Barkhane : Le BEA-É a rendu son rapport sur la collision en vol de deux hélicoptères de l’ALAT en 2019

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

93 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    C’était bizarre que l’article concernant cet accident n’ai pas été plus commenté lorsqu’il est sorti :
    https://www.air-cosmos.com/article/barkhane-la-cause-de-la-collision-dindelimane-23905

  2. werf dit :

    Et d’aucuns parlent de se préparer au combat de haute intensité… Déjà, envoyer de Gao des Tigres alors que 3 hélicoptères étaient déjà engagés est un non sens du commandement qui coûte très cher…

    • Nauatg dit :

      Et où sont les capacités de contrôle ?
      Elles ont sûrement mieux à faire en métropole….

      • Vroom dit :

        Parce que vous croyez que le Mali bénéficie d’une couverture radar comme en métropole ?
        Un radar mobile de l’AdA, c’est grosso modo 40à 60 nautiques de portée, une noria de transporteurs pour acheminer le matériel.
        40 à 60 NM…
        Maintenant, allez regarder une carte du Mali et les distances.
        Reste la solution d’un radar aéroporté. Vous croyez qu’avec 4 awacs, on peut en détacher un en permanence sur Barkhane ? Et de toute façon qui ne volera pas tout le temps !
        La L16 est une solution, mais quand bien même les appareils en seraient tous équipés, c’est toujours une question de couverture pour recevoir ces informations.
        Les bulles L16 sur le Mali sont loin de couvrir tout le théâtre.
        Comme expliqué dans l’article, au Mali, c’est voir et éviter, avec des fréquences d’auto-information pour signaler sa position. Le TCAS est aussi encouragé, mais il faut être équipé…et l’avoir activé.
        Sincèrement, pour avoir suivi plusieurs fois l’activité sur le Mali, si peu d’abordages est un miracle…..
        L’activité aérienne est confinée dans des corridors, des boites de travail, des niveaux de vols de travail afin de séparer tous les intervenants. Mais une fois que ça s’agite et qu’il y a plusieurs vecteurs dans la boite, c’est aux pilotes d’assurer leur sécurité.

    • Jean dit :

      Un peu de sérieux et de mesure. Les procédures d’anti abordage sont appliquées dans l’ALAT. La culture aéronautique y est (évidemment) très présente. Stop aux caricatures.
      Dans tout accident peuvent être mises en avant des choses à améliorer. Et tant mieux.
      Mais parfois les plaques s’alignent. Il faut lutter contre, indéniablement.
      Des nombreuses opérations comme celle ci ont été menées. Et avec de grands succès.

      Aux donneurs de leçons, pensez à quand vous vous êtes fait peur en voiture et que vous avez mis en danger vos passagers. Et à ceux qui volent, n’avez vous jamais connu de situation où vous vous êtes fait peur en vol ?

      Personne n’a le monopole de la culture aéronautique. Il faut surtout, partout et tout le temps, renforcer la sécurité des vols.

      Paix à leurs âmes

    • PALU dit :

      Les Tigres en soutien ont des capacités combat que les Gazelles n’ont pas.

    • mich dit :

      Bonjour , vous dites « ets un non sens de commandement » ! vous savez juger ça vous ?

  3. Eric62 dit :

    Ah ce monde de fonctionnaires et sa terminologie de bureau ….on croit rêver …Bon en faisant simple , les gars étaient tout occupés à surveiller l adversaire et à faire ce pourquoi ils étaient là : casser du GÂT et ils ne se sont pas vus et se sont rentrés dedans …

    • Bob dit :

      Les gars n’étaient pas assez formés et non respect des procédures de sûreté aérienne.

      C’est surtout ça a retenir. Au commandement (à tout les échelons) de pallier à ces carences, il est soldé aussi pour ça, être garant de l’efficacité de sa troupe.

    • sgt moralés dit :

      Un rapport d’enquête n’est pas une discussion de bistrot, les membres de la commission sont choisis pour leur expérience dans le domaine aéronautique ( pilote ,mécano,radio,contrôleur,…)et s’ils rédigent dans un bureau ils enquêtent sur le terrain, ,et la rédaction du rapport est assez pointue,car elle peut engager à terme des modifications de procédure ,de matériel , de formation, en plus des recherches de responsabilité(punitions,récompenses).

    • FredericA dit :

      @Eric62 : « h ce monde de fonctionnaires et sa terminologie de bureau ….on croit rêver …Bon en faisant simple »
      .
      Et bien non. Un rapport d’enquête n’est pas là pour « faire simple » mais pour expliquer les faits par le détail. C’est ce niveau de détails qui permet aux spécialistes du sujet de corriger, d’améliorer et d’éviter que l’incident ne se reproduise. En outre, les enquêteurs du Bureau Enquête Analyse sont bien loin des caricatures de fonctionnaires…

    • EchoDelta dit :

      Moi je trouve l’analyse très intéressante, car elle est précise et donne des informations intéressantes. Ce qui ressort en dépit des formations au différentes procédures qui peuvent toujours être plus poussées, c’est l’expérience des opérations à plusieurs aéronefs. On est jamais assez préparé pour des interventions, et on doit toujours lutter pour que chaque membre de l’équipage se concentre sur la mission. Au pilote la sécurité et la responsabilité du vol, au copilote la situation tactique au sol.

  4. FoxLima dit :

    Lourd bilan. On voit a quel point l’ALAT est utilisée pour faire de la 2D+ et pas de la 3D. La culture de l’anti-abordage et de l’utilisation des systèmes TCAS, Tacan A/A et DF ne sont pas ancrés dans les mentalités. Focalisé sur la mission, pas de transpondeur, pas d’auto-info, en métropole ou en OPEX. Aveu même de certains équipages ALAT, et surtout ceux passés par l’AA, tout est tourné vers les troupes au sol, au détriment de la déconfliction, énormément de boulot en liaison air-sol et plus de place pour les coms aéros. Problème culturel, les équipages sont eux plutôt bien câblés et très pros. Si l’engagement opérationnel force parfois le respect, les considérations SV font plutôt hurler (ou pleurer). La chefferie quant à elle, est bien souvent plus kaki qu’aéro, seule valeur prônée par le commandement… Paix à leur âme, fly safe camarades ALAT.

    • Antony dit :

      On ne vole pas pour voler. Cela me paraissait évident… donc oui, l’ALAT est tournée vers le sol…

  5. Sempre en Davant dit :

    Quelques petits éléments pratiques pour ceux qui auraient a improviser ou à ne pas faire de conneri**

    « fortes démangeaisons au niveau des bras les jours suivants, causées par la poussière de carbone » l’astuce des canoeistes et kayakistes amenés à poncer et poncer encore de la fibre de verre consistait à se couvrir de talc très abondamment (un tube!) avant de s’équiper : tyweck, lunettes « projection » et masques souples genre FFP.

