Les électeurs suisses rejettent l’interdiction des investissements dans l’industrie de l’armement

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

66 contributions

  1. E-Faystos dit :

    Les armes tuent… Si des gens aux intentions peu louables s’en servent.
    Et quand l’intention n’est là, même pas ne peluche peut devenir une arme ( produit toxique au contact, étouffement si enfoncée de force dans la bouche).
    Proposition d’un naïf: interdire les armes et les peluches, au nom d’une supériorité morale auto proclamée.
    Ou accepter une coupable complicité sous prétexte que tout, dans la technologie, l’industrie et la finance renvoie à l’avantage politique et financier que la fabrication d’armes apporte.
    Pour un pays aussi ouvert que la France c’est un pan encore plus indispensable qu’en Suisse.
    D’ailleurs, on pourrait demander aux USA et à la Grande Bretagne de désarmer en premier…

    • albatros24 dit :

      On commencera par la Chine, la Russie et les autres dictatures avant de désarmer SVP

  2. ekiM dit :

    Les parties francophones de tous les pays pluri-linguistiques sont systématiquement les parties « gaucho-nullards » … C’est valable pour la Suisse, la Belgique, le Canada, etc. Le « poison socialiste français » se répands dans tous ces pays. C’est bien triste.

    • Loufi dit :

      Bonne analyse

    • Flo dit :

      La gauche est bel et bien le christianisme zombie avec ses valeurs de tolérance et d’ouverture « à l’autre », pas étonnant que cette idéologie prospère chez la fille aînée de l’église…Résultat des courses : la honte, la France n’arrive même plus à penser sa souveraineté sérieusement et les « Français » dans le monde votent comme des chèvres…

      • Pascal (l'autre) dit :

        « La gauche est bel et bien le christianisme zombie avec ses valeurs de tolérance et d’ouverture « à l’autre », pas étonnant que cette idéologie prospère chez la fille aînée de l’église » La gauche et l’église catholique! Vous avez du louper quelque chose!!

        • Twisted dit :

          Il n’a rien loupé du tout. L’Eglise catholique est singulièrement de gauche.

    • Clément dit :

      @ekiM
      « nullard » ça veux dire « intello » en langage cassos-hanouna-bigmac ?

      • ekiM dit :

        Non, cela veut bien dire « nullards ».

        Quant au langage « cassos-hanouna-bigmac », étant docteur et n’ayant pas de temps à perdre, je vous laisse le soin d’en faire les thèmes et les versions. 🙂

    • Le Breton dit :

      Le socialisme est sûrement arriver dans ces pays là avant les socialistes, même les anglais y avaient le droit avant nous, avant cette chère Margaret.

    • ClémentF dit :

      ouaip, ça me fait mal mais c’est vrai.

    • John dit :

      La situation est plus complexe que cela pour la Suisse.
      L’industrie de l’armement est absente de la Suisse-Romande. Les Suisses-Allemands eux sont plus directement touchés par ces emplois. Et cela se vérifie souvent lors de nos votations. Si on est touché par une perte possible d’emplois, on se lance.

      Mais en l’occurrence, cette votation n’aurait pas eu d’impact réel, mais un impact symbolique, demander au public et fonds de pension (retraites) de ne pas investir dans l’armement.
      Dans les faits, ça n’aurait pas impacté l’industrie. Dans l’idée, je peux comprendre qu’on ne veuille pas de financements publics dans l’export d’armement lorsque on est une nation neutre.

      • Jean (le 1er) dit :

        Ce que tu écris n’est pas exacte. Si les poids lourds (Pilatus, Mowag, RUAG) se trouvent effectivement en suisse allemande, il y a une multitude de PME suisse romandes actives dans la défenses, surtout pour les pièces ou l’électronique. Voir le GRPM, (Groupe romand pour le matériel de Défense et de Sécurité)

    • Pravda dit :

      Pas vraiment au Québec, les québécois se retrouvant même en opposition face aux anglo-saxons (bien plus libéraux) sur les questions « religieuses »
      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Port_du_hidjab_dans_les_institutions_publiques_au_Qu%C3%A9bec
      https://www.lecho.be/economie-politique/international/general/la-laicite-quebecoise-a-l-epreuve-de-l-islam-militant/10196074.html
      Ils seraient plus souverainistes laïcs que « gauchistes écolos »

  3. philbeau dit :

    Où l’on constate qu’il n’y a pas qu’en France que sévissent des hurluberlus restés intellectuellement à l’âge ingrat de l’adolescence où on s’excite sur tout ce qui remet en cause l’autorité paternelle (entre autres) . Ce pays pourtant des plus raisonnables au monde n’est pas à l’abri , lui aussi , de remises en causes menaçante pour son avenir . Une question se pose : la bêtise d’extrême gauche est elle une spécialité française ?

