La Marine nationale expérimente un moyen alternatif de transmission haute fréquence

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

43 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Je pense que les navires concernés sont les navires de surface, car il me semble que pour les sous marins, on utilise des ondes ‘très longues’, à portée mondiale, et qui pénètre de quelques mètres sous l’eau (donc une antenne en submersion proche de la surface peut les capter).

    Mais je peux me tromper.

    • Fremm dit :

      Il me semble que les informations transmises au sous marin le sont par très basse fréquence

      • vno dit :

        En VLF, il faut plusieurs minutes pour recevoir un message de quelques mots, alors une image … En HF, la portée n’est pas mondiale et varie avec l’état des antennes si elles mouillent (sur un sous-marin par exemple). Un des essais a lieu en région indopacifique, c’est a dire dans un coin ou la HF passe mal et ou nos satellites de communication ne sont pas forcément disposés, voir espionnés pour déterminer ou se trouve certaines unités discrètes. Mine de rien, si cela marche, pour nos sous-marins c’est révolutionnaire pour les opérations qui restent dans certaines région digne de la chasse au Bismark en prenant le risque de finir comme le Titanic.

      • Thaurac dit :

        Mais en faible débit, donc sert plutôt à avertir tel ou tel sous marin qu’il va recevoir des ordres , le dit sous marin va surement larguer une antenne flottante spéciale pour recevoir ou et émettre très rapidement une plus grosse quantité d’information , à mon humble avis

    • Tournicoti dit :

      Ce sont des signaux ELF (Extra Low Frequency), donc de longueur d’onde très élevées (L=C/f), donc de débit faible, mais de très très longues portées
      Vous avez bon

      • ep04 dit :

        Plus la fréquence est basse et plus faible est le débit. Les français sont équipés en VLF pas en ELF.

        La gamme ELF – au débit très très, très faible – est uniquement utilisée comme belle ring pour signaler par exemple que le soum en immersion profonde doit relever un message par exemple en VLF, ce qui nécessite de réduite l’immersion.

        Les fréquences utilisées par le soum (30 à 300 Hz) nécessite des antennes très longues, généralement enterrées. A ma connaissance, seuls les russes et les US utilisent ces moyens

        • John dit :

          Par contre, la portée est beaucoup plus importante avec une fréquence basse qu’une fréquence élevée.

    • Palu dit :

      Je pense aussi, l’intérêt du projet est d’avoir une antenne directionnelle pour optimiser la transmission et une HF qui supporte un volume de data conséquents variés pour de la surface. Sa portée dépend de la puissance de l’émetteur entre autre et pour la discrétion il faudra crypter suivant le besoin.
      L’intérêt de la VLF est sa propagation mondiale , sa pénétration dans l’eau mais à un débit faible pour du SNLE.

  2. PK dit :

    « 150 kW, antennes rotatives de 80m et de 180 tonnes, ndlr »

    Oulala… Ça fait faire bander immédiatement un écolo, ça… Peut-être même l’orgasme assuré…

    • John dit :

      Pfff, ces clichés absurdes…
      Vouloir éviter de détruire notre planètes est donc une absurdité pour vous?
      La grande extinction des animaux, remettre en circulation atmosphérique tout ce carbone qui était piégé dans le sol, les pollutions chimiques, pollutions sonores (sous l’eau, dans le ciel, dans les villes, dans les campagnes, en montagne), bref…
      Ne pas vouloir admettre que notre impact est important fait partie du problème. Le coût va être catastrophique.

  3. Daniel BESSON dit :

    Cit :[ Cette expérimentation est particulièrement innovante car elle repose sur la complémentarité entre des moyens militaires et civils existants ]

    Accessoirement cela fait que des infrastructures civiles deviennent donc des cibles militaires tout à fait légitimes ! ;0)
    Mais ça on le sait depuis 1999 et les bombardements de l’OTAN contre les infrastructures de la RTS … Je ne parle pas de l’immeuble de Belgrade mais des émetteurs disséminés à travers tout le pays comme la tour d’Avala .

  4. anatide dit :

    Les courbes de propagations sont depuis longtemps connues. C’est tout le pb de la radio.vaste sujet.surtout au dessus des 70N/70S
    Un operateur général

  5. papy dit :

    Combien de chinois à proximité de ces antennes ?