    Soyons clair : une telle méthode réduit voir élimine l’inconfort si l’on peut se doucher après. Elle bouche les pores de la peau au talc pour éviter qu’ils se remplissent de pire.
    Elle n’a guère de vertu anti cancer pour la peau et aucune pour les voies respiratoires.
    Le fait que certaine résines est été interdites (‘polyester et vinyliques de mémoire) comme certains époxys ne signifie pas qu’ils ne sont pas présent dans des pièces anciennes.

    C’est une méthode valable pour le confort et probablement pour se dépolluer un peu mieux des matières sèches.
    Mais c’est une méthode n’employer que s’ il est URGENT et INDISPENSABLE de… Ne risquer qu’ un ou deux gus bien talqués pour aller chercher ce qu’on ne peu laisser plus longtemps sur place et les rincer abondamment à l’issue peut être le moindre mal.

    Il faut peut être rappeler qu’il est déconseillé (par la médecine du travail) aux maçons, plâtriers, etc d’utiliser des masques « médicaux ». La filtration médiocre se contentant de trier les particules les plus fines et d’imposer une respiration plus forte : tout pour que les particules les plus dangereuses se plantent au plus profond des poumons. Le pire endroit.
    L’observation a donc été qu’il valait mieux que les particules s’agglomèrent au moins profond et soit rincée par des lavements nasals etc… Laisser les poils du nez et les muqueuses faire leur boulot. Prorinel – gargarismes…

    Évidemment avec les terribles pics que sont les pièces en carbone cassés de l’anti perforation P3 serait un minimum pour les semelles. Il faudrait donc un stock « milieux dangereux » pour les toubibs, la prévôté technique, et les spécialistes armement , dépollution… … que sais je encore?

    Pas de conneries genre demi-masque à cartouche!!! C’est de la foutaise qui ne devrait pas être vendue… pour ceux qui bougent.
    Tout le monde en équipement avec masque intégral à ventilation assisté (sur batterie)… le reste ne vaut rien!!!

    A l’arrivée des tentes pour s’équiper pudiquement et sans altérer les équipements avec tables bancs etc.
    Et à la sortie, des douches doubles parties assez vastes pour deux voir trois de façon à séparer la douche de déséquipement de celle de la dépollution (barnums successifs?) à poil et on frotte et on recommence… avec caillebotis (gare aux coupures!), séparation homme / femme et minimum 200 litres d’eau par pax… ça fait de la logistique lourde!

  6. JPP dit :

    Reste à savoir comment vont réagir les familles concernées par ce drame…..

  7. Thierry dit :

    Pour résumer, trop peu de moyens, d’équipement et d’hommes par rapport à une charge de travail trop importante et ingérable, la même chose qu’en France en fait, sauf qu’ici quand il n’y a pas d’accident ça se suicide en plus.

    et c’est quoi les recommandations ? réduire encore plus les coûts ?????? vu que c’est la seul réponse à tout…

    • Mat49 dit :

      Ah enfin ma biquette tu pointe quelque chose d’intéressant! Oui le budget de la défense et le format des armées sont trop faibles.

      C’est le verre à moitié vide ou à moitié plein:
      – côté plein même avec quasi personne déployé au sahel vous ne nous battez pas.
      – côté vide ce n’est pas avec 5 000 hommes qu’on bat une insurrection sur un tel territoire.

      Ah noter qu’après des années de baisse le budget de la défense est légèrement repartie à la hausse pour stabiliser nos armées au 36e dessous où elles étaient tombées.

    • Momo dit :

      Pour ceux de passage thierry moussa mokhtar est un troll islamofacho qui répend son vomi djihadiste entre quelques messages anodins, au demeurant complètement nuls. C’est un vrai méchant, à claquer.

      • FredericA dit :

        Bien résumé ! Malheureusement, il est loin d’être le seul 🙁

      • Thierry dit :

        hé ben dites donc je vous ai visiblement beaucoup manqué, merci de nous faire partager toute la laideur intérieur de l’ultradroite schizophrène, votre couplet vaut 1000 discours, le pire ennemi pour eux c’est les français.

        • Mat49 dit :

          @ Moktar l ultra droite religieuse et l ennemi des Français c est toi alors ne prends pas ton cas pour une généralité. C était affectueux ma biquette bien sûr, gros bisous!

  8. Thierry dit :

    Question extrême droite la France n’est pas dépourvu puisque ça déborde et participe aussi à humilier sa population en l’assignant à résidence surveillé dans un état d’urgence permanent, nous en sommes tous là au même point, la bonne nouvelle pour l’Afrique comme pour la France c’est que les méchants se font de plus en plus chahuter et sont sur le départ, avec violence, pertes et fracas s’intensifiant certes, mais c’est un départ définitif.
    Voyez Trump, lui aussi s’est fait viré comme un malpropre avec ses milices fascistes.
    Donc encore un peu de patience, tout vient à point pour qui sait attendre.

    • Mat49 dit :

      Ma cruchasse, question extrême droite nous avons le RN comme seul partie principal. Il n est pas au pouvoir donc en collant l étiquette extrême droite sur les mesures prises par le gouvernement de manière temporaire tu veux créer une confusion entre LREM et le RN. Je suis tout attendrie de voir ta logique d enfant de trois ans a base de méchants d un côte et de gentil de l autre. Alors même que sur un echiquier politique toi et tes potes djihadistes êtes aussi a droite que les nazis. Trump est aussi débile que toi mais tu es plus a droite que lui.

    • Raoufou Bachabi dit :

      Depuis qu’ils sont venus au Mali, y a eu encore plus de morts d’innocents. Une vidéo de soldats entrain d’extraire les mineraux et or au nord du pays avait même fait la Une de nos journaux ici. Leur avion descend directement à kidal et repart charger de la vraie raison de leur présence et de cette guerre imposée. Trop c’est trop.

      • Mat49 dit :

        @ Bachabi c’est entièrement faut et c’est expliqué ici par un journal qui n’a rien d’une feuille de choux pro française:

        https://mondafrique.com/main-basse-lor-mali/

        Citation: « Au Mali, trois multinationales détiennent le monopole de l’or : Anglogold Ashanti, Rangold et Iamgold. »

        AngloGold Ashanti est une société minière sud-africaine, Rangold devenu depuis Barrick-Rangold est Anglo-canadien, Iamgold est canadien.

        Donc la France n’a rien à voir avec l’or du Mali. La ressource qui nous intéresse au Sahel c’est l’uranium du Niger.

    • mich dit :

      Combien de voix TRUMP déjà ? mauvais exemple et comme beaucoup vous fantasmer un avenir incertain , alors la Chine bientôt une grande démocratie ? j ‘en suis heureux .