    • Raymond75 dit :

      @ philbeau @ ekiM

      Ne me dites pas que vous êtes prêt au ‘sacrifice suprême’ pour défendre cette populace que vous méprisez : vous êtes militaire professionnel par goût du combat uniquement, de la vie en groupe et du crapahutage exotique.

    • Françoise dit :

      philbeau : Très bonne question.
      L’extrême gauche a d’abord vaincue en URSS, en Chine, en Corée du Nord, à Cuba,…
      Ensuite :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Extrême_gauche_par_pays

      Mais elle arrive surtout aux États-Unis par les marxistes black lives matters.

      Les Français récupèrent ce mouvement étasunien. Nous l’avons vu manifester une foise au moins avec la complicité de Macron et sa clique pendant l’interdiction de manifester et de s’approcher.

      • Castel dit :

        La politique aux Etats Unis n’a rien à voir avec ce que nous connaissons dans d’autres parties du monde :
        La véritable extrême gauche, c’est à dire marxiste, reste ultra-minoritaire, et les démocrates sont majoritairement favorable à une économie de marché…..
        D’autre part, la notion de gauche n’est pas forcément porté par les démocrates , puisque je rappelle qu’Abraham Lincoln qui a abolit l’esclavage était Républicain, alors que les Démocrates étaient contre
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_d%C3%A9mocrate_(%C3%89tats-Unis)

        • Edgar dit :

          Exactement. D’où le mot, datant de la Guerre de Sécession : »Tous les Démocrates ne sont pas des rebelles [sudistes], mais tous les rebelles sont démocrates. » Les deux grands partis politiques, aux USA, sont des coalitions d’intérêts très variés .

    • Frank dit :

      @ Philbeau Réponse possible? Les masses d’idiots utiles qui ânonnent sont certainement d’une grande bêtise, mais les nervis de l’extrême gauche, et les antifas, sont bien plus malins et structurés, et les donneurs d’ordre sont tout, sauf idiots. Depuis Boukharine, c’est les mêmes techniques, qui ont fait leurs preuves.
      @, les médias serviles et les réseaux sociaux n’ont fait que les amplifier.
      Quand à notre esprit Français réputé raisonnable, j’ai des doutes.
      Quand Descartes écrivait que  » le bon sens est la chose la mieux partagée au monde », il était lucide et surtout ironique.
      Puisque c’est l’exemple parfait de la formule miroir à double sens.

    • John dit :

      Connaissez vous le contenu de l’initiative?
      Il y avait entre autres une volonté de cohérence dans la neutralité, soit ne pas utiliser de fonds publics pour exporter de l’armement qui sera utilisé dans des conflits.
      Dans la réalité, les financements publics ne sont pas élevés.

      Mais si vous comparez à la France, la Suisse est bien différente. Il s’agit d’une nation libérale qui n’investit pas dans tous les grands groupes, et toutes les entreprises de la défense.
      Donc mettre ça sur le papier n’est pas forcément extravaguant. Mais simplifier la situation c’est plus simple.

