Une étude est en cours pour déterminer si le futur porte-avions français devra accueillir des F-35B

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

263 contributions

  1. 에르메스 dit :

    La capacité de pouvoir accueillir des F35B’s me parait cohérente et intéressante, notamment pour le théâtre pacifique.
    .
    J’aurais aimé que les Mistrals en soient également capable, sans parler d’acquérir des F35B’s, avoir la capacité d’accueil, ne serait ce qu’en cas de problème d’un navire allié, serait parfaitement cohérent avec la coopération OTAN-alliés (Des alliés non OTAN ayant des F35B’s)

    • Le Breton dit :

      « L’architecture » des Mistrals permet de concevoir un navire jusqu’à 250 mètres de long d’après ce que j’ai pu lire sur ce sujet, il serait probablement possible d’en faire des portes-aéronefs complets comme pour les portes-avions britanniques mais on oublie les catapultes.

    • Le f35 n’a pas bonne réputation. De plus qui achètera des rafales si la France d’équipe enF35?

      • 에르메스 dit :

        Vous êtes à côté de la plaque.
        .
        La question n’est pas d’acheter des F35’s mais d’accueillir des F35 alliés.
        .
        Toujours des raccourcis…

      • Mauvaise réputation chez les anti américains primaires surtout …Car toutes les armées de l’air du monde, digne de ce nom et pas des moindres sont en train de se doter de F35 …Comme les français ne sont pas idiots ils se disent que « peut-être » que …

        Il y a surtout ceux que cela dérange qui tirent à boulet rouge sur cet avion et souvent sans argument technique hyper précis …

        • EBM dit :

          Celles qui sont alliées des US et qui n’ont pas d’industries de défense. Nuance… ce qui explique que vu les déboires des autres les français se disent non et a fortiori pour les versions embarquées qui sont non supersonique en raison de soucis de structures.

          Après le F35 A s’ils font un gros rabais pourquoi pas… afin de pomper la technologie bien sûr.

        • Carin dit :

          Pour les arguments techniques assez précis, il suffit de se reporter à l’armée américaine, aux revues spécialisées américaines, et même au service de contrôle américain… voir même LM qui finalise déjà le remplaçant!!!
          Ou bien… enlevez les peaux de saucisson de vos verres de lunettes!

        • Alpha dit :

          @Souvenirs d’Asie Centrale Soviétique
          — Bon tout d’abord, toutes ces armées de l’air qui se dotent du F-35 sont avant tout, et pour leur immense majorité, des participants au programme. Ils ont investi dedans et n’ont donc plus le choix. Ils boiront le calice jusqu’à la lie…
          — Sur l’article de notre hôte. Visiblement, pour vous comme pour d’autres, il n’est absolument pas question que la France se dote du F-35, il faut arrêter avec la picole ou la pignole !
          Il s’agit juste de voir si une interopérabilité est pertinente avec nos alliés sur le prochain PA. POINT.
          — « Il y a surtout ceux que cela dérange qui tirent à boulet rouge sur cet avion et souvent sans argument technique hyper précis … »
          Et oui, bien sur, sans arguments précis… Mais quand ces arguments sont tirés d’officines du Pentagone, du POGO, de revues spécialisées, de militaires (comme le CEMA de la RAAF), ou même de connaissances personnelles ayant approché des pilotes ou mécanos de « la Dinde » que dire ???
          Ben, simplement que vous êtes de mauvaise foi, ou pire totalement malhonnête !

    • Lotharingie dit :

      에르메스 :
      .
      « …J’aurais aimé que les Mistrals en soient également capable, sans parler d’acquérir… »
      .
      Pour accueillir des F35B sur les PHA, il faudrait modifier la partie du pont correspondant au  » spot 1″, ( qui a déjà accepter un V22 Osprey sur le Dixmude ).
      .
      Quant au futur PA français, les F35 B ne peuvent ils pas aussi décoller et atterrir  » normalement » avec catapulte et brins d’arrêts ?

      • 에르메스 dit :

        Les F35B sont dépourvu de train adapter à la catapulte ainsi que de la crosse nécessaire pour accrocher les brins.
        .
        Ce sont des STOVL’s pur et dur.
        .
        Niveau décollage, ils pourraient sans doute sur le PANG avec toute la longueur du pont réussir à décoller même en degradé.
        Par contre l’atterrissage vertical on peut pas faire une croix dessus.

        • Requin dit :

          Le PANG sera très certainement revêtu d’une pont d’envol permettant le décollage et l’atterrissage verticale des F-35B
          Je vous ferait remarquer que les porte-aéronefs d’assault US qui embarquent des F-35B n’ont pas de tremplin.

    • néophyte dit :

      « La capacité de pouvoir accueillir des F35B’s me parait cohérente et intéressante »
      Je vois pas bien pourquoi . Sur le plan opérationnel , il y aura déjà du SCAF et du RAFALE dessus le PA-NG , rajouter les contraintes d’un avion comme le F35B me semble cher et inutile .
      Je vois plus d’utilité en effet sur les classe MISTRAL a la limite .

  2. jean la gaillarde dit :

    Si PA Français, cela ne me parait pas idiot de penser pouvoir recevoir des F35B des forces alliés. Autant y réflechir tout de suite, effectivement.

    • lym dit :

      Sauf que c’est le cheval de Troie à un éventuel achat, seule façon d’obtenir la réciproque des anglais/italiens qui ne pourront accueillir notre préférence historique et justifiée au catapultage.

      Sur une refonte des BPC, cela pourrait se concevoir si on avait des collaborations en vue (sans forcément d’intention d’achat ou de développement concurrent) si c’est pas trop contraignant/cher.

      Sur un PA CATORBAR aucune raison de faire de cadeau sans retour possible (au mieux) et ajouter des contraintes de conception évitables pour compenser les économies et choix discutables des autres.

      • EchoDelta dit :

        Mais c’est aussi un avantage si on veut vendre des compétences porte avion. Le F35B n’a pas d’équivalent français, et ne remplira pas les même missions qu’un Rafale M qui peut décoller charger comme un mulet. Je dirais qu’au contraire nous pourrions comparer l’emploi des aéronefs et se compléter si le F35 progresse, et il progressera nécessairement.
        On peut aussi envisager de faire cohabiter deux Groupe aéro : un français sur Rafale M et un anglais ou italien sur F35B sur le même navire.

        • Fred dit :

          @ EchoDelta

          ? Et pourquoi faire ? On dispose d’assez de Rafales pour saturer le CDG …

          • Pravda dit :

            Combien de temps pour refabriquer des Rafale M (en plus des Rafales AA et des commandes extérieures) en cas de conflit de haute intensité ? Ça doit se calculer en années, le temps de relancer une ou plusieurs chaines de production.

          • EchoDelta dit :

            Uniquement pour l’interopérabilité : pouvoir accueillir d’autres avions des alliés est toujours un plus. Mais ce n’est certainement pas pour nous.

        • Ératosthène dit :

          @EchoDelta : C’est une très bonne idée de compléter la flotte de Rafale M par une autre de F35. Si je puis me permettre, je conseillerais aussi d’ajouter une flotte de biplace de chasse SEA IV, des fois qu’on en ait besoins pour de petites missions et pour éviter les radars.

      • dolgan dit :

        On qualifie nos pilotes pour atterrissage sur porte avion US. Le CDG doit être compatible avec les F35 C. C’est pas pour celà qu’on a envisagé une solution US pour notre avion . Permettre à des F35B de se poser sur notre PA n’est pas engageant sur quoi que ce soit.

      • Cricetus dit :

        Recevoir à bord des F-35 allier c’est un cadeau pour qui?
        D’une part nous serions dans certaine circonstances bien content de disposer de vecteurs furtifs sûr nos porte-avions.
        D’autre part cela ouvrirait la porte à une notre participation à une dynamique de coopération avec les autres aéronavales européens, sinon l’USNavy restera notre seul partenaire, tandis que nos allié anglais et italiens coopérons de leur coté avec les USMarines…

        • Lejys dit :

          ah bon ,parce que actuellement il n’y a pas de coopération avec les groupes aéronavales Italien et Espagnol (avec leurs harrier II)? Et il n’y en a pas eu avec les anglais ou indien?
          https://www.defense.gouv.fr/operations/maritime/groupe-aeronaval/mission-clemenceau-cooperation-en-mer-entre-les-groupes-aeronavals-francais-et-italien
          https://www.defense.gouv.fr/espanol/air/actus-air/exercice-ocean-sky-cooperation-franco-espagnole-renforcee
          Un autre lien qui revient notamment sur les engagements des Rafales M F1dès 2001 (avec les capacités qu’ils avaient), et des F2 avec des capacités offensives aussitôt utilisées (et pas 5 ans après, comme vous l’avez indiqué) http://tpe-rafale.e-monsite.com/pages/rafale-son-histoire/les-opex/
          Bref, comme d’habitude vous répondes n’importe quoi, nous serons encore partenaire avec les Italiens et anglais ne serait-ce que pour une raison: le E-2C (ou D), les hélicos ne permettant pas encore de faire aussi bien que ce dernier.

          • Cricetus dit :

            « ah bon ,parce que actuellement il n’y a pas de coopération avec les groupes aéronavales Italien et Espagnol (avec leurs harrier II)? Et il n’y en a pas eu avec les anglais ou indien? »
            Désolé mauvaise expression. J’ai pas dit qu’il y en avait pas mais qu’on pourrait créer une dynamique vers un renforcement de nos coopération intra-européennes. Si nous n’occupons pas la place les américains l’occuperont.
            « engagements des Rafales M F1dès 2001 »
            Et oui …. à l’origine les capacité du Rafale étaient très très limité et il lui a fallut bien des année pour qu’il soit complètement opérationnel… Oh! Mais ça me fait penser à quelque chose… Mais c’est comme le F-35! C’est étonnant!
            Et donc le F-35, durant sa vie opérationnelle, a bien eut son batême du feu bien plus tôt que le Rafale. Précoce le gaillard…

          • Lejys dit :

            @ Cricetus
            « Et oui …. à l’origine les capacité du Rafale étaient très très limité et il lui a fallut bien des année pour qu’il soit complètement opérationnel… Oh! Mais ça me fait penser à quelque chose… Mais c’est comme le F-35! C’est étonnant! »
            Décidément, vous ne voulez pas comprendre les faits quand ça ne vous arrange pas ! Votre mauvaise foi est d’une évidence criante !
            Donc, comme je l’expliquait dans un autre commentaire, faute de budget, l’état français à réduit le financement du programme. Du coup, outre un retard de développement, les capacités opérationnelle ont été découpées en standard, permettant d’étaler le financement. Les premiers Rafales du standard F1 (capacités air-air + ravitaillement) sont sortis en 2001 (comme prévu suite aux évolutions budgétaires), et en 2002 ils réalisaient déjà des opérations de ravitaillement en Afghanistan. Les avions au standard F2 (capacités air-sol) sont affectés en 2008, et quelques mois ils lâchent leurs premières bombes.
            Donc, la grande différence avec le F-35, c’est que lorsque chaque standard du Rafale sort, conformément à la planification prévu, il est opérationnel, et le prouve dans les mois qui suivent, sachant qu’il n’y avait pas en permanence un détachement Rafale en OPEX, vu leur arrivée au compte-goutte, contrairement au F-35. Je sais, ça vous énerve car ça remet en cause vos concepts pré-établis, et je ne doute pas que vous allez encore nous sortir du chapeau un beau mensonge ou une belle invention pour nous contre-dire. Allez-y, passez encore pour un idiot, vous semblez aimer ça !

          • Lejys dit :

            @ Critetus
            « J’ai pas dit qu’il y en avait pas mais qu’on pourrait créer une dynamique vers un renforcement de nos coopération intra-européennes. » Ah bon, j’ai du mal lire alors….: « sinon l’USNavy restera notre seul partenaire, tandis que nos allié anglais et italiens coopérons de leur coté avec les USMarines… »
            Vous n’êtes plus à une contradiction près, l’essentiel étant pour vous d’avoir le dernier mot, quitte à dire n’importe quoi, dans la forme (comme là) comme dans le fond : on a vu qu’avec les harriers, il y avait pourtant une coopération entres les aéronavales Européennes. Et c’est logique, les aspects techniques sont un des facteur, mais l’aspect politique (très fluctuant) reste le plus prépondérant. C’est d’ailleurs pour ça que nous coopérons souvent avec l’Inde est ses Mig-29 et Su-33.

          • Alpha dit :

            @Cricetus
            Arrête donc avec ton pipeau…
            Non, pas comme le F-35, puisqu’à l’origine le Rafale F1 ne devait pas exister !… Il a été uniquement construit en quelques exemplaires pour remplacer en urgence le Crusader et bloquer les velléités de la Marine d’acquérir quelques F/A-18. Entré en service en 2001, en Afghanistan dans la foulée (Mission Héraclès – 2001/2002) !
            Et pour le Rafale C : Entrée en service 2006, missions de combat sur l’Afghanistan en 2007, à partir de Douchanbé (Tadjikistan), Esc.1/7 « Provence » …
            Cà c’est un gaillard précoce !!!… 🙂
            Enfin, le Rafale a vu son entrée en service retardée uniquement pour une raison : Les tergiversations politiques.
            Alors que le pauvre F-35 : Défaillances à répétition, accumulations de problèmes, dont certains insolubles, ALIS aux chiottes, report d’IOC, … Et pas pleinement opérationnel avant…2026 !… Peut être !… 😉
            Tournez l’histoire dans tous les sens mon pauvre, les faits sont là ! Et têtus !…

          • Cricetus dit :

            Trop belle excuse: si il y a un retard c’est la faute du budget!
            Quelque soit l’excuse c’est le résultat final qui compte:
            Le développement du Rafale a été au moins aussi long que celui du F-35…
            Le Rafale n’a pas été « complètement opérationnel « avant des années, même après son entré en service… (comme le F-35)…
            Et contrairement au F-35:
            Il a maintenant une génération de retard…
            Et surtout que le F-35 a déjà des capacités (alors qu’il n’est pas « complètement opérationnel ») que le Rafale n’aura jamais…

          • Lejys dit :

            @Cricetus
            « Trop belle excuse: si il y a un retard c’est la faute du budget! » Nous y voilà, quand les faits ne vous conviennent pas, on les nie. Le Rafale était un gros programme pour un seul état, il n’y avait aucune exportation, nous étions dans les dividendes de la paix, donc le choix a été de reculer, et ce n’était pas le seul programme concerné….ah mais c’est vrai, pour les abrutis c’est une excuses !
            « Le développement du Rafale a été au moins aussi long que celui du F-35…
            Le Rafale n’a pas été « complètement opérationnel « avant des années, même après son entré en service… (comme le F-35)… » : comment encore passer pour un idiot ! Le dénommé Nico St Jean nous affirmais il y a déjà plus d’un an que le F-35 cumulait plus d’heures de vol que le Rafale (normal vu la différence de nombre d’avion produits), et lequel conserve des lacunes ?Canon qui ne tire pas droit, devant voler à plus de 30 km d’un orage, impossibilité de voler à haute vitesse plus de quelques secondes pour les versions B et C, etc. On ne va pas faire la liste de de celles du F-35, elles figurent dans les rapports du GAO? Combien de déploiements a-t-il été capable de faire (sur des bases étrangères, ou embarqué), surtout la version C.
            Bref, continuez, continuez….

          • Lejys dit :

            @ Cricetus
            J’oubliais que je m’étais engagé à tenter d’instruire les incultes, surtout ceux qui pensent tout « savoir », quitte à nier les vérités.
            Donc, quand vous dites: « Trop belle excuse: si il y a un retard c’est la faute du budget! », voilà les éléments qui vont avec :https://www.senat.fr/rap/a95-80-7/a95-80-74.html. un rapport du sénat de 1996 qui précise notamment au chapitre B : « ..compte tenu des retards intervenus dans le programme Rafale, pour des raisons techniques financières.. » Ah zut, c’est vrai, ça ne peut être ça…. mais comme je suis joueur, je suis certain que vous allez vous délecter des autres annonces prévoyant un escadron pour 1999. Votre orgasme va approcher, il risque d’être calmé par cette (très longue lecture) : https://www.ccomptes.fr/en/documents/1689
            Et comme j’espère toujours vos sortir de votre cécité mentale, voilà quelques lectures de contexte…. https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/une-folie-nommee-rafale_1394164.html, et surtout cette lecture plus « ciblée, qui précise bien les reports de commandes : https://books.google.fr/books?id=TCNtDwAAQBAJ&pg=PT556&lpg=PT556&dq=report+commande+rafales+1997&source=bl&ots=zHRq5icdTD&sig=ACfU3U3k7PMaMnude-2h3Qs6S5fSWJ1fEg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiy6dXQg9vsAhUiMewKHcxHDrg4ChDoATAFegQIARAC#v=onepage&q=report%20commande%20rafales%201997&f=false
            Scope, désolé c’est beaucoup moins « sexy » que les images habituelles de vos liens !

