La DGA lance Bingo, un nouveau pôle d’innovation dédié aux technologies de l’information

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

16 contributions

  1. fabrice dit :

    Je trouve que ce centre est parfaitement positionné dans la « technopole » de Rennes, la silicon valley mondialement connue du bigouden avec 18m employés du privé (en comptant les secrétaires et les balayeurs, ah le marketing territorial…) et 5m chercheurs (en comptant l’université, l’hôpital et les prof en lycée), au centre de la Bretagne, c’est très bien relié à Saint Malo et pas très loin de Laval, sans compter la rue de la soif…A cause du Brexit, même Oxford et Cambridge se désespèrent de ne pas pouvoir faire des échanges d’étudiants avec l’Université de Rennes, 435ème université mondiale au classement de Shangaï…
    https://www.univ-rennes1.fr/actualites/universite-de-rennes-1-3-classements-internationaux-confirment-la-qualite-de-la-recherche-et-de-linnovation
    Dîtes moi, c’étaient quels critères pour choisir la métropole ?
    je pense qu’il aurait mieux fallu placer ce pôle à Saclay (universités de haut niveau, proximité de Paris et de son hub de transport, facilité d’attraction des meilleurs cerveaux, proximité de sièges sociaux de multinationales et des banques) au lieu de prendre des décisions qu’on pourrait croire politiciennes à finalités communautaristes et électoralistes.
    Ce genre de décisions pénalise les intérêts français.

    • Le sicaire dit :

      Bonjour,

      Rennes n’est qu’à 1h30 de Paris en TGV… quant aux « meilleurs cerveaux », je pense que beaucoup seraient ravis de quitter la région parisienne si ils avaient le choix…

      • EchoDelta dit :

        De Paris oui, mais de Saclay… C’est plutôt 3 heures ! Plus personne ne travaille à Paris de nos jours. C’est trop cher, trop difficile d’accès et les entreprises ne sont pas vraiment les bienvenues : trop polluantes, pas assez féministes ou autre tendance, avec des salariés qui veulent déjeuner à moins de 30 euros (un comble), et qui ne filent pas aux Galeries Lafayettes dépenser 1000 euros de course par jour.

    • Paul dit :

      Bonjour Fabrice
      Cela fait maintenant plus de 10 ans que le ministère de la défense / des armées a décidé d’investir et densifier sur Rennes concernant les technologies numériques (voir le site de DGA/MI par exemple).
      Placer Bingo à Rennes est ainsi dans la logique des nombreux investissemnts déjà réalisés.
      Ensuite, on constate une belle attractivité sur Rennes pour les jeunes ingénieurs et les familles : moins de concentration que sur l »IDF, meilleure qualité de vie et un TGV direct.

    • Czar dit :

      tu as raison, fab, prenons exemple sur les clodos de peuplélie, ça nous changera de nos bigoudens iodés

      https://youtu.be/t0Z6a7J91t4

      avoir survécu à la shouiah et faire les poubelles pour se nourrir, vraiment, « le peuple le plus moral du monde »

      (remarque la Cour pénale internationale vient de se reconnaître une compétence sur la Palestine, va y avoir des fesses qui se serrent dans le coin)

      Oy vey !

  2. bob dit :

    @fabrice
    Vous le savez comme moi, Jean-Yves Le Drian.
    Tant mieux pour les intérêts bretons, mais pour le reste du pays … ?

  3. Harvester dit :

    Réponse simple : l’écosystème cyber déjà en place et en construction dans le secteur géographique.

    Le classement de Shanghai ne fait pas tout,, et ne permet pas de distinguer les départements et thématiques de recherche performantes unitairement. La preuve, l’Université de Rennes (et toutes les autres composantes de recherche associées) abrite certaines des équipes les plus en pointe sur la recherche en cybersécurité, de calibre mondial.

    Avant de venir aboyer… 😉

    • Paul Bismuth dit :

      @ Harvester
      De toute manière, le choix est fait, il ne reste que la mise en place:
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/01/21/cyberdefense-1-800-emplois-de-plus-a-rennes-d-ici-2025-21817.html

    • fabrice dit :

      Harverster
      Il n’y a pas d’écosystème à Rennes, il y a des laboratoires parisiens qui ont été déconcentrés d’autorité.
      Un écosystème ça suppose au moins une université performante, des centres de recherche, une masse critique, un hub des transports, une métropole peuplée (Rennes a 500m habitants à tout cassé), des sièges sociaux, des centres de direction, des banques, des sociétés de capital risque, des cabinets d’experts au même endroit pour gagner du temps et pour mieux se connaître pour travailler en synergie.
      Ce n’est pas comme ça qu’on devrait travailler.

      • Le sicaire dit :

        Bonjour,

        Vous avez raison, c’est en concentrant toutes les activités en région parisienne qu’on développe un territoire comme la France.

        • Bob dit :

          Fabrice a raison , dans ce cas on cherche à être efficace dans des domaines de forte technicité et non faire de l’aménagement du territoire.
          Après on va encore pleurer que on se fait bouffer par la concurrence ou la fuite des cerveaux à l’extérieur.

          • Le sicaire dit :

            Bonjour,
            Vous avez peut-être raison. Cependant je pense humblement que si « les cerveaux » quittent la France c’est peut-être à cause :
            – du manque de financement dans la recherche,
            – des contraintes administratives dans ce domaine,
            – de la mainmise corporatiste de certaines institutions publiques au détriment de la recherche,
            – de l’incapacité de la recherche publique à s’associer avec la recherche privée et vice-versa,
            – etc…
            Rennes n’est donc pas le problème.

          • Bob dit :

            @Le sicaire :
            Bonjour,
            Rennes n’est pas le problème mais n’est pas non plus la solution…
            Bref encore une manipulation sans plus-value … Mais pas sans coût pour le pays !

  4. Chr dit :

    Une haute responsable innovation était ancienne communicante chargée de la promotion de la République dominicaine.

    Une autre avec un joli sourire connaissait le député duchmol.

    Espérons que ce genre de tartufferies ait cessé

  5. Thierry dit :

    BINGO, encore un jeux de grattage pour aspirer le pognon du contribuable en lui refourguant de la propagande, ça sent un peut trop le concept startup (les minions à macron) pour être honnête.

    s’il y avait de l’innovation dans l’information et le numérique en France ça se saurait, c’est au contraire des milieux totalement bridés et étroitement sous contrôle.