L’actualisation de la Loi de programmation militaire sera l’un des enjeux majeurs pour les armées en 2021

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. PK dit :

    Toujours pas de munitions… et des prix qui ont « tendance à augmenter ».

    Qu’en pensent les thuriféraires de l’achat à l’étranger ?

    • blavan dit :

      L’absence de munitions, ce n’est pas le fait d’achat à l’étranger, mais le manque d’argent. Nous avons choisi le modèle d’une armée échantillonnaire , tournée vers l’exportation , ce qui me convient très bien, compte tenu de notre capacité nucléaire qui est notre ultime protection puisqu’il n’y aura jamais plus de guerre dite conventionnelle. La soupape de sécurité pour l’attractivité , ce sont les Opex pour motiver le recrutement et le maillon faible c’est la gestion mexicaine des ressources humaines qui ruine tout le système.

      • EBM dit :

        @ Blavan l’armée française est sous encadrée comme le montre cet article, c’est le « modèle » d’armée que vous décrivez qui génère ces problèmes car sa logique est de ne pas avoir de forces opérationnelles juste une industrie et des unités de démonstration.

        L’arme nucléaire ne protège pas dans les guerres insurrectionnelles qui sont les guerres bien conventionnelles que nous menons. Donc dire que les guerres conventionnelles ne peuvent pas avoir lieu alors que nous sommes précisément en train d’en mener est une énorme ineptie.

      • PK dit :

        « puisqu’il n’y aura jamais plus de guerre dite conventionnelle. »

        MDR. C’est écrit dans votre boule de cristal ? Si l’Allemagne, nous envahit : on l’atomise, même si elle n’a pas l’arme atomique. Si la Turquie nous fait chier, on l’atomise aussi ?

        L’arme atomique ne sert qu’à être empêché d’être atomisé, éventuellement envahi par un pays qui possède l’arme atomique, en lui faisant un chantage à la terreur.

        • ekiM dit :

          L’arme nucléaire nous permet de sanctuariser notre territoire. Personne ne peut donc nous pousser à la guerre. Quand on est une puissance nucléaire, on ne se bats que dans les guerres conventionnelles qu’on a choisit.

          Et, oui, si la Turquie ou l’Allemagne violent notre territoire (ou coule l’un de nos bateaux), on les atomise. Ne vous inquiétez pas que les turcs ont très bien compris cet état de fait.

          • Tournicoti dit :

            Non, la doctrine française est claire : Pas d’utilisation d’arme nucléaire contre des pays n’en possédant pas

        • hoopy dit :

          Effectivement, l’arme nucléaire ne sert à rien contre la Turquie, contre les islamistes ou même contre la Chine en outre-mer. Il faut donc une armée conventionnelle prise au sérieux.

        • aoups dit :

          La menace de l’arme atomique fonctionne aussi sur un pays non nucléaire…

        • Castel dit :

          La preuve avec la guerre des Malouines, que les Argentins n’ont pas hésité à envahir, alors que les Anglais étaient pourtant détenteurs de l’arme atomique…
          Et je suis sûr qu’en cas d’échecs, ils n’auraient même pas envisagé de l’utiliser, ne serait-ce que pour préserver la vie des « Kelpers » présents sur les iles !!

      • Blurb dit :

        L’armée échantillonaire tournée vers l’exportation (des armements) implique que vous n’ayez justement pas de protection solide avant l' »ultima ratio » (l’arme nucléaire).
        Sans capacité de résilience (réserves en moyens et en hommes) et de remontée en puissance, c’est juste une absurdité historique …

  2. Intox dit :

    Quand je disais bien avant la crise du Covid19 qu’il était stupide de parler en % de PIB, et qu’il valait mieux parler en somme d’argent allouée puisse qu’il suffisait d’une baise de PIB pour que les 2 % soit atteint, certains ont du penser que c’était moi qui était stupide car il n’y avait jamais de baisse de PIB. La réalité actuelle montre avec éclat que j’avais raison. C’est la variation des sommes par rapport à l’année précédente qui montrera le plus clairement si l’effort dans la défense grandit ou diminue. Pour ma part je ne me fais pas d’illusion, cela fait bien longtemps que les lois de programmation n’ont pas été respectées, il n’y a pas de raisons que celle la le soit. D’autant plus que cette loi chevauche 2 mandats présidentiels et rien ne dit que le prochain président la respectera.

