Dans un scénario de conflit de haute intensité, faut-il rétablir le service militaire pour donner de la masse aux armées?

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

267 contributions

  1. sentinelle dit :

    D’accord avec G Bouquin promo parallèle ne jamais s’engager seul et là on a la masse nécessaire même si elle s’est révélée insuffisante au 19 et 20 eme siècle. In fine la mise en oeuvre de la dissuasion pour sanctuariser le territoire national est une garantie sauf pour l’ennemi intérieur mais c’est un autre combat qui peut se dérouler d’une manière concomitante avec l’affrontement de haute intensité c’est vrai l’ennemi est très méchant !

  2. olivier 15 dit :

    Bonne question… Très mauvaise réponse: Vous avez vous la gueule de la jeunesse d’aujourd’hui ? qui ira chercher les « chances » dans les cités? Avez vous vu certains  » sous contrat  » présents dans les casernes, prêts à ne pas se battre contre leurs frères au croissant? si on veut faire du volume, il va falloir investir dans la robotique et Skynet… 😉

    • Thaurac dit :

      Il y a quand même des jeunes biens, qui le ferait volontiers, car les racailles, malgré la médiatisation ne sont qu’une minorité (pourrie).

      • Alain d dit :

        @Thaurac
        Tout à fait. Le problème est bien qu’on laisse cette minorité faire sa loi sur des faibles, dans des zones de non droit.
        On acceptait trop de migrants alors même qu’on avait un très fort taux de chômage.
        C’est une invitation au travail illégal, petits larcins, trafics en tous genres, chantages, braquages, prostitution, esclavagisme moderne, taudis, vendeurs de sommeil, squats.
        Le chômage diminuait bien, mais le (je ne supporte pas la) COVID s’est pointé et nous a fait reculé de plusieurs années.
        Donc on se retrouve dans les même condition qu’en 2012, chômage élevé, forte migration, travail au noir massif, effectifs policiers, gendarmes, police financière, inspecteurs du travail, douanes, DGCCRF, tribunaux et prisons en volumes insuffisants.
        Les années qui viennent vont être très tendues.
        Avec des dizaines de milliards perdus chaque années pour l’Etat et les collectivités, qui ne sont pas en capacité de traiter massivement les comportements illicites.
        De ce fait, la France aimante les potentiels migrants économiques, qui comprennent qu’ils peuvent se débrouiller et bricoler en France, sans contrats, formations ou diplômes reconnus.
        La première des réponses est bien de résorber le chômage pour fournir du travail à chacun, afin que personne puisse se dérober à ses obligations dès qu’il rentre sur le sol français.
        Pour cela il faut bien plus de contrôles à un rythme bien plus élevé, afin que les filières illicites démantelées n’aient jamais le temps de se reconstituer.

        • Alain d dit :

          Et en plus ils peuvent magouiller tout en touchant le chômage ou le RSA.
          Ils > il n’y a pas que de personnes d’origines étrangères qui truandent, on y trouve aussi des français ISO pure souche.

        • Alain d dit :

          Trafics nationaux, d’armes (entre autres).
          Y’a du boulot. Et toujours pas suffisamment d’effectifs, ni de juges, ni de places de prisons.
          Parce que les délits mineurs, trop peu réprimés, finissent par générer des délits plus graves, sur lesquels s’enrichissent les réseaux de trafiquants.
          Comme la demande croit toujours plus, la résilience des réseaux va suivre.
          2020 4 000 armes et 450 000 € saisis : l’enquête hors norme des gendarmes d’Angers
          Des gendarmeries, SR (Section de Recherche) d’Angers, PJ de Pontoise, GIGN, PSIG, SCRC, IRCGN et Pixaf (plateau sur les explosifs et les armes à feu),……..
          Toutes les armes trouvées n’ont pas encore été identifiées.
          https://www.ouest-france.fr/faits-divers/trafic/info-ouest-france-4-000-armes-et-450-000-eu-saisies-l-enquete-hors-norme-des-gendarmes-d-angers-7060911
          Apparemment, c’est la suite de l’enquête démarré en 2016, quand un militaire de 21 ans, près du Mans, du 2ème RIMa, s’était fait contrôler sue son scooter, en possession d’un 7.65 chargé à la ceinture.
          Un autre du même régiment avait été arrêté plus tard.
          Leur fournisseur avait été démasqué, et ainsi de suite.
          http://www.opex360.com/2018/06/17/vaste-trafic-darmes-demantele-gendarmerie/
          2019 Démantèlement d’un vaste réseau international de trafic d’armes en provenance des États-Unis
          https://www.gendinfo.fr/enquetes/2019/Demantelement-d-un-vaste-reseau-international-de-trafic-d-armes-en-provenance-des-Etats-Unis
          2018, 1900 armes saisies :
          https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/armes-saisie-record_2804921.html
          Dont des armes du Ministère de l’Intérieur :
          https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/27/2826127-toulouse-trois-personnes-placees-garde-vue-trafic-arme-ampleur-nationale.html
          De mémoire, à Lyon, des fusils et équipements de gendarmes avait été découverts, dans un appart je crois, je ne sais pas si c’était au sein de cette enquête, l’article n’en parle pas.

          Félicitations et remerciements aux forces et organismes qui ont contribué à ces coups de filets, dont ceux que j’aurais pu oublier

          • alors dit :

            Sauf qu’il faut aussi admettre une réalité, un nombre important d’emplois pris par les migrants n’intéressent pas les français, des jobs qu’ils jugent dégradants ou trop épuisants. De la même façon que l’offre et la demande n’est pas toujours au RDV, ne prend pas nimporte quel job qui veut, le marché de l’emploi à des exigences qui conduisent en permanence à voir sur pôle emploi 500 000 offres non pourvues malgré le chômage
            C’est bien beau de propager l’idée des migrants qui empêchent les chômeurs d’avoir un travail, mais quel français est prêt à se déplacer partout en France pour faire des petits emplois ? Qui est prêt à transporter des sacs de ciment, les femmes, les vieux ? Même les jeunes ne veulent pas. Aller récurer les chiottes pour 20 h dans la semaine ? ben non, on se contentera d’un salaire pour deux et tant pis pour les chiffres du chômage, on attendra l’emploi idéal, on refusera le reste.

            Sauf à vouloir précariser encore plus les plus démunis en supprimant les aides, les restos du cœur, personnes ne va prendre le boulot des migrants. Tout le monde exploite le système, si demain on vous donne une magouille pour ne plus payer d’impôts, pour obtenir 200€ d’aides vous la ferez. Tout comme si vous habitez à une frontière où le prix de l’essence ou des cigarettes est moins onéreux de l’autre côté, vous n’allez pas jouer la carte nationale.
            Et ce n’est pas parce que vous êtes en incapacité d’exploiter ce genre de choses qu’il faut prendre les autres pour des salopards, car on est tous ainsi. On va dire qu’on est prêt à payer plus cher du made in France dans un sondage, mais devant les rayons, deux articles parfaitement identiques à prix différents, vous prenez le moins cher.

            Et le travail illégal n’est pas de la responsabilité des migrants mais bien des patrons qui s’ils peuvent le faire avec des français coopératifs, le feront de la même façon, la même logique de payer moins.

          • ScopeWizard dit :

            @alors

            C’ est marrant , vous retombez bien …………. mais vous développez selon une grille de lecture qui me paraît « à côté » ……………… 🙂

            Les emplois non pourvus ou refusés sont en grande majorité ce que l’ on appelle des emplois de merde , c’ est à dire des emplois à la fois contraignants et mal payés voire très mal payés qui n’ ont évidemment rien d’ attractif et qui par conséquent et à juste titre ne trouvent pas preneur .

            Seulement comme parmi tous ces emplois , il faut tout de même un minimum de main d’ œuvre , ce sont les « boys » venus d’ ailleurs qui font l’ affaire et qui de surcroît à qualification égale ou équivalente lorsqu’ ils en ont une et qu’ ils occupent tel ou tel emploi le requérant ( donc cela va de soi , pas ces emplois de merde ) , permettent de maintenir les salaires au plus bas dissuadant au berceau toute velléité de revalorisation salariale que pourrait revendiquer le salarié « national » .

            Le Français serait sans doute bien mieux disposé à payer un peu plus cher du « fait en France » de bonne qualité si une hausse des salaires -dont le minimum salarial- intervenait , entendons-nous une hausse du minimum qui soit de l’ ordre d’ au moins un minimum de 10% ce qui situerait un SMIC à 35H aux alentours de 1340 Euros en net mais ce bien évidemment à condition que l’ inflation soit contenue autrement ça ne sert à rien puisque ça reviendrait au même , de même concernant les taux et l’ assiette d’ imposition .

            Seulement , étant donné le faible « pouvoir d’ achat » et sa baisse continuelle , forcément à ce jour le « low cost » ne peut qu’ avoir la primeur des motivations d’ achat des moins « aisés » par ailleurs fort nombreux et je dirais même de plus en plus ……………

          • Czar dit :

            tiens on a un délégué du medef qui nous fait l’honneur de venir nous édlairer : dans un marché non faussé de l’emploi, lorsqu’ils y a pénurie de main d’oeuvre, les salaires montent

            avec le merveilleux système libéral, les salaires de certains métiers restent bas car on a décidé que prendre des immigrés permettait de se faire plus de pognon (sur notre dos)

            c’est tout, tout le reste, c’est du verbiage inepte.

      • Yacine Bekhti dit :

        Si les gars des troupes coloniale, n’étaient pas là au front, il y a longtemps que la France aurait disparue, merci à vous Tous.

        • Durandal dit :

          Disons que les Français de toutes origines apportent à la France ce qui fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui.
          Le toubab à tendance a changer de couleur depuis quelque temps… 🙂

        • PARTAGE dit :

          Beaucoup l’ont oublié, mamelouk, lanciers polonais, tirailleurs sénégalais ect.

        • Expression libre dit :

          @alors, il y a de la justesse dans ce que vous dites .

        • Czar dit :

          si y a pas tirailleur couscous napoulion y pou pô allou à Moscou wallah ji ti li dis !

      • blavan dit :

        @thaurac. Donc il faudrait réserver ce service aux jeunes « biens » et exempter les racailles, pas très constitutionnel comme solution.

      • ScopeWizard dit :

        @Thaurac @Alain d

        Heu , ne confondons pas minorité et nombre …………

        Par exemple , sur 100 millions d’ habitants d’ un pays , 500.000 sont déterminés à te piquer ton paquet de bonbons -ben tu me diras , sont pas sympas ; eh non , ils ne le sont pas- ça ne représente en tout que 0.5% de toute la population , mais ça ne signifie pas qu’ ils ne sont pas nombreux , en tout cas ils le sont suffisamment pour t’ obliger à te barricader chez toi et à raser les murs dès que tu en sors ; saisissez le nuancier ? 😉

        Votre minorité , au moment où je rédige cette littérature , perso je l’ estime à au moins 150.000 individus sans compter ceux qui sont en détention carcérale , c’ est à dire placés derrière les barreaux qu’ ils soient sous aménagement de peine ou non .

        Et très honnêtement , je pense être très en dessous du nombre réel …………

      • Max dit :

        Erdogan ou les Frères musulmans opteraient pour une 5ème colonne en France voire en Europe. De quoi ouvrir un second front pour saper nos arrières.

    • HansW. dit :

      A quoi servent la robotique et Skynet, si les « chances » ne se considèrent pas comme des français?

      Le sujet des militaires musulmans qui ne veulent pas prendre les armes contre d’autres musulmans, c’est un autre problème…

      1. A court terme, c’est à l’armée de ne pas les engager

      2. A long terme, c’est à la société de changer son organisation (revenir à une école intégratrice, pacifier les cités, une justice qui ne laisse rien passer (délit = sanction réelle), etc.)… On a laissé s’installer la chienlit pendant 40 ans, il en faudra autant pour revenir à une situation saine. Autant commencer tout de suite!

      • yakafokon dit :

        « Le sujet des militaires musulmans qui ne veulent pas prendre les armes contre d’autres musulmans » : c’est pourtant ce qui se passe dans tous les conflits du Proche et Moyen Orient. Les musulmans s’étripent entre eux. Pas besoin du Grand Satan. La réligion est secondaire. Le sujet principal est l’acceptation ou non de la démocratie.

        • zaydi zzath dit :

          La france sous couvert de la grande supercherie démocratique qu on appelle protectorat ,,la france a tout simplement volé la liberté du peuple marocain et a retartdé pour des décénnies l émancipation du peuple!le régime actuel depuis moulay abdelaziz en passant par moulay hafid ,moulay youssef mohammed5 hassan2 et maintenant mohammed6 comme les séries des peugeots 205 305 406!!!!!on ne retiens pas les despotes mais les artisans de l émancipation comme Ho chi minh ou mao ou lénine!!!.
          le sultan a ete complice avec la france , grace au colonialise , le roi du maroc a pu mettre la main sur le pays , on n’as encore eu notre independance !!

          • guillaume dit :

            Le Maroc n’est pas indépendant depuis 56?
            Je pensais que vous etiex plus proche des États unis que de la France. (Achat des F16).

            Sinon, pourquoi vouloir l’émancipation du peuple contre le roi ?
            le système démocratique n’est pas forcément le meilleur des systèmes.
            Je pense même que beaucoup de Français croient plus à l’homme providentiel.

            La démocratie c’est quand même beaucoup de court-termisme, de clientellisme, de divisions qui amplifiées par les réseaux sociaux menacent les bases du système.

            Finalement, avec votre roi, vos etes le seul pays stable de la région.
            Airbus, Bombardier, Renault y installent leurs usines, vous avez même une ligne de TGV!
            Que demander de plus? La démocratie c est la guerre civile.

          • EchoDelta dit :

            Et bien vos exemple d’artisans de l’émancipation sont de fameux despotes qui ont tous enfoncé leurs pays respectifs dans le chaos. Il suffit de comparer les développements des deux Allemagnes l’une sous le régime d’émancipation soviétique et l’autre sous le diktat du grand Kapital pour se rendre compte de la différence.

          • Matou dit :

            C’est ça, la France a volé la liberté du peuple marocain ! Cela fait bien longtemps que le peuple marocain a son autodétermination. Donc depuis ce temps là, si les régimes politiques qu’il a ne lui conviennent pas, c’est à lui de prendre ses responsabilités, comme le peuple français l’a fait au cours de son histoire pour le meilleur et pour le pire. Côté français, assez de l’accusation lié au méchant colonialiste et qui portera toujours des responsabilités. C’est trop facile. L’histoire reste mais les temps ont changé. L’autoflagellation, c’est terminé !!! Débrouillez-vous ! On a bien assez à faire chez nous.

          • v_atekor dit :

            Mouais, pour le Maroc, le protectorat a duré de 1912 à 1956, donc 44 ans, ponctuée par 2 guerres mondiales où les français n’étaient pas au top de leur préoccupation envers le Maroc.
            .
            L’indépendance du Maroc, c’est 1956. Cela fait 64 ans, soit 20 ans de plus que le temps passé sous protectorat français (44ans). Le temps passé hors protectorat étant déjà désormais plus grande que le temps passé hors protectorat, ça affaibli sérieusement l’argument. Ajoutons que le temps passé hors du protectorat représente une génération de plus que le temps passé dans le protectorat (20 ans), l’argument est vraiment douteux. On ne peut pas obtenir l’indépendance et toujours renvoyer ses difficultés sur les autres, dans le passé.
            .
            A titre indicatif, l’Allemagne a été rasée à moitié, partagée en 4 et a perdu sa souveraineté jusqu’en 1952, est restée partagée en deux jusqu’en 1989… Il me semble que ça ne les empêche pas d’être une démocratie et de s’en sortir plutôt bien aujourd’hui.

          • v_atekor dit :

            … Alors certes, la constitution allemande (comme japonaise) a été imposée par les USA, lorsque celle du Maroc a été laissée libre, ce qui a peut être été une erreur, mais alors une erreur paradoxale, non ?

          • Czar dit :

            tu étais une démocratie avant le Protectorat français, c***o des sables ?

            non ? alors pourquoi tu nous fais chier ? après 60 ans d’indépendance t’es toujours pas capable de te to***er toi-même ?

      • fgnico dit :

        i HAVE A DREAM

      • albatros24 dit :

        Ceux qui refuseraient un service national (militaire ou non, au sein de l’Armée ou d’une garde nationale) ne deviendraient tout simplement pas citoyen français…
        Voilà ce qu il faudrait faire face à ces personnes qui ne se sentent pas en devoir mais seulement en droits d’être français…

        • Ion 5 dit :

          @albatros
          Je préfère qu’ils restent français, mais ne me tirent pas une bastos dans le dos, une fois qu’on sera au front…
          Par ailleurs, le service national actif a toujours fait partie des obligations, pour les binationaux ils avaient le choix de la faire en dehors de l’hexagone, mais de le faire quand-même…

    • Jo666 dit :

      Pas d’accord les guerres à Idlib, le père la légion a pas mis les pieds sur un théâtre de guerre depuis 1970? A idlib ça s’est fini à la baïonnette et au Canon

      • albatros24 dit :

        Exactement dire qu il faut des techniciens à bac +2 pour faire la guerre aujourd’hui et même demain est une ineptie. On n’a pas besoin seulement de pilotes de tanks (en sous effectif) ou d’artilleurs et d’ingénieurs : des soldats formés pendant plusieurs mois suffisent
        près c’est une histoire de qualité de la formation et de l’encadrement il faut bien le dire…
        Les conscrits des années 90 tiraient fort peu, allaient sur le terrain épisodiquement et le matériel était surtout d’entretien que de manipulation…Comment dès lors exiger d’eux d’être en plus motivés si on ne leur font voir que le mauvais côté des choses (discipline et administration tatillonne, temps perdu, tâches répétitives et inintéressantes, manque de responsabilité) sans vouloir généraliser c’était le lot de beaucoup de jeunes en fait qui attendaient la quille au bout de 10 mois.

    • Alain d dit :

      @Olivier
      Peut-être que la bonne formule serait un service volontaire correctement rémunéré d’une année (renouvelable), plutôt qu’un service imposé, qui faute de moyens et d’effectifs pour encadrer, serait certainement de courte durée.
      Volontaire > un minimum de motivation, même si les euros peuvent peser.
      Evidement, il faudrait trouver la bonne formule pour que les jeunes puissent à la fin de l’année effectuée reprendre les études ou trouver directement un job.
      Donc en // des formations militaires, il faudrait un support classique : mécanicien, informaticien, électricien, expertise, sécurité, management, cyber, R&D, etc. Que le jeune puisse rebondir, mais avec possibilité de rempiler au minimum pour une année supplémentaire, parce qu’une année me parait un peu juste pour mener deux formations en parallèles. Ensuite « élève » choisirait sa voie, civile ou militaire.
      Enfin peut-être une voie à potasser, notamment parce que les armées ont bien du mal à recruter.

      • fgnico dit :

        Peut etre une idée à creuser, mais alors alissons de coté ce penseurs de deuxième section sclérosés par une vie « politique  » d’avancement
        Maintenant je pense qu’une année et un peu juste pour mener de front deux spécialisations
        Bon on peu toujours rêver

      • olivier 15 dit :

        Bonsoir Alain. Entièrement d’accord avec vous. Nous avons tout laissé tomber sous Chirac, tellement nous étions persuadés des « dividendes de la paix ». Le résultat est là. Mais il n’y aura une réaction qu’une fois la tête bien dans le seau….

        • norbert dit :

          @olivier. Pas du tout , Mr Chirac a eu raison de supprimer ce service qui n’avait plus re raison avec le ratio matériel /effectif . La grande erreur de Mr Chirac, c’est de n ‘avoir jouer que sur la troupe, alors qu’il fallait supprimer l’avancement automatique des officiers et réduire dans la même proportion le sur encadrement pour recruter le double de militaires du rang. Mr Chirac n’a pas voulu faire grincer les états-majors et à choisi une situation intermédiaire. On aurait pu mieux payer la troupe en rognant fortement l’Armée mexicaine, mais c’est un autre choix qui a été retenu !

          • ScopeWizard dit :

            @norbert

            S’ il est question du Service Militaire ce-dernier n’ a pas été « supprimé » , il a été « suspendu » .

            Concernant ce à quoi vous faites allusion , je ne sais pas donc si vous pouviez préciser……..

            En revanche , je sais que la grosse erreur , étant-donné que le service n’ était que suspendu , fut de nous séparer de ces centaines de milliers de m2 parfois plus que centenaires qui permettaient toute cette indispensable intégration du contingent dans des bâtiments en dur qui aujourd’ hui ne peuvent que faire défaut en plus de constituer un gros manque à gagner pour la vie de nombres de villes de garnison à présent privées de cette sorte de « manne » …………….

    • Elwin dit :

      Il y en a aussi qui sont morts pour la France, merci de les respecter, eux et leurs familles.

      • olivier 15 dit :

        Bonsoir Elwin. En tant qu’ancien mili, soyez sûr que je les respecte. Mais la 3ème génération issue des débarqués d’ Afrique du Nord, bcp moins. 😉

      • albatros24 dit :

        Il ne parlait que d’une minorité pas de la majorité
        Minorité qui fait trop parler d’elle ou qu’on écoute beaucoup trop de nos jours… alors qu on devrait la réduire au silence ou l’expulser pour les cas les plus graves.

    • Mr B dit :

      Très bonne analyse , je partage pleinement votre opinion….malheureusement…..

    • Sam dit :

      Ceux que vous osez qualifier de la sorte, sans litote hein, disons les choses clairement, leurs parents ont participer à sauver le cul de ce pays, qui dois je le rappeler a perdu TOUTES les guerres depuis Napoléon ! 1870 / 1914 (sans alliés plus de France) / 1940, je passe les catastrophiques guerres coloniales. Oui les parents de « ces chances » ont permis à ce pays de collaborateurs et de délateurs d’enrichir le roman national de chapitres fantasmés : tous résistants, ben voyons. Parmi « ces chances » certains servent la France en OPEX et y meurent pendant QUE VOUS, vous votez, sans doute pour un parti (le RN) créé par des collabo et d’ancien SS ( Léon Gaultier …) Et oui ça doit être une vieille tradition dans votre famille de collaborer puis de fanfaronner et de pointer du doigt ceux qui qui vous renvoient en miroir votre petite lâcheté familiale. Si vous ressentez quelques sentiments, c’est sans doute celui de la honte qui devrait vous étouffer, sombre crétin !

      • Pravda dit :

        À titre indicatif la plupart des guerres se font avec des alliés contre des pays qui sont eux aussi coalisés. Même sous Napoléon Ier. Dire que 14/18 a été une défaite française est autant une insulte pour les familles des combattants que les propos que vous dénoncez.
        Après il y a les guerres type décolonisation, et celle d’Algérie a été une victoire militaire, contrairement à l’idée véhiculée par la propagande du FLN ou de la gauche française.

