Un navire militaire turc a été chassé par une frégate égyptienne lors de l’exercice Medusa 10

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

141 contributions

  1. vrai_chasseur dit :

    Propos du ministre turc qui tendraient à confirmer qu’Ankara redoute les effets des sanctions de l’UE sur son économie.

  2. Castel dit :

    J’espère que devant la situation actuelle dans la région, Macron saura adapter son discours en fonction des événements récents…..
    Si un jour la région se stabilise, (on peut toujours rêver) il sera toujours temps de se pencher sur les droits de l’homme en Egypte, ou ailleurs !!

    • Castel dit :

      Je faisais allusion à l’actuelle visite d’Al Sissi en France, mais , je n’ai pas pensé à le préciser….

      • Auguste dit :

        Macron a compris,ça a coûté pas mal de pognon,il ne le refera plus.De plus,le Sissi s’est permis de lui renvoyer la politesse en remettant les « caricatures » sur le plateau.

  3. jyb dit :

    – 2 flottilles turques au large de la libye actuellement dont une au large de syrte.
    – pont aérien à coup de A400 entre la turquie et la libye.
    – envoie en libye de mercenaires syriens depuis la fin des combats au karabagh.

    • Twisted dit :

      Et le socom s’agite à Benghazi

    • Auguste dit :

      Erdogan s’installe.Les Syriens, fallait bien les mettre quelque part,l’Azerbaidjan leur a dit de débarrasser le plancher.
      Sissi à Paris,Haftar au Caire:il y a des préparatifs?

      • jyb dit :

        @auguste
        je crois qu’haftar va faire le déplacement à paris.

      • Auguste dit :

        Pour la petite Histoire.(belge)
        Le « ministre-président » Jan Jambon a interdit de vendre du matériel militaire à la Turquie.Les entreprises flamandes livrent donc la Turquie,notamment des pièces détachées pour A400,via l’Espagne.
        Malins les Belges, »sais-tu »?

    • mohamed.amerkanti dit :

      la Turquie met le paquet pour défendre la démocratie en Libye.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « la Turquie met le paquet pour défendre la démocratie en Libye. » La paquet, elle serait mieux avisée de la mettre chez elle! Charité bien ordonnée commence par soi même!

        • mohamed.amerkanti dit :

          Je pense la même chose pour la France qui défend un apprenti dictateur en Libye. La démocratie française s’effrite, les GJ en sont un symbole et cette nouvelle loi sur la sécurité en est la preuve.
          demain peut etre la France sera au même niveau que les pays dont elle se moque.

      • Génocide dit :

        Avec des mercenaires islamistes ?
        Vision très ottomane de la démocratie…

        • Mohamed.amerkanti dit :

          le fond et non la forme !
          mercenaires ou pas, la Turquie agit au grand jour là où la France envoie des forces spéciales pour éliminer les démocrates libyens.
          La démocratie est du coté de Tripoli, la dictature est du coté d’Haftar. La France encore une fois, obnubilée par l’islam, combat la démocratie dans les pays musulmans. Et a la fin, comme en Algérie, on finira par avoir l’islam, les réfugiés et la dictature !
          Le mieux serait que la France ne s’en mêle pas, car les Francais ignorants les réalités anthropologiques sont comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.
          Qu’a gagné la France avec 60 ans d’ingérence en Afrique et au Maghreb ? 12 millions d’immigrés qui demain seront 20 millions !

      • dolgan dit :

        Pour défendre la Lybie de la démocratie vous vouliez dire?

      • Pravda dit :

        C’est du second degré ? Gorët nous a habitué à mieux, faites un effort svp.

  4. Michel dit :

    Un de ces jours un batiment Turque va finir au fond de l’eau…..Car je pense que l’Egypte n’aura pas la retenu des Grecs ni des Français !!!!!!! et c’est comme cela Erdo le provocateur ira chialer aupres de l’OTAN (Les US) qui à son tour dira que c’est pas son problème compte tenu du comportement « chargé » depuis plus d’un an…….
    Plus le temps passe plus les choses s’agravent.

  5. Plusdepognon dit :

    Quand on voit comment la Grèce a été privatisée au point de faire des grecs des locataires remboursant à l’infini des banques étrangères et faisant fuir sa jeunesse, on ne peut que rire jaune de « l’enfant gâté de l’Europe ».
    Goldman Sachs s’en bidonne encore et ils ne sont pas les seuls à en avoir profité :
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/06/28/en-grece-les-privatisations-inachevees-cadeau-empoisonne-pour-le-prochain-gouvernement_5482819_3234.html

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-bulle-economique/privatisations-en-grece-et-les-perdants-sont

    https://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/KADRITZKE/55954

    Comme Washington a changé de ton sur la question, voici le dernier article qui résume bien la situation :
    http://politique-etrangere.com/2020/12/04/la-turquie-une-puissance-emergente-qui-na-pas-les-moyens-de-ses-ambitions/

    Une nouvelle importante n’a pas fait la une de nos journaux en matière de commerce international :
    https://www.zonebourse.com/amp/actualite-bourse/La-Chine-detrone-les-Etats-Unis-comme-premier-partenaire-commercial-de-l-Europe–31922368/

    • sepecat dit :

      « Quand on voit comment la Grèce a été privatisée au point de faire des grecs des locataires remboursant à l’infini des banques étrangères et faisant fuir sa jeunesse, on ne peut que rire jaune de « l’enfant gâté de l’Europe ». »
      Vous allez en faire rire plus d’un sur ce forum avec ce genre de déclaration à l’emporte-pièce… Quant aux Grecs, on peut aussi vous objecter qu’ils se sont largement mis eux-mêmes en position de débiteurs, vu leur façon très approximative de procéder ces dernières décennies.

      • Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

        @sepecat: Merci pour cette information précieuse qui change toute ma vision de la crise de la dette grecque. Vivant et travaillant en Grèce un certain temps, j’ai toujours pensé que la Banque Goldmann Sachs, l’architecte des méfaits de bilan grecs, était américaine…. Heureusement, sepecat me dit enfin qu’elle était grecque et qu’elle agissait sur les instructions du peuple grec. Quelle stupidité de ma part, un seul appel à la direction aurait donc suffi pour sauver les retraites grecques?

    • Max dit :

      Le Tzatziki est aujourd’hui à la sauce chinoise…

  6. R2D2 dit :

    « il aurait été demandé au TCG Kemal Reis de quitter la zone de l’exercice. Et, devant le refus d’obtempérer du navire turc »
    on croit rêver … pousser le bouchon toujours un peu plus loin tout en évitant de trop le déplacer à chaque coup pour éviter une réplique. Turquie, Chine, Russie: la meme politique de ceux qui ne supportent plus que les frontières soient figés.
    .
    « La Grèce, en tant qu’enfant gâté de l’Europe »
    purée celle la je ne l’ai pas vu venir 🙂

    • STARBUCK dit :

      Vous ne pouvez pas mettre la Russie dans le même sac que les deux autres.
      Les Russes n’essai pas de s’approprier des territoires ne leur appartenant pas. Si vous faites référence à l’Ukraine et à la Georgie, les interventions Russes étaient motivé par les révolutions de couleurs de SORROS et la CIA dans ces pays pour leur faire intégrer l’Europe et l’OTAN. La formule est bien rodé. Sachant qu’un pays ayant un conflit gelé ne peut prétendre à entrer dans l’OTAN, Poutine est donc intervenu dans les régions peuplé de Russes et faire la nic aux US.
      Pourquoi l’OTAN cherche absolument à encercler la Russie en absorbant les pays satellite de celle ci ? Parce que les US ne veulent pas d’un rapprochement entre la Russie et l’Europe.

      • VBart dit :

        « Les Russes n’essai pas de s’approprier des territoires ne leur appartenant pas » loool, à quand le one-man-show?

      • Pravda dit :

        Posez vous plutôt la question; pourquoi tous les pays ayant connu la « protection » soviétique, se tournent désespérément vers l’Otan et en particulier les USA.

  7. Franz dit :

    @Eglüeglü : vous avez manifestement influencé M. Lagneau qui annonce la participation du  » Bätiment  » de commandement et de projection [BPC/PHA] Anouar el-Sadate 😉

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Franz,

      Ou c’est l’influence de Pierre Loti 😉

      • Franz dit :

        Ouh là ! je n’ai lu que « Pêcheur d’Islande », il y a au moins… quarante ans ? mais grâce à Wikipédia je vois ce que vous voulez dire ^^.