  9. Pascal (l'autre) dit :

    @ Tidiani Diawara Pôvre chéri! Elle est vraiment pas drôle la vie!
    « rester maître du seul vrai pouvoir: l’argent. » Ah bon, vous savez cela? Donc vous en « croquez » aussi! Un peu hypocrite de fustiger les autres! Ne croyez vous pas!

  10. Dupont avec un t dit :

    « l’utilisation de multiples appellations pour désigner un même aéronef (indicatif, indicatif réduit, type d’aéronef, prénom ou pseudonyme du PCB ou du pilote) » Ben Voyons
    « Absence de briefing de sécurité commun »
    « certains messages affectant la sécurité sont émis par l’intermédiaire d’un canal qui n’est pas accessible par certains intervenants concernés par l’information, » cerise sur le tarmac
    Chef c ‘est quoi ce Bordel !!!! Tout est fait pour aller …… percuter la planète

  11. MAS 36 dit :

    il y a ceux qui parlent… ou qui pianotent…et ceux qui agissent… vous pianotez, c’est bien , rien ne changera.

  12. étapedebase dit :

    « Or, aucun des deux hélicoptères n’était équipé d’un système d’alerte anti-abordage »
    « Le BEA-É, qui recommande donc aux « autorités compétentes » de « s’équiper des protections adéquates avant toute intervention sur le site d’une épave d’aéronef. »
    On croit rêver ! Encore une fois on est à côté de laplaque.
    Quelques éléments :
    – les radios, CB vers CP + ailier ; quand CP vers CB + CE + ailier… & avec les ordres au pilote + navigation + anticipation + CR…
    Tout cela en se déplaçant en VolTac (quelques mètres du sol) + gestion des fonds & masques.

    Alors, charger encore plus des hélicos avec des systèmes dont il reste à démontrer le moindre intérêt c’est réduire l’autonomie, l’emport, …
    Le carbone qui irrite les bras : et ? Lapoudre irrite aussi, le TR0 brûle, l’alu aéro coupe, …

    Vous enfoncez des portes ouvertes!
    Il faut d’urgence se passer de tous ces gens de bureau qui ne comprennent même pas ce dont il retourne.

    Oui, il y a des soucis de temps en temps, un avion de chasse qui passe au ras de vos antennes homing, un ailier qui se retrouve face à vous lors d’une baïonette, un début d’ouverture du feu anticipé avec des obus trop proches, …
    Mais au milieu des années 80 on faisait voler une escadrille de nuit avec comme repères la vue des éclairages latéraux et aussi cabine ! Oui, c’était serré mais l’accident de nuit n’était pas du à ce genre d’erreur mais à une mauvaise gestion de l’altitude d’où l’engrenage dues patins dans le rotor de l’autre aéronef…
    Nous avons connu la recherche du zéro accident tant vantée : ce n’est tout simplement pas possible.

    • Biskotto dit :

      Vos explications ne servent à rien ici car les gens qui s’expriment ne connaissent pas le métier de pilote de combat. A peine connaissent-ils Tanguy &Laverdure.
      C’est dire.
      Oui, j’ai bien compris qu’il faut diriger, naviguer, gérer plusieurs radios, commander son pilote et toutça à quelques mètres du sol en volant à 200 kmh.
      Chapeau.

  13. Ancien des opex dit :

    Le culte de la mission, combiné à des moyens manquants ou défectueux, c’est la cause de TOUTES nos pertes en opérations.
    C’est grâce à la médiocrité de l’ennemi que nous n’avons pas plus de pertes.

    • Électeur dit :

      L’inadéquation des moyens et des missions, c’est un problème qui se situe au niveau politique.
      Le Général Pierre de Villiers a démissionné parce qu’on lui supprimait des moyens.

      • Le sicaire dit :

        Il est plus facile pour certain de démissionner face à l’adversité en abandonnant ses Hommes que de dire non à son chef en expliquant les raisons. Il manquait à tout le moins d’opiniâtreté dans son rôle si ce n’est de courage. Villiers qui devait sans doute faire face pour la première fois de sa vie à la contradiction, par un homme plus jeune de surcroit, n’avait pas les compétences pour être un chef.

        • Franz dit :

          J’ai dû rêver… ce n’est pas possible que j’ai lu ce que je viens de lire. À ce niveau ce n’est plus de la bêtise, plus de l’ignorance, plus de la jalousie, plus de la méchanceté… de la connerie crasse et veule, peut-être ? je manque de mots…

        • Marcassin dit :

          @Sicaire,
          Vous l’avez cotoyé en état-major … ou avec servi sous ses ordres dans la Cavalerie ?
          Simple question, car les avis à ce sujet sont à l’évidence discordants.

        • Électeur dit :

          @ Le sicaire
          Vous faites de la psychologie hasardeuse et, à mon avis, sans intérêt. Je préfère voir les faits.
          Par conséquent je confirme que l’inadéquation des moyens et des missions, c’est un problème qui se situe au niveau politique.

      • Sempre en Davant dit :

        Ce n’est pas exact :
        En tant que CEMA il avait le devoir légal de porter à la connaissance de la commission de la défense de l’assemblée un certain nombre de faits.
        La composition de celle ci laisse manifestement a désirer puisqu’il s’est trouvé des parlementaires et peut être des employés pour « fuiter » des propos tenus dans une commission restreinte.
        Le CEMA fait parti des hauts fonctionnaires révocables ad nutum. Il suffisait au président de la république de demander au ministre un autre CEMA.
        L’élégance veut qu’on présente sa démission au PR mais cela n’y change rien. Il n’y a pas d’autorité à établir dans l’illégalité. C’est pourquoi n’avoir pas céder à un « coup de tête » sur les champs Élysées fut une élégante maîtrise de soi https://youtu.be/cTlJqu1IThY
        Le PR n’a aucunement le pouvoir de changer la Loi selon ses fantaisies. Loi est du ressort du parlement aussi croupion qu’il soit. Cela impliquait un projet de loi de finance rectificative passant par le 1e Ministre et les ministères. Et le vote des assemblées.
        Enfin et c’est hélas le plus grave car personne ne semble plus y faire attention : l’application de la Loi dans le temps n’est pas une fantaisie! Nul ne peut faire la Loi pour hier! En applications des Lois de Finances, des conventions diverses qui lient les pouvoirs publics et leurs fournisseurs de tout poils se traduisent par des contrats qui doivent être respectés. La gouvernance a l’imitation de la queue du chien a un air joyeux mais elle comportes certains inconvénients.
        Notamment la folle gabegie et l’irrespect des textes légaux les plus fondamentaux.
        Il n’y a donc guère de place pour le narcissisme et la psyché égotique du coté du CEMA… Dans les Palais il pourrait en avoir été autrement.

