Sahel : Le général Lecointre n’exclut pas de discuter avec « un ennemi » mais renvoie la question aux politiques

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

64 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Il est intelligent ce général (c’est pour cela qu’il est général) : il a compris qu’on ne peut négocier qu’avec ses ennemis, et que si la négociation tactique relève des militaires, la négociation politique relève des civils.

    • Sinope dit :

      @ Raymond75 +1. La guerre est un affrontement politique.

    • Carin dit :

      @Raymond75
      Vous n’y êtes pas…
      il est plus intelligent que vous croyez ce général… il explique juste que les palabres avec ses ennemis ne sont pas de son ressort, mais de celui des politiques… et il ne parle pas des nôtres, mais bien de ceux du Mali, tout en expliquant que cela ne les avancera pas plus, car ce que les nuisibles en chefs veulent, c’est un qualifat et dès qu’ils l’auront, ils ne manqueront pas de l’agrandir au détriment des pays du Sahel.

  2. oryzons dit :

    Au-delà des victoires tactiques, la question qui se pose c’est quid de l’utilité de tout cela à long terme.

    Soyons clairs, la France ne peut pas se permettre de poursuivre encore longtemps le financement de ces OPEX.
    Nous ne sommes pas les USA, et nous avons besoin de ressources pour financer tous les programmes en cours et à venir.

    Les OPEX sont très utiles pour permettre une mise en échecs de certains adversaires de façon tactique.
    Elles sont également utiles pour affirmer une crédibilité politique.
    Pour mettre à l’épreuve du feu notre armée et ainsi l’endurcir, montrer ses réussites et ses carences.

    Mais s’embourber pendant encore 10 ans là dedans, non.
    Sauf si d’autres pays sortent le chéquier pour nous financer, mais là aussi nous ne sommes pas les USA.

    • Sinope dit :

      Vu le coût des OPEX et le budget de l’état nous pouvons continuer longtemps.

      Nous ne nous embourbons que parce que nous ne déployons quasiment pas d’hommes.

    • Polymères dit :

      Le financement de nos opex n’est aucunement un gouffre financier que certains aiment à faire croire.
      Le problème c’est que pendant des années, nous avons toujours sous-budgétés nos opex en toute connaissance de cause, ce qui conduit à chaque fois, en fin d’année, à devoir financer un surcoût imprévu qui emmerde l’ensemble des finances. Naturellement à force, ce surcoût problématique est devenu pour beaucoup un truc qu’il faut « supprimer », on cherche à faire des « économies » et on pense naïvement que l’argent épargnée financera des équipements. Là aussi cela émane d’un même courant de pensée qui prend racine dans les contraintes et les réformes budgétaires qui imposaient de toujours faire des choix, des sacrifices pour privilégier certaines choses.

      Ce courant de pensée ne peut pas être critiqué dans le fond, car il se base sur une réalité, mais ce qui est critiquable c’est l’obstination à continuer de le prendre comme une réalité et la seule « logique » financière pour nos armées. Tellement habitués à devoir faire des économies, faire de la restriction, des coupes, que certains sont devenus totalement fermé à une autre réalité, celle à laquelle on assiste depuis quelques temps et ou ils s’efforcent à s’accrocher aux « problèmes » pas encore résolus (car oui pour eux, tout se règle en un claquement de doigts), la réalité alternative aux restrictions et aux économies, c’est l’augmentation financière.

      Votre discours pouvait être entendu il y a quelques années, mais plus aujourd’hui. Le surcoût de la défense se réduit chaque année, non pas en faisant l’économie dans nos opérations, mais en le budgétant. Le budget de la défense augmente de presque du double de ce que coûte annuellement Barkhane.

      Mais le coût de cette opex, peut faire tourner les yeux pour quelqu’un qui va gagner 1500€ par mois, mais à l’échelle du pays, ce n’est aucunement un effort de guerre comme certains le font passer et qui serait presque la cause de tous nos déficits et de tous les carences de nos armées, qu’en arrêtant les opex, on va « pouvoir » financer l’acquisition d’armements. Mais ou est la logique entre vouloir une armée inactive et vouloir lui donner des équipements? Je ne le répèterait jamais assez, n’en déplaise à ceux qui n’ont qu’un écran devant les yeux et voient l’armée que sous le spectre de l’argent et de quantités d’équipements sur wikipédia, les opex font vivre nos armées et elles apportent bien plus de choses positives que négatives à la cohérence d’ensemble, aux besoins d’équipements et aux hommes.