    • Mëhmët Ëglüëglü dit :

      @ Fränz : ç »ëst ëxäctëmënt lä rëflëxïön qüë jë më fäïşäïş. Ët lä qüëstïön ëst dönç M. Lägnëäü şëräït-ïl ün ägënt ïnfïltrë türç ? Ğlöïrë ä nötrë bïën äïmë Çültän Rëşëp Täÿÿïp Ërdöğän, ğränd päşhä dë la ğlörïëüşë ët ïnvïnşïblë ärmädä öttömäne !

  8. Bobo dit :

    Eh ben, ils ont été fin ceux qui ont éliminé Kadafi !

    • Clavier dit :

      Ce qui prouve qu’on ne peut pas acheter la tranquillité en arrosant les dirigeants occidentaux à coups de millions de dollars

      • Stylgar dit :

        Ce qui prouve qu’on en peut pas larger un tapi de bombes et penser que ca va tout résoudre.

        • Pravda dit :

          Ce qui prouve qu’il n’y a jamais de solution dans ces pays, soit on laisse les dictateurs décimer leurs populations lorsqu’elles ont des velléités de liberté et on passe pour de lâches insensibles capitalistes ; soit on intervient, on s’embourbe pour des décennies, et on passe pour des néos impérialistes occidentaux.

    • Delta dit :

      La Turquie fait parti de ces pays qui sont intervenu en Libye en 2011.

  9. Buburoi dit :

    La Turquie d’Erdogan ne comprend que la force. Macron doit mobiliser les moyens français pour aider la Grèce, l’Egypte et Chypre à se défendre contre les provocations turques.

    • mohamed.amerkanti dit :

      la France n’a aucun intérêt à se mettre à dos la Turquie.

      • garance dit :

        mais la réciproque semble fausse

      • jyb dit :

        et lycée de Versailles.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « la France n’a aucun intérêt à se mettre à dos la Turquie. » L’inverse ne serait pas plus judicieux!

      • NRJ dit :

        @mohamed
        Si les zones gazières de la Méditerranée, dans lesquelles l’exploitation a été attribué à Total, sont mis en jeu, la France aurait intérêt à se mettre à dos la Turquie. Mais pas l’Allemagne par contre. Le gaz est une ressource de l’avenir, même sous forme d’hydrogène.

        • mohamed.amerkanti dit :

          pour quelques dollars de Total, la France est prête à installer un dictateur en Libye et a avoir demain un million de réfugiés libyen.
          bravo l’équation !
          privatiser les profits et nationaliser les pertes.

          • NRJ dit :

            @mohamed
            « Quelques dollars »… Et notre indépendance énergique aussi, ne l’oublions pas.

            Avoir un dictateur sous notre contrôle est justement le meilleur moyen d’éviter un millions et réfugiés en Libye. C’est un pays instable avec en plus les frères musulmans à la tête du gouvernement officiel. Ce gouvernement est ennemi de la France, et comme y installer une démocratie qui ne se transforme pas en chaos et en régime islamique est impossible, il faut un dictateur, violent si nécessaire. Au moins il foutra la paix aux autres pays.

      • dolgan dit :

        On parle de la petite turquie d’erdogan. Pas de la Grande Turquie qui survivra à ses frasques.

    • dolgan dit :

      C’est ce qu’elle fait, ce qu’elle a fait et ce qu’elle fera. Demandez donc à Erdogan si il pense que la France est restée neutre dans le conflit qui l’oppose à la grèce.

  10. Fralipolipi dit :

    « dialogue inconditionnel avec la Turquie »
    Présenté comme ça, c’est sûr, ça donne envie …

  11. Piotr le grand dit :

    A force de jouer avec le feu le calife turc risque un jour de se brûler sérieusement les doigts. Tout le monde est à bout de patience de ses escapades.

  12. Clavier dit :

    Bref, on est en plein dans la cour de récréation des amiraux…..!

  13. Piliph dit :

    En voilà qui ne se laissent pas faire…

  14. oshibori dit :

    les égyptiens qui ce savent dans leur droit on beaucoup moins de tact que nous. mais force es de constater que celas a fonctionné. les turc ne comprennent que la force apparemment.

    • dolgan dit :

      Nous on a envoyé un gringalet isolé chier sur les bottes de 3 Brutes et les trois brutes n’ont pas osé agir. Les égyptiens ont envoyé une brute bomber le torse face à une brute, dans leur jardin et à 50m d’une brigade de CRS prête à intervenir au moindre signe d’agressivité Turque. Pas certain que les égyptiens auraient les couilles de faire ce qu’on a fait.

  15. ZoSo dit :

    On a rarement vu un pays ces dernières décennies s’attirer les foudres d’autant de pays à la fois, Grèce, Egypte, EAU, Israël, Chypre, Arménie, Syrie, France et même la Russie avec qui ils ont longtemps eu de bonnes relations.
    C’est juste un suicide diplomatique qui ne peut que mal finir pour eux.

    • 에르메스 dit :

      Le seul autre pays à ce niveau est la Chine.
      .
      La différence c’est que la Chine représente une masse qui en fait une menace réelle.

    • Patrickov dit :

      Ces pays ne sont plus crédibles ils ont tous un point commun la faillite de leurs économies et la crise sanitaire qui y sévit, concernant la Russie mise à part quelques désaccords d’intérêts les deux pays ont scellés plusieurs contrats pour des décennies.
      Un pays puissant n’a pas besoin de l’appui des autres, ce sont les autres qui ont besoin de son appui, comme c’est le cas avec les USA et les petits pays européens.

      • ZoSo dit :

        Oui bien sûr camarade Patrickov, oublier pas de nous envoyez une carte pendant vos vacances de noël à Moscou et de ramener une bonne vodka. Na zdrovie !

      • Goulag dit :

        Vous parlez de la Turquie au début (crise de la lire, Covid qui grimpe) puis de la Russie (PIB de l’Espagne) ?
        Spasiba kamarde Patrickophe.

        • Patrickov dit :

          non je parlais des USA fort PIB mais 90 millions de pauvres et de la France qui compte 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, le PIB c’est pour les gens comme vous qui ne connaissent rien à l’économie alors que c’est surtout le PPA que vous devriez aller voir.
          Les données du Fonds monétaire international (FMI) ou de la CIA.
          La Russie devance la France de plusieurs places et la Turquie n’est qu’à deux pas du classement français.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_(PPA)

  16. TRENT dit :

    Encore un camouflet pour le Sultan dictateur anatolien !

    • Patrickov dit :

      un camouflet en allant faire de la provocation contre plusieurs pays ?, ils n’avaient pas l’intention de déclencher une guerre, on peut dire qu’ils ont réussi à créer un stress auprès des participants de l’opération Medusa qui n’ont pas voulu suivre le navire turc très loin.

  17. Max dit :

    Il y a de plus en plus de points de convergence entre la Turquie d’Erdogan et l’Allemagne des années 30. Appétit territorial, déstabilisation politique, autoritarisme, etc… Le tout dans une marmite religieuse.

    • NRJ dit :

      @Max
      il y a aussi des différences. Hitler avait le soutien de sa population. Il n’a pas fait l’Anschluss pour fédérer le peuple allemand autour de lui. Erdogan n’attend que le conflit pour se présenter en fédérateur de la Turquie.

  18. Thaurac dit :

    La Grèce devrait signer un accord d’aide militaire avec l’Egypte car les Turcs savent que Sissi ne se posera pas de questions existentielles pour y rentrer dans le lard ou tout au moins, ne pas se laisser intimider (et l’Egypte n’a ni l’Europe ni l’Otan au baskets).

  19. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ Quoi qu’il en soit, la Grèce, Chypre et l’Égypte font donc front commun pour préserver leurs intérêts en Méditerranée orientale face aux appétits de la Turquie ]

    Ce sont des puissances qui se sont déjà affrontées au XIX éme siècle sous d’autres noms ( 1ére et 2éme guerre Egypto-Ottomane )
    Avec , comme toujours , une intervention malheureuse des puissances Européennes et de l’Empire Russe ( allié de l’Empire Ottoman au côté de l’Empire Britannique et Austro-Hongrois contre la Monarchie de Juillet )
    Mikhail Leontiev dans son  » Bolshoya Igra protiv’ Rossiya  » donne une intervention assez critique de l’intervention Russe .