        • Électeur dit :

          @ Sempre
          D’accord avec vous. Le CEMA s’adressait à une commission du Parlement. Celui-ci est chargé (au nom du Peuple français, on l’oublie trop souvent) de contrôler que le Gouvernement applique les lois, et notamment les lois de finances.
          .
          Donc le CEMA était parfaitement fondé à informer les Parlementaires d’un « gel » de 850 millions d’€uros opéré à l’initiative d’un ministre (Gérald Darmanin mais peu importe).
          Cette communication du CEMA devant les Parlementaires donne lieu à des fuites et le Président-chef, visiblement peu au fait de son rôle constitutionnel, reçoit les protestations du CEMA comme si elles lui étaient adressées personnellement.
          .
          Comme beaucoup de politiciens isolés dans leur monde de politiciens, Macron croit que les militaires sont des chiens à qui il faut parler fermement pour être respecté : d’où le « je suis votre chef » affirmé publiquement la veille du 14 juillet.
          .
          Le 14 juillet, Macron pouvait croire que sa tentative d’intimidation avait fonctionné. Mais non.
          Quelques jours plus tard, le CEMA se retirait. Sous des applaudissements qui, comble du désaveu pour Macron, passent en boucle sur BFMTV.

    • Antony dit :

      Toutes nos pertes? vous n’avez pas du en faire trop des OPEX…

  14. Czar dit :

    il existe un continent où jadis, des pyramides volantes au vibranium décollaient majestueusement de la capitale de wakanda

    ses grands hommes Socrate, beethoven portait au plus haut la culture et l’intelligence humaine

    et puis un jour les diables blancs sont arrivés, ils vous ont privé de toute cette culture inouïe, on fait croire que Socrate et Ludwig van étaient leucodermes

    ils ont arraché jusqu’à la plus petite trace de cette civilisation sans précédent dans l’histoire galactique

    et en plus ils vous ont asservi avec le fwanc cfa qui vous empêche de gagner tous 20 milliards de dollars par mois, contrairement à vos collègues du grand Zimbabwe

    depuis vous pilez du mil devant la case en songeant à vos splendeurs passés et à votre vengeance (edmond) dantesque

    La dis donc.

    • astracity dit :

      prose élégante, comme souvent. Je ne sais plus si c’était de vous un topic qui parlait de yourte de doigts crochus et de roubles, si oui, pourriez vous le re citer, c’était très drôle

    • Tidiani Diawara dit :

      Il existe un pays où un candidat à élection présidentielle, deux fois ministre de l’intérieur, peut s’appuyer, en tout impunité, sur les circuits des casinos et des ventes d’armes.
      Il existe un pays qui, loin de ses frontières, truque des élections et couvre l’assassinat des ses propres coopérants.
      Ce pays, c’est la France, le continent humilié, c’est l’Afrique.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Il existe un pays qui, loin de ses frontières, truque des élections et couvre l’assassinat des ses propres coopérants. » Ah bon nus assassinons nos coopérants! Pourriez vous étayer vos dires!
        « Ce pays, c’est la France, le continent humilié, c’est l’Afrique. » Que c’est émouvant mais je ne pense pas que vous ayez trouvé cela tout seul, trop sophistiqué, trop bien tourné!

  15. Momo dit :

    Encore un excellent job du BEA-E, coutumier de cette qualité.
    On ne peut que s’incliner à la mémoire des victimes et chercher les moyens d’éviter que cela ne se reproduise jamais.
    C’est toute l’importance de ce travail qui permettra de sauver les vies de nos soldats en lutte contre les egorgeurs pour la liberté des maliens (2millions de personnes déplacées au Sahel en 2020 à cause des exactions et assassinats par centaines des egorgeurs).
    Même si le risque est et restera toujours présent il faut tout faire pour le réduire au minimum.
    Respect.

  16. Eurafale dit :

    C’est marrant, j’aurais plutôt dit : ce pays, c’est la Russie… la SMP Wagner, les kalachs, les MiG-29 etc… Ça colle avec vos définitions. En trois points, j’ai rectifié votre erreur. (Cela dit, ça fonctionne aussi avec la Turquie).

    De toutes façons ce n’est pas le sujet. Pour ceux qui veulent éplucher le rapport, voici de VRAIES infos : https://www.defense.gouv.fr/content/download/605005/10172602/T-2019-15-A.pdf

  17. Euclide dit :

    Je croyais que vous parliez de la Russie, des Etats Unis , des British , du Qatar, du RAS , de la Turquie etc….

  18. patex dit :

    Merci Vladimir
    J’ai failli renverser ma tasse de thé en pouffant de rire.

  19. Paddybus dit :

    Question de béotien à un éventuel pilote d’hélico: Peut-on imaginer pour ce genre de cas, outre les anti-abordages électroniques, de simples feux rouges de faible intensité, visible uniquement du dessus avec un cadre opaque pour n’être pas visible en cas de vols inclinés, qui permettraient aux machines les plus hautes de percevoir celles plus bas…??? et donc d’anticiper les éventuelles manoeuvres conflictuelles…

    • charly10 dit :

      @ paddybus
      C’est les cas des feux de formations qui ne sont visibles que avec un étagement positif ( en gros vu par le dessus).

      Même si si vous n’êtes pas s expert téléchargez le rapport très bien réalisé voir mon post plus bas. extrait
      « Les feux de formation des deux aéronefs sont allumés à pleine puissance depuis le début du vol et tous les autres moyens lumineux extérieurs sont éteints. Cependant, dans l’ambiance de nuit de niveau 5, le repérage visuel d’un autre aéronef n’est possible que grâce à une caméra thermique ou en ayant un étagement positif laissant voir les feux de formation »

    • Biskotto dit :

      Oui cela existe MAIS en combat la hiérachie des priorités varie selon l’engagement.
      Il est certain que l’anti-abordage doit être la priorité MAIS quand le CB regarde d’un côté et le Pil de l’autre, alors personne ne regarde en face et même si c’est pour un bref instant il suffit que ce soit le mauvais moment.
      * je tiens à préciser que même en temps de paix cela arrive. Je tiens aussi à dire qu’en Europe, les obstacles artificiels sont très nombreux, absents au Mali… lignes électriques, antennes, …

      • Paddybus dit :

        Oui, je comprends bien étant moi aussi pilote à toute petite échelle, je me représente ce que pouvait être la situation vécue d’aprés le rapport BEA, il y a certes eu un défaut d’annonce du changement d’altitude,fort compréhensible au vu de la charge de travail dans ces moments là, mais il semble surtout y avoir de sérieuse lacune d’équipements pour ce genre d’engagement trés dense… et je pense que le manque de moyens qu’on constate régulièrement dans les infos ici même, devient criant dans le rapport d’accident… Il va quand même falloir qu’un jour nos armées fassent des choix, action extérieur ou matériel… quand on vois qu’un « simple Tcas aurait probablement évité l’accident…
        C’est choquant si on imagine le moment ou inévitablement ils ont perçu ce qui leur arrivait….
        C’est choquant quand on pense que des vies sont bêtement perdues…
        Et je n’ose comparer le coût du matériel non monté, aux vies perdues et des compétences qu’elles portaient…
        Ca devient même révoltant…

  20. Sovenick dit :

    Le PIB France perdra la moitié sans l’Afrique,

  21. phipat dit :

    Vous habitez pas en France ?
    vous est surement en Afrique à vous battre contre la méchante France , hein pas en France à recevoir des allocations de tous genres .