        • Carin dit :

          En ce qui concerne la furtivité sur notre PA… ceux qui ont eu à faire à nos rafales, les cherche encore!!!

    • Royal Marine dit :

      Que l’on reçoive les F 35 C américains… Aucun problème. Ou ceux des Brits, s’ils décidaient de s’en procurer, sauf que… Ces avions sont visiblement condamnés à n’avoir qu’une vie très courte. La Navy préfère investir dans des F 18 SH et Growler que dans le F 35, et n’envisage peut-être même pas de commander toutes les tranches optionnelles de cet avion…
      Donc, à quoi servirait-il d’investir lourdement pour un avion, le F 35 B, dont ne seront dotés, en petit nombre (relativement), que les Marines et les Brits, à valeur opérationnelle douteuse, à courtes pattes, et aux problèmes de MCO récurrents?
      Démarche beaucoup trop coûteuse!

  3. TheExtremeVoyageurEncoreEtToujours dit :

    J’ai l’impression qu’on va totalement perdre notre industrie de l’armement (qui est déjà à mal..) d’ici 10 à 15 ans.. Après sachant qu’on a du mal à renouveler nos talents (qui sont recrutés dans le civil plus compétitif) et que les programmes, l’achat et l’entretient coûte de plus en plus cher et vu l’évolution des menaces, je doute que la France seule se dote des moyens financiers mais surtout dispose des moyens humains nécessaires à sa protection et à la protection de ses intérêts.
    Dans ce contexte j’accorde que les coopérations avec les pays européens et surtout la seule puissance allié viable dans le monde, les USA est primordiale pour s’opposer à la Chine et à la Russie (l’UE ne construira jamais une Europe de la défense indépendante technologiquement pour le faire. On a trop de différents).
    Donc qu’on replace notre fierté là où elle doit être et qu’on s’accorde sur de l’équipement étranger, la coopération et surtout l’interopérabilité.. Pourquoi pas..

    • 에르메스 dit :

      Mais de quoi parlez vous encore…
      Comment à chaque annonce faites, même pour du francofrançais on se retrouve avec des commentaires de ce genre.
      .
      En quoi avoir la capacité d’accueillir des F35B’s mène à la perte de notre industrie…
      Vous parlez des catapultes EM ? Ca n’a strictement rien de nouveau et c’est tout à fait légitime, certaines dépenses de souveraineté sont nécessaire même si importante, d’autres ne le sont pas.
      Je préfère et de loin, avoir un canon EM français ou francoallemand (ISL) que de voir 1 voir 2 catapultes EM construite en France, ça ne représente aucun intérêt et ne ferait qu’absorber des budgets essentiels ailleurs.

      • Biskotto dit :

        Oui c’est très logique, hihihi ! Luc Skywalker me demande d’intervenir en sa faveur pour que Yann Solo puisse aussi faire atterir son Faucon Millenium…

      • Ah Ca ! dit :

        @Hermès de chine
        désaccord total

        La question du F35 n’est pas n’est pas une question de perte d’industrie c’est une question que nous bâtissons notre PA pour nos avions, je pense qu’avec une douzaine de PA il n’ont pas besoin du notre.

        La question d’inter opérabilité n’est qu’un autre signe de soumission, soumettez vous si vous le voulez mais vous n’avez aucun droit de demander la soumission de la France.

        S’ils veulent se poser sur notre PA c’est a eux de configurer leurs zincs de la sorte et non l’inverse.

        idem pour la catapulte…. nous avons souffert de ce problème sur le Charles…. pourquoi vouloir nous mettre dans le même piège ITAR alors que nous faisons tous pour nous en dépêtrer…

        Votre raisonnement est loin d’être objectif…. La soumission n’est pas une option… enfin c’est l’option des lâches…

        Oubliez aussi les programmes avec les allemands qui vont probablement bientôt finir… Mon petit doigt me dit que depuis l’incident Corbin et le support de Berlin… il y aurait beaucoup d’eau dans le gaz.

        • 에르메스 dit :

          Vous parlez de soumission…
          Savez vous ce qu’est la soumission ?
          .
          Si on va par là, le fait d’avoir vu apponter des F18’s sur le charles est une soumission des US’s ?
          Le fait de partager le même système de ravitaillement en vol est une soumission ?
          .
          Non, ce sont des normes de coopérations interalliés, notamment au sein de la même alliance.
          Même les Russes acceptent la plupart des normes de l’ISS!
          .
          Ce que vous dites, ce n’est pas de la fierté, ce n’est pas du patriotisme.
          C’est de la stupidité.
          .
          On est patriote quand on veut préserver son pays, son peuple, pas quand on veut mener des batailles stupide qui ne mènent à rien.
          N’avez vous donc jamais suivi de cours d’Histoire ?

          • Briska dit :

            Ben oui, un porte avion calibré pour recevoir des avions d’un pays étranger, qui en plus dispose de tous les postes décisionnaires d’un commandement intégré, tout cela s’appelle bien soumission. Nous participons en somme à j’effort de guerre américain, pour défendre les intérêts américains.

        • 에르메스 dit :

          Au passage, c’est du Coréen mais vous êtes le premier à avoir fait le lien donc en soi, bravo !

    • E-Faystos dit :

      L’interopérabilité, le Charles de Gaulle en est déjà l’éxemple, voire le fer de lance Européen.
      Considérant les grandes dimensions et poids du NGF, qui devra côtoyer des avions radar ( US à priori), et que le F 35 BE et C feront le tuilage avec les capacités des Harrier, cela fait 3 marines Européennes, l’US Navy, les Marines US, et potentiellement les Japonais et Sud Coréens.
      .
      Alors oui, le titre m’a fait bondir, et la perspective m’a assis.

  4. Vidoc-19 dit :

    Presque directement, le prochain porte-avions français devra répondre à un cahier des charges américain : il est déjà acté qu’il devra obéir à deux impératifs : le catapultage et le recueil des appareils, selon les critères ou le matériel américain. Un troisième impératif sera son obligation de pouvoir accueillir des avions de fabrication américaine : les F 35 notamment mais aussi sans doute les F 18.
    La France va donc devoir construire un porte-avions en vue de pouvoir accueillir des F 35 américains ou d’autres appareils américains.
    Sa capacité à accueillir des appareils de conception française ou construits en coopération avec très forte implication française, va-t-elle devenir anecdotique ?
    On a déjà un aperçu de ce qui est à venir avec les vues du porte-avions anglais « Queen Élisabeth », lors de sa première sortie opérationnelle, avec à bord seulement un tiers d’appareils américains sous cocardes britanniques, les deux autres tiers étant des appareils américains sous cocardes américaines.Tous des F-35, bien évidemment .
    En conséquence de cela, je suggère déjà que l’on baptise le prochain porte-avions français : le R100  » Donald Trump » : il aura fière allure, la crinière blonde au vent !

    • 에르메스 dit :

      Un porte avion apte à recevoir des avions, c’est presque dingue comme concept.
      Le CDG accueil déjà des F18’s et c’est pas un handicap loin de là…
      .
      C’est quoi votre problème ?

      • Vidoc-19 dit :

        @에르메스 : Mon problème ? Le problème des contribuables français, qui est de financer par nos impôts la construction d’un porte-avions, français en principe, , mais qui devra prioritairement et impérativement être capable de catapulter et de recueillir des appareils américains, avec donc l’obligation d’avoir des caractéristiques spécifiques qui n’auraient sans doute pas été nécessaires dans l’hypothèse de l’utilisation unique d’avions de conception française voire européenne.
        Ça ne vous dérange probablement pas, moi si, d’autant plus si la tendance se poursuit de voir notre porte-avions et son groupe aérien mis au service de la stratégie américaine notamment dans le golfe persique, pour servir de supplétif comme c’est déjà arrivé plusieurs fois.

        • 에르메스 dit :

          Vous dites n’importe quoi…
          Le projet est « être capable de », et vous nous sortez des délires en mode « prioritairement US ».
          .
          Il est sérieusement temps d’envisager un traitement.
          Pour s’affoler ainsi sans prendre la peine d’essayer de comprendre un minima il faut avoir un problème…

          • LEONARD dit :

            Pas un problème:
            Une idéologie.

          • Vidoc-19 dit :

            « le projet devrait être capable de  » annonce l’un des responsables : il s’agit donc d’un des prérequis du nouveau porte-avions … : interopérabilité totale avec l’US Navy . Les mots ont un sens et le verbe  » devoir  » aussi .
            Il ne s’agit pas de « traitement », mais d’un peu d’éducation, votre ton condescendant indiquant d’ailleurs un manque de ce côté-là .
            Quant à  » Léonard » je lui renvoie son « idéologie » car il est totalement dans l’idéologie pro américaine et il serait bien avisé donc ,lui, de commencer par se taire et de rester dans sa niche atlantiste.

          • 에르메스 dit :

            Ne parlez donc pas d’éducation quand vous prêtez aux mots un sens qui vous arrange et qui n’est pas nécessairement celui prêté par l’auteur.
            .
            C’est ce que font les fanatiques qui décapitent les enseignants qui ont ce genre de pratique…

        • Alpha dit :

          @Vidoc-19, ou Jacques29 ou (plus martial…) « Le Glaive » !
          Je confirme : Vous dites n’importe quoi ! 🙂
          Bof ! Question d’habitude me direz vous…
          Déjà cette étude du député Didier Le Gac, n’est qu’un « rapport pour avis » sur les crédits à allouer à la Marine. « Pour avis », vous savez ce que cela veut dire ??? En gros, le député pense que ce serait bien d’avoir la possibilité d’embarquer des F-35 B alliés sur le futur PA… Mais ca n’engage que lui !
          Et s’il évoque l’interopérabilité avec l’US NAVY, ce qui est déjà le cas sur la CDG, il appuie surtout l’idée d’une coopération avec les marines britanniques, italiennes et espagnoles dotées d’appareils V-STOL…
          Mais encore une fois, vous voilà parti dans vos déliriums anti-US , bave au lèvres et au bord de l’apoplexie…
          Vous commentez donc effectivement en suivant uniquement votre idéologie, LEONARD a donc bien raison de le noter !
          PS : et ne me répondez pas que je suis pro-Us : Mes posts passés vous contrediraient aisément… 😉

    • AUTRET dit :

      excellente étude

    • Jean (le 1er) dit :

      Alors, juste pour information puisque vous semblez l’ignorer, mais les catapultes à vapeur équipant le Charles de Gaulle sont made in USA. Le même Charles de Gaulle peut déjà acquellir le F18 et lorsqu’il a été question de remplacer les Crusader (des appareils US) la marine nationale voulait acquérir des…. F18. C’est les politiques qui lui ont imposés le Rafale.

    • DESQUINS dit :

      Avec ce « beau projet » la marine nationale va exposer ouvertement ce qu’elle est: la marine auxilliaire de l’US Navy avec un 11 CATOBAR pour la Méditerranée orientale. Coût pour le contribuable pas loin de 10 milliards d’Euros (et encore pas tout compris: escorte, parc aérien, installations d’accueil à Toulon, etc.)! La ponction sera telle sur le budget qu’elle réduira bien au delà du raisonable les autres capacités de la marine et surtout la défense de la seconde zone d’intérêt économique maritime au monde. La servilité de nos dirigeants est lamentable et les présomptions de nos grenouilles d’amiraux à se voir devenir plus grosses que le boeuf américain, poussé aux hormones, encore plus coupable. Il est vrai que la plupart ont commandé « le » porte-avions.

    • précision dit :

      Il ne faut pas dramatiser: l’armée et l’industrie française dépendent des USA depuis très longtemps.
      Pendant la 1ère GM on avait du en urgence leur demander de l’aide pour pouvoir basculer sur de la production de masse.
      Après la 2e GM l’essentiel du matériel était made in USA.
      L’aéronavale a toujours dépendu des USA (catapultes, crusader, hawkeye).
      Mais elle n’est pas la seule; on pourrait citer
      – les missiles (Hawk, Tartar, Javelin).
      – la mise au point de la dissuasion française (sécurisation des tests souterrains, miniaturisation des têtes pour ne citer que les éléments les plus connus).
      – les liaisons de données cryptées, etc.
      – les drones
      – les avions ravitailleurs (jusqu’à l’arrivée du MRTT)
      – les avions de transport (Hercules)
      – le renseignement (contre-terrorisme, sahel…)

      • Michel dit :

        Lors de la première guerre mondiale l’artillerie de 75 au 155, les char FT ont été intégralement fabriqués et fournis à l’ Armée Américaine par la France d’ou la conservation de calibre  » francais » dans l’armée américaine du 75 du Sherman au 155 Long Tom issu du 155 gpf filloux ‘
        Le nucleaire les Américains nous ont mis les batons dans les roues depuis la fin de la 2eme GM La France était en avance dans ce domaine avant guerre, https://fr.wikipedia.org/wiki/Industrie_nucl%C3%A9aire_en_France
        Je peux continuer car vous avez des preuves svp….
        Car dans l’autre sens les sonars fournis à la marine US sont d’origine francaise Thales et il y en as d’autres….
        Pourquoi croyez vous que Charles de Gaulle les a foutu à la porte, un peut trop curieux et s’immisçant dans les affaires françaises…..

        • précision dit :

          pas besoin de preuves: tout est bien documenté et facilement vérifiable. Oui c’est surtout après la 1ère GM puis la 2nde que les USA ont pris le pas sur l’ensemble de l’Europe. Attention pour les sonars ne généralisez pas, certains sonars sont de Thales. Certains radars aussi, d’ailleurs, avec une joint venture RaytheonThales dès les années 2000. Mais pas tous. Pour le nucléaire il y a parfois eu des positions ambigues. Mais il semblerait qu’ils nous ont permis de gagner pas mal d’années en partageant des informations.

      • Royal Marine dit :

        Pendant la 1ère GM on avait du en urgence leur demander de l’aide pour pouvoir basculer sur de la production de masse.
        Oui. Mais seulement des conseils… Parce qu’il a fallu réorganiser complètement leur armée: régiments, brigades, divisions…
        Et les armer de fond en comble: avions SPAD, chars Renault FT, artillerie: 75, 105 et 155, mortiers et mitrailleuses…
        Ne parlons même pas de la tactique de combat…

  5. Patrick Allard dit :

    Cela va alourdir et encombrer inutilement le PA, et inciter l’Espagne a ce doter de F35B (alors qu’elle n’a pas encore franchi le pas)
    Si coopération il doit y avoir, autant proposer une escadrille européenne sur SCAF pouvant être hébergée temporairement sur le PA. C’est ce que Annegret Kramp-Karrenbauer avait un temps évoqué pour l’Allemagne

  6. Biskotto dit :

    Bonjour l’arrivée des brevets US protégés !
    N’êtes vous que des Bisounours ?
    @ TheExtremeVoyageurEncoreEtToujours d’avoir une vision plus élargie car nous avons tout à perdre dans ce marché de dupes ; déjà les joint venture avec l’Allemagne ont donné de misarables problèmes d’éthique ! (oui les armes tuent…)

  7. ZoSo dit :

    Le F-35 a été choisis par de nombreux pays alliés, c’est un fait, que ce soit un bon ou mauvais choix n’y changera rien désormais, on doit faire avec et certainement pour de nombreuses années, donc il est évident que cela doit être pris en compte dans la réalisation du futur PA français.

    • 에르메스 dit :

      Le F35B c’est quand même un poil plus restrictifs, mais oui, pouvoir accueillir cet appareil n’est en rien un mauvais plan, en particulier sur le théâtre pacifique.

    • Royal Marine dit :

      Mais ce n’est pas le F 35 dont il est question… Le F 35 A n’ira jamais sur PA… Avion terrestre exclusivement.
      Le F 35 B n’équipe qu’en petit nombre les Brits… Ce avion a tellement de problèmes à la livraison, que pour la première sortie du QE, et pour faire nombre, ils ont accueilli une flottille des US Marines…
      Le F 35 C n’est utilisé que par la Navy, et est compatible du futur PAN NG, puisque les catapultes et brins d’arrêt, comme d’ailleurs aujourd’hui, seront d’origine américaines…
      Donc pourquoi payer des aménagements aussi coûteux, pour un avantage opérationnel nul, et pour faire plaisir aux Brits qui n’utiliseront cette possibilité que pour la tester?
      Faudra t’il aussi installer un sky jump à l’avant du PAN, pour qu’ils puissent décoller?

      • Cricetus dit :

        Sur les LHA US en utilisation normale le F-35B décolle court sans catapulte et sans tremplin.

      • ZoSo dit :

        C’est une vision à court therme ça, le Royaume Uni, la Pologne, la Norvège, l’Italie, le Danemark et la Belgique ont choisis le F-35.
        Qu’importe qu’il y est du retard, ils finiront tôt ou tard par être équipés de cette avion, et l’un de ses avantages est le décollage à la vertical donc ne pas pouvoir le faire sur le futur PA serait aberrant.

