Face à la crise sanitaire, l’armée de Terre veut garder et faire revenir ses sous-officiers les plus expérimentés

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

44 contributions

  1. domfra dit :

    Ayant quitté le service, il y a juste deux ans pour rejoindre un grand groupe dans la maintenance. J imagine même pas redevenir adjudant. Actuellement, je gagne 1000 euro de plus par mois, j ai plein d d’avantage avec mon CE, les tickets resto, la prise en charge à 50% de la mutuelle, des vacances garanties et connues un an en avance….

    Bref aucun intérêt de redevenir un esclave mal payé et mal traité par le Min arm…

    L armée veut fidéliser, elle doit mieux payer ses cadres et revoir sa politique de mutation.

    • Même dit :

      CQFD ! C’est juste bon quand on est jeune et que l’on a la foi !

      Après, cela ne ressemble à rien d’attrayant…

      • Jonks dit :

        Présenté ainsi ,il n y aucun attrait a revenir dans le système. Si le personnel est si performant pourquoi l a t on laisser partir ? Car bien sûr ce personnel de qualité a réussi sa reconversion CQFD .

    • Jm dit :

      C’est marrant.
      Ça fait des années que je l’écris, et pourtant je suis AA donc.moins « verrouillé » drapeau que certains de l’AT.
      Vous pouvez dire, faire et écrire tout ce que vous voulez, si vous ne changez pas de mentalité, si vous restez dans vos concepts des années 8o et si vous payez toujours aussi mal, vous n’aurez…personne.
      Et ce n’est pas moi qui l’écris.
      Alors arrêtez de rester sur des errements des années 60, un politique des années 80 et de prendre les militaires placés sous vos ordres…Pour des cons.
      Faites revenir des gens que vous avez virés comme des malpropres sans même un remerciement ou a minima de la considération, quitte à ce qu’ils se retrouvent au chômage, et les rappeler, mais vous n’avez aucune honte.
      Et les pro drapeaux, honneur et partie, ça n’a rien à voir.
      Ces militaires y adheraient, y croyaient, et vous les avez trahis.

    • SOF dit :

      C’est une bonne d’être parti …..

    • SOF dit :

      C’est une bonne idée d’être parti …..

  2. Nicolas dit :

    Tout ceci ressemble à des mesures désespérées pour combler les trous.
    Si des sous-officiers expérimentés sont partis, c’est qu’ils avaient de très bonnes raisons, et surtout un projet derrière.
    Je me demande combien vont rempiler.

  3. dompal dit :

    « Pour les ex-militaires du rang et les sous-officiers sous contrat ayant retrouvé la vie civile depuis quatre ans maximum, il n’est pas question de « réintégration » mais de « réengagement », la loi ne prévoyant pas qu’ils puissent conserver leur ancienneté de grade et d’échelon. »
    Comment attraper des mouches avec du vinaigre ???
    Ben demandez à l’AT, elle a une recette miracle !!! 😉

  4. who? dit :

    juger l’expérience et la compétence par rapport au bs… c’est déjà l’actuel défaut et ils persistent..
    pas attractif du tout de toutes façons..

    commencer par sélectionner les réservistes selon le réel besoin et l’utilité et non pour faire du chiffre.

  5. jean la gaillarde dit :