      • olivier 15 dit :

        On s’excite pas, Sam. Merci de votre commentaire, mais ma famille est tout à fait honorable et a fait son taff, largement, en 1915 et 1944, avec pertes à la clé. J’ai servi 28 ans, mon clampin. Vous êtes sûrement un bisounours en attente de caillassage, faites donc un tour dans de vraies cités, mon bobo. Désolé, je ne roulerai pas de pelle aux casquettes à l’envers. Et concernant mon vote, j’ai tjr été de droite dite « républicaine »,( eeeh oui, Le FN ( RN ) n’accouche que de conneries depuis le début, débitée par une caste familiale ) même si je suis vraiment déçu des politiques ces derniers temps. Donc le doigt pointé, asseyez vous dessus, et faite bien la toupie. Sans haine, ni rancoeur. Bisous. 😉 PS: au fait , la guerre d’Algérie à techniquement été gagnée, hein. Révisez un peu, l’ignare.

        • olivier 15 dit :

          ah, j’oubliais, mon cher Sam: La France semble vous dégoûter, j’en suis désolé. Si vous tentiez votre chance dans un pays tiers? ( à ce propos, vous seriez certainement une « chance » pour eux. ) Quoique… Bonne soirée ( rageuse ) !

          • Czar dit :

             » Et concernant mon vote, j’ai tjr été de droite dite « républicaine »,( eeeh oui, Le FN ( RN ) n’accouche que de conneries depuis le début »

            le cocu qui vient nous débiter ses leçons de réalisme, c’est poignant.

            Au fait, quand le pen père t’annonçait en 1984 l’état actuel de la Frônce , elle était où, exactement, la « connerie » ?

            mais l’histoire des société humaines est là pour rappeler que les cocus et les veaux ne pardonnent JAMAIS à ceux qui les ont averti. de Cassandre, à Raspail, les médiocres voudront toujours se venger qu’on leur ait mis le nez dedans avant qu’ils ne finissent par se réveiller eux-mêmes avec trois trains de retard.

      • Firewall dit :

        Je crois bien que le seul qui « fantasme » ici c’est vous Mr , enfin ,si vous n’êtes pas un troll . Vous montez autant de méconnaissance en histoire que les personnes que vous pointez du doigts . Vous êtes pitoyable…

      • albatros24 dit :

        Pardon ?
        Merci de ne pas re visiter l’histoire SVP à votre sauce anti française
        La France a gagné toutes ses guerres sauf l’Indochine.
        Elle a certes été envahie et occupée mais tout comme la Russie, qui a eu autant de prisonniers que nous ùmais qui grâce à l’hiver et son immense territoire (et l’aide des alliés) a mis plus de 4 ans à vaincre les nazis.
        Et vous voudriez qu à seulement 40 millions on ait eu raison de 100 millions d’allemands revanchards, disciplinés, zélés pour certains fanatiques et drogués à la Pervitine et convenablement équipés et surtout commandés ?
        Les allemands ont gagné toutes les batailles (sauf Narvik et Dunkerque qui a été un revers pour eux, grâce à l’Armée française) de 1939 à 1942 contre un tas de pays et pas seulement la France.

      • Sam dit :

        Tiens, un autre Sam ?

      • Czar dit :

        « la France ‘ce pays de lâches » t’a colonisé c’est dire quelle serpillère servile tu fais, toi et les tiens.

    • aleksandar dit :

      Commentaire particulièrement dégueulasse
      Il suffit de regarder la liste de nos camarades morts en OPEX pour se rendre compte que les « chances » des cités payent leur tribut comme les autres au succès des armes de la France
      En Afgha , pas un, je dis bien , pas un, n’a fait défaut
      Pauvre type !

      • Korrigan dit :

        Effectivement il convient de ne pas faire de généralités
        Il y a peut être des exemples parmi les jeunes issus de l’immigration mais tout autant parmi les gens de souche
        Si j’ai bonne mémoire les paras du 17 tues par Merah étaient issus de l’immigration
        Regardons la liste des soldats morts pour la France depuis la fin de l’Algérie et on peut se faire une opinion
        A regarder certains jeunes hommes politiques ou plus anciens issus du terroir je ne suis pas certain de leur enthousiasme à aller au charbon
        L’exemple d’un ancien président balayeur diplômé a Balard en est l’illustration
        Combien parmi ceux là sont réservistes et s’engagent ?

        • Czar dit :

          et si tu as bonne mémoire, à l’exception du chrétien de la bande – que les médias ont essayé à toute forces de transformer « Abel » Chennouf en « Abdel », ils ont été inhumés dans le pays de leur coeur, qui ne se trouvait pas être ici.

      • Czar dit :

        tu veux nous rappeler la mutinerie sur le Foch en 99 c’était par fidélité à André Marty et aux mutins de la Mer noire ?

    • ArtScenik dit :

      Sans évoquer la jeunesse des cités et quelque soit le cas de figure je crains que la réponse la majorité de nos gentils français dits « de souche » ne soit dans la rue des manifestations aux cris de : « Atteinte aux libertés », « dictature », « tout le monde hait l’armée et la guerre »… Soyons réalistes ! Hélas…

    • gabarras dit :

      Olivier, n’oubliez pas que la génération qui vous précédait ne faisait aucun cas de la vôtre, tout comme celle d’avant la dénigrait tout autant. C’est une caractéristique universelle: c’était toujours mieux avant et la jeunesse d’aujourd’hui est toujours pire que celle d’hier. Il me semble qu’on trouve déjà des traces de ce phénomène dans la littérature grecque classique et je veux bien parier que dans 5000 ans on l’entendre toujours.

    • PARTAGE dit :

      La réforme, oui, la chienlit, non

  3. blavan dit :

    Arrêtons de fabriquer des faux problèmes, il n’y aura plus de guerre de haute intensité sur le terrain de l’ouest européen, et si cela devait arriver, on passerait tout de suite dans un conflit nucléaire.
    Le retour du service national est une douce utopie avec la nouvelle sociologie française, il y aurait un refus massif d’une partie de la jeunesse et seuls certains dealers y trouveraient quelques avantages. Je me souviens des dernières années de la conscription où les gendarmes passaient leur temps dans les casernes pour régler les problèmes de cannabis. Les Chefs de Corps étaient démunis à l’époque pour sanctionner, et je pense qu’aujourd’hui avec le sentiment d’impunité qui règne chez nos jeunes voyous, je ne vois pas comment on pourrait gérer ces appelés , sauf à faire comme dans les dernières années du service, exempter les « dangereux », ce qui reviendrait à faire un service inégalitaire où seuls nos jeunes sans problèmes seraient appelés.

    • Jo666 dit :

      Les Americains ont les hélices arabelles . Le conflit est pour demain car le cher Président héritera au conflit nucléaire

    • albatros24 dit :

      … »il n’y aura plus de guerre de haute intensité sur le terrain de l’ouest européen, »
      1-Et l’Ukraine o la Biélorussie ?
      Jamais 2 sans 3, qu en savez vous ?
      personne ne peut prévoir l’avenir même si le pire n’est pas certain.
      2-C’est en Europe de l’Ouest qu’il y eut les plus importants conflits conventionnels, cela ne changera pas à l’heure où la Chine concurrence les Etats Unis et s’appuie sur ses alliés russes pakistanais…
      Si conflit il y a : il aura lieu aussi en Europe de l’Ouest une terre à conquérir, surtout si les Etats Unis se retirent…rien ne nous en garantit. Au vu de kla politique de Trump.
      La Russie ne cesse de s’y préparer et peut être avec l’aide de la Turquie au moins (et d’autres pays musulmans comme le Pakistan ou la Syrie et peut être le futur califat au Maghreb.).

      • Moddus dit :

        Vous semblez avoir du mal avec la géographie. L’Ukraine et la Biélorussie sont à l’Est de l’Europe, pas à l’ouest. Idem pour la Russie.

  4. jean la gaillarde dit :

    Ben la question ne se pose même pas. Bien sûr qu’en cas de combat de haute intensité, après une phase d’appel à volontaire, on repassera à un service militaire de conscription mais, uniquement si l’ennemi se présente aux frontières du pays. Si c’est pour aller au moyen-orient ou pour combattre au coté de Taïwan, l’appel à volontaire suffira. De toute façon, je doute que la conscription pour aller faire la guerre loin de chez, rencontrera un échec (Désertion, refus …). Même la remise de la conscription avec des ennemis à nos portes, je ne suis pas sûr que nous n’aurions pas des difficultés pour monter en masse !

    • NRJ dit :

      @jean
      Vous pensez réellement que l’idée d’aller se battre pour Taïwan rencontrera un plébiscite populaire ? Soyons sérieux.

      • EchoDelta dit :

        Ben non c’est pour cela qu’on ne peut pas y envoyer une conscription… Après avec les politique, tout est possible, sur un sketch hollywoodien bien monté, on est bien allé tapé Sadam Hussein une deuxième fois pour lui retirer ses « armes de destruction massive ». Donc tout est possible de nos jours.
        Et il n’y a pas si longtemps nous avons envoyé nos troupes en Corées du Sud pour « contenir » l’expansion du communisme. AUjourd’hui c’est certes pas d’actualité, mais pour qu’une conscription redevienne, disons efficace, il faudrait au moins 10 ans. Et dans 10 ans personne ne sait vraiment à quelle menace nous devront peut être faire face.

      • GELASE dit :

        «  »que l’idée d’aller se battre pour Taïwan «  »suffira de trouver le bon prétexte, comme d’hab….

      • jean la gaillarde dit :

        non, bien sûr mais tout comme pour la guerre de Corée il pourrait y avoir un bataillon de volontaires. Cela peut être envisageable.

    • yakafokon dit :

      Les équipements et les consommables (munitions, nourriture, soins …) ne seront pas en nombre suffisant. Il n’y a plus tous les ateliers à mobiliser pour y pourvoir, comme au début du siècle dernier.

    • albatros24 dit :

      On aurait pas le temps de créer une conscription en cas d’invasion imminente
      Quant à déclencher le feu nucléaire il nous manque les missiles Hadès qui devaient servir à prévenir sérieusement l’ennemi en lui vitrifiant son corps d’armée blindé (Een Allemagne de l’Ouest) sinon Macron ou le président(e) en place le déclencherait il/elle ?
      telle est la question…
      Autant entretenir une garde nationale conséquente et digne de ce nom
      pour avoir à l’avance cette profondeur stratégique dans les effectifs, et de la véritable résilience.

  5. Bob dit :

    Biensûr que non. Avec les progrès techniques incessants qui ne permettent pas une utilisation massive du materiel par tous, c’est une grave erreur. Le Tsarat de la poutine, le PCC qui ont une tradition militariste de lévée en masse diminue le nombre de militaires car c’est avant tout une devenue une affaire de spécialiste.
    De plus, cela coûte une fortune de vouloir une armée pléthorique. Et avec les progrès de la cybernétique, les armées deviendront dans les prochaines décennies une armée de cyborgs que l’on veuille ou non.

    • HansW. dit :

      Des armées de cyborgs???

      J’ai l’impression que certains n’ont pas tiré la moindre leçon des dernières guerres menées par les pays occidentaux: L’Afghanistan a vu toutes les puissances occidentales étaler leur jouets technologiques contre des gardiens de chèvres munis de Kalachnikov. Au final qui est gagnant sur le terrains? Les gardiens de chèvres!

      Il en va de même avec la France au Mali: On a beau déployer toutes les technologies du monde, il est impossible de « liquider » 15’000 barbus équipés de motos « toussotantes » et au mieux de 4×4 Toyota « poussiéreuses »!

      • SHERMAN dit :

        Effectivement, il y a pourtant une abondante littérature qui traite de ces guerres que les occidentaux n’ont pu gagner, alors que c’étaient ce que l’on appelle des guerres du faible au fort, opposant des guérillas à des armées occidentales sophistiquées, des guerres asymétriques pour employer le terme à la mode.
        Le Vietnam vient tout de suite à l’esprit, on pense aussi à la Somalie.
        Comme bien dit par HansW., on a d’ailleurs deux exemples en cours, Afghanistan et Mali.
        Malheureusement, la technologie semble avoir définitivement corrompue l’esprit de nos militaires de haut rang, qui pensent qu’elle est le remède à tout, alors même que les échecs s’enchaînent comme écrit plus haut.
        Le super avion de la mort (idem pour le super bateau) qui tue tout, mais qui du fait de son coût est en service en nombre ridicule, est un des aspects de cette technophilie outrancière. Qui de la question des pertes, de la tenue dans la durée comme évoqué dans l’article de M. LAGNEAU ? Quid de la présence car moins on en a, moins on peut en déployer à divers endroit. Sachant qu’en plus le taux de disponibilité des matériels n’est pas fameux, donc que les chiffres théoriques ne correspondent en rien aux engins vraiment opérationnels.
        Alors oui pour une National Guard que l’on équipe et l’on entraîne à l’ancienne, sans gadgets hypersophistiqués, à qui l’on inculque tous les fondamentaux du combat d’infanterie.
        Reste le gros problème, les ressources humaines. La société de consommation, le monde virtuel et bien d’autres facteurs font que la jeunesse actuelle est bien loin de celle de 14…. Or la guerre est aussi un affrontement des volontés. Sûr que le jeune occidental accro à son écran et habitué à son confort ne pèse pas lourd face à un fanatique islamiste.

        • Royal Marine dit :

          C’est marrant votre post!
          Dès qu’on annonce un nouveau blindé, bateau, avion, dans ce blog, se déclenche un cœur de pleureuses inépuisable:
          Il n’est pas assez blindé, lourd, armé, grand, équipé, technologique, autonome, contrôlable, électrique, chenillé, dronisé, j’en passe et des meilleures…
          D’autre part, ce ne sont pas nos généraux qui décident des crédits qui leur sont alloué…
          Enfin, qui décide qu’un… Hélicoptère léger, par exemple, doit être capable de transporter plus, être armé de moyens lourds, capable de tirer autant de missiles ou roquettes qu’un Tigre, etc., … Pas les militaires… Mais comme on ne veut pas donner 150 hélicos de tous types à la Marine, et 800 à l’Adt, … Il faut qu’ils soient capables de tout faire, y compris suppléer à ceux de la Sécurité Civile, de la Police et de la Gendarmerie…
          Il est donc facile de taper sur les militaires qui servent avec honneur, et les moyens trop limités qu’on leur donne, et pas sur vos politiques irresponsables…
          Croyez vous que les Marins soient heureux de voir leur projet FREEM passé de 18 à 8? Et pour le même budget?
          Enfin, aux Etats-Unis il existe une « Reserve », équivalente à notre Réserve Opérationnelle, et une Garde Nationale qui dépend des Gouverneurs (Préfets de Région) en France, qui est l’héritière des Milices locales et n’a rien à voir avec un échelon militaire réel… C’est plutôt de la Sécurité Civile ++, mobilisable en cas de plans catastrophes naturelles, et besoins de gardiennage où de sécurité… Voir Rambo I, par exemple…
          N’oublions pas que les Armées n’ont aux US, que le droit de stationner, et de s’entraîner, mais pas d’agir sur le territoire…

      • ji_louis dit :

        Le problème de ces guerres est l’occupation du terrain, que ne font plus (ou pas assez) les occidentaux. Mais pour occuper le terrain, il faut en prendre le monopole par la coercition (colonisation et/ou expulsions) ou la coopération (conquérir le coeurs et les esprits, ce que les « gardiens de chèvres » arrivent très bien à contrer).

      • Fafou dit :

        Bonsoir.
        Je ne vois pas les choses de la même façon.
        Les conflitsasymétriques ne sont pas des guerres de hautes intensités qui peuvent générer des guerres totales.
        Malgré que les civils ont pris très cher durant ces conflits, une forme de « retenue » s’impose.
        On envoie pas une cohorte de B52 avec pillonement de l’artillerie pour faire tomber le dernier mur.
        Il faudrait quoi, une, deux semaines a l’us air force ou d’autre pour raser toutes les montagnes d’afghanistan?
        Et je parle de bombes « conventionnel » pas de vitrifiage!

        Donc oui, les forces occidentales modernes ont « perdus » face à bergersbarbus pour deux raisons:
        -C’est gens veulent mourir en tuant le koufar ou l’envah alors que n’importe quel soldat en face,aimerait revoir le pays.
        -il y’a l’opinion publique, les conventions, ect. Fertiliser le Sahel avec les cendres des toyotistes ne poserait aucun problème technique, capacitaire, c’est juste qu’on ne peut pas.
        Alors si en face de ses barbus on mettait des mines, des robots tueurs, tout ce que l’homme a inventé et va inventer, ça calmerait beaucoup de combattants de dieux.
        Vous voulez guérir le SIDA ou le Covid? Simple, faite bouillir de l’eau. Vous voulez régler le problème du proche orient, simple, vitrifié le. Mais il parait qu’on peut plus depuis Nagasaki…
        Tuer, on sait faire et on le fera de mieux en mieux, hélas. Mais il y a des choses que (normalement) on ne peut pas faire.
        Et donc dans un conflit de haute intensité où les intérêts vitaux et existentiel d’une civilisation seraient en jeux ça risquerait très probablement de devenir une guerre totale et la, je suis convaincu que des talibans avec des Ak 47 tiendraient le temps de la mise sur orbite d’un ou deux Minuteman lll, pas plus.

      • albatros24 dit :

        Justement : l’Armée française déploie assez peu de technologie, elle est sur le terrain en VAB et se bat au fusil d’assaut et à l’aviation ou l’artillerie en appuis. On a quasiment pas de drones, très peu d’hélicoptères
        On abien des combats de forces spéciales mais cela s’apparente à ce q uise faisait durant la Guerre d’Algérie.
        Nous ne sommes pas les Etats Unis et nos forces sont rustiques pratiquant le système D avec du vieux matériel rincé. On est justement très adapté aux guérillas, vu e nombre de pertes chez eux.

      • Nike dit :

        Là on parle de guerre de haute intensité contre un état pas d’une guerre asymétrique. Ce sont deux choses différentes, dans le cas d’une guerre de haute intensité la technologie sera déterminante.
        Il est vrai que contre des barbus en motos éparpillés au milieu des milliers de km 2 de savane, la technologie n’est pas forcément le paramètre le plus déterminant.

      • Czar dit :

        ce sont les règles d’engagement qui ont décidé de la défaite ineluctable, pas le niveau de technologie mise en oeuvre.

    • Bob dit :

      D’ailleurs, dans l’histoire militaire française, seule la guerre de 14-18 avec l’aide des alliés et du miracle de la Marne en 14 a permis de gagner une guerre de conscription. Le bilan est tellement nul que je demande comment peut-on encore parler de conscription en France. Surtout que la conscription sans haut commandement digne de nom, comme les Gamelin, Pétain et autres en 40 ne sert à rien, en passant par la guerre d’Algérie qui a vu les conscrits y aller pour encore perdre, perdre.
      Le coût d’une armée de conscrits est plus cher que des cyborgs. Parce que des conscrits ne travaillent pas et sont un fardeau qui faut loger, nourrir, habiller et former avec un encadrement pléthorique et des infrastructures énormes. N’est pas le Tsarat ou le PCC qui veut.

    • Wagdoox dit :

      Un cyborg ?
      C’est des humains augmenter ! Donc on revient sur le facteur humain
      Ca serait bien de connaitre le sens des mots employes avant de faire de grandes envolées

      • Fafou dit :

        De juste. Le terme correct c’est androïde, mais cyborg est « accepté » depuis l’exemple le plus « frappant » et l’erreur faite par James Cameron avec son film Terminator et ses suites. Mais le vrai sens du mot cyborg, c’est un humain augmenter ou « réparer » grâce à des prothèses.

  6. jean la gaillarde dit :

    La garde nationale !!!! Encore une utopie de Hollande qui devait la lancer en grande pompe !!!! encore un échec. La garde nationale aurait dû être pensée lorsque M. CHIRAC à décidé de basculer sur une armée de métier et suspendre la conscription. Nous avions un embryon avec la réserve. il aurait fallu développer le concept et nous n’aurions pas eu à déployer Sentinelle avec des militaires de métier … mais bon. Marre de ces échecs à répétition alors que tout se trouvait dans les cartons. Il fallait simplement une volonté politique.
    Tout ce la me fait penser à la réorganisation police-gendarmerie sur le territoire. Cela fait 30 ans que l’on sait ce qu’il faut faire, et maintenant, on est en train de réinventer l’eau chaude et de découvrir que notre organisation ne va pas !!! Marre. Tout est dans les cartons depuis très longtemps. Il faut simplement du courage et mettre au pas les petits élus qui se prennent pour des roitelets. Mais voilà, le courage des idées par des faits, c’est pas l’ADN de nos élites.

    • Jo666 dit :

      Il faut remettre le service militaire financé en partie avec 45 milliards de l’éducation nationale

      • albatros24 dit :

        On a besoin de ces fonds pour l’Education nationale, jusqtement comme chaque ministère a besoin de ses fonds.
        Y compris la Défense.
        Par contre il suffirait de réorienter une partie des emprunts que nous faisons pour des charges de fonctionnement pour développer une garde nationale et surtout commander à nos industries de défense, pour relancer notre économie comme le font si bien les Etats Unis ou la Chine.

    • Lov dit :

      Oui c’est vrai le coche a été raté! Une garde nationale sur base du volontariat et de la Rés.Op serait une bonne chose…mais à certaines conditions:
      -Avoir sa propre armurerie et ses propres fusils d’assaut dans les régiments de rattachement
      -Augmentation des jours de disponibilité employeurs
      -Aguerrissement avec place en OPEX réservées pour les volontaires et les assidus, le camping des weekend end n’est pas suffisants
      -Des séjours réservés au CENTAC et CENZUB
      -Utilisation à leur juste valeur de certains diplômés afin de faire bénéficier l’active de certaines compétences inexistantes dans l’active ( culture G, langues, histoire, CIMIC (non réservé qu’aux copains)etc.)
      -Missions de grenouillage avec un OPJ Gendarme sur le territoire de nuit certains weekend end.

      Voilà ma vision en tant que réserviste OP et anciens du SM/

  7. Lassithi dit :

    Ben nous y voilà.
    Mais se poser la question n’est pas une réponse.
    Il y a urgence à apporter la seule réponse censée et refaire enfin une LPM de reconstruction, sans oublier les outremers.

  8. PK dit :

    La seule chose dont on pourra être sûr, c’est qu’on ne prendra pas de décision, où à la marge et sans budget, ce qui reviendra au même.

    Sion, je serais assez pour un mélange des trois propositions, ce qui serait pragmatique, mais avec un matériel récent. Ça ne sert à rien de former un gus sur AMX30 si c’est pour l’envoyer sur un Leclerc en cas d’attrition.