  22. oiesauvagesversle59 dit :

    Continuez a vive dans le mythe qui consiste à désigner la France comme étant responsable des malheurs Africains.
    Les importations provenant d’Afrique représentent 3% de nos importations totales.
    Cad 25 Milliards d’euros dont 8 milliards de produits pétroliers ou gaziers des seuls Nigeria et Algérie.
    Contre un volume de 795 Milliards d’euros d’importations provenant du monde entier.
    La France ne pille pas l’Afrique.
    L’Afrique est miséreuse parce qu’elle double sa population en moyenne tous les 25 ans… et que la richesse produite ne suit pas dans les mêmes proportions.
    La France honore simplement des accords de défense qu’elle a contracté par certains pays Africains bien content de protéger leurs fesses face à l’état islamique.
    Ce n’est pas à la France de déboulonner les dictatures Africaines, a régler les problème de corruption et les inégalités des pays Africains.
    Le peuple libyen s’est levé contre un dictateur nommé Kadhafi et la France a soutenu cette révolution.
    Commencez donc votre révolution.
    Si la France intervient contre les révolutionnaires, on en reparlera.

  23. Jm dit :

    Récapitulons:
    – problèmes de transmissions avec l’un de ses postes PR4G
    – 3.200 pieds d’altitude pour l’un, et 3300 pour le leader juste au dessus (30 m pour les non initiés)
    – espace aérien non contrôlé et hors de toute couverture radar
    – aucun des deux hélicoptères n’était équipé d’un système d’alerte anti abordage
    – le DF n’équipe que le Cougar et l’équipage ne semble pas l’utiliser (excusez-les, il y a un peu de boulot
    – absence de système d’aide utile à la détection des aéronefs environnants
    – plusieurs défaillances ont été repérées dans la communication
    – multiplicité des canaux de communication
    – superposition de nombreux messages qui ne sont pas entendus par leurs destinataires
    – absence de collationnement systématique et problème de phraséologie ; désolé, dans la situation, poas le temps de faire du Molière
    – cloisonnement des messages de sécurité » ont empêché « l’ensemble des intervenants d’avoir des informations complètes et à jour
    – ergonomie du cockpit du Tigre n’a pas permis au chef de patrouille d’avoir une « information directe d’altitude
    – focalisé sur la question du respect des règles d’engagement qui lui prend toute son attention », le chef de mission s’est probablement « peu investi dans la nécessaire communication pour assurer la coordination des aéronefs sous ses ordres. »; et oui, la bureaucratie évoquée dans un post précédent
    – l’équipage du Cougar n’avait pas suivi la formation CRM [Crew resource management, gestion des ressources équipage] adaptée, susceptible de lui apprendre à « éviter toute focalisation de l’attention au détriment de la conduite d’aéronef et de la sécurité : on est bête, c’est vrai qu’ils partaient survoler les chutes du Zambèze, pas vers une mission de guerre
    – Ele personnel intervenu sur les épaves de deux hélicoptères n’était équipé d’aucune protection contre les risques propres aux accidents aériens, en particulier contre les poussières de carbone, les pièces métalliques parfois coupantes ou encore les fluides et les fumées toxiques.

    A part ça, et avec tous ces manquements matériels et logistiques, c’est la faute des pilotes….

    • Plusdepognon dit :

      @ Chimère
      Pas de nouvelles d’un dispositif anti-collision :
      https://www.forcesoperations.com/un-dispositif-anti-collision-dans-le-collimateur-de-dga-ev/

      Pour l’entraînement des pilotes en général, le but comme souvent est de faire toujours plus avec toujours moins…
      http://defens-aero.com/2019/09/formation-pilotes-armee-air-modernite-retards.html

    • Raspoutine dit :

      « – aucun des deux hélicoptères n’était équipé d’un système d’alerte anti abordage
      – ergonomie du cockpit du Tigre n’a pas permis au chef de patrouille d’avoir une « information directe d’altitude »
      – le DF n’équipe que le Cougar et l’équipage ne semble pas l’utiliser »

      En matière d’équipements, il existe tout de même des systèmes avioniques (dont les TCAS/TAWS) qui sont aujourd’hui considérés comme « basiques » car installés de série depuis les années 90 sur aéronefs civils.
      Il y a donc des pistes d’amélioration sérieuses à retirer de cette tragédie au vu du rapport BEA-D, à commencer par encore une fois équiper les appareils militaires au même niveau que ceux des civils pour les équipements « sécurité » et navigation.
      Si nécessaire en l’imposant aux constructeurs … c’est qd mm aterrant de constater qu’encore une fois, il faudra attendre 25 ans pour mettre des appareils AdA/AN/ALAT en capacité d’évoluer au même niveau de sécurité et de précision de navigation sur la plupart des terrains (le fameux « retrofit aux standards OACI » appliqué dans les 3 armes) .
      Il me semble que ce pb existe moins chez nos voisins anglo-saxons, où les évolutions sont plus régulières sous ces aspects.

      • Biskotto dit :

        Inutile.

      • 341CGH dit :

        @ « raspoutine »
        Vous faites référence, tacitement, à un vieux principe inacceptable, peu à peu éradiqué mais qui laisse des séquelles : le principe « l’armée cé pas pareil ».
        .
        Dans les années soixante-dix (et déjà par manque de budget adapté aux missions) on roulait sur les belles routes de France parmi la circulation civile avec des camions militaires sans clignotants.
        .
        Il est vraiment temps (et plus que temps) de comprendre que ce principe ne vaut rien. Les décideurs politiques doivent cesser de croire que la bonne volonté des militaires et leur fameuse capacité d’adaptation peuvent compenser éternellement le manque de moyens.
        .
        Mais là, on se heurte à un autre principe inacceptable : leur « après moi le déluge ».

  24. Jean dit :

    Un peu de sérieux et de mesure. Les procédures d’anti abordage sont appliquées dans l’ALAT. La culture aéronautique y est (évidemment) très présente. Stop aux caricatures.
    Dans tout accident peuvent être mises en avant des choses à améliorer. Et tant mieux.
    Mais parfois les plaques s’alignent. Il faut lutter contre, indéniablement.
    Des nombreuses opérations comme celle ci ont été menées. Et avec de grands succès.