    • FANCH LE BRETON dit :

      Si vous voulez que la trajectoire soit respectée post 2022 vous savez donc pour qui voter vu que l’actuel locataire respecte pour l’instant à la lettre la LPM.

      • jean dit :

        Je voterai pour celui qui reprend l’idée d’une défense « tous azimuts ! »

      • Carin dit :

        @FANCH…
        Comme vous dites
         « pour l’instant »…
        je pense que personne de sensé imagine les 2 bonds a 3 milliards.. Mr Macron continuera les 1,7 milliards/an, et aucun postulant ne s’avisera de promettre mieux, sous peine d’être decridibilisé…. sauf auprès des guignols (il y en a plein ce site), qui croient possible de se servir dans les diverses allocs ou sur l’éducation nationale!!
        Pour les autres (qui sont quand même l’immense majorité), Macron a toutes les chances d’être réélu… vu qu’en face il va y avoir l’enclume inculte de marine, ou le faux tribun de « la république c’est moi ».

    • themistocles dit :

      Peu importe, de toutes manière les mêmes sinistres sires de Bercy seront là pour empêcher les budgets d’être appliqués avec leur artifices, version bonneteau comptable. Celui où, comme les gogos, les armées perdent à chaque fois en ayant l’impression de jouer.

  3. Buburoi dit :

    Il y a de quoi faire: rafales, A400M, ravitailleurs MRTT, surveillance maritime, NH90, satellites, drones, sous marins barracuda, frégates et système scorpion. Il faut produire du matériel que l’on peut exporter et remplir les carnets de commande des industriels.

    • Intox dit :

      Sauf que l’impératif fait aux industriels d’exporter les met en porte à faux. Dans un état normal les industriels français sont la pour répondre à un cahier des charges établis en fonction des besoins rencontrés par l’armée française. Les spécifications d’un matériel ne répond donc pas nécessairement à un impératif d’exportation. Il peut secondairement s’exporter si il répond également à des besoins formulés par des armées étrangères mais c’est un bonus. De plus, en temps normal, la commande des exemplaires du matériel désiré est suffisamment importante pour ne pas rendre nécessaire l’exportation. Malheureusement depuis plusieurs dizaines d’années ce n’est plus le cas, ce qui, d’une part surenchérit chaque exemplaire du matériel ce qui le rend plus difficile à vendre, et d’autre part fragilise le modèle économique de l’industriel. A l’heure actuelle les industriels français sont coincés entre la nécessité de répondre aux besoins exprimés par l’armée française et entre la nécessité de devoir exporter. Les industriels n’ayant pas les moyens de créer 2 modèles différents, un pour la France et un pour l’exportation, donc si le modèle français ne convient pas aux autres armées, pas d’exportation possible. D’où la tentation des industriels de produire des matériels exportables même si ils ne répondent pas entièrement aux cahiers des charges français.
      Bien sur il reste la possibilité de monter des coopérations, mais à vouloir marier les spécifications de plusieurs pays et créer une panacée, on obtient souvent des moutons à 5 pattes. Les échecs plus ou moins cuisant de l’A400 M, du NH90, et j’en oublie sûrement, ne plaide pas en faveur des coopérations : appareil ne répondant pas aux spécifications, prix exorbitant, commandes revues à la baisse, matériel non exportable, etc…
      Dans mon esprit, je n’ai aucun doute que le futur char et le remplaçant du Rafale seront des échecs cuisants, car il n’y a pas de raison que les mêmes causes n’entraînent pas les mêmes effets.