  4. Castel dit :

    Je comprend très bien la position des Suisse ;
    Ils savent très bien que si ces matériels ne sont pas fabriqués chez eux, il y a de fortes chances qu’ils soient obligés de les acheter un jour à l’étranger….
    Et puis de toutes façons, si ils écoutent les « bonnes âmes » de chez eux, ils doivent se dire que les civils qui risquent de se faire tuer à l’étranger que ce soit au Yemen, en Erytrée ou ailleurs, seraient sûrement content d’apprendre que ce n’est pas grâce à des armes de fabrication Suisse, mais, Russes, Américaines ou Chinoises….
    Arrêtons cette hypocrisie , qui ne fait qu’avantager les plus importants fabricants d’armes de la planète ….
    J’aimerai que les Français soient dans le même état d’esprit, et comprennent que les guerres ne sont pas provoquées par les armes, mais par ceux qui les utilisent….
    Comme je l’ai déjà indiqué sur ce site par le passé, un des plus grand massacre a été perpétué au Rwanda à l’aide de machettes, et si l’embargo avait été respecté à l’égard du FPR, jamais les génocidaires Hutus n’auraient pu être chassés du pouvoir…
    De même que la principale cause de l’effondrement des forces Maliennes face à l’offensive djihadiste avant l’opération « Serval » était un sous armement chronique, tout comme ce qui semble se passer au Mozambique aujourd’hui .
    Donc, tant que le monde est ce qu’il est aujourd’hui, l’armement des états semble être indispensable, et tant qu’à faire il est souhaitable de ne pas laisser ce marché entre les mains des puissances dominantes, ce qui est vrai pour la Suisse, comme pour la France et l’Europe en général …..

    • John dit :

      Pour une nation neutre, investir dans des groupes de la défense dont le matériel est utilisé dans des conflits est un peu plus complexe.
      La question est pertinente. La neutralité suisse n’a pas de définition claire, elle évolue dans le temps, et quand des problèmes ou des situations complexes apparaissent, la réajuster est une bonne chose.
      Mais il y a aussi l’idée humaniste que certains se font, ne pas utiliser l’argent public et l’argent de « ma » retraite pour financer l’armement.

      Quant au sous-armement, il n’est pas dû à un manque de vendeurs. Et la problématique d’armer des pays instables est que le gouvernement d’aujourd’hui peut être le génocidaire ou dictateur demain. La Suisse l’a expérimenté.
      Exemple, en 68, exportation de canons anti-aériens Oerlikon-Bührle, qui ont été utilisés contre des avions du CICR lui aussi basé et créé en Suisse.
      Oerlikon avait aussi exporté illégalement en 63 de l’armement vers l’Afrique du Sud pour le gouvernement d’apartheid.
      Puis il y a aussi eu les PC-7 de Pilatus qui étaient facilement modifiables car pourvus de points d’attaches sous les ailes. Et ils ont été utilisés pour des bombardements par la CIA au Laos, mais aussi en Birmanie, Guatemala, Mexique, Chili, Bolivie, Nigéria, en Irak, au Darfour (avion armé par le Tchad).
      Bref, c’est une situation complexe qui n’est pas la même que pour la France. Il y a une forme d’hypocrisie de la Suisse avec cette industrie. Économiquement on en a besoin. Sur la scène internationale, ça fait tâche. Et on a aussi besoin d’être considéré comme neutre.
      Donc cette question est légitime.

      Pour la France, la situation est différente par contre.

  5. PK dit :

    « 54% des personnes interrogées en octobre ayant affirmé être prêtes voter en sa faveur. Mais les arguments du camp opposé [partis de droite, gouvernement] ont fait mouche. Le 29 novembre, 57,47% les électeurs suisses l’ont finalement rejetée »

    Tiens, ils ont les mêmes instituts de sondage qu’en France ou aux États-Unis ? C’est juste une petite erreur de 20%… Avait-il proposé un écart-type ? Aucun institut ne donne ses marges d’erreurs… On se demande bien pourquoi.

    En tout cas, bravo les Suisses. Il en reste de bien câblés !

    • jp_perfect dit :

      Non, les derniers sondages indiquaient bien une large tendance à la baisse et ont donné des résultats deux semaines avant le scrutin. Les chiffres de ces sondages étaient quant à eux obtenus 3 semaines avant le scrutin.
      Comme nous avons 3-4 votations par année, les opinions se forment, et changent, relativement rapidement.
      En outre, il faut savoir que les initiatives partent très souvent avec un haut score de « oui » et terminent par être refusée. Seule une poignée d’initiatives populaires a été acceptée, sur les plus de 200 lancées à ce jour.