    Des sources Austro-Hongroises aussi ou l’épisode est connu sous le nom d’  » zweite Orientkrise  »
    https://heritage.bnf.fr/bibliothequesorient/fr/guerres-egypto-ottomane

  20. Carin dit :

    C’est le mot « inconditionnel » qui fait comprendre aux acteurs de ce dossier que le turc en chef a posé ses revendications, et qu’il n’y reviendra pas… la seule chose que ce debile veut bien discuter, c’est les limites de ce qu’il octroie aux autres.
    Il n’y a que les Allemands pour aller dans son sens, les grecs n’ouvriront aucune discution autre que droit de passage, et zones de pêches autorisées, et ce malgré le poids de la diplomatie américaine (encore?), et celle des allemands qui préfèrent offrir au vilain la moitié de la ZEE grecque, et ainsi garder la rentabilité de leurs entreprises installées en Turquie, et une certaine paix sociale avec leurs très nombreux (trop?) turcs installés chez eux.
    Nous n’avons plus le temps d’apprendre à l’Allemagne que l’histoire nous a appris qu’à ce jeux-là on perd à coup sûr sur les 2 tableaux. Nous allons voir dans quelques jours si les allemands ont retenus les leçons de l’histoire… mais si non, il faudra agir, et les forcer à suivre quand même, il en va de la crédibilité et de la stabilité de l’Europe. Même les américains se sont mis à danser d’un pied sur l’autre, prêt à s’arrêter sur le bon… c’est très hypocrite, mais on ne s’attend jamais à moins de leur part.
    Et à tous le bobo mielleux, qui vont nous dire que les sanctions ne font qu’affamer un peuple. Je répond que ça fait pas mal de temps que l’on attends, et qu’il est grand temps pour eux de faire un choix, entre toutes les libertés occidentales, et la soumission version orientale.

    • jyb dit :

      @carin
      bobos mielleux peut être mais si vous avez appris quelque chose de l’histoire c’est que les sanctions et les embargo confortent les pouvoirs autoritaires ( l’exemple vénézuelien sans s être trop éloigné historiquement…c’était le 6 décembre càd hier…va dans ce sens) il me semble que la russie est sous un régime de sanctions, il me semble que la corée du nord est sous un régime de sanctions, il me semble que cuba est sous un régime de sanctions etc etc.
      L’exemple de l’embargo contre l’irak est disséqué sous toutes les coutures avec ses effets pervers qui se font encore sentir 18 ans plus tard…et on pense que des sanctions économiques suffiront à faire plier les turcs. J’en doute.
      Si sanctions il y a, il faut qu’elles s’accompagnent de mesures politiques et militaires dans un calendrier borné.

      • LEONARD dit :

        @jyb,
        Faire plier les turcs, pas nécessaire. Il suffit de les affaiblir suffisamment pour qu’ils soient (beaucoup) moins menaçants.
        L’erreur à ne pas commettre, c’est celle de Bush. Inutile d’y aller au couteau quand on peut serrer le noeud coulant à distance.

        • Sacha dit :

          L’intérêt de la remarque de jyb ici c’est que si le problème vient d’un gouvernement il n’y a pas lieu de faire payer dans la durée les pots cassés à la population. Si des « mesures politiques et militaires suivant un calendrier borné » peuvent régler le problème plus vite qu’un régime de sanctions seul, ou en occasionnant moins de casse chez la population concernée, ça me semble bon à prendre. Maintenant je reste dans l’hypothétique, je sais pas si c’est le cas, mais je dois dire que je ne voyais pas les choses sous l’angle là avant.

      • PeterR dit :

        Vous pouviez aussi citer l’Iran.
        Maintenant tous ces pays sont bien connus pour leurs économies « florissantes ». La question est que se passerait-il si cette joyeuse bande de dictateurs disposaient de moyens financiers bien plus confortables que sans ces sanctions ?
        Cela les calmeraient-ils pour autant ?? J’ai quelques doutes

        • jyb dit :

          @peterR
          même réponse que pour @carin infra.
          Je n’ai pas les infos sous la main ( je vous indiquerai dès que) il y a un cycle de conf de l’université laval du québec sur les sanctions et leurs limites. Le champ est circonscris à l’afrique (surtout francophone) mais on parle quand même du zimbabwé. L’accaparement des richesses par les cercles dirigeants via la shadow économie dépasse largement le régime normal.
          Des études solides sur l’économie de daesh seront à mon avis très éclairantes.

          • PeterR dit :

            Vos arguments ont du sens. Pour avoir eu l’occasion de développer un projet avec des iraniens je peux dire que les personnes que j’avais rencontrées étaient très courtoises, respectueuses et dotées d’un esprit très fin. Je n’ai absolument rien contre ce genre de personnes.
            Mais que faire ? Laisser une économie dirigée par des personnes peu recommandables prospérer ? C’est un jeu dangereux. Il y a eu des précédents dans l’histoire qui ont très mal finis. On peut espérer que le régime finisse en un genre de démocratie à leur sauce mais rien ne l’assure. J’avais une bonne confiance pour que cela soit le cas en Irak (dirigent laïc, petites filles n’étant pas obligées de se voiler et allant à l’école, etc …) avant que les US y foutent le b…. pour au moins 50 ans. Pour l’Iran cela me semble moins évident.
            Il n’est pas facile de lutter contre ce genre de personnage sans que la population du pays concerné en souffre.
            Bref quelles solutions suggérez vous ?

          • jyb dit :

            @peterR
            première solution de bon sens : arreter de servir la soupe aux mollahs et de renforcer leur pouvoir.
            La politique de trump n’a fait que donner raison aux ultra et consolider leurs positions.
            khamenei avait dit qu’il était contre l’accord sur le nuke et qu’il ne fallait pas faire confiance aux usa.
            trump arrive, sort unilatéralement du traité…pain béni pour les mollahs. on connait la suite, sanctions boiteuses, pression politique inaudible (qatar, turquie, inde, pakistan ont renforcé leurs relations pour ne citer que des « pro-occidentaux ») pression militaire indécise…
            Aujourd’hui trump s’en va et le constat des iraniens habile mais facile, propagande à l’appui c’est que l’axe de la résistance s’en sort pas mal : contre mesures sur le nuke, arc chiite continu, retrait des forces us d’afghanistan et d’irak…
            deuxième solution qui découle de la première : remettre en selle l’opposition (modérés et réformateurs) pour les éléctions présidentielles en juin 2021.
            mais le calendrier n’est pas favorable : les ultra conservateurs sont au pouvoir, donc ce sont eux qui vont discuter avec la nouvelle administration américaine. et ce sont eux qui risquent de profiter de la période post covid…
            Des tensions au sommet de l’appareil entre religieux et nationalistes pourraient favoriser les réformateurs mais statu quo jusqu’à la première échéance, le 20 janvier.

          • jyb dit :

            @peterR
            correction : c’est l’uqam (université du québec à montréal) actes de bruno charbonneau prof d’études stratégiques et diplomatiques. en revanche je ne trouve pas les liens.

      • Carin dit :

        @Jyb
        J’entends bien vos écrits… mais j’entends aussi en arrière plan que vous prêchez pour votre paroisse iranienne…
        je vais donc vous dire le fond de ma pensée. Les dirigeants des pays que vous citez, n’ont pas attendus le poids des sanctions pour étrangler leurs peuples. Les sanctions permettent de contenir ces dirigeants…
        je prends pour exemple l’Iran, actuellement (depuis quelques dizaines d’années), ce sont les Mollahs qui dictent la marche à suivre au peuple iranien, et qui redirige les ressources du pays sur les nombreux groupes de nuisibles qu’ils exportent, et sur l’appareil de contrôle des masses intérieures.. j’imagine quel serait le résultat si ces Mollahs avaient de réels moyens financiers pour exporter leur « révolution »
        Ce sont donc bien ces religieux jusqu’au-boutistes qui affament et oppriment leur peuple au nom d’un Dieu auquel eux-mêmes ne croient pas.
        Vous mettez tout ça sur les souffrances que les iraniens endurent, je partage cet état de fait, mais c’est leurs dirigeants qui les oppriment, et rien ne les empêchent de se rebeller… en France des milliers de petites gens ont donnés leur vie pour ne plus vivre sous le joug royal, et plus tard ecclésiastique… charge aux iraniens et autres peuples opprimés de se débarrasser de leurs vrais bourreaux.

