Le 2e Régiment Étranger de Parachutistes innove pour améliorer la sécurité lors des sauts

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

24 contributions

  1. jyb dit :

    dans l’idéal un vent nul c’est bien. en revanche une approximation du gradient de l »air est aussi intéressante.

    • Ah Ca ! dit :

      @jyp
      Le commando pourrait lancer des minis ballons rempli d’hélium avec des cartouches types Co2 auquel on y attache un thermomètre couplé à un altimètre et le tout attaché à une bobine de 500 mètres de crin de pêche. Données enregistrées et partagées en Bluetooth une fois récupéré au sol… (enfouir le crin récupéré)

    • Norbert dit :

      Je pense comme vous. C’est pour cela que j’imagine le système miniaturisé afin de s’installer sur un TID.

  2. JOJO dit :

    il font quoi les autres régiment d’infanterie para, excepté le 1er R.P.I.M.A, c’est pas tous de porter le béret.

    • DanL dit :

      Ils appliquent ce principe… « Bien faire, et laisser braire »

    • Observateur amusé dit :

      @JOJO une bonne petite intervention à deux balles pour essayer de lancer la polémique …..

      • jojo dit :

        bien vue, quoique !!!!!!!!!!! oui oui ils mont et peut être encore fait réver les SAS de la 2GM aux bataillons d’Indochine , mais, ils ont gagné une guerre? pour le parachute trés trés peut, je préfere les ADD c’est autre chose on a plus de temps pour réagir un truc de mou.

    • BoitaR dit :

      Ils regardent de là haut l’étendue de votre inculture en matière parachutiste militaire.

    • Ours65 dit :

      Et toi tu faisais quoi…. Si tu nous donnais ton numéro de brevet chutops…………..et ton affectation………Dégonfle, tu vas exploser

  3. Commandoair40 . dit :

    @ JOJO

    Ils cultivent la « Prétention » .:frowning_face:

  4. Commandoair40 dit :

    @ JOJO .

    Ils cultivent la « Prétention »

  5. Anonyme dit :

    Pitié, pas encore une fantaisie du lobby para-légion-troupes de marines et de son tropisme africain…
    Une fois que les hommes sont largués, il ne faut pas que ce soit loin de l’objectif et en même temps qu’ils ne soient pas tirés comme à la foire.
    Il n’y a plus de spécialistes météo dans l’armée de l’air et de l’espace?

    Les troupes aéroportées n’ont aucun véhicule dédié et le programme Scorpion, qui consiste à remplacer le secteur médian, est un peu l’arbre qui cache la forêt non seulement dans ce domaine, mais également pour cacher nos trous capacitaires dans le domaine des blindés lourds, de l’artillerie sol-sol et sol-air et appuis, du franchissement et du génie ainsi que CME et ECMA, sans oublier les hélicoptères lourds et moyens de renseignement.

    À partir de là, on se demande en effet ce qui reste…

    D’autant que certain commence à reparler de haute intensité, on se demande avec quoi l’armée française, va bien pourvoir agir dans le futur et face au moindre conflit un peu plus sérieux que la chasse de quelques bandes d’irréguliers dans le désert.

    Une armée française de plus en plus transformée en armée de seconde zone, ou de seconde division.

    C’était déjà le cas en 1991 lors de la guerre du Golfe, où la faiblesse de nos moyens nous avait déjà confiné au rang d’armée de flanc-garde…

    Force est de constater que, trente ans après les choses ne se sont guère améliorée. en, vraie, réalité, passé le verni d’une fausse modernité à outrance, elles se sont considérablement détériorées : et continuent de se détériorer, malgré les milliards déversés.

    Une armée française (de la sixième puissance mondiale, soi disant), qui ne fait plus peur à grand monde.
    Utiliser des forces spéciales sur véhicules Toyota comme troupes de choc », ou quand la vraie réalité du décalage avec certaines réalités dans nos armées, engoncées, non seulement dans le « tout-roue » et du « faux léger », mais également perdues dans le tout technologique à outrance…

    Ce qui n’est par ailleurs nullement le rôle ni la fonction des forces spéciales… Force à caractère normalement stratégique, faut-il, encore, le rappeler!

