Le Japon lance le « Taigei », qui inaugure une nouvelle classe de sous-marins

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. Stoltenberg dit :

    Félicitations aux Japonais. Je crois que la France devrait également se doter d’une flotte de sous-marins D-E avec AIP.

    • Le Suren dit :

      Entièrement d’accord avec vous. En avoir six serait un minimum pour épauler les SNA. Dix serait le mieux ce qui porterait les effectifs à seize sous-marins pour notre pays.

      • NRJ dit :

        10 sous-marins AIP, 6 SNA, 5 SNLE, soit 21 en tout… On pourrait rajouter 5 GAN tant qu’on y est, 500 Rafales supplémentaires. C’est pas comme si on avait des chômeurs et un énorme déficit publique en France, n’est-ce pas ?

        • Stoltenberg dit :

          Le problème c’est que le temps coûte plus cher que l’argent. Il faut, certes, faire des économies considérables – je l’ai toujours dit, mais parmi toutes les dépenses publiques où l’on peut trouver de l’argent, il n’y a pas l’armée. Déjà si on en avait 6, cela augmenterait beaucoup nos capacités pour le prix d’un ou 2 SNA.

        • wagdoox dit :

          C’est vrai il ne faut surtout rien dépenser pour avoir encore plus de chômeur, décidément le fonctionnement du capitalisme vous échappe.

          • NRJ dit :

            @wagdoox
            Ça fait 10 ans qu’on a un déficit supérieur à 3% du PIB ? Vous trouvez que ça a fait réduire foncièrement le chômage vous ? Les allemands sont en excédent budgétaire, depuis 2012 et sont au plein emploi. Je vous laisse conclure….

            Quant à « rien dépenser », ce n’est pas du tout mon avis. Je suis pour la dépense… De ce qu’on a gagné. Typiquement les années fastes, comme celles qu’on a connu entre 2011 et 2019 inclus, il aurait fallu être en excédent budgétaire pour faire une réserve d’argent en cas de coup dur, par exemple pour une crise économique type 2008 ou… Une crise sanitaire comme le Coronavirus. Aujourd’hui on s’endette, c’est les générations suivantes qui en prendront plein la figure (c’est pas bien parti pour que notre effort de défense soit soutenable sur le long terme, surtout si on se retrouve en faillite comme la Grèce en 2010).

            Quel rapport avec le capitalisme ? Ça s’appelle la bonne gestion de l’État : avoir l’équilibre entre ce que l’État dépense et dépense. Vous ne gérez pas vos comptes chez vous ? J’admets que les comptes de l’Etat sont plus complexes (inflation à prendre en compte par exemple), mais le principe reste toujours le même. D’ailleurs cette bonne gestion ne s’applique pas seulement aux pays capitalistes : l’URSS était communiste et est tombée en faillite.

    • ULYSSE dit :

      Ils ne sont pas dotés d’un AIP mais de batteries au lithium.
      Les japonais ont exclu l’utilisation du nucléaire, ce n’est pas un choix technique mais un choix politique.

    • lolo dit :

      tout à fait une flotte de sous-marins classique notamment prépositionnée en dom-tom permettrait de surveiller nos ZEE. On dira ce que l’on voudrait mais nos soum et les navires n’ont pas de dons d’ubiquité . Parfois il faudrait juste prendre un peu moins de technologie mais 2x plus de nombre afin déjà de couvrir toute notre ZEE.

      • Stoltenberg dit :

        Je pense que cela serait trop coûteux d’établir des bases de sous-marins partout dans les DOM-TOM et de les approvisionner. Quelques BSAOM, éventuellement corvettes, devraient suffire pour ce genre de missions. Les sous-marins D-E pourraient surtout épauler notre force navale dans des zones qui se trouvent à proximité des bases de ravitaillement (en tout cas plus près que pour les SNA). Leur avantage c’est d’être moins cher tout en étant plus discret et aussi dangereux qu’un SNA.

      • John dit :

        Les ZEE ne sont pas menacées par d’autres nations… Donc les sous-marins sont inutiles.
        Ce sont des avions de patrouilles, des moyens de surveillance, des moyens d’intervention qui sont nécessaires…

  2. Sempre en Davant dit :

    Taigei [qui signifie « grosse baleine »] : En plus les sous mariniers Nippons vont devoir se méfier des harpons explosifs des chercheurs! Du suchi pour le recrutement de leur sous marinade?