    • Loufi dit :

      Dans la moitié des foyers des opérateurs, sous la forme de chinoisE

      • Paddybus dit :

        Pourquoi les opérateurs sont autorisés à brûler les chinoises dans leur cheminées…???

  6. philbeau dit :

    Bien qu’il s’agisse d’émission OC, ce centre n’est pas (très) loin de la station VLF de la marine à Rosnay . Y a t-il une particularité géographique ou géologique, qui explique cette localisation ?

    • EchoDelta dit :

      Peut être par ce que Issoudin on est au centre de la France donc plus facilement défendable qu’à côté d’une frontière.

    • vno dit :

      Position centrale par rapport à nos frontières ? Fin juin 40, seul le réseau de communication de la Marine fonctionnait encore en partie pour cette raison.

      • philbeau dit :

        Pour Rosnay , on a cette information : Wikipedia , ou autres sources :
        « Rosnay a été choisi à la fin des années 1960, tout d’abord pour des raisons techniques, le terrain étant bon conducteur des ondes électromagnétiques très basses fréquences3. D’autre part, la protection du site est considérée comme aisée »
        https://www.francebleu.fr/infos/societe/rosnay-visite-du-bunker-d-ou-sont-envoyes-les-messages-aux-sous-marins-nucleaires-1547647179

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Fin juin 40, seul le réseau de communication de la Marine fonctionnait encore en partie pour cette raison. ]

        Faut dire que par rapport aux pigeons et aux courriers motocyclistes du château de Vincennes c’était un – grand – progrès . ;0)

        Fin juin 1940 c’est donc après la demande d’armistice et il me semble que l’utilisation des communications avait fait l’objet d’une demande de dérogation auprès des Allemands .
        Source : Voir dans le « Darlan  » de Coutau-Bégarie et  » Les 60 jours ….  » de Benoist-Méchin

    • Fred dit :

      @ philbeau

      Pourquoi Issoudun plutôt que Rosnay, qui a ont des caractéristiques assez identiques ? Parce-que c’est un projet civil à la base (TDF), se sur-ajoutant sur une antenne préalable.

      L’émetteur, est à côté d’Issoudun (Saint-Aoustrille), dans un centre déjà pourvu d’une ribambelle d’antennes absolument démesurées en tous genres. Une de plus, une de moins, moins de problème d’acceptabilité pour les indigènes.

      Sans doute (?), le choix historique d’Issoudun est sa position au centre de l’hexagone, pour les émissions en ondes moyennes et autres mais pas forcément (plus ?) pour toutes ses antennes. Pour Rosnay, conçu spécifiquement pour les émissions VLF (en 1967), c’est sans doute plus pour sa situation centrale du point de vue défense du territoire (?).
      Peut-être aussi pour favoriser l’échange de techniciens lors de la phase de mise en route de Rosnay ?

      On ne nous dit pas tout ! ;o)

  7. Matt dit :

    D’où l’intérêt récent de la Chine en France pour l’achat de terrain à proximité des antennes à issoudun pour la pratique et du n’ombres de leurs ressortissants croissants et déjà étonnamment élevés en pointe de Bretagne là où nous faisons la recherche sur ces domaines !
    Preuve que cette technologie doit être innovante.
    Mais laissons les pilliez tranquillement sinon nous serons accusés de rassisme…

  8. breer dit :

    C’est vrai au fait cette histoire d’achat de terrain par des acheteurs chinois aux alentours des antennes à Issoudun ?? et si c’est le cas, cela pas l’air de préoccuper l’état français.!!

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ C’est vrai au fait cette histoire d’achat de terrain par des acheteurs chinois aux alentours des antennes à Issoudun ?? et si c’est le cas, cela pas l’air de préoccuper l’état français.!! ]

      Encore faut-il fixer des critères de préoccupation …
      Par ce que si ce critère c’est  » à moins de 500 Km à vol d’oiseau  » , ils se préparent des nervouss bréqudouânes plusieurs fois par jour … :0)

  9. Pour info dit :

    Parler de « moyen alternatif » quand on parle d’onde, c’est un peu un pléonasme. 😉

  10. ScopeWizard dit :

    Cette antenne est particulièrement impressionnante et je dirais même qu’ elle en impose , mais elle me paraît également des plus vulnérables d’ autant que son importance s’ avère vitale…………

    En même temps , à part les multiplier ou les enterrer , comment faire pour les protéger à coup sûr ?