    • John dit :

      Haaa sinon vous avez regardé les sondages les plus récents?
      Le 18 novembre, Tamedia annonce que la population rejetterait l’initiative mentionnée. 58 % contre, 41 % favorables, 1% d’indécis. Donc vos affirmations…
      Il se trouve que les votations en Suisse voient un débat politique sur environ 2 mois. Depuis le mois d’octobre, 3 sondages ont été faits par Tamedia. Chaque sondage indique aussi le nombre d’indécis, qui lui se précise à force que les personnes prennent position soit en s’informant de leur côté ou en suivant les débats ou les 2. En général, les personnes favorables à une telle initiative sont décidés. Par contre les indécis sont très nombreux. Donc même avec un départ très fort, il n’y a rien d’étonnant.
      Et l’article explique bien que le débat a amené à ce résultat.
      Et il se trouve que la marge d’erreur est indiquée par les instituts de sondages. Si les journalistes ne les reprennent pas, ou si vous ne cherchez pas à le voir, peut-être que c’est votre commentaire qu’il faudrait remettre en question.

      Se plaindre d’inexactitudes en l’étant bien plus

    • Wolff dit :

      L’écart s’explique pour trois raisons:
      1) une initiative attire souvent beaucoup de sympathie au départ puis perd du terrain
      2) Referendum ou initiative, le peuple écoute de plus en plus l’avis du Conseil fédéral
      3) les gauchistes disent ce qu’ils vont voter mais sont parfois tellement fainéant qu’ils n’arrivent pas à joindre l’acte à la parole

      • John dit :

        Il n’y a pas d’écart… Il faut regarder les sondages après la campagne qui a fait bouger les lignes et surtout qui mène à la décision des indécis.
        Le 18 novembre, Tamedia annonce que la population rejetterait l’initiative mentionnée. 58 % contre, 41 % favorables, 1% d’indécis. Donc vos affirmations…
        C’est juste normal. Alors les interprétations de gauchisme fainéant… C’est peut-être un symptôme de droitiste arrogant qui trop souvent simplifie la réalité pour la faire correspondre à son opinion, peu importe les faits?

  6. jp_perfect dit :

    Malgré tout le GSsA (Groupe pour une Suisse sans Armée) progresse par rapport à une votation plus ou moins similaire s’étant tenue il y a de cela une dizaine d’années. J’étais encore à l’école à l’époque.
    En Suisse comme ailleurs en Europe, on constate un décalage entre la perception de la situation géopolitique, et la situation géopolitique réelle. Un bon nombre de citoyens et de politiciens est resté bloqué dans les années 2000 et début 2010. Or, comme les lecteurs assidus de ce site le savent, la situation a bien changé depuis lors.
    Espérons que les opinions basculeront avant qu’une votation faisant fi des réalités soit acceptée.

    • Pour Info dit :

      Vu le déficit que l’on se paye en France, nous avons doublement intérêt à l’arrêt de l’industrie de défense Suisse.
      D’abord on leurs vend des armes sans besoins de contreparties.
      Ensuite on vient piller manu-militari leurs banques après avoir neutralisé les armes précédemment vendues par des portes dérobées astucieusement placées. 😉

      On peut même proposer une découpe du territoire en fonction de la langue, comme ça les allemands viendrons nous aider … voire même certains suisses alémaniques …

      Quand on (la Suisse) a un voisin comme nous (la France), il faut faire attention ! 😉

      Bon je blague. 😉

    • Paddybus dit :

      Il y en même qui en restent aux années 80 et qui n’ont jamais intégré la chute de l’urss….
      Pour ma part, je pense que le risque n’est plus là mais bien sur le flanc sud est de l’europe … et que ce jour là nous nous donnerons la main avec les Russes….

      • Castel dit :

        Moi aussi j’attend avec impatience le jour ou nous pourrons tendre la main au Russes….
        Mais, à mon sens, il faudra pour cela que quelques conditions soient réunies, comme par exemple, autre chose qu’un simulacre de démocratie dans le pays, la renonciation à l’interventionnisme armé pour régler des conflits….
        D’ailleurs , lorsqu’on se rend compte que Poutine essaye de récupérer sa main mise sur les pays ayant appartenu à l’URSS, je me demande qui à vraiment intégré la chute de celle-ci !!

    • HansW. dit :

      La Suisse a les citoyens qu’elle mérite!