    Aux donneurs de leçons, pensez à quand vous vous êtes fait peur en voiture et que vous avez mis en danger vos passagers. Et à ceux qui volent, n’avez vous jamais connu de situation où vous vous êtes fait peur en vol ?

    Personne n’a le monopole de la culture aéronautique. Il faut surtout, partout et tout le temps, renforcer la sécurité des vols.

    Paix à leurs âmes

  25. felipe dit :

    En outre, relève le rapport, la responsabilité donné au chef de mission « ne ne s’étend pas jusqu’à l’autonomie de décision permettant d’adapter le dispositif à la situation tactique en temps réel. » Et ce « manque de subsidiarité accordé à l’AMC […] se révèle préjudiciable
    à la sécurité aérienne. »… Une autre manière de montrer la différence entre la circulation aérienne et une opération au contact de l’ennemi.. plus on s’approche de la zone des combats, moins c’est sécurisé. Et on ne va pas envisager « un droit de retrait aéronautique » quand on a des copains qui se battent au sol.

  26. Chimère dit :

    Ce qui est sous jacent dans ce compte rendu, c’est le manque de moyen. Pas assez d’entraînement, heure de vol, CRM, PB radio sur le Tigre, jeunes Officiers CDB à qui on demande beaucoup…. Sans oublier le stress important lié à la mission. Qu’à t’on fait physiquement depuis l’accident survenu au Luc 2 ans auparavant ? Peu de choses par manque de moyens. Se pose aussi la responsabilité des chefs qui envoient des types au combat ( toutes armes confondues)? Responsable mais pas coupable…. « je fais mes 2/3 ans de commandement sans embrouilles, puis je me casse dans un bureau ».
    Vu le niveau de recrutement et de formation actuel, cela ne va pas s’ameliorer. Continuons de faire voler les abonnés au lieu d’offrir des heures aux operationnels, et ce genre d’événements deviendra la norme….. Les abonnés, ces sacs de sable que l’ont pourrait aussi appeler sac de m…. La soupe est trop bonne pour certains : parachutistes nettoyeur de plateaux au mess ( UBER EAT en zone de conflit peut être…), abonnés aux heures de vols ( les types ne seront plus jamais envoyés au combat, mais prennent les sous) macarons alimentaire dans la Marine Nationale ( en quel honneur ? Personnel non opérationnel) etc… Liste non exhaustive dont serait friand certains journaux.
    Salut Jim et les autres, on ne vous oubliera jamais.

  27. Henri MARTIN dit :

    Jérémiades classiques, on y va c’est pour les voler, quand on y va pas c’est l’indifférence raciste. Le Nigéria pays le plus riche et le plus puissant d’Afrique n’arrive pas à se débarrasser de Boko Haram depuis plus de 15 ans !!!

  28. Palu dit :

    Fatiguant, hors sujet, inapproprié. Toujours à pleurer, se plaindre, se victimiser, ou à Troller pour manipuler.
    Il ne s’agit pas d’une armée d’occupation mais bien d’une aide et d’un soutien demandé par les différents pays la Mauritanie, Mali, lBurkina Faso, Niger et Tchad pour faire face aux prises de pouvoir territoriales djihadistes , à la mort qu’ils représentent , au chaos voulu engendré pour la prise de pouvoir et étendre l’influence d’al quaïda qui emmerde la Terre entière.
    Ensuite j’ai envie de dire, chacun est maître chez soi. Mais bon pour ça il faut savoir et pouvoir nettoyer devant sa porte.
    s
    https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/loperation-barkhane-au-mali-en-cinq-questions-1280639

    Reveilllez vous plutôt , les chinois prennent vos terres, les Russes avancent ses pions et les terroristes islamiques sèment la mort .

  29. jean la gaillarde dit :

    ah, parce que les USA, la Russie et la Chine ne font pas comme cela !!!! L’Afrique, humiliée !!! Mais je vous rappelle que c’est le Tchad qui a demandé l’appui de la France, face à Kadhafi, c’est le Mali qui a demandé l’appui de la France face aux terroristes et bandes mafieuses … ras le bol de se faire taper dessus et de perdre des hommes pour des pays qui nous crache dessus ensuite. Qu’est ce que tu attends pour aller te battre pour l’Afrique. C’est bien beau de venir l’ouvrir sur les réseau sociaux mais tu as fait quoi, toi, pour cette « Afrique humiliée ». Elle est déjà humiliée par tous ces jeunes qui préfèrent ce barrer de leur pays au lieu de se battre pour leur liberté. Elle est humiliée par tous ces castes de politiques et militaires corrompus car la population n’est pas capables de mettre en place une révolution comme nous l’avons fait en 1789, chez nous, en France. Et oui, cette France sur lequel tu craches tant et plus. Alors je suis entièrement d’accord avec toi : Les Africains, qu’ils se démerdent. Je l’ai déjà dis. S’ils veulent vivre sous la Charia, et bien qu’on les laisse tranquille. Lorsque cela devient trop dangereux pour nous, on y va, on écrase, puis on repart. Voilà. Mais on évite d’y rester car cela facilite leur business de corrompus. On ne devrait même pas leur fournir d’arme. Comme cela, lorsque des membres de leur communauté viennent en France nous faire péter des bombes, on y va, on rase, on dézingue et on repart. Impec.
    Nous n’avons qu’à aider uniquement les pays Africain qui vont, résolument, vers des gouvernances pacifiques et démocratiques, avec un respect de leur propre population. Point.

  30. charly10 dit :

    Avant de donner un avis, je vais lire dans les 3 dimensions ce rapport du BEAé téléchargeable ici : https://www.defense.gouv.fr/content/download/605005/10172602/T-2019-15-A.pdf

    • Honneur dit :

      Merci pour ce lien… Rapport complet et notamment le paragraphe 4.1 qui donne toutes les améliorations que le BEA recommande de mettre en place.

  31. kel-to dit :

    bonjour personnellement je suis pour rendre les Africains à l’Afrique , j’ai pu constater la présence de nombre d’entre eux le 5 du mois devant les bureau de Poste tendant la main pour quémander de la prestation sociale .
    Il y a parmi ces mendiants de quoi constituer une dizaine de bataillons maliens , c’est vous qui avez commencé d’évoquer l’argent moi j’évoque celui qui ce gagne et celui que l’on quémande ………

  32. BARDE Jean Jacques dit :

    Tant que l’ALAT gardera la culture treillis rangers nous ne pourrons que déplorer ce genre de drame !!!

    • Poutargue dit :

      Dites-donc, le Barde … votre lyre sonne faux!
      Cela n’a rien à voir, et il est justement important que cette arme conserve une certaine proximité avec la « biffe ».

  33. Loufi dit :

    Va chopper Ebola et dégage.