    Un missile précis avec suffisamment de charge explosive aurait tôt fait de tout dézinguer ; qu’ en serait-il alors de nos capacités restantes ?

    • Matt dit :

      Quand elles ont été déployé le monde était différent.
      Issoudun était le bout du monde/d’un monde au centre de la France rurale.
      Pas de GSM, pas de tel portable, seul les américains avaient une cartographie mondial par satélite et le GPS, pas d’ennemi intérieur dans les province, les missile n’étaient pas très précis (sauf la bombe H mais la ont est plus à 100km près).

      • ScopeWizard dit :

        @Matt

        En vous remerciant ! 🙂

        Oui , je me doutais de quelque chose comme ça , mais n’ empêche qu’ elle était déjà très visible lorsqu’ elle fut construite et mise en service durant la première moitié des années 1990 époque où les missiles à longue portée prétendaient une précision de l’ ordre des 100 mètres voire moins , et que Issoudun comptait déjà tout un aréopage d’ émetteurs érigés quelques années après la fin de la Seconde Guerre Mondiale , ce site devait alors être connu et répertorié ne serait-ce que par sa visibilité .

        J’ imagine mal notre ennemi d’ alors , l’ URSS , en ignorer l’ existence comme l’ utilité ; et je suis presque sûr qu’ il en allait de même côté allié Américain avec des survols U-2 ou SR-71 avant même quelque relèvement par moyens satellites…………

        Bah , vous me direz……….

        • Matt dit :

          Pour nos amis d’Amérique je suis 100% d’accord avec vous !
          Pour nos « amis » de l’est, Issoudun est certainement l’un des point les plus défendable d’un point de vue stratégique.
          Pas trop près des cotes et des sous marins
          Plus ou moins au milieu du territoire national donc avec plus de chance d’interception des chasseur/bombardier.
          Quand au chars s’il en arrivaient la, la partis aurait certainement été terminée.
          Pour les missiles dans les année 90, au dela de la précision c’est le ciblage/pointage qui aurait été plus délicat pour l’ennemi sans coordonnées GPS précise.
          Cependant je ne suis pas au fait des possibilité des technologies d’antan et dans ce cas rejoint votre point de vue.
          Cdt.

    • Vroom dit :

      Le site est impressionnant , c’est sûr, déjà eu l’occasion d’y passer.

  11. EP04 dit :

    Très peu d’infos sur le système! On ne parle même pas la bande de fréquence. Par contre on nous parle de format de fichier, ce qui n’a pas grand chose à voir avec le sujet…

    Si je comprend bien en regardant les antennes d’émission et avec en réception une antenne fouet on est dans la bande HF avec en émission des antennes directionnelles orientables et en propagation ionosphérique.

    Le site https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/developper-pour-la-marine-nationale-des-transmissions-hautes-frequences-discretes-sur-longues-distances parle de transmissions furtives: évasion de fréquence ? burst?

    Dans tous les cas TDF est très compétent sur ce genre de sujet et ça doit être du sérieux.

    Assez bizarre tout de même cette com qui attire l’attention de tout le monde sur un développement sensible. De quoi susciter des vocations de stage chez les étudiantes chinoises…

  12. naingénieur dit :

    > « Pour les transmissions à longie distance, on utilise généralement des systèmes haute fréquence [ou à ondes courtes] »

    Non c’est l’inverse, pour les transmissions longue distance on utilise généralement des systèmes basse fréquences [dits grandes ondes (=grande longueur d’onde)]

  13. Plusdepognon dit :

    Belle antenne ma foi, j’en profite pour faire un petit hors sujet sur les sémaphores :
    « Et quand ils étaient en détresse,
    Qu’leur bras lancaient des S.O.S.,
    On aurait dit les sémaphores,
    Les copains d’abord.  »
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/10/07/trois-millions-d-euros-pour-mieux-proteger-les-semaphores-de-21508.html