  3. Nike dit :

    Plusieurs remarques:
    – Batterie lithium dans un sous-marin… Ils ont intérêt à avoir un système de surveillance des batteries au point, parce que si ça part en live avec des batteries lithium le navire est perdu.
    – La quantité de sous-marins prévu en dit long sur les tensions en Asie. Si on veut conserver à long terme la nouvelle Calédonie et/ou la Polynésie il va falloir investir.
    – La déco pour le lancement de ce navire est nulle.

    • Thaurac dit :

      Pour la Nouvelle Calédonie, tant que les referendums seront contre l’autonomie, la France fera revoter !!!

      • ULYSSE dit :

        @thaurac. Ben non, la règle des deux référendums, en cas de vote négatif, et un troisième en option (si vote favorable du congrès) est fixée par les accords de Noumea. En l’espèce il s’agit d’un vote pour ou contre l’indépendance.

      • Billou dit :

        Ne dites pas n importe quoi.
        Les accords dits « rocard » avaient prévu jusqu’a 3 votes.
        En reste donc un…

      • LEONARD dit :

        Les indépendantistes demanderont de nouveaux référendums jusqu’à ce qu’ils gagnent.
        Ce ne sera pas le cas de la France si le scrutin acte de l’indépendance.
        C’est dommage, il y avait plus d’intérêt de conserver la Nouvelle Calédonie que les Antilles.

      • Czar dit :

        Non y a un dernier référendum de prévu et l’on n’ira pas au-delà.

        j’ai l’impression que l’idée commence à se dessiner d’en sortir en partitionnant l’île puisque les deux blocs vont perdurer, que la majorité restera loyaliste et que les canaques ne renonceront pas à leur gri-gri de l’indépendance

        On garde la province sud et ils font leur wakanda tranquille au nord juste s’assurer qu’ils ne pourront en aucun cas s’installer au sud ou quémander la nationalité française comme les premiers comoriens venus.

      • jo dit :

        Vous êtes complétement hors sujet!!! ca n’a rien a voir avec les sous marins japonais!!!

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Vous êtes complétement hors sujet!!! ca n’a rien a voir avec les sous marins japonais!!! » Ne vous inquiétez pas « nescafé » est toujours hors sujet. Sa diarrhée intellectuelle sur le référendum néo-calédonien il nous la sort à chaque fois.

      • Pravda dit :

        C’est peut-être que l’intérêt de garder ce caillou dans l’océan diminue par rapport aux contraintes, et donc une façon « élégante » de se retirer en bon terme.

    • philbeau dit :

      Je serais moins sévère que vous pour la déco ; mais le nom , ça manque un peu de classe …

    • NRJ dit :

      @Nike
      On maîtrise aujourd’hui assez bien les batteries au lithium. Ça ne devrait pas poser de problème pour les japonais.

  4. Frédéric dit :

    Notons que le Japon remplacé ses sous-marins tout les vingt ans et en aligner 18, pour arriver a 22, c’est leur durée de vie qui est simplement augmenter a 22 ou 24 ans.

  5. Fralipolipi dit :

    11 + 12 + 3 = 26 sous-marins pour le Japon (à moins que les classes Oyashio, qui ont à peine plus de 20 ans, ne soient mis en retraite au fil de l’arrivée des sous-marin de nouvelle classe Taigei ?).
    C’est plutôt pas mal pour un pays doté d’une marine dite « d’auto-défense » !
    .
    et ceci renforce le sentiment que nous Français – avec nos missions internationales en continu et notre 2nde plus grande ZEE au monde – soyons bien « légers » avec une dotation de seulement 6 SNA (je ne compte pas nos 4 SNLE qui ne sont voués à aucune mission autre que de dissuasion nucléaire).
    .
    Au moment où le Perle fait défaut, et lorsque son incendie prouve que conserver un format à strict minima (de 6 SNA) est « extrêmement dangereux » pour un type d’armement – si stratégique – qui demande des années et des années à être fabriqué et rendu opérationnel,
    ne serait-il pas plus sûr de commander dès à présent un 7ème SNA Barracuda !?!
    .
    … après Suffren, Dugauy-Trouin, Tourville et de Grasse, et aux côtés des Rubis et Casabianca, ce ne sont pas les noms de fameux marins qui manquent dans notre histoire !
    3 SNA Barracuda ont déjà été mis sur cale … il s’agirait donc de ne pas trop trainer à se décider si l’on souhaite encore pouvoir bénéficier des vertueux effets de série !