    Durant 30 ans, les armées française ont mis en place une politique RH permettant de niveler la masse salariale en la contenant dans une fourchette toujours contrainte. Aujourd’hui, cette politique est en train de rendre son coté délétère, à savoir, une rupture capacitaire dans certains grade et, le plus grave étant que ce sont les grades de jonction entre la base et le sous-officiers supérieurs, qui ont fait les frais de cette politique. Il faudra minimum 10 ans pour que la machine reparte dans le bon sens. La gendarmerie est en train de suivre le même chemin. On fait en sorte d’écœurer les anciens gradés qui, pour le RH, coûtent un bras et un rein, et l’on remplace ces gens d’expériences par de l’élève gendarme, échelon 3, en bas de l’échelle de solde. Pour limiter la rupture d’encadrement, on préfère privilégier le passage au grade de MDL/Chef voir Adjudant, des gendarmes APJ (ASA) ou de faire passer l’OPJ en vitesse accélérer à des gendarmes en bout de ligne (AVP) car dans 05 ou 10 ans, ils seront partis et les jeunes seront devenus anciens …… Bref c’est de la stratégie à la petite semaine qui va aller droit dans le mur car la jeune génération n’a pas l’intention de réaliser des carrières longues. Mais c’est aussi sur cela, que compte les RH …. Moralité, le niveau va considérablement baisser, il va y avoir une perte encore importante des « mémoires » au sein des unités, le personnel va se fonctionnariser car il sera en attente de son futur départ, après 17 ou 19 ans au sein de l’institution. Voilà, ce que vit l’AT, la Marine, la Gendarmerie va le vivre. Merci aux officiers de l’AT qui bascule en gendarmerie et qui amène cette magnifique expérience avec l’externalisation des services également…….. Super !!!!! Plus que 6 mois pour ma part. Pour la petite histoire, je me trouve dans une unité qui vit cette mutation : 17 militaires dont 3 gendarmes adjoints, bientôt 2 élèves-gendarme, deux gendarmes mono galons !!!! Quasiment la moitié de l’effectif, sans expérience, en formation …. Sans cracher dans la soupe car la gendarmerie m’a fais vivre et bien vivre, mais je suis particulièrement content de quitter cette institution qui prend une très vilaine tournure, à l’image des forces armées de ce pays.
    Lorsque je vois cette rupture capacitaire, l’externalisation recherchée pour l’entrainement des troupes aéroportées, l’externalisation des moyens des forces armées, l’externalisation des mess, l’externalisation des moyens de télécommunication gendarmerie et de l’informatique …… je suis impatient de voir le résultat le jour où nous allons prendre une tempête comme en 1999, ou une série de grève dans les services et entreprises privées et que nos moyens ne pourront plus être suivies durant plusieurs semaines vois plusieurs mois …. Cette course effrénées vers toujours plus de moyens, avec toujours moins de dépenses tout en cherchant à contraindre l’action dans le temps pour limiter les impacts financiers mais être toujours partant dés que le pouvoir judiciaire ou administratif demande des moyens, va, à mon avis, immanquablement écœurer le personnel et il sera difficile de recruter, ou alors en baissant les niveaux de recrutement. Bonjour l’ambiance.

    • Félix GARCIA dit :

      Merci pour votre témoignage. Des « civils » comme moi ont besoin de comprendre ces choses-là.

    • Renard dit :

      Parti de la Gie après 33 ans de service j’en suis pas mécontent. Bon, j’avais commencé par 5 ans d’AT.
      Pourtant comme vous je ne crache pas dans la soupe mais j’ai fini instructeur en école à Tulle et le niveau des différentes promos sous/off est énorme.
      Quand j’ai dit que j’en avais marre et que j’allais poser ma retraite j’ai été très encouragé à le faire malgré des notations élogieuses et un gros savoir sur les cours.
      Donc en effet tout est affaire de pognon et de politique RH inspirée du civil.

    • Georges dit :

      le problème c’est qu’il n’est pas possible de dépenser plus compte de la part considérable et délirante que la France consacre aux transferts sociaux. 20 fois le budget de la Défense. Vous voulez de l’argent pour le régalien ? très bien mais il va falloir sérieusement s’attaquer à la folie des dépenses sociales, et à tous les sujets corollaires, chômage, immigration, pauvreté, etc

    • Plusdepognon dit :

      @ Jean la Gaillarde
      Avec vous plus le commentaire de @ Mecano, on a fait le tour:

      « Et voir partir dans le civil 18.400 aviateurs, soit 30% de ses effectifs. » :
      la quasi totalité ayant été des sous-officiers, la colonne vertébrale de cette Armée. La quantité de savoir être et de savoir-faire jeté à la rue, a été considérable et n’a surtout pas été mesurée, ni anticipée par les États-majors, ceux-ci privilégiant d’abord la préservation des postes à responsabilité. A l’inverse donc, le nombre d’officiers à quitter l’institution, n’a pas été proportionnel , d’où un dimorphisme non fonctionnel : très grosse tête , petit corps rachitique. Bien évidemment , aucune prise en compte de l’humain dans cette déflation : conséquences de la perte d’expérience, d’un encadrement de qualité , de cohésion etc…. Pire, les rôles des cadres sous-officiers, ont été repris en partie par de officiers mais « à leur sauce » : surtout pas d’humain, ça ne rentre pas dans les « camemberts ». Les organisations mises en place durant cette période, ont terminé de détruire la notion d’équipe. Le « Désunis pour faire face » à explosé …
      « ses spécialistes étant tenté par une carrière plus rémunératrice et surtout moins contraignante dans le secteur privé » :
      bien évidemment, puisque le contexte s’y prête. Les jeunes ne restent pas , soit pour de simples raisons générationnelles (refus de la militarité), également à cause des niveaux de rémunération mais aussi parce que ce que ce qu’ils trouvent, les déçoit. Car, pour rester, il faut aussi avoir la sensation que « tout se déroule facilement, qu’on y bien »…. Donc de l’humain. Et, là, on est loin du compte : peu ou pas de considération, baisse franche du savoir faire dans tous les domaines, une sensation de gestion globale non opérationnelle, un commandement perché qui n’assume pas grand chose (c’est pas nous….). Le comportement de celui-ci porte ainsi une lourde responsabilité dans les problématiques de fidélisation actuelles. Enfin, les plus expérimentés, s’en vont, écœurés par les évolutions de ces 10 dernières années, dégoûtés par ce fameux « management militarisé » sans considération, ou le simple bon sens a disparu au profit de notion de « rendement permanent » , de courses aux chiffres, de guéguerres continues entre commandements , faisant disparaître la cohésion .

