La Marine a vérifié « l’immunisation » du porte-avions Charles de Gaulle contre certains types de mines

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. PK dit :

    « Si ses marins seront immunisés contre la covid-19 après avoir été vaccinés, »

    LOL. Avec le « vaccin » qui ne protège pas le porteur du virus, le laisse malade et continue d’en faire un porteur contagieux ?

    Ah oui, la propagande dit qu’on est moins malade… Super ! Comme avec la chloroquine quoi !

    • Françoise dit :

      @PK : Auriez-vous préféré un article de L.L. mettant en parallèle un vaccin inconnu avec une protection du P.A. inconnue ?

    • tchac dit :

      Vous auriez dû vous appelez P4 au lieu de PK

    • v_atekor dit :

      C’est le principe du vaccin. On s’immunise /avant/ d’être contaminé, sinon ça s’appelle un médicament. Et comme tous les vaccins, se faire vacciner pendant qu’on est porteur du virus n’est pas du tout conseillé et augmente les risques chez les personnes ayant une immunité faible.
      .
      Si vous appelez ça de la propagande vous devriez consulter très vite, mais pas pour le covid.

      • PK dit :

        Vous avez mal compris la propagande de Véran & Co. Le vaccin ne vous protégera pas ensuite (quand vous rencontrerez le virus), vous laissera contagieux ensuite pour contaminer les autres. Ah oui, on le vend comme potentiellement désagravant – c’est-à-dire qu’au lieu d’être malade comme un chien, vous serez juste malade comme un humain).

        Bref, ça porte un nom : un placebo.

        • v_atekor dit :

          Vous ne savez pas de quoi vous parlez.

        • Lejys dit :

          « Le vaccin ne vous protégera pas ensuite (quand vous rencontrerez le virus), vous laissera contagieux ensuite pour contaminer les autres.  » C’est le principe de tous les vaccins, préparer l’organisme à faire face, ce qui fait qu’il parvient à se défendre en évitant des conséquences graves. En aucun cas cas un vaccin évite la contamination et la maladie, mais si tout le monde est vacciné, la maladie perdure sous des formes légères : pas d’hospitalisation (et encore moins en réanimation), et même peu d’arrêt de travail. L’activité humaine continue. Rien à voir avec un pacebo.
          Maintenant si vous en êtes persuadé, alors ce n’est pas de la « propagande Véran&Co », mais une grande conspiration mondiale de nos dirigeants qui investissent tellement dans la vaccination, et qui n’a pour objet que de nous faire croire n’importe quoi, et peut-être préléver notre ADN, injecté des traceurs ou autres produits addictifs….

          • PK dit :

            LOL.

            Un vaccin protège : on inocule au patient un virus désactivé pour lui faire apprendre à se défendre. Quand le véritable virus arrive, le corps connaît déjà le protocole et active ses défenses. Le patient n’est alors pas plus malade que lorsqu’il tue chaque minute les millions de virus et bactéries qui l’agressent…

            Ici, déjà, on n’est pas dans le vaccin, mais dans la thérapie génique. C’est déjà totalement différent.

            Ensuite (comm des labos), vous serez malade si vous choper le virus. ON N’EST PAS MALADE quand on est vraiment vacciné. Ensuite, vous restez (donc logiquement !) CONTAGIEUX. CE qui n’est évidemment pas le cas quand on est vacciné, sinon on ne vaccinerait pas !

            JE résume : vous avez tous les inconvénients de la maladie, sans les avantage de la vaccination.

            On prend vraiment les gens pour des cons.

            Je passe sous silence les conséquences non prévisibles d’une nouvelle techno dont on a absolument AUCUN recul et dont les études n’ont même pas encore été menées… à terme.

            Welcome in Cobay Land (j’ai failli écrire Guinea Pig !)

        • v_atekor dit :

          Un truc qui empêche complètement un virus d’entrer dans l’organisme en le détruisant préventivement, c’est un antiseptique. Du gel hydroalcoolique à tout hasard.

          • PK dit :

            Un vaccin n’empêche pas d’entrer un virus : il le détruit quand il est entré.

            Ici, il ne détruit rien et laisse le patient malade. C’est donc un effet placebo dans le meilleur des cas.

    • Captain Pif dit :

      De toute évidence vous parlez d’un sujet que vous ne maîtrisez absolument pas…

    • Vincent dit :

      Vous n’avez rien compris vous !
      On recommence :

      Le vaccin protège essentiellement contre les symptômes du virus. Les marins ne seront donc pas malades à bord. Et c’est tout ce qui importe !
      S’il y a un doute sur le fait que les vaccinés puissent encore être contagieux, on s’en fiche : les marins du CdG seront essentiellement en milieu fermé et / ou contamineront éventuellement des gens lors des escales.

      Mais l’essentiel étant qu’ils ne soient pas malades à bord !

  2. Max dit :

    Vivement que le Suffren entre en activité opérationnelle en Méditerranée. La Royale pourra bénéficier du nec plus ultra au plus près des situations et lieux à hautes valeurs ajoutés.

  3. Fred dit :

    J’espère qu’il est aussi immunisé contre les mines patibulaires.