    • Jo666 dit :

      Pas d’accord le service militaire peut être financé avec les 90 mds de l’éducation nationale vu que l’armée faisait de l’alphabétisation

      • Asvard dit :

        Ou alors on peut arrêter la prise en charge par la sécu des retraités ainsi que de verser les retraites de ces improductifs couteux.

        • ji_louis dit :

          Vu qu’il y a plus de français > 60 ans que <20 ans, ça ne risque pas d'être voté… Mais merci pour cette blague.

  9. St Chamond dit :

    Le SNU après le bac c’est pas mal. Mais ce dont on a surtout besoin c’est de réserver et de mobiliser des spécialistes. Intégrer un temps de service national au cours de certaines formations ? Mettre une période de service national ; par exemple à 25 ans ? Mobiliser les entreprises ; comme par exemple les boites d’informatique à la cyberdefense ? Faut trouver la bonne solution mais ce qui est sûr c’est que la défense national ne pourra pas rester le monopole des militaires ; même s’il en reste bien sûr les premiers responsables.

  10. Raymond75 dit :

    « Donner de la masse aux armées », l’expression relève d’un humour militaire spécifique à ce corps social. Il y eut en effet une grande masse d’hommes massacrés, mutilés, blessés, rendus aveugles et devenus fous pendant la très glorieuse première guerre mondiale. Il y eut moins de victimes militaires françaises pendant la seconde, car la défaite fut rapide. La masse des appelés tués et blessés en Algérie est oubliée.

    Pendant mon service militaire en Allemagne, j’ai eu accès à un document que je n’aurai pas dû voir : en cas de ‘conflit de haute intensité’ (les Soviétiques étaient à environ 150 km), ma compagnie était officiellement considérée comme anéantie en 48 heures ! Les militaires appelés en Allemagne étaient simplement de la chair à canon, qui obligerait les Soviétique à un tel massacre que cela aurait déclenché la troisième guerre mondiale. Voilà en quoi consiste « donner de la masse aux armées ».

    Ceci étant dit, je répète que je suis favorable à un service ‘citoyen’ réellement universel, de quatre mois environ : un mois de classes pour prendre conscience que l’on peut être amené à défendre son pays démocrate, une réelle formation à la constitution et aux fondements de la République, une formation de secouriste, et une période de service civique dans une association. Former des citoyens et non des pseudos combattants. Mais pourquoi pas des périodes pour s’initier à la guérilla, comme le font les pays Baltes et la Suisse ? Pour que la défaite purement militaire ne signe pas la défaite du pays …

    • Asvard dit :

      Ce n’est à l’armée de former des citoyens par contre les citoyens doivent composer l’armée.

      • Raymond75 dit :

        C’est pourquoi je n’ai pas employé l’expression ‘service militaire’.

        • Momo dit :

          Le monde a un peu changé depuis votre service militaire en Allemagne. Renseignez-vous et laissez l’armée aux vrais militaires, sur le terrain. Mais, consolation, vous n’êtes à l’évidence pas le seul dans cette manière de penser.
          Ce sujet est quand même du remplissage, pas indispensable, très 20ie. Ne jamais oublier que les réalités s’imposent à nous, ce que l’on a furieusement tendance à oublier dans notre monde actuel.
          La technologie en progrès permanent est l’unique solution pour accompagner un nombre forcément limité de volontaires motivés, très entrainés et bien dirigés (pas le moindre sujet).
          Sans même développer le rejet social de la mort en opération, inhérente au métier des armes, la recherche de la guerre de défense sans victime, du bon côté, est la seule option.
          Ne perdons pas de temps sur l’idée remarquable mais inaccessible de l’absence d’agression et donc de besoin de défense. Elle ne dépend pas de nous mais des agresseurs, qui pullulent depuis la nuit des temps et pour encore tout le temps futur réalistement prévisible.

    • Michel dit :

      J’ai été également en RFA en 70/71 en tant que tireur AMX30 au sein du
      12eme RC apres mes formations diverses j’ai également entendu parlé d’info comme quoi notre régiment ne pourrai « vivre » que 48 heures en cas d’attaque soviétique……

      • ULYSSE dit :

        @Mixhrl. J ai eu , plus tard, la même info. Devant quelques incohérences sur l organisation de l arme que je servais, près de la frontière allemande, mon capitaine m a répondu qu’elles sex explicaient par notre anéantissement prevu en 48 heures au plus dans les plans d’état major. Inutile donc de consolider notre dispositif.

      • Lassithi dit :

        @Michel
        Le doctrine était de tenir 96 h sur l’ensemble de la RFA, pour permettre le lancement notamment de Reforger et l’arrivée des éléments de GB et du sud.
        A Berlin, c’était 24h pour le symbole…

    • Sacha dit :

      Remarque comprise. Sachez tout de même que le souci de leurs hommes, sans occulter que la mission du soldat peut l’amener jusqu’au sacrifice suprême, est par rapport à la 2eme GM (bien que je ne pense que du mal de ce genre de comparatif) de retour dans la préoccupation des officiers et sous officiers

    • mich dit :

      Toujours votre rengaine , sans expliquer pourquoi on n ‘arriverai pas à former nos jeunes à la citoyenneté avant leurs 18 ans , j ‘oubliai ,ce n ‘est pas un problemme militaire ,mais civil ,j ‘ai bon ?toujours aussi ridicule votre vision de vos pseudos corps sociaux .Mélanger période en association et formation à la guérilla ,joli programme camarade .

      • Momo dit :

        Je me permets brièvement: pensez-vous vraiment, dans la société actuelle où les média véhiculent tout ce qui est contre l’autorité soit par manipulation soit par faiblesse du cerveau, que les minorités, association, ong, syndicats etc.. de toute nature, n’iraient pas soulever la majorité bêlante contre toute initiative visant à ‘réquisitionner’ les jeunes? Sérieusement?

    • Nexterience dit :

       » anéantie en 48h »
      Argument ridicule. Ce n’est pas parce qu’on est viré défait que c’est inutile ou une erreur.
      Lors d’une attaque surprise massive, 48h est un temps considérablent important.
      Et l’ennemi peut avoir encore plus de pertes dans cette durée.
      En 1940, vous auriez duré ?

      • Michel dit :

        Les generaux de l’arrmée soviétique ils s’en foutaient de perdre 200 chars si c’est pour en dézinguer 50…. même philosophie que lors de le 2eme guerre mondiale, dois je vous donner les pertes soviétique rien qu’en chars face aux panzers le rapport était au minimum de 5 chars perdus pour dézinguer 1 char Allemand……

    • ji_louis dit :

      Donner de la masse aux armées, c’est avoir un peu de redondance, quelques réserves pour ne pas être paralysé si certaines pertes (les soldats tuent et/ou sont tués aux combats) arrivent.
      Par exemple, si des dispositifs anti-aériens sont détruit en un point du front, ils doivent pouvoir être remplacés, et en matériels, et en spécialistes. Dans l’hypothèse inverse, la destruction de quelques pièces compromet la totalité de l’organisation. Plus trivialement parlant, c’est comme si parce que vous aviez mal aux pieds parce qu’on vous y a marché dessus, vous étiez définitivement incapable de vous bagarrer.

    • aleksandar dit :

      @Raymond75

      Désolé Raymond mais votre compagnie n’était  » anéantie  » mais non-operationnelle, ce qui est dans le langage militaire différent.
      La stratégie a l’époque était la suivante :
      – Combat retardateur des unités des RFA pendant 48 heures
      – Recueil de ces unités par les unités stationnées en France( dont à l’époque la 7 DB, le meilleure division française ) et envoi en deuxième échelon pour recomplètement
      – Coup d’arrêt sur le Rhin
      et si volonté de continuer l’offensive par l’ennemi et de franchir le Rhin, frappe nucléaire.
      Les appelés des FFA n’etait donc pas de la  » chair a canon  » et il n’a jamais été question d’obliger, comme votre anti-militarisme vous donne a penser , les russes a commettre un massacre

      • Michel dit :

        Vous y étiez en RFA en 70/71 ????? Je peux vous dire que notre stratégie était de retarder les divisions du bloc de l’Est….quelque soit les pertes….. alors de dire que l’on n’était pas de la chair canon c’est un sacré con….rie e surtout qu’on était surentraine…..appartenir au 12ème RC, cela ne se galvaudai pas, on savait vous rappeler l’histoire du regiment création en 1662 appartenance à la 2eme DB Le seul regiment détendent une décoration américaine…..et j’en passe….

        • aleksandar dit :

          La grossièreté et l’absence de culture militaire, vous cumulez mon brave.
          Retarder les divisions de l’est, voyez vous, cela s’appelle un combat retardateur
          Définition TTA
           » Au niveau opératif, forme complexe du combat défensif où l’on accepte de perdre du terrain en vue, soit de ralentir l’ennemi et de gagner ainsi des délais, soit d’amener l’ennemi dans une situation ou sur un terrain jugés plus favorables pour sa destruction.  »
          A base de jalonnement, de freinage, de contre-mobilité, de coup d’arrêt en autres
          Il n’était donc pas question de sacrifier de la chair a canon, ni de faire tuer les hommes sur place, mais d’une manœuvre globale ou chacun avait sa mission dans un cadre espace-temps défini.
          Quelques soient les pertes ?
          Cela me parait normal, la mission prime.
          Ou alors allez vous engager chez les bonnes sœurs.
          Sinon, il était prévu et voulu que ce combat là n’entraine qu’un minimum de pertes, 50 % si je me souviens bien,, de façon a ce que ces unités puissent être réutilisées en 2eme échelon sur le territoire français.
          C’est d’ailleurs pourquoi une phase de recueil était prévue.

      • Albatros24 dit :

        La meilleure unité en des FFA était le 16ème GC (Groupement de Chasseurs) : « et le 16 est toujours…d’acier ».
        Unité de grenadiers dépendant de la 2ème DB stationnée à Paris et en Allemagne…sa mission était de stopper une division mécanisée ou un régiment blindé du Pacte de Varsovie.
        Estimation (à l’époque) du temps de survie de l’unité : quelques heures…et quelques minutes pour les chasseurs déployés avec leur MILAN.
        Unité professionnelle aujourd’hui, rattachée au corps des chasseurs dont dépend aussi les troupes de montagne.

    • EBM dit :

      Ce que vous voulez faire faire par l’armée est déjà assuré par d’autres organismes pour une large part ou est inutile.

      – Le mois de classe ne permettra pas de préparer à la défense du pays dans tous les cas faute de temps, de stocks de matériels et de cadres. D’ailleurs vous le dites vous même « Former des citoyens et non des pseudos combattants. »
      – La formation à la constitution et aux fondements de la République, à être citoyen donc, c’est le boulot de l’éducation nationale, elle fait de l’éducation civique. L’armée n’a pas à faire la cession de rattrapage.
      – Une formation de secouriste, et une période de service civique dans une association. Pas besoin d’un service spécifique pour ça, un service civique existe déjà et permet cela (https://www.service-civique.gouv.fr/jeunes-volontaires/).

      « Mais pourquoi pas des périodes pour s’initier à la guérilla, comme le font les pays Baltes et la Suisse ? Pour que la défaite purement militaire ne signe pas la défaite du pays » Belle manière de transformer les citoyens en chaire à canon et qui suppose de plus que nous soyons un pays sans arme nucléaire condamné à la défaite conventionnelle. Et qui contredit vos objectif de ne pas former des combattants car former à la guérilla c’est former au combat. Suisse et Etats Baltes ne faisant d’ailleurs pas la même chose au passage.

      • Raymond75 dit :

        Je suis rassuré : une armée (dont la moitié au moins du matériel est en panne) totalement coupée des citoyens qu’elle dit défendre, est à même de protéger notre pays. Il est vrai que vous disposez d’un remarquable entrainement en Afghanistan et au Sahel. Et un pays dont aucun effort n’est fait pour assurer la cohésion, sous prétexte qu’une partie de la population (tous les gens ‘de gauche’, tous les ‘écolos’, tous les gens issus de l’immigration, en bref tout le monde) est quasi irrécupérable, est un pays résilient !

        De plus, il faudrait un stage de lecture : je n’ai pas parlé de service militaire, mais de service citoyen ; un mot que vous semblez avoir du ma à comprendre. A part les classes initiatiques, aucune des formations dont je parle ne relève des militaires.

        Fiers guerriers, heureusement que la France est à l’extrême ouest de l’Europe …

        • EBM dit :

          @ Raymond vous répondez à côté et ce que vous proposez ne va pas réduire le soucis de l’absence de budget correcte d’entretien de matériel qui auraient pour la plupart dû être remplacés il y a des années. Donc critique sur la MCO à tout va sans savoir de quoi vous parlez.

          Ensuite si certains ne veulent pas être citoyen à un moment on ne pourra pas les forcer.

          Vous parler d’entraîner à la guerilla ce qui est militaire et de préparer à défendre le pays ce qui est militaire aussi, vous vous contredisez.

          Enfin je le répète ce que vous proposez globalement existe déjà.

    • Roro dit :

      Vous parlez de démocratie et de former des citoyens. sauf qu’un citoyen dans une démocratie est aussi un soldat. Mêmes droits mêmes devoirs. Prenez les suisses en exemple ce sont des citoyens qui assument leurs devoirs et peu leur importe de devoir mourir si cela permet de sauver leur pays. Vous aviez peur d’être anéanti avec votre compagnie il y a de cela des années mais je vous rassure votre lacheté de l’époque ne vous sauvera pas de la mort.

    • Edgar dit :

      @Raymond75: « Anéantie » ne signifie pas nécessairement « morte ». Il y aurait eu des tués, et de nombreux blessés, mais les hommes de votre compagnie auraient plutôt été dispersé, isolés ou capturés. Spécialement en cas de percées rapides et profondes de colonnes blindées ennemies.

  11. Castel dit :

    A mon avis, il vaut mieux éviter ce qui serait ressenti comme une contrainte par la plus-part des jeunes, et, plutôt opter pour une approche « Bataillons Citoyens », comme je l’ai déjà proposé, et qui serait constitué de jeunes volontaires, qui ne se destineraient pas forcément aux métiers des armes, mais qui voudraient pouvoir participer à la défense du pays le moment venu, et obtenir le statut de réservistes, avec certains avantages, comme une solde alignée sur le Smic pendant les périodes de service actif, qui ne devraient pas dépasser six mois, par exemple, renouvelable une seule fois, si le jeune n’avait pas d’emploi en vue dans le civil….
    Par la suite, une fois inséré dans la vie professionnelle, possibilité d’effectuer des périodes de remise à niveau avec maintien du salaire pendant celles-ci….
    Le fait d’avoir un grand nombre de réservistes aurait l’avantage que l’on connaît déjà avec les réservistes actuels, c’est à dire, une compétence suffisante pour le maniement des armes, mais aussi d’avoir une réserve d’intervention en cas de catastrophes naturelles, comme on l’a connu dans le sud-est récemment, car, évidemment, ces périodes ne devraient pas servir qu’à inculquer le maniement des armes, mais également donner des notions de protection civile…
    Enfin, cela permettrait peut-être aussi de réduire le problème du chômage, car, si à l’issue de leur formation ces jeunes n’arrivaient pas à trouver un emploi dans le civil, on pourrait leur proposer un nouveau contrat de six mois, mais qui serait plutôt orienté vers la formation professionnelle, et si cela ne suffisait pas, dans la mesure ou il donnerait satisfaction sur ce plan, il serait peut-être possible de les orienter vers le métier des armes !!
    En tout cas, que ce soit en cas de conflits ou de catastrophes naturelles, nous aurions des jeunes hommes ( ou femmes, bien entendu) disponibles à tout moment, et cela ne serait pas perçu comme une contrainte, ce qui serait le cas avec le service militaire…..

    • Plusdepognon dit :

      @ Castel
      En effet,, ce service militaire avec des matériels pointus est bien différent de celui a l’ancienne, qui faisait suer le burnous à creuser des trous de combat pendant 4 mois et s’ennuyer les appelés jusqu’à la quille.

      Le débat en Corée du Sud a lieu en ce moment, avec les mêmes thèmes qui ont agités la France à l’époque :
      https://www.rfi.fr/fr/podcasts/20201115-service-militaire-en-corée-sud-vers-une-réforme-système

      • Castel dit :

        @ Plusdepognon
        Le lien que vous indiquez indique bien le problème que rencontre les armées modernes :
        Lorsqu’il s’agit d’une armée exclusivement professionnelle, le pays a les moyens de la doter des matériels les plus modernes et efficaces, mais elle a souvent un problème de recrutement
        Par contre, quand il s’agit d’une armée de conscription, aussi riche soit-il, le pays rencontre un problème de dotation, car, il lui est difficile d’équiper l’ensemble de son armée de matériels couteux . comme on le voit avec la Corée du Sud, pays riche s’il en est, mais qui malgré tout ne possède pas un budget illimité pour ses forces armées…
        Donc, une solution intermédiaire me semble intéressante à étudier, ma proposition concernant les « Bataillons Citoyens » n’étant évidement qu’une proposition parmi tant d’autres….
        Et d’ailleurs, comme on vient de parler d’eux dans un post récent, on pourrait peut-être s’inspirer ( un peu) de ce que font nos amis Suisses, étant entendu que ni la taille, ni la population de nos deux pays ne sont comparables
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_suisse

    • jean la gaillarde dit :

      Oui, bien vu. Voilà une option qui serait tentante ou du moins, devrait être massivement essayée sur 4 ou 5 ans. On étudie les avantages recueillis puis, on pérennise le système.

  12. Vieux néophyte dit :

    Concrètement ils présentent qui contre qui et quand ?

  13. Buburoi dit :

    La france a l’arme nucléaire, et gràce à la dissuasion, elle ne sera jamais attaquée en conflit de haute intensité. Le service national militaire est d’un autre temps, et personne ne veut y revenir. Les frontières de la France sont ouvertes aux associations dont le fond de commerce est le trafic de misère humaine. Dans les zones les plus reculées, on trouve des afghans, des somaliens et des tchetchenes. Les refoulés du droit d’asile et les injonctions de quitter le territoire français ne sont jamais appliquées. Nous sommes envahis de « mineurs étrangers isolés », qui sont hébergés dans des hotels et payés par les contribuables. Ils ne parlent pas français, n’ont ni famille, ni logement, ni travail, et les tribunaux français refusent de déterminer leur age réel par les radiographies osseuses.

    • George Lou-casse dit :

      posséder l’arme nucléaire ne veut rien dire en soit..quand les russes espionnent les positions de vos sous marins, ils peuvent les détruire en un rien de temps. Idem pour les silos « oubliés » sur le territoire national. Le renseignement est la clé de voute d’un combat, et nous sommes loin derrière. la masse apporterai peut etre plus de mains sur ces services spécialisés, comme des diplomés d’écoles sciences politiques qui se plaignent sur linkedIn de ne pas trouver de métier.

      • Royal Marine dit :

        « quand les russes espionnent les positions de vos sous marins »
        Super! Vous avez sans doute énormément d’infos là dessus, que vous pourriez nous partager avec profit!
        Je ne savais pas que nos SNLE étaient pistés par les Russes… Nos ennemis, bien sûr… Et personne d’autres? Parce que si les Russes y arrivent… Il n’y a guère que la Libye et Malte, qui n’y arrivent pas!

    • Plusdepognon dit :

      @ Buburoi
      C’est une question de grand soir, où la religion serait délaissée au profit d’une farandole où tout les opprimés se tiendraient la main…
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/25/la-gauche-et-l-islamisme-retour-sur-un-peche-d-orgueil_6061001_3232.html

    • PK dit :

      « La france a l’arme nucléaire, et gràce à la dissuasion, elle ne sera jamais attaquée en conflit de haute intensité. »

      On a un président incapable de trancher sur tous les sujets et vous pensez un seul instant qu’il sera capable d’appuyer sur le bouton nucléaire en cas d’attaque ? Il réunira un conseil de défoncés, qui comme lui, aura tellement les foies qu’il baissera son froc avant d’atteindre le bouton.

      Le bouton nucléaire n’est crédible qu’avec des hommes qui savent taper du poing sur la table. Avec des baratineurs, je serais un attaquant potentiel, je me lécherais les babines…

      • Castel dit :

        A la limite, je préfèrerai que le chef d’état en place renonce à appuyer sur le bouton, mais décide de continuer le combat avec d’autres moyens, comme la guérilla par exemple, car l’Europe a une forte densité de population, et il faudrait à l’ennemi pas mal d’effectifs pour espérer la contrôler complètement….
        Le seul cas ou le chef d’état serait obligé d’employer l’arme nucléaire serait ou l’ennemi l’utiliserait en premier, ce qui serait catastrophique pour le monde entier, mais nous n’aurions plus alors le choix….
        Le mieux est donc de s’assurer que l’ennemi potentiel soit retenu aux frontières de l’Europe par des moyens classiques, seul façon d’éviter le risque d’un conflit nucléaire, ou du moins, le mettre devant ses responsabilités pour le déclenchement d’un tel conflit !!

    • Clavier dit :

      Voilà…..

    • Jo666 dit :

      OK gamelle de 1940

  14. Lucien dit :

    Plusieurs points :

    1) en effet, la conscription ne répond pas aux besoins de l’Armée Française face aux futurs conflits interétatiques. Il faut certainement augmenter les effectifs de professionnels (l’Armée en France n’a pas trop de mal à recruter, en dehors de quelques spécialités pointues dont les personnels sont attirés par le privé) et surtout améliorer leurs conditions de travail (rémunération, logement, retraites, etc…). Je ne parle même pas des équipements/maintenance bien sûr, le sujet est bien connu. Tout ça demandera beaucoup d’argent, donc il faut le prendre là où il y en a : fraude sociale, fraude fiscale, le déversement d’argent au profit d’associations politiques douteuses, réduire l’aide sociale aux assistés chroniques, arrêter de payer les immigrés clandestins (AME, aide juridique, logement d’urgence, etc..).

    2) si on veut que la population éligible à la conscription soit prête à prendre les armes au coup de sifflet ou presque, il faudrait peut-être penser à la prévenir et à la préparer. Né en 1990, je n’ai connu que la JAPD, je n’ai jamais touché une arme (vaguement un fusil pour tirer des petites billes d’acier sur un carton quand j’ai rendu visite à des proches aux États-Unis), et surtout physiquement, je ne suis pas au point, sans compter le confinement qui aggrave la sédentarité. Si l’on prend le modèle suisse en exemple, la population est régulièrement appelée et son niveau est contrôlé. Si l’on attend que je sois physiquement apte pour un régiment de combat, il faudrait le dire avant et ne pas me l’annoncer après la déclaration de guerre. Et cela vaut pour des millions de jeunes adultes dans ce pays. Payer une salle de sport pour perdre un peu de gras et faire le beau sur la plage, ce n’est pas exactement la même chose que de se préparer à des marches longues avant 30 kg de sac sur le dos ! Il faudrait nous dire avant ce qui est attendu de nous.