      Si notre engagement serait vraiment financièrement contraignant, on pourrait le comprendre, mais tel n’est pas notre cas. Vous évoquez les américains, mais les américains ont un rapport de 1 à 10 financièrement à nous et de 1 à 6 au niveau démographique (ce qui vaut pour la masse humaine des armées). Qu’est-ce que cela veut dire, c’est que globalement 1€ chez nous, c’est 10€ chez eux et l’impact sur leurs finances est le même, n’allons pas faire croire qu’ils n’ont pas de dettes qui enflent.
      Pour comparaison, les américains dépensaient en budget exceptionnel direct pour leurs opex en Irak et en Afghanistan à environ 120 milliards par an pendant une dizaine d’année avant de passer sous les 100 milliards.
      120 milliards chez eux, c’est donc l’équivalent de 12 milliards chez nous et hasard des chiffres cela représente donc 10 fois plus que ce que nous dépensons sur nos opex actuelles. Il faut savoir comparer le comparable quand on cherche à mettre parfois sur le même pied d’égalité le poids financier de nos opex que celles des américains en laissant croire que pour eux c’était un moindre problème par rapport à nous, c’est faux, tout est affaire de juste proportionnalité dans l’analyse et ne pas regarder les milliards et les moyens américains dans notre position.

      Le « bourbier » avec 5000 hommes dont la moitié vraiment sur le terrain, ce n’est pas le cas. Ce n’est pas la même chose que les américains en Irak avec 100 000 hommes et tout un pays à occuper et à administrer. On a vu d’ailleurs le résultat de ce retrait, de la même façon qu’on va le contempler en Afghanistan. Croire qu’ils vont trouver la paix « entre eux » est d’une grande illusion et comme toujours ceux qui pensent vivre « ailleurs », vont regarder le feu a loin, en se disant que ce n’est pas « son problème » qu’il ne faut pas « s’alarmer », il verra des maisons de certaines de ses connaissances brûler, il se dira « tant pis pour eux », ce n’est que lorsque sa propre maison se fera lécher par les flammes qu’il se dira qu’il aurait été judicieux de tenir et lutter contre le feu en amont. Mais c’est dans la nature humaine, certains se pensent encore au 20e siècle et ne semblent pas comprendre le terrorisme moderne qui n’a ni frontière, ni limites. Les américains se sont pris des avions dans les tours avant qu’ils soient en Afghanistan.

      La France n’a pas vocation à rester indéfiniment le protecteur de ces pays, ceci n’est pas son ambition, arrêtons de faire croire que ce serait notre volonté et notre projet, le problème c’est que nous ne voulons pas partir en laissant un feu se propager. L’exemple américain en Irak peut là, être pris en compte, une retraite et paf, voilà un califat du terrorisme islamiste qui émerge avec l’histoire qu’on connait.
      Au mali les états sur place sont incapables de tenir et il est également faux de croire que la situation est comme avant, qu’on soit là ou non, ça ne change rien. Non, si on s’en va, le Mali (et même l’ensemble de la région) de demain ne va pas continuer à fonctionner comme le Mali d’hier, les choses ont changées et il faut le comprendre, ses problèmes ne resteront pas intérieur, son feu n’est pas « leur problème » car ceux qu’on a en face de nous, ils sont élevés dans un ressentiment et une haine de la France qu’ils chercheront à assouvir dès lors qu’ils contrôleront le terrain. Ce terrorisme a dans ses gènes la lutte armée et non un pouvoir politique ou des revendications socio-économiques. Il cherchera à toucher des intérêts français et quand demain on verra nos entreprises, nos ambassades, nos expatriés se faire attaqués, pris en otage, on se dira quoi? Qu’il faut arrêter de commercer dans la région? Arrêter de voyager? Rompre toutes les présences diplomatiques? C’est comme ceci qu’on défend nos intérêts? C’est cela notre victoire, notre influence, notre grandeur? Non ceci est une victoire qu’on offre à nos ennemis et les gains « financiers » qui obsèdent tant de personnes qui en fantasment les bénéfices avec notre retrait de nos opérations, ne seront rien, mais vraiment rien de comparable aux pertes économiques, politiques, diplomatiques, d’influences, de géostratégie, de fierté, de puissance, d’images face à un feu hors de contrôles.

      Ce n’est pas qu’un problème local dans lequel on s’implique, nous ne sommes pas leurs ennemis uniquement militaires sur place, ce ne sont pas les querelles de la françafrique avec son lot de rebelles politisés cherchant du pouvoir. On doit pouvoir partir avec des autorités locales capables de pouvoir prendre la relève, capable d’être en position de force pour contenir dans la durée cet ennemi.

  3. Plusdepognon dit :

    L’exécutif malien veut négocier :
    https://orientxxi.info/magazine/le-mali-contre-la-france-le-defi-des-negociations-avec-les-terroristes,4321

    Le Drian a donné la position française :
    https://www.lepoint.fr/afrique/la-france-et-le-mali-en-desaccord-sur-le-dialogue-avec-les-djihadistes-26-10-2020-2398101_3826.php

    Et un peu partout en Afrique, c’est le feu :
    https://www.bbc.com/afrique/monde-55210055

    Dans la zone des 3 frontières, on tape sur l’EIGS.
    https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-des-matins/zone-des-trois-frontieres-lepicentre-des-violences-au-sahel

    On s’est un peu lâché sur le JNIM pour éviter que ça négocie dans notre dos :
    https://www.france24.com/fr/afrique/20201113-après-la-mort-du-jihadiste-bah-ag-moussa-le-fossé-se-creuse-entre-la-france-et-le-mali