  4. MAS 36 dit :

    Là j’ai appris quelque chose, vraiment technique. Merci. Je suppose que ce système existe sur les sous-marins ?

    • précision dit :

      Surtout sur les sous marins, même car une des principales méthode de détection d’un sous marin proche de la surface à la fin de la seconde guerre mondiale est le détecteur d’anomalie magnétique.

    • précision dit :

      Par contre les bouées acoustiques ont tendance à réduire l’importance de la détection magnétique, il semblerait (raison pour laquelle le P8 n’emporterait pas de tel détecteur). Sans compter que les soviétiques utilisaient des coques en titane, donc la perturbation magnétique était réduite (quoique toujours repérable).

      • themistocles dit :

        Et aussi le fait que le P8 n’est pas adapté à son usgae. Le détecteur d’anomalie magnétique n’a qu’une portée verticale réduite, ce qui impose, pour des sous-marins opérant aux profondeurs habituelles de voler très bas. Sur ATL2, qui est équipé d’un MAD ( Magnetic Anomaly Detector) les investigations d’un contact se font à 100 pieds (30m) de jour et 300 pieds (100m) de nuit. Un P8 ( en fait un Boeing 737) n’est pas dans son domaine de vol optimal à ces très faibles altitudes et faible vitesse. Il y a une prise de risque importante. De surcroit, l’avion se charge de sel e,t selon le type d’avion, cela peut engendrer de graves problèmes de corrosion à moyen terme. Voir les problèmes du NH 90.

        • précision dit :

          J’aurais du écrire « une des raisons ». Merci pour le complément, d’ailleurs c’est intéressant, j’ignorais qu’il fallait descendre à 30 mètres (ça explique peut être aussi les vues d’artiste qu’on voit concernant les drones US).

          • Moogli dit :

            A cette altitude de vol, la détection porte jusqu’à une centaine de mètres de profondeur max (données exactes inconnues). Efficace dans des eaux proches des côtes, au dessus d’un plateau continental. Moins garanti au large, quand le soum transite plus bas. (Source debat entre deux chequa avia et soum pendant un 12-15 il y a longtemps).

            Autre suggestion profane. Il n’y a pas longtemps un Delta 4 sous la banquise craignait moins les MAD, mais pour les bouées acoustiques, il ne fallait pas se tromper de saison…

          • breguet dit :

            Pour Moogli de la part d’un ancien patmar:  »Efficace dans des eaux proches des côtes, au dessus d’un plateau continental » Ben oui et non car pas tant que ça car moins la profondeur est grande et plus il y a de perturbations type géologiques et autres ( épaves,…)…Il faut mieux un sub évoluant dans une masse d’eau un peu plus profonde ( que le sub ait de l’eau sous la coque…)…Le MAD n’est pas un moyen de détection initiale mais un moyen de pistage aprés détection initiale et ça sert surtout de dernière confirmation avant attaque ( lever de doute du symétrique pour ceux qui ont connus…). Comme le dit si bien themistocles, pour faire du MAD il faut un avion conçu pour….

      • Tournicoti dit :

        Tout à fait. J’ajouterais que les P3C et ATL2 étaient les vecteurs idéaux pour ce type de capteur (système MAD) : Vitesse très faible à très basse altitude. En général, la passe MAD était synonyme de tir (faible portée mais parfaite localisation )- Le revers de la médaille était la détection par les opérateurs sonar à bord du sous marin. On entendait parfaitement le passage de l’aéronef et le « plouf » de la torpille.
        Nota : Les aciers HLES utilisés pour la conception des SM sont souvent à très faible rayonnement magnétiques. Pour les soviétiques, les types Alfa et Sierra (le Papa aussi) ont des coques épaisses en titane: Mais ce fut abandonné car leur coût étaient exorbitants

    • vrai_chasseur dit :

      @MAS 36
      La France a été très depuis longtemps à la pointe sur ce domaine.
      ça remonte à avant la seconde guerre mondiale.
      Elle doit beaucoup au physicien Louis Néel, qui a créé entre autres le LMN, le laboratoire de magnétisme du navire en 1949.
      Louis Néel a eu le nobel de physique en 1970 pour ses recherches sur le magnétisme.
      Ses contributions (y compris pour les pays alliés) pendant la guerre ont été récompensées par de nombreuses distinctions : il est par exemple amiral de réserve de la marine nationale et amiral à titre honorifique de la Royal Navy (c’est le seul non britannique à avoir reçu ce titre).
      Homme discret, modeste et physicien extrêmement brillant, qui s’est engagé dans la défense de son pays (il est aussi Grand-croix de la légion d’honneur, croix de guerre 39-45 avec palmes…)
      La quasi totalité des travaux sur l’immunisation magnétique des navires dans le monde sont issus des recherches du LMN français.
      Tous ceux du forum qui ont fait la MN savent ce que veut dire ‘faire les boucles’ en sortie d’IPER…

  5. précision dit :

    @LaurentLagneau
    Sauf erreur de ma part l’annulation ou diminution de la signature magnétique d’un navire ne date pas des « lendemains de la seconde guerre mondiale »: elle était déjà mise en oeuvre durant la seconde guerre mondiale. Aussi bien le degaussing que le deperming (pour utiliser les termes anglais).
    https://en.wikipedia.org/wiki/Degaussing
    Bien cordialement

  6. vno dit :

    On est dans le domaine du « secret défense ». sujet sensible.

