Décès du général « Chuck » Yeager, légende de l’aviation et premier pilote à avoir franchi le mur du son

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

37 contributions

  1. Max dit :

    Dans le film « L’Étoffe des héros », le manche à balai scié pour fermer le cockpit du Bell X-1 ! Un bout de bois historique.

  2. Lucy dit :

     » il reprend ses activités de pilote d’essais et frôle la mort en 1963 après avoir perdu le contrôle de son F-104A alors qu’il volait à 108.000 pieds »
    Incroyable! Il me semble que le plafond du F-104 était de 50 000 pieds.

    • Blud0 dit :

      Il y a une erreur, c’était un NF-104A avec moteur fusée avec un système RCS pour le contrôle à haute altitude .

    • Danny dit :

      C’était un Lockheed NF F-104 A. Modifié pour l’entrainement au vol spatial pour les pilotes destiner à voler sur X-15.
      Ce modèle était doté turboréacteur, d’un moteur fusée et d’un système de contrôle à réaction dans la partie avant du fuselage.

    • vno dit :

      Modèle très particulier et allégé à moteur fusée permettant une trajectoire balistique.

    • Paddybus dit :

      N’était-ce pas la mise au point des « libellules »… le fameux U2..??? (dérivé du F104)

  3. Raymond75 dit :

    Un héro authentique, une légende de l’aviation, qui aura fait rêver des milliers de jeunes gens (et peut être aussi de jeunes filles), et qui a suscité de nombreuses vocations. Une vie bien remplie.

    Il a refusé de devenir astronaute, car ils considérait que cela consistait à devenir un singe savant dans une boite de conserve … Peut être la seule erreur de sa vie ?

    • Patton boy dit :

      Non, il n’a pas été retenu car à l’époque la NASA ne recrutait que des pilotes universitaires !

  4. Yallingup dit :

    Clairement, là, il y a un Monsieur !
    Mourir de sa belle mort à un âge avancé n’était certainement pas évident pour un pilote d’essais de sa classe.
    Il est entré dans l’Histoire un jour d’octobre 1947, il était une légende de son vivant, alors quoi de plus ?

    • Rémi Mondine dit :

      Qu’il s’est loupé sur F104. C’était le faiseur de veuves il a manqué sa chance.
      heureusement le F104 a un successeur: Le F35 le nouvel avion à tout faire du Pentagone et si les même causes produisent les mêmes effets gageons que le F35 ne nous decevra pas.

  5. Vertaco dit :

    Je me suis mangé un p’tit chewing gum en hommage … bon vol Mr Yeager !

  6. Pravda dit :

    Il est, et il sera difficile d’avoir une vie aussi bien remplie. L’étoffe d’un Héros.

  7. PK dit :

    Un homme à exploit, mais son plus beau est quand même d’être mort dans son lit à 97 ans…

    Chapeau !

  8. philbeau dit :

    Une grande bouffée de nostalgie comme toujours à l’évocation de ces magnifiques années 50 et 60 , où tout semblait possible …et qui produisaient des « héros » qu’on avait envie d’admirer . Les gamins que nous étions se régalaient des bandes dessinées , qui restent gravées dans nos souvenirs . Pour reprendre une référence bien oubliée : qu’avons nous fait de nos talents (St Matthieu , chap 25 )

  9. Obelix38 dit :

    Farewell to You, Chuck !
    .
    Je me revisionnerais bien l’ « Étoffe des Héros » . . . en hommage . . .

  10. vachefolle dit :

    L’Étoffe des héros. RIP

  11. pm dit :

    Bin mince Alors, je le voyais bien passer le mur du 100. Une bougie, quelques larmes et beaucoup de respect…

  12. ScopeWizard dit :

    Eh oui , il est parti ; lui aussi …….

    En dépit de son grand âge , étant-donné son relatif bon état de forme et son dynamisme , je pensais qu’ il allait atteindre le siècle …………….

    Immortalisé par le grand-écran via le film « l’ Etoffe des Héros » ( 1983 ) où l’ excellent Sam Shepard sera sa discrète mais puissante incarnation , découvert auparavant grâce au Journal de Mickey ( vers 1975 ) puis à une interview accordée à Daniel Costelle -de mémoire réalisée sous le Bell X-1- pour son superbe et très instructif documentaire en six parties « Histoire de l’ Aviation » ( 1977 ) , l’ ami Chuck fait à jamais partie de mon Panthéon de héros du ciel .

    https://www.youtube.com/watch?v=D9XcaE5bjkc

    https://www.youtube.com/watch?v=rRPz29_HgOA

    Have a good flight , Chuck ! 🙂

    • Benchbone dit :

      Film dans dans lequel il apparait d’ailleurs dans le rôle du barman chez Pancho’s Place.
      Un grand bonhomme.
      Rip Chuck

      • ScopeWizard dit :

        @Benchbone

        Absolument !