        • Belzébuth dit :

          @ Zoso
          À part le Royaume-Uni, aucun de ces pays ne nous aide au Sahel.
          Donc, ils ne nous aideront jamais.

        • Royal Marine dit :

          Mais vous êtes bouché à l’émeri, mon pauvre!
          Aucun des pays que vous citez, mis à part le R-U n’a acheté de F 35 B ou C, compatibles d’un embarquement!
          Enfin, le temps que notre PAN NG soit sorti et réceptionné, tous les F 35 auront été mis à la casse…

    • vno dit :

      Tu parles de quels alliés, ceux qui nous financent ? Le tour est vite fait. Qu’ils se démerdent !

      • ZoSo dit :

        C’est votre définition d’un allié ?! Ceux qui nous donnent de l’argent ?! j’espère que vous ne choisissez pas vos amis de la même manière…

        • vno dit :

          Pourquoi vous n’êtes pas assez imposé ? cela peut s’arranger, j’ai quelques « alliés » du coté des répressifs des finances. Il ne s’agit pas de simplement changer le revêtement de piste et mettre un échangeur de chaleur comme sur les déflecteurs de jet. Un tel projet demande une étude de sureté très couteuse pour ne pas mettre en danger les chaufferies ou armes nucléaires. Pour faire simple, étudier les risques en cas de crash avec ou sans munitions quelles que soient les configurations et bien sur la compatibilité électromagnétique. Pour le « Charles », il avait été prévu avec des F18, l’étude avait été faites pour nos besoins, je passe sur l’adaptation compliquée et très couteuse du bateau aux avions pas prévus, ils ont fait l’objet de suffisamment de raillerie. Dépenser des dizaines de millions pour un avion qui sera anecdotique
          en opération avec nos forces et qui ne sera plus en service dans 20 ans pour obsolescences et appartient à d’autres forces avec lesquelles tous les projets ont fini en tentative d’arnaque, ne me parait pas judicieux. L’apport du F35 B est nul par rapport au Rafale et ses missiles. Personnellement je me demande quelle est la signature infra-rouge du F35 B en appontage vertical. Elle doit se remarquer à des dizaines de Kilometres avec les périscopes actuels. Si nous voulons poser nos Rafales sur Porte-avion Américain, nous ne pouvons pas le faire dans toutes les configurations et nous avons fourni un dossier épais pour une opération qui n’est que de la « Com ». Alors bien sur, les accords avec les anglais qui eux n’ont pas rendu leurs porte-avions avec le Rafale… Leurs choix ne nous concernent plus, ils nous ont piqué assez de pognon en études seulement destinées à siphonner nos idées et techniques sans retour sur investissement.

  8. MERCATOR dit :

    Cette question est imbécile et pourrait relever si par malheur une décision était prise en ce sens on ne sait après quelle horrible concussion de nos élites d’une commission d’enquête suivie d’un procès du même genre que celui de Riom. Car notre porte-avion ne sera terminé que dans le début des années 2040 , à cette époque la furtivité n’existera plus depuis longtemps c’est inscrit dans le marbre , ainsi que le partage de la fusion de données trop vulnérable aux brouillages et hacking , bref ces deux avantages n’existant plus il ne restera qu’un avion pataud,lent,incapable avec sa capacité d’évitement d’un canard sans tête sur un champ de tir au pigeons .

  9. Fralipolipi dit :

    Un pont renforcé sur notre PA pour permettre de recevoir à son bord une flotille de F35B italiens … ou le cas échéant anglais … voire espagnols (si l’Espagne confirme un jour une volonté de remplacer ses Harrier).
    … pourquoi pas ?.. si le sur-poids et le surcoût restent limités (!!!) car c’est bien là le sujet.

  10. Expre dit :

    La France, comme les autres pays occidentaux, inévitablement acheter les F35, les vieux Rafale seront pour la formation des jeunes pilotes, ou cibles d’entraînement.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « La France, comme les autres pays occidentaux, inévitablement acheter les F35, les vieux Rafale seront pour la formation des jeunes pilotes, ou cibles d’entraînement.
      Expre(sso) sort de ce corps!

    • 에르메스 dit :

      Oui mais non, ça marche pas comme ça petit troll.

    • wagdoox dit :

      ahahahah, aller on se reveille maintenant

    • Royal Marine dit :

      F 35 qui ne paraît neuf que parce que sa mise au point est tellement longue, qu’il n’est même pas livrable en unité… Ou très lentement, et qu’il n’a pas fait ses preuves en opération? Rappelons, que sa conception date des années 2000, c’est à dire, en même temps que le Rafale actuel…
      Donc le Rafale, qui a toujours un potentiel élevé d’évolutivité, volera encore alors que le F 35 sera au musée pour illustrer le type même du projet raté…
      En attendant le F XX, les Américains seront peut-être obligés d’acheter du Rafale!

      • Cricetus dit :

        @Royale marine
        Fact checking :
        « F 35 qui ne paraît neuf que parce que sa mise au point est tellement longue (…)Rappelons, que sa conception date des années 2000, c’est à dire, en même temps que le Rafale actuel »
        -Rafale C, premier vol : 1991, mise en service : 2001 (10 ans plus tard)
        -F-35, premier vol : 2006, mise en service : 2015 (9 ans plus tard)
        « qu’il n’est même pas livrable en unité… Ou très lentement, et qu’il n’a pas fait ses preuves en opération »
        -Rafale C : baptême du feu : 2006 (15 ans après le premier vol)
        -F-35 : baptême du feu : 2018 (12 ans après le premier vol)

        • Alpha dit :

          Tiens Cricetus !
          Tu n’évoques plus les baptêmes du feu après les les mises en service aujourd’hui ? Tu passes au premier vol des prototypes ??? 😉
          Attention ! Après, tu ne pourras faire tes comparatifs boiteux qu’avec les démonstrateurs !!! … 🙂

          • Cricetus dit :

            @Alpha: je répondais à Royal Marine qui parlait de la « conception tellement longue » du F-35. Curieusement cette conception semble finalement (un peu) moins longue et laborieuse que celle du Rafale…
            L’autre truc rigolo c’est qu’elle dit que cette conception remonte aux années 2000…
            Mais tu as raison, il faut sans doute remonter au démonstrateur (car elle parlait de « conception ») :
            -Rafale :
            Premier vol du démonstrateur : 1986
            Premier vol (prototype) : 1991 (5 ans plus tard)
            Mise en service : 2002 (16 ans plus tard)
            baptême du feu : 2008 (22 ans après le premier vol du démonstrateur)
            -F-35 :
            Premier vol du démonstrateur : 2000
            premier vol du prototype: 2006 (6 ans plus tard)
            mise en service : 2015 (15 ans plus tard)
            baptême du feu : 2018 (18 ans après le premier vol du démonstrateur)

        • précision dit :

          comme RoyalMarine parlait de conception les dates seraient plutôt « dans les années 80 » pour le Rafale, vers 1993 pour le F35

          • Cricetus dit :

            Difficile de répondre. Il s’agit de bureaux d’études qui travail sur des projets, projets qui sont régulièrement modifié et qui eux même son issue d’autres programmes plus anciens encore. L’avantage de prendre la date du premier vol c’est que c’est une date incontestable et facilement comparable et vérifiable, sinon on ouvre une discussion sans fin.

        • Royal Marine dit :

          F 35 au feu en 2018? Si vous parler d’un article israélien qui supposait qu’il aurait pu être envoyé en mission en Syrie, ce qui n’a jamais été confirmé par Tsahal…
          Admettez que c’est un peu léger… Alors que les politiques et militaires israéliens, n’ont jamais rechigné à dire avec quelles avions ils étaient intervenus, dans le passé…

    • Sinope dit :

      @Expre vous le faites exprès je pense.

    • EchoDelta dit :

      Et le Scaf s’entraînera sur des cibles F35 obsolètes qui servirons de plastron… Ca marche dans les deux sens…

  11. Leroux dit :

    FREXIT et sortie de l’OTAN.

  12. Fyd dit :

    Il ne doit pas accueillir de F-35b.
    Le revêtement va coûter un pognon de dingue pour un attero tous les 36 du mois.

    • Gremlins dit :

      C’est aussi simple que ça. Je suis d’accord.

    • Muse dit :

      @ Fyd :
      Laisse dire ils n’y comprennent rien !
      Ils n’ont jamais piloté.
      Ils n’ont jamais apponté.
      Ils ne sont pas militaires.

      Ils se prennent pour ceux (ce) qu’ils ne seront jamais…

      • Électeur dit :

        Muse, c’est effectivement le cas de ces élus-rapporteurs : ils s’imaginent que le suffrage universel donne la compétence universelle. Ce sont des Théodules.
        .
        On nous dit que beaucoup de Français veulent voter anti-système en 2022. Mais ils veulent surtout en finir avec les élus incompétents (dans tous les domaines, pas seulement la Défense) pour qu’au moins ils prennent conscience de leur incompétence.

      • 에르메스 dit :

        Vos 3 affirmations sont stupide.
        Déjà parce que piloter… ça peut se faire très facilement et ça fait pas de vous un expert.
        Avoir apponté un peu plus, mais je rappel que nombre de sénateurs et président US sont des pilotes issue de la navy et ne sont pas des lumières pour autant.
        .
        Et pour finir, être militaire vous qualifie encore moins que les 2 points précédents puisque ça ne veut strictement rien dire d’un point de vue légitimité.
        Nombre de civils ont plus de connaissance que des militaires qui se contentent de leurs activités premières, et je ne parle pas des civils de la défense qui sont pour certains beaucoup qualifié que la grande majorité des militaires.
        .
        Bref, celui qui se prend pour ce qu’il ne sera jamais, c’est peut être vous, et si vous avez un jour porté l’uniforme, je vous vise tout particulièrement avec le dernier point.

        • Royal Marine dit :

          Ah, bon?
          Ce complexe des civils soi-disant supérieur aux militaires, qui se traduit par toujours plus d’agressivité des premiers vers les deuxièmes, et que vous reprenez à votre compte m’étonne toujours…
          J’ai été militaire puis civil… Nombre de cadres supérieurs ou dirigeants que j’ai rencontré dans les entreprises françaises et américaines, bien que bardés de diplômes prestigieux, (X, ENA, Centrale, HEC, Sup. Télécom, Sup. Aéro., Harvard, Columbia, Cal. Tech., ou le MIT) n’arrivaient pas à la cheville d’un honnête officier sortant de l’Ecole de guerre, ni au niveau intellectuel, ni au niveau de la prise de décision…
          Si votre exemple d’intelligence pénétrante c’est Hollande ou Micron, ou bien la plupart de nos PDG de Grandes Entreprises… Vous êtes dans la m.rde!
          Rappelons également que dans le civil, et depuis quelques décennies, je vois très peu de monde lire un livre… Dans les Armées, la culture générale compte encore beaucoup dans l’avancement… Et pour l’acquérir, BFM ne suffit visiblement pas…
          Donc retourner vous couchez, ça vaudra mieux… Cr.tin!

          • Cricetus dit :

            @Royal Marine
            Vous passez votre temps a insulter vos interlocuteurs?
            C’est comme cela sur ce forum seulement ou aussi dans la vie réelle?

          • 에르메스 dit :

            Chacun ses forces et ses faiblesses.
            .
            Mais vous me prêtez des propos que je n’ai pas tenu.
            .
            Lorsque je parle de civil vs militaire dans mon dernier message, il faut bien comprendre qu’un ingénieur aéronautique civil est plus intéressant à entendre qu’un soldat du rang qui s’est engagé pour ne pas être au chômage.
            Et ne me dite pas qu’il y’en a pas beaucoup, je connais les CIRFA’s et les CSO…

      • Pravda dit :

        Un vrai Van Gogh ce Muse dans ses autoportraits, manque juste le talent.

    • Fred dit :

      @ Fyd

      La classe Mistral peut accueillir des OSPREY sans que leur revêtement ait été spécialement conçu pour eux.
      Pas prévu à l’origine, testé : pas de problème.

  13. DESQUINS dit :

    Contre la décision stupide de construire un PANG

    Il n’y a que deux stratégies maritimes possibles pour les puissances militaires. Soit elles se considèrent avant tout comme des puissances maritimes (référence USA), soit elles se considèrent en premier lieu comme des puissances continentales (référence Russie). Le choix est principalement conditionné par la géographie et secondairement par la perception du voisinage.
    Au plan maritime les stratégies se caractérisent l’une par l’offensive, l’autre par la défensive. Il est intéressant de noter que la conception de sa propre géographie peut évoluer de la défensive vers l’offensive lorsqu’est dépassé un seuil de puissance évolutif dans l’histoire : Rome au temps des guerres puniques, l’Angleterre sous le règne d’Elisabeth première, la Chine du vingt et unième siècle. L’évolution inverse se caractérise par une défaite navale qui entraîne le déclassement définitif d’une puissance maritime : Carthage après les défaites navales de la première guerre punique, l’Empire Ottoman après Lépante puis ultérieurement Navarin, L’Espagne après l’anéantissement de l’Invincible Armada, le Japon après Midway.
    Aujourd’hui, la stratégie offensive se caractérise par des forces navales composées de groupes aéronavals constitués autour de porte-avions nucléaires d’attaque avec pour missions principales le contrôle de zones maritimes et l’intervention contre des objectifs terrestres, leurs forces secondaires étant armées de missiles contre la terre. La stratégie défensive impose, autant que possible budgétairement, des porte-avions en premier niveau défensif de leurs atterrages et, pour toutes les forces, des missiles anti navires à longue portée. La stratégie globalement défensive peut se doubler d’une sous-stratégie offensive vis-à-vis de voisins plus ou moins hostiles (Chine vs Taiwan, Corée, Japon, Philippines, Viêt-Nam ; Inde vs Pakistan).
    Dans ce contexte, le rôle dévolu au porte-avions diffère assez profondément ce qui se traduit par des conceptions de navires, des parcs aériens et des concepts d’emploi bien spécifiques. La stratégie offensive favorise des bâtiments de gros tonnage, à propulsion nucléaire, pour opérer de longues catapultes et des barrières d’arrêt qui imposent des longueurs totales supérieures à 260 mètres pour les générations actuelles d’avions embarqués et au moins 290 m pour les futures générations avec des tonnages de 80.000 tonnes et plus (à un coût supérieur à 100 millions d’Euros le millier de tonnes). La stratégie défensive permet des unités plus petites, à propulsion plus classique et à tremplin d’envol pour des avions à décollage court avec des capacités d’emport réduites et une moindre distance franchissable. Le but pour ces derniers étant d’empêcher les porte-avions offensifs d’approcher suffisamment près de leurs côtes pour y lancer des raids aériens et globalement de tenir hors de portée les armements des unités offensives qui les accompagnent.
    Un porte-avion a une durée de vie opérationnelle d’environ 40 ans après une période de conception, de construction puis de mise au point d’une quinzaine d’années au total. Comme tout bâtiment, il doit subir des périodes prolongées d’entretien, de réparation et de mise à niveau. Après chaque arrêt, il doit concéder une période de réadaptation de son équipage et de tests à la mer. Bien qu’il puisse être ravitaillé en cours d’opération, il doit rentrer à son port d’attache pour de nombreuses raisons. En temps normal, un porte-avion n’est en opérations qu’environ un tiers du temps, pouvant monter, pour une durée limitée, à un mi-temps en période de crise. Pour rester humble sur l’utilité des porte-avions on peut se rappeler que, très récemment, l’US NAVY n’a pu aligner qu’une seule unité en opération sur les onze en sa possession. De par sa taille c’est un type de navire peu vulnérable jusqu’à présent, encore que le vieillissant sous-marin français Rubis a réussi, au cours de récentes manœuvres, à s’infiltrer au cœur du dispositif d’une task force américaine neutralisant fictivement son porte-avion. La mise au point de missiles antinavires hypersoniques par les puissances défensives pourraient assez rapidement changer cette donne, avec quelques adaptations nécessaires sur les queues de trajectoires.
    En tant que puissance maritime, l’Europe, Royaume uni compris reste inexistante. Non seulement elle ne possède pas la panoplie de navires correspondant à son rang en tant que « puissance » économique et volume de population, mais elle n’a aucune stratégie maritime cohérente. Chaque pays maritime a sa propre petite marine plus ou moins coordonnée aux objectifs des USA que lui fixe l’OTAN. Le seul point positif est que leurs marins sont entrainés à travailler ensemble dans des task forces de circonstances. Concernant les porte-avions, la France dispose d’une petite unité correspondant au type offensif, le Royaume Uni deux unités sérieuses à caractère défensif, l’Espagne et l’Italie deux unités modeste à caractère défensif plus une autre marginale pour ce dernier pays. Bien évidemment, compte tenu des caractéristiques, les rafales du PA français ne peuvent ni décoller ni apponter sur les autres PA européens. On constate la même disparité pour tous les types de bâtiments des marines européennes, avec des pléthores sur certains types et des manques absolus pour d’autres types.
    Si l’Europe voulait devenir une puissance navale, il lui faudrait, bien sûr, standardiser tout cela. Mais le plus important et primordial serait de choisir entre une stratégie offensive et une stratégie défensive. Cela serait bien difficile car l’Europe est à la fois continentale, tournée principalement vers la Russie et maritime tournée vers tout le reste, y compris tous les autres riverains de la Méditerranée.
    Notons d’abord que, sans le Royaume Uni, une stratégie offensive n’est guère possible. Bien que les zones d’intérêt maritimes soient communes à tous les européens, ce type de stratégie impliquerait la mise en œuvre de quatre groupes aéronavals, soit, compte tenu des indisponibilités, un minimum de 6 porte-avions de type offensif avec cinq parcs aériens de même composition (Atlantique nord, Méditerranée, Golfe Persique, Atlantique sud). Actuellement, aucune pression n’existe sur l’Europe pour développer une telle stratégie mais il est possible, sinon probable, que les choses changent et se dégradent en Méditerranée orientale et autour du Golfe Persique. Toujours dans le contexte actuel, une stratégie offensive sur ces deux théâtres peut être menée par nos différentes forces aériennes à partir de territoires alliés dans ces deux zones.
    D’autre part et toujours actuellement, n’ayant à faire face à aucune stratégie maritime offensive, l’Europe ne se voit pas contrainte à développer une stratégie maritime défensive. C’est ce qui a conduit à l’absence de stratégie maritime qui résulte dans la disparité dénoncée ci-dessus. Or une marine c’est une entreprise du long terme, de l’ordre du demi-siècle. Ne pas avoir de stratégie est probablement suicidaire pour l’Europe et chacun de ses membres dans un monde où la technologie accélère les changements qui rendent la planification de cette stratégie encore plus difficile.
    Dans ce contexte et par orgueil, La France a opté pour une stratégie offensive qui ne correspond évidemment ni à sa situation ni à ses capacités. Certes, à certains moments, aléatoires par rapport à sa politique extérieure, son porte-avions nucléaire lui permet de montrer ses ergots mais il lui fait complètement défaut en des périodes cruciales, obligeant à se replier sur les moyens de son Armée de l’Air (et maintenant de l’Espace) qui s’adjoint alors le parc des rafales marine disponibles. Pour le futur, l’Etat-major de la Marine Nationale continue de privilégier cette stratégie offensive qui obère toutes ses autres activités, entre autres la protection de la seconde zone d’intérêt économique en taille au monde. Cela n’aurait de sens qu’en s’inscrivant dans une stratégie offensive européenne dont on ne voit pas poindre la moindre émergence. Il est envisagé à nouveau la construction d’un PA nucléaire à un coût probable entre 7 et 10 milliards d’Euros ce qui conduit à limiter drastiquement le nombre des autres types de bâtiments et à négliger le développement de certains types d’armements (missiles hypersoniques). Une réelle inconnue réside dans le sourçage des catapultes. Un autre point délicat concerne la mise en œuvre des essaims de drones sensés accompagner le successeur du Rafale dans le nouveau système aérien du futur. La mise en avant de l’intérêt industriel à construire un PANG ressortit plus de la subvention déguisée à certains groupes de l’armement que des besoins stratégiques et diplomatiques de la France. Lobbyistes, nous voilà !
    Cette stratégie nécessiterait un minimum de deux PA, voire 3 avec deux parcs aériens. Pour le coût d’un seul on pourrait développer une série de 6 à 8 sous-marins nucléaires d’attaque, dotés de missiles à longue/moyenne portée, tout aussi efficaces militairement comme diplomatiquement et/ou une série de 6 à 8 frégates pour protéger nos flux maritimes plus 2 à 3 porte-hélicoptères avec radier pour une présence plus efficace et les secours outremer.

