CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Le ministère des Armées veut doter ses mini-drones d’une capacité de guerre électronique

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. jyb dit :

    HS @thaurac
    – cévenol catholique
    vous fêtes quoi le 25 mars prochain ?
    Sinon je vous invite à machdouché, en plein hezboland libanais. C’est l’unique endroit au monde ( à ma connaissance) ou le jour de l’annonciation est fêtée par les chrétiens et les musulmans (plutôt chiites en l’occurrence)
    et fête nationale islamo-chrétienne.
    – ok pour le site de natanz. Trump vient de virer pas mal de conseillers et son ministre de la def pour que ses pions lui proposent un plan contre les iraniens…pas de bol c’est une trumpgirl qui l’a laché et pas la moindre, haspers patronne de la cia. elle est sur un siège éjectable.
    Mais rien n’est joué. mouvements de troupes us au syrak et confusion en afgha…il est pas dit que donald n’arrive pas à foutre le bordel et ramène ses gus à la maison « pour noel » comme il l’a redit.

  2. Bob dit :

    L’armée française copie sur les armées turques après la victoire azéris sur l’Arménie. Zeus ne doit pas être content et les mafiosi grecs aussi. Les grecs doivent investir dans les drones.

  3. Patrick Allard dit :

    Ca sent le bouillage des liaisons Station de Contrôle / Drone des TB2 turcs suite à leurs démonstrations de force en Arménie Lybie, et Syrie

    • Ion 5 dit :

      @PA
      Ca c’est plus facile à dire qu’à faire.
      D’abord ces drones en composite sont très difficiles à repérer en raison de leur faible SER.
      Ensuite leur religion n’interdit pas aux turcs de communiquer par sauts de fréquence. En français, c’est difficile (théoriquement impossible )* à détecter.
      Enfin, le brouillage de la liaison radio, et du GPS, n’empêche pas le drone de continuer sur centrale inertielle. Evidemment il ne fera pas grand mal en dehors de quelques photos mais pourra quand-même rentrer chez lui…

      * c’est ce qu’on dit sur le radar du F-22

      • Fred dit :

        @ Ion 5

        Il est question de « cartographie de zone » d’émetteurs.
        Des « sauts de fréquence » ne les protègeront pas d’un 155.
        A son retour, le drone – certes intact – pourra filmer ses opérateurs décédés.

        • Ion 5 dit :

          @ Fred

          vu comme ça…
          M’ enfin faut quand-même reconnaitre le container de la station de contrôle des autres!

      • EchoDelta dit :

        A ma connaissance les transmissions par saut de fréquence pour résister au brouillage existent depuis le milieu des années 80, donc c’est quand même une technologie assez bien maitrisée par tous normalement.
        De plus un brouillage multi fréquences permet certe de couper les liaison radio… pour peu que la puissance de brouillage soit suffisante, cad largement supérieure aux émissions du sol, lesquelles n’ont pas a voler même si elles viennent de plus loin et peuvent donc se permettre d’être surdimensionnées. Je doute que ces mini drone soit capable d’embarquer des émetteurs haute puissance qui pèsent nécessairement lourd.
        Je crois plus à des micro missions ELINT, tel qu’exposé, pour cartographier la provenance des émissions, les fréquences utilisées et avoir ainsi un bon retour de l’activité terrain.

        • Ion 5 dit :

          @Echo

          Pour le brouillage multifréquence a haute puissance certes mais pour orienter un missile sur la source, c’est …plus dur!

      • Michel dit :

        Cela fait plus de 30 ans que Thales maitrise cette technologie il l’avait meme intégrer l’évasion de fréquence dans les liaisons radio militaires équipant l’Armée Francaise et la licence avait été concédé au US dans le PR4G …remplacé depuis étude de remplacement débutée en 2012 par contrat de l’état français.
        http://www.suptraining.fr/form/FlashRadio__RadioTelecom.htm#PR4G
        Donc vous pensez bien que Thales à toute la palette de guerre électronique contre ces propres equipements qu’il à fournis à plus de 40 pays rien que pour les communications militaires, sachant que Thales etait un gros fournisseur de l’Armée Turque, à l’heure actuelle je ne sait plus ou en est l’implantation locale car dans les années 90 Thales avait une usine dédiée entièrement aux radars fournis au Turques dans le cadre de pays appartenant à l’OTAN…..
        https://www.thalesgroup.com/en/countries/eurasia/turkey
        De plus en ce qui concerne la guerre éléctronique cela fait plus de 40 ans qu’il bosse dessus, mais cela ne s’étale pas dans la presse.