      En Suisse, il y a eu un âge béni où tous les citoyens étaient astreints au service militaire: Que tu sois obèse ou sportif d’élite, l’armée suisse te trouvait une fonction. Il y avait bien évidemment des baba-cools réfractaires mais au final l’âge aidant le baba-cool se transformait en bourgeois et se sentait concerné quand il y avait des décisions à prendre concernant l’armée et ses investissements.

      Aujourd’hui, l’armée suisse est une troupe « sectaire », il y a moins de 50% des hommes autrefois astreints qui font effectivement leur service militaire, les autres font du service civil (du genre aider des Epahd, quand ce n’est pas prendre des vacances à l’étranger en disant allez travailler pour une ONG). Ces mecs ne se sentiront jamais concernés par la défense du pays quelque soit leur âge!

      Au final, l’armée suisse n’est plus une armée à l’image du pays… Pour s’en convaincre, il suffit de savoir que plus du 1/3 de l’effectif est composé de gars aux origines albanaises et autres pays de l’ex-Yougoslavie!

      • John dit :

        1/3?

        • HansW. dit :

          Et oui mon bon John, plus de 30% de l’effectif!

          L’armée est à l’image de l’équipe suisse de football. Rien d’étonnant puisque dans les 2 cas, tu as l’image de la même génération (20-30 ans).

          Pour l’équipe suisse de football, je cite…

          « …Le nombre de joueurs d’origine étrangère est ainsi passé de huit à la Coupe du monde de 2006 à quinze à celle de 2014.

          La « Nati » compte des joueurs d’origines kosovare (par exemple Behrami, Xhaka et Shaqiri), macédonienne (Mehmedi et Džemaili), croate (Gavranović) ou bosnienne (Seferović), italienne (Benaglio et Barnetta), turque (Yakın, Inler et Derdiyok), espagnole (Cabanas, Senderos également serbe et Rodriguez également chilien), ivoirienne (Djourou) ou capverdienne (Fernandes). »

          • John dit :

            Et les données elles sortent d’où?
            Comme partout, le foot est un sport populaire pratiqué souvent par les immigrés. Donc oui, il y a bcp plus de personnes d’origine étrangère que dans la moyenne de la population. Par contre, vous êtes plus trop à la page en ce qui concerne les joueurs, la moitié sont à la retraite.
            Maintenant, votre idée de comparer cela à l’armée est absurde.

            Les statistiques de l’immigration d’origine des Balkans est connue:
            – 200’000 albanophones en Suisse (origines Kosovo, Albanie, Macédoine, Serbie, Monténégro)
            – et 350’000 au total d’ex yougoslavie (y.c. albanophones).
            Donc moins d’un habitant sur 20. Donc 1/3 yougoslave dans l’armée, ça me semble totalement absurde.
            Et autre statistique, on parle de 37.5 % de la population suisse issue de l’immigration. Donc ajoutez les Italiens, Portugais, Espagnols, Allemands, Français… Il reste combien de Suisses d’origine?
            Donc soit votre idée est absurde, soit les Suisses ne veulent pas faire l’armée. Dans les 2 cas, je crois que vous êtes à côté de la plaque.

            Par contre, si les Suisses d’origine suisse ne font pas l’armée, ne blâmez pas ceux d’origine étrangère qui paient leur dû.

          • jp_perfect dit :

            J’aimerais voir un document statistique officiel attestant de cela, et pas juste vos dires. Mon expérience de l’armée, datant de 2015, ne m’a pas permis de constater de visu votre assertion.

          • Perdro dit :

            @John et jp_perfect: Que cela vous plaise ou non les chiffres sont exacts. L’origine de la soldatesque suisse est mesurés officiellement par l’Etat-major général de l’armée!

          • Perdro dit :

            @john et jp_perfect: Un peu de lecture pour les non-croyants!

            https://lesobservateurs.ch/2015/07/13/armee-suisse-maurer-doute-de-loyaute-segundos/

          • John dit :

            @Pedro…
            Quels chiffres démontrez vous?
            Aucun !!!!
            Et même le bon sens des chiffres de l’origine des gens suisses n’a pas le moindre sens. Donc arrêtez de vivre dans un monde alternatif…

          • John dit :