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Fralipolipi,

      Dans les 11 Oyashio, vous pouvez retirer les 2 qui servent à la formation. Ce qui n’en fait plus que 9 en ligne. Donc, le Taigei sera bien le 22e 😉

    • breguet dit :

      C’est plutôt pas mal pour un pays doté d’une marine dite « d’auto-défense » ! Et oui, c’est la Chine en face…Ceci explique cela…

    • LEONARD dit :

      Les Oyashio iront en réserve au fur et à mesure, malgré leur jeunesse. Au Japon aussi, il y a des difficultés de recrutement/motivation/conservation des équipages.

  6. killingjoke dit :

    Bonjour,
    ce n’est pas une nouvelle classe mais la première unité du Batch III de la classe Soryu.
    La nouvelle classe est en cours de définition

  7. Paddybus dit :

    La lecture d’un tel article pose des questions au béotien que je suis…. la France a des sous-marins de dissuasion, des sous-marins d’attaque, qui sont je crois plutôt des outils de guerre navale…. mais aucun matériels de surveillance et de protection sous marins…. alors que notre domaine maritime est trés étendu…. Pourquoi un tel manque…???

    • Billou dit :

      Du materiel de protection de sous marin ?
      C est à dire ? Un navire qui le suit pour cramer sa position ?
      Sinon pour la derniere question, la reponse est facile pourtant.

      • Paddybus dit :

        Relisez ce que j’ai écrit…: « du matériel de protection sous marin »…… je n’ai pas mi « de » car nous avons du matériel de protection de surface…. les nippons semblent utiliser des sous-marins…. pas nous, pourquoi…???

    • Thierry dit :

      Pourquoi ? mais parce que Macron fait des économies là ou il ne faudrait pas (on l’a vu avec les masques et test de dépistage pour l’hôpital, ces derniers sont d’ailleurs toujours en pénurie).

      mais revenons à nos moutons, pour faire un réseau de détection il n’y a, à l’heure actuelle rien de mieux que des drones sous marins :

      https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-futur-drone-sous-marin-de-lus-navy-ressemble-a-une-raie-manta-1366697

      dans ce domaine la France se limite à utiliser ces drones contre les mines :

      https://www.ouest-france.fr/mer/brest-essais-d-un-drone-sous-marin-avec-thales-6872456

      un choix budgétaire assurément.

      • Hermes dit :

        Ah ! Le fameux « c’est la faute de Macron ».
        .
        Eh oui, comme on l’a tous vue, il a décimé 50% des effectifs des armées, et du bugdet dès la prise de son mandat.
        .
        Ah… on me dit que le budget des armées augmente, et qu’en dehors de l’incendie du perle, le nombre de sous marin n’a pas diminué.
        .
        Du coup, il est fautif de quoi le mec ?
        Ceux qui accusent aussi facilement sont assez lamentable quand même.

  8. Thierry dit :

    les sous marins restent au même titre que les porte avions les navires les plus important de toute flotille digne de ce nom.

    Un sous marin silencieux qui ne bouge pas, en embuscade dans un endroit propice est totalement indétectable jusqu’au tir de ses premières torpilles ou missile, ce qui en fait un adversaire redoutable.

    Pendant ce temps les chinois continuent de construire davantage de porte avions pour leur suprématie navale, il est bien que le japon contribue à contre balancer cette force.

    • vno dit :

      Le principe d’un SNA, c’est justement de bouger vite pour contourner les menaces jusqu’à l’objectif et ne pas rester ou se mettre à portée de détection ! Impossible avec un AIP.

      • Thierry dit :

        je ne faisais pas allusion à l’AIP mais la bathythermie, ces couches d’eau de température et de salinité ayant une densité différentes qui dévient les ondes des sonars actif, créant de fait des zones d’ombre dans la détection, créant une cuvette sous marine, un lieu propice pour se dissimuler à toute détection, le relief sous marin joue aussi un rôle important.

        Un capitaine expérimenté connaissant bien la géographie sous marine et ayant l’expérience de ces couches d’eau vaut plus que son sous marin dans sa capacité à réussir ou échouer une attaque surprise.