      Tout le monde y va de son plan : DRHAA 4.0, NSO 4.0 etc… Plans issus des États-majors , les mêmes qui se sont lourdement plantés ces 10 dernières années, toujours pour les mêmes raisons, puisqu’ils n’écoutent plus les besoins du terrain. Ainsi, l’abaissement , voire la suppression de tous les filtres au recrutement et lors de la formation, deux domaines de la DRHAA, n’amènent pour l’instant qu’a poursuivre la baisse du niveau dans tous les domaines, ajoutant autant de surcharge pour les unités, dont le savoir a transmettre est déjà lui-même , bien diminué. Une spirale infernale.
      Ainsi, la priorité de la DRHAA ne serait pas forcément uniquement de recruter, mais de tout mettre en œuvre pour récupérer une partie du savoir-faire et du savoir-être perdu, y compris chez les moins jeunes , afin d’éviter des drames. Avec pour corolaire évident, une baisse de l’activité à accepter.

  6. Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

    Domfra, totalement d’accord avec vous.
    Notamment sur la question des mutations, qui sont arbitraires. Celles-ci interdisent le travail de l’épouse, déracinent continuellement les enfants.
    .
    J’en suis venu à me demander si ça ne résulte pas d’une volonté politique visant à couper les militaires de la Nation.
    .
    En attendant d’avoir le courage de se poser les bonnes questions, on invente des solutions qui sont aussi efficaces qu’un cataplasme sur une jambe de bois.

  7. tartempion dit :

    Revenir pour se retrouver dans une section composée 1/3 de jeunes de cités dont la plupart haïssent la France et qui sont là non pas pour servir mais se servir , on peut comprendre la réticence de certains cadres ou de militaires du rang à rempiler .La plupart étant précisément parti eu égard du climat malsain qui persiste au sein d’une armée où l’absence de cohésion conduira l’institution à sa perte.

  8. Philippe dit :

    Quel que soit le groupe humain considéré, qu’il soit civil ou militaire, il est parfaitement regrettable de découvrir la valeur réelle de certains personnels après leur départ. A ce stade peut-on encore parler de management?

  9. Royaliste dit :

    Il a le dos large le coronavirus, ça pue surtout la loi martiale pour 2022 cette annonce. Macron & co. doivent vraiment flipper comme des gros malades.

    Avec tous les licenciements qui vont résulter de la gigantesque arnaque au coronavirus, ils doivent avoir peur d’un deuxième round type « Gilets Jaunes ». En même temps, vu l’incurie structurel de la 5ème Gueuse, ce ne serait que justice. On en a guillotiné pour moins que ça.

    PS : Pour ceux que ça intéresse, le Roi de France aussi recrute. Vous pouvez passez déposer votre CV à l’église. Demandez Marie 😉

    • MAS 36 dit :

      Merci pour ce commentaire de comique troupier, c’est bien dans l’air du site.

      • Royaliste dit :

        @ MAS 36

        Mais je vous en pris très cher. Ce n’est pas avec les pisse-froids dans votre genre que l’on va redresser la patrie dans la joie et la bonne humeur.

    • Franz dit :

      Oh là là…. ça devient grave… c’est pire qu’une image d’Épinal. Vous êtes caricaturiste à Charlie hebdo ?

  10. themistocles dit :

    Et ils ont décidé de les payer cette fois-ci ? Plus qu’une solde de misère?