    Pendant ce temps là, la Katiba Mancina s’amuse :
    https://www.dakaractu.com/Expansion-djihadiste-vers-l-ouest-Comment-la-Katiba-Macina-s-approche-dangereusement-du-Senegal_a196320.html

    Le terrorisme se rajoutant aux autres problèmes de ces pays et jettant des millions de personnes sur les routes et dans les camps de réfugiés:
    https://www.lepoint.fr/afrique/selon-la-fao-et-le-pam-la-famine-menace-certains-pays-d-afrique-13-11-2020-2400936_3826.php

    Nous ne voyons en Europe que le sommet de l’iceberg :
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/06/18/pres-de-80-millions-de-refugies-et-deplaces-dans-le-monde-en-2019-en-cinq-graphiques_6043271_3210.html

  4. Buburoi dit :

    Il faudra en sortir un jour, et il faudra dialoguer avec les autochtones. On ne peut pas rester à l’infini dans cette région où on a rien à faire.

    • Polymères dit :

      Ainsi la France a perdu un empire, tâchons nous de lui faire perdre désormais le reste de son influence!
      Vive la France et vive les français si prompts à défendre et à comprendre la grandeur de leur pays au nom de leur pouvoir d’achat si fondamentales à leurs descendances.

      Nos anciens ont laissés la France avec des poussières d’empire, nous on laissera un pays qui se contemplera le ventre et qui cherchera au fond de son nombril les restes d’un cordon ombilical le reliant à ses racines, sans jamais se remettre en question.
      Oui vite rentrons à la maison, c’est pour notre « bien », y a plein de sous à se faire quand on ne fait rien, quelle drôle d’idée que d’imaginer que l’investissement puisse amener quelque chose de positif, car forcément quand on le regarde au début, tout ne semble que pertes, doutes et inutilités.

      Qu’on aime cela ou non, qu’on veut le voir ou non, la France a une influence et des positions en Afrique. Elle y a des intérêts qui ne sont pas qu’une équation financières. L’empire français que certains peuvent aujourd’hui observer avec fierté, parfois avec regret en terme de grandeur de la France, ne s’est pas faîte qu’avec les conquêtes napoléoniennes en Europe, ceci était en réalité qu’une passade, notre vrai empire eétait au delà du continent et notamment et tout particulièrement en Afrique. Pour créer cette empire, l’investissement politique était nécessaire, l’investissement militaire également et nous dépensions plus que ces colonies rapportaient, tout juste qu’on pouvait minimiser les pertes avec certaines exploitations qui faisaient la richesse de particuliers et non de l’état.
      Faut-il considérer notre empire comme un bourbier qui a trainé plus de 100-150 ans?

      Je suis un grand défenseur d’une France active dans le monde et qui doit conserver et étendre son influence, en Afrique, en Europe et ailleurs. La grandeur d’un pays et son influence n’est pas qu’une question de s’opposer aux autres puissances, bien au contraire, cela se fait, s’est toujours fait par les plus petits pays. Les autres puissances combattent notre influence et je l’ai souvent répété ici, nous l’avons souvent constaté, la Russie est par exemple bine active dans les pays africains ou nous nous trouvons afin de réduire notre influence. Qu’on se pose la question de l’intérêt que peut porter la Russie à ces pays que nous méprisons s’ils seraient réellement sans intérêts. Ne nous laissons pas affaiblir, ni par d’autres puissances, ni par ce qu’un ennemi ne disparait pas en 6 mois d’opérations militaires. Notre investissement doit se voir à long terme et il doit être pleinement réfléchit. Je ne suis pas contre un retrait, mais je ne suis pas pour un retrait aveugle et précipité comme certains le souhaite, un retrait qui serait très probablement plus coûteux sur le long terme que les bénéfices qu’on espère « économiser » dans notre investissement.

      • blavan dit :

        La France a perdu son empire, puis elle a perdu ses banlieues, maintenant elle perd ses centres villes où elle doit déployer autant de policiers que de manifestant. Votre acharnement à vouloir justifier nos troupes déployées hors hexagone est un non sens que nous allons payer très cher. Il faut laisser l’Afrique se réguler elle même , et renforcer nos lois pour sauver l’hexagone. Le Nigéria sera en 2050 autant peuplé que toute l’UE, ça ne vous fait pas réfléchir un peu !!!!!

        • Daniel BESSON dit :

          Cit : [ La France a perdu son empire, puis elle a perdu ses banlieue ]

           » On a perdu la Casbah , on ne perdra pas Belleville !  » Millliâââârdedjûûu

          Bertrand FREYD in  » La Balance  » – 1982
          Et non pas Richard BERRY comme je l’avais écrit .

      • Buburoi dit :

        La France a eu un empire éphémère à l’époque du 19 ème siècle et moitié du 20 ème. Le général de Gaulle a compris que c’était intenable, et il a réalisé la décolonisation. Actuellement, il n’y a aucun territoire en Afrique sous souveraineté française. La France est un petit pays, qui n’a pas la puissance économique et militaire pour avoir un empire. Le candidat Macron avait dit que la colonisation française était un crime contre l’humanité.