    Ce rôle de « troupes de choc », c’est plutôt la fonction de troupes aéroportées, aujourd’hui inévitablement sous blindage minimal.

    Partant du constat que les troupes légères, qui sont plus spécifiquement destinées, en principe, à être aéroportées, et/ou à être transportées rapidement et en premier échelon sur un théâtre d’opération, une fois au sol, n’ont plus aucune mobilité, et que leur puissance de feu, et leur protection, sont extrêmement limitées pour répondre aux menaces d’aujourd’hui dans le cadre d’une armée dite moderne.

    Il est indéniable que nos troupes parachutistes, pour lesquelles on conserve néanmoins une très grosse brigade parachutiste, manquent singulièrement aujourd’hui d’un véhicule blindé léger de combat, adapté.

    Un véhicule léger, et blindé, qui leur fournirait néanmoins et à la fois, un niveau de protection décent, une puissance de feu raisonnable, et une mobilité certaine.

    Mobilité, permettant à ce type de troupe une liberté de mouvement et d’action moderne, devenues, plus encore aujourd’hui (comme un niveau de protection réel décent), essentielles dans tout conflit (une troupe non mobile sans véhicules n’a aujourd’hui quasiment aucune utilité).
    Ne serait-ce pour manœuvrer un minimum, et pour avoir une protection un peu conséquente…

    Ainsi, une autre grande innovation stratégique réelle serait de concevoir et de doter nos troupes légères, quelqu’elles soient et quelque soit leur spécialisation, aéroportée, amphibie, ou encore montagne, d’une nouvelle grande famille de blindés légers de combat.

    Mais une fois de plus nous en sommes actuellement bien loin, en matière de combat de haute intensité, où là presque tout manque aujourd’hui, qu’en matière de troupes de choc, modernes, réellement adaptées…

  6. Jyvaut58 dit :

    « C’est bien », avec un ennemi un peu équipé de contre-mesures électroniques, cela devrait lui permettre de le prévenir. Même si les commandos ne se font pas prendre, le signal radio, lui, va forcément alerter. Il ne restera plus qu’à activer un comité d’accueil anti-aérien.

  7. fgnico dit :

    pourquoi cette agressivité?

  8. Plusdepognon dit :

    Pour le moment, pouvoir faire sauter les parachutistes pour l’entraînement est déjà une problématique :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/09/25/mco-para-21474.html

  9. Frédéric dit :

    Des stations météo mobiles, cela existe depuis des décennies. On n’avait pas penser à cela avant ?

    • Norbert dit :

      Certes, le sujet concerne le parachutisme mais il me semble que votre commentaire est un peu trop « perché »!

  10. Aldo dit :

    Bravo au 2 REP, la question n’est pas là, mais on peut se demander ce que font les ingénieurs polytechniciens de la DGA .
    Imaginez un peu si dans la Marine Nationale un quartier maître trouvait un truc formidable pour faire avancer le bateau.

    • Rémi Mondine dit :

      Sauf erreur de ma part, c’est la politique officielle.
      La DGA developpe les projets demandés par l’état major,

      les unitées ont une capacité de développement autonome pour des points de détails auxquels les état majors ne pensent pas.
      La DGA fournit je crois un appui, mais il faut reconnaitre l’engagement des unitées. d’ou l’accent mis en com.

  11. galileo dit :

    Ici on utilise des stations Kestrel. Pourquoi réinventer la roue?

  12. daniel ROQUET dit :

    C’est bien la France qui jacte au plus donnerait des leçons avec un zéro pointé en matière d’armement: cela ne me surprend pas d’apprendre l’incurie de notre armée tant en chefs qu’en matériel. Heureusement que l’Allemagne est aujourd’hui semble t’il muselée sinon il serait en 15 mn à Paris……

  13. Paul Bismuth dit :

    Quand il y a des risques de pertes humaines, on envoie toujours la légion, rien n’a changé depuis Kolwezi et le temps des appelés:
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/03/au-mali-pas-de-demi-mesure-les-legionnaires-de-l-operation-barkhane-racontent-les-cinq-mois-de-leur-infernale-mission_6047991_3210.html