        • jyb dit :

          @carin
          Je vous invite à lire des économistes ou éco-statisticiens ( en france c’est « malheureusement » l’excellent emmanuel todd qui est le plus accessible) Les peuples ne s’émancipent qu’à partir d’un certain niveau de richesse globale et d’indices socio-économiques (endogamie, niveau d’alphabetisation, accès aux media,
          balance des inégalités etc) d’ou l’effet contre-productif des sanctions.
          Les sanctions et embargo sont comme les bombardements stratégiques, ils soudent les peuples autour de leurs « chefs »… Durant la seconde guerre mondiale les carpet bombing sur l’allemagne ( hambourg plutot que dresde ) ont levé une armée de volontaires.

          • Courmaceul dit :

            Les sanctions sont là pour « castrer » un régime, prétendre qu’on peut le faire tomber je n’y crois pas un seul instant. Je pense que les relations étrangères sont comme les habitants d’un immeuble. Tant que c’est une affaire intérieure dans l’appartement, tout le monde s’en fout. Dans le cas contraire ….

          • Carin dit :

            @Jyb
            Vous dites que les sanctions accélèrent l’analphabétisme…
            C’est peut-être vrai dans certains pays qui de toutes façons considéraient la culture comme dangereuse avant les sanctions, mais pas en Iran, les iraniens suivent un assez bon cursus scolaire… j’en veux pour exemple les propres enfants des Mollahs qui ont dans leur majorité la double nationalité americano/iranienne est sont pour la plupart d’entre eux aux states où en Angleterre, certains meme en France, où ils ont le statut d’étudiants!! Les iraniens sont au courant de cela, et peuvent donc juger par eux-mêmes de la solidité du dogme de Dieu que les Mollahs professent… et c’est cette connaissance du peuple qui oblige ces soit disant fanatiques de Dieu, a ne pas toucher au système scolaire.

    • oryzons dit :

      Les autres sont toujours promptes à te conseiller de céder quand cela leur permet d’éviter un choix difficile et de préserver leur propre intérêt.
      Dans un autre registre c’est aussi ce qui se joue sur le Brexit où il y a une pression de la part de ceux dont les exigences UK ne dérangent pas vraiment envers ceux chez qui celà signifie un renoncement pendant des décennies.

      Sur ce point les français ont longtemps été coupable d’un renoncement aveugle vis à vis des allemands, merci Mitterand 2 / Chirac / Sarko / Hollande. Et il faut le dire qu’on l’aime ou pas Macron a marqué une rupture nette sur ce point et c’est à mettre à son crédit.
      Personnellement je trouve même qu’il ne va pas assez loin, mais c’est toujours plus facile à dire dans son fauteuil ceci étant.

      Pour en revenir aux Grecques ils ne renonceront jamais à leur souvereineté et ce quelles que soient les pressions « amicales » ou non. Quand tu commences à céder là dessus, c’est fini, tu peux ensuite t’attendre à te faire bouffer plus ou moins lentement. Ce qui est pris n’est plus à prendre, ce qui n’est pas encore pris pourra l’être plus tard.

      • NRJ dit :

        @oryzons
        Vous pensez à quoi comme renoncement avec Sarkozy Hollande ou Chirac ? Et pour Macron, désolé de doucher votre enthousiasme, mais il y a un fait simple qui montre le contraire : la sous-représentation des français à l’UE (https://www.google.com/amp/s/www.lesechos.fr/amp/1150942).

        Après je ne pense pas qu’il s’agisse d’un renoncement. La vraie raison n’est pas notre aveuglement mais simplement notre médiocrité économique donc politique. l’Allemagne est leader de l’UE. Et, au moins depuis Sarkozy, la France n’a jamais pu revendiquer ce rôle.

        Avec les Grecs, le choix est autre, à mon avis. Tel que je le vois, il y aura une négociation sur les ressources gazières en Méditerranée. Et c’est sur elles qu’ils renonceraient au moins partiellement, pas sur leurs îles.

        • Alain d dit :

          Votre champion, l’asticot Sarkozy, était vraiment impressionnant, comme pour le classement 2011, on ne parlait que de lui, il était vraiment devenu incontournable sur cette planète :
          Forbes :
          1. Obama
          2. Poutine
          3. Jintao
          4. Merkel
          5. Bill Gates
          6. Roi Abdallah
          7. Benoit XVI
          8. Ben Bernankeb FED
          9. Mark
          10. David
          Sarkozy n’a jamais été dans le top 10.
          Il faisait les couvertures chaque jour, mais juste en France !

          • NRJ dit :

            @Alain d
            Quel intérêt peut avoir le magazine Forbes ? Je suis assez curieux de savoir….

            Sarkozy a fait des réformes majeures que personne n’a réussi avant lui, notamment la réforme des retraites, le non remplacement d’un fonctionnaire sur 2, la défiscalisation des heures supplémentaires, où les peines planchers. Et sur au moins deux réformes, ses successeurs n’ont pas touché (ou l’ont remis, comme Macron l’a fait pour les heures supplémentaires) après l’avoir abondamment critiqué. Certes on peut critiquer des mesures (c’est toujours facile de critiquer), mais lui au moins avait une vision long terme (notamment avec la réduction des fonctionnaires et la réforme des retraites). Et depuis qu’il est parti, qu’elles ont été les grandes réformes en France ? Le mariage gay ? Les 80 km/h ?

          • Alain d dit :

            Avant COVID, en 2019, la France se portait beaucoup mieux que sous Sarko, avec ~ 2% de chômeurs en moins (~ 10 > ~ 8), une part économique sur le marché mondial que ne régressait plus, avec des exportations de biens relancées, ~ 20 Md de plus chaque année. Des ventes annuelles militaires à l’export reparties fortement à la hausse, bien au delà de ~ 5 Md. Dont vente de satellites aux EAU et la l’Égypte, Rafale, sous-marins. Sarkozy a foiré les ventes de Rafale au Brésil et aux EAU (malgré base construite et plus de vols émiratis autorisés en France).
            Les investissements à l’étranger ont aussi été relancés. La protection des brevets et la facilitation de leurs dépôts ont été améliorés. Des dizaines de programmes de recherche pour du long terme enclenchés, au contraire des chèques en blanc, à court terme, distribués par Sarkozy. Bpifrance et autres fonds et programme industriels qui soutiennent (et protègent) des milliers d’entreprises, notamment des PME et startups qui étaient zappées par Sarkozy. Parcours unifié de l’export pour les PME : Business France + les CCIFI. Re-création d’usines depuis 2016. Protections et contrôles plusieurs fois renforcés contre les investissements étrangers, comme contre le blanchiment, les ports francs genevois.
            De vraies avancées contre les GAFAM, pavillons de complaisance et les paradis fiscaux (Que Sarkozy avait prétendu éliminer). Avec redressements fiscaux : Google, Apple, Amazon, Airbnb, Uber, Mac Do, Booking.com, Starbucks, HSBC, USB, etc. Lois anti-corruption Sapin I et II, malgré les oppositions de la Droite. Améliorations du statut des lanceurs d’alerte. Vote de la loi contre l’accaparement des terres agricoles. Création d’un parquet anti-fraude européen en avril 2017.
            La Chine et les États-Unis croquent nos entreprises à un rythme bien moins élevé que sous la gouvernance de votre champion. Augmentation des effectifs que Sarkozy avait réduit : armées, gendarme, renseignements et polices financières: tracfin, etc. Réformes des douanes. Relance de l’apprentissage. Accélérations de la digitalisation et la robotisation. Le plan suramortissement pour la modernisation industrielle. Ce climat orienté PME et export a modifié le comportement des banques publiques qui sont venues épauler Bpifrance, Business France dès 2015, notamment sur l’assurance-crédit. Sauvetage de la plus grosse soufflerie de l’ONERA. La relance du Budget de Défense, Ariane 6. Le CICE (baisse de charges) maintenant intégré, plan très haut débit avec une accélération dans la 5G, un droit à la connexion pour les plus démunis. Prêt Nacre, augmentation du dispositif réservé aux demandeurs d’emplois. Réforme des conseils d’administration 2014 et 2018 avec une meilleure représentation des salariés (l’un des multiples volets de la Loi Pacte). Diminution de l’IS, amorcée sous Hollande, et maintenant des taxes et impôts de productions. Le marché public simplifié (MPS). Lois Macron. Baisse de 50 % des frais d’immatriculation au registre du commerce pour les petites entreprises.