  5. Flo dit :

    Macron confond la situation européenne et africaine.
    Au Mali et pays du Sahel, à majorité musulmans et conservateurs, ce qui relève du terrorisme et de l’extrémisme n’est pas la même chose que chez nous en europe.
    La solution sera de laisser les africains dans leur processus de paix et de se désengager de ce bourbier le plus vite possible, je pense que le général Lecointre a déjà compris que nous nous sommes enlisés dans cette région.

  6. jyb dit :

    commissaire de l’Union africaine [UA] à la Paix et la Sécurité, Smaïl Chergui…
    L’algérien smail chergui en poste depuis 2013 avec les résultats que l’on constate tout les jours et avec quelques casseroles. Il a réussi à affaiblir tout autant l’ua, que l’algérie donc on lui saura gré d’avoir été un partisan malhabile.
    La redistribution diplomatique des cartes africaines ne va pas arranger les choses pour l’ua; son poids dans la crise malienne : un pêt dans le désert.

  7. LEONARD dit :

    Hors sujet, même si l’évènement avait été commenté il y a quelques semaines.
    Super enquête de bellingcat sur la « provocation » de Navalny.
    https://www.bellingcat.com/news/uk-and-europe/2020/12/14/fsb-team-of-chemical-weapon-experts-implicated-in-alexey-navalny-novichok-poisoning/
    Pour les thuriféraires de Vlad, va falloir être convaincants les gars !!!
    Par souci d’équité, la version de la partie adverse:
    https://fr.sputniknews.com/international/202009181044450201-le-kremlin-voit-trop-dabsurdites-dans-laffaire-navalny/

  8. Auguste dit :

    Compliqué.Si on discute avec les barbus,on leur donne la conscience de leur force.Et quand on cède sur un doigt,ils voudront peu à peu le bras.Et c’est pas les Russes,les Turcs ou les Chinois qui vont les contrarier.On s’ensable de plus en plus.

  9. blavan dit :

    Les américains l’ont fait pour quitter l’Afghanistan, nous n’avons pas d’autre option si nous voulons quitter un jour le Sahel. De toute façon, c’est la seule possibilité puisqu’une victoire d’un camp sur un autre est hors d’atteinte. La seule option française, c’est une échéance présidentielle , avec un candidat qui comme Trump qui annoncera le retrait dans son programme.

    • Sinope dit :

      Une victoire n’exclue pas la négociation.

    • Euclide dit :

      @ blavan
      sachant que le général de Gaulle avait pris conscience de la nécessité de la décolonisation lors de la période en tant que chef de la France combattante ( entre Mai 1940 et Mai 1945). Et appliqué a partir de 1960.

      Probléme : Combien de temps mettra un président de la République pour nous sortir de la BSS ?

    • Optimist dit :

      Ca fait 60 ans qu’on est présent en Afrique, avec un positionnement permanent comme de nombreuses opérations qui bien sur durent « un certain temps ». Et dans le même temps, il y a toujours des stratèges d’opérette qui nous parlent d' »enlisement », de « bourbier » etc… Tout ça parcequ’ils ont du vaguement lire un vieil article sur le vietnam.
      Alors les gars, les « retireurs » on se barre d’ou?
      Mali. Ok.
      Niger. Allons-y.
      Cote d’Ivoire, Sénégal? Ca sent le bourbier. Cassos.
      Tchad? Chaud… Barrons nous
      Centrafique? Houlala, les russes arrivent en plus, et c’est très compliqué. Rentrons maison.
      Djibouti? Mmmm ça a l’air calme, mais ça pue. Faudrait éviter de s’enliser. On ferme la base et on retourne à Toulon.

      En fait ici, il y a beaucoup de gens qui veulent plus d’armes, plus de moyens, (il n’en ont jamais assez, à cause des zélites bien sur!,, alors même que le redressement est sensible et indéniable) plus d’agressivité et de létalité pour nos armées…. mais en France. Surtout ne pas aller s’enliser à l’étranger!
      Des régiments entiers de chars (dans les vosges), des trains de camions (dans la beauce), des hélicoptères lourds (en bretagne?), des corvettes, frégates, sous-marins (en Manche?).

      Merci pour ce moment

  10. Jean Paul Ba dit :

    Discuter avec son ennemi, cad que la France a perdu la guerre, malgré les renforces des pays européens.

    • Sinope dit :

      Absurde de croire que négocier signifie perdre. C’est avec ce type de raisonnement qu’on prolonge des guerres. Absurde aussi de croire que les effectifs insignifiants des européens en addition de la poignée d’homme aligné par le sfrançais constitue un renfort.

      • Jean Paul Ba dit :

        Il faut savoir que les guerriers du sahel sont mal équipés, certains n’ont même pas une paire de chaussures,
        ils ont quoi ? Ak-47 avec qq bombes artisanales, motos pour le déplacement, encore une fois l’armée française a perdu une guerre après Afghanistan.