    3) La dernière idée du général Bouquin est la pire. On ne peut pas demander à l’Armée d’instruire le sens du devoir et du sacrifice, l’amour de la Patrie à des millions de jeunes. Si ce n’est pas fait dans les familles, il faudrait que ce soit fait à l’École. Or, les programmes d’éducation, un grand nombre de professeurs, les universitaires, et aussi les médias qui participent à l’éducation populaire de facto, vomissent la Patrie, vomissent l’Histoire de France, méprisent les gens qui s’engagent dans l’Armée ou dans les forces de sécurité intérieure (police, gendarmerie, douanes, agents pénitenciers). Il faudrait peut-être penser à ça. Beaucoup de jeunes sont hostiles à la France, voire dangereux pour le pays (extrême-gauche, islamistes, caïds de banlieue). Donc, il y aurait besoin de faire un sacré écrémage à la sélection pour ne pas armer et instruire ces jeunes qui sont des traitres en puissance. Du coup, le service universel n’aura d’universel que le nom, sinon ce sera une catastrophe encore pire. Nous ne sommes plus une Nation, nous ne sommes plus un seul peuple uni, l’Armée devra choisir soigneusement quel peuple elle veut recruter et armer.

    • PK dit :

      Pour le 2), ça s’acquière en formation. Elle est d’autant plus longue que le conscrit de base a un niveau médiocre (intellectuel et physique).

      En quatre mois, on peut former un peu près n’importe qui a être un soldat correct, sauf ceux qui relèvent de pathologie (infirme, obèse morbide, etc.). En deux mois, on peut le faire aussi avec des gens motivés et physiquement plus aptes.

      Le but d’une armée de métier, c’est de tenir suffisamment longtemps pour qu’on ait le temps à l’arrière de former les réserves. Le problème est que l’armée de métier est à l’os. Indépendamment de son savoir-faire émérite, elle ne tiendra pas longtemps en cas de haute-intensité. Il est difficile d’annoncer des chiffres sans jouer les Madame Irma, mais ça se comptera sans doute en jours. Alors, former des gens pendant 4 mois, même 2, en pensant que ça va le faire, c’est juste de la trahison.

      Il reste un sujet épineux : l’armée ne peut tenir que si la log suit, donc l’industrie de guerre. Or, soyons clair, en quelques jours (heures ?) de haute intensité, les stocks de munitions, et sans doute de carburant, seront vides. À part la bitte et le couteau, il ne restera rien, ce qui va mécaniquement amplifier les pertes. Même un gus dans un T-54 enfonce un régiment de légionnaires armé de battes de base-ball…

      Mais bon, personne ne veut se pencher sur le problème et voir la vérité en face : une seule règle. Le court distant. « C’est pas grave car on trouvera toujours quelqu’un pour nous approvisionner. »

      On l’a vu en plein COVID, mais manifestement ce n’est pas suffisant. Soit ces gens ont l’âme de cocus ou de perdants, soit ils sont payés pour l’être. Dans tous les cas, ce sont des nuisibles. On en plein ici pour soutenir ces thèses. Dont des officiers d’active…

    • philbeau dit :

      Très juste analyse , hélas . Nous ne sommes plus une nation…Est ce qu’on mesure ce que ces simples mots veulent dire , et ce qu’ils augurent de l’avenir ? Ces quarante dernières années certains ont fracassé ce qui avait été construit par des siècles d’Histoire , et on en regarde les miettes à nos pieds tous les jours , à travers la loupe des médias . Une partie de la population française , héritière par ses origines familiales,ou , par un choix personnel qui l’honore , essaye encore de porter à bout de bras cette idée du pays , qui allait de soi il y a encore peu , à l’échelle de l’Histoire . Une autre , de plus en plus nombreuse , sans les racines de l’origine , ou plus étonnamment en rejetant celles-ci , se vit sur ce territoire comme dans un hotel , avec les exigences d’un client insatisfait . On ne pourra pas raccorder les deux . Toutes ces cogitations politico-philosophiques de la dernière heure , pour méritoires qu’elles puisse paraître , ne sont qu’un rideau de fumée pour tenter de s’accommoder avec une opinion qui cherche désespérément des repères . Il est bientôt minuit…

      • Twisted dit :

        Pour vous donner un peu de baume au coeur mon cher Philbeau je vous suggère « Une jeunesse différente » d’Olivier Gaulland, qui analyse les valeurs de la « nouvelle » jeunesse
        https://journals.openedition.org/lectures/9663
        Tout n’est pas encore perdu

        • philbeau dit :

          Merci , je regarderai . Mais ces essais , intéressant intellectuellement , sont contredits par l’actualité depuis les fameuses décennies noires qu’on évoque . Il y aurait bien sûr , et nous en connaissons tous , une jeunesse saine qui garde les pieds sur terre ; mais que font nos dirigeants pour elle ? La question est : qui et vers quoi veut-on nous amener ?

    • Sempre en Davant dit :

      A l’instant du reveil vous descendez du lit :
      10 pompes (bras et mains comme ça peut, 10 abdos, 10 triceps (mains au bord du lit descendre les fesses), 10 dorsaux (à plat ventre relever bras et jambes au plus haut et tenir…), 10 squat

      Dans un mois vous êtes à 25 vous pouvez ajouter des polichinelles et des flextions croisées du buste (main gauche pied droit, bras en l’air l’autre coté etc)

      A deux mois vous faites les pompes bras parallèle au corps bras écart et mains en cœur total 75 et les triceps pieds sur une chaise. Vous incistez sur les abdos : plat dos, bras écart, jambes tendues vous touchez du bout des pieds tantôt à droite tantôt à gauche descente lente montée rapide.

      A trois mois vous ajoutez de 20 pompes viets à la centaine du reste. Vous durcissez vos jambes en faisant la chaise dos au mur. Vous faites le poirier contre le mur et vous vous soulevez à la force des bras.

      A quatre mois vous devriez pouvoir pomper sur les doigts tendus. « Marcher » sur le bout des doigts en étant assis en tailleurs et, en position de pompe mais avec les mains à hauteur du bassins garder l’équilibre – pieds décollés du sol puis « marcher ».

      Et à tout moment de la journée bras tendus devant cent fermetures des poings. Bras écart petit cercles devenant grands et l’inverse. Etc.

      La physiologie du truc m’échappe mais les exercices au réveil on plus d’effet que les autres.

      Et si vous avez un jour le droit de sortir et que vous faites du footing : ramassage des feuilles à droite et à gauche alterné avec marche en canard, saut de grenouille et pompes viets.

      Une corde a sauter en cuir (toujours pieds décalés) et vous n’aurez plus qu’à vous trouver une salle de boxe… C’est sympa ils ont plein de recettes de courbatures.

  15. twouan dit :

    En cas de conflit majeur, la reserve formera la masse des appelés d office.
    Pas besoin de longue formation, le role de la masse sera de tenir des lieux dans la profondeur (meilleur cas) ou de faire la chair sur le lieu de l impact et dans ce cas la, la principale qualité sera 2 jambes et de savoir supporter la faim et le froid.
    Par contre pour équiper la masse, il faut acheter un fond de matériel pas hyper cher mais massifs, du stock quoi et ça on sait que c est pas dans l air du temps.
    ( des tenues pour le chaud, le froid, des munitions, des rations et des armes simples stockébdans unbendroit sain et raisonnablement renouvelle ).

    La conscription a l ancienne ca ne sert pas a grand chose.

    • Vinz dit :

      « la principale qualité sera 2 jambes et de savoir supporter la faim et le froid. »

      Comme les glorieuses armées de réserve de Gambetta en 1870.

      • twouan dit :

        Mac-Mahon n a pas fait franchement mieux mais si il avait pu compter sur un peu de renfort pour ralentir les allemands autour des citadelles, ça lui aurait surement facilité la vie.

    • Lestrades dit :

      @ Twouan comme expliqué par tous les chefs d’état major nous n’avons pas de stocks donc nous ne pourrions pas équiper les maigres réserves en cas de guerre.

  16. jyb dit :

    Partant d’un concept vague de haute intensité, je trouve les raisonnements un peu fumeux. De quoi parle t-on ? Quel(s) conflit(s)
    établiront la doctrine ? Mais surtout parle t-on de conflit de haute intensité symétrique ou asymétrique ?
    est ce que le canada, annexant saint pierre et miquelon serait un conflit de haute intensité genre guerre des malouines…y-a-t-il une recension exhaustive des pays avec lesquelles nous avons des accords de défense pour mesurer en fonction des menaces et de leur nature le niveau d’intensité « maximum » d’un conflit.
    Que nous dit la première guerre du golfe avec l’opération daguet ? et les guerres en syrie ? pas d’opération terrestre sans domination du ciel et pas de victoire sans opération terrestre…
    Le brainstorming est intéressant mais il reste encore beaucoup trop général pour amener des réponses effectives.

    • Sempre en Davant dit :

      Bien de votre avis.

      D’autre part comme on pouvait s’y attendre depuis les dividendes de la paix nous avons vu des conflits utilisant tout les moyens militaires sans acteurs étatique, sans respect d’aucune règle « genevoise », sans volonté de vaincre (au sens classique), sans buts finaux.
      Mais au contraire acceptant parfaitement un conflit éternel pour l’obtention d’une récompense d’un autre monde.

      Biden était favorable a la partition de l’Irak. On se souviendra des menées de Madelaine pour couper la Russie des eaux chaude , de la Turquie dans l’europe et de l’infecte distinction entre enfant comme ci et comme ça en Yougo.

      L’intensité est elle dans la posologie Ha de l’appui feu ou dans les victoires célestes et le rapport à la fin des temps?

      Pour 2021 j’suis pas sur mais 2022 « Soylent Green is people! » https://www.imdb.com/title/tt0070723/mediaviewer/rm2435618561/

      Comme les zombies mangent dit’on les plus lent d’abord je vais refaire de l’exercice.

      Mais avant cela je ferai observé que le principal problème c’est l’absence de sélection et d’excellence scolaire. Hors même la Légion nous dit qu’elle recherche des « Intellectuels » . Un peloton de char formé en trois mois car composé de bac +2 à +5 scientifique du temps de 30% de bacheliers ça avait un niveau qu’on ne reverra pas de sitôt.

      Et pour la santé physique et mentale il faut que les bons gosses puissent jouer dehors pendant que les voyous sont punis.

      Dernier point c’est l’ancien commandant du GIGN qui a prit la tête de la gendarmerie du nucléaire : dissuasion quand tu nous tient. Mais j’aimerai qu’on ajoutât à son commandement une direction des risques technologique avec tous les AZF en puissance. Poste inter-armée et inter ministère.

      • jyb dit :

        @sempre a davant
        que des bac + 5 veuillent être cul de plomb relève de l’imposture…sauf à être issus d’une vieille écurie désargentée.
        une dérogation pour le rhp est acceptable.
        vous connaissez cette contrepèterie en vogue à montpls :
        il y a beaucoup de bon côté à saumur!
        c’est quoi ton arme? aaaah….béééé…çç
        – personnellement je crois que la troupe à besoin de têtes bien faites et pas forcément de têtes bien pleines.
        – a vérifier mais on a quand même une dg de la sécurité civile sur les risques majeurs de toutes natures.
        mais il est vrai que ce n’est pas un militaire à sa tête.
        PS taquinerie bienveillante et fraternelle à l’égard de l’abc. bien sûr.

        • Sempre en Davant dit :

          J’ai été surpris par le « laisse flotter » de pas mal de bon cerveau. Pas gnac? Pas de goût des responsabilités? En tout cas certains finissaient en tourelle et rapidement la comprenait mieux que les gars d’Issoire…
          Ce qui est spectaculaire c’est le différentiel de vitesse et de profondeur d’instruction. Reste que seul le caractère est la vertu des temps difficile.

          Excellente blague!

          Savez vous que l’école d’équitation : le cadre proprement dit n’était pas si bien fréquenté, il confinait a l’interlope. Pour le sens du cheval et la connaissance du dressage, certains ont prétendu que l’artillerie volante ou chaque cheval n’avait qu’un demi cavalier au mieux fût une référence.
          J’ai eu le privilège de monter à cheval sous la conduite d’un ancien second maître de manège, donc un instructeur sous officier. Vu la classe, le coup d’œil, la vivacité de compréhension et les connaissances hippologiques le fait qu’il soit resté sous officier m’avait sidéré. Il estimait n’avoir pas le niveau.Off et avait servit de son mieux.
          Si le saut ne vous offre plus assez d’adrénaline ou de peur, je vous suggère un apprentissage accéléré a la longe.
          Dans aucune activité je n’ai revu quelqu’un capable de faire passer l’obstacle qu’il avait jugé accessible à un cheval et à un cavalier. Il tendait vers 0 marge 0 erreur! La classe!
          Ayant repris une jument qui sur un refus + projection avait cassé le bassin d’une cavalière meilleure et plus légère que moi pour passer 20cm plus haut j’avoue avoir agit avec une des plus grosse trouille de ma vie.
          Exécutant ces ordres d’un précision supérieure : ça passait! Que de progrès en une heure terrifiante.
          Il n’était occupé que de la tenue impeccable de son écurie et de faire progresser tout ce qui y rentrait. Au début les palefreniers ne l’aimait pas, il l’adulaient à son départ.

          Deux craintes liés sur le sujet gend Nuc et autres : les vols de machines agricoles pouvant être détournées de l’épandage etc Les vols de produits et carburants en tant qu’effecteurs et les cibles molles vis a vis de ces sortes d’engins et ce qu’il peuvent permettre.
          La gamme va du projet d’incendie de la Casbah à Oklahoma City. Appuyez cela sur des cibles industrielles ou technologiques diverses… Les vols d’engins et les manifs « avec tracteurs » dans Paris c’est fort déplaisant.

          La sécurité ne peut pas être qu’affaire de ISO trucmuche. Il est temps que cela soit regardé avec des yeux interarmes et des idées fumeuses de saboteur-wanabee.

          Dans un bon esprit la guerre des boutons est le meilleur de nos manuels d’histoire. Je prend!

          • jyb dit :

            @sempre à davant
            – j’ai galopé naguère à guer sur un magnifique parcours de cross mais sans le moindre souci de style, à ce demander qui était le bourrin.
            – Je ne vois pas l’usage directement offensif de l’épandeuse, mais votre potentiel à détourner les machines m’inquiète un peu. des djihadistes moins imaginatifs mais tout aussi ingénieux ont réussi des petites « ruptures » techniques au syrak.

          • Sempre en Davant dit :

            Une tonne à lisier capable de projeter dans les 30m3 de fluides c’est nauséabond quand il s’agit de lisier devant une préfecture.
            Les exploitations (coopé, silots etc…) agricoles utilisent aussi des carburants, des engrais « simples », on constate l’emploi de billes de métaux légers dans certaines « bouteilles festives », les piscines sont à la mode, les infrastructures de transports sousterres … Et en effet des retours de Siriak et des libérations peines purgées dont certains (sauf erreur) fréquentaient près de Chartres.
            Donc oui, je pense à la même chose que vous…
            Je ne puis même pas revendiquer avoir une imagination fertile : je dis juste voyez ceci ne serait qu’un changement de couleur ou de type de véhicule.

            Sans doute par ce que je n’ai jamais essayé les guidages GPS autonome agri tant volés « pour les pays de l’Est… Vouiii??? Est ce sur?!? Est ce vendable comme une kalash? . Que bientôt ça roulera à >40kmH Et oup’s pardon, voila un p’tit drone autonome d’une bonne quarantaine de tonnes dont 25 à 30 utiles. Croyez vous qu’il faille retendre le grillage? Moi vouiii! Et j’suis pas ingé ni chimiste.

            Il y a un raccourcissement de l’histoire entre la Toussaint sanglante, Samuel Patty et les instituteurs, Alger et les entreprises (Pied Noir) de transport de carburant.
            On retrouve aussi les grandes tirades sur « les principes judiciaires » dont la médiocre clameur ne peine pas a masquer l’absence de bruit des non-constructions de prisons.

            Bref : ça craint!

            Superbe parcours de Cross. Si d’aventure vous avez un peu de temps pour lie « Épaule en Dedans » du Cdt de Sallins.
            L’art équestre à progressé depuis et c’est en commétant des erreurs sur sa reine intermédiaire et l’équilibre du cheval lesté d’un cavalier Que Sallins a fait faire un bon en avant à l’équitation.
            C’est donc daté. Voir nuisible pour le jeune cavalier. C’est 1/X une leçon d’instruction.
            La meilleure leçon de pédago que je connaisse. Toujours arrêter la séance sur une bonne exécution. Toujours aller du connu à l’inconnu. toujours commencer la séances par la fin de la précédente. Aller du connu à l’inconnu. « Sur la Boule »/ En avant, calme, droit léger…
            Même ses erreurs ont ouvert des portes!

        • Naoned 46 dit :

          Pour la patronne de la dg actuelle ce n’est pas une militaire mais pendant de nombreuses années cette organisation a été dirigée par un officier de gendarmerie passé ensuite dans la préfectorale
          Il est préfet de l Hérault
          D’autres mili préfets en Guyane ( ex Gie) en Morbihan ( ex AA)

    • Nexterience dit :

      oui, c’est peu structuré.
      Pour être moins vague, il vaut mieux réfléchir autour de différents scénarios et de leur réponse à apporter.

    • aleksandar dit :

      @Jyb
      Il faut continuer le raisonnement
      Dans l’esprit de ces gens, conflit de haute intensité c’est une guerre contre la Russie, parce que tout simplement aucun autre acteur militaire d’envergure n’existe en face pour mener une telle guerre de haute intensité.
      Le deuxième point est la localisation.
      Si cette guerre se déroule en Pologne, le corps de bataille français s’insérant dans le dispositif OTAN, son niveau actuel est largement suffisant.
      Par contre si il s’agit de défendre le sanctuaire national alors bien évidemment c’est strictement impossible, le volume actuel de forces ne permettant en aucune façon de  » tenir  » le terrain.
      Le problème, qui est soigneusement mis de coté par ces 2S, est bien celui-la : que veut on défendre ?
      Avez vous noté comme la plus basique des missions, tenir le terrain, est étrangement absente de toutes ces réflexions étoilées ?
      Mission qui ne pourra jamais être exécutée par les fameux robots , sauf a en avoir des centaine de milliers avec un intervalle de 10 mètres sur au moins deux rangs et sur toute la frontière de l’Est.
      ( Désolé pour les fanas de science fiction )
      Autre problème, autant je pense qu’en cas de menace contre le territoire national, on trouverait les ressources en hommes , a condition d’avoir préparé l’affaire, autant je doute que les volontaires se bousculent pour aller mourir en Pologne ou en Estonie.humaines.
      Reste l’impasse technologique, on a des matériels de plus en plus complexes, servis par des soldats de plus en plus pointus.
      Mais ces matériels coutent chers.
      Or la balance cout/bénéfices n’est jamais prise en compte.
      Quel est l’équivalence/hommes de ces merveilles technologiques au combat ?
      A quel moment la machine a 50 millions d’euros est elle plus efficace en terme de réalisation de la mission que les 500 hommes qu’on pourrait aligner sur le terrain ?

      • Jo666 dit :

        Non pas d’accord les entraînements se font sans GPS à la manière rustique

      • Albatros24 dit :

        Le problème est que même au sein de l’OTAN nous ne sommes pas du tout opérationnels pour un conflit conventionnel conr ela Russie, ce sont les Etats Unis qui devraient tout nous fournir à commencer par les munitions, (de petit calibre, le plus problématique mais aussi tous les obus, missiles, bombes ou même le pétrole). En effet nous avons trop de véhicules disparates en états plus ou moins opérationnels, pas assez de transporets de troupes (camions, avions, hélicos) ou d’artillerie en nombre suffisant…
        Nous sommes configurés pour des OPEX et Sentinelle… et guère plus…
        Il nous manque une profondeur d’effectifs et de matériels, une résilience, que nous ne pourrions pas avoir sans un service national. Service national avec un volet militaire au sein de cette garde nationale dont on parle tant sans rien faire pour commencer quoi que ce soit en pkus (c’est si énarchiste…).

      • jyb dit :

        @aleksandar
        je pense que la russie reste l’ennemi théorique, le plastron. Mais que dans les scenarii français, un conflit « de haute intensité » contre les russes n’est pas le « déclencheur » de ces questionnements.
        Ce qui a mon sens est un raisonnement vicié, car notre plastron russe est trop « prédéterminant » et induit des réponses déjà connues. Autant désigner directement un adversaire fictif comme la turquie qui peut opposer une résistance de haute intensité dans un conflit régulier et irrégulier.

  17. Denis dit :

    non !

  18. Sentinelle dit :

    Ok avec Bouquin de la parallèle un impératif s’engager en coalition et la il y a la masse pour les délirants de l’atome il ne sanctuarisé que le TN et la on peut opérer par d’autres stratégies déjà a l’œuvre

  19. Nexterience dit :

    Dans le cas de gros grabuge en Ukraine, Pologne ou Géorgie, en guerre technologique, il faut absolument des soldats correctement formés au matériel pointu. L’atrition du matériel limite aussi l’intérêt de la masse. Donc une circonscription serait peu efficace.

    En guerre métropolitaine, nos ennemis agiraient évidemment sous le seuil nucléaire, en utilisant nos grandes fractures sociétales: perdants du système éperdument prorusses; musulmans conservateurs éperdument djihadistes dont la répression pourraient émouvoir les USA.
    Dans ces cas, il faut voir si la circonscription recupererait les brebis égarées ou si elles formeraient les futurs dissidents.
    Comment ça se passait à l’époque du risque communiste?

    • Lestrades dit :

      Le matériel n’a d’intérêt que s’il y a un volume minimum. Sinon on ne peut pas tenir le moindre front.

      Mais surtout on ne peut pas encaisser de pertes.

      Les communistes étaient membres d’organisations structurées dont il était facile de connaître les membres. Là le problème sécuritaire serait aïgue.

  20. HansW. dit :

    « Est-ce que rétablir le service militaire pour donner de la masse aux armées dans un scénario de conflit de haute intensité? » est une question que les experts de tous poils pourront discuter indéfiniment.

    Par contre, je suis convaincu d’une chose le « service militaire pour tous » est une nécessité pour que tous les groupes sociaux qui apparaissent dans chaque pays cessent de s’écharper à longueur d’année!

    Certains diront « ce n’est pas à l’armée de faire cela », mais c’est faux. La première mission d’une armée nationale est d’assurer un « esprit de corps » au sein de la population. Quand il n’y a plus de sentiment national au sein d’une nation, quelle que soit la guerre (armée ou économique), elle est perdue d’avance!