  7. Eliott Mess dit :

    Psst! Hey bro! Il m’reste deux barrettes de chloro les gars! Je sais que vous avez vos propres fournisseurs dans l’armée, mais celle-là c’est de la pure de Marseille. Merci aux pompiers de Marseille, militaires, pour leurs études sur les eaux usées en collaboration avec le réseau Raoult! > < #Immunité

  8. Matou dit :

    Je n’arrive pas à comprendre comment ce genre d’informations peut être publiée dans les médias.

    • précision dit :

      euh parce que la technique a plus de 70 ans, les installations relativement peu discrètes et donc … pas très secrètes? Même les groupes non étatiques peu instruits sauraient cela à l’ère d’Internet.

    • philbeau dit :

      Surtout de manière détaillée …comprend pas trop non plus .

    • Palu dit :

      +1

    • Clavier dit :

      essayez les chaines 23 & 24 on y apprend des trucs…..

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Je n’arrive pas à comprendre comment ce genre d’informations peut être publiée dans les médias. ]

      Tout simplement par ce que ce type de modélisation – voir thèse INPG – et de conception des maquettes et des dispositifs de neutralisation était donné à des stagiaires BTS ou DUT Electrotechnique ou Electronique dans les années 90 et au début des années 2000 et que cela faisait parti des exemples donnés par les  » Editions MIR ™  » en ce qui concerne les cours de magnétisme de LANDAU et LIFCHITZ … ;0)

  9. Sempre en Davant dit :

    Le filet dérivant avec cadeaux bonux : un concept économiquement imparable contre les marines modernes!

    Que cela massacre la faune et incite les autochtones à la piraterie, …, greenpeace fera l’ouverture d’itinéraire?

    Le recyclage de déchets de pêche en arme anti hélice plus ou moins piégé de quelques km de long voila l’avenir de la préservation maritime. Le Cdt Cousteau devrait commander un rapport d’impact a Jojo le Mérou!

    Bon, je blague toussa toussa… Mais on a essayé de balancer des filets dérivant* par la trappe secours d’un avion de PatMar?
    KoissaKoissa? TtoiéRamm!

    Avec des pt’it balises GPS pour ramasser les ordures derrière soi bien entendu.

  10. magator dit :

    rien de nouveau ce type d’opération existait déjà de mon temps sur les 2 PA foch et clémenceau et toujours en rade de toulon ,et bien sur surveillée par les techniciens de l’arsenal et surtout bien encadrée par les pousseurs et remorqueurs au cas ou on sait jamais avec les turbines de ces anciens mastodontes , bref un petit tour et puis revient , prêt pour un bon déploiement de longue durée.

  11. werf dit :

    Il vaut mieux ne rien dire car cela n’est pas, de loin la seule menace…

  12. Konkleon dit :

    Il a juste fait ses boucles magnétiques comme pleins de navires de guerre ….

  13. JPS dit :

    En 2013 sur « Bois Belleau » le CDG s’est fait approcher à moins de 500m de nuit par un navire Russe avant de passer Suez donc les mines, en fait, c’est presque le dernier des problèmes…

  14. Henry Po dit :

    Il est petit le CDG, on doit faire le CDG II.

  15. Frégatonton dit :

    Et pendant ce temps, on ne sait toujours pas qui est le parent de la mine. A moins que la comtesse ouvre son album ?

  16. Daniel BESSON dit :

    Perso je pense qu’il il faut revenir aux  » fondamentaux  » de GIFFARD en matière de guerre sous-marine : Des torpilles dans des blocs de béton – de pierre à l’époque – immergés qui tirent dés qu’un navire est détecté ! Un espèce de SOSUS à l’envers .

    De toute façon des états comme l’Iran , le Venezuela , la FR ou la RPC,… ne doivent pas contester la maîtrise des mers du  » camp du bien  » par des forces navales de surface .
    L’ IA de ces  » torpilles dormantes  » dot être conçue de manière à considérer à priori comme hostile tout navire détecté .
    L’obstacle à franchir n’est pas technologique mais essentiellement lié à un certain conservatisme des chefs militaires … Je ne comprends pas pourquoi d’ailleurs puisque dans des feuilles de chou électroniques certains militaires Etasuniens ont beaucoup moins de pudeurs pour s' »exprimer ?

    • BNVY dit :

      Moui … moui … c’est vrai que des caissons en béton, « pas du tout » (lol) détectables sur fonds marins par des sonars de bâtiments de chasseurs de mines, espacés selon la portée des torpilles, ça va être génial …
      Sans compter la vulnérabilité d’une attaque par saturation sur un secteur de cette « ligne de défense » afin d’ouvrir un chenal sûr …
      C’est cela, créons donc une ligne Maginot des fonds marins.