        • Sinope dit :

          @ JPB AK 47 et alors? il faut arrêter de les mépriser et de croire qu’en saupoudrant quelques milliers d »hommes sur un territoire aussi vaste nous pourrons les battre. Et verre à moitié plein: malgré leur extrèmes faiblesses nos troupes ne sont toujours pas battues.

  11. Gregoire dit :

    Nos dirigeants politiques utilisent l’armée pour des interventions extérieures uniquement pour flatter leurs corones qu’ils n’ont pas. C’est facile, cela fait penser à un petit merdeux caïd de cité qui fait le malin car il fait parti d’un gang, et quand le gang le lache, il fait dans son froc. C’est comme cela que sont nos politiques, ils ne savent pas se faire respecter (car peu respectable) dans leur pays alors ils frappent ailleurs.

    • Optimist dit :

      On sent le mec frustré et aigri. Le genre de mec qui la ramène sur internet mais qui dès qu’il est confronté au réel, si jamais il s’y confronte vraiment, il fait dans son froc.
      Et ça parle de respect 🙂

  12. LEONARD dit :

    Tout frais: On sent que le contre-argumentaire n’est pas encore élaboré au Kremlin.
    https://sputniknews.com/world/202012141081455778-media-claim-alexei-navalny-was-poisoned-by-russias-elite-security-services-unit/

  13. Chris dit :

    Scénario « à l’afghane »? L’ennemi gagne à l’usure… les armées occidentales , et plus particulièrement leurs finances, s’épuisent et d' »autres voies » sont explorées. Faire rentrer le loup dans l’arène politique en lui demandant de se limer les dents, crédible? Une sorte de défaite stratégique alors que les victoires tactiques se multiplient sur le terrain grâce au courage des soldats et la qualité du matériel. L’islamisme assassin a bien le temps.

  14. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ Sahel : Le général Lecointre n’exclut pas de discuter avec « un ennemi » mais renvoie la question aux politiques ]

    mongénéral a le « courage » de ses homologues Allemands en 1918 ! ;0)
    https://www.flickr.com/photos/myglesias/499334262/

  15. Thierry dit :

    Il aurait fallu commencer pas là, discuter avant de tirer, et avec tout le monde, parce que le système clientéliste à macron qui consiste à diaboliser les uns (les plus nombreux) et accepter de discuter avec quelques minorités sans pour autant se priver de faire exploiter leur or par diverses compagnies étrangère, ça ne convainc personne.

    Même en France Macron refuse de discuter avec des gilets jaunes ou des syndicats qu’il considère eux aussi comme terroriste, ce qui le range parmi les extrémistes qui veulent à tout prix la guerre et des ventes d’armes.

    La paix au Mali me paraît extrêmement facile, elle passe par la voie diplomatique mais il n’y a pas la volonté politique pour ça, on attendra le prochain président, les maliens ont bien viré le leur en signe de bonne volonté.

    • Mat49 dit :

      Mokhtar de retour!! Youpi! Avec un bon petit discours victimaire genre vous aussi vous êtes victime de l’affreux Macron! (T’inquiète on s’en charge en 2022).

      Puisque c’est si facile Mokhtar la France attend tes propositions pour négocier la paix. Oui j’ai bien dit négocier la paix c’est à dire faire des concessions réciproques en échange de quoi la guerre cesse. Donc il faut que tu offres quelque chose…

      • Thierry dit :

        Trop facile, plutôt que des destructions offrez leur des constructions et vous verrez qu’ils respecteront ce que vous leur apporterez, vous pourrez alors passer des accords économique mutuellement bénéfique avec ce pays au lieu de leur voler leur or sous les tirs de leur kalashnikov. C’est pas des chars qu’il faut mais des bulldozers et pelleteuses, on va le moderniser.

        Je vois que vous avez sorti votre costume du dimanche qui respire la naphtaline et cassé les stalagmites au fond de la baignoire pour prendre un bain, encore un ou deux trou à rapiécer et vous aurez l’air présentable, y’a déjà plus les insultes c’est un progrès, même s’il reste encore un peu de bouse entre les dents mais de loin ça ressemble à de la salade.

        allez han, encore un effort !

        • Mat49 dit :

          Bravo Mokhtar tu t’enfonces encore plus! Si nous faisons encore plus d’humanitaire, ce qui implique une zone sécurisée, tu seras le premier à hurler au néocolonialisme.

          Celle là elle est collectors!

          • Thierry dit :

            Ce n’est pas de l’humanitaire (d’ailleurs largement infiltré par les services secrets français, un secret de polichinel) dont ont besoin les maliens, la zone sécurisé ça ne sert qu’à protéger les armées qui occupent le pays, pas celles qui libèrent.

            laissez moi devinez, vous vous parfumez à l’after chèvre pour dissimuler les odeurs corporels qui s’évadent de vos vêtements mal ajustés, essayez de coudre votre chemise au pantalon et mettre des élastiques aux chevilles, ça retiendra les flatulences qui vous transformeront en montgolfière, vous verrez du pays !

          • Mat49 dit :

            De mieux en mieux Mokhtar tu te ridiculise toi même en ignorant que tu as écrit l inverse juste avant. A ce degrés la c est du talent.

