Le ministère des Armées investit dans l’analyse du renseignement par l’intelligence artificielle

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

20 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Nul doute que ce sera très efficace. Dans un autre domaine, l’analyse des radios médicales est beaucoup plus efficace par l’IA que par des médecins expérimentés, car elle peut détecter des ‘choses’ quasi invisible, et n’est pas influencée par des expériences personnelles.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Malheureusement, on retrouve souvent des biais dans les IA car celles sont généralement aussi maline que leur base d’apprentissage
      Ainsi, plusieurs expériences ont menés à des robots sexiste ou racistes parce que leur base d’apprentissage était comme ça.
      Mais vous avez raison, le biais en médecine, même s’il a tendance a se résorber, existe encore. C’est pour cela que parfois certains examens sont fait par des docteurs n’ayant jamais vu le patient pour ne pas être biaisé et se concentrer uniquement sur l’aspect médical

  2. Plusdepognon dit :

    Les bonnes nouvelles se faisaient rares en matière d’intelligence économique :
    https://www.usinenouvelle.com/article/comment-preligens-ex-earthcube-veut-devenir-l-acteur-de-reference-de-l-ia-pour-le-renseignement-et-la-defense.N1030304

    En 1991, la France s’aperçoit qu’elle dépend entièrement des USA pour le renseignement autre que d’origine humaine, ce qui aboutit à la création de la DRM et quelques péripéties :
    https://www.athena-vostok.com/la-sedi-un-instrument-essentiel-du-rensignement-militaire-1-partie

    https://www.athena-vostok.com/la-sedi-un-instrument-essentiel-du-renseignement-militaire-suite-et-fin-1

    Pour voir ce que propose cette société (le lien proposé par monsieur Lagneau ne marche pas pour moi, erreur 404) :
    https://www.challenges.fr/entreprise/defense/airbus-earthcube-la-dream-team-francaise-du-renseignement-spatial_731661

    Dans un domaine où les données peuvent valoir de l’or alors qu’elles sont accessibles (mais il faut être capable de les traiter utilement) :
    https://geointblog.wordpress.com/2020/08/14/le-concept-de-lactivity-based-intelligence-abi/

    https://geointblog.wordpress.com/2018/12/17/le-marche-de-lobservation-spatiale-poursuit-sa-transformation/

    Il y a des noms connus dans les sociétés qui s’occupent de l’observation de la Terre :
    https://www.lefigaro.fr/societes/observation-de-la-terre-trois-contrats-pour-airbus-et-thales-20201113

    Et parfois des bizarreries :
    https://www.lefigaro.fr/societes/nouvel-echec-de-la-fusee-europeenne-vega-la-fabrication-en-cause-20201117

  3. Le zouave dit :

    Hier j’étais justement en train de mater Mourmansk et San Diego sur Gogol Earth.
    Egalement Scapa Flow où ils ont mis des digues pour éviter les sous-marin, mais la baie est vide, plus de flotte.
    Ce matin la GB décide de se garnir un peu plus en navire.

  4. Thierry dit :

    Extrait de l’article :
    « mettre à la disposition des analystes des technologies révolutionnaires qui les accompagnent dans une prise de décision rapide et les aident à anticiper des menaces éventuelles. »

    « Grâce au logiciel de Preligens, les analystes de la Direction du renseignement militaire [DRM] ne perdraient plus de temps à examiner des centaines de clichés : seuls ceux qui présentent un réel intérêt seraient ainsi exploités. »
    ——————————————————————–

    Ah ! ce qui serait révolutionnaire serait que ces startup financés par les banques cessent de faire les poches des contribuable avec du vent.

    Non seulement c’est gonflé comme un soufflé d’arrogance mais ce qu’ils vendent à prix d’or ne vaut pas une demi chaussette mâché par une chèvre. Macron nourrit sa couvée de vautours en quête d’argent facile et rapide.

    Ce genre d’algorithme existe déjà, c’est utilisé sur internet, lors du login et du mot de passe pour franchir les barrières des sites internet qui demande de cocher la case des photos représentant un feu rouge ou un taxi par exemple, afin d’interdire l’entrée des bot informatique en plus des utilisateurs habituels.

    sauf que dans cette course perpétuelle au système et contre système certains ont déjà trouvé la parade avec des analyseurs d’image automatique, et ce que l’on constate, c’est que cette technologie est loin d’être fiable, une photo légèrement flouté passe au travers sans problème, l’interprétation automatique de photo ne détectera pas non plus des nuances de forme ou de couleurs qui auraient sauté aux yeux d’un opérateur habitué à lire à travers les pixels et à interpréter les pièces manquante du puzzle.

    Bref ce truc là va jeter beaucoup de photos intéressante, c’est vrai que ça fait gagner du temps, mais par contre les résultats des renseignements faudra pas en attendre grand chose.

    bref on se fait refiler une boite de cassoulet Buitoni pour le prix d’un restaurant 5 étoiles de palace. Le rince doigts c’est pas pour les pieds.

    • sheilla dit :

      L’avantage de l’algorithme c’est qu’il permet d’analyser des milliers (millions ?) de photos par jours 365/24, là où un opérateur en fera quelques dizaines (centaines) quand il n’est pas en congés, WE, sommeil.
      Il suffira que l’IA mette de coté les images qu’elle trouve anormales pour l’œil averti de l’opérateur.
      C’est le même principe que le pour big data, seule une machine peut faire le tri rapidement.
      (Quand on fait une recherche dans Google, l’algorithme fait le tri et c’est l’œil humain qui choisit ou approfondi la recherche).