  11. Jean Pierre dit :

    Si ce blog n’était pas si sérieux et digne de la confiance qu’il mérite j’aurais cru qu’il s’agissait d’une blague. Mais non, et le pire c’est que certain vont se faire léser avec un grand B pour une deuxième fois !

  12. Demoulin dit :

    Bonjour
    C est pas très positifs tous ces commentaires , mais c est mérité et cela relate du vécu .Suivant divers forum et ayant un retour d expérience de certains , à la place de l armée je m inquiéterais plus des années à venir et en accélérant les bonnes solutions et décisions. Après si elle est pas l écoute de la sensibilité des personnels ,qu elle continue sa méthode d envoyer des leurres et blablabla.

  13. Grand B dit :

    Se faire léser avec un grand B
    J’adore le concept
    🙂

  14. albatros24 dit :

    Ce qui fait la force de l’Armée française et l’admiration des israéliens et étatsuniens, c’est le corps de ses sous officiers, expérimentés, calmes en toute circonstance et dont le comportement influe sur celui des soldats
    Donc si nous perdons ces cadres car il s’agi vraiemnt de cadres, c’est le début de la fin.
    La recette n’est pas très compliquée : améliorer les carrières grandement et à tout point de vue (soldes, ascenseur social, congés, responsabilités plus grandes quelques fois) mais aussi équipements.
    Pour ma part je pense que 50% des officiers devraient provenir du corps des sous off dans les 4 armées.
    Nous étions la meilleure armée du monde quand nous le faisions, sous l’empereur et après 1916.

    • Royaliste dit :

      @ albatros24

       » Ce qui fait la force de l’Armée française et l’admiration des israéliens et étatsuniens »

      Hommage du vice à la vertu, grand merci.

      Le corps des officiers est dans le même cas de figure que le monde politique. Il est préempté par les franc-maçons, donc vous aurez beau avoir toutes les qualités du monde, si vous n’êtes pas coopté, vous ne prendrez jamais l’ascenseur social.

    • Observateur amusé dit :

      « Pour ma part je pense que 50% des officiers devraient provenir du corps des sous off  »

      Il faudrait des chiffres officiels mais je pense que c’est déjà le cas … en tous cas les recrutement « direct » (Saint-Cyr) représentent une minorité au sein du corps des officiers. Le mode de sélection et le fameux « bigramme » par la suite conduisent à une sur représentation des recrutements « direct » dans la haute hiérarchie (ce n’est pas, à proprement parlé, scandaleux ni étonnant dans un pays qui attache tant d’importance à la formation initiale). C’est probablement une différence marquante pour notre institution: malgré tout ce que l’on peut dire le fait que chaque personne ayant à assumer des responsabilités soit passé par le corps de troupe reste un avantage et permet une déconnexion limitée de la la base…..
      Pour revenir aux sous -officiers, ils sont effectivement indispensable dans notre système, le dispositif de retour tel que présenté ne semble pas très attirant …..

    • Félix GARCIA dit :

      Oui mais après comment on fait pour grossier les rangs de « Frontier Services Group » et Cie ?

      PS : Pas taper ! ^^

  15. Wrecker47 dit :

    Mort de rire à lire tous ces posts ,qui sont pour la plupart que le reflet des tristes réalités d’une armée qui prend de la gîte !
    Le pouvoir en place et son CEMA devraient s’ en inspirer pour qu’elle retrouve son niveau capacitaire sans aller déranger les « Vieux Sous-Offs « réfugiés dans leurs tanières ; qui ont pris la quille ,ou trouvés d’autres voies à l’issue d’un » certain temps » passé dans l’Institution !
    Non on ne fait pas du neuf avec des Vieux et on ne bouche pas les trous avec des rustines ou des tabourets lors de revues d’effectifs comme dans le temps !
    Les Vieux ne » reprendront le collier  » sauf cas de conflit avéré, ou pour faire de la Résistance aux envahisseurs ce qui ne saurait tarder… Vu le laxisme étatique actuel! et celà est bien confirmé …plutôt faire autre chose !
    Je ne suis plus qu’un spectateur averti vu mon âge ,ayant des enfants encore dans l’Institution ,ces derniers font remonter ces informations exactes et les problèmes atterrants dans tous les domaines …
    Heureux de n’être pas chef de Corps à l’heure actuelle ,car ces derniers ne cessent d’avoir le cul entre deux chaises et l’épée de Damocleès en suspend permanent …Ce ne sont plus que des « DRH Béni-oui-oui « sans armement ni matériel qui ne commandent plus rien… Tristes armées !