    • 에르메스 dit :

      Beaucoup trop loin et empli d’ineptie en ce qui concerne le cas français.
      .
      Il faut apprendre à aller à l’essentiel ou à aérer ses pavés.

    • mich dit :

      Bonjour , un peu étrange votre argumentaire , pour un pays de la taille de la France un PA est un système parmi les autres , mais il est surement un des plus important juste derrière notre dissuasion ,car non un SNA ne vaut pas grand chose « diplomatiquement » ,militairement c ‘est autre chose .Perso ,je pense que même un PA reste utile ,car il nous permet d ‘avoir une corde de plus à notre arc en complément des autres moyens et non en concurrence comme se plaise à le dire certains .Pour finir ,bien malin qui peut voir le monde post 2040 ,alors c ‘est un peu tôt pour le condamner , en tout cas d ‘ici 2030 l ‘important est d’ avoir une marine hors PA cohérente ( frégate ,ravitailleurs , patrouilleurs , SNA ,système anti mine , patrouille maritime ) ,c ‘est tout à fait possible ,en tout cas les briques sont là.

    • Félix GARCIA dit :

      Donc la stratégie maritime actuelle n’aurait de sens que si l’on considère la France comme vassal assumé des Etats-Unis ?
      Ne souhaitant pas ou plus appliquer sa stratégie propre mais effectuant exclusivement les manoeuvres américaines ?
      La France, « fer de lance » du dispositif européen dans la stratégie américaine ?

      « Cette stratégie nécessiterait un minimum de deux PA, voire 3 avec deux parcs aériens. Pour le coût d’un seul on pourrait développer une série de 6 à 8 sous-marins nucléaires d’attaque, dotés de missiles à longue/moyenne portée, tout aussi efficaces militairement comme diplomatiquement et/ou une série de 6 à 8 frégates pour protéger nos flux maritimes plus 2 à 3 porte-hélicoptères avec radier pour une présence plus efficace et les secours outremer. »

      Je suis pas à même de juger, mais ça parait censé ce que vous dites.
      Et des avions de ravitaillement pour faire les liaisons aériennes ou se projeter rapidement ?

      L’ambition semble pourtant être à l’intégration …
      All Hail Britannia !

      Cordialement,
      Félix GARCIA

    • Expression libre dit :

      Avec notre PA , nous sommes plutôt dans une stratégie maritime de gestion de crises, si ce n’est, il faudrait l’être. Oui, un seul PAN avec des ATM de 18 mois, où est l’intérêt stratégique à part le renouvellement des compétences?Il faudrait plutôt viser une évolution du K15 pour les futurs SNLE. Du reste, nos ingénieurs pourront travailler aussi sur les futurs SMR. Bon, c’est du civil, OK. 2 PA à prop classique et 2 SNA en plus ( le véritable capital ship)
      https://www.technicatome.com/activites/nucleaire-civil/smr/

    • Royal Marine dit :

      Beaucoup de blabla et d’incohérences sur des stratégies dont vous nous expliquez qu’elles n’existent pas…
      Ce qui se conçois clairement, s’énonce clairement…
      Pour ce qui est de la disponibilité d’un seul PAN US, cela vient des problèmes de montée en puissance de la série Gerald Ford… Le président qui ne pouvait pas descendre une passerelle d’avion, en mâchant en même temps du chewing gum, sans se casser la figure… Tout un symbole!
      Pour ce qui st de la dispo du CdG, seul de son type, malheureusement. Apprenez que lorsqu’il a passé prêt de quatre mois devant la Libye, il revenait tout juste d’une mission de quatre mois en Medor et Océan Indien. Et qu’auparavant, il avait effectué de nombreuses sorties de remise à niveau, PAN, GAN, et GAé durant trois mois d’affilé… Ceci veut dire que le CdG et son équipage, ainsi que le GAé, sont resté disponibles en permanence, et à la mer, pendant prêt de 11 mois…
      On est donc loin de vos statistiques fantaisistes… Si le pouvoir politique, qui voudrait disposer d’un outil puissant, autant stratégique que diplomatique en quasi-permanence, le souhaitait, il débloquerait la construction de deux PAN, et non d’un seul… Cet argument d’indisponibilité ne tient donc pas. Elle ne résulte que de la bêtise de nos politiques qui n’ont jamais eu aucune vision stratégique depuis 1981…
      Vous ne le savez peut-être pas, mais le missile hypersonique français est évidemment en développement… Reste à savoir s’il est utile… Peut-être qu’une solution plus économique, efficace et élégante sera trouvée… Savez-vous que l’Exocet a été le premier mer-mer du Monde?

      • jean la gaillarde dit :

        Bien dis. En total accord avec vous.

      • Cricetus dit :

        @Royal Marine
        « Savez-vous que l’Exocet a été le premier mer-mer du Monde? »
        Fact checking:
        Date de début de développement de l’Exocet : 1967
        Premier navire coulé au combat par un missile mer-mer: 1967
        C’est bizarre:
        J’ai l’impression que vous racontez souvent n’importe quoi…

    • Fred dit :

      @ DESQUINS

      La France ne peut (ni aucun pays ne pourrait) défendre sa poussière d’îles et d’ilots, seule une stratégie offensive pour les protéger par la menace d’intervention est possible. [il est certes très dommageable qu’elle ne puisse le faire que ponctuellement, d’autant que le plus onéreux dans un porte-avion … Ce sont les avions.]

      Il n’est pas vrai de dire que la France « (néglige) le développement de certains types d’armements (missiles hypersoniques) »
      http://www.opex360.com/2019/09/15/outre-planeur-vmax-la-france-cherche-a-developper-un-aeronef-combat-hypersonique/

      Les SNA sont très loin de posséder toute les possibilités stratégiques d’un PA, à commencer par l’interdiction aérienne, bien indispensable pour assurer la liberté de navigation !

      Un porte-hélicoptères avec radier, serait bien en peine de débarquer des troupes, en l’absence d’un support aérien … Sauf contre un ennemi qui n’aurait pas d’armée de l’air, bien sûr.

    • DodeoLedeo dit :

      Merci pour cet article très intéressant et bien écrit.
      J’ajouterai que les perspectives de développement d’engins spatiaux sont difficiles à anticiper et qu’une disruption majeure est très possible qui rendrait obsolètes tous les armements conventionnels, les PA au premier chef.
      C’est peut-être dans ce domaine qu’il faut investir massivement ? Le problème français étant comme vous le soulignez, d’être responsable d’une immense zone maritime exclusive, les autres membres de L’UE n’étant que marginalement concernés (pour rester poli), choisir une stratégie, à budget contraint, est presque impossible…

    • Max dit :

      Ce sont 3 flottilles dévolues au PAN Charles de Gaulle : Deux à bord et une en réserve. les 11F, 12F et 17F.

    • EBM dit :

      Poste argumenté et réfléchit sur la stratégie, rien que pour ça bravo! Et pertinent en plus!

      J’aurais quelque points de divergences: je ne pense pas que la France ait réellement une stratégie, nos dirigeants ne connaissent pas grands choses aux armées. Ils pensent que c’est un outil plus ou moins humanitaire et de promotion de l’industrie d’armement. D’où le PAN qui est là pour faire jolie et se gargariser tout en soutenant l’industrie d’armement et nucléaire.

      Sinon compte tenu des tensions sur le recrutement, 6 à 8 SNA de plus pourraient être construits mais quid du recrutement des équipages, être sur un PAN c’est une chose différente que de plonger.

      Ces détails mis à part, je pense que l’Europe n’a pas de stratégie et qu’elle ne pense pas que ce soit utile. Quand à nous je pense que compte tenu de notre petite armée le seul endroit où nous puissions avoir un impact est l’Afrique, zone où nous avons beaucoup à perdre si les pays de la région implosent. Donc contraint par nos intérêts et nos très faibles moyens je ne vois pas d’autre choix que d’avoir une stratégie centrée sur l’Afrique où la puissance navale joue un rôle secondaire de projection et de lutte contre les trafics.

    • Félix GARCIA dit :

      Alors on prend les 120 milliards des éoliennes et on les mets dans « des hélices » !
      Cela ferait combien de « bâtiments » supplémentaires ?

    • EchoDelta dit :

      Une différence de taille quand même : Le PA a visible de tous quand le SM se doit d’être discret.
      La présence aérienne permet de contrôler des zone et d’effectuer du contrôle maritime ce que ne permet pas un SM.
      Face à une flotille de chalutier un PA sera toujours plus efficace qu’un SM et couvrir plus de surface qu’une frégate.
      La ou je suis d’accord il en faut plus d’un mais il faut en sortir 2 tous 15 ans pour assurer le renouvellement l’entrainement et la permanence opérationnelle. Nous y reviendrons un jours, mais surtout l’important est de ne pas perdre le savoir faire d’un PA et sa mise en oeuvre. c’est primordiale.

    • sentinelle dit :

      lancez vous dans la politique quand vous serez président vous serez notre sauveur en attendant épargnez nous vos élucubrations !

    • Prof de physique dit :

      Globalement votre analyse est logique, cohérente et bien réfléchie.
      je pense que la défense de notre zone économique exclusive passe par la présence d’unités navales et aériennes sur place. Peut être un porte-avion de transport, permettant d’acheminer un groupe aérien sur des bases de Polynésie ou en Nouvelle Calédonie sans l’usure d’un plan de vol de 20 000 km avec ravitaillements et escales hypothétiques serait il utile dans ce cadre ?
      Mais si on veut qu’il arrive assez rapidement sur zone lors d’une crise sans avoir lui même de soucis de ravitaillement, il convient qu’il soit nucléaire. Si on veut qu’il débarque un groupe de chasseur lourds, donc qui ne seront pas à décollage vertical tant que nous n’auront pas récupéré les technologies Go’Aould, il faudra qu’il soit à catapultes.
      On en revient au porte avion nucléaire envisagé, à moins de prépositionner en permanence un ou deux groupes de combat aérien et des unités de surface et sous marines dans ces territoires. Ce peut être un choix.
      Un autre choix qu’une actualité récente a pu faire évoquer serait d’arrêter de financer notre remplacement par des gens qui ne nous aiment pas.
      Le budget social de la France est de l’ordre de à plus de 700 milliards d’euros. Une bonne part est légitime, mais la fraude, les parasitage sont nombreux.
      Sur la frontière espagnole j’en vois quelques uns impliquant des citoyens ibériques, mais ils ne sont qu’anecdotiques au regard du reste
      Quelques mesures dégageraient facilement le prix de 2 portes-avions, de leurs groupes aériens et des frégates de leur suite.
      – lutte active contre les fraudes sociales, entre autres les retraites de centenaires incontrôlables, et des multi-cartes vitales du style ou UNE carte vitale permet à plusieurs femme d’accoucher en 6 mois,
      – suppression des allocations familiales pour les non-français (nous n’avons pas à soutenir la démographie irresponsables de peuples qui ne nous aiment pas)
      – suppression des allocations logements et RSA pour les étrangers.
      Si une entreprise a besoin de main d’œuvre étrangère dans un pays de 6 millions de chômeurs qu’elle paye son logement,
      – fin des naturalisations massives aveugles. ne doivent êtres naturalisés que ceux qui, comme nos légionnaires, ont rendu des services notables à la France,
      – fin des aides à la presse qui appartient à des milliardaires. Nos impôts ne doivent pas servir à assurer la rentabilité des jouets de propagandes de monsieur Drahi et consorts. (1 à 2 milliards/ans soit quelques rafales)
      – suppression de l’ENA pour éviter d’autres affaires des FREMM où l’on part avec le projet de 26 frégates excellentes et ou on arrive avec 8 frégates sous armées pour PLUS cher (!!),
      – taxe sur les importations, comme la plupart des pays du Monde.
      Un peu plus de lutte contre la fraude fiscale, la corruption, seraient probablement utiles.

    • Cricetus dit :

      Vous oubliez que celui qui dispose d’un porte avion sur zone dispose d’AWACS et de chasseurs sur zone donc contrarie l’accès de la dite zone aux moyen de reconnaissance ennemie donc gêne considérablement le ciblage de ses bateaux par les sous marins ou les avions dotés de missiles anti navire, même hypersoniques.
      La grande leçon de la guerre Navale depuis Midway c’est que celui qui voit l’autre en premier qui gagne.
      Abandonner le PA nous rendrait dans le futur encore plus dépendant de l’USNavy.

      • EBM dit :

        @ Circetus je sais que vous faites votre boulot, donc je ne vais pas prendre 100% au pieds de la lettre vos propos.

        Mais quand même l’Awacs n’est pas navalisable… et avec ou sans PAN nous sommes totalement dépendant de l’US Navy.

        Enfin surpris de lire que le Navy serait chaude partisane du F35 alors qu’elle va arrêter la production de SH seulement maintenant alors qu’elle pouvait à la place commander plus de F35C. En même temps quand on voit ce type de déboire: (https://www.defensenews.com/air/2020/04/24/the-pentagon-will-have-to-live-with-limits-on-f-35s-supersonic-flights/)

        Je lis un peu l’anglais et vos sources ne me paraissent pas aussi flatteuses que vous le dites pour le F35 C car la navy s’inquiète du tuilage entre SH et futur F/A XX. Donc le F35C n’a pas vocation pour elle a devenir son appareil unique, elle doit en acheter mais ce n’est pas vitale pour elle comme l’est le F35 B pour les Marines.