            P.S. Pedro,
            Quand vous « que ça vous plaise ou non, les chiffres sont exactes ».
            En réalité, c’est vous qui émettez un jugement, et pas de fait.
            1/3 c’est un chiffre précis. Il sort d’où?
            Donc « que ça vous plaise ou non » un chiffre sortant de votre chapeau n’est pas un fait, ça c’est du Donald…

        • Wolff dit :

          Pour une raison simple à expliquer: leur famille a connu la guerre d’ex-Yougoslavie et ils savent mieux que tout autre européen que la paix n’est pas éternelle. Ils font donc tous l’armée. Avec moins de 20’000 recrues par année, on a moins ee 50% des jeunes qi font leur service militaire

  7. Raymond75 dit :

    « En rejetant nettement l’initiative contre ‘le financement des producteurs de matériel de guerre’, les Suisses ont montré leur attachement à une place économique forte » mais pas un mot sur la défense nationale : seule compte l’économie …

  8. Vinz dit :

    Il fut une époque où l’on traduisait un acronyme ou idiotisme anglais en français pour les francophones. Narmol. Maintenant on fait l’inverse passqu’on est trop global village people. Donc oui, « conformité », pour les globishphone, ça veut dire compliance. Amazing no? Watch my English my buddy-boys !

    Qu’on se le dise. Plus fort que la cantatrice chauve (bald diva).

  9. Yallingup dit :

    « Un pays neutre est un pays qui ne vend pas d’armes à un pays en guerre, sauf s’il paye cash »
    Coluche

    • HansW. dit :

      La Suisse ne vend pas d’armes aux pays en guerre! La loi l’interdit!

      Je ne plaisant pas…

      Par exemple, certains pays adorent avoir des avions Pilatus pour l’attaque au sol de guerilla. Ils ne peuvent acheter que des Pilatus civiles (sans système d’attache sous les ailes) 🙂

      Des mauvaises langues vous diront qu’une fois achetés, ces Pilatus « civiles » font un petit saut dans une entreprise israelienne qui… militarise ces beaux Pilatus avant la livraison finale.

      Si cette histoire est vraie, c’est horrible mais la loi est suivie à la lettre: Pilatus n’a pas vendu de matériel militaire à des pays en guerre. Ensuite, si des acheteurs indélicats qui ont menti aux Suisses bricolent leur avions pour en faire des armes…

    • HansW. dit :

      Autre exemple d’armes suisses non-vendues à des pays en guerre: Des grenades à main de fabrication suisse se promènent en Lybie et en Syrie depuis plusieurs années.

      Dans ce cas aussi la Suisse n’a pas vendu d’armes à des pays en guerre. Les grenades ont été vendues à certains pays « calmes et pacifiques » du Moyen-Orient qui les ont malheureusement égarées!

      Rien hypocrite à ce niveau, tout le monde sait que les armes ne sont pas destinées à être utilisées 🙂

  10. Auguste dit :

    « Un monde plus pacifique et solidaire ».Faudrait déjà que tout les pays du monde soient dans le même état d’esprit.Utopie,qui n’a jamais existé depuis que l’homme est homme.On rappelle aux doux rêveurs qu’en 40,si la Suisse n’avait pas eu d’armée,hitler l’aurait envahie en même temps que la France.

    • Mare Infinitus dit :

      La fable de la Suisse, petite forteresse imprenable est bien… Une fable ! Trouvez sur youtube : « La Suisse, coffre-fort d’Hitler »
      Je précise que j’y vis.

      • Thierry dit :

        ça fait longtemps qu’on le sait, les dents en or des victimes de l’holocauste fondu en lingot et dormant dans des coffres en suisse par bien des pontes du 3ème Reich qui envoyait leur troupe au casse pipe tellement c’était rentable pour eux. Puis après guerre ils s’exilèrent en Amérique du Sud avec leur magot via l’aide du pape Pie 12 qui les fit transiter par des couvents ou leur octroyaient des passeport du Vatican.
        La Suisse aura payé sa neutralité, pour le Vatican la faute est plus lourde puisqu’elle a eu lieu après guerre.

        mais en mélangeons pas ce qui s’est passé hier et ce qui se passe aujourd’hui, les responsables ne sont pas les même.

      • John dit :

        Et c’est tout? Pas plus de détails que cela?
        Il y a bien plus de complexité à cette histoire que ce que vous avancez ou ce que les pros « suisses-héros » avancent.
        Le contexte était complexe, et les décisions à faire aussi.