    • Le sicaire dit :

      Bonjour @ Wrecker47

      C’est la fonction même de l’encadrement, quelques soit le niveau, que « d’avoir le cul entre deux chaises… » La différence entre un bon chef et un mauvais chef, c’est qu’il prend et assume ses responsabilités. Mais force est de constater que cette responsabilité est de moins en moins assumée.

  16. Wrecker47 dit :

    Commentaire gènant?…

  17. SCAtastrophe dit :

    La différence entre les valeurs affichées par l’institution et le verbiage managérial de sa transformation en administration comme une autre dégoûtent.
    Comme Kodak, un modèle qui nie la réalité.
    https://philippesilberzahn.com/2018/10/15/adhesion-a-la-realite-nouvel-enjeu-du-management/

  18. La merguez dit :

    C’est fort:
    Moins de 30 ans et au maximum 27 ans de services pour un soldat de 1ere Classe!

  19. Polymères dit :

    Le problème n’est pas tant dans le départ d’anciens sous-officiers mais du départ des jeunes engagés qui ne permet pas d’avoir des remplaçants formés et développant de l’expérience.
    Le départ naturel des « anciens », qui ont même été incités à partir avec des primes et autres ne se fait plus, on a un jeune qui se retrouve propulsé (par un avancement plus rapide) à des postes à responsabilités. Derrière on recrute un autre jeune que le précédent jeune va encadrer avant de partir et ça finira par créer des lacunes et des trous que le temps devra combler.
    Les retours d’anciens ne sert qu’à faire une jonction afin de fidéliser les plus jeunes.

    Pour ma part, j’estime qu’il faut développer l’expérience par le temps, augmenter le personnel civil dans les chaînes de maintenance car eux ils restent et s’enrichissent d’expérience. Ces civils doivent derrière être des cadres pour de jeunes militaires qui partiront ensuite en mission. Il y a un monde entre ce qu’on exige d’un combattant, de son quotidien par rapport à des métiers plus techniques dont on veut des compétences et de la qualités.

    • Félix GARCIA dit :

      Chef d’état-major puis consultant : interview de Pierre de Villiers sur sa collaboration avec le BCG

      « Je vous le redis : entre 2008 et 2015, l’armée a supprimé 50 000 postes de fonctionnaires, c’est-à-dire 60 % du total de la suppression des postes de fonctionnaires au sein des services de l’État. Ce n’est pas rien. Je me suis fait aider par des experts venus de l’extérieur, car il est par instant indispensable d’avoir un regard neuf. Parfois, vis-à-vis de sa propre organisation, on n’a pas toujours les capacités sur l’art et la manière de la faire évoluer au mieux. Ce regard extérieur est nécessaire pour l’État, pour les entreprises et les grands groupes. »

      https://www.consultor.fr/devenir-consultant/temoignages/5490-chef-d-etat-major-puis-consultant-interview-de-pierre-de-villiers-sur-sa-nouvelle-vie-au-bcg.html

    • Paul Letissier dit :

      @polymères
      Constater que dans les chaînes de maintenance les civils restent alors que les militaires partent, c’est bien. Mais se demander pourquoi, ce serait mieux.

  20. Patrickov dit :

    l’armée a du mal à recruter, les soldats virtuels sont ici ou comme Zemmour à l’écran à vouloir envoyer les gosses des autres sur le terrain, en réalité les jeunes n’ont pas l’envie d’aller se faire tuer pour Macon

  21. Patrickov dit :

    Il y a une solution recruter des réfugiés ou des roms, les jeunes préfèrent s’amuser que d’aller se faire tuer pour la politique de Macon, sinon il a fait l’armée lui ?.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « les jeunes préfèrent s’amuser que d’aller se faire tuer pour la politique de Macon, sinon il a fait l’armée lui ?. » Bon, à part dénigrer systématiquement Macron et faire la retape pour Erdogan et Poutine qu’apportent vos « commentaires » forcément « éclairés »?
      Remarquez en Turquie se faire transformer en « chair à canon » c’est pour les pauvres!
      https://www.redaction.media/articles/erdogan-loption-exemption-payee-service-militaire-sera-reintroduite-necessaire/
      Ramener sa gueule sur ceux qui ne veulent pas mourir pour Macron après avoir consulté le lien ci-dessus c’est à …………………….. mourir de rire!