            Pour exemples :
            Tracfin 2015, 2016, 2018 :
            https://www.actu-juridique.fr/fiscalite/droit-fiscal/tracfin-la-lutte-contre-le-blanchiment-dargent-sintensifie/
            https://www.lexpress.fr/actualite/societe/l-activite-de-tracfin-a-de-nouveau-fortement-augmente-en-2018_2088112.html
            2014, ROBOT Start PME
            https://fr.slideshare.net/polenumerique33/flyer-robot-start-pme
            2014, prêts, robots, industrie, numérique :
            https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/Nouvelle-France-Industrielle-1-2-Md-de-prets-Usine-du-futur-5095
            La compétitivité de la PME s’en ressent :
            http://www-list.cea.fr/images/stories/medias/communiques_de_presse/2016/2016_01_06_CP-ROBOT-Start-PME_def.pdf

            Et je pourrais encore en rajouter une grosse couche, et rentrer dans de nombreux détails, avec ce que j’ai en mémoire dans ma caboche ! Des tonnes de domaines et d’actions oubliés par Sarkozy. Pas mieux pour les prédécesseurs Chirac et Jospin.

    • Ralph dit :

      @carin c est très interessant ce que vous développez surtout la dernière phrase qui prouve que vous devriez retourner étudier l histoire de la Turquie. Dois je vous rappeler que la Turquie a longtemps été un carrefour entre deux rives et que des sensibilités existent? Arrêtez de regarder la télévision si vous pensez que la laïcité turc n existe plus! Elle est mise à mal, en prison et liquidée dans des ambassades en Arabie saoudite. Triste temps pour cette frange qui n attend que Des lendemain meilleurs.
      Fallait il sous petian de zinguer les français administres par vichy parce qu ils étaient de l’autre côté ? Il faut se méfier des généralités.
      Par nature la Turquie est multiple, diverse. Autant Je cautionne très largement le discours critique vis à vis d une Europe naïve et faiblement convaincante lorsqu il s agit de montrer les muscles ensemble. Autant je ne prend pas comme modèle la réaction de Sissi qui semble prêt à rejouer les batailles navales version viking au moment où vu l armada présente il suffisait que cette même armada lance un avertissement.
      La réaction de Macron et de la France est la bonne. Force est de constater qu il a vu de très loin la situation venir et qu il a honoré la tradition française de dire les choses.
      Je pense que dans le cas turcs Il faut distinguer le leader de la population. Il y a une opposition en Turquie. Des élections plutôt libres qui ont fait basculer des villes importante à l opposition. Ce n est que question de temps et les occidentaux l ont bien compris. Laissez le gesticuler avec la posture qu il faut pour le calmer mais dans quelques années il est out. Pourquoi risquer une confrontation alors que la stratégie est limpide?
      Le vrai constat que devrait faire Macron c est que pour négocier en position de force, il faudrait des frégates de premiers rangs et des sous marins.
      Mettez 3 fremm et 1 sna et vous aurez une vraie posture.
      Il est là le constat et je dirais la faillite de Macron. Ne pas voir que dans une décennie c est peut être 4 fremm et 3 sna dont il faudrait disposer.
      La position du juste équipement ne peut suffire. 200 Leclerc. 180 rafales, 15 bâtiments de premiers rangs, clairement il manque de l épaisseur pour calmer d emblée un excité.
      Le plus fort ce n’est pas celui qui le crie à tord et travers, des fois éviter l affrontement c est jouer le moyen terme et tant pis pour ceux qui pensent que c est un acte faible. Ils n ont qu’à prendre les armes et y aller.

      • Carin dit :

        @Ralph
        Lisez ma réponse à @Jyb (que je trouve très plaisant à lire, et pour lequel je n’ai aucun apriori),elle vous répond aussi.

    • Desty dit :

      Hum. L’Allemagne comme les USA sont en train d’infléchir leur position. Pas plus tard qu’hier, alors que Sissi était en visite d’état en France au cours de laquelle il a rappelé en que la France et l’Égypte ont un partenariat stratégique et que la France a son mot à dire sur ce qui se passe en MEDOR, et alors qu’un sommet européen se tient jeudi 10, le gouvernement allemand a lancé un ultimatum à Ankara en déclarant que les provocations continuent, que la Turquie n’avait absolu rien depuis octobre pour abaisser le niveau tension, bien au contraire, et que dans ces conditions, l’Allemagne n’allait pas avoir d’autre choix que de pousser à des sanctions.
      On a fait valoir à l’Allemagne que:
      – le gaz va progressivement devenir l’énergie de base en 2050 et 2200.
      – 2 fournisseurs de premier plan vaudront mieux qu’un (Russie, Afrique du Nord + Moyen-Orient).
      – l’Égypte va mal et si elle s’effondre plus personne ne pourra tenir le canal de Suez, il faudra faire le tour soit par le cap de Bonne-Espérance soit par le détroit de Béring sous surveillance russe pour commercer avec l’Asie.
      Alors ça met du temps à infuser dans le cerveau de leurs décideurs qui doivent arbitrer entre les petits comptes d’apothicaires: un marché de 80 millions d’habitants où l’Allemagne est très présente contre une industrie européenne principalement située en Allemagne qui risque de passer progressivement sous le contrôle énergétique russe et des marchés asiatiques en progression rapide et constante de plus de 3 milliards d’habitants.
      Les Allemands comptent moins vite que les Français mais ils comptent au moins tout aussi juste…

  21. STARBUCK dit :

    Un exercice à 20 Nautique de la Crête??? Si ce n’est pas une provocation, alors qu’es que c’est?
    Le Sultan remet une pièce dans la machine. 2021 vas être sportif.

  22. Ron7 dit :

    Le Black Friday : Le Qatar à la manoeuvre !!
    https://atalayar.com/fr/content/la-turquie-vend-10-des-actions-de-la-bourse-distanbul-au-qatar

    Une partie du deal ici ; Qui fait quoi, et quelle contrepartie ??
    _________
    Egypte : Le président Al-Sissi en France, Macron devrait théoriquement le ménager ! Real politik oblige !
    Un allié contre Erdogan, c’est bon à prendre !

  23. didixtrax dit :

    en résumé, la Turquie se comporte vis-à-vis de l’Egypte comme l’OTAN envers la Russie. Mais on se félicite d’une réaction en en déplorant l’autre.

  24. Tiger dit :

    On imagine déjà la belle photo, des rafales égyptiens, grecs et français en patrouille pour aller dessouder du turc 😛

  25. Euclide dit :

    @ Philip
    Ce post est à votre attention sachant que le topic auquel vous vous etes exprimé va disparaitre.
    1) La France par sa configuration a été toujours été tiraillée entre la fin de la terre Eurasienne ( par sa partie continentale ) et bordée par ses 3 façades maritime(s).
    A la différence des British qui sont une thallosacratie comme les States d’ailleurs.
    Qunt a Allemagne, elle est une puissance continentale tournée vers l’Est. Malgé son commerce sur la Baltique via la Ligue hanséatique.

    2) Pour en revenir à l’Italie . Oui nous devrions avoir un accord stratégique avec elle car nous sommes le même bateau en Mèdsur notre flanc sud ( le Magrhebe) comme l’oriental . Comme je l’ai déjà posté , j’ai un horrible préssentiment d’une guerre contre la Turquie.
    Enfin pour terminer sachez que la coalition MVT 5 étoiles et celui de la Ligue du Nord a été voulu par la haute bourgeoise italienne pour rester dans l’Euro car sinon son argent sera dévaluée de 40%. Au passage l’éviction de Salvini faisait partie de son machivelisme.
    J’espère ne pas etre trop sentencieux.