    • NRJ dit :

      @Hans W
      Il y aurait une différence majeure. S’il y a une guerre de haute intensité nécessitant une conscription de masse, ça voudra dire que les beaux sentiments seront renvoyés aux oubliettes. Au contraire on est allé en Afghanistan pour les bons sentiments, pour apporter la paix et la démocratie. Vous pouvez être certains que si on avait voulu réellement gagner, on aurait gagné. Les populations afghanes en auraient payé le prix du sang mais on aurait gagné (du moins si on attribue le terme « gagné » au fait que les talibans soient neutralisés).

      • Raymond75 dit :

        « on aurait gagné » comme la Plan Challes a permis de gagner la guerre d’Algérie … militairement.

    • EBM dit :

      « La première mission d’une armée nationale est d’assurer un « esprit de corps » au sein de la population. » Je dirais que c’est le boulot de l’éducation nationale.

      • PK dit :

        Le boulot de l’EN, c’est (était) d’apprendre à lire et à écrire.

        Aimer son pays, c’est le rôle des parents.

      • kilo56 dit :

        Non, l’éducation nationale ne peut pas le faire.

        Pourquoi? Tout simplement parce que l’école est géolocalisée et ne peut pas assurer le brassage ethnique ou societal.

        L’école d’une cité regroupe des élèves au même profil: Il n’y aura jamais un fils d’émigré dans la même classe qu’un fils de médecin ou qu’une fille d’un riche commercant!

        Il n’y a que l’armée qui peur faire suer main dans la main un fils de maçon et un fils de PDG

        • EBM dit :

          Elle doit faire de l’éducation civique. Il est beaucoup plus efficace de commencer à l’école primaire que de le faire à 18 ans en pompant le budget de l’armée pour une telle tâche.

          Un service militaire ne doit avoir lieu que si cela à un intérêt militaire sinon cela affaiblie l’armée.

      • Albatros24 dit :

        C’était comme cela du temps des Hussards noirs de la République, toute une classe d’âge de jeunes qui ont su défendre leur pays en 14-18 (mais aussi en 1940 quoi qu on dise…).

  21. frederic66 dit :

    on aura pas le choix…….

  22. Le sicaire dit :

    Un conflit de haute intensité ? Avez vous posé la question au CEMAT et même au CEMA ? Je suis sûr qu’aucun des deux ne seraient capable d’en donner une définition pertinente, judicieuse et objective.

    Et la Russie alors ? C’est vrai quelle nous menace avec c’est 146 millions d’habitants prêt à guerroyer aux ordre de Poutine ! Je la vois mal s’attaquer à la France (66 millions d’habitants), sans que l’Allemagne (81 millions), le Royaume-Uni (64 mios), l’Europe, etc… ne se sentent concernés.
    La Chine ? Ne croyez-vous pas qu’elle ait mieux à faire que de venir envahir la France métropolitaine ? Par contre nos ZEE du Pacifique, c’est une autre histoire…

    Peut-être un débat qui à juste vocation à faire peur, pour faire rentrer quelques « sous » dans les caisses de la défense.

    Par contre, qu’en est-il du vrai risque de déstabilisation du territoire nationale par un état, ou autres… Là, étrangement point de questionnement. Évidemment, l’armée française a une culture de l’Opex, de la force expéditionnaire, de la défense du territoire mais malheureusement ne veut plus entendre parler (la honte sans doute ? – Indochine – Algérie) d’une force de maintient de l’ordre sur le territoire national… Or l’avenir de l’armée française, il est plus sûrement dans ce domaine que dans celui d’un conflit de haute intensité. Car aujourd’hui un conflit de haute intensité pour la France, qu’est-ce donc, si ce n’est la 3ème guerre mondiale !? Et là, c’est une autre Histoire… 😉

    • StephaneR dit :

      C’est pourtant bien la Chine le plus gros risque majeur en terme de conflit mondial… Ils prennent leurs désirs pour des réalités dans le Pacifique. Mais pas que là-bas. Et leurs bases vont fleurir dans toute l’Afrique pour protéger leurs ressources importées. Quand j’entends certains reportages naïfs et benêts sur cet empire communiste comme sur France Info parfois, je me dis qu’en France on est vraiment à la ramasse en terme d’anticipation des signaux faibles. Rendez vous compte qu’ils viennent de passer des accords militaro économiques ultra opaques avec le régime iranien! Personne ne s’en soucie en Europe on dirait.

    • EBM dit :

      @ Le sicaire si: c’est une guerre ouverte conventionnelle. Par exemple contre la Turquie ou la Russie.

      La question se pose vis à vis des Etats Baltes ou de la Pologne. Les allemands vivent dans un monde imaginaire il n’est pas utile de se préocuper de leur avis sur le sujet.

      Le reste n’est pas du domaine du probable comme la Chine.

      L’Algérie et l’Indochine ce n’était pas du maintient de l’ordre mais de la contre insurection.

    • ULYSSE dit :

      @le sicaire.+++

    • norbert dit :

      @le sicaire. Vous avez parfaitement résumé la situation. On verra plus certainement une guerre civile dans l’hexagone qu’un conflit de haute intensité dans les années à venir. Absence de prisons, impossibilité de reconduire les clandestins , impossibilité de réduire les fraudes aux allocations , regroupement familial étendu aux frères et sœurs par notre gouvernement actuel, voila les vrais enjeux !!!

  23. Roissard dit :

    En Allemagne, après la guerre de 1870, un système original avait été institué : toute personne voulant rentrer dans la fonction publique devait effectuer une sorte de service militaire et rester mobilisable pendant, je crois, 5 à 7 ans ( durée à vérifier ).

    Il devrait être possible de trouver d’autres idées de ce genre pour affermir les effectifs sans rétablir un service militaire universel.

    • PK dit :

      thème repris dans StarshipTroopers… La citoyen en échange du service militaire. Ça pourrait avoir un certain sens.

      • lg dit :

        Le film dénonce exactement ca, vous ne devriez pas le prendre au premier degré.

        • Albatros24 dit :

          Ce sont les romains et les grecs, le berceau de notre civilisation, qui ont instauré le service militaire (de plus de 15 ans pour les légions) de tout citoyen. Les aristocrates étaient cavaliers, les autres fantassins.
          Seuls les hommes libres portaient une arme et avaient ce privilège. Principe sympathique repris par la 1ère République et l’Empire pour la plus grande gloire de la France (et beaucoup de sang, mais nous étions attaqués et en position de défense pour survivre)

    • Paddybus dit :

      Oui, cela semble judicieux… et cela permettrai un filtre qui ne dirai pas son nom à l’entrée d’une fonction publique qui est de moins en moins consciente des enjeux… mais cela n’irait-il pas à l’encontre de la tendance lourde à la privatisation des fonction régaliennes, jusqu’à une forme de privatisation des polices..??

  24. Noël BERGON dit :

    si c’est pour faire une guerre de jadis oui ,c’est une bonne idée…sinon non !…donc non !…les éléments à notre disposition aujourd’hui laissent entrevoir que seul une invasion du territoire national ferait se lever le peuple …du moins une partie…et pas tous en même temps…et pas pour les mêmes objectifs…autant dire ,que le seul esprit qui vaille c’est peut être celui des Anglais pendant la seconde guerre mondiale…qui faisait apparaître que chacun est important pour la nation ,que chacun à son rôle à jouer, que chacun peut amener sa pierre à l’édifice…bref ! fédérer un peuple contre l’anéantissement total , pour combattre , et surtout pour vaincre nécessite de hommes et des femmes providentiels…que nous découvrons toujours une fois que « le gros bordel » a commencé !

  25. Phil dit :

    Questions à se poser mais qui peut croire que la jeunesse de ce pays, dont une grande partie est endoctrinée dans la haine de la france de ses libertés et de sa population va aller se mobiliser pour le défendre?
    D’autant plus que nos ennemis probables ne seront ni les suédois ni les suisses mais plutôt des tenants d’un ordre religieux renvoyant le nazisme à une aimable plaisanterie.

  26. Cyd dit :

    « En outre, mais le général Bouquin ne l’évoque pas, la dissuasion nucléaire est censée préserver l’intégrité du territoire national. Ce qui n’exige pas de levée en masse comme autrefois. »

    La dissuasion nucléaire est notre nouvelle ligne Maginot
    Nécessaire mais obligeant nos adversaires à la contourner en restant sous le seuil de déclenchement notamment via une guérilla à la syrienne s’appuyant sur une abondante 5ème colonne déjà sur place

    Cette 5ème colonne sera peu armée et dans ce cas la conscription de masse prend tout son sens pour préparer la formation de milice d’autodéfense

    On pourrait commencer par former tous les volontaires

  27. Polymères dit :

    Il faut être lucide sur le monde actuel.
    La bombe nucléaire a considérablement revu des millénaires de pratiques militaires, elle a complètement revu les rapports de forces. Il est normal et entièrement concevable que les esprits aient du mal à suivre et comprendre ces changements.
    On assiste donc depuis 1945 à une certaine incohérence militaire dans le monde, ou les « grands pays » se sont fait face comme au 20e siècle avec des masses militaires conventionnelles, s’efforçant à s’imaginer quel char sera le meilleur, quel avion sera le meilleur alors que la réalité atomique rendait ce schéma de guerre totalement obsolète. Mais difficile en sortant de la 2e GM, souvent même avec des politiciens qui ont aussi en tête la première, de tourner facilement la page.

    La bombe nucléaire a transformée le monde, jadis la guerre se faisait entre les grandes puissances, aujourd’hui ces guerres deviennent impossibles. Les nations disposant de l’arme nucléaire sont sanctuarisées, leurs armées conventionnelles ne sont pas celles qui vont défendre le territoire d’une invasion, car l’invasion du territoire devient presque utopique, tant elle est un signe apocalyptique pour le conquérant. Notre armée conventionnelle, comme celle des USA, de la Russie ou ailleurs ne sont plus des remparts, ne sont plus des boucliers de la nation, l’arme nucléaire les ont remplacés. Les armées conventionnelles ne sont plus que les glaives de ces nations, elles choisissent de les utiliser ou non, de les négliger ou non, cela ne remettra pas en cause l’existence ou la survie de la nation dans une guerre contre un ennemi puissant.

    On assiste donc depuis un moment à des guerres par procuration. Des guerres que les puissances nucléaires « choisissent » de réaliser pour diverses raisons et des guerres ou les autres puissances nucléaires ne sont pas d’accord, viendront aider l’attaqué en l’armant ou en le soutenant diplomatiquement afin de délégitimer l’attaquant.
    Voilà la réalité militaire de nos armées.

    Bien entendu, soit on accepte de le voir, de le comprendre, soit on continue à faire comme si demain, on va revivre un mai 40 et qu’on sera impuissant et incapable d’y faire face. D’autres aiment à se mettre à la place des nations non nucléaires pour qui les armées conventionnelles se doivent encore d’être dissuasives, donc d’avoir une masse. Sauf que ces armées là, elles ne vont pas nous envahir, si nous les affronterions, c’est que nous l’aurions choisis et que ce combat ne se déroulera pas dans les plaines de Champagne-Ardennes mais bien chez l’ennemi, nous serions le glaive et la haute intensité devrait se mener dans cette optique là.

    Les nations nucléaires ont ce privilège de ne pas subir des attaques/guerres massives comme on pouvait le voir hier, comme on peut encore le voir dans des pays non nucléaires. Les nations nucléaires se battent avec des intermédiaires étrangers et ne font pas tout par elles mêmes, avec leurs moyens.
    La « masse » utile n’est pas à cherchée dans la population française, car nous n’allons pas conquérir le monde comme au temps de l’empire, notre glaive (armée conventionnelle) sera une aide, un appui à d’autres pays. La masse sera « locale » à nous de pouvoir défendre et armer ces alliés, ce sont eux qui combattront à notre place. Que dans cette appui, cette aide, notre force expéditionnaire se retrouve à réaliser de la haute intensité, oui forcément, mais cette haute intensité n’est pas celle qu’on imagine. Elle ne sera pas les saignées de Verdun avec des attritions mettant en péril la survie de la nation et qui décidera du sort de la guerre, ce sera une haute intensité « limitée » aux volumes de forces qu’on aura décidées d’amener et si nous échouons à faire la différence, la défaite sera locale, notre pays ne sera pas dans les mains de l’ennemi. Pas plus que les vietnamiens n’ont envahis l’amérique, que les talibans n’ont envahis l’URSS, la défaite sera politique mais ça restera dans le cadre d’une opération à l’étranger. On ne va pas sacrifier toute notre armée pour d’autres, on ne va pas vouloir envahir un pays de 100 millions d’habitants avec 15 000 hommes en ayant une attrition telle, qu’on va s’engager à rétablir la conscription et ou on va se sacrifier jusqu’au dernier.
    On doit être lucide, réaliste sur notre situation, sur ce qu’on peut et ce qu’on ne peut plus faire. Le monde change, les masses de populations ne sont plus les mêmes, les armes qui circulent comme des petits pains rends n’importe quelle occupation en un bourbier et il suffit qu’un pays tiers s’y mêle pour que la défaite soit inéluctable, que vous ayez 10 000 ou 100 000 hommes n’y changera rien.

    Donc à mes yeux, il est important pour nous de ménager une bonne position diplomatique, d’affermir nos relations afin de ne pas être seul, d’avoir des soutiens et des pays sur qui se reposer dans des confrontations. Ce que je dis n’est pas un appel à être dépendant des USA comme certains aiment à généraliser nos « alliés » et l’intérêt d’en avoir, mais bien de pouvoir avoir des leviers. Prenons le cas de notre « confrontation » avec les turcs, ceux qui ne font que se regarder le nombril se diront qu’il faut que nous y envoyons XX frégates pour les dissuader, les emmerder. Moi je dis qu’il faut savoir analyser la situation, comprendre que les turcs ont d’autres ennemis, bien plus à même de s’y opposer que nous. Armons donc les grecs, privilégions l’hypothèse d’une guerre entre la Turquie et la Grèce ou cette dernière fournira l’effort principale sur lequel on s’appuiera pour amener des petits plus. Il faut arrêter de croire qu’il faut tout faire tout seul, que nos intérêts ne peuvent pas et ne sont pas partagés ailleurs ou que les intérêts des autres ne sont pas exploitables pour notre propre intérêt. Il faut sortir de cette idée ou l’on va se retrouver isolé et qu’on va voir déferler les colonnes allemandes et qu’on va devoir y faire face sans l’aide des autres, ce monde là n’est plus, non pas que nos alliés vont se précipiter pour nous aider, mais que notre pays risque de sombrer aux mains d’un ennemi extérieur. Notre capacité à durer et à construire un effort de guerre n’est pas chronométré. On a beau se dire que la conscription ne permettra pas d’amener ce qu’il faut dans les temps, mais si on se dit cela, c’est qu’on ne comprend toujours pas la sanctuarisation de notre territoire et qu’on continue à se représenter les guerres du passé, sur notre territoire comme référence.
    Notre situation actuelle se rapproche plutôt de celle des USA dans la 2e GM, même sans l’arme nucléaire, mais vu que certains aiment prendre le passé en exemple, je cite ce cas là. Les américains étaient loin des conflits, leur pays n’était ni bombardé, ni sous la menace d’une invasion. La guerre en Europe, pour eux, c’était un choix et non une obligation. Ils pouvaient se dire qu’ils compteront sur d’autres, dont la France pour faire le travail. Pearl Harbor les ont poussés à se décider.
    Ils ont misés sur ceux qui sur place combattaient déjà les nazis, que ce soit les anglais ou les russes, ils ont fournis un énorme effort de guerre industriel au profit de ces pays. Ils n’étaient pas pressés par le temps pour se construire une armée, ni pour débarquer et c’est compréhensif, pourquoi donc se sacrifier pour d’autres? Que pensons nous des français qui meurt au Mali?

    Cette position américaine dans la 2e GM est assez proche de la nôtre actuellement, celle ou le territoire est protégé, non pas par la distance et les océans, mais par la bombe nucléaire. En cas de guerre, nos usines d’armements ne seront pas atteintes, notre effort de guerre ne sera pas perturbé et on ne vivra pas sur nos stocks sans capacité à s’adapter et à réorienter des productions. Pour la conscription c’est pareil, croire que nous n’aurions pas le « temps » de former ce qu’il faut, le temps de se préparer à venir en force, c’est une erreur qui se repose encore une fois sur les guerres passées ou sur une mise en situation d’un pays non nucléarisé.

    Plus que jamais, nos forces conventionnelles sont dépendantes des ambitions que se fixent nos gouvernements. Celui qui est aventurier voudra beaucoup de moyens, celui qui ne l’est pas, il pourra même supprimer l’essentiel des forces conventionnelles que le pays ne sera pas pour autant plus en danger et ne sera pas confronté à de la haute intensité , il perdra juste en influence et cessera d’imposer ses vues sur divers dossiers.
    Donc on choisit les guerres dans lesquelles on souhaite s’engager et on constate peut-être que certains de nos alliés font face à des pays conventionnellement puissants et pouvant conduire un corps expéditionnaire d’assistance français à conduire une confrontation de haute intensité. Mais en aucun cas cette guerre de haute intensité n’est ce qu’on imagine avec une usure et une attrition monstre de notre armée au point de devoir réaliser une conscription et une levée de masse urgente sous peine d’être envahit.
    Je sais que certains regrettent presque cette époque, mais le monde a changé et le rôle de nos forces conventionnelles également. Nous sommes bien sur une armée de projection, qu’il convient de consolider, qu’il convient de soutenir et de faire durer dans des conflits qui ne seront pas toujours asymétrique. Nous serons une contribution à une coalition ou à des forces locales et pas un tout. Nous choisirons d’y aller ou non, si l’ennemi est à 1 million, nos alliés locaux à 10 000, on ne va pas s’engager avec 5000 hommes, si on ne peut pas faire face, nous ne le ferons pas et nous n’irons pas se jeter dans la gueule du loup. Tant pis pour nos alliés locaux, on leur apportera une aide indirecte.
    La question de nos moyens conventionnels se mesurent donc à cela, cette capacité d’action pour influer sur une situation étrangère.
    On ne s’attaque pas à un pays ayant l’arme nucléaire comme on s’attaque à un pays ne l’ayant pas. Ne nous plaçons pas dans la situation de l’Arménie, de l’Ukraine, de la Corée du Sud ou de Taïwan, la dépendance au conventionnel pour protéger le territoire exige d’énormes moyens, l’arme nucléaire épargne cet effort, il permet comme je l’ai dit, d’avoir une armée qui peut se tourner vers la projection.

    • ULYSSE dit :

      @polymeres. Bien trop long, mais j adhère.le vrai souci est de défendre nos intérêts loin de nos frontières hexagonale d. Et dans cet objectif, notre réseau d’alliances, et notre capacité de projection sont déterminants. Cette dernière suppose des forces professionnelles , superieurement équipées et formées, en nombre suffisant bien entendu, mais sans rapport avec la notion de masse, qui est innateignable, en raison de nos moyens démographique s,et budgétaires et de la sociologie de notre population. L’idée, évoqué par Raymond75, d’ un service volontaire d’un an adossé à une formation qualifiante pourrait cependant être étudiée.

    • twouan dit :

      On se retrouve en pays pas nucléaire en 5 minutes.
      On est pas du tout un grand pays imprenable. On a pas 500 missiles cachés en 50 endroits… Avec les anglais peut-être mais seul on est très fragile.

    • Sempre en Davant dit :

      Je n’arrive jamais a être d’accord avec vous depuis toutes ses années que je vous lis. Sans doute en avez vous autant a mon service. Permettez que je sois bref.

      Vous rêvez tout debout sur le nuc. Non ce n’est pas une dissuasion de non emploi. Oui les USA et L’URSS envisageaient parfaitement annihilation totale de l’Europe. Les plans soviétiques étaient clairs : vitrifier un bout de bellarus, la pologne et l’allemagne (oui la rda alliée) et passer dessus pendant que c’est chaud.

      Le petit pois dans ce jeu fut l’autonomie nucléaire française et le très imprévisible de Gaulle. Pour les Popov et les Yankee ce chien dans le jeu de quille capable de causer aux deux des dommages dont on se se relève pas ne laissait plus que le jeux périphérique des guerres post coloniales ou d’ailleurs en dépit d’intérêts divergents ils voyaient avec une même gourmandise l’effondrement des puissances coloniales. Que cela nuise aux population ne leur été rien.

      Ensuite vous omettez que les quiétiste sont les mêmes depuis la fin prétendue de la prétendue guerre d’Algérie;
      : « Nous les vaincrons avec nos ventres » est autant la maxime des turques devant faire au moins cinq enfant en occident que celle de l’épouse du premier président algérien. Que ce soit un scénario de fin du monde n’intéresse pas ceux qui veulent que vienne le « jugement ».
      Ceux des partisans du FLN qui rêvaient d’une Algérie socialiste sont en France depuis la fin des années 60.

      Vous refusez de comprendre tout cela depuis les débuts du blog et pourtant les faits vous ont démenti. Quel que soit mon admiration pour la planification de nos opex et la qualité de nos troupes c’est face au bilan de cinquante ans de pseudo guerre post coloniales que je m’interroge. Nos troupes ont livrés des batailles et ont su vaincre et rétablir un certain calme.
      Bien! Ont’elles pour autant trouvé a gagner une guerre selon la définition de R Ayron càd d’enclencher un « processus de réduction de la violence »?
      Je le crois toujours moins : il me semble que nous courront avec des sceaux pompe de fumerolle en flammèches avec un NinjutsuSeauD’eau toujours plus peaufinée et des semelles que la chaleur décolle… Mais chuutttt ne parlez pas de feu de tourbe !
      Pas ou : ET.

      Vous croyez enfin au matériel disponible sur étagère et au temps d’entraînement. J’aimerai vous applaudir des deux mains en opinant du chef. Seulement le matériel est de plus en plus long a produire coûteux a l’emploi et lourd au plan logistique.
      Il est aussi plus exigent sur la formation des paxs pour donner corps a ses avantages. Bref l’ensemble est moins renouvelable. Il faut donc l’avoir sur stock : c’est le contraire de votre hypothèse de départ.
      Ayant le doigt dans l’engrenage il ne me semble pas qu’on le retire si facilement.

      Enfin, j’ai eu une conversation désopilante avant l’été avec un « parisien » retenu en banlieue. il en ressortait qu’en somme ceux qui n’avaient pas fuit la capitale étaient moins paniqués que les autres et avaient à leur dispositions des stocks supérieurs qui évitaient la panique des rayons vides. Ajout de calme contre ajout de panique. Le PR nous l’a dit « c’est la guerre au virus » t la vérité a pris douze balles dans la nuque avant le coup de grâce et l’autopsie a déterminé qu’elle était morte de co-morbidité.