        • breguet dit :

          La bathythermie fonctionne dans les 2 sens et si elle est défavorable aux sonar , elle l’est aussi pour le sub…C’est justement ça le jeu du chat et de la souris ( j’ai donné 23 ans…)…C’est pas aussi simple que vous le dites, croyez moi…Le seul avantage du sub c’est sa connaissance très précise du milieu dans le lequel il se déplace mais les patmars et les bâtiments de surface ont ce qu’il faut aussi..

          • breguet dit :

            Un commandant de sub expérimenté c’est bien mais il lui faut aussi des opérateurs expérimentés…

  9. Canardihno dit :

    S’agit-il d’un sousmarin Kamikaze ?
    TORA TORA TORA une fuite à tribord !

  10. Bob dit :

    Ces sous-marins sont relativement petits et peu armés face à l’armada du PCC. La flotte de la MAPL est plus lourde que celles des US et de tous ses alliés dans l’Indo-Pacifique excepté pour les SM. Les SM nippons sont-ils silencieux à ce point? Cela reste à vérifier mais sans missiles autres que des harpoons, ces SM sont déjà trop faibles surtout sans une composante à propulsion nuke pour couvrir l’immensité de l’Indo-Pacifique. En d’autres termes, ces petits SM ne serviront surtout qu’à protéger l’archipel alors que le budget nippon de la défense ne représente que 1%. Ils peuvent et savent mieux faire mais ils préfèrent la génuflexion devant le prince rouge Xi. Sans les US, le Japon serait déjà comme Hong-Kong. Je rapelle aussi que les nippons ont des différents majeurs et hostiles avec la Corée du Sud au passage.

    • Vinz dit :

      « ces petits SM ne serviront surtout qu’à protéger l’archipel »

      Thanks captain Obvious ; ce ne sera évidemment pas pour protéger l’archipel des Papous. Curieux aussi cette manie de faire des trucs adaptés aux besoins.

      • ULYSSE dit :

        @Vinz. Excellent ! J’ajoute pour tenter malgré tout de sortir BOB de sa confusion , que les SM japonais sont réputés très silencieux….et plongent particulièrement profond.

    • breguet dit :

      Ne pas oublier que les soums servent aussi à désigner des objectifs (pistage discret puis coopération avec d’autres vecteurs..) L’histoire a montré qu’il ne faut pas sous-estimer les Japs…Si pression insupportable de la Chine, il est fort probable que les nippons travaillerons main dans la main avec la Corée du sud…

    • Pascal (l'autre) dit :

      « ils préfèrent la génuflexion devant le prince rouge Xi. Sans les US, le Japon serait déjà comme Hong-Kong. » Mais oui! Allez donc parler avec un Japonais de la Chine et des Chinois, vous allez être ébahi de l’amour, du respect que les Nippons portent à leur « grand voisin »! Ce qui émane à chaque de vos (beaucoup trop nombreuses) interventions c’est ce tropisme envers ces grandes « démocratie » et leurs leaders.
      Dans votre chambre vous avez du épingler les posters de Recep, Vladimir et Xi !

      • Vivo dit :

        Oh vous savez. lorsqu’on agite devant n’importe qui, le dieu « Argent », il y a toujours un sentiment d’amour et de respect qui se produit. En gros les Nippons ont besoin des Chinois et vice versa et c’est valable pour tous tous les pays.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Oh vous savez. lorsqu’on agite devant n’importe qui, le dieu « Argent », il y a toujours un sentiment d’amour et de respect qui se produit.  »
          Les Américains (vous savez, ces gros cons à vos yeux) ont quand même dit une vérité qui se vérifie un peu partout même chez vos « potes » chinois à savoir que l’amitié est une chose, les affaires en sont une autre!

  11. bluesmartini dit :

    Je suis étonné par le nombre de sous mariniers. 70 membres d’équipage pour un navire de 3000T, alors qu’un Suffren ou un Attack nécessite 60 personnes pour 4500T. J’avais l’idée préconçue que les Japonais étaient les rois de l’automatisation. Cela serait il la marque d’une moins bonne maîtrise de la technologie?

