n’y ait qu’un intérêt marginal.
    .
    Rien ne va plus faites vos jeux.

  4. Buburoi dit :

    C’est l’hopital militaire de réanimation qui avait été monté à Mulhouse, qui est remonté à Mayotte. Il n’y a qu’un seul hopital de ce type dans les armées et trouver 30 personnels, c’est mettre à poil les hopitaux militaires de métropole.

    • Dupont avec un t dit :

      Sont montés « trop fin » , au premier coup « d’éternuement » ça casse . On est mal Docteur, comme chez LIDL

    • Castel dit :

      Cela m’étonnerait beaucoup qu’il n’y ait qu’un seul module de ce type dans l’armée, vu que nous devons en posséder plusieurs affectés rien que pour les OPEX…
      Encore une tentative d’intox de votre part, mais avec vous, on est habitué !!

      • Czar dit :

        toujours dans le déni, risible moudesraies

        si l’on en disposait « de plusieurs » pourquoi n’en a-t-on déployé qu’un seul – et avec quel délai humiliant – à Mulhouse ?

        • Mat49 dit :

          @ Czar +1 la triste réalité de nos armées.

        • Castel dit :

          Encore une une biCzareie de Czartroll :
          Comme il comprend tout de travers, ça ne lui même pas effleuré l’esprit (qu’il ne possède d’ailleurs pas) que je voulais dire avant tout que @buburoi, pas plus que lui ou moi ne peuvent savoir combien le service de santé possède de modules disponibles…
          Quand au fait que celui-ci n’ait envoyé qu’un seul de ceux-ci à Mulhouse, il peut y avoir plusieurs explications :
          Tout d’abord, rien ne dit qu’il n’y en avait pas quelques autres tenus en réserve, en cas de « coup dur » imprévisible.
          Ensuite, il y avait le côté pratique à considérer :
          Le module était installé sur le parking du CHR de Mulhouse, et donc, quand on sait qu’il était nécessaire d’accueillir un certain nombre de véhicules indispensables, l’espace n’était pas illimité..
          Il pouvait y avoir aussi sans doutes d’autres explications, mais qui, comme les autres auraient été inaccessible à votre esprit , qui lui, l’est fortement !!

          • Robert dit :

            « Tout d’abord, rien ne dit qu’il n’y en avait pas quelques autres tenus en réserve, en cas de « coup dur » imprévisible. »
            Vous contestez donc une affirmation sans le moindre élément.

          • LEONARD dit :

            @Robert
            Règle élémentaire de communication:
            « Il vaut mieux affirmer une connerie qu’hésiter une vérité ».

      • Mat49 dit :

        @ Castel il n’y a qu’un seul hopital de campagne dans le sens où il n’y a plus qu’une seule unité hospiltalière de campagne complète pour l’armée de terre qui est sécable en plusieurs petits modules qui se relaient pour les OPEX. Pourquoi ça vous choque? Il n’y a pas de blessés à la guerre c’est bien connu…

        Le service de santé des armées a été étrillé par les restrictions budgétaires. C’est difficile à croire mais : https://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-service-de-sante-des-armees-dans-une-situation-critique-selon-un-rapport-du-senat-20200623

    • Xaintrailles dit :

      A Mulhouse l’EMR installé comportait cinq modules de six lits chacun. 30 lits au total, puis on n’a laissé que la moitié des lits, après amélioration de la situation.
      A Mayotte, un seul module donc appelé MMR, avec cinq lits…

  5. Électeur dit :

    Sans revenir sur la longue succession d’erreurs politiques qui ont créé la situation sociologique particulière (et désastreuse) de Mayotte je trouve parfaitement normal et justifié que la France aide ses citoyens d’outre-mer.
    .
    Ce que je trouve parfaitement anormal au contraire c’est que le Gouvernement ait, encore une fois et toujours et partout, besoin de moyens militaires pour compenser les carences de ses administrations et services civils. Et donc anormal que le Gouvernement tape sans vergogne dans le budget des armées pour des missions de protection civile qui ne relèvent pas des missions de l’armée.
    .
    A moins que quelque chose m’ait échappé, je ne vois pas que le coût de l’opération est pris en charge par les budgets du ministère de la Santé et du ministère des Dom-Tom à qui l’opération incombe pourtant.
    .
    Il est déjà difficile de tolérer que nos Gouvernements successifs refusent de mettre en adéquation les budgets des Armées et leurs missions actuelles ou futures.
    Si ce budget des Armées déjà surchargé au-delà du contrat opérationnel doit subir un supplément de charges indues, il ne faudra pas insulter (putschistes !) les militaires amenés à penser que la démission d’un CEMA sous les applaudissements n’a pas suffi.

    • baron dit :

      les moyens militaires sont utilisables si besoin est, car il font partie des moyens disponibles pour le gouvernement. L’armée n’est pas une entité à part mais un élément constitutif de l’État

      • Davy Cosvie dit :

        Élément constitutif de l’État certes, mais pas la bonne à tout faire de l’État. Une loi définit les missions de l’armée.
        .
        Cette loi doit être respectée (sous peine peine de censure parlementaire) ou changée (autre mission du Parlement qui devra modifier le budget en conséquence).
        .
        Mais les Députés, par crainte d’être renvoyés devant les électeurs (dissolution), laissent le Gouvernement faire n’importe quoi.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Élément constitutif de l’État certes, mais pas la bonne à tout faire de l’État. Une loi définit les missions de l’armée. » Certains (et certaines) ne le savent pas ou ont du l’oublier! Comme cette sénatrice des Bouches du Rhône qui réclamait le concours de l’armée lors d’échanges de « joyeusetés » à coups de « kalash » dans les quartiers nord de Marseille et aussi lors des assez fréquentes grèves d’éboueur dans la cité phocéenne!

  6. Castel dit :

    Je ne voudrais pas être trop opportuniste, mais, cette intervention vient bien illustrer le rôle de l’armée, concernant les secours à la population de notre pays dont font partie les DOM TOM.
    Dans un territoire aussi exigu que Mayotte, il n’est pas possible d’avoir sur place un personnel de santé très important, mais, quand il faut faire face à une telle situation, seul le service de santé des armées est capable d’être mobilisé dans un délai aussi court, remplir sa mission, et repartir une fois que la situation sanitaire se sera suffisamment améliorée…
    Sujet de réflexion intéressant pour M.M. les antimili primatus !!

  7. golf dit :

    Tiens, tiens, la directrice de l’ARS, ex-ministre, ardente anti militariste, envisage,sollicite, le recours aux moyens de l’armée. Je me souviens de ses propos de salle de garde, médecin qu’elle fût, lorsque ministre de l’environnement, avant de basculer comme ses capillarités dans des teintes diverses et variées, traitait les militaires de tous les qualificatifs.
    Si la situation n’était pas si catastrophique dans le 101 ième département français cela prêterait à sourire. Alors madame ; le militaires toujours aussi connards‽

    • LEONARD dit :

      On ne pourra pas lui en vouloir d’avoir profité de son poste de Ministre de Gauche.
      Directrice de l’ARS de Mayotte, c’est pas très caviar…