    • Edouard dit :

      Pour discuter, il faut commencer par avoir un adversaire ouvert à la négociation. Les groupes armés djihadistes sont ouverts, à partir du moment ou on se soumet. Ni plus, ni moins.

  16. Carin dit :

    Concrètement, si les Maliens veulent discuter avec les nuisibles au dépends de la France et de Barkhane… j’espère que notre président retirera nos gars de ce futur bourbier, et annulera toute forme de coopération avec le futur gouvernement Malien, c’est à dire que du jour où on s’en va, il n’y a plus aucun privilège particulier avec le Mali, et notre pays ne sera pas terre d’accueil pour les milliers (millions?) de gens qui ne manqueront pas (après avoir dûment applaudis et fêté notre départ), de venir au nom des droits de l’homme, rejoindre qui un cousin, qui une tante, qui une sœur etc…etc..

    • Edouard dit :

      « notre pays ne sera pas terre d’accueil » ???? bien sûr que si. C’est comme ça que ça marche. D’autant plus qu’à ce moment, nos ennemis intérieurs et extérieurs ne manqueront pas de dire que le Mali avec la Charia, c’est de notre faute.

  17. Mat49 dit :

    Mokhtar de retour!! Youpi! Avec un bon petit discours victimaire genre vous aussi vous êtes victime de l’affreux Macron! (T’inquiète on s’en charge en 2022).

    Puisque c’est si facile Mokhtar la France attend tes propositions pour négocier la paix. Oui j’ai bien dit négocier la paix c’est à dire faire des concessions réciproques en échange de quoi la guerre cesse. Donc il faut que tu offres quelque chose…

  18. vrai_chasseur dit :

    Les négociations politiques : les accords d’Alger faits par un ‘diplomate de carrière’, l’algérien Chergui, tocard notoire qui consterne même ses pairs africains de l’UA. Et libérer 200 prisonniers djihadistes en geste de bonne volonté. Et payer une rançon pour ‘Mariam’ Pétronin.
    Résultat obtenu ? zéro. Avec l’argent de la rançon les djihadistes ont fait un énorme méchoui pour fêter le retour des libérés et se sont acheté du matos de guérilla dernier cri.

    Les militaires de Barkhane, eux, font le job – en attendant que les politiques se décident à faire le leur.
    Pour qui connaît Lecointre et sa façon de s’exprimer, l’ironie et la colère froide sont grinçantes entre les lignes.

  19. Si on bouclé les frontières européenne, on n’aurait pas besoin d’être là bas. C’est idéologique, on préfère l’envahissement  » maîtrisé  » à la fermeture des frontières, seule à même de protéger notre mode de vie, et de nous soumettre à l’islamisation rempante de l’Europe.

  20. Allobroge dit :

    Attention, les mentalités africaines et musulmanes de surcroît ne sont pas celles des occidentaux et françaises en particulier. Pour ces gens tout palabre ou négociation est un signe de faiblesse. Même laminés si nous discutons c’est que c’est nous qui avons perdu !.La France partie, le califat tant espéré par certains ne manquera pas de faire savoir au monde entier que comme en Afghanistan, Allah est grand qui a permis de vaincre les « croisés » une fois de plus. Bien entendu les conséquences seront gravissimes car ces « braves gens » ne s’arrêteront plus !…

  21. Contractor dit :

    Et ben, on est pas sorti des ronces… A vouloir mettre les gens dans des cases bien définies, ils ont perdu la réalité du terrain. Celle qui fait la porosité entre les groupes signataires et les radicaux, celle qui fait que les communautés soutiennent les trafics car cela leur amène des ressources notamment financière, celle qui fait que des fractions minoritaires essayent d’utiliser la situation actuelle pour gagner des points sur la scène locale etc.

    Le CNT a d’ores et déjà viré les officiers supérieurs chrétiens des fonctions importantes.

    NB : les accords d’Alger ont aussi été signés par la Plateforme constituée de groupes armés favorables à Bamako (enfin, en théorie…)

  22. Edouard dit :

     » l’International Crisis Group avait préconisé un « changement de cap » au Mali, en suggérant aux autorités maliennes de mandater des chefs religieux pour ouvrir un canal de communication avec certains groupes jihadistes ». Personnellement cette phrase me choque.

    Pourquoi se serait des chefs religieux qui iraient discuter avec l’EI et autre Al Quaida. En gros, l’ICG se place par destination au niveau de là où l’adversaire veut qu’on aille. Je trouve ça dangeureux comme idée.
    Mais je peux me tromper. Contradicteur bienvenu sur la question