        Bref la propagande c’est efficace mais quand elle joue sur un fond de vérité avec des arguments.

        • Cricetus dit :

          « quand même l’Awacs n’est pas navalisable »
          Ok, désolé, c’est une approximation de ma part: AWACS=AEW dans ce cas.
          « Enfin surpris de lire que le Navy serait chaude partisane du F35 alors qu’elle va arrêter la production de SH seulement maintenant alors qu’elle pouvait à la place commander plus de F35C. (…) . »
          Evidemment: a que je sache la Navy n’a JAMAIS envisagé que le F35C remplace tout ces appareils a terme.
          Elle n’a pas non plus envisagé de réduire sa commande de F-35.
          Elle a par contre essayé de réduire les commandes de F-18 SH.
          EN INSINUANT LE CONTRAIRE sans rien sourcer c’est vous qui semblez faire de la propagande.

          • EBM dit :

            « la Navy n’a jamais envisagé que le F35C remplace tout ces appareils a terme. »

            Oui c’est bien ce que je pointe, d’où mon message auquel au passage vous ne répondez pas sur la question de la vitesse.

            Mais votre employeur vous imposant de suivre la fiche je ne vous en voudrais pas, il faut bien manger.

      • vno dit :

        Le problème de l’AWACS c’est qu’il émet et fait du bruit …
        Les sous-mariniers ne sont pas cons ! suivez l’AWACS ou l’hélico, vous trouvez la cible. Ensuite, le ciblage n’est qu’un problème pour professionnels surmotivés et surentraînés.

        • Royal Marine dit :

          « Le problème de l’AWACS c’est qu’il émet et fait du bruit … »
          Ah! elle est bien bonne… Avec un Hawkeye en vol, un SNA va trouver la cible? Mais vous êtes dingues…
          Un Hawkeye de positionne entre 100 et 350 nautiques de son porteur… Ca fait quand même une pastille de 385 000 Nq2, soit environs 700 000 km2… Comme approximation, ça se pose là… Je vois bien un SNA cibler là dessus! Avec un missile antinavire de 100 Nq de portée!
          Tout le problème pour cibler un P.A., c’est de savoir où il est… ET malgré nos experts en chambre, je puis vous garantir que c’est compliqué à savoir, ou à deviner… La chasse ne s’improvise pas.
          On pourrait imaginer, qu’avec le bruit rayonné par ses hélices, lorsqu’il monte à plus de trente nœuds pour catapulter ou recueillir ses avions, il sera facile à repérer? Mais non, ce n’est pas aussi facile… La thermocline, les couches d’eau, et les aberrations liées à la propagation du son dans l’eau, posent des problèmes… Ainsi que l’escorte du P.A.. Il faut donc du temps, et oui, de la chance aussi…
          Le moyen le plus directe pour détecter et suivre un P.A., c’est son activité aérienne. Mais là aussi, il est difficile de connaître à distance , son positionnement exacte… Et là dessus, même si les satellites, renseignés a priori par vous-mêmes sur une première approximation, pouvaient le détecter, le temps de traitement de l’info est tellement long, qu’il est déjà loin quand vous l’avez enfin…
          Dur, dur, pour l’expert vno!

        • Cricetus dit :

          En principe l’AWACS, pardon l’AEW, se tient a distance de la position du GAN. peut être une centaine de kilomètres

    • Bob dit :

      Très bon commentaire qui analyse l’ineptie de construire un PA pour la France. Les PA ne sont presque jamais opérationnelles avec leur maintenance énorme, son aéronavale et son escorte qui pourrait être employée ailleurs. Cela coûte trop cher un PA entre les études, la construction, la MCO avec ses entretiens à n’en plus finir. Il faut en avoir plein ou rien. Seul le nuke est indispensable pour repousser les maléfiques.
      La France a plus besoin de SNA ou de croiseurs que d’un PA d’attaque comme l’Oncle Sam.

      • Sinope dit :

        Bob cela explique sans doute pourquoi l’Inde et la Chine cherchent à en construire…

      • Royal; Marine dit :

        @Bob
        L’anti-France par excellence… Il est contre le CdG, contre le Rafale, contre les FREMM, contre le Suffren, contre les Meteor et MDCN, contre le PAN NG…
        Bref, c’est une boussole qui indiquerait toujours le Sud pour vous induire en erreur…
        Donc à vous qui écrivez dans le même sens que lui… Sachez que vos solutions n’en sont pas, qu’elle vous désigne comme traître à la France, et font de vous des collaborateurs de nos ennemis.

    • jyv58 dit :

      Globalement d’accord. Je vois mal l’intérêt de grosse(s) unité(s) de porte(s)-avion(s). Supports coûteux à construire et à entretenir impliquant une stratégie qui va avec. Probablement même encore plus vulnérables dans les dizaines d’années à venir.
      A mon avis, cela, vu les coûts et la stratégie, un gros PA ne peut se concevoir qu’avec les (des) autres pays de la CE.
      Reste l’interopérabilité des matériels avec les autres pays. Certainement indispensable.
      Je vais me faire insulter, mais le Rafale est un vieil avion (1er vol en 1986), qui, même s’il a été électroniquement modernisé, n’est plus forcément un matériel d’avenir. Quant à réfléchir au futur, plutôt revoir le projet de son remplaçant envisagé avec l’Allemagne, qui, à ma connaissance, a du mal à sortir du cahier des charges. Gros ou petit PA, l’unité serait au moins cohérente à long terme.

      • Plusdepognon dit :

        @ jyv58
        En général, on s’asticote ou on ridiculise le pseudo de l’autre.
        Parfois on se traite de c.. pourvu que l’on se traite comme les grands-mère de Toulouse, mais comme les poissons-volants ce n’est pas la majorité de l’espèce…
        https://youtu.be/0aBk54wMqjA

        Bienvenu… 😉

    • Mat49 dit :

      Message argumenté et bien écrit. Compte tenu du volume de notre flotte nous ne pouvons pas avoir choisis de stratégie offensive, nous n’avons pas de quoi avoir une stratégie.

      Nous construisons plutôt un PAN pour notre industrie et garder le savoir faire. PAN ou pas, avec 6 ou 8 SNA de plus ou pas notre flotte est beaucoup trop petite et incomplète de toute façon dans les deux cas.

      Ici ce n’est pas une question de stratégie, mais de budgétisation des moyens pour mettre en œuvre une stratégie.

  14. Mike dit :

    « Le manque de compétences adéquates et la rentabilité économique difficile à atteindre. » : est-ce une blague ou un manque d’ambition devenu habituel depuis quelques décennies ? Le nucléaire militaire français démarrait de presque rien, l’aviation à réaction française s’est construite sur des compétences développées par des ingénieurs inventifs, formés dans les Grandes Écoles dédiées à un cheminement d’excellence intellectuelle, etc. Une catapulte de porte-avion devrait pouvoir se financer à fonds perdus pour les besoins de souveraineté (quelle serait la proportion comptable d’une catapulte sur l’ensemble d’un budget d’État… ), et se développer sous l’égide d’ingénieurs formés pour inventer, innover (à condition qu’on sache les retenir en France… ).

    • wagdoox dit :

      Il y a une énorme différence, on a besoin de 2 à 7 catapultes max.
      Cette quantité particulièrement faiblarde sans autre débouché ne justifie pas de créer une industrie.
      encore moins quand il faudrait étaler la commande sur 40 ans pour preserver les savoir faire, une catapulte tout les 10 ans, de qui se moque t’on ?
      Sauf à produire un PA tout les 5 ans, c’est mort.
      Déjà qu’on a du mal avec 12 réacteurs nucléaires …

    • Aymard de Ledonner dit :

      Bah justement les catapultes ne posent pas de problème de souveraineté.
      Soit les US ne nous les vendent pas et on devra se débrouiller (hypothèse peu probable mais je l’évoque pour être exhaustif),
      soit on achètte US en faisant bien sur nous même le MCO (comme pour les catapultes actuelles) et on n’aurra donc pas besoin des US pour les utiliser.
      Il ny a non plus de problème au sujet du traitement des données comme pour le F35 ou le Reaper

      • Royal Marine dit :

        « et on n’aura donc pas besoin des US pour les utiliser. »
        Ca ce n’est pas tout à fait vrai… Renseignez-vous…

    • moy dit :

      Ca couterais bien chère pour construire 3 ou 4 catapultes tout les 40 ans. Cet argent est mieux dépensé ailleurs.

    • Mat49 dit :

      Si nous avions de l’ambition oui.

    • EchoDelta dit :

      Je suis d’accord, c’est pas un problème de compétence, nous les avons le France, mais un problème de rentabilité économique. Si jamais les US ne voulaient plus nous fournir des pièces, je suis convaincu que nous pourrions les refrabriquer nous même sans soucis majeur mais avec un peu de délais.

    • vno dit :

      Le moteur linéaire, c’est vieux comme l’invention des machines synchrones ou asynchrones. Pas besoin de développer une industrie, il nous reste une industrie lourde pour les machines électriques et qui maîtrise parfaitement la fabrication de prototypes opérationnels et l’électronique de puissance au derniers standards. Mettre le CEA sur les super-condensateurs pour faire la liaison entre réacteur et catapulte ( m’étonnerait qu’ils n’aient rien étudié ) et nous avons notre catapulte. Sup-élec c’est mieux que sup-aéro ou polytechnique pour ce genre de projet pas certain d’en trouver un à Balard ou au CEA.

  15. Frede6 dit :

    Atterir via un renforcement du pont OK. Mais quid du décolage si on veut pouvoir accueillir une flottille de F35B ? Tremplin ?

    • Cricetus dit :

      Sur les LHA US en utilisation normale le F-35B décolle court sans catapulte et sans tremplin.

      • Royal Marine dit :

        Et quasiment sans armement… Et peu de carburant! C’est tout le problème!
        Déjà que le Harrier n’est vraiment pas un « camion à bombes »…
        Mais le F 35 B… C’est une cata, à tout point de vue…

        • jean la gaillarde dit :

          Pourrais t-on penser, et même sûrement que certains y ont pensé, faire décoller un F35B avec peu de carburant et son armement, faire décoller un drone ravitailleur, puis le F35B, se ravitaille au-dessus de sa flotte, et part faire ensuite sa mission ? On résout le problème d’allonge du F35B suite à son décollage ?

          • Royal Marine dit :

            Oui. Bien sûr… Mais s’il faut pour chaque avion qui décolle, deux autres en soutien, on a oas fini les galères! 🙂

    • 에르메스 dit :

      Accueillir ne veut pas dire optimiser.
      .
      Ils pourront décoller à charge réduite en prenant toute la longueur du pont.

    • Waroch dit :

      Il suffit d’adapter la charge au décollage à la longueur du pont sans tremplin. D’ailleurs les porte-aéronefs de l’USMC ne font qu’un peu plus de 250m de long, les Cavour italiens (240+ m) et le Juan Carlos (230m) sont plus petits encore. Avec un PA de 300m de long, ça ne devrait pas poser de problèmes.
      Et quand bien même la charge serait plus réduite que sur les Queen Elizabeth, ça n’aurait pas beaucoup d’importance. L’intérêt est surtout au niveau diplomatique et de l’interopérabilité des marines. Personne ne s’attend à employer des avions étrangers en opérations de guerre sur son PA, ce serait un casse-tête chinois ne serait-ce que pour des raisons logistiques.

    • wagdoox dit :

      Le tremplin n’a rien d’une obligation, les F3b peuvent décoller sans mais avec une charge moindre.

    • Fred dit :

      @ Frede6

      1°/ On en garde un ou deux pour le Musée de l’air et de l’espace

      2°/ On revend les autres sur Alibaba.com et/ou par Accord d’État à État à la Turquie

      3°/ Le F-35B peut décoller verticalement … Sans arme et pas trop de carburant interne. Pour une présentation lors des 14 juillets maritimes, ça devrait suffire

      Elle est pas belle la vie ? ;o)

    • Frede6 dit :

      Désolé, je croyais que c’était une idée sérieuse, pas juste pour faire un photex 😉

  16. Jolindien dit :

    C’est tout à fait logique s’imaginer devoir accueillir des F-35B sur le porte-avions.
    Cet appareil dans cette version équipe 3 de nos plus proches alliés (USA GB Italie), interopérabilité n’est pas un vain mot. Ça ne veut pas dire (pour les grincheux-et dieu sait qu’ils sont nombreux les vieux reac par ici, je vous nommerai pas les gars vous vous reconnaitrez) qu’on achètera des F-35!

    • Ah Ca ! dit :

      « C’est tout à fait logique s’imaginer devoir accueillir des F-35B sur le porte-avions. »

      Non et non.. si nous construisons un PA c’est pour l’armée française et non pour en faire aéroport de convenance pour l’aviation marine étrangères…

      S’ils veulent se poser sur notre PA c’est a eux de s’adapter et non l’inverse…

      • Jolindien dit :

        Vous ommettez volontairement la notion d’interopérabilité qui peut s’avérer sinon salutaire, au mins indispensable.

        • Royal Marine dit :

          Interopérabilité avec des avions… Pas des fers à repasser! Et puis l’interopérabilité en vol, pas sur le pont!

    • Muse dit :

      Oui c’est très logique, hihihi !
      Luc Skywalker me demande d’intervenir en sa faveur pour que Yann Solo puisse aussi faire atterir son Faucon Millenium…

      • Jolindien dit :

        @Muse
        Vous êtes gentil hihihi mais nous ne sommes pas dans une cours de récré ici. Allez faire vos devoirs.

  17. ULYSSE dit :

    Ce n’est pas une mauvais idée à l’évidence…si tant est que les couts induits ne seront pas exorbitants.
    Mais les esprits chagrins, dont je fais partie, ne manqueront pas de souligner, que les GB, lors de leur choix, d’un STOBAR dépourvu de catapultes, n’ont pas eu le même souci d’interopérabilité…
    Beaucoup plus en amont, ce qui peut également être regretté, c’est que les européens, qui avaient la maitrise des avions VTOL, avec le Harrier (et les proto Balzac et Mirage III -V) n’aient pas jugé pertinent de conforter leur avance avec un sucesseur du Harrier. encore un mauvais choix…

    • EchoDelta dit :

      Un mauvais choix cela reste à démontrer. Le programme F35 n’aurait jamais pu être financé par des européens, et quand on voir le résultat… Cela reste en version B un avion au performances moyennes pour notre doctrine d’emploi. Aucun avantage par rapport à un avion catapulté.

  18. Rb dit :

    261 millions d’€ pr des études, non mais c’est du délire, on ne parle même pas de cahier des charges, juste des éventualités du navire. C’est normal ce genre de coûts ?

    • 에르메스 dit :

      Etant donné le nombre de domaines impliqué, le coût du projet, et donc le travail nécessaire.
      .
      Ce n’est pas un coût si anormal non, pour savoir si c’est réellement abusif ou non, il faudrait connaître le détail des études préliminaire (jusqu’où elles vont).
      Et comme on ne saura pas…

    • Royal Marine dit :

      Souvenez-vous de la pré-étude franco-anglaise des PA des années 2000. La France a perdu combien de millions (200?) qui ont profité au type Queen Elisabeth, parce que nos politiques n’ont pas voulu financer la construction de nouveaux P.A.?
      Alors on est pas à çà prêt… Et combien pour la santé des migrants en situation irrégulière? 2 milliards par an? Donc la vie est belle!

    • Fred dit :

      @ Rb

      Pas mal fait, ça donne une petite idée de la complexité d’un PA :
      https://www.youtube.com/watch?v=HIzVgY-r70c

      • Rb dit :

        Justement non Fred, on ne parle pas de cahier des charges ni de plan technique apriori mais de potentialité d’après l’article, d’où mon étonnement tant qu’au coût des études. Parce que sinon il pourrait parler directement des plans du futur navire et là en effet on se doute que la note serait salé.

    • Aymard de ledonner dit :

      Nb d’ingés qui bossent sur le sujet * tx horaire * temps passé…

    • dolgan dit :

      bienvenue dans le monde réel.

  19. Thierry dit :

    Le F35 est à ce jour l’avion embarqué le moderne et le plus performant au monde, et au vu du prix de son développement il va le rester un sacré bout de temps, il serait totalement incompréhensible que la version à décollage verticale ne puisse pas se poser sur un porte avions français, que nous possédions ou non ces avions ça ne représente pas une grosse dépense pour les aménagements nécessaire. Il faut une inter-opérabilité des plateformes navales, les aléas de la guerre pouvant exiger cette possibilité.
    Au vu du nombre de pays qui reçoivent des F35, le rafale version naval va faire figure de parent pauvre en comparaison, tôt ou tard on sera obligé d’avoir recours aux F35 si l’on veut une défense crédible. Si nos futurs porte avions ne sont pas équipés ça apparaîtra incompréhensible quand le besoin se fera sentir.