      Pourtant nous devrions subir des coupures d’électricité cet hivers en vertu des retards d’entretien lié au covid. Ce qui évite de penser qu’entre l’obligation des PAC qui fuient des GAZ à réchauffer le climat et les voitures à 7.4(de tête tirez pas)kva quand un nouvel abonnement ne peut excéder 11kva dites mois un peu comment une famille avec une PAC + électroménager et deux Zoe passera l’hiver.

      Croyez vous que le TN tiendrait dans ces conditions avec les habitudes de confort des gens qui résident en France??? N’y a t’il pas là toutes sortes d’absurdité nucléaires, et de sécurités.
      En cas de carence en carburant comment tiendront nous le territoire et soutiendrons nous les opex?

      Quel gains y a t’il a relancer les centrales à charbon pour alimenter des véhicules et chauffages électriques nouveau? Croyez vous que « les armées » existent dans un autre espace temps?

      Si vous déménagez pour votre retraite je vous suggère de prévoir une cuisinière bois et charbon avec bouilleur: Mme votre épouse n’a pas a supporter le froid ou vos effluves de chambrée. Ceci pour finir sur une blague : nous ne seront pas d’accord cette fois ci plus que les autres.

      Mais ne vous trompez pas comme un viel europeiste: voyez la levée des restrictions de natalité chinoise en même temps (et pour même raisons) que la ré-éducation (euphémisme) des ouïgours, la population du Pakistan, de l’Indonésie, de l’Inde, de l’Afrique etc. Quand le foin manque au râtelier les ânes se battent .

    • Raspoutine dit :

      @Polymères:
      La stratégie « du faible au fort » avait peut-être un sens à l’époque de la Guerre Froide, alors que le Corps Blindé Mécanisé et la FAR permettaient une approche graduelle d’un éventuel conflit de hte intensité (celui-ci étant à l’époque bien visible et identifié) avec engagement conventionnel, et dissuasion nucléaire à base de frappes nucléaires limitées d’avertissement (pré-stratégiques) et d’une force stratégique non-négligeable …
      Votre approche suppose comme préalable que d’éventuels alliés aient des intérêts économiques et politiques convergents et durables avec les nôtres, et que ces alliés soient eux-mêmes suffisamment motivés, puissants et organisés pour que l’ensemble fasse « masse » lors d’un conflit à la fois diplomatiquement et éventuellement opérationnellement …
      Il est sans doute pragmatique de se dire que l’on décidera d’y aller (ou pas) en fonction des alliés et surtout de l’opposition, mais ne croyez-vous pas que cela ne revient qu’à reconnaître perte d’influence et faiblesse des moyens de défense, à commencer par le sens de ce qu’est être citoyen d’un pays ?
      Dans le monde tel qu’il est, personne ne nous prendrait au sérieux -à raison- si des pressions exercées sur certains territoires et lieux d’échénages économiques restaient sans réponse ferme de notre part …
      Donc au bout de tout raisonnement reste la question des moyens (suffisants ou non) de défendre nos territoirres et intérêts, et de façon plus secondaire notre capacité à la faire « en coalition » choisie de préférence …

    • Plusdepognon dit :

      @ Polymères
      C’est toujours un régal de vous lire, tant de certitudes et de suffisance sans aucune remise en questions malgré les rebuffades du réel, une telle constance dans l’absence de toute remise en question…
      Enfin, la soupe est bonne.
      https://www.diploweb.com/Video-G-Chaliand-Des-guerillas-au-reflux-de-l-Occident.html

  28. mich dit :

    Il ne faut pas énormément de temps pour former quelque ‘un à la guerre , et très très jeune ,en cas de « haute intensité  » la motivation sera rapide bien des conflits le montre en permanence sur notre planète ,par contre les équiper et les approvisionner c ‘est autre chose , l ‘Europe n ‘a plus vraiment le moyens d’ équiper en « masse » comme on pourrait le dire .Maintenant ,haute intensité veut pouvoir dire beaucoup de chose , et si on parle de la capacité à toucher mortellement un état , la masse nécessaire pour s’ y opposer peut concerner uniquement quelques franges de la population et leurs formations.

  29. précision dit :

    Je vois qu’il y a quand même une question qui n’est pas posée, même si elle peut choquer par rapport à la notion de Nation et au rôle de l’armée « défense de la population, du territoire et des intérêts nationaux ».
    Même si c’était souhaitable sur le plan du résultat militaire, la conscription (ou l’augmentation de la masse des armées) serait elle souhaitable humainement?
    L’enseignement des conflits à l’ère industrielle serait plutôt que la guerre, même suivie de la victoire, coûte toujours trop cher en vies humaines. Il suffit de se promener dans un cimetière ou une église pour voir le gâchis immense auquel ont mené les choix des responsables politiques et militaires au début XIXe. Où est la victoire quand un soldat sur 5 et un jeune de 20 ans sur 4 ne reviennent pas, sans parler des blessés, des millions d’hectares contaminés et des stocks d’armes chimiques dont l’on n’a pas su se débarrasser autrement qu’en les jettant dans la nature (ex: fond de la Manche)? Aucun pays d’Europe n’a gagné en 1918 de quoi justifier ce carnage.
    Je ne vois pas non plus de conflit actuel où il serait justifié d’engager l’ensemble de la nation française.
    Certains pays -très rares- sont peut être menacés dans leur existence par d’autres puissances militaires.
    Je peux comprendre qu’ils estiment avoir besoin de la conscription (encore qu’on peut se demander s’ils ne pourraient pas obtenir une sécurité bien plus durable en améliorant leurs relations avec leurs voisins, pour une fraction du coût économique et humain). La France n’est pas en ce cas.

  30. lxm dit :

    La dissuasion nucléaire n’existe pas. Pensez-vous sérieusement que quand on voit nos dirigeants clamer haut et fort la honte nationale pour avoir juste une police de tabasser quelque drogué récalcitrant, ces mêmes gens pourraient accepter de lancer des ogives nucléaires sur des villes avec des millions de civils ? Nos ennemis le voient, et font leurs calculs. Plus on s’enfonce vers le chaos et plus le rappel à l’ordre est douloureux, le meilleur moyen d’éviter la guerre de masse est d’être toujours prêt, et consciencieux, et surtout, surtout, ne jamais se laisser embobiner par ceux qui veulent créer « leurs empires ». Si on est fort c’est pour se défendre, rester debout, servir d’exemple, pas pour attaquer et se dissoudre sur de vastes territoires. L’hexagone est notre terre sacrée, nous ne devons pas y laisser entrer n’importe qui.

  31. Félix GARCIA dit :

    Bonjour tout le monde,

    J’y pense souvent, alors je vais « apporter ma pierre / proposition » :
    Si je m’inspire de ce que disent Michel GOYA et Ben GRIFFIN, pour avoir un soldat efficace, c’est pas si simple.
    Y’a le technique (physique, matériel, précision de visée etc …) et le psychique / moral (peur, raisons de se battre etc …) …
    Du coup, vu qu’un conscrit à de grandes chances de « chier dans son froc » (pardonnez le langage … et d’après ce que me disait mon pote commando, même chez les commandos il y en a pour « inventer des positions de tirs » [je cite mon pote] dans « le feu de l’action »…), et d’être encore moins efficace, il faut travailler là-dessus.
    Vu qu’il s’agirait d’une « levée en masse », on ne peut pas s’attendre à une formation rigoureuse …
    Donc en 2-3-4 semaines, qu’est-ce qui est possible ? Je sais pas. Une formation de fusilier ?
    Donc avoir ~500 000 fusils et des milliards de munitions ? Plus des uniformes et protections ? C’est pas le plus cher à acquérir et à stocker non ? C’est pas comme si on allait former des gens à la cavalerie blindée … J’imagine que il y aurait besoin de monde dans la fonction « support » aussi (pompiers, médecins, soignants, pilotes, routiers, génie civil etc …)
    Si j’en crois Michel GOYA, le nombre de balles tirées pour « atteindre le but » est multiplié par 100 ou 200 000 ! (les américains) par rapport à l’exercice.
    Donc, des équipements de fantassins et des munitions ?
    De manière à constituer des unités de gardiennage (si possible sur le territoire connu des appelés) loin des lieux très peuplés (comme les zones industrielles etc … afin de « limiter les dégâts collatéraux » de l’inexpérience ?).
    Se synchroniser avec les chasseurs (patrouilleurs des forêts).
    Demander à toutes les radios amateurs et à tous les amateurs de bidouillage de déployer un système D (n’importe, des vieux câbles téléphones qui courent partout … n’importe ! il faut plusieurs « lignes en parallèles » non ?).
    Bref, il s’agit de demander aux gens de « garder leur chez-eux avec un flingue » et de pouvoir périodiquement renforcer la ligne de front, mais surtout, de garder les casernes, et « l’arrière ». En cas d’attrition de « l’avant », bah faudra bien y passer … mais 200 ou 300 mètres derrière hein ? Histoire de tirer sur « une forme informe » …
    Eventuellement une « ligne maginot » pour ces appelés ? Cela permettrait de « s’habituer en étant utile » ?

    Un service national ne devrait pas être militaire, pas aujourd’hui à mon humble avis, mais un service civique.
    Un service civique pour favoriser la cohésion (pratique de tâches et travaux en commun, sports collectifs [rugby etc …], course d’orientation sur son territoire etc …).
    Autre idée, mobiliser les travaux publics, tous les engins de chantier possible. Les agriculteurs sont une énorme « force de frappe mécanique » aussi, et ils peuvent ponctuellement participer à « du gros oeuvre ».

    Voilà, j’attends vos coups de bâtons ! 🙂

    Cordialement,
    Félix GARCIA

    • Sempre en Davant dit :

      Goya est très intéressant il a le mérite d’avoir régénérer une certaine vulgate du soldat français.
      Pour lui l’armée fut une aventure pondérés par les retours en écoles d »un parcours de DOLO : c’est très bien sur le principe (concrètement dans les régiments nous n’avions plus de Chef: les MdL valables étaient aspiré par l’EMIA ou les stages de spécialité pour les SAF etc. Bref des corniauds ou rien) a terme plus de Chef => plus d’Adj etc…) mais il ne me semble pas qu’il ait jamais envisagé ni écrit sur une formation express des troupes.

      Et il y a toujours le paradoxe des troupes pros qui recevaient des produits sélectionnés et ou pré formatés.

      La réponse est : cela dépend de qui forme qui et de quelle sélection est opérée.
      Il y a trente ans les PMS devaient en 15 demie journées puis en trois semaines bloqués former des jeunes ayant besoins de points pour Cyr ou d’un report d’Incorpo pour les études longes pour les porter 1) au niveau du brevet des sous offs de St Maixen (BMP1? Mémoire!?!) 2) les rendre mobilisable pour les missions de DOT sur le territoire national : le « sentinelle » d’alors. La chasse au Spenaz Sovietique aux Terminator les PMS comme ceux de la retraite de russie mangeait toute viande bien bouillie ou non refroidie.

      Cela tenait sur un encadrement de grande classe fournit par les moblos (EPIGN GSPR…) pour les phases initiales et pour la période bloqué par des sous off que les corps mettaient un point d’honneur a choisir. Pour certain qui estimaient que cinq ans c’était assez c’était une jolie fin a leur carrière. Des SOC prononçaient les sentences aux examens sans tendresses car eux avaient fait deux ans d’école… Mais sans sortir des barèmes ils notaient en conscience.
      Les moniteurs de Tir de la Mobile géraient leurs Famas et les munitions tandis que l’entraînement se faisait avec les FSA et les balles a blanc tout plastoque blanc. Pas de gâchis.

      Autant vous dire que les restitutions de paquetages pour cause de percute pas, écoute pas, respecte pas la consigne, trop faible… et casses physique (pré-militaire donc a soigner par la sécu) étaient un écrémage énorme.

      A notre époque sans la présence de la guerre froide je n’imagine pas que ce régime puisse être admis. Pourtant ses éliminations permettaient le rythme d’apprentissage des autres. Quand un gars se casse toutes les dents sur la bordure métallique du mur du PO. Par ce qu’il fait exactement le contraire de ce qu’on lui a dit et qu’il démontre exactement le risque signalé… Le bruit des dents qui cassent les « hééé hhhénts mhhééé fénts » avec le les bouts qu’il crache, le sang etc… les autres membres sections avaient compris.
      Et pour exploiter cette anecdote a fond : les instructeurs avaient inspecté, puis testé chaque obstacle a l’avance et avant la séance: faut être prêt tôt pour faire l’instruction! Et la mentalité de ceux qui restaient comportait cette petite indifférence a ce grand malheur pour un gars de vingt ans : la chose avait été expliqué montrer comme a faire et a ne pas faire… Il y a une part de « on lui aurait botté le cul pour qu’il parte tout en nous tenant les dents » qui n’est pas la plus aimable de nos caractères.

      • Félix GARCIA dit :

        Bonjour Sempre en Devant,
        « mais il ne me semble pas qu’il ait jamais envisagé ni écrit sur une formation express des troupes. »
        En effet, je me base sur ses paroles (et celles d’autres) pour en tirer un programme / plan de bataille ^^
        Il me semble que la question est : « que faire en cas de conflit de haute-intensité » ?
        Il me semble aussi que la préparation ne pourra pas s’anticiper, et ce, pour plusieurs raisons, dont :
        – l’idéologie budgétaire.
        – l’idéologie populaire
        – la nécessité ?

        Tout dépend « quand » se déroulerait cet hypothétique conflit.
        S’il a lieu « du jour au lendemain », le fait accompli peut aider à mobiliser. Mais ce conflit étant de haute-intensité, l’ensemble des personnels qualifiés seront mobilisés « à l’avant » non ? Dans ce scénario, comment donner de la masse ? Je ne vois que cela. Un donne un uniforme, un gilet pare-balle, un casque, un fusil et des munitions aux volontaires, ainsi qu’un entrainement sommaire au tir et à la manoeuvre. Et que ceci défendent le territoire dans lequel ils vivent, ça (la volonté de défendre son foyer) sera déjà ça de pris. Pour les plus qualifiés, compétents et courageux, et beh un p’tit tour au front ?
        Eventuellement, si possible, avoir des petits groupes équipés de lance-roquettes (anti-aérien et antichar). Mais est-ce que c’est « facile à apprendre » ? Un fusil, ça n’a pas l’air aussi compliqué …
        Je vois des « appelés » avec un fusil à la main, éventuellement un fusil de précision antipersonnel ou antimatériel pour certains (voyons avec ceux qui font de l’airsoft, du paintball et de la chasse, voir du tir sportif, on a les listes de ces personnes non ?), pour les plus capables et si possible, des lance-roquettes, lance-grenades etc …
        Une masse de fusiliers qui est à l’arrière, et qui passe vers l’avant progressivement. Parfois en gardant les camps, parfois en patrouille, parfois en tant que « leurres », et parfois « dans les tranchées » …
        L’important n’est-il pas que « tout le monde ait sa place » ? Afin d’avoir une cohérence, une cohésion, dans l’ensemble de la population ?
        Sinon le soutien aux soldats qui sont « sur le front » est un minimum. Donc logistique si « non combattants » ?

        Cordialement,
        Félix GARCIA

        • Sempre en Davant dit :

          Excusez moi d’être péremptoire (pas le temps de faire mieux) : un gilet par balle pour quoi faire? Hte intensité => risque ferraille du champ de bataille > risque balle. Blindés lourds seuls manœuvrant en se coordonnant entre eux et avec appuis.
          Blindés légers ne protègent plus les équipages où Paxs : l’infanterie « Animal sublime » s’allège de tout sauf offensif, bouffer, dormir : Verdun!
          Sauf si air + lourd garde une capacité à décider des mouvements.

          Ce qui n’est pas dans la musette au début de l’affaire manquera.

  32. Intox dit :

    On a dit à mon neveu qui voulait faire une préparation militaire et qui a passé les tests, mais qui n’a pas pu effectuer la préparation à cause du coronavirus, qu’il était quand même versé dans le réserve. Est ce que je dois en rire ou en pleurer ?

    • Sempre en Davant dit :

      Vite Inscription chez Air France Pilote A380… et billet de loterie ! Vous m’avez fait hurler de rire! Merci! Et bon courage au Neveu!

  33. militaire dit :

    Facile lorsque l’on est géneŕal 2S d’être généreux avec le vie des troupes à offrir en sacrifice à nos ennemis.
    N’importequoi nos 2S…ce n’est pas de la masse qu’il faut donner à nos armées, comprendre de la chair à canon mais de la crédibilité.
    Ce que nous devons avoir c’est trois choses simples :
    1 – le moyen de nos ambitions et donc un budget sincère qui permette d’honorer nos contrats opérationnels, ce que nous n’avons toujours pas!
    2- une politique RH de rémunération et de fidélisation à la hauteur des sacrifices demandés aux militaires de carrière et à leurs familles et qui évitera le turn over chez nos plus jeunes. D’ailleurs mieux payer et donc fidéliser coûte moins cher que de recruter et former sans cesse de nouvelles recrues et augmente l’expérience et la force d’une armée. A méditer.
    3- une détermination politique sans faille lorsque le moment d’un conflit de haute intensité venant il nous faudra sans trembler montrer à notre adversaire que nous avons les cou….. d’appuyer sur le bouton nucléaire. Suffisant en général pour mettre à distance un ennemi, on l’a vu lors de la guerre froide!

    Avant de penser à sacrifier des vies et à créer une ligne Maginot avec notre jeunesse, commençons donc par consacrer la nécessaire part du budget pour nos armées, seule assurance vie de la nation.
    Enfin en ces temps troublés de COVID il est étonnant de vouloir toujours penser à sacrifier de jeunes vies pour sauver notre pays et nos anciens. Car sans jeunesse, que ferait un pays ruiné par la guerre !
    Nous irions chercher des bras et des forces vives en ouvrant l »immigration pour remplacer nos morts. Alors qu’aurions nous sauvé finalement ?

  34. werf dit :

    Parler d’un conflit de haute intensité en Europe est absurde vu l’état des forces OTAN en présence, des matériels dégradés ou hors d’âge de toute sortes et des défenses aériennes inexistantes. En 48 heures chrono, nous ne pourrions même pas rassembler en France 2 brigades avec des matériels en état de marche et surtout les disposer sur les théâtres est-européens sans une casse considérable avant même d’avoir combattu. Il faut arrêter ce délire de généraux 2 étoiles et les mettre sur Play Station ou à la retraite d’office… Il serait plus intelligent de les faire bosser sur l’armée française en 2030 avec 2 scénarios, finis les OPEX ou maintien des OPEX. Car le problème est bien là, il ne peut y avoir une armée française puissante sans, enfin, décider. Ce sera un des éléments de la campagne des présidentiels en 2022…

    • précision dit :

      L’état des forces OTAN malgré les matériels dégradés est bien suffisant pour inquiéter les voisins de l’Est et ailleurs. Pour votre information, les USA maintiennent non pas 2 mais 4 brigades de combat en Europe. Et je n’ai pas entendu dire que leur logistique soit en retard sur celle d’autres pays.

  35. Nation et son identité avec! dit :

    On pleure ou….on rit ??
    Dans le désordre :
    -Tous les gouvernements de la troisième république ont été des gouvernements de gauche ! Et la troisième république qui a, au passage, inventée le mythe de la révolution française, est responsable de notre défaite de 1940. C’est aussi cette troisième république qui a écarté les officiers catholiques peu avant la première guerre mondiale.
    -Je ne sais pas si le combat de haute intensité « devient un option très probable », mais, ce qui est certain, c’est que en France et pas ailleurs, nous sommes déjà dans un conflit de basse intensité qui pourrait devenir demain « un conflit de haute intensité ». L’explosion de la criminalité, l’invasion migratoire, les guerres des gangs, les centaines de quartiers qui ont fait sécession, indiquent en effet que « le conflit de haute intensité » n’est pas loin. Mais, pour l’instant, le pouvoir qui organise méthodiquement la destruction de la nation depuis des décennies, poursuit son œuvre mortifère tout à son projet mondialiste
    -Si l’opinion est favorable à un retour de la conscription, c’est qu’il connait, l’état de délabrement de la société, la déshérence d’une partie importante de notre jeunesse, la criminalité partout dans nos rues, la menace que fait peser sur nous la 5ème colonne d’origine étrangère bien que française de papier, la perversité d’une certaine classe politique
    -le retour à une conscription classique est absurde, non en raison de son coût, car l’état jette allégrement des centaines de milliards par les fenêtres ( 50 milliards de fraude aux assurances sociales et une invasion migratoire qui représente 80 milliards par an), mais parce que ce recrutement en masse ferait rentrer dans nos armés des….. armées de « neuneus » et surtout y ferait entrer en nombre des membres de cette 5ème colonne
    -la dissuasion nucléaire, censée préserver l’intégrité du territoire national, ne ramènera pas les quartiers en sécession, dans le giron national. Quand les portes sont grandes ouvertes, quand des parties entières du pays ont fait sécession, il ne faut plus parler « d’intégrité du territoire national ». Encore une fois ce que nous constatons est le résultat des politiques menées depuis plus de 40 ans !
    – Le Service national universel [SNU] voulu par le Président est une vaste rigolade quand on analyse son contenu
    -« Le facteur temps sera déterminant », souligne le général Bouquin. C’est une certitude. Ce n’est plus qu’une question de temps pour que la France à la fin du siècle ne soit plus la France mais un pays africain et musulman (c’est la démographie qui décide ) . Avec plusieurs centaines de milliers de nouveaux venus tous les ans , c’est inéluctable !
    -« être capable de faire face aux grandes épreuves qui peuvent menacer l’existence de la Nation est une urgence » Ce général se moque de nous ou il fait semblant ! il sert un pouvoir qui justement est chagé de liquider l

    • petitjean dit :

      erreur sur le pseudo
      ce texte est le mien
      je suis « petitjean » et pas « Nation et son identité avec! »
      bug système peut être…

    • Twisted dit :

      1870-1879 : de droite
      1817-1823 : de droite
      1829-1832 : de droite

  36. petitjean dit :

    Je reprends la fin de mon post qui est parti un peu vite (je n’ai pas eu le temps de vérifier l’orthographe)

    Ce général se moque de nous ou il fait semblant ! Il sert un pouvoir qui justement est chargé de liquider la Nation et son identité !
    Bref, nos militaires sont en pleine schizophrénie. Je me demande d’ailleurs si ces militaires de haut rang dorment bien…

    Je considère que la solution, je ne suis pas encore sur le terrain politique, passe par la mise en place d’une garde nationale soigneusement sélectionnée, équipée et formée, avec une doctrine, bien au fait des menaces qui pèsent sur la nation, avec une conscience politique solide

    Quant à la politique , évidemment il faut un changement radical et rapide : virer les traitres et les juger, virer tous les indésirables ennemis de la France et ne recruter que des amoureux de la patrie, en un mot des patriotes

    Vaste programme en effet dont je ne vois pas le plus petit début de commencement. Nous aurons donc ce que nous méritons…………………..