  12. Prof de physique dit :

    Classe Scorpène
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Classe_Scorp%C3%A8ne
    Longueur 60 à 76 m
    Déplacement 1 650 à 1 870 t (surface) 2 000 t (plongée)
    Les sous-marins diesel électrique ont aussi leurs avantages. En plongée, un sous-marin nucléaire, même à vitesse nulle doit toujours avoir des pompes de refroidissement du cœur nucléaire en fonctionnement. Source de vibrations faibles mais non nulles. Il doit aussi toujours émettre de la chaleur pour refroidir cette centrale nucléaire embarquée. Un sous-marin qui fonctionne sur des batteries d’accumulateurs n’a pas ces soucis. Une centrale nucléaire civile a TOUJOURS des émissions, faibles, mais mesurables de radio-éléments, dont par exemple , le césium et le tritium. Simplement ces émissions sont contenues dans des limites dites acceptables, comparables ou inférieure à la radio-activité naturelle, du moins si la centrale n’est pas gérée à la cosaque…
    Qu’en est-il des rejets de la centrale nucléaire embarquée d’un sous-marin nucléaire ? Est-ce que cela ne peut être une trace de son passage ?
    Encore une fois, un sous-marin diesel-électrique, ou pile à combustible-batteries d’accumulateurs, n’a pas ces problèmes.
    Donc oui, des sous-marins classiques seraient un bon complément à nos 6 (souhaités) SNA.

    Nous exportons des Scorpènes. Il serait quand même plus crédible d’en avoir nous aussi, un peu comme un cuisinier qui a le devoir de manger lui aussi ce qu’il sert à ses clients, ou un gestionnaire d’HLM d’y habiter de même.

    Il y a 3 versions, en tailles croissantes, côtière , multi-mission, et océanique.
    Combien nous en faudrait il ?

    Méditerranée occidentale :
    2 côtier pour Toulon et ses alentours, un multi-mission disponible pour patrouiller, donc 2.

    Méditerranée orientale :
    un multi-mission disponible pour patrouiller, donc 2.

    Océan atlantique :
    2 côtier pour Brest et ses alentours, au moins 2 océaniques utilisables donc 4, peut être un sous-marin côtier en plus pour la mer du nord, peu profonde. Une unité pour la région Antilles-Guyanne (Kourou) serait elle une marque d’orgueil ?

    Pacifique :
    Il s’agit essentiellement de la Polynésie. On ne peut pas de manière réaliste compter sur l’expédition de forces de métropole en toutes circonstances.
    2 océaniques est un minimum. Peut être un ou deux côtier en plus.

    Nouvelle Calédonie :
    2 côtier, 2 autres unités, océanique ou multi-mission.

    Réunion, Mayotte, îles éparses… :
    2 unités océaniques, pour en avoir une en service en permanence.

    Ce qui nous donne :
    – 6 à 7 côtier ( compacte)
    – 6 multi-missions (basique)
    – 8 océaniques (2000)

    Donc 20 à 22 sous marins classiques.
    N.B. : On retrouve un nombre d’unités proche de celui des besoins en frégates.

    Les côtier peuvent aussi être des andrasta pour la défense des alentours de nos bases navales de Brest et Toulon.
    Plus petit, moins chers, et là aussi, il nous faut montrer que nous mangeons notre cuisine sans scrupules.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Classe_Andrasta

  13. ULYSSE dit :

    @Prof. Désolé mais votre énumération est surréaliste tant elle néglige, entre autres, deux facteurs contraignants, la complexité et le cout de la maintenance des sous marins (et de leur armement) qui nécessitent des infrastructures d’accueil dédiées et du personnel spécialisé (Il ne s’agit pas de patrouilleurs) d’une part , et les difficultés à recruter le personnel embarqué, d’autre part. je ne parle pas du cout de possession de 20 sous marins fussent-ils classiques.
    L’avantage du SNA est qu’il dispose d’une vitesse de déplacement élevée et d’une allonge, seulement limitée par les vivres à bord. Il peut donc en toute discrétion rejoindre les zones les plus éloignées de l’espace martime français, ou les zones à risque, sans avoir besoin d’ériger un peu partout des bases navales. Ce que ne peut pas faire un sous marin classique ou AIP.
    En revanche, il est vrai que la question des sous marins classiques pour la Méditerranéée et la façade Atlantique, notamment autour de Brest peut se poser. C’est une question d’optimisation des couts Mais l’avènement des drones sous marins, notamment des planeurs sous-marins, pour la surveillance de zones, ou le minage des ports, pourra résoudre sans doute, à moindre frais la quadrature du cercle.