      • Thierry dit :

        L’IA ne détectera que ce que le programme aura entré dans sa mémoire.

        prenons un exemple concret, lors de la seconde guerre mondiale les avions de reconnaissance anglais prenaient des photos au dessus de la France d’un peu tout et n’importe quoi car les allemands n’hésitaient pas à camoufler les bunkers ou en faire des maisons ordinaire avec quelques planches et de la peinture pour l’illusion.

        L’ IA ne détectera pas la supercherie même si le camouflage et grossier et que l’ouvrage est en partie visible, idem pour des chars gonflables comme ceux de l’opération Fortitude, un opérateur verra la différence sur une photo nette, mais pas l’IA.

        Les Spitfires lors de leur reconnaissance ont photographiés ce qui ressemblait à des pistes de ski tourné vers l’Angleterre sans savoir de quoi il s’agissait, ils ont compris que c’était des rampes de lancement lorsque les premières fusées V1 se sont abattu sur Londres et les ont bombardés car ils en connaissaient par avance la position.

        Mais l’IA ne verra que des pistes de ski et jettera la photo à la poubelle, elle ne peut pas détecter de nouvelles armes qui n’ont pas été répertoriés.

        Voilà les défauts majeur de ce système inopérant trop facile à leurrer.

    • Billu dit :

      Vous racontez vraiment n’importe quoi

  5. vrai_chasseur dit :

    Preligens vend aussi à sa technologie sous licence à L3Harris, prestataire américain entre autres de…la NSA.
    Les américains sont pragmatiques ils prennent ce qu’il y a de meilleur.

    Le logiciel en France est une histoire d’excellence mondiale.
    A ceux que ça intéresse, vous pouvez par exemple rapprocher ces 2 informations
    http://federalnewsnetwork.com/air-force/2020/09/the-air-force-built-a-secret-new-fighter-jet-with-the-magic-of-digital-engineering/
    http://www.3ds.com/newsroom/press-releases/lockheed-martin-selects-dassault-systemes-3dexperience-platform-support-digital-engineering-initiatives
    Le NGF du SCAF étant fait avec Dassault en chef de file, la même plateforme logicielle collaborative d’ingénierie y sera aussi utilisée, et même étendue en partage avec la DGA, ce qui sera une première mondiale : partager l’ingénierie entre un donneur d’ordre étatique et un industriel pour optimiser les spécifications.

  6. Honneur dit :

    Excellente innovation qui sera évidemment utile … mais…. hélas… seulement pour les zones avec un faible ou aucun couvert nuageux et donc… parfaite pour les prises de vue optique. Dans les autres cas, l’imagerie satellite se base sur les technologies soit de l’infra-rouge ou de l’imagerie radar. Dans ces derniers cas, je ne suis pas sûr que les algo de détection automatique fonctionnent… Et s’ils fonctionnement qu’ils soient aussi précis… Et permettent de faire la différence entre un sous-marin amarré et un chalutier de pêche…

    Par exemple, je serais curieux de connaître le taux de couverture nuageuse sur les ports militaires chinois et russes…

    Pour ceux que cela intéresse :

    https://www.applisat.fr/generalites-satellites/imagerie-satellitaire-radar-exemples-applications

  7. Luc dit :

    Mise au point d une IA de contre mesure dans l analyse du renseignement par une autre IA

  8. Momo dit :

    Il faut enfermer quelqu’un? C’est ça?

  9. HansW. dit :

    La France a déjà jeté à la poubelle le « renseignement humain » de terrain pour le renseignement numérique avec le succès que l’on sait (avec un gouvernement devenu totalement aveugle car n’ayant plus aucune vision de ce qui se passe au niveau de monde réel), quelle est la nouvelle idée? Virer les opérateurs humains derrière leur écrans pour des algorithmes développés par google ou la NSA?

    L’usage de l’Intelligence Artificielle n’a de sens que si on en revient à un renseignement global est diversifié qui met en oeuvre de manière équilibrée tous les moyens possibles

  10. Michel dit :

    Faux en 91 la France disposait déjà de satellites espions cela n’était pas connu par les media…..Ce genre d’info peut être gardé secrète…..

  11. batgames dit :

    Tant qu’on fera pas signer une sorte de documents (que les juristes planche là dessus pour avoir le droit tranquille )une préférence nationale pour ordonner pour sécurité nationale ,tous les ingénieurs désirant faire une entreprise ,n’importe laquelle de n’importe quel type d’ailleurs ,si des choses sont sécurité défense qu’ils sache de base que l’Etat sera pas prédateur non c’est pas le mot ,mais ils devront savoir qu’il leur faudra faire avec et leur entreprise ne pourra pas se vendre à toute nationalité étrangère !
    l’idée d’un fond d’investissement c’est aussi une idée ,mais ils pourront revenir à la charge par d’autres tours de passe passe des boursiers et investisseurs …
    c’est des prédateurs
    il faut une loi qui coupe court à tout danger de rachat que ce soit des amerloques ou d’autres pays d’ailleurs ..
    les ingénieurs en France sont bien gentils ,au départ c’est souvent les grandes écoles de France qui les forment et ensuite ces gtens n’ont aucun scrupules à vendre le fruit de leur savoir à l’étranger!
    si ils veulent vendre aux amerloques dans ce cas que ce soit clair qu’ils se barrent de suite ,prennent la nationalité américaine et ne reviennent pas!