    A noter que le F35B peut très bien décoller à la catapulte et se poser comme un avion classique en accrochant un filin pour le ralentir, mais il est beaucoup plus efficace et rapide en se posant à la vertical, libérant ainsi l’espace du pont d’envol pour d’autres appareils, il n’en utilisera qu’une infime portion, un atout de rapidité de manoeuvre indéniable. Et l’on a vu à la bataille de Midway et plein d’autre à quel point chaque minute compte quand il s’agit de décoller en grand nombre et vite pour intercepter des avions attaquant.

    • wagdoox dit :

      Non, certainement pas le plus performant, c’est d’ailleurs pour ca que l’US navy et les marines sont entrain de faire le max pour réduire le nombre de commande…
      Le rafale parent pauvre … mon pauvre amis, le rafale possède deja des attributs que le F35 doit avoir depuis le 1er jour et se concentra d’avoir avec le block IV. Le F4 finira de combler les dernières lacune en terme de mise en réseaux.
      Vous racontez, n’importe quoi … La fonction catapo ca existe, le poids du moteur vertical et sa consommation handicape bien plus l’autonomie, la charge et la logistique qu’un éventuel gain de temps qui n’existe en réalité pas. Avez vous déjà vu un F35B revenir sur son bateau ca prend plus de temps car l’approche est delicate à l’image d’un hélico, celle d’un rafale m est plus brutal mais plus rapide. Bref du très grand n’importe quoi.

      • Cricetus dit :

        « c’est d’ailleurs pour ca que l’US navy et les marines sont entrain de faire le max pour réduire le nombre de commande »
        Vous racontez là des salades, car c’est tout le contraire : la Navy essaye de réduire le commande de SH, pas de F-35… C’est le congrès qui l’a contraint a accepter les SH… sans toucher au F-35 d’ailleurs.
        Voilà mes sources:
        https://news.usni.org/2020/03/10/navy-says-ending-super-hornet-line-frees-up-resources-for-life-extension-work
        https://www.defensenews.com/air/2020/06/01/at-a-budgetary-crossroads-the-us-navys-aviation-wing-must-choose-between-old-and-new/

      • Cricetus dit :

        Concernant l’USMC: Il est envisagé de réduire le nombre des escadrons , mais pas celui des F-35 commandé:
        Source:
        https://news.usni.org/2020/04/01/marines-wont-cut-planned-f-35-buy-totals-for-now-but-external-review-could-change-that

        • Lestrade dit :

          Sachant que les Marines n’ont pas d’autres possibilités que de commander des F35B s’ils veulent décoller des PHA je ne pense pas qu’ils soient un bon exemple.

          Il faut plutôt regarder l’attitude de la Navy qui incompréhensiblement, mais alors vraiment incompréhensiblement a continuer a misé sur le F/A 18 SH et veut lancer un nouveau programme d’avion.

          Vraiment je ne comprends pas, entre un F/A 18 SH moins chère, éprouvé avec un bon taux de disponibilité et un appareil subsonique de fait, très chère, avec un moins bon taux de disponibilité pour quoi ne pas utiliser que le second dont l’électronique, quand elle fonctionne, est bien supérieure. C’est vraiment à n’y rien comprendre.

          Ah si oui j’y suis… vous travaillez.

          • Cricetus dit :

            « Vraiment je ne comprends pas, entre un F/A 18 SH moins chère, éprouvé avec un bon taux de disponibilité et un appareil subsonique de fait, très chère, avec un moins bon taux de disponibilité pour quoi ne pas utiliser que le second dont l’électronique, quand elle fonctionne, est bien supérieure.  »
            Une idée:
            Rayon d’action d’un SH avec 2 tonnes de bombes, 2AAM, 1 pod FLIR et des réservoirs supplémentaires, profil Hi-Lo-Hi (espace contesté, pas de furtivité) : 780 Km
            Rayon d’action d’un F-35 avec 2 tonnes de bombes, 4AAM, tout interne, profil Hi-Hi-Hi (avion furtif): 1200 Km
            La Navy n’a prévu initialement le renouvellement que de la moitié de sa flotte.
            Maintenant si elle veut plus de F-35 il faudra qu’elle fasse la queue car les chaines vont être occupé pour des années. L’avion va alors commencer à dater, donc il parait plus judicieux d’envisager soit un remplaçant, soit une nouvelle version…

      • jean la gaillarde dit :

        Tout à fait. Le F35B se justifie à partir du moment où vous mettez en place une aviation d’appuie à un débarquement de troupe au sol tel que les Marines. Avant le décollage verticale, les US mettait en œuvre de petits porte-avions dit d’escorte. Le décollage vertical a permis de gagner de la place et en mettre plus. C’est pour cela que je ne comprend pas la décision de RU, de l’Espagne ou de l’Italie de s’être doté de cette technologie. Ils n’ont pas, tout comme la France, un corps expéditionnaire voué aux débarquements massifs. Un PA catapulte, s’est pour pouvoir frappé n’importe où, sans avoir à demander des installation à un pays tiers, et dans la profondeur. C’est un puissant vecteur diplomatique. Donc nous n’avons, à mon avis, pas besoin de ce type de technologie, mais nous pouvons faire en sorte de pouvoir recevoir ce type d’appareil. Il y a également les Osprey V22 à accueillir éventuellement, donc y réfléchir est intelligent je pense.

    • Royal Marine dit :

      Vous racontez n’importe quoi!
      Le F 35 B n’est pas compatible catapulte et brins d’arrêt… C’est la version F 35 C commandée par l’US Navy qui l’est… Et celle-ci, bien que dotée à grand frais de l’avion le plus moderne et le meilleur du Monde, d’après vous, lui préfère le F 18 SH, sans qu’on sache pourquoi? Peut-être avez-vous une explication intelligente?
      Le Rafale étant meilleur militairement que le SH, sur bien des points, il ne fait donc aucunement figure de parent pauvre, bien au contraire… Et passe, aux yeux des connaisseurs dont vous ne faites visiblement pas partie, comme le meilleur avion du Monde, en version F3R… Qu’est-ce que ce sera en version F 4?

      • Cricetus dit :

        @RoyalMarine
        « Et celle-ci, bien que dotée à grand frais de l’avion le plus moderne et le meilleur du Monde, d’après vous, lui préfère le F 18 SH, sans qu’on sache pourquoi? Peut-être avez-vous une explication intelligente? »
        Explication intelligente: vous vendez du pipeau:
        L’USNavy a essayé de refuser les derniers lot du F/A-18 SH, c’est le congrès qui les lui a imposé pour sauver Boeing.
        https://www.defensenews.com/air/2020/06/01/at-a-budgetary-crossroads-the-us-navys-aviation-wing-must-choose-between-old-and-new/

        • Bigorno dit :

          Sauf que la Navy veut lancer un nouveau programme donc c’est qu’elle ne mise pas sur le F35C dont il est notoire que les déboires l’ont échaudé.

          Vous n’êtes vraiment pas crédible, c’est comme si je vous disais que le Rafale était le meilleur avion du monde.

          • Cricetus dit :

             » la Navy veut lancer un nouveau programme » = exact
            « donc c’est qu’elle ne mise pas sur le F35C dont il est notoire que les déboires l’ont échaudé » = la Navy n’a jamais déclaré cela. C’est une supposition de votre part. Ou alors citez une source.
            Les 279 F-35c commandés n’ont jamais eut pour vocation de remplacer TOUT les chasseurs bombardiers de la Navy (environ 550 appareils).

      • themistocles dit :

        Il est vrai qu’initialement le F35 devait assurer les 3 versions au prix de modifications mineures de l’une à l’autre. A la fin on a 3 avions différents avec 40 % d’équipement communs seulement. Et pour bien plus cher. Encore une fois, se vérifie le vieil adage de la construction aéronautique : quand on veut faire un avion qui peut tout faire, on y arrive peut-être mais il fait tout mal…

        • Royal Marine dit :

          Interopérabilité avec des avions… Pas des fers à repasser! Et puis l’interopérabilité en vol, pas sur le pont!

    • Aymard de Ledoner dit :

      Le F35 consomme une énorme part de son carburant pour se poser à la verticale.
      Il est limité en emport pour pouvoir décoler avec une rampe sans l’apport d’énergie d’une catapulte.
      Donc le F35B n’est certainement pas l’avion embarqué le plus performant du monde. D’ailleurs la navy ne l’utilise pas et n’utilise que le F35C.
      Et même le F35C ne suscite pas un enthousiasme démesuré dans la navy. Ils ne sont pas prêts de se séparer de leurs superhornets sauf contraints et forcés.
      Le taulier du site devrait vous demander une redevance pour vos posts de pub sur le F35

      • Cricetus dit :

        @Aymard de Ledoner
        « Et même le F35C ne suscite pas un enthousiasme démesuré dans la navy. Ils ne sont pas prêts de se séparer de leurs superhornets sauf contraints et forcés. »
        Vous racontez là des salades, c’est tout le contraire : la Navy essaye de réduire le commande de SH, pas de F-35… C’est le congrès qui l’a contraint a accepter les SH… sans toucher au F-35 d’ailleur.
        Voilà mes sources:
        https://news.usni.org/2020/03/10/navy-says-ending-super-hornet-line-frees-up-resources-for-life-extension-work
        https://www.defensenews.com/air/2020/06/01/at-a-budgetary-crossroads-the-us-navys-aviation-wing-must-choose-between-old-and-new/

        • Royal Marine dit :

          Ce qui est dit, c’est que la Navy ne peut plus commander d’autres Super Hornet, alors qu’elle doit développer un nouvel avion…
          Son budget est mis à l’os par les commandes déjà passées (bien obligé!) de F 35 Turquey qui encombrent ses bases et ses P.A. pour un avantage opérationnel inexistant…
          Aujourd’hui, il est enfin clair que ce projet est une bouse, qui détruit toute cohérence et toute possibilité de gestion intelligente dans toutes les Armées qui l’on choisit… Et qui en plus les ruine en les laissant à poil pour se défendre… Alors vous pouvez toujours baver devant cette enclume, mais vous ne faites pas partie des pauvres gars qui devront un jour monter dedans pour aller au combat… S.laud!

          • Cricetus dit :

            @Royal Marine
            « Ce qui est dit, c’est que la Navy ne peut plus commander d’autres Super Hornet, alors qu’elle doit développer un nouvel avion… »
            Non, ça dit que la Navy veut arrêter les commandes de nouveaux SH et investir dans le développement d’un successeur… Et point important elle ne demande pas une diminution des commande de F-35.
            « Aujourd’hui, il est enfin clair que ce projet est une bouse, qui détruit toute cohérence et toute possibilité de gestion intelligente dans toutes les Armées qui l’on choisit… Et qui en plus les ruine en les laissant à poil pour se défendre… Alors vous pouvez toujours baver devant cette enclume, mais vous ne faites pas partie des pauvres gars qui devront un jour monter dedans pour aller au combat… S.laud! »
            Là vous brodez un peu par rapport au contenu de l’article…

      • themistocles dit :

        C’est exact, l’autonomie du F35B et sont emport sont affligeants. Si on ne considère leur emploi que come soutien d’une opération amphibie, on reste dans le vrai. Mais pour faire autre chose… Le F35C est un peu meilleur dans ces deux domaines mais il reste que pour l’employer, il faut être prêt à faire une guerre de riche avec moulte tankers disponibles pour lui donner un peu d’allonge. Et ces avions restent des mono-réacteurs, funeste lorsqu’on parle d’une flotte d’avions embarqués. Une panne moteur et on finit à l’eau. A moins que monsieur Prat et Whitney ne garantisse 100% de fiabilité, mais ce serait un scoop! D’ailleurs, historiquement, dès que les US ont pu, ils ont déployé des biréacteurs sur leurs porte-avions (F14/18, A6,EA6,S3..). Pour mémoire, sur nos 75 étendards IV, nous en avons perdu 35…

    • EchoDelta dit :

      Le F35B est loin d’être comparable à ce jour aux missions que remplissent quotidiennement nos Rafale M. Je pense même que jamais il n’arrivera à remplir les missions des Rafales Marines pour des raisons structurelles (capacité d’emport en décollage court ou vertical) taux de disponibilité. Mais peut être qu’un jours il sera utiles à la Marine US dans d’autres domaines.

    • EBM dit :

      Alors nous avons les affirmations suivantes dans ce poste sur les F35 B et C qui sont discutables pour le moins :

      – « Le F35 est à ce jour l’avion embarqué le moderne et le plus performant au monde » les F35 B et C sont les plus récents c’est certains. Les plus performant quand on voit qu’il ne peuvent pas habituellement voler en supersonique (https://www.defensenews.com/air/2020/04/24/the-pentagon-will-have-to-live-with-limits-on-f-35s-supersonic-flights/) plus tous les soucis qu’ils ont et les défauts inhérents aux F 35 c’est faux (sans parler de la corrosion du revêtement très élevée en environnement marin). Ou alors à l’appuie tactique uniquement.

      – « et au vu du prix de son développement il va le rester un sacré bout de temps » donc si on vous suit prix = automatiquement performances toute l’histoire de l’aviation démontre que ce n’est pas toujours le cas, cf le F111.

      – « il serait totalement incompréhensible que la version à décollage verticale ne puisse pas se poser sur un porte avions français, que nous possédions ou non ces avions ça ne représente pas une grosse dépense pour les aménagements nécessaire. Il faut une inter-opérabilité des plateformes navales, les aléas de la guerre pouvant exiger cette possibilité. » S’il faut renforcer le pont cela peut être plus coûteux, donc justifié de ne pas faire la dépense puisque nous n’avons pas de F 35 B, cela ferait au moins le F35 C.

      – « Au vu du nombre de pays qui reçoivent des F35, le rafale version naval va faire figure de parent pauvre en comparaison, tôt ou tard on sera obligé d’avoir recours aux F35 si l’on veut une défense crédible. » Comme expliqué le F35 B ou C ne sont pas supersoniques, si on veut un intercepteur les F35 B ou C sont à écartés et le Rafale peut faire de l’attaque sol.

      – « A noter que le F35B peut très bien décoller à la catapulte et se poser comme un avion classique en accrochant un filin pour le ralentir, mais il est beaucoup plus efficace et rapide en se posant à la vertical, libérant ainsi l’espace du pont d’envol pour d’autres appareils, il n’en utilisera qu’une infime portion, un atout de rapidité de manoeuvre indéniable. » Pas vu qu’il puisse apponter à l’horizontal. Se poser à la vertical consomme beaucoup de carburant.

      – « Et l’on a vu à la bataille de Midway et plein d’autre à quel point chaque minute compte quand il s’agit de décoller en grand nombre et vite pour intercepter des avions attaquant. » Vu leur vitesse max les F35 B et C ne peuvent pas être des intercepteurs (https://www.defensenews.com/air/2020/04/24/the-pentagon-will-have-to-live-with-limits-on-f-35s-supersonic-flights/).

    • BLACKBIRD dit :

       » A noter que le F35B peut très bien décoller à la catapulte « . En aucun cas ! Le F-35B n’a ni le train d’atterrissage ni la structure renforcée du F-35C. Le catapultage lui est donc interdit.

  20. aleksandar dit :

    La destruction de l’industrie de défense français par les collabos continue………….

    • 에르메스 dit :

      Quel rapport ?
      Y’a combien d’illuminé qui crient au scandale avant de réfléchir sur ce blog ? C’est sidérant.

      • aleksandar dit :

        Tout a fait d’accord
        Votre propagande US vous dispense de réfléchir, et c’est bien, on pourrait craindre un accident cérébral

    • Pravda dit :

      Pas très étonnant de s’interroger sur l’interoperabilité entre alliés, et il vaut mieux y réfléchir à la conception plutôt que de tripler le coût lors d’une modification ultérieure . Rappelez nous quels choix avaient vos alliés, en terme de blindés, d’avions… au bon temps du pacte de Varsovie? Nous n’en sommes pas encore là.

  21. Laurent M dit :

    Sur L’USS Wasp et ses sistership le problème à été résolu avec une nouvelle peinture de pont.
    Il y a 5 ans…
    Le problème est plus le décollage en charge (armes + carbu).
    Sans capacité d’accrochage sur catapulte et/ou surtout sans tremplin fixe : comment décoller d’un CATOBAR ?
    Le décollage vertical ne fonctionnant qu’avec un avion « vide ».

    Quand à la rentabilité économique des catapultes ELMAS…
    Évidement que se n’est pas rentable une catapulte de PA, c’est pas un téléski avec un péage.
    Pour ce choix, 2 question simples :
    – Fait on confiance au US pour nous en vendre à prix raisonnable sans nous tenir par les couilles au niveau maintenance ?
    – Sinon, on en fait nous même, et là la question est simple : la différence de performance compense telle la différence de prix par rapport à des catapultes à vapeur ?

    Si les catapultes à vapeur font bien le job, pourquoi vouloir les remplacer par un système à peine plus performant coutant effroyablement plus chère ?