  37. OBIOU dit :

    Si un jour si il y a un grand conflit , mais vraiment un grand conflit , le pays fera appel à tous
    mais je n’y crois pas et il ne vaut mieux pas, avec cette « armée intérieur  » qui à une certaine époque nous appelions la
    5 eme colonne ( c’est une expression) qui n’ont qu’un seul drapeau mais pas celui de la France .
    L’ennemi est chez nous et il est bien possible que le prochain grand conflit soit une guerre civile .
    J’espère me tromper

  38. petitjean dit :

    Tout est politique !
    et nous nous égarons dans les détails, dans des considérations, disons le, terre à terre !

    De l’argent il y en a autant qu’on veut. L’état français dévore 56 ou 57% du PIB et le montant des prélèvements obligatoires est autour de 48 % . Nous sommes champion du monde. Demandons nous plutôt où passe cet argent, le nôtre !

    Tout est politique !
    la destruction de la Nation et de son identité est voulue, elle a été décidée et est mise en œuvre par nos politique depuis au moins 50 ans. C’est le projet européiste-mondialiste qui n’a jamais été soumis au peuple évidemment

    Tout est politique !
    la propagande à l’école pour que nos enfants haïssent leur histoire et leur nation, c’est voulu. L’allégement des programmes d’histoire de France , c’est voulu . Le refus de la préférence nationale est bien la preuve que nous ne faisons plus Nation

    Tout est politique !
    les lois liberticides, la mise à mort de ce qui restait de démocratie par Sarkozy, c’est dans la logique du projet. Sarkozy qui menaçait les français qui refuseraient le, je cite, « métissage »
    https://lesobservateurs.ch/2014/09/10/metissage-obligatoire/

    Tout est politique
    refus de l’ordre, de la discipline, du mérite, de l’effort, de la responsabilité . Structurellement une société aussi socialisée, aussi égalitariste que la nôtre, refuse ses qualités.

    Il suffit d’une volonté dit on. Mais aujourd’hui la seule volonté qui s’exprime et celle de la destruction de notre nation millénaire. Tout le reste est bavardage…

  39. Expression libre dit :

    Ah la guerre de « haute intensité »…On entend que ça en ce moment. 1) c’est un bon moyen de résorber l’immense dette actuelle pas seulement française mais mondiale. 2) Cela donne l’occasion à nos chers généraux en pagaille d’exister et de justifier certaines dépenses, le « gras » , « gras » qui ne nous permet pas d’avoir les équipements les plus modernes en quantité suffisante, je viens de terminer le livre de Daniel Cerdan ancien du GIGN,  » GIGN, engagé pour la vie » . Plein de bon sens, il dénonce ce qui commence à ressembler à une armée mexicaine 180 généraux pour l’AdT, 62 pour l’AA, 58 amiraux pour 35 000 marins. Exemple à peine croyable, en 2005, à Abidjan, sur la base de Port-Bouët, sur 900 militaires…90 lieutenants-colonels!
    Comme en 40, on ne pourra dire qu’on ne savait pas. 3) En guerre de « haute intensité » à laquelle j’ai du mal à y croire, pas bête la guêpe, z’inquiètez pas, ce sont toujours les mêmes qui trinqueront. « salauds de pauvres »‘4) Guerre de « haute intensité », la MN veut son PA nuc à tout prix, prestige vous dis-je, comme en 40 , je rappelle que la Marine (hors France libre) est restée vichyste jusqu’au bout, d’ailleurs Leclerc s’est réconcilié avec les marins après Dompaire seulement, bref, un PA nuc alors que pour la gestion de crises 2 PA à prop conventionnelle constitue le meilleur choix en termes d’intérêt stratégique. Vous voulez votre PA nuc, vous n’en aurez qu’un. Choix tout à fait idiot, pour le valider, on se sert des atomiciens, ou de la pseudo perte de compétences, alors que l’avenir , c’est le SMR.
    En conclusion, je n’ai pas mal à ma France moa, , quoique, mais j’ai mal à mon Armée.
    L’ étrange défaite… Rien n’a changé.
    https://www.lhistoire.fr/classique/%C2%AB-l-%C3%A9trange-d%C3%A9faite-%C2%BB-de-marc-bloch

    • Vinz dit :

       » En guerre de « haute intensité » à laquelle j’ai du mal à y croire »

      Supposez, sans effort d’imagination, un bâtiment de guerre au hasard turc qui balance deux-trois missiles sur bâtiment français.

      • Expression libre dit :

        Ouais Ouais , acte de guerre, on coule le bâtiment turc, normal, et papa US sifflera la fin de la récréation, non?

    • précision dit :

      L’attaque sur la Marine de 1940 est un peu facile, après Mers-el-Kébir. D’ailleurs je me demande ce que ça veut dire la marine « était vichyste hors france libre »? Parce qu’hors France libre je ne me souviens pas qu’il y ait eu beaucoup d’alternatives.
      Le nombre d’unités ayant rejoint les FFL est plutôt à leur honneur dans ce contexte.

      • Expression libre dit :

        Aucune attaque, les faits uniquement. Il y a des marins qui ont rejoint la France libre. Chapeau, ils risquaient gros à l’époque. Je devais le préciser.

  40. jp dit :

    j’ai fait mon service, ca m’a servi à rien, on est juste de la main d’oeuvre à bas coût, j’ai perdu 1 an et ca m’a gêné pour trouver du boulot. il faut plusieurs années pour devenir soldat si on dispose d’un entrainement adéquat. je suis plus utile en tant que civil vu mes domaines de compétences. j’ai tiré 1 fois en exercice. si il n y a pas de plus value sur l’investissement, vaut mieux éviter. donc si il y a une mobilisation, il faut mettre les gens selon leur compétence et leur expérience pour trouver une certaine efficacité et pas de servir de viande à canon.

    • Vinz dit :

      « j’ai fait mon service, ca m’a servi à rien »

      On s’en fout que ça vous ait servi à rien. Vous le faites au service du pays, non de votre pomme.

    • Albatros24 dit :

      C’est le problème de cette conscription exclusivement (hormis les objecteurs de conscience) militaire où seule 50% d une classe d’âge faisait son service souvent à contre coeur (comme vous même) et sans un programme vraiment sérieux (hormis dans les unités d’élites) dans certains régiments…
      Le fait de créer une garde nationale, encadrée par des pros et réservistes, disposant de son matériel et s’entraînant pendant 10 mois puis plusieurs week end ensuite – pour éventuellement partir en OPEX, ou intervenir sur des catastrophes naturelles ou des émeutes (comme aux Etats Unis) pour des jeunes choisis par l’Armée est différent totalement différent.
      Il ne s’agit plus d’occuper des jeunes mais de les entraîner aux conflits de demain et d’assurer une réserve stratégique à nos armées pompiers, police et gendarmerie au service de la Nation

  41. comme la fosse, sceptique!!! dit :

    Soyons réaliste.
    La conscription ne peut plus être d’actualité. On fait quoi, on construit de nouvelles casernes (que l’on a fermées et vendues bien souvent à l’euro symbolique); on décide de mobiliser la jeunesse LOL, franchement, ce n’est plus dans les mentalités actuelles; En 1870 c’était bien plus facile mais maintenant, la mondialisation à fait son œuvre et le sacrifice pour une nation, je ne pense pas que ça enthousiaste. Donc on incorpore « ceux qui veulent bien !!! », cela ne s’appelle plus une mobilisation mais un recrutement. Arrêtons cette lubie du service militaire même s’il elle avait son utilité sociale, sociétale à son époque, mais plus maintenant. N’oublions pas le début de mutinerie à bord d’un porte avion dans les années 90 avec des appelés d’origines qui ne voulaient pas combattre leur «freres ». Encore une réflexion pour occuper nos officiers 2s et faire croire de leurs utilités au vue du coût dû à leurs avantages.

    • Albatros24 dit :

      On est pas obligé de construire des casernes pour loger 3 ou 400 000 jeunes.
      On a besoin de logements supplémentaires pour 100 000 membres de la future Garde nationale, des unités insérées dans les régiments existant, voire les casernes de pompiers, les casernes de gendarmes mobiles ou de CRS.
      Il y aura de la reconstruction mais cela va dans le sens d’une relance par l’investissement.

      • Gégé dit :

        Oui et puis il reste un peu de place encore dans le placard au fond à droite, on peut en mettre 5 de plus !!! Arrêtez un peu, on dirais les arguments pour le SNU. Là on parle de conscription, ça veut dire un personnel sous couvert militaire et encadré avec une formation et ça ne se fera pas en 2 week-end vite fait.

  42. vrai_chasseur dit :

    Avant de parler de service militaire ou autre, il faudrait éclaircir d’abord ce qu’est la haute intensité.
    La définition de la haute intensité dans la doctrine militaire française est générique, donc assez ambigüe.
    Officiellement, un conflit de haute intensité est « une opération où l’ensemble des fonctions opérationnelles est activé pour s’opposer à une violence caractérisée de l’adversaire ».
    (définition du GIATO, le Glossaire Inter Armées de Terminologie Opérationnelle, un des documents de référence de la doctrine militaire française – on le trouvera in extenso ici :
    http://www.cicde.defense.gouv.fr/images/documentation/DIA/20131216-NP-CICDE-DC-004-GIATO-2013-AM-01-06-2015.pdf )

    Donc, avec cette définition, on ne sait pas si la haute intensité est une notion juridique (au sens de la Convention de Genève : conflit inter-états) ou purement militaire, avec ses multiples déclinaisons tactiques : conflits symétriques, asymétriques, etc. Et on ne sait pas quels sont les critères : intensité de la violence ‘caractérisée’, palette des moyens militaires déployés, géographie du conflit, ou autres critères.

    En fait, le terrorisme en France entre dans le cadre de cette définition. Dans la mesure où l’ensemble des fonctions opérationnelles est activé à des degrés divers : moyens militaires (Sentinelle), policiers, juridique (parquet anti-terroriste), de sécurité civile (pompiers et services d’urgence) et même les moyens législatifs (loi sur l’état d’urgence).
    Donc stricto sensu, au sens de cette définition, nous sommes déjà en conflit de haute intensité…

    • tschok dit :

      @Vrai_chasseur,

      Faute de savoir exactement ce qu’est un conflit de haute intensité, on le définit par ses conséquences: c’est un massacre d’hommes et de matériels militaires et une destruction d’actifs civils en un bref laps de temps.

      D’un point de vue strictement militaire, se pose donc la question du comblement des pertes: comment remplacer les unités détruites pour assurer une permanence de la mission et durer dans la guerre à outrance jusqu’à la victoire clausevitzienne, libératrice?

      C’est de ça dont parle le général Bouquin. Il NE parle PAS du service militaire pour:
      – Reconstituer une capacité de masse comme en 14/18, genre mettre 100 divisions sur le kriegsspiel pour que les généraux se rejouent les campagnes napoléoniennes,
      – Ni pour constituer un palliatif à l’Educ Nat pour former de bons citoyens qui bossent, payent leurs factures et leurs impôts, aident les mémés à traverser la rue, ou baisent leur femme pour faire naitre des abeilles ouvrières ou soldates, pour la plus grande gloire de la France et pour assurer la sécurité dans nos rues où craint de se faire agresser une part de plus en plus importante de notre population vieillissante,
      – Il n’est donc pas question non plus de se limiter à des conversations de vieux cons réacs qui rêvent d’envoyer les jeunes sauvageons des banlieues se faire massacrer à la guerre pour défendre leur système de retraite, avec derrière la tête des mobiles plus ou moins racistes de vieux dégueulasses.

      Ce dont il est question, c’est de fournir du carburant à une machine – la guerre de haute intensité – qui consomme plus vite des actifs humains que la société n’en produit, d’où la nécessité de constituer des réserves, avant même le conflit, et dans la perspective d’être versés dans le chaudron de la guerre le moment venu, pour y être sacrifiées, tout simplement.

      Quand on énonce le problème de cette façon on aperçoit trois choses:
      – L’évidence du concept de conflit de haute intensité: contre jyb et vous, je prétends que le concept est très clair quand on le présente de cette façon-là. C’est de la consommation à un niveau supérieur à la production. Dit autrement, c’est de l’épuisement de la ressource.
      – L’évidence du frein psychologique: présenter le conflit de haute intensité de cette façon-là conduit directement à s’interroger sur la place de l’homme dans son propre modèle de guerre, guerre d’où sa présence héroïque est chassée par l’omnipotence des technologies qu’il a lui-même créées.
      – Le caractère fondamentalement désordonné de la guerre, sa dimension chaotique et tragique. Je passe.

      Ce n’est pas tant que le conflit de haute intensité soit difficile à concevoir en tant que tel: ce n’est jamais qu’une forme de conflit difficile à prévoir, comme toutes les autres.

      En revanche, sur ses conséquences, on est parfaitement renseigné: nous allons sur-consommer l’outil militaire et pas seulement lui d’ailleurs. Le problème qui se pose est basiquement simple: concevoir un outil qui résiste à son usure prématurée.

      Prenez par exemple une gouge ou un ciseau à bois fait d’un métal forgé pour travailler un bois relativement tendre comme le chêne, mettons. Utilisez-le pour travailler des bois exotiques très durs. L’outil va s’user prématurément. Un conflit de haute intensité, c’est ça.

      Ce à quoi Bouquin répond: le service militaire de grand papa, qui sait faire de la masse, ne m’intéresse plus. Je préfère de la réserve. Mais c’est juste une réponse à la consommation des hommes: on va constituer des réserves de chair à canon pour remplacer ceux qui meurent.

      Mais cela ne répond ni à la question du matos (qui trouve une réponse téléguidée dans la constitution de stocks, grande angoisse française en ce moment) ni au renouvellement des capacités psychiques, qui sont elles aussi éreintées dans un conflit de haute intensité.

      Puisqu’en fait il existe un autre critère du conflit de haute intensité: c’est celui qui vous rince psychiquement, qu’il soit gagné ou perdu. Il a quasiment la même empreinte sur la psyché humaine dans les deux cas: dans le conflit de haute intensité, la victoire console peu.

      En ce sens, le conflit de haute intensité est à la fois la défaite de 40 et la Libération de 44, ou seulement la victoire de 18.

      Sur ce plan, la constitution de réserves d’actifs humain ou de stocks de matos n’est pas un antidote: l’armement est culturel. Ce qui ne plait pas à tout le monde: il y a sans cesse des doléances pour affecter les budgets éducatifs et culturels à la guerre, outre les budgets sociaux. Il y a une très nette tendance du corps social à consommer sa richesse dans la guerre et à tout miser là-dessus.

      Un conflit de haute intensité, c’est d’abord ça. Et c’est pour ça que le sujet des réserves revient sur le tapis.

      Maintenant, on pourrait aussi se dire que la réponse, c’est d’abord et avant tout de l’organisation et pas de l’accumulation de matière humaine, inerte ou technologique, mais on n’en est pas là, je crois. Pour l’instant, on n’est pas plus malin qu’un écureuil qui veut passer l’hiver: on accumule des réserves à droite et à gauche. On fait nos petits tas.

      Donc, on fait nos petits tas d’être humains, nos petits tas de matos, de lois, de pognon, de masques, etc. Mais l’organisation, on a du mal.

      Non?

      • Blurb dit :

        @tschok,
        Immer interessant.
        On a déjà du mal sur « le début de la réponse », justement les stocks d’êtres humains (sur le plan qualitatif autant que quantitatif) et de matos (pas nouveau n’en déplaise aux tenants de l’armée de masse, ce pb se posait déjà à l’époque)…
        Impression qu’avant même tout cela, c’est surtout le « pourquoi » avec lequel nous avons du mal. Quoi défendre, pourquoi éventuellement de battre ?
        L’organisation n’étant jamais que le champ suivant d’une stratégie, mais pour laquelle notre société civile dispose déjà de compétences-clés (en logistique par exemple).

      • albatros24 dit :

        On manque en fait de vision prospective…à long terme.
        Pourtant 7 ans puis 5 ans c’est suffisamment long pour y réfléchir en principe.

    • Twisted dit :

      Justement, espérons que ce bouillonnement face enfin émerger quelques idées claires

    • ScopeWizard dit :

      @tschok

      « Faute de savoir exactement ce qu’est un conflit de haute intensité, on le définit par ses conséquences: c’est un massacre d’hommes et de matériels militaires et une destruction d’actifs civils en un bref laps de temps. »

      Comment voulez-vous rédiger quelque chose qui tienne debout si d’ entrée vous partez de bases aussi mauvaises ?
      Ce que vous donnez comme définition censée servir de fondations aussi stables que solides au reste est faux tellement tout ça est simpliste .

      La question de la « haute intensité d’ un conflit » est beaucoup plus complexe et ramifiée que cela , mais vraiment beaucoup plus ; renseignez-vous au lieu de sortir autant de conneries .

      Par conséquent , tout votre développement ne vaut rien surtout lorsque vous partez sur vos obsessions habituelles visant à qualifier tel ou tel selon une approche toujours aussi partiale et outrancière à la fois grotesque et effrayante , mais tellement prévisible qui niveau crédibilité vous met systématiquement dedans à chaque fois aux yeux de tous ceux que votre si tarabiscoté verbiage n’ impressionne pas .

      Tant pis pour vous .

    • Sempre en Davant dit :

      Très bien vu !!!

  43. Jobbic dit :

    Cela a tout l air d une question indirecte. Si nos états-majors pensent vraiment qu il y ait une probabilité que la France s engage dans un conflit de haute intensité, c’est à dire sans limite de l’usage de la force, y compris d’armes de destructions massives, la question de la masse des forces qui seraient à engager semble toute relative si elle peut-être anéanti par un seul ogive. A mon avis la question de la taille de la force ou des moyens n est soit pas la bonne ou pas la vrai. Je suis interresé par tout autre lecture.

    • Mat49 dit :

      Il parle d’un conflit conventionnel de haute intensité. Haute intensité n’égale pas guerre d’extermination.

    • Albatros24 dit :

      Il peut y avoir conflit conventionnel entre puissances nucléaires sans utilisation de l’atome (voir les nombreux exemples des conflits entre l’Inde et le Pakistan u avec la Chine).

  44. albatros24 dit :

    Une Armée professionnelle telle que nous la connaissons + une garde nationale telle qu elle existait sous la 1ere République.
    Voilà ce qu il nous faut pour faire face à tout conflit conventionnel voire à des désastres écologiques…
    Un Garde nationale ce sont des volontaires effectuant un service militaire pendant 1 an puis faisant des périodes de rappel jusqu’à un certain âge. En temps de guerre cette garde national esert de réserve stratégique.
    Bien sûr elle peut être amenée à intervenir en OPEX pour seconde les pros, voire contre des feux de forêts pour soulager les pompiers ou lors d’émeutes pour garnir le srangs des mobiles et CRS.
    Besoins estimés à 2 ou 300 000 soldats encadrés par des cadres pros expérimentés (militaires pompiers et policiers/gendarmes)

  45. Daniel 1945 dit :

    Qui peut croire à une mobilisation générale comme en 14 ?

    • twouan dit :

      Les arméniens, il y a 3 mois.

      • Albatros24 dit :

        ++1
        cela peut nous arriver aussi et plus rapidement qu on pourrait le penser, surtout si les Etats Uniens se retirent d’Europe de l’Ouest (comme ils en rêvent) et se concentrent sur le Pacifique et l’Océan indien

        • PK dit :

          Je pense que ça peut aussi arriver dans le cas où les États-Unis font sécession, ce qui semble une hypothèse de plus en plus crédible.

  46. Philippe dit :

    ‌Les commentaires sont nombreux et variés tant le sujet ne laisse pas indifférent.
    Tout d’abord il faut préciser que ce n’est pas à l’armée de former des citoyens mais en tout premier lieu aux familles puis à l’Education nationale.
    Par ailleurs si certains pays filtrent l’accès à l’emploi voire à la nationalité (Suisse, Australie, Canada, USA) tel ne semble pas être le cas de la France alors même que chômage et précarité se développent depuis plusieurs années.
    Ensuite il faut rappeler que lorsque le service national existait beaucoup y échappaient en se faisant réformer ou, lorsque classés bons pour le service, se faisaient pistonner pour obtenir des affectations de confort.
    Au passage il ne faut pas perdre de vue que certains venaient déjà chercher sous les drapeaux une qualification :
    https://www.20minutes.fr/lyon/582835-20100702-quand-max-frerot-faisait-parler-poudre
    https://www.dailymotion.com/video/xfe5ev
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Affiche_rouge_(groupe_arm%C3%A9)
    Au final les « réformés » bénéficiaient d’un an de salaire et d’un an d’ancienneté de plus que leurs collègues
    incorporés mais c’est vrai il existait encore un brassage social.
    Par contre à l’heure actuelle trouver un emploi est devenu si difficile qu’il est impératif, le diplôme obtenu, de trouver un emploi sans tarder, pour ceux qui le peuvent, dans le cas contraire c’est perdre ses contacts ou son « réseau ».
    Dans le contexte actuel nos dirigeants politiques et économiques se doivent d’être exemplaires mais, hélas, les écarts de conduite existent.
    Pour terminer le tour d’horizon et puisque l’économie joue un rôle majeur dans la vie de notre pays peut-on considérer que les multiples délocalisations de fabrications et maintenant de R&D qui se poursuivent contribuent à l’unité nationale ?
    Certainement pas !
    Quant à l’arme nucléaire elle ne doit pas constituer comme certains commentaires le signalent notre ligne Maginot.
    Quel intérêt y aurait-il d’ailleurs pour un adversaire à l’utiliser pour polluer durablement les territoires qu’il convoitent ?
    Au fait qu’en est-il de la bombe à neutrons aujourd’hui en France ? Cette arme, de la taille d’un sac à dos et mise en oeuvre par deux hommes à condition de s’abriter sous terre, fait-elle encore partie de notre panoplie ou a-t-elle été abandonnée ?
    En conclusion, sur ce sujet et à fin de pouvoir monter en puissance sans négliger la qualité, pourquoi ne pas multiplier les unités spécialisées (qui existent déjà) dans la DOT et la clandestinité comme l’étaient les Jedburghs durant la seconde guerre mondiale ou plus tard les réseaux Stay Behind ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Jedburgh
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Stay-behind_en_France
    ou comme le sont aujourd’hui, à l’opposé des Seals spécialisés, eux,dans les coups de main ponctuels, les bérets verts américains :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Special_Forces#:~:text=Un%20article%20de%20Wikip%C3%A9dia%2C%20l'encyclop%C3%A9die%20libre.&text=Les%20Special%20Forces%20(SF)%2C,(Arm%C3%A9e%20de%20terre%20am%C3%A9ricaine).