  23. Castel dit :

    De mon point de vue, il faudra bien arrêter nous retirer au moins partiellement de cette zone un jour ou l’autre ( en se dotant tout de même de moyens suffisants pour un retour ponctuel en cas d’urgence absolue).
    Mais, notre engagement direct ne pourra cesser que si celui-ci permettait d’aboutir à une situation stabilisée à long terme, sinon, en cas d’effondrement des régimes en place, notre intervention serait perçu comme un échec par le monde entier, donc, notre crédibilité internationale serait engagée, et, cela ne pourrait qu’inciter les groupes djihadistes à poursuivre, voire intensifier leurs actions vers le reste de l’Afrique, pour en préparer d’autres en s’infiltrant parmi les nombreux réfugiés que l’Europe serait contrainte d’accueillir….
    Alors, si les régimes en place essaye de s’entendre avec les moins extrémistes de ces groupes pour isoler les pires d’entre eux, pourquoi pas, mais il me semble qu’il faudra vérifier cela sur le terrain avant d’envisager tout début de repli …..
    Et , de toutes façons comme l’indique le Général Lecointre, ce n’est pas à l’armée, mais aux hommes politiques de décider, que ce soit aux gouvernements des pays concernés, et également par le nôtre ensuite !!

  24. Wrecker47 dit :

    On fait une autre proposition?
    « Un vrai référendum « dans tous ces pays Africains pour que s’arrète l’indépendance ,et qu’on reprenne tout çà en main !
    On peut rêver c’est vrai ,mais çà changerait bien des choses !

    • Castel dit :

      Il y a un proverbe qui dit : « l’eau de la rivière ne remonte jamais à sa source »
      Je crois qu’il ne faut pas souhaiter un retour du colonialisme, c’était une autre époque, et la page est tournée, d’ailleurs, pour des pays aussi pauvre que le Mali, je ne vois pas l’intérêt que les néocoloniaux pourraient y trouver…
      Part contre, pour des pays se trouvant dans des situations aussi catastrophiques, en grande partie à cause de ses dirigeants aussi inefficaces que corrompus , plutôt que d’attendre que ce pays finisse par s’effondrer et tombe un jour sous la coupe des islamistes , il serait peut-être possible que les Nations Unies nous confie un mandat tutélaire, pour le remettre sur pied.
      Etant entendu que cette organisme prendrait à sa charge tous les frais nécessaires , comme elle le fait déjà pour ses casques bleus, mais cette fois-ci avec des pouvoirs étendus pour nos troupes, ainsi que tous les coopérants nécessaires à l’opération….
      Cela nous permettrais peut-être de former et mettre en place des hommes choisis non pour leur appartenance ethnique ou religieuse, comme c’est presque toujours le cas, mais avant tout pour leurs compétences et leur intégrité, ce qui pourrait peut-être au pays de pouvoir repartir sur de bonnes bases à la fin de notre mandat….
      Alors, je sais, cela peut paraître utopiste, et il faudrait de toute façon une volonté internationale derrière tout ça, ce qui est loin d’être acquis, mais cela vaudrait le coup d’essayer, car si par chance on parvenait à un résultat positif, cela pourrait servir de modèle à de nombreux pays dans le tiers-monde !!

  25. fabrice dit :

    Le Jihadistes recrutent parmi les populations d’éleveurs et de nomades de la bordure sahélienne, bref les Peuls et les Touaregs.
    Ce sont des populations qui depuis le 15ème siècle sont guerrières, jihadistes et ont vécu en pillant et en vendant comme esclaves les autres ethnies.
    Dans ces états on essaye de faire cohabiter les loups avec les agneaux.
    Le chien de berger n’est pas là pour protéger les loups ni les exterminer…

  26. Raymond75 dit :

    Je lis les commentaires de ceux qui se réfèrent à ‘la grandeur passée de notre empire’ …

    Cet empire a duré en gros de 1850 à 1950 ; il s’est construit par des massacres pour exploiter des ressources qui n’ont jamais rien rapporté à la métropole. Cet empire s’est effondré après la deuxième guerre mondiale, pendant laquelle la France fut vaincue et a collaboré avec les nazis. Comme lors de la première guerre mondiale, les ‘indigènes’ furent engagés d’office dans nos guerre européennes, et y payèrent un lourd bilan, notamment pendant la campagne d’Italie. En 1945, massacres en Algérie déclencheurs d’une guerre qui s’est terminée en 1962 (et les Pieds Noirs ont TOUT perdu) ; après la provocation militaire de Haïfong, Dien Bien Phu fut une défaire écrasante ; 45 000 Malgaches civils furent massacrés en 1947 ; des tueries toujours gardées presque secrètes eurent lieu au Cameroun …

    Est ce de cela que l’on doit être fier ? Est-ce une grande page de l’histoire de France ? Est ce de cela que vous êtes nostalgiques ?

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ après la provocation militaire de Haïfong, Dien Bien Phu fut une défaire écrasante ; )]

      L’Indochine est le cas typique d’une guerre qu’on aurait pu éviter si sa nature avait été correctement étable : Il s’agissait d’une guerre de libération nationale et même sociale et non pas d’une guerre liée à une quelconque  » menace Communiste  »
      Sauf qu’entre Marius Moutet , le responsable politique de Haïphong , qui voulait  » arrêter les hordes jaunes et rouges qui déferlent des plateaux de l’Asie Centrale sur les rivages de la Mer de Chine  » et cette vielle baderne de d’d’Argenlieu tout a été fait pour la faire rentrer dans le cadre d’un conflit de ce qui allait devenir la  » guerre froide « .