    • Piliph dit :

      Euclide : J’ai lu votre réaction, et vous en remercie. Je ne suis qu’un « amateur éclairé » dans les questions stratégiques, donc mon avis ne vaut que ce qu’il vaut, mais je me demande quand même dans quelles instances françaises ces questions sont débattues, si elles le sont.
      PS : « Piliph », c’est la manière dont les Pachtounes prononcent « Philippe », et chez qui j’ai passé une grande partie de ma vie…

      • jyb dit :

        @piliph
        questions importantes qui sont étudiées (plutôt que débattues) dans les commissions, dans la recherche, aux ministères de l’économie, ae, entre autres.
        Pour la défense il y à la dgris (Direction générale des relations internationales et de la stratégie du ministère de la Défense)

  26. vrai_chasseur dit :

    ça s’agite beaucoup autour de la Libye en ce moment
    – Aujourd’hui 7 Décembre Sissi est en visite officielle à l’Elysée. Il avait reçu Haftar la veille au Caire.
    – Haftar sera à Paris demain en visite (non officielle) à l’Elysée.
    – des avions de chasse russes et des drones émiratis ont survolé hier la base d’Al Juffrah, officiellement pour ‘la protéger’.
    – les milices pro turques sont massées devant Abu Grein et sur le qui-vive.
    – concentration inhabituelle de navires turcs devant Syrte.
    – Quasiment 3 vols A/R d’a400m turcs par jour depuis la base turque de Konya vers la base libyenne de Al Watilah, pour acheminer hommes et matériels.

  27. tschok dit :

    @Carin,

    Vous pouvez toujours donner à la France un rôle de prof d’histoire, tuteur d’une Allemagne oublieuse de la sienne, et la présenter comme une puissance de second rang esclave de ses intérêts économiques minables, ou comme l’homme-lige des Etats-Unis en Europe, vous ne gonflerez rien d’autre que votre orgueil de franchouillard qui se contente d’une vision un peu à côté de la plaque.

    Les Allemands ont trois bonnes raison de marcher à reculons vers les sanctions européennes contre la Turquie.

    La première, que nous persistons à analyser de façon débilitante sur le plan de la « cinquième colonne », n’est pas la présence d’une importante minorité turque sur leur territoire, mais bien plutôt l’existence d’un nombre important de citoyens allemands d’origine turque. Et ces citoyens votent. Or, en Allemagne, le système politique favorise les coalitions, donc les élections se gagnent à la marge et tout bulletin de vote a son importance, y-compris celui des électeurs d’origine turque.

    N’importe quel gouvernement ne peut être que très prudent par rapport à ça, ce qui n’a par ailleurs rien à voir avec nos délires de cinquième colonne ou d’invasion migratoire, qui sont liés à nos pathologies franco-françaises de crise identitaire ou de je ne sais quoi d’autre (complot des européistes, de la CIA, trahison des zélites mondialistes ultralibérales, etc).

    Deuxième ordre de raisons: les intérêts économiques, je n’insiste pas. Là encore, n’importe quel gouvernement ne peut qu’être prudent avec ce genre de choses, surtout en pleine crise économique mondiale, aggravée par un risque de guerre économique sino-américaine. Demain, l’UE sera peut-être prise pour cible par les Etats-Unis et l’élection de Biden n’y changera peut-être rien. Se fâcher avec un partenaire économique comme la Turquie n’est donc pas la bonne idée du jour.

    Troisième raison: les Allemands, comme nous d’ailleurs, ne sont absolument pas persuadés que les sanctions permettraient de résoudre le problème. En fait, les sanctions devraient normalement être un moyens de contraindre la Turquie à négocier. Le problème, c’est que la Turquie veut négocier, car elle veut obtenir un partage plus équitable des ressources et elle est prête s’assoir à la table des négociations pour y parvenir. Ce sont les pays européens (Grèce et Chypre en tête) qui ne veulent pas. Donc, les sanctions n’ont pas vraiment d’utilité si on se place sur le plan de la recherche d’une solution négociée.

    Vous remarquerez d’ailleurs que le ministre turc appelle une fois de plus à la négociation et qu’il va se prendre un vent.

    En revanche, les sanctions ont une utilité si on se place sur un autre plan: la marginalisation de la Turquie en tant qui puissance régionale émergente. Mais c’est un autre schéma stratégique: celui de l’émergence d’une puissance régionale aux frontières de l’Europe.

    C’est là qu’il faut se souvenir de ce qu’est qu’une grande puissance: c’est quelque chose qui déforme son environnement, notamment pour empêcher l’émergence d’une puissance rivale. Une grande puissance est capable de mener une guerre économique ou militaire contre un Etat qui devient une puissance émergente dans son voisinage. C’est un comportement très américain, très « impérialiste » en somme.

    Or, l’Europe ne se conçoit pas comme une Europe-puissance et encore moins comme une puissance impérialiste, au point de passer pour un herbivore dans un monde de carnivore. Donc, on bute encore une fois sur cette conception philosophique de la politique de l’UE: nous, Français, on est très branchés Europe-puissance, nos partenaires beaucoup moins à commencer par les Allemands.

    C’est pas du tout une histoire de bobos mielleux ou d’ascendant intellectuel que la France pourrait prendre sur l’Allemagne afin de la convaincre du bien fondé et de la supériorité intellectuelle de ses magnifiques analyses stratégiques. C’est un simple problème d’émergence d’une puissance régionale à nos frontières: qu’est-ce qu’on fait? On fait de la politique comme on en faisait au XIXième siècle (la politique de la canonnière, tout simplement) Ou bien, on admet que l’évolution est possible et on cherche une autre voie d’action?

    Mais alors, comment faire un bon usage de la menace de sanctions économiques? Vraisemblablement en en parlant beaucoup et en en prenant très peu. A ce sujet une petite question, du reste: une fois que vous avez tiré la cartouche des sanctions, qu’est ce que vous faites après?

    • LEONARD dit :

      Non, quand on ne va pas qu’un nuisible se développe, on ne le fortifie pas, donc le moins d’échanges possibles et on les laisse dans l’autarcie, par exemple en bloquant tout financement ou garantie des banques européennes à un projet en Turquie. De toutes façons, des marchés émergents, il y en a d’autres, et moins nocifs.
      Et puis un jour, si le régime redevient fréquentable, on avisera.

      • tschok dit :

        @LEONARD,

        J’entends bien, c’est la stratégie de la marginalisation sur un plan économique et particulièrement financier. Mais nos partenaires européens ne nous suivent pas. Donc, difficile de la mettre en œuvre tout seuls.

        Par ailleurs, cette stratégie de marginalisation ne peut que pousser la Turquie vers le nucléaire militaire, comme l’Iran. Ce serait une façon de nous dire: « puisque vous refusez de m’écouter et de prendre en compte mes besoins, je vais me doter de l’arme nucléaire, et là, vous allez m’écouter ».

        Erdogan est d’ailleurs complètement dans cet état d’esprit, par rapport à l’Europe. Vues de son côté, les choses se disent comme ça: « vous les Européens, vous nous avez pris pour des cons et vous ne nous avez pas écouté, ben maintenant, vous nous écoutez ».

        Et le fait est qu’on l’écoute, maintenant.

        Bon, donc, résultat des courses on se retrouverait avec une puissance nucléaire hostile aux marches de l’Europe. C’est pas la stratégie que je recommande à long terme.

        • LEONARD dit :

          @Tschok,
          Un point d’accord sur le risque nucléaire turc.
          Avec un bémol cependant: Tout régime ( même démocratique ), a vocation à vouloir « sanctuariser » son territoire avec le nuc. Certains l’ont déjà fait, d’autres y ont renoncé pour le moment.
          Le problème n’est pas une Turquie démocratique et pacifiste. Le problème est une Turquie expansionniste, belliqueuse, autoritaire dans son mode de fonctionnement, interne comme externe.

          C’est pourquoi je pense, au vu des tentations dynastiques de l’In-Sultan que son prochain défi sera le nucléaire, civil d’abord, puis mili. C’est aussi sans aucun doute la meilleure raison pour laquelle il y a des B61 à Incirlik, pour dire, « vous n’avez pas besoin de votre bombe, les nôtres sont là pour vous protéger ».
          http://fmes-france.org/les-ambitions-nucleaires-de-la-turquie-par-ana-pouvreau/
          http://www.slate.fr/story/92515/turquie-arme-atomique

          La Turquie a exactement le profil iranien pour la course à la dissuasion autonome. Sauf que c’est un marathon, et qu’il peut s’en passer des choses au cours d’un marathon, y compris l’abandon par manque de capacités.