        Perso , je lui aurais fait tenir un rôle un poil plus valorisant , genre général en pétard face aux excentricités du Yeager , ou conseiller d’ un LBJ ( campé par Donald Moffat ) par ailleurs sincèrement très drôle dans son dialogue avec un Von Braun ( campé par je ne sais qui ) à l’ accent Germanique prononcé……….. 😉

  13. Anonyme dit :

    Un hommage bien mérité à un grand pilote qui rejoint au panthéon des héros de l’aviation les frères Wright, Jean Mermoz, Douglas Bader et bien d’autres…

  14. Arnaud dit :

    RIP général Yeager. Vous aviez vraiment l’étoffe des héros. Merci pour votre belle carrière

  15. Adrien dit :

    Il a même survécu au F104 ! ya pas à dire, un vrai héros. Blague à part, sacré bonhomme, respect.

  16. Laurent LEGER dit :

    En espérant que Constantin ROZANOFF sera là pour le recevoir dans le cercle des « casseurs » du mur du son.

  17. ScopeWizard dit :

    Chuck Yeager , par l’ ami Até Chuet , autre chic type…….. 🙂

    https://www.youtube.com/watch?v=HXbYxx5dk1c

    Très intéressant ; on en apprend beaucoup et de façon très agréable !

  18. vrai_chasseur dit :

    Epitaphe des aviateurs, le texte du poète John Gillespie Magee, Jr.
    Il y en très peu à qui ce texte va comme un gant, il en fait partie

    Je me suis libéré des âpres liens de la Terre.
    J’ai dansé dans le ciel sur des ailes d’argent,
    Grimpant vers le soleil, inondé de lumière,
    Je flotte au-dessus des nuages rieurs zébrés de soleil,
    Je me sens comme un géant.
    Mon avion tourbillonne, au zénith il s’élance,
    Prend son essor.
    Comme une flèche, il file au milieu du silence,
    Traverse les nuages en feu tels des pépites d’or.
    Nous voguons vers le ciel avec aisance et grâce,
    Atteignant des sommets que n’ont jamais survolés
    Même les aigles et les faucons.
    La coupole du ciel n’est plus une prison.
    L’azur s’illumine et l’horizon s’embrasse.
    Pendant que je franchis ces mille et une lieues,
    l’extase m’envahit.
    J’étends la main et je touche le visage de Dieu.

    • breer dit :

      Superbe poème

    • ScopeWizard dit :

      @vrai_chasseur

      Magnifique ! 🙂

      En version originale : au vu du texte , il s’ agit d’ une autre quelque peu différent , ou alors la version traduite en a été extrêmement soignée…………..

      « High Flight »

      Oh! I have slipped the surly bonds of Earth
      And danced the skies on laughter-silvered wings;
      Sunward I’ve climbed, and joined the tumbling mirth
      of sun-split clouds, — and done a hundred things
      You have not dreamed of — wheeled and soared and swung
      High in the sunlit silence. Hov’ring there,
      I’ve chased the shouting wind along, and flung
      My eager craft through footless halls of air….

      Up, up the long, delirious, burning blue
      I’ve topped the wind-swept heights with easy grace.
      Where never lark, or even eagle flew —
      And, while with silent lifting mind I have trod
      The high untrespassed sanctity of space,
      – Put out my hand, and touched the face of God.

      https://i.pinimg.com/originals/e0/db/c5/e0dbc5e8e828ecfffd2cd52ff409dfc4.jpg

  19. Clavier dit :

    Lorsque le pilote qui avait déserté avec son Mig 15 le briefait sur le chasseur russe qu’il allait essayer, Chuck en lui montrant le machmètre essayait de lui faire comprendre- en vain- qu’il avait franchi le mur du son .
    il lui montrait l’instrument et se désignait du doigt ….
    Mais ne comprenant pas un mot, le pilote nord-coréen pris soudain d’un éclair de lucidité s’écria :  » Vous…être docteur Mach…? »

  20. Gégétto dit :

    Il fait partie de ces gens extraordinaires qui nous ont fait rêver.
    Une vie bien remplie.

    Puisse son âme franchir le mur de Planck sans encombre.

  21. Anonymelol dit :

    Il ne pouvait pas devenir astronaute, les critères de la NASA a l’époque étant les suivants : être ou avoir été pilote d’essai, être officier, et avoir un diplôme de l’enseignement supérieur. Ce dernier point l’a bloqué.

  22. TM dit :

    C’est formidable qu’il ait pu vivre aussi vieux en restant actif. Ce type est un des héros de mon enfance. Quelqu’un de bien.
    Respect à sa mémoire.

  23. Zimbamboum dit :

    Une époque où de simple mais bon (j’imagine) mécanicien on pouvait finir pilote !

    • JC dit :

      À ma connaissance, cela était encore possible pour les mécaniciens de l’Armée de l’Air en passant le concours EMA option navigant. Par le passé, de nombreux mécanos ont bien posé leurs fesses sur Martin-Baker pour finir LCL ou colonel.

  24. breer dit :

    Un authentique héros qui a frôlé la mort sans doute des centaines de fois, vu son métier de pilote de chasse et d’essai, il a rejoint les étoiles (son esprit si on peut dire) après une longue vie au final, et qui aura pu suivre toute sa vie durant une épopée spatiale, qui nous a quand même tous fait rêvé
    un tant soit peu.