    (petit parallèle avec les motorisation ce char : la turbine a été une mode…et finalement ce bon vieux moteur diesel est pas si mal ;-))

    • Cricetus dit :

      « Sans capacité d’accrochage sur catapulte et/ou surtout sans tremplin fixe : comment décoller d’un CATOBAR ? »
      Sur les LHA US en utilisation normale le F-35B décolle court sans catapulte et sans tremplin.

    • 에르메스 dit :

      Les EM c’est une masse maximale supérieur, ce qui sera certainement nécessaire avec le NGF.
      C’est également moins de stress sur les structures des appareils, impliquant un retour sur le MCO/Durée de vie des appareils.
      .
      C’est un peu plus compliqué que « Ca marche ou ça marche pas ».
      .
      La question par rapport aux vapeurs se posent tout autant que les EM’s, on produit pas non plus de catapulte vapeur, et si on doit choisir, autant produire des EM’s, la recherche pouvant se corréler à minima avec les recherches de canon EM (ISL).
      Les US nous ont ils déjà pris en otage avec les catapultes ?
      Ont ils un réel intérêt à faire ça à part briser toute confiance avec leur plus ancien allié ?
      .
      Même si on est pas a l’abri d’un acte Trumpien totalement stupide, on y perdrait beaucoup sur le court termes si ça venait à arriver, mais ce sont les US qui y perdraient le plus à long termes.
      Si y’a bien un allié qu’ils ne veulent pas trop faire se refermer, c’est la France à cause de sa BITD importante et efficace…

    • wagdoox dit :

      On a bien réussi a faire la maintenance par nous meme sur les vapeurs, on y arrivera avec celle là aussi.
      Et on regardera le fonctionnement, on est pas plus debille que les chinois

      • aleksandar dit :

        C’est sur ?
        Parce que lors de ma dernière visite sur le CdG y avait encore des ricains pour s’occuper de la maintenance desdites catapultes justement

        • Royal Marine dit :

          Bien sûr. C’est un contrat qui laisse l’entretien et le réglage des catapultes à du personnel américain…
          C’était déjà le cas sur le Clem et le Foch…

    • Jean (le 1er) dit :

      « Sans capacité d’accrochage sur catapulte et/ou surtout sans tremplin fixe : comment décoller d’un CATOBAR ? »
      Les classe America n’ont pas non plus de tremplin et pourtant les US Marines y font décoller des F35 armés

    • Max dit :

      Les catapultes vapeur ne seront plus produites quand le PA-NG sera à mi-vie, technologies US que nous achetons sur étagère. sous Foreign Military Sales Act (maintenance et formation incluses).
      L’EMALS est plus pratique pour le SCAF plus lourd, s’adapte beaucoup mieux selon les charges à faire décoller, etc…

    • Max dit :

      Ma 1ère réponse dépendait de ma mémoire !

      Selon General Atomics Electromagnetic Systems (GA-EMS), EMALS et AAG ont été autorisés pour le lancement à bord et la récupération de tous les types d’avions navals actuellement déployés à bord du USS Gerald R. Ford (CVN 78).

      À ce jour, 4491 lancements de catapultes et arrêts d’atterrissage à l’aide des systèmes EMALS et AAG ont été réalisés avec succès et en toute sécurité à bord du CVN 78.

      EMALS utilise la technologie électromagnétique pour lancer des avions depuis le pont des porte-avions navals et offre des avantages significatifs par rapport aux systèmes de lancement actuels:

      Augmentation de la capacité opérationnelle de lancement
      Architecture flexible pour s’adapter à différentes plates-formes
      Capable de lancer une large gamme de poids d’avions
      Réduction des effectifs et du coût du cycle de vie
      Signature thermique réduite
      Réduction du poids sur le dessus et du volume installé

      AAG est un système turbo-électrique conçu pour une décélération contrôlée et fiable des avions. Le système AAG offre des avantages significatifs par rapport aux systèmes de récupération actuels:

      Disponibilité et marges de sécurité accrues
      Capacité opérationnelle de récupérer l’aile aérienne projetée
      Effectifs et entretien réduits
      Alertes d’autodiagnostic et de maintenance

      • aleksandar dit :

        Ça c’est ce qui est écrit sur le prospectus
        La lecture des sites spécialisés US donne une toute autre image du machin

    • E-Faystos dit :

      Les catapultes à vapeur on remplacées les catapultes hydraulique car elles étaient… Plus simples. Et que de la vapeur ,un porte avion nucléaire en produit un max et que l’eau… Est facile à trouver en mer.
      La catapulte magnétique, c’est neuf, donc pas simple et pas fiable. Mais elle possède des avantages indéniables : elle est plus souple à l’emploi, et permet une accélération plus fine, progressive, qui possèderait (conditionnel) un impact crucial sur les avions embarqués : elle éviterait de trop alourdir la cellule par des renforts structurels. Si les renforts sont indispensable sur une catapulte vapeur qui donne un « coup au cul », l’accélération via une catapulte magnétique évite de coller le pilote dans sont siège à chaque décollage.
      Et pour l’avion: plus simple, plus léger, donc plus proche de la version terrestre, gain de coût en études/tests/entretien et amélioration du temps de vol/distance.
      Alors oui, les catapultes magnétique représenterait une économie d’usage majeure.

    • miaou dit :

      les ELMAS sont plus compacts et réglable en fonction de l’avion à catapulter et de sa charge. Elles sont aussi plus souple d’emplois car il n’y a pas de vapeur à générer préalablement. Donc oui (quand elles seront au point) les ELMAS sont un plus.
      Et oui les américains vont nous tenir par les c****** car ils ont déjà essayé de le faire avec les catapultes à vapeur lorsque nous n’avons pas voulu aller faire la guerre en Iraq.

    • Pour info dit :

      Sinon, les catapultes à vapeur du CdG, elles ont été fabriquées où ?

  22. Plusdepognon dit :

    Finalement ce n’est pas qu’un délire de General Atomics :
    https://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2020/10/pang-general-atomics-connection.html

  23. capitaine 2 neurones dit :

    Grâce à cette merveilleuse fête importée qu’est Thanksgiving, au programme, DINDE POUR TOUT LE MONDE !

    Et il ne vous restera que vos yeux pour pleurer !

    • GHOST dit :

      Et pourtant..
      Les pilotes du PA Charles De Gaule s´entrainent regulièrement aux USA.. et les Rafales se posent aussi sur les PA des USA de temps en temps.. Quoi de surprenant..

      • capitaine 2 neurones dit :

        Car il va falloir dépenser et adapter nos machines à des avions qui ne sortent presque jamais des hangars, quel gaspillage. Je ne remets pas en cause l’interopérabilité, mais il faut le faire avec de vrais avions, qui volent eux.

  24. Lejys dit :

    Voilà un article qui va encore exciter le dénommé Cricetus… je vais d’ailleurs être obligé de lui faire un compliment : il est bien meilleurs que les trolls chinois bas de gamme qui pullulent sur ce site ! Car questions mauvaise foi, déformation des propos, interprétations erronées, propos hors contextes, mensonges et autres débilités, il bat des records ! Son aveuglement pour le F-35 l’emmène vers des hautes sphères, Je n’ai pas eu le temps de répondre à ses derniers commentaires dans l’article précédent, j’m’y mets maintenant. Attention, la liste est longue, mais ça dimensionne le niveau de ces qualités que j’ai cité précédemment :
    – « Première bombe larguée au combat par un Rafale: 2008 (7 ans après l’IOC) » : Le Rafale F1 est mis service en 2001, et reste en expérimentation durant 3 ans (bah oui, si le F-35 a mis en service plus de 300 F-35, le Rafale n’avait que 10 appareils pour ça) , ce qui lui permet juste de réaliser des missions de défense aérienne et de ravitaillement, y compris en OPEX. Ce standard F-1 avait été imposé pour des raisons budgétaires, l’état Français souhaitant étaler ses paiements. Le standard F-2 (apte au bombardement) est déclaré opérationnel en 2008, l’année du largage des premières bombes…. « le F-35 est bien plus précoce que le rafale… » ben non finalement !
    – « Le site de Dassault rappel d’ailleurs qu’en 2001 le Rafale n’était pas pleinement opérationnel. » : oui, il ne l’était pas, puisqu’ils arrivaient à peine. Mais en 2002, il participe aux OPEX en ravitaillant en vol les SEM qui bombardent les talibans.
    – « Reprenons : le F-35 est opérationnel depuis 5 ans. Et il a connu l’épreuve du feu au décours de sa vie opérationnel bien avant le Rafale. » ben non, on l’a vu plus haut….
    – « Alis a entamé initialement la disponibilité les premières années, le reproche qui était fait ensuite était surtout son surcout en mains d’œuvre. » Non, ALIS ne fonctionnait pas, compliquait la maintenance, l’auto-diagnostique était défectueux, l’approvisionnement en pièce defficient….et coutait aussi très cher ! http://www.opex360.com/2020/01/18/lockheed-martin-arrete-les-frais-avec-alis-le-logiciel-necessaire-a-la-maintenance-de-lavion-f-35/
    – « Tant que la menace des SAM ne sera pas traité les Rafale et autre avions d’ancienne génération ne pourront que rester à distance ». Ah bon, quels ont été les premiers avions à survoler la Lybie durant « Hartman » ? A-t-on pu bombarder la Syrie avec des SCALP ?
    – « Pendant ce temps les F-35 pourront même faire de la supériorité aérienne avec les F-22 dans l’éspace aérien contesté… » Bien sûr, d’ailleurs les US s’apercevant désormais qu’ils manquent de F-22 commandent des F-15X, la Navy compte sur ses F/A 18 E/F, les anglais et italiens sur le Typhoon, les Israéliens et Japonais sur leurs bon vieux F-15. Bref, tous les pays les plus à même de rentrer dans un conflit les premiers comptent sur un autre avion pour protéger leurs F-35, et seuls ceux qui ne peuvent s’offrir qu’un seul type d’avion en quantité limitée (Belgique, Pays-bas, Danemark, etc.) l’utiliseront pour ça, faute d’autre chose.
    – « Puisque vous doutez de l’utilisation de la SBD par le F-35 en SEAD/DEAD lisez l’article suivant: » Où avez-vous vu que j’ai dit ça ???? J’ai juste naïvement pensé à un moment qu’il y avait un soupçon d’intelligence dans votre analyse, et que vous compariez des bombes guidées ayant la masse d’explosif (450 kg) comparables…. Mais, non, comme expliqué ci-dessous…
    – « Le F-35 peut traiter des cible avec ses 8 SBD2 en restant à distance de sécurité que ce soit pour du SEAD du DEAD ou du CAS. De plus ces munitions sont autonomes et peuvent être tirés en groupe et en Tir et oublis sur des coordonnées approximatives » oui, il peut larguer des bombes contenant 20 kg d’explosif à 100 km de leurs cibles. Avec ses SCALP, le Rafale tirera des bombes contenant plus de 400 kg d’explosif, à près de 500 km de leurs cible, et avec une très grande précisions….et il l’a déjà démontré en Syrie ! Mais comme cette comparaison vous embête, vous tombez volontairement dans le panneau des BAT-120 GL en concentrant vos critiques dessus.
    – « Le furtif peut lâcher des bombes planantes sans être engagé. Le non furtif se fait abattre. » Le Rafale non furtif selon vos critères n’a pas été détecté par les radars Syriens….et on sait qu’un avion furtif peut être abattu !
    Bon, j’m’arrête là car si je dois continuer à relever les autres bêtises. Ce qui est intéressant quand on lit tous les commentaires, c’est que vous ne convainquez personnes, vous démontrez que vous arguments reposent sur des mensonges, déformations, etc., et pire vous nous faites apporter des arguments mettant en avant des défauts du F-35.
    Continuez, vous oeuvrez à votre propre tort, sans même vous en rendre compte….

    • cricetus dit :

      Extraordinaire :
      Donc vous avouez là que le Rafale entre en service en 2001 mais est incapable de lancer une bombe avant 2008…
      Qu’est ce qu’on aurait pas entendu si cella avait été le F-35… Et c’est moi que vous taxez de mauvaise foi ! Et de quel autres déficiences capacitaires on n’a pas parlé à cette époque, je me le demande…. Vous croyez que nous on aurait eut les couilles de lister ces déficiences comme le font les américains ?
      Le F-35 est entré en service en 2015 et effectivement il n’est pas pleinement opérationnel aujourd‘hui mais il n’a pas a rougir de la comparaison. Au moins lui il lançait des bombes au combat …
      Concernant les munitions : Le sujet de l’article de la Rand c’est une guerre contre la Russie avec pour sujet principal le SEAD/DEAD. Regardez bien sur une carte : les pays baltes sont coincés entre Kalingrade et Saint Pétersbourg…
      Bien sûr que vous pouvez commencer avec des missiles de croisières, au nombre limités (quelque centaines), contre les installations fixes…. Mais ensuite ? Il y a tout un réseau de moyen mobile (Radars mobiles, TEL) . Et là il va bien falloir les débusquer (ce que ne fera pas un appareil à 500km de la cible) et les détruire avant qu’ils ne se déplacent (ce que ne fera pas un Scalp).
      C’est là qu’entre en scène les appareils spécialisé dans le SEAD/DEAD.
      Si le vecteur est furtif la bombe planante devient alors l’arme de choix. La petite charge de la SBD est bien suffisante pour détruire n’importe quel véhicule même blindé… (accessoirement elle sont assez puissante pour percer les abris blindés des base aériennes), et le temps de vol est court et l’engins optimisé chasser le mobile.
      La SBD est pour le F-35 l’arme de choix pour la chasse au SAM…
      Nous on a ….eux… le Scalp.
      « Le Rafale non furtif selon vos critères n’a pas été détecté par les radars Syriens »
      Bien sûr… à quelle distance ? comment le savez-vous ?
      J’espère que vous êtes conscient que cherchez des noises a la Russie en Baltique ça pourrait être légèrement plus délicat que survoler l’Est de la Syrie (avec peut-être même la bénédiction de la même Russies car je vous rappellerais que tout le monde a fait le nécessaire pour éviter les morts pendant ces quelques escarmouches).

      • Lejys dit :

        Ce qui est extraordinaire, c’est votre volonté de ne pas comprendre ce qui n’arrange pas vos certitudes ! Pour quelqu’un qui donne des leçons de morales sur la connaissance de l’aéronautique militaire, vous faites preuve de sacrés lacunes !
        Comme tenter d’éduquer les idiots est une noble tâche, je m’y attaque, et réexplique donc l’historique de la mise en service du Rafale. Ce dernier devait sortir dans les années 96, mais pour des raisons financières l’état a souhaité repousser ses commandes. Or, la marine qui sortait – enfin – du service les vénérables Crusaders se trouvait avion de défense aérienne pour défendre son ton nouveau porte-avion. Il a donc été décidé de commander 10 rafales dans une version moins développée (et donc moins couteuse), le standard F1, et de repousser de quelques années les autres standard. Donc la Rafale F1 est commandé pour être livré en 2001. Il est bien livré en 2001 et démontre quelques mois plus tard qu’il répond aux attentes de son standard. Le standard F2 (version B,C et M) est commandé pour une mise en service opérationnelle en 2008, il est livré dans les temps et démontre encore qu’il répond aux attentes.
        Donc pour reprendre – les imbéciles ayant besoins qu’on leur répète plusieurs fois la même chose pour espérer comprendre – le standard F1 commandé pour être livré et opérationnel en 2001 : c’est fait et démontré. Le standard F2 commandé pour être livré et opérationnel en 2008 : c’est fait et démontré. C’est bon, vous bien comprendre çà??
        Allez, pour être objectif, Dassault n’a pas eu trop de mérite à validé son standard F2 après celui du F1, le système d’arme du F2 étant largement issu des M2000-9 déjà en service. Et si on compare avec le F-35 et toutes ses promesses….faut-il vraiment en reparler et tirer sur l’ambulance?
        Bon, sinon pour reprendre la longue liste de vos autres stupidités : « Vous croyez que nous on aurait eut les couilles de lister ces déficiences comme le font les américains ? » Ah, on ne l’a pas fait pour le A400M, le NH90, le M51, etc? Vous être donc si mal informé que celà? « La petite charge de la SBD est bien suffisante pour détruire n’importe quel véhicule même blindé… » La précision annoncée étant de 5 à 8 m, rien n’est moins sur ! « La SBD est pour le F-35 l’arme de choix pour la chasse au SAM… » pourquoi pas, mais heureusement il n’y aura pas que le F-35 pour ça, vu les difficultés qu’il y aura pour le mettre en service, imaginez en cas de risque d’orages ! « Nous on a ….eux… le Scalp. » Non, pas que, les AASM pour ça, d’une porté certes moindre, mais terriblement plus destructrices, sachant que le Rafale dispose d’une furtivité passive  » Bien sûr… à quelle distance ? comment le savez-vous ? » Vous êtes décidément mal informés….ça en devient gênant quelqu’un d’autre peut aussi l’aider????
        Allez, continuez encore à vous ridiculiser, vous exceller dans ce domaine !