          Encourageons la faiblesse économique et technologique de la Turquie, plutôt que de la vitaliser.

    • STARBUCK dit :

      Les Turcs veulent négocier mais à leurs conditions. Normale dans ces conditions, normal que les Grecs refuse de s’asseoir.
      En Septembre après une réunon des 2 MAE à Athènes, et alors qu’il était convenu de se revoir pour définir un cadre de négociation, Erdogan lançait un nouveau NAVTEX pour son navire de recherche 24 h plus tard.
      Vous y voyez le signal de négocier vous?
      Et quand CAvusoglu dit « la Grèce doit engager un dialogue inconditionnel avec la Turquie, le plus tôt possible. » ça ressemble plus à un ultimatum qu’à une invitation à discuter sereinement.

      • tschok dit :

        @STARBUCK,

        Oui, tout à fait. Les Turcs n’ont rien d’autre à négocier qu’une capacité de nuisance, à mon avis. Ils ont tout parié là-dessus. Mais, c’est une erreur, car en face les Grecs et les Chypriotes refusent de négocier dans de telles conditions et ils ont reçu le soutien de l’Europe, de la France et même celui des Etats-Unis.

        Je ne suis pas en train de vous dire qu’Erdogan est un type habile à la négo et un grand joueur d’échecs qui prévoit dix coups à l’avance. A mon avis, on exagère ses talents de mentaliste cérébral et machiavélique et force est de constater que, dans cette affaire, il s’est complètement planté dans ses calculs. L’Insultant a intégralement merdé dans ce dossier, alors que la Turquie a en réalité des arguments tout à fait légitimes pour contester la répartition des ZEE en Médor.

        Et son idée de s’en prendre à Macron en l’insultant publiquement a fini de le disqualifier aux yeux des chancelleries européennes.

        Cela dit, il n’en reste pas moins que la Turquie réelle ne correspond plus à notre fantasme de Turquie idéale, qui tient en 4 points. Pour nous la Turquie idéale devrait être:
        – Le flanc-garde de l’Otan contre les Russes en Asie centrale + contrôle des détroits qui permettent l’accès de la flotte russe en Méditerranée;
        – Un Etat tampon qui nous protège du terrorisme islamiste qui vient de ces coins-là (la Syriac soit le sanctuaire de l’hystérie islamiste récente incarnée par Daesh);
        – Une zone de stockage des réfugiés, qui ne nous coûte pas un rond et qui empêche les flux d’immigration de parvenir en Europe, ce qui nous tétanise particulièrement nous, Français;
        – Un état qui, sans être totalement servile, accepte néanmoins son rôle d’Etat subalterne des intérêts occidentaux dans la région sans la ramener.

        Sur ces quatre points, les Turcs nous ont très clairement dit d’aller nous faire foutre et je ne les vois pas revenir sur leur position antérieure.

        Donc, il faut faire notre deuil de la Turquie idéale telle qu’on la fantasme en France et faire avec la Turquie réelle, qui est une puissance émergente, que cela nous plaise ou non. Il me semble que les Allemands ont, sur ce plan, une approche plus mature que la nôtre, même s’ils nous agacent par leur côté herbivore dans un monde de carnivores, en tergiversant sans cesse et en repoussant les décisions conflictuelles à plus tard, ce qui donne une fâcheuse impression de mollesse, peu rassurante.

        Puisque du côté français, on vit l’émergence de la Turquie en tant que puissance régionale comme une sorte de renaissance d’une Allemagne nazie bis, avec plein de petits Munich partout enrobés dans une phase de montée des périls et de risques accrus de conflits de haute intensité. La totale, quoi.

        La dose d’angoisse n’est pas la même des deux côtés du Rhin.

        • Courmaceul dit :

          Merdogaz aurait dû apprendre à dire svp pour négocier. Il estime que c’est incompatible avec sa stature. Don’t act ! Et pourtant oui, je vous rejoins, il y a matière à négociation vu l’état des limitations maritimes côté turc.

    • Desty dit :

      Les Turcs ne veulent rien négocier du tout mais imposer des diktats à ses anciennes colonies: une négociation recevable serait de demander à la Grèce de revoir ses prétentions maritimes à Castellorizo en échange de l’autorisation divine turque que la Grèce puisse porter ses eaux territoriales à 10 mn partout ailleurs. Or la Turquie ne propose rien de telle: la loi qui menace la Grèce d’une guerre chaude si elle porte ses eaux territoriales à 10 miles en mer Égée est toujours en vigueur.
      La Turquie ne fait que revendiquer de façon agressive un bon 40% des territoires maritimes grecs (ZEE et eaux territoriales comprises) contre rien. Ce n’est pas de la négociation c’est du racket ! Elle ne fait pas que nier le droit des Grecs à une ZEE à Castelorizo et nie aussi ce droit pour Rhode et la Crète en plus de revendiquer la moitié de la mer Égée qui est à 80% un lac salé grec.
      Le but final n’est pas les ressources énergétiques du sous-sol mais principalement d’empêcher les pipes en provenance du MO qui devaient passer en Syrie de passer ailleurs que par chez elle pour forcer les Arabes à lui verser une dime comme du temps de l’Empire Ottoman. Et les Arabes se rendent bien compte que leur argent risque de servir à financer des déstabilisation chez eux.
      C’est pour ça que la Turquie est en train de faire l’unanimité contre elle.

    • Carin dit :

      @Tchock
      Et vous.. que ferez-vous quand le turc en chef auras annexé une bonne partie des eaux grecques et chypriotes??
      Que ferez-vous lorsque il auras fini de massacrer les opposants en Libye pour pouvoir imposer son tracé maritime concocté avec le pouvoir minoritaire libyen, tracé qui soit dit en passant, annexe en plus des eaux grecques et chypriotes des eaux égyptiennes??
      Que ferez-vous quand le turc en chef dirigera les ressources de son pays uniquement vers ses armées et ses proxis??
      Alors plutôt que de fermer les yeux (ce que vous semblez préconiser) ou rentrer dans le lard des milis turcs ( ce que certains préconises), je préfère l’application de sanctions strictes qui certes feront baisser la qualité de vie du peuple turc, mais contiendront les velléités du turc en chef, et empêcheront probablement une conflagration entre tous ces pays qui ferait à n’en pas douter des milliers de morts, et mettrait à la rue des millions d’autres.

    • dolgan dit :

      Si les turcs veulent négocier c’est simple, ils entrent dans le processus de négociation international qui sert à ça. Ils l’ont toujours refusé depuis des décennies car ils obtiendraient ainsi plus que ce qu’ils ont mais moins que ce qu’ils convoitent.

      Quand Erdgogan parle de négociation sans conndition préalable, il dit que les grecs doivent signer en bas de la feuille sans chercher à négocier les conditions préalables fixées par Erdogan. Pour lui, négocier signifie se mettre d’accord sur le lieu et l’heure de la capitulation sans condition.

    • Courmaceul dit :

      je crois surtout que l’Allemagne n’aime bien la Méditerranée….qu’en juillet août.

  28. Auguste dit :

    C’est moi ou…,moi je ne vois rien d’étonnant à ce qu’un pays surveille les manoeuvres de l’adversaire.Tout le monde le fait non?

    • didixtrax dit :

      je crois qu’ils se disputent sur le sens de surveiller : observer ou interférer ?

    • Carin dit :

      @Auguste
      Vous avez raison.. tout le monde le fait… depuis les eaux internationales..
      Le problème vient du fait que les senseurs du bateau turc ne sont pas assez puissants pour observer et enregistrer depuis cette zone, et donc les turcs ont dû pénétrer dans les eaux égyptiennes pour se placer à la bonne distance… il a donc tout naturellement été invité à regagner la zone internationale… d’où il ne capte rien, et donc se dirige vers son port d’attache.

    • Courmaceul dit :

      question de distance et ……de la nature de l’observateur. Merdogan est convaincu qu’il est payant de jouer l’éléphant dans un magasin de porcelaine. Vu les voisins c’est drôle qu’il ne sache pas ce qu’est un tempérament méditerranéen.