      • Auguste dit :

        Il n’a pas occupé la Suisse pour deux raisons.
        1) fallait le faire tout de suite, dans la foulée de l’occupation de la France,avant les chutes de neige.
        2) trop de Divisions à déplacer,qui lui auraient manqué à l’est.
        Peut-être pas une forteresse imprenable,mais un os quand même.

    • sepecat dit :

      Je vous rejoins sur le fait qu’il faudrait être un tantinet naïf pour penser que la totalité des pays sur cette planète se découvrent un avenir vertueux et abandonnent d’un coup toute idée de guerre. Par contre, penser qu’Hitler n’a pas envahi la Suisse au seul motif qu’elle avait une armée est en décalage complet avec l’Histoire. Ce pauvre Hitler aurait été, si l’on suit votre raisonnement, assez idiot pour aller attaquer des pays nettement plus grands et mieux armés que la Suisse, tout en se sentant frileux devant son voisin… Comme le souligne fort justement @Marc infinitus, jetez un oeil sur les documentaires traitant du sujet et vous devriez, a priori, réviser votre opinion.

  11. Thierry dit :

    Voyez en France ce qu’a donné la phobie des armes, ils commencent par les interdire puis nous disent qu’un cure dent ou un escarpin à talon aiguille est une arme par destination, et celui qui ne se coupe pas les ongles à raz est un dangereux meurtrier potentiel avec une arme de destruction massive au bout des doigts.

    Les pacifistes pur et dur nous feraient manger avec des couteaux en plastique comme en prison s’ils le pouvaient, je suis tout à fait d’accord avec l’écologie, la diplomatie, les échanges pacifique, mais pas question de désarmer, même pas en rêve, I have a dream et je tiens à ma libertés et mes droits.

  12. Jean (le 1er) dit :

    Précision : la Suisse romande est composée de Genève, Vaud, Neuchâtel, Jura, Valais et Fribourg (ces deux derniers ont une partie alémanique, comme Berne, canton alémanique qui a une partie romande). Donc seuls 3 cantons romands sur six ont acceptées cette initiative. Initiative également rejettée par le Tessin, le seul canton italophone de Suisse

    • HansW. dit :

      C’est triste à dire sur ce forum, mais c’est bien les cantons les plus liés à la France qui ont dit oui: Genève, Jura et Neuchatel et Vaud, dans une moindre mesure, ont des français de la cave au grenier!

      Ces cantons reçoivent plus de 180’000 français qui passent la frontière tous les jours pour venir y travailler. Ces français sont bienvenus, participent au bon fonctionnement du pays mais… Sans même s’en rendre compte, ils exportent leur état d’esprit…

      Ne voulant pas polémiquer, je ne détaillerai pas ici cet état d’esprit « français ». Je me contenterai de donner un exemple: Il n’y qu’un canton suisse qui fait face à des grèves à répétition de la part de ses fonctionnaires et de son personnel soignant… Genève qui a un gros effectif de français dans son administration et dans ses hopitaux!

      • Plusdepognon dit :

        @ Hans W
        La nostalgie des « 30 glorieuses »… ou ceci :
        https://youtu.be/PHCO277jXS8

      • Pravda dit :

        Je suis français et n’aurais pas été favorable à cette interdiction, ou au désarmement des soldats suisses et plein d’autres conneries bobos-écolos… tandis que ce sont bien des suisses qui ont voté pour, donc ne généralisons pas. Cette mentalité de bisounours étant d’ailleurs plutôt de mise en Allemagne qu’en France.
        Pour le côté « rebelle gréviste » par contre c’est possible.

      • Jean (le 1er) dit :

        Genève à toujours été très à gauche et à toujours eu une tradition d’accueil. D’ailleurs, ses banque privées ont été en grande partie fondées par des hugenots français fuyant la guerre des religions.

      • Max dit :

        N’empêche les États-majors français ont changé de logiciel pour une vision stratégique où la paix se fera rare.
        Reste aux politiques la génération de l’accord populaire.

  13. Max dit :

    Le Groupe pour une Suisse sans armée [GSsA], juste parce qu’ils ne veulent pas faire leur service militaire !