      • aoups dit :

        l’A400M n’a pas 10 ans de service et 174 commandes (dernières livraisons le 22/12 à la Belgique) et le Kazakhstan regarde à investir dans 2 appareils. le C17 c’est 279 appareils en 24 ans de livraisons, l’A400M c’est 92 livraisons en 7 ans c’est donc un avion qui devrait avoir au moins le même succès que le C17. Pour le NH90, plus de 550 exemplaires commandés et prêt de 350 livrés en 10 ans d’exploitation. Le Puma et ses 22 variantes en 50 ans c’est un peu moins de 1700 exemplaires on y trouve le même ratio…
        Pour le Rafale 339 exemplaires commandés quand seuls les 286 de l’Armée de l’air et de la Marine étaient prévus pour amortir le développement
        donc merci pour ce commentaire « anti » inutile d’autant que tous les appareils que vous décriez s’exportent,…

    • BenL dit :

      @Buburoi, je vous rejoins sur ce point. Il y a de quoi faire. Investir dans la defense permet de grader un bassin industriel national non-negligeable et sur le plan economique une activite circulaire. Cependant, il faut designer, construire et operer en mode CICD (Continous Integration, Continuous development) si l’on veut que cela soit productif et profitable a la nation et a l’export. L’aspect materiel est une chose mais il faut considerer la partie humaine egalement et la formation ne s’improvise pas en 6 mois. L’annee 2021 sera positive pour la Defense francaise.

  4. Plusdepognon dit :

    On dit souvent des décideurs qu’ils sont hors sol :
    https://www.entreprendre.fr/la-politique-du-quoiquil-en-coute-du-president-macron-a-ses-limites/

    Annoncer des lendemains qui déchantent n’a jamais fait gagné des élections d’où un silence assourdissant sur ces sujets :
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/08/dette-publique-le-lourd-poids-du-non-dit_6055256_3232.html

    En regardant le Japon, on peut voir ce qu’il se profile pourles pays européens :
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/12/21/les-prets-garantis-par-l-etat-risquent-d-enfermer-l-economie-dans-une-stagnation-a-long-terme_6064067_3232.html

  5. Plusdepognon dit :

    Les conclusions sont toujours les mêmes, l’actuelle LPM étant un rattrapage :
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2016/01/la-crise-militaire-francaise.html

    C’est valable pour tous les ministères régaliens :
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2014/09/apocalypse-bientot.html

  6. Nexterience dit :

    Le renouvellement de des amx-30 EBG sera intéressant car son remplaçant, l’EPG, basé sur châssis DCL, n’a jamais été commandé.
    .
    Donc la France achètera-t-elle des EPG nationaux , certainement très coûteux car non produits, ou le Kodiak basé sur châssis Léopard 2?
    Un ebg 8*8 semble avoir été dessiné sur une plaquette. Mais est-ce pertinent?

  7. MP3 dit :

    Quelqu’un a des informations sur ce FCTM ? On lance un autre projet alors qu’on a pas nos 50 A400M ? Combien va coûter cet objet ?

  8. Parabellum dit :

    On est toujours dans le bla bla profgramme et au final la trique comptable coupe tout progrès concret.on fait du petit rattrapage alors qu il faudrait innover et penser autrement disons plus stratégique et plus méchant mais il faudra attendre d autres personnalités et d autres visions volontaires. On finira par quitter en silence nos bourbiers africains mais il faudra alors se doter d armes de frappe lointaines et repenser l arsenal.mais qui et quand ?

  9. Lakolo dit :

    Madame Parly. Alors que la France vient de perdre 5 soldats de l’armée de Terre dans des VBL hors d’âge, lancez vite le successeur le VBAE avec ou sans europeens. Pensez y lorsque vous vous inclinerez devant les cercueils. Le prix du sang. Cest maintenant.

  10. Plusdepognon dit :

    Sur Thatrum Belli, il y a eu pléthore d’articles intéressants sur le retour de la « haute intensité » dans les réflexions, dont celui-ci sur les munitions :
    https://theatrum-belli.com/le-domaine-munitionnaire-au-defi-de-la-haute-intensite/