        • Ion 5 dit :

          @Michel
          J’espère bien que Thales ait les moyens de brouiller ou d’annihiler les émissions des appareils qu’il fournit.
          Pour autant, le saut de fréquence surtout sur plusieurs bandes, rend pratiquement impossible* la détection de la source ainsi que l’utilisation d’une fusée anti-radar/radio.

          *évidemment tout dépend de la séquence temps/gamme de fréquence etc, mais le signal n’émet pas assez longtemps sur une même bande pour que le (les) radiogonios puissent le localiser.

  4. Yannus dit :

    Il devrait l’adapter pour larguer des obus de mortier.

  5. Félix GARCIA dit :

    Bonjour,
    « Mais le ministère des Armées entend leur faire réaliser d’autres tâches, comme en témoigne le programme « Sauron » [un clin d’oeil à l’oeuvre de JRR Tolkien?], qui vient de faire l’objet d’un appel à projets lancé par l’Agence de l’Innovation de la Défense [AID]. »
    Surement plus l’aspect :
    « Un grand oeil, sans paupières, qui ne dort … jamais ! », « Vous ne pouvez pas vous cacher … JE … VOUS … VOIS ! »
    Que :
    « Il n’y a pas de vie dans le néant, seulement, la mort »
    https://www.youtube.com/watch?v=rUxCOKEuU7Q

    « Palantir », « Sauron » …
    Vous remarquerez que c’est pas très « Gondor-friendly » tout ça 😉

    Mais bon, « Les Deux Tours » se sont bien effondrées après tout …

    Le jour où on aura un « Boston Dynamics » français, on fabriquera des « Gollums » ? ^^

    Pour la Comté !

    Cordialement,
    Félix GARCIA

  6. HMX dit :

    Très bonne initiative, cela améliorera la polyvalence et la capacité à cartographier le terrain pour ces drones.
    Compte tenu du fait que ces drones ont pour vocation première d’être au contact de la ligne de front, il serait également très utile de réfléchir à les armer, avec bien sûr un armement adapté à leur très faible capacité d’emport (mini-bombes guidées, ou roquettes miniaturisées d’environ 1kg voire moins ?), de façon à pouvoir traiter des cibles d’opportunité tel que des positions de fantassins ou des véhicules non blindés. Une fonction « kamikaze » avec emport interne d’une petite charge explosive pourrait également être envisagée, de préférence avec des drones plus « low cost » que le Spy Ranger évoqué dans l’article. Cela constituerait alors la première munition « rôdeuse » mise en œuvre par nos forces armées.

    • Yoyolegigolo dit :

      Oui mais il y à quelque chose qui s’appelle la convention de La Haye et qui interdit tous les pays signataires ( dont la France) d’utiliser des armes de types mines , armes de saturation et des sous munitions ( votre exemple en l’occurence ) donc ce choix n’est pas possible

      • Yoyolegigolo dit :

        Et la convention de Genève soit dit en passant

        • HMX dit :

          Il n’a nullement été évoqué l’emport de mines, de sous munitions ou d’une quelconque arme de saturation sur ces drones, dont la capacité d’emport est justement le facteur limitant (poids de 15kg pour un Spy Ranger en ordre de marche, donc charge utile très faible). Une munition légère (bombe ou roquette miniaturisée) tirée par un drone, l’emploi d’un drone kamikaze, ou encore l’utilisation de munitions rôdeuses ne sont à ma connaissance absolument pas interdits en tant que tels par la convention de La Haye, ni par la convention de Genève.

    • Yannus dit :

      C’est possible avec une adaptation du Sperwer. comme munition on peu envisager de lui faire emporter des obus de mortier. qu’il larguerait en mode Stukas.

  7. Thierry dit :

    Plus ces drones auront de fonction et mieux ça vaudra, un système électronique efficace peut faire bien plus de dégâts à l’adversaire qu’une charge explosive.

    Les petits drones ont de grande capacité d’intervention justement pour leur faculté à ne pas se faire détecter, ou à sortir de nul part comme un diablotin d’une boite, frapper et disparaître avant même que ne soit sortie une arme anti-drone.

  8. Max dit :

    Cool la date du 18 janvier ! Ce sera mon anniversaire…
    Un cadeau de l’Agence de l’Innovation de la Défense [AID] svp !