      • Royal Marine dit :

        @Cretinus
        D’abord, pendant la mission Hamilton, les Russes disent (que contrairement au Typhoon) les Rafales, de même que les Scalp et les MDCN, n’ont pas été détectés… Ce sont les Russes qui le déclarent le lendemain…
        D’autre part, lorsqu’en 2001 le Rafale F 1 rentre en fonction à bord du Charles de Gaulle, celui-ci n’est qualifié qu’en air-air, car voué à remplacer immédiatement les Crusader, hors d’âge et de potentiel… D’ailleurs, pendant un exercice avec les saoudiens en Mer Rouge, il foutra la pâtée à leur F 15…
        Rappelons que Miteux avait refusé que l’Aéro achète un avion intérimaire (F 18 canadien d’occasion) pour remplacer le Crusader en attendant le Rafale…
        Déjà, le Rafale dans sa version F 1 étonnent tous les pilotes qui le côtoient au cours d’entraînements, y compris les américains, britanniques et australiens… Ces F 1 seront mis sous cocon à l’arrivé du F 2 en flottille, puis rétrofités en version F 3 bien plus tard.
        Ensuite, et si le Scalp ne vous convient pas, le Rafale peut-être équipé de A2SM ou bombe autopropulsée qui lui permet de tirer des munitions à distance de sécurité contre des objectifs très protégés…
        Le Rafale a prouvé qu’il était tout à fait apte au SEAD/DEAD Libye/Syrie en plusieurs occasions, sans avoir besoin d’être accompagné par des Growlers… Pourquoi? Parce que contrairement aux américains qui essaient de brouiller tout le spectre de fréquences sur une large zone, en camouflant dans le bruit ambiant son échelon d’attaque, ce qui ne fonctionne pas toujours, les Français ont toujours choisi d’équiper de contre-mesures actives leurs avions d’attaque individuellement… C’était déjà le cas des Jaguar français. Ce qui fait qu’au début de la campagne aérienne contre l’Irak, les Américains, qui ne le voyait pas, refusaient de faire entrer en ligne le Jaguar… puis l’ont utilisé pour chasser les rampes de Scud…
        Le F 35 serait sorti en 2005, il aurait pu créer la différence sur le champ de bataille… Mais aujourd’hui, sa technologie furtive est déjà dépassée… Et ce sont les contre mesures actives du Rafale, qui sont up to date, car facilement upgradables… Moralité, la Dinde, qui ne vole toujours pas de façon satisfaisante (subsonique uniquement, problème d’oxygène récurant, maintenance lourde à chaque vol, disponibilité proche de 0, …) voir les tests en Suisse et Finlande, n’est plus « invisible », là ou le Rafale l’est de plus en plus…

  25. vrai_chasseur dit :

    Pour mémoire, l’interopérabilité US/FR actuelle c’est aussi tous les PA américains qui peuvent catapulter et faire apponter les Rafale Marine français, et le CDG qui peut catapulter et faire apponter tous les types d’avions embarqués US.

  26. wagdoox dit :

    La marine a toujours eu un tropisme pro US mais c’est pas non plus délirant, ca renforcera la durabilité de la piste (on a dû la retaper plus tot que prévu sur CDG). Par contre je ne comprends pas pourquoi faire ca sur PANG, les mistrals me paraissent bien plus indiquer. un renforcement structurel permettrait aussi d’imaginer des hélico lourds (et pas qu’en spot 1)

    • vrai_chasseur dit :

      @wagdoox
      L’un n’empêche pas l’autre. Le USS Wasp des Marines en est un exemple.
      Concrètement, il ‘suffit’ de renforcer la surface du pont d’envol avec du TH604 de chez Thermion, une ‘peinture’ à base de céramique – chose qu’on peut faire sur n’importe quel plot de pont d’envol supportant structurellement le poids d’un F35, y compris à l’extrême sur un navire civil disposant d’une plateforme-.
      Simplement, un PA a des structures de pont et des soutes mieux adaptées pour gérer des avions de chasse qu’un classe Mistral.
      Quant à la ‘dépendance’ soulevée par certains, il faut savoir que les catapultes des PA français ont toutes été importées : que ce soient les BS4 Mitchell-Brown des Foch et Clem hier, les C13/3 du CDG aujourd’hui, et demain les EMALS + AAG de chez General Atomics. Et surtout, tous les pilotes de l’aéronavale française sont formés et qualifiés par l’US Navy. Depuis plus de 50 ans ça n’a jamais posé le moindre problème on ne voit pas très bien pourquoi ça en poserait tout d’un coup.

  27. avoir des pièces européennes disponibles s’ il manque une pièce sur un véhicule en conflit sa deviendra vite problématique(vbci) ou si un constructeur ne peut pas fournir de véhicules de l’armée sera fera sanctionner devra a ses frais les remplacer sans usine on fera comme les pays tiers des piques-hops tout simplement fabriquer en nombre suffisant par un constructeur français ou européens pour les trois armées.

  28. Loufi dit :

    Qu’on m’explique en quoi c’est compliqué de mettre des moteurs électriques le long d’un rail… Toutes les technologies amexistent déjà, il n’y a qu’à les assembler, pas besoin de réinventer l’eau chaude…

  29. Félix GARCIA dit :

    J’vous aime tous ! ( même vous fabrice et Thaurac ! 😉 )

    ASSURANCE VIE : Derniers jours pour agir (Noël sera chaud)
    https://www.youtube.com/watch?v=sn8HDrxAFvI&feature=emb_logo

    Cordialement,
    Félix GARCIA

  30. Max dit :

    La question d’interopérabilité avec les britanniques est difficile avec leur F-35 B. J’ai du mal a imaginer un PA-NG avec un tremplin et des catapultes ELMAS !

  31. Bob dit :

    Super idée de vouloir une interopérabilité avec les marines européennes et de l’Oncle Sam car s’il faut sauver les mafiosi grecs contre les turcs ou aller en Libye, un PA avec une réserve possible d’avion est très importante. Mais contre le Tsarat de la poutine, un PA d’entrée en premier est un cible pour de choix pour les missiles hypersoniques russes, 70 000 tonnes de ferrailles avec des réacteurs nucléaires au fond de l’eau serait inutile pour la France. De même contre le PCC dans l’Océan Indien, l’Inde semble revenir sur l’idée d’acquérir de nouveau PA. On va encore poutrer des dromadaires avec des engins qui au total côutent des milliards. C’est moche.
    On peut juste espérer que les russes se couchent comme ils le font pour leurs fidèles alliés arméniens. Car en Syrie, à part quelques escarmouches cela ne bougent pas depuis mars et en Libye rien de neuf depuis la défaite des russes (aidés par les frenchys). Car notre nouveau PA va devenir une cible de choix en 2030, encore plus que maintenant, mais les incompétents de naval group qui ont laissé la Perle prendre feu et qui ne vont payer que la moitié des frais de réparation (par leur assureur au passage) vont s’engrosser. Funeste PA mais la grandeur de la France n’a pas de prix que pour les actionnaires de NG et des officiers qui acceptent leur pratique.

    • Pravda dit :

      Quel désastre ce couvre-feu, le café du commerce est fermé, obligé de venir pleurer sur les forums. Essayez Sputnik la prochaine fois.

  32. Barfly dit :

    Les PA américains accueillent bien des Rafales, le fait de pouvoir accueillir des F35 B ne me semble pas incohérent, surtout que nos alliés européens (Italie, Angleterre, Espagne) vont bientôt être équipés de F35.

    • Royal Marine dit :

      On accueille sans problème le F 35 C de l’US NAVY… Pourquoi devrait-on faire de même pour la casserole F 35 B?

  33. Belzébuth dit :

    Des nouvelles de l’ex-CEMAA qui ne tarissait pas d’éloges sur le F35:
    https://gouvernement.lu/fr/actualites/toutes_actualites/communiques/2020/10-octobre/27-visite-lanata.html
    Le COVID-19 comme la crise turque ont montré les limites de la pensée politique actuelle:
    https://www.lefigaro.fr/vox/monde/face-a-erdogan-la-france-ne-peut-plus-compter-sur-l-otan-ni-sur-l-allemagne-20200915

  34. Vinz dit :

    Pas de raison que notre marine se prive de l’éléphant blanc. On sait plus quoi faire du pognon. La vanité chez nos chefs marins ça déplace facilement autant que les 11 PA US.

    • waterBoy dit :

      On parle d’un député là. Pas des chefs de la Marine Nationale.
      Merci de ne pas se tromper de cible.

  35. Patosh dit :

    Les Americains pensent surement aux Rafales quand ils font le design de leur PA

    • GHOST dit :

      Pourquoi se donnent-ils la peine d´entrainer les pilotes de la navale de France ?

    • Qui ça ? dit :

      Le Rafale est le seul avion au monde de conception non-américaine à avoir été conçu pour être compatible avec les portes-avions US.
      N’oublions pas que dans les années 80, la Marine nationale avait une nette préférence pour s’équiper de F/A-18 Hornet pour l’aéronavale. Il a fallut tout l’entregent de Serge Dassault pour que le gouvernement retienne le Rafale M au lieu du F/A-18 Hornet.

      • Royal Marine dit :

        Mais non! La Marine voulait acheter des F 18 d’occasion pour combler le trou capacitaire des Crusader pendant 6 ans…
        Et ce n’est pas Serge Dassault qui s’y est opposé, mais ce c.n de Miteux…
        La Marine avait déjà payé une bonne partie des études du Rafale à ce moment là… Certainement pas pour en faire cadeau à l’Armée de l’Air!

  36. Clavier dit :

    Vu le nombre d’Opex en territoires lointains que mènent les nations européennes à nos côtés, il est évident qu’on doit surblinder tous nos ponts !
    Jamais les deux éléphants blancs de la Royal Navy ne suffiront à assurer seuls la logistique de la clientèle européenne de LM…!
    Et puis surtout arrêter toute recherche sur la propulsion électromagnétique pour la laisser à nos bons amis américains…
    Chacun son domaine, nous c’est le luxe et la fanfreluche…..!

  37. Jean Ker dit :

    C’est bien les cerveaux fonctionnent à pleins tubes.
    Pour moi il n’y a aucun doute que d’ici 2040 les EU ne seront plus un allié !
    Nous devrions réfléchir à nous émanciper de l’US Army et à développer des stratégies pour nous protéger d’eux, pas à dépenser du fric pour respecter leurs normes et les accueillir eux et leurs zincs pourris sur le plus souverain de nos bâtiments !!
    Décidément en macronie on aime penser à l’envers du cours de l’histoire!

    Et les catapultes et brins d’arrêts du Ford ne sont PAS un modèle à recopier:
    wiki: « De nombreux problèmes sont apparus lors de la construction du Gerald R. Ford, comme au niveau des catapultes électromagnétiques (Electromagnetic Aircraft Launch System) devant remplacer les anciennes catapultes à vapeur. Un rapport indique notamment que 201 échecs sur 1 967 lancements ont été observés7. Le système radar ainsi que les filets d’appontage posent également des problèmes et font s’accumuler les retards de livraison »

    Mais allons-y: sautons à pieds joints dans le n’importe quoi, la dépendance et la soumission: ça c’est de la Strat de long terme. Yeeehaaa! et vive la subversion!

  38. Qui ça dit :

    Selon le site Meta-Défense, la Grèce songe acquérir 20 F-35A, dont les 6 initialement construits pour la Turquie !
    Si cela s’avère vrai, la Grèce serait le premier pays au monde à mêler des Rafales et des F-35; le Qatar n’ayant pas encore pour le moment commander des F-35 …

  39. Carin dit :

    Tous les pays européens qui ont une marine assez conséquente (RU,Espagne,Italie…etc…), n’ont jamais fait en sorte que d’être compatible avec la marine Américaine… pas la française.
    Alors si quelqu’un pouvait m’expliquer pourquoi nous devrions engager des coûts supplémentaires (pont d’envol renforcé.. 300 mètres de long tout de même, plus jump sky comme ils disent, plus des réservations d’emplacements dans la soute pour l’entretient des avions, plus des emplacements réservés pour le stockage du matos spécifique et des pièces de rechanges, plus des zones vie pour les équipes de mecanos et les pilotes..etc…etc…) sans compter que dès qu’une telle équipe étrangère se trouvera à bord, le porte-avions n’ira plus ou l’on veut!!! Par exemple, si nous avions 2 F35 américains à bord du Charles.. vous croyez qu’il aurait pu se rendre en MEDOR face aux bateaux gris du turc en chef?
    Je vous donne la réponse: non… les Américains auraient refusés sous prétexte que nous ne devons pas mettre en danger leurs équipes!
    Les anglais idem (après avis des américains), et les autres pays d’Europe itou (après également avis des américains).
    De plus toutes ces « petites » modifications coûtent une blinde, et nulle part je n’ai lu une quelconque participation de ces pays…
    alors certains diront que c’est pour l’interopérabilité…. d’accord… mais nous sommes plus interopérable avec n’importe laquelle des 3 armes américaines (terre,air,mer) que n’importe lequel de ces pays.
    Les anglais avaient l’occasion de faire 2 PA Catobar… ils ont préféré faire 2 Stobar pour y poser des F35B parce qu’ils sont fabriquant de certaines pièces de cet avion OK, je comprends, ils ne fabriquent rien du F18 ou du rafale. Mais il n’empêche qu’ils ont fait un choix, tout comme les autres pays européens qui ont fait ou feront l’acquisition de F35B… faut assumer ses choix, et si ils n’ont qu’une place de second rang dans une formation OTAN, c’est parce qu’ils le valent bien!

  40. Cricetus dit :

    @RoyalMarine
    « Et celle-ci, bien que dotée à grand frais de l’avion le plus moderne et le meilleur du Monde, d’après vous, lui préfère le F 18 SH, sans qu’on sache pourquoi? Peut-être avez-vous une explication intelligente? »
    Explication intelligente: vous vendez du pipeau:
    L’USNavy a essayé de refuser les derniers lot du F/A-18 SH, c’est le congrès qui les lui a imposé pour sauver Boeing.
    https://www.defensenews.com/air/2020/06/01/at-a-budgetary-crossroads-the-us-navys-aviation-wing-must-choose-between-old-and-new/

    • Chef Chaudard dit :

      Pour les non anglophones. L’article (et celui dont vous avez donné le lien précédemment) dit effectivement que la Navy ne veut pas de F/A 18 SH et préfère garder le pognon pour un avion de 6ème génération, voire un drone, ou, au pire, une version très améliorée du F-35, transformé en F/A 35.

      Donc:
      – Le F/A 18, si on lit entre les lignes, n’a pas d’avenir, car de conception trop ancienne.
      – Autant prolonger ceux qu’ils possèdent déjà, plutôt que d’acheter du neuf qui coutera un bras et sera dépassé dans 10/20 ans
      – Le F-35 tel qu’il est n’est pas la solution pour remplir le « gap » entre F/A 18 SH et un futur avion de 6ème génération/drone,
      – au pire, un F/A-35, un F-35 lourdement modifié, pratiquement un nouvel avion dont on ne garderait que la désignation mais basé sur les technologies existantes, pourrait faire la transition.

      Une manière de dire que le F-35 ne peut remplacer le F/A-18 SH, et que celui-ci doit être remplacé au plus tôt par un appareil aux capacités supérieures.

      Autrement dit, vous et votre contradicteur avez tous les deux raison: des F/A-18 neufs ne sont pas la meilleure solution et le F-35 est trop limité pour les remplacer.

      • Cricetus dit :

        Nulle part il a été dit que le F-35C avait pour vocation de remplacer TOUT les chasseurs bombardiers de la Navy.
        Nombre commandés : 279
        Nombre total de chasseurs bombardiers: 550 environ

  41. Nike dit :

    Vu que le PANG sera livré pas avant 10 ou 15 ans, et vu qu’il devra rester en service au moins 40 ans, je trouve que c’est pas con de l’équiper pour recevoir un VTOL quelqu’il soit.
    Ne sait on jamais peut-être que la France sera amené à produire des VTOL dans le futur.

  42. waterBoy dit :

    La réflexion était bonne et là.. patatras, il montre qu’il n’a rien compris et qu’il dit des mots au hasard « Qui plus est, il faudrait aussi prévoir un espace dédié pour assurer la maintenance de ces appareils dans le cas où l’idée serait de pouvoir les mettre en oeuvre depuis le futur porte-avions de la Marine nationale. »

  43. Usaforceone dit :

    Toutes les petites frappes européennes need the American Dad. La France gagnera à être vassal des USA, comme tous les autres vassaux. Une petite histoire d’interopérabilité, ce n’est pas la mer à boire. Je plains le temps où les écrivains et les intellectuels français venaient se battre corps et âme pour la liberté. Ces Français là étaient de vrais mecs !