      Il se trouve que M. Nicolas Sarkozy est l’auteur d’un superbe téléfilm sur ce sujet  » Leclerc , un rêve d’Indochine  » qui a deux mérites .
      1-Tout le monde a dézingué en 2003 ce téléfilm comme on a dézingué  » Soraya  » la même année et pour les mêmes raisons : Il a contribué à remettre en cause la  » mémoire officielle  » de sinistres personnages comme Thierry d’Argenlieu .
      2- Il a contribué à de nouvelles recherches sur cette période comme les conséquences économiques de cette guerre !

      https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/le-general-leclerc-en-indochine-dialogue-par-nicolas-sarkozy-14-07-2003-2004249083.php

      Pour le reste , lors de la guerre d’Indochine il y a eu aussi une …  » conférence de Pau  » ! Et son objectif était … De reporter une partie de la charge de la guerre sur les  » états associés  » ! Cela ne s’invente pas .
      Il s’agissait non pas à l’époque de  » noircir  » la guerre comme on veut le faire au Sahara-Sahel aujourd’hui mais de la la « jaunir » . ;0)
      En plus en faisant payer aux nhaqués une partie de l’effort de guerre … ;0)

    • Castel dit :

      Il y aura toujours des nostalgiques du « bon vieux temps » du colonialisme, qui souhaiteraient un retour à cette époque….
      Mais, si on en trouvera toujours dans l’armée ( mais pas seulement), ce qui est tout de même assez normal tout bien réfléchit, cela ne signifie pas qu’ils soient majoritaires pour autant…
      Je constate avec plaisir sur ce site qu’ils sont de plus en plus nombreux sur ce site à voir dans l’armée moderne un outil pour la défense de la démocratie, et qui sont surtout motivés pour protéger leur pays des nouvelles menaces que fait peser l’apparition de l’islamisme radical, par exemple, chez nous ou dans le reste du monde…
      D’autre part, beaucoup considèrent aussi que l’armée serait l’ultime rempart pour empêcher le pays de sombrer dans la barbarie en cas d’effondrement du système, et donc, avant tout, défendre nos libertés si chèrement acquises à travers les âges…
      Aussi, se référer comme vous le faite constamment à une époque, certes, pas si lointaine, mais maintenant révolue ne me semble pas toujours très honnête de votre part !!

      • Raymond75 dit :

        Je ne m’adressais qu’à ceux qui rédigeaient les commentaires auxquels je faisais référence. Le passé nous imprègne tous et est très difficile à reconsidérer.

        J’ai fais un voyage au Vietnam il y a une quinzaine d’années (je suis entre autre passé à Dien Bien Phu, qui est maintenant une très jolie ville). Les Vietnamiens ont enduré 50 ans de guerres terribles : contre la France, contre les Américains, du nord contre le sud, contre les Khmers rouges et même contre le Chinois ; maintenant ils sont indépendant et regardent vers l’avenir : ils construisent leur pays, et ne regardent pas dans les rétroviseurs de l »histoire pour dire que tout est de la faute des Français. Ils admettent même que les Français ont joué un rôle positif pour certains aspects : vaccination contre la fièvre jaune et la peste, routes, train, plantation de manioc et plantation d’hévéas (qui fut à l’origine de la colonisation). Ils n’oublient pas non plus les aspects négatifs, nombreux, de cette colonisation, mais la haine ne semble pas exister.

        De la même façon, les Français n’ont pas oublié les trois guerres que les Allemands nous ont infligé en moins d’un siècle, mais aujourd’hui ce sont des faits historiques que l’on ne doit pas oublier, mais qui ne guide plus notre pensée. Si les Allemands resteront encore longtemps un peuple dont inconsciemment on se méfie, qui voit aujourd’hui les Allemands comme des ennemis potentiels ? Personne, et surtout pas les jeunes.

        La passé ne doit pas être oublié, mais ne peut indéfiniment servir de fondement de la pensée.

      • Castel dit :

        Pour qu’il n’y ait pas de confusion possible, cette réponse s’adressait à @Raymond75…..

    • PK dit :

      @ Raymond75

      Allez vous plaindre à vos petits copains de gauche. Ce sont eux qui ont voulu aller civiliser les noirs et les jaunes afin de leur apporter la grandeur de la gauche. Si vous désirez vous plaindre de la colonisation et du bienfait du gauchisme, c’est à eux que vous devez demander des comptes.

      • Raymond75 dit :

        Je ne suis pas persuadé que les partisans de l’Algérie française aient été des gauchistes, ni l’amiral Thierry d’Argenlieu … Mais cela appartient au passé.

        • PK dit :

          Vous inversez le sens de l’histoire. La gauche a voulu l’Empire (et l’a aussi bradé). La droite a essayé de le conserver, une fois en place.

          Vous ne pouvez reprocher à la droite d’avoir voulu conserver ce que vos copains ont décidé de construire, sans vouer aux gémonies ces copains en question.

          Un peu d’honnêteté intellectuelle que diable !