  34. charly10 dit :

    Je viens de lire le rapport BEAé, toujours très bien fait, comme le précise @ Morales, avec des schémas explicatifs qui permettent de bien visualiser les séquences jusqu’à l’impact. Ceux qui n’ont pas l’expérience du vol y trouveront des explications sur le fonctionnement des différents systèmes de navigation embarqués, pourquoi et comment ils ont été utilisés dans le cadre de cette mission.
    Il est dommage que ce crash ait eu lieu dans une phase initiale d’observation du combat au sol, et probable que la demande d’appui par le groupe du terrain n’était surement pas pertinente. Mais seuls les équipages ont pu le constater, en arrivant sur zone. Beaucoup de choses critiquables dans la conduite de cette opération ; Cela nous rappelle que l’homme est faillible. Ces membres d’équipage ont fait leur boulot, Ils ont essayé de donner un coup de main à leurs frères d’arme au sol, comment leur en tenir rigueur. La doctrine d’emploi Aéromobile sera certainement affinée.
    On note que « Six mois avant l’évènement, après plusieurs rapprochements dangereux, la MINUSMA) a alerté le Groupement tactique désert – aérocombat du risque imminent d’abordage en vol d’aéronefs dans le nord du Mali. »
    On peut retenir que dans le ciel, comme sur terre, en opération réelle, trop d’informations disponibles pour un équipage ou un groupe de combat, vont parfois à l’inverse du but recherché.
    Aux chefs de L’AdT de ne pas croire que tout est réalisable, dans la troisième dimension, surtout la nuit.
    Rapport disponible sur ce lien : https://www.defense.gouv.fr/content/download/605005/10172602/T-2019-15-A.pdf

  35. baron dit :

    La collision en vol est une vraie calamité à laquelle malheureusement on ne survit que très rarement. La pression du combat et l’engagement très fort des équipages négligeant dans l’action certaines sauvegardes vitales, et sans doute une certaine impréparation, ont amené à cette tragédie dont il faudra tirer tous les enseignements en s’interdisant sans doute certains engagements certes très courageux mais trop risqués. Pensons à nos camarades disparus et à leur famille.

  36. JC dit :

    Et ta sœur, elle pilote quoi, le pilon ? N’y-a-t-il pas d’autres sites pour verser de telles immondices ? En Afrique, il existe, etc..

  37. mich dit :

    Il est un troll qui n ‘a pas l ‘air de savoir qu en Afrique il n ‘y a pas la France partout ,mais que le résultat est presque partout le même , alors humilié ce continent ou tout simplement difficulté à se regarder en face ?

  38. LaMeuse dit :

    Les insinuations relevant de la querelle de boutons sont insupportables en l’espèce. Bien sûr qu’il y eu des faiblesses, des dépassements et des saturations. Au rayon aéronautique et depuis des décennies, les équipages ALAT ont les seuls qui soient réellement confrontés à un danger ennemi létal à chaque mission opérationnelle et pour des séquences prolongées. Ils volent et ils combattent. La charge mentale citée dans le rapport est écrasante et c’est certainement dans ce domaine que l’effort d’équipement et d’organisation doit être concentré.
    Paix à leurs âmes, pensées pour leurs familles.

  39. mich dit :

    Rapport complet est accessible (c ‘est quand même à souligner ) ,certains commentateur de ce site devrait relire l ‘avertissement en son début avant de faire la leçon sur ce genre de drame .

  40. Palu dit :

    Merci Monsieur Lagneau pour ce partage ainsi qu’au BEA.
    Evidemment une fois que l’histoire est faite et que l’on a tous les éléments, c’est à la portée de chacun pour donner des leçons assis dans son canapé.
    Je trouve cependant la conclusion du BEA civile « ce défaut de formation a contribué à l’évènement », pointant également un « déséquilibre de priorisation entre l’implication dans les objectifs opérationnels de la mission d’une part et les impératifs de sécurité et de la gestion du risque d’abordage d’autre part. » trop facile et pour ma part non limité essentiellement à l’humain.
    Les accidents aériens sont la plupart du temps dus à une succession d’évènements, dans ce cas :
    – c’est une mission de nuit, pas de visibilité, lunettes IR limitent le champ de vision sur les côtés et éblouissent l’utilisateur pendant les explosions. Est-ce que les aéronefs étaient pourvu des lumières d’identifications visuelles OTAN, le TIGRE peut être, le Cougar à confirmer,
    – mission de combat sous le feu et non pas vol civil de croisière ou le réflexe conscient et inconscient focalise l’attention pour sauver les copains au sol, focalise le regard vers le sol ou la vidéo intérieure fournie par la boule optro,
    -pour moi les 2 facteurs principaux de la collision, la radio PR4G intermittente qui coupe le lien vital, crée du « bruit sur la ligne » et les 2 altitudes d’attentes trop proches (300 pieds soit moins de 100 mètres). Surpris qu’il n’y ait pas de 2ème radio VHF redondante à bord et des bulles d’attentes improvisées trop proches
    – pas de TCAS (système anticollision aérien civil) mais son équivalent TACAN air-air dont les status d’informations ont été oubliés à cause de la surcharge mentale du moment. Alors oui si un outil aurait pu permettre d’éviter la collision ça aurait été uniquement celui-ci. Le système DF n’est pas un système anticollisions, système air sol qui est utilisé principalement pour de la mission Search and Rescue ou Combat Search and Rescue si équipé de transpondeur pour interfacer une balise sol et non pas un autre aéronef
    Pour conclure, je dirai que les moyens avioniques fournis pour nos militaires volants (surtout pour le Cougar qui j’imagine doit équipé d’indicateurs mécaniques) ne sont plus assez adaptés au combat haute densité. Quid d’une « map » mission 3D temps réel incluant le relief qui vient pointer les aéronefs dans l’espace proche en rapatriant via le Tacan A/A les positions/altitudes et l’objectif sol comme « waypoint » manuel. Ce type de « map » situation tactique existent déjà. Quid de l’intelligence artificielle pour pourrait prévenir oralement l’équipage d’une collision imminente via des ordres d’attitudes comme le TCAS peut le faire, quid de la formation continue des équipages
    Dans tous les cas, l’addition est salée et la pierre facile à jeter quand les morts ne sont plus là pour se défendre. Le positif dans tout ça c’est que ces morts participeront au progrès des prochaines procédures missions mais aussi à sauver des vies.

  41. LA HIRE dit :

    Bien que dans son rôle, le BEA me fait souvent rigoler, tant il y a un décalage entre les normes et la réalité du terrain…

    Ici, il est, entre autres, reproché aux équipages une phraséologie inadaptée et l’absence de collation systématique. Alors, chers messieurs du BEA, la phraséologie standard et normée, et la collation, s’entend dans des situation normale, pas sous le feu de l’ennemi, où, inévitablement on part au plus pressé et où le langage courant et naturel refait surface !