  29. Patrickov dit :

    On voit bien que certains comptent sur les égyptiens ou grecs pour réaliser leurs fantasmes perdus au Haut Karabakh et en Syrie, la Russie attend l’éjection de la Turquie de l’OTAN afin de lui proposer d’intégrer l’axe Asiatique mais connaissant les européens et les USA leurs hypocrisie est légendaire voir millénaire, ils n’en feront rien.
    Les égyptiens sont des bons clients de la Russie, de la Chine cela n’a pas l’air de plaire aux américains ou européens mais ils devront s’y faire.
    Le plus marrant dans l’histoire c’est que ces turcs ne demandent pas l’aide de toute l’UE ou des USA, c’est le cas de la grande Russie et de la Chine qui font cavaliers seuls dans les conflits, les autres c’est plutôt le ouin ouin soutenez moi.

    • Desty dit :

      La Russie a pris l’affaire du haut-Karabakh bien plus mal que nous, comment pouvez vous ne pas le voir ?

    • Pravda dit :

      On parle bien de la Turquie qui pleure pour recevoir les subventions européennes ? De l’ennemi ancestral de la Russie? Du pays en ruine économique, dont la monnaie vaut 6x moins en quelques années ?
      Quand à s’allier aux russes, demandez aux arméniens ce qu’ils en pensent maintenant, enfin si ils ont le droit de penser après leur mise sous tutelle russe.

      • Patrickov dit :

        je voulais poser la question aux kurdes et aux harkis, quand vous dites ennemi ancestral vous prenez en compte vos alliés les anglais et les allemands qui ont mis à feu, à sang vos terres et votre pays à plusieurs reprises dont pour certains il y a moins d’un siècle ou cela ne fonctionne que pour les autres ?.

        • Pravda dit :

          Non, ça ne fonctionne pas. Vous êtes déjà en opposition partout. Les pays européens ont, à tort ou à raison, délaissé le principe de « Nation » après deux guerre mondiales, tandis que dirigeants russes et trucs n’ont que ça pour raccrocher leurs populations.

        • Pravda dit :

          D’accord pour les harkis, c’est une honte. Pour les kurdes, voyez av3c les américains.

  30. Anatide dit :

    Et si erdodo était l’engrenage d’un plus gros moteur?
    Exacerber l’Europe et ce juste dans le meilleur timing d’une débâcle économique…
    C’est un test grandeur nature au service d’un prétendant au poste de première puissance mondiale…
    Peut on imaginer qu’ainsi l’échiquier mondial serait à coup sur déstabiliser ?
    Du coup les engagements seront timides pour ne pas avancer tout les pions en un seul coup.
    Mais a qui profitetait cette stratégie ?
    Les US sont ils cette fois ci conscient de cette faiblesse ? Ou jouent ils eux-mêmes ce scénario pour contraindre les belliqueux a ce dévoiler ???

  31. Stylgar dit :

    En même Otoman contre Mamelouk c’est vraiment réçent comme antagonisme.

  32. Lyonpuce dit :

    Ça sent plein pot la coalition pour foutre une branlée à Hitlerdogan en Lybie pour qu’il rentre la queue entre les jambes.
    La Turquie ne tiendra jamais une guerre si loin de ses bases avec la France au Nord, la Grèce et l’Egypte en tenaille méditerranéenne et l’Egypte +EAU+Russie à l’Est par la terre.
    On va balancer qlq missiles, décoller de l’anti-aérien turque et vendre qlq rafales de plus à nos clients existants tout en renforçant l’intérêt des prospects en cours.
    Non seulement Hitlerdogan va perdre à ce jeu là, mais il va nous rendre service. Fermez le ban!

  33. Patrickov dit :

    pendant ce temps d’autres se font mettre à la porte par la grande Russie.
    Après que des avions de reconnaissance français et américains ont été repérés au-dessus de la mer Noire près des frontières russes, un avion de chasse Sukhoi Su-30 a été dépêché sur les lieux et les a interceptés.
    «L’équipage du chasseur russe a identifié les cibles aériennes comme un avion de reconnaissance stratégique RC-135 et un avion ravitailleur KC-135 de l’US Air Force, ainsi qu’un appareil de reconnaissance C 160G de l’Armée de l’air française et les a fait fuir hors des zones russes.

    • Pravda dit :

      « Les a fait fuir », il en faut peu pour être heureux, un peu comme un yorkshire qui revient dans la maison avec le sentiment du devoir accompli, lorsqu’il a « fait fuir » le facteur ou les éboueurs.
      Par contre quand un tupolev s’égare au dessus de la Manche, Sputnik ou RT parlent « d’escorte » de F16, Rafale…

      • Patrickov dit :

        @Pravda pas de pleurnicherie ici, je ne suis pas assistante et je ne fais pas dans le social. la grenouille qui veut être plus gros que le boeuf

        • Pravda dit :

          Qui est venu pleurnicher pour venir vivre en occident ? Qui pleurniche sur son mal d’un pays qu’il n’a peut-être jamais connu et qui l’ignore ?

    • Pascal (l'autre) dit :

      « «L’équipage du chasseur russe a identifié les cibles aériennes comme un avion de reconnaissance stratégique RC-135 et un avion ravitailleur KC-135 de l’US Air Force, ainsi qu’un appareil de reconnaissance C 160G de l’Armée de l’air française et les a fait fuir hors des zones russes. » Mon « bon » Patrickov, auriez vous un lien impartial à nous communiquer pour se rendre compte de ce qu’il s’est réellement passé ? Car voyez vous cette info (comme celles dont vous nous abreuvez à longueur de posts en tant que propagandiste zélé de Moscou) est …………………….. sujet à caution!

    • Lyonpuce dit :

      « les a fait fuir des zones russes », ah bon? L’espace international est russe maintenant ? J’en ai tellement ris que j’en ai encore des soubresauts !
      Il faudrait songer à adapter votre pseudo et à passer de Pat-rickov à Pat-hétique. Ne surtout pas oublier le « h »!!!

  34. Soporifix dit :

    Quel est le protagoniste principal dans les zones d’intervention turque (Syrie, Caucase, lybie) si on excepte la Méditerranée orientale ? La Russie…. Pas sûr que les russes serreraient cordialement les pognes des diplomates turcs si ces derniers ne disposaient pas du parapluie de l’OTAN et de l’indulgence complice de l’administration Trump. Récemment les Marines russe et égyptienne ont fait des manœuvres communes … En Mer noire. Herr dogan me rappelle Pierre et le loup, un moment à trop bluffer il va déchirer la table de billard en foirant son coup

  35. Lotharingie dit :

    Et en même temps :
    .
    « …………..En Turquie, la vie aurait pu continuer comme d’habitude pendant longtemps. Les chiffres communiqués par les autorités semblaient relativement sous contrôle.

    Mais fin novembre, le nombre d’infections à la Covid-19 est soudainement passé d’environ 6.000 par jour à plus de 30.000.

    Selon l’Association nationale des médecins, ces chiffres ajustés ne seraient toujours pas corrects.

    Les unités de soins intensifs sont surchargées, le nombre de lits est insuffisant et le nombre réel d’infections confirmées serait d’environ 50.000 par jour………………………….. »

  36. Patrickov dit :

    Ankara n’a pas grand-chose à perdre en termes de sécurité et l’abandon des liens avec l’OTAN.
    Dans le cadre les turcs savent qu’il serait insensé de couper les liens avec l’Occident surtout économiquement tout comme il serait stupide de se réorienter totalement vers l’Occident et de tourner le dos au puissant projet eurasien en développement du futur dont la Chine est l’avant garde.
    La grande erreur de Erdogan a été de suivre la coalition USA, Royaume-Uni, France dans le conflit en Syrie, une erreur qui lui coûte chère avec 4 millions de réfugiés syriens qui provoquent la perte de Istanbul et Ankara pour son parti, c’est la raison pour laquelle les USA ou l’UE n’auront aucun soutien des turcs contre l’Iran.
    La Turquie n’ayant plus de frontières avec la Russie, la Russie n’est pas un empire expansionniste, elle ne représente pas un danger pour les turcs, l’OTAN n’a plus aucun intérêt pour la Turquie mais la Turquie est un avant-poste stratégique oriental d’un terrain stratégique face à la Russie, la Chine ou l’Iran.
    En clair les turcs disent aux membres de l’OTAN Chine ou Russie débrouillez vous seuls et mettez en place tous les sanctions que vous voulez.