La réalisation du futur système tactique interarmées de renseignement d’origine électromagnétique est lancée

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

14 contributions

  1. Stoltenberg dit :

    Très bonne nouvelle ! La capacité à détecter et brouiller les émissions de l’ennemi sera l’un des enjeux majeurs du prochain conflit.

    • twouan dit :

      J espère que ca sera plus discret. Je sais que le blindé c est cool tout ça. Mais quand même.

      La, c est écrit coucou c est moi.

      • Stoltenberg dit :

        Oui, mais l’objectif c’est aussi de pouvoir les avoir le plus près possible de la ligne de front. Et, en plus, le blindage protège contre les attaques électromagnétiques.

      • Carin dit :

        @twouan
        D’un autre côté ce genre d’engin ne se poste pas à 200 m des ennemis… mais plutôt à 30/40km, et bien camouflé, même un drone auras du mal à le trouver… d’autant que selon le drone, il va s’écraser en s’approchant de trop pour cause que ce genre d’engin, peut écouter les coms mais aussi couper les liaisons… et d’assez loin pour ne pas trop trahir sa position.

        • dolgan dit :

          A noter le PVP guerre elec qui est de toutes les opex.

          Et sur les 4 Versions serval déjà prévues, 3 sont déjà plus ou moins orientés GE.

          Et à un niveau plus bas, le nouveau « brouilleur IED » (eclipse? je suis plus certain du nom) fait aussi un peu plus que juste brouiller.

          Et ‘en oublie sans doute, et c’est juste la partie publique.

        • EchoDelta dit :

          Alors si le drone est digne de ce nom, il doit comporter un algorithme pour effectuer un RTB codé en dur dans le drone en cas de brouillage de la commande radio. Donc normalement il ne doit pas s’écraser sauf le le brouillage est suffisamment performant pour que la station en prenne le contrôle.

  2. Plusdepognon dit :

    En revanche, les américains ont dû avoir quelques déconvenues près de la Russie, car ils ont demandé à fortifier les protections de leurs Stryker:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/12/un-contrat-pour-la-cybersecurite-des.html

  3. Dragibug dit :

    Ce qui est bien, même avec un brouilleur, c’est que l’on peut remonter la source du rayonnement… La capacité à communiquer et à préserver les systèmes électros-magnétique, est le sujet de la guerre des ondes, bien au delà de la cyberguerre.

    -Je brouille l’ennemi, il me brouille, les systèmes en drapeau, l’espace électro-magnétique saturé, je me sublime à l’ancienne.

  4. Vidoc-19 dit :

    Beaucoup d’agitation et beaucoup de moyens financiers pour quelque chose dont l’utilité éventuelle est tout à fait hypothétique: intercepter des conversations ennemies dont on ne comprendra pas un seul mot, parce que nos forces armées manquent de traducteurs dans les langues sensibles… brouiller l’ennemi ? C’est-à-dire établir entre lui et le brouilleur une sorte de voie royale sur laquelle l’ennemi pourra balancer quelques missiles pour stopper l’importun ? L’interception et le brouillage sur un champ de combat éventuel me semblent être une illusion à peu près complète : trop de moyens complexes à mettre en œuvre pour un résultat, au mieux, modeste et complexe à utiliser !
    Les seuls moyens importants et utiles sont ceux qui sont mis ailleurs en œuvre, de façon fixe, comme à Sarlat-Domme et quelques autres endroits en France, ou dans l’espace par de l’optique notamment… les interceptions autres dépendent au plus haut point du facteur humain, et le facteur humain est décisif.
    n’est-il pas vrai ainsi qu’en France, il y a déjà longtemps, pendant la guerre du Golfe et au-delà, un seul individu non militaire, avec un long fils de cuivre accroché dans un prunier, et quelques récepteurs qu’on trouve dans le commerce, a réussi à obtenir à lui tout seul plus de résultats que toute une brigade de renseignements, avant la création de la DRM ?

  5. Vroom dit :

    Oh ben dis donc ! le 54ème ! Et dire que les chinois s’installent par hasard à 30 km de là ! C’est fou ça ces hasards de la vie !