    Concernant les règles d’engagement, là c’est un vrai problème, où l’on passe parfois plus de temps à penser si on ne fait pas une connerie, plutôt que de se concentrer sur les risques en cours…

    Enfin, même si à priori ce n’est pas le cas ici. Dans les engagements internationaux, les échanges se font en anglais, or, en situation de stress, le cerveau revient à des éléments natifs, et les informations diffusées dans une langue étrangère mettent plus de temps à être assimilées et peuvent être mal comprise, ce qui augmente sensiblement le risque d’erreur des équipages….

    En ce qui me concerne, les équipages navigants ne sont pas fautifs, ils ont fait au mieux dans une situation particulière et où le risque est très élevé…

  42. Richard dit :

    Très bon rapport du BEA air. Il explique très bien toute la chronologie, et relève les erreurs et les conséquences.
    Alors certes avec toutes les erreurs constatées, il était certain de l’issue dramatique. De plus, on note qu’il n’y avait personne aux commandes
    De ce fait, mon attention a était attirée page 41 et suivante.
    Il est précisé:
    2.3.5. Charge mentale élevée et faible expérience dans certaines fonctions
    2.3.5.1. Chef de patrouille Tigre
    2.3.5.1.2.Expérience modeste
    La formation des officiers de recrutement direct de l’ALAT prévoit qu’ils soient qualifiés chef de patrouille à la fin de leur cursus de formation initiale. Le chef de patrouille Tigre est affecté en unité depuis à peine un an après avoir terminé sa formation de pilote. Son expérience en vol est faible et il réalise sa première opération extérieure.
    Compte-tenu de cette expérience encore limitée, il est probable que son expertise soit encore en développement, tant sur l’appareil qu’en ce qui concerne ses fonctions de chef de bord et de chef de patrouille.
    Le jour de l’évènement, beaucoup de décisions concernant la patrouille lui sont proposées par son ailier, plus expérimenté, qui lui prodigue des conseils lors du transit vers la zone d’action.
    (Commentaire de ma part: je suis surpris qu’à l’issue de la formation de pilote on soit immédiatement qualifié « chef de patrouille »)

    2.3.5.2. AMC
    2.3.5.2.1.Expérience faible sur Cougar
    L’expérience de l’AMC à cette fonction n’a pas pu être mesurée. Il a été formé à cette fonction au cours de sa formation de commandant d’unité un an et demi auparavant mais le nombre et la complexité des missions qu’il a commandées en tant qu’AMC ne sont pas tracées.
    De plus, durant cette période il a subi une interruption d’activité pendant plusieurs mois pour des raisons médicales.
    Par ailleurs, l’AMC a acquis son expérience de personnel navigant principalement sur hélicoptère Tigre et il est beaucoup moins familier de l’hélicoptère Cougar, notamment en tant qu’AMC en soute.
    Pendant la première partie du vol, il est ainsi obligé de solliciter le MVAVT pour chaque changement de fréquence d’émission.
    À plusieurs reprises il n’appuie pas correctement sur l’alternat et peine à émettre son message.
    Après avoir été rapidement informé par le MVAVT sur les boutons du boîtier de commande à utiliser pour sélectionner lui-même la fréquence d’émission, il s’en charge mais n’effectue que très peu de ces changements. Il préfère demander plusieurs fois au PCB du Cougar de passer un message sur la fréquence module plutôt que de le faire lui-même, probablement pour éviter des manipulations de changement de fréquences.
    (Commentaire de ma part: il ne sait pas utiliser la radio, ensuite il a été en arrêt maladie plusieurs mois pour traumatisme phycologique et dans le rapport on note qu’il ne visualisait pas la situation)
    Je suis surpris que dans l’armée de terre on fasse passer le grade avant la compétence.

    • Même dit :

      C’est ainsi ! Avant, il y a avait des sous off Chef de Patrouille ! Des gars qualifiés, avec plusieurs milliers d’heures de vol, souvent instructeurs aussi…
      Mais voilà, tout le monde est officier et qualifié d’entrée sans expérience aucune.
      Tu lèves ce point avec justesse.

      Il arrivait souvent qu’un jeune lieutenant se prenne pour un cador, parce que la piqure magique…

      Donc quand un gars avec 100 heures de vol veut en remontrer à celui qui a 4.000 heures de vols, 15 ans d’expérience aéro dans tous les types de vol, tu comprends bien que ça ne le fait pas, mais alors vraiment pas.
      Et en plus c’est le genre de type qui t’explique comment faire.

      La pluaprt du temps ils étaient très mal vus et en cas de couille, personne ne leur venait en aide et ça finissait en eau de boudin.
      Fermez le ban.

      • mikadoo dit :

        Bonsoir Même,
        ne confondez pas la compétence technique et la compétence tactique. Une grande expérience technique du pilotage n’implique pas une compétence de commandement.
        Ce que vous relatez est partiellement vrai. En 25 ans d’ALAT sur HM (j’ai quitté en 2006), j’ai connu peu de sous-officiers CP car la fonction était peu attrayante : l’emploi en tant que tel étant rare et limité souvent à palier ponctuellement l’absence d’un officier CP. De plus, beaucoup trouvaient plus confortable d’être simple commandant de bord responsable de leur seule machine plutôt que de subir un n-ième stage pour endosser la responsabilité de commander une formation tactique.
        Les jeunes officiers formés arrivant en escadrille (à l’époque environ 250 HDV au compteur après formation de base, qualif de type, stages VOLTAC, VI, JVN) avaient souvent beaucoup d’humilité face aux s/off sup qui affichaient alors 4 à 8000 HDV (comme pilote ou MVAVT) et savaient les remettre en place en cas de dérapage. Qui plus est, à cette époque, l’expérience de chacun progressait vite avec une moyenne de 250 à 300 H/an.
        Aujourd’hui, il me semble que la population des pilotes s’est considérablement rajeunie et que le manque d’heures d’entrainement sur des appareil techniquement très évolués ne facilite pas l’acquisition rapide des savoir-faire indispensables au métier, toutes fonctions confondues.
        Quant aux procédures, dans les années 80, c’était juste un guide libre d’interprétation…tant qu’il n’y avait pas de pépin !!!

      • charly10 dit :

        On peut effectivement quand même s’interroger sur l’évolution de formation, qui fait qu’un jeune pilote soit qualifié CP chef de patrouille, à sa sortie de stage, sans passer par un minimum d’expérience de vol. Encore une conséquence des restrictions budgétaires et du peu de possibilité d’entrainement réel en unité. Aujourd’hui l’entrainement se fait sur les théâtres d’opération. On touche là, les limites du cout de formation revu par nos gestionnaires.