    • Blurb dit :

      @Philippe,
      Jedburghs comme Bérets Verts US étaient / sont des unités très spécialisées, dont les savoir-faire comme l’entraînement ne sont pas un sport de masse. Une de leurs missions étant justement de s’infiltrer en territoire ennemi et à y organiser une guerrilla / insurrection en entraînant des unités éventuellement constituées d’individus non-formés et en organisant logistique et appuis en conséquence.
      Leur fonctionnement fait donc logiquement appel à de faibles effectifs hautement spécialisés (y compirs langues étrangères rares) et avec des compétences redondantes (ex. le spécialiste radio est aussi infirmier, tout en sachant parfaitement tirer au fusil d’assault à 300m…).
      La DOT était un autre concept à mon humble avis, reposant sur des unités (notamment d’infanterie) de réserve implantées territorialement, appuyant des forces de Gendarmerie d’emploi était plus « général » du fait de ses propres missions du temps de paix Quant à son efficacité je serais curieux de connaître l’impression qu’en retiraient certains anciens cadres d’active ayant participé aux derniers exercices de réserve du début des années 1980 …

  47. Mat49 dit :

    Ce n’est pas le présent qui doit déterminer le budget et les moyens de la défense mais les cas de guerre potentiels même très improbables. Car monter en puissance uniquement quand la guerre arrive c’est du suicide car il est déjà trop tard. Ce n’est pas quand une guerre se déclenche qu’il faut se demander comment s’y préparer. Dans ce cas la montée en puissance n’a pas lieu dans la plupart des cas car la défaite arrive avant. Et actuellement nous n’aurions même pas de quoi remonter en puissance faute de stocks et de cadres.

    Donc il n’est pas exclut de se poser la question de la conscription notamment du fait de nos volumes actuels ridicules. Ce qui implique une réflexion plus globale.

    Comme nous sommes une puissance régionale, il faut donc avoir des objectifs stratégiques proportionnés à ce que nous pouvons faire en définissant des priorités.

    Compte tenu de notre PIB et de notre endettement nous pourrons monter maximum hors pensions à 47 milliards par an environ de budget de la défense (c’est à la louche mais le maximum me semble bien dans ces eaux là). Avec un tel budget l’endroit où nous pouvons avoir le plus d’impact relativement à l’adversaire et où nous intérêts les plus immédiats se trouvent c’est l’Afrique. Nos moyens doivent donc être concentrés sur la projection en Afrique et sur une guerre de haute intensité en coalition en europe de manière subsidiaire; et de manière très subsidiaire une guerre nucléaire (c’est la guerre la moins probable).

    Pour moi la haute intensité ne doit pas être la priorité première compte tenu de notre positionnement stratégique, induit par la géographie. C’est la contre insurrection en Afrique qui doit être la priorité n°1 avec la haute intensité en n°2 et le nucléaire en n°3, en dehors ce n’est pas une priorité. L’est de Suez on oublie par exemple.

    Pour ces objectifs un modèle d’armée professionnelle expéditionnaire doit être adopté sachant que pour atteindre ce but il faudra dix ans au bas mot pour reconstruire des forces crédibles en maintenant un budget de 47 milliards environ en euros constant sur ces dix ans et après.

    In fine l’objectif concret aboutirait à revenir à un volume comparable à 2007 en terme d’effectif, même si largement différend dans les équipements et avec une priorité accordée aux moyens de projection de l’armée de terre (avions et hélicoptères de transport), les drones ainsi que la DCA anti drone. Le SCAF, le PAN, et la Marine hauturière continueraient eux de suivre la programmation actuelle, car ils ne répondent pas à la priorité n°1.

    Le tout bien sûre suppose un retour à un soutient digne de ce nom, des stocks notamment de munitions (produites en france cela va de soit), un entrainement de qualité, des programmes prioritaires (donc pas la SCAF) qui ne mettent pas vingt ans à sortir, un matériel qui s’affranchisse au maximum du pétrole.

    Dans ce tableau, pour une telle stratégie, y a t il un budget pour plus de réserves voir rétablir la conscription? Je ne pense pas, il n’y pas non plus de quoi transformer la RO2 sur le modèle de la garde nationale US comme ce général le suggère (c’est à dire autre chose que la garde nationale de Hollande, ce serait une vrai réserve opérationnelle largement composés d’anciens pros, pas un truc théorique comme actuellement).

    En revanche avec une autre stratégie, donc d’autres priorités, et donc une autre organisation des forces, à voir. Mais si ce n’est pas pour faire du militaire pure c’est non.

  48. Thierry dit :

    La mobilisation général de 1939 n’aura pas sauvé la France, par contre en 1914 elle a été absolument vital pour arrêter l’adversaire, dans les deux cas il y avait un service militaire bien servit en amont.

    Les conflits de haute intensités font beaucoup de mort, et en feront quand même beaucoup à l’époque pas encore atteinte de la généralisation des drones, car il y a aussi des pertes civiles inévitable, notamment à travers l’outil de production d’armement qui est bien loin lui aussi d’être entièrement robotisé.

    A mon sens et à notre époque, je vois mal l’état former les djeunes de banlieue avec des fusils d’assaut, d’autant que certains d’entre eux manient déjà la kalashnikov dans le cadre de leur service civil chez les trafiquants. Jamais l’état ne fera confiance à la jeunesse de ce pays au point de leur confier des armes, cette époque est révolue, aujourd’hui les jeunes pédalent pour déliveroo ou manutentionnent chez amazon pour un salaire de misère, c’est guère reluisant.

    Une bonne partie de la population française est en rupture complète avec l’Etat qui les a rejeté, privé de leurs droits et stigmatisés en plus de subir des persécutions à travers des lois indigne. Il est bien évident qu’ils ne vont pas se battre pour l’Etat même contre un envahisseur extérieur (souvenez vous de Saddam Hussein et des chiites qu’il persécutait…), et donc un service militaire à vocation militaire ou sociale serait un échec certain. Si c’est pour recoller le lien social alors des aides au lieu des punitions feront excellement l’affaire, voyez le Medef, gavé comme un cochon il en redemande toujours plus et se roule dedans à satiété.

    A l’époque ou je l’ai connu, dans les années 80, le service militaire n’était pas vraiment populaire, les recrues comptaient les jours qui leur restait dès le premier jour d’incorporation et faisaient une sacré fête le jour du départ, ils avaient tous le sentiment d’y perdre leur temps.

    Une armée 100% professionnelle n’est évidemment pas suffisante en tant de guerre, pour moi la solution c’est de multiplier les formations qui demandent beaucoup de temps (tel des pilotes, des spécialistes en tout genre, des experts en armement, des officiers et technicien, etc) pour avoir un réservoir immédiatement utilisable en cas de guerre, et laisser tranquillement chez lui le deuxième classe tant qu’il n’y a pas la guerre.

    Il y a aussi moyen de développer des activités parallèle comme l’entrainement au tir dans le civil, les Suisses font beaucoup cela avec leur fusil d’assaut à la maison.

    Et enfin un système de mobilisation gradué selon le degré de gravité de la menace de guerre afin de ne pas être pris au dépourvu le jour de la déclaration de guerre, ainsi qu’un accroissement de la production d’armement juste un peu en amont du conflit potentiel, cela serait d’ailleurs de nature à décourager l’adversaire d’entrer en guerre et d’espérer une victoire rapide.

    • Mat49 dit :

      Merci Mokhtar pour tes petits conseils non chiffrés et dépourvus de tout liens avec la stratégie du pays.

  49. Carin dit :

    Au vu des nouveaux matériels qui arrivent dans nos armées, je pense que nos généraux d’active ont bien compris qu’il n’y auras aucune invasion du pays, que la très prochaine « grande » guerre se fera ailleurs, et qu’il faut se focaliser sur un vrai corps expéditionnaire. On a vu avec Daguet, que nous n’étions pas prêts… on a vu avec Serval que nous n’avions rien appris de Daguet même si Serval fut un indéniable succès…
    on sait qu’aucun pays européen ne sera notre ennemis, y compris les russes. Notre future force sera 20 ou 30000 paxs projetables en quelques jours avec armes et pacos, tous nos matériels tendent vers le « transportable » rapidement, notre force aérienne tend à s’équiper de 50 A400M, de 18 MRTT pouvant projeter des matériels et des paxs en urgence pendant que divers rouliers prendront la mer.
    Et pour assurer l’arrière (le pays), pas besoin de super commandos, les gendarmerie/police et tout leurs services spécialisés, peuvent sans problèmes se charger des 20000 fichés S, et y rajouter tous leurs contacts véreux avec soit prison (pour les années de conflit) soit retour dans leurs divers pays d’origine ( au choix des mis en cause). Les lois de la guerre n’offrant pas la même protection que celles de la république.

  50. MERCATOR dit :

    À moyen terme (horizon 2050) nos ennemis possibles sinon probables en théâtre centre Europe sont dans l’ordre Fédération de Russie , Chine. En zone Méditerranéenne, Chine, Turquie, voire Algérie. En zone atlantique, Chine . En zone pacifique Chine.

    Nous ne pourrons pas rivaliser en nombre d’armes conventionnelles et en effectif avec la Fédération de Russie et la Chine. Il ne servirait à rien d’essayer d’entreprendre une course aux armements en matériel terrestre pour nos armées sauf bien évidemment en objectif export.

    Il faut privilégier notre aviation, la tripler en nombre et l’armer notamment avec des missiles hypersoniques nucléaires et conventionnels, nos sous-marins d’attaque et ceux de la force de dissuasion nucléaire, tripler nos frégates de haute mer, coopérer avec Israël pour les drones .

    Pour les forces terrestres, reprendre la construction de nos missiles tactiques nucléaires styles Hadès, avoir une défense antimissile pour protéger nos centrales nucléaires, nos centres de commandement, nos installations industrielles stratégiques, développer des régiments de défense du territoire appartenant à la gendarmerie mobile et départementale , voire les unités de la police nationale, pour pouvoir défendre et détruire les forces spéciales qui ne manqueraient pas d’être parachutées sur nos sites sensibles, avoir des unités de guerre électronique pour sécuriser nos réseaux internet et lutter contre les attaques informatiques

    . Entretenir une force d’action rapide pour nos OPEX ( Légion, unités parachutistes, troupe de Marine, forces spéciales) L’OTAN ne nous sert pas à grand-chose, tant que nous serons dépendants des États-Unis il faudra y rester mais s’en défaire dès que nous aurons acquis des moyens de transports lourd.

    Notre force de manœuvre de 40 à 50000 hommes doit pouvoir être déployée avec des moyens navals et aérotransportés très rapidement sur les théâtres du Maghreb et du Maschrek .

    La probabilité d’un conflit en centre Europe est très faible voire inexistant , la fédération de Russie et ses dirigeants ne sont pas intéressé par notre territoire , leur seule ambition, et on peut le comprendre , c’est de se reconstituer un hinterland avec les ex-pays du bloc soviétique en les séparant de l’OTAN, ceci fait ils auront plutôt les yeux tournés sur la Chine qui guigne les territoires de Sibérie et seront inévitablement allié avec les USA à l’avenir .

    • EBM dit :

      Tout ça pour quelle stratégie? Contradiction complète entre l’affirmation d’une absence de menace au centre europe tout en demandant de construire l’équivalent moderne des HADES alors que l’ASMPA existe.

      Contradiction en plus avec la volonté d’avoir une force déployable de 40 à 50 000 hommes car ça c’est de l’expéditionnaire. Pour quoi d’ailleurs ne limiter les OPEX qu’aux unités de la Légion, aux unités parachutistes, troupe de Marine, et forces spéciales d’ailleurs? C’est se priver d’une bonne partie des unités de l’armée de terre sans raison.

      Bref une vision figée à 1980 replaquée sur 2020.

      • MERCATOR dit :

        @EBM

        Aucune contradiction, un conflit en centre Europe , serait très peu probable justement parce que nous avons une force de dissuasion , vous citez l’ASMPA mais sa charge de 300 kilotonnes est quatre fois supérieure à la charge propulsée par l’Hadès , on peut considérer qu’un tir de ce missile surtout s’il est équipé avec l’arme neutronique serait moins risqué politiquement qu’un tir de l’ASMPA , quant au corps expéditionnaire et à L’OPEX, j’ai fait un amalgame maladroit , je fais la distinction entre les OPËX contre des « terroriste » faiblement équipées , avec l’emploi des unités de la Légion, unités parachutistes, troupe de Marine, et forces spéciales et un corps expéditionnaire plus conséquent avec l’ensemble des troupes de terrain appartenant à toutes les unités dans l’hypothèse d’un conflit avec des pays Maghreb, Maschrek, Turquie qui ont des armées structurées .

        • EBM dit :

          Donc si un conflit en centre europe est très peu probable inutile d’avoir des armes surtout taillé pour le centre europe. L’ASMPA sur avion permet d’aller plus loin.

          « je fais la distinction entre les OPEX contre des « terroriste » faiblement équipées , avec l’emploi des unités de la Légion, unités parachutistes, troupe de Marine, et forces spéciales » soit mais, je ne vois toujours pas pourquoi ces unités seraient spécifiquement chargées de la contre insurrection.

  51. breer dit :

    Je pense que voila encore une utopie délirante, les mentalités des moins de 30 ans ne sont pas celles d’il y a seulement 40 ans, égoîsme, égocentrisme, addictions, recherche du plaisir sous toutes ses formes, indiscipline, propension à la contestation perpétuelle (bien enséignée par le milieu de l’éducation nationale et des syndicats de gauche), rejet de l’autorité, rejet des contraintes, et là je ne parle pas des jeunes d’origines étrangères aux mentalités triplement névropathes. Il n’y aurait qu’un faible pourcentage sur qui l’armée pourrait avoir totalement confiance, et le pire c’est que ce serait ceux là qui irait se faire tuer pour que tous les autres restent à foutre le boxon partout.. France tu es sur une très mauvaise pente…

  52. EchoDelta dit :

    Donner de la masse aux Armées c’est avant tout avoir en nombre un matériel le plus performant possible. Si on avait 2 avions par pilotes et 4 chars par équipage, voir 3 PA pour Deux équipages, nous pourrions parler de renforcer le nombre des hommes. Si la Nation est en périls, alors la conscription ne fera qu’une guerre de guérilla.
    Sinon la conscription est plus utile à donner du poids économique au pays pour qu’il s’équipe correctement. Une fois cela fait, il est toujours plus facile de recruter, y compris des mercenaires pour se défendre. Voyez la Russie ou la Turquie elles passent leur temps à employer des mercenaires. Donc des combattants, nous en trouverons toujours le jours J, et ils seront former sur le tas si la situation l’exige. Si je parle de mon cas, je suis plus utiles à produire des équipements et des biens marchands qui renforcent l’économie de mon pays, que d’apprendre à me battre. Si je dois me battre, c’est que nous seront en passe de tout perdre et alors je m’adapterais en un temps record. Je trouverais soit du matériels en surplus dans nos armées, soit sans aucun doute 15 gentils donateurs de fusils d’assaut, bazooka, missile AA, et toutes armes utiles pour faire mal à l’ennemis. Et j’y mettrais du coeurs car je n’ai pas d’autre pays où aller. Et aucun combattant n’est meilleur que quand il est acculé.

    • EBM dit :

      @ Echo Delta aucun rapport avec les mercenaires, ils sont utilisés pour ne pas officielement s’engager pas pour avoir de la masse.

      Enfin comme souligner par à peu près tout le monde ce n’est pas quand l’ennemi arrive qu’il faut se demander comment former de nouvelles unités. C’est une assurance défaite coeur ou pas. Le coeur c’est bien mais le cerveau c’est aussi indispensable.

      Il n’y a d’ailleurs aucun stock logistique dans nos armées ce qui interdit toute remontée en puissance immédiate.

  53. Républicain & Partiote dit :

    Le conflit de haute intensité le plus probable à court terme n’est il pas un embrasement simultné des 150 quartiers aux mains des salafistes dénombrés par la DGSI, avec une alliance caïd mafieux / émir salafiste ?
    On ne parle que très rarement de cette hypothèse qui pourtant n’est pas absurde (2005, ce n’était pas loin).
    Avant de penser à un grand machin, pourrions-nous déjà augmenter la réserve opérationnelle et éventuellement créer une garde nationale pour les français désireux de servir la patrie.

  54. mulshoe dit :

    Ne nous égarons pas trop sur ce sujet. Quant à l’utilisation du mot  » masse » cela me fait frémir car je l’associe à  » chair à canon  » ( cf les « grandes offensives avortées mais non moins meurtières de 14-18 ) . Meme si changer un mot pour un autre ne change pas grand chose , au moins pourrait-on donner une prime à la considération et à l’absence de mépris pour la « piétaille » . Je préfère et de loin appartenir à un effectif .

  55. Luc dit :

    Le général Thierry Burkhard est dans l unité cérébrale de l arrière train du Mammouth squelettique « Armée ». Le général François Lecointre, chef d’état-major des armées dans l unité cérébrale de la tête mais le Mammouth a été trop dégraissé.. Ses moyens d actions sont devenus trop limité par manque de servants formés et operationels

    • Albatros24 dit :

      D’où l’intérêt de développer une véritable garde nationale composée d’appelés qui deviendront au bout de 10 mois des réservistes – bien encadrés par des aneciens milis, pompiers, policiers gendarmes (car plusieurs domaines de compétence de cette garde) bien armés et entraînés (peu importe qu ils défilent bien ou sachent ranger leurs affaires dans une armoire en faisant un lit « au carré ». Le retour des « moblos » en quelques sortes mais en mieux.

      • Sinope dit :

        L’idée en vogue serait, si j’ai bien compris, de développer la RO2 de l’armée de terre sur le modèle de la garde nationale US, pas de revenir à la conscription. C’est à dire utiliser 30000 anciens pros de l’armée de terre en les entrainant périodiquement et en les agglomérant à la RO1 le cas échéant.

        Il y aurait la RO1, qui serait l’équivalente de l’US army reserve, et la RO2 équivalente de l’US national Guard. Mais en pratique la symétrie ne serait pas totale, la RO1 faisant plutôt de la DOT et la RO2 étant une vrai force de combat.

        Le soucis c’est qu’il faut des budgets pour ça, un minimum de cadres d’actives, du matériel stocké, et des installations.

  56. Muse dit :

    Dès que l’on commence à utiliser des mots non usuels c’est que l’affaire est mal engagée.
    Y adjoindre des civils équipés d’armes qu’ils ne savent pas servir n’y chagera rien.

  57. GARANX dit :

    Avant de s’occuper de la masse du contingent peut-être qu’il faudrait s’occuper du matériel et effectivement ce n’est pas avec 200 chars, 3 couteaux suisses et 2 porte cacahuète que nous allons rivaliser contre une Russsie ( exemple bien entendu au hasard mais très prisé des adhérents otaniens) équipée elle de missiles hypersoniques (MHD jean pierre Petit) ou bien la Chine avec ses équipements tous neufs. Alors je suis véritablement inquiet car si c’est les mêmes incompétents que pour la gestion du Covid , alors mal va

  58. Cimourdain dit :

    L’idée fait son chemin, tant mieux. Nous avons besoin d’une grande armée, en tout cas celle pouvant, effectivement occuper un territoire de la taille de Belgique (j’aime nos amis belges)
    Cependant cet accroissement doit inclure le composant idéologique. Une totale interdiction de port de chiffon régionaux , seul le drapeau national doit prévaloir. Un corps de commissaires républicains est nécessaire. Je sais de l’intérieur, les ravages de l’extrême dépolitisation de notre armée. Les jeunes n’ont pour motivation que la modique solde! Les corps d’officier nage dans une sorte de royalisme mélangé à la messe catho et de la naphtaline. J’espère que nous allons réussir a donner plus que la maigre solde et offrir u véritable sens à l’engagement de nos futurs soldats Citoyens !

  59. Jo666 dit :

    Alors pour rivaliser avec la Russie il faut déjà récupérer les lanceurs oxyde méthane d’ariane 6 pour des Hades et refaire des apaches sur le modèle x58 valkyrie pour un aéronef du 60 ieme du prix d’un rafale. Il faut racheter les leclerc à la Jordanie et aux Eau les 100. Il fait 300 navires dont un grand nombre de frégates 3 par

  60. MARTI dit :

    SANS NOUS

  61. basstemp dit :

    Evidemment qu’il faudra rétablir le service, il n’y aura pas le choix car l’inverse sera probablement synonyme de l’usage de l’arsenal nucléaire … Et encore, ce ne sera pas le service a l’ancienne, ce sera une incorporation pour 4 mois de classes-formation puis go combat illico !

    Mais il y aura un gros problème avec les populations en France non intégrée qui poseront d’énormes problèmes en ce sens ! Pas toutes bien entendu et pas tout leur représentants non plus, mais il y aura des soucis il n’y a qu’a voir aujourd’hui combien la haine de la France et des français est bankable dans certaines populations concentrées dans les quartiers

    C’est pour cela que tot ou tard la France devra impérativement reprendre le controle dans ces quartiers car ce serait une double catastrophe si cette guerre arrivait a un moment ou tout sera mur chez nous pour une guerre civile !

    Dans tout les cas, ce ne sera pas avec une misérable task force de 30 000 soldats (+ la marine ok) qu’on pourra assumer une guerre symétrique ! Ceci dit, ces 30 000 soldats nous donnerons le temps d’organiser la suite de la guerre avec les appelés

  62. werf dit :

    La lecture des commentaires est édifiante. Tous ces généraux devraient faire des visites inopinées dans les régiments pour voir l’état des forces, des matériels et des équipements. Ils comprendraient vite que nous sommes dans l’incapacité de faire face à un conflit de haute intensité et que le tout OPEX actuel est une impasse qui va coûter très cher, y compris pour toutes les autres force, qui ne pourront pas être régénérées avant 40 ans au mieux!

  63. Expression libre dit :

    Si « guerre de haute intensité » en Europe, elle se fera dans le cadre de l’Otan avec nos 6 petites brigades. Pas besoin de masse si la cavalerie arrive à temps. Simple constat.
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/02/16/defender-europe-20-20900.html
    Il y a plutôt du souci à se faire du côté de nos autres alliés de l’Otan. Merde, se battre avec les Allemands contre les Russes, elle est pas belle la vie.

  64. Belzébuth dit :

    En attendant, pour faire de la masse heureusement il y a les américains:
    https://forcesoperations.com/un-exercice-franco-britannico-americain-de-niveau-division-au-printemps-2021/