Un officier du commando marine « Jaubert » a mis au point un nouveau concept de visière pare-éclats

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. albatros24 dit :

    Ce sera moins encombrant et lourd que le système FELIN

  2. lxm dit :

    C’est bien d’inventer, de créer, pour résoudre des problèmes.

  3. Ghj dit :

    Le concept existe déjà sur des casques airsoft depuis un moment. A se demander pourquoi celui-ci n’avait pas été adapté plus tôt.

    • beber dit :

      bah y’a aussi les casque dans le BTP qui on ca depuis des lustres.
      Je suis tout a fait d’accord, ca laisse perplexe du pourquoi le concept n’a jamais était abordée pour ce type d’usage avant alors que au final c’est tout con……

    • Royal Marine dit :

      Ben voyons. Visière airsoft capable d’être ergonomique, pour ne pas gêner un tireur d’élite, et d’arrêter des éclats très véloces…
      Rien ne vous échappe?
      Je pense que non seulement les commandos marine, mais l’ensemble des forces spéciales dans le Monde, voir le GIGN, puis les soldats sur le terrain vont bénir ce Marin inventeur!

      • Le sicaire dit :

        « Royal Marine », vous faites encore dans la condescendance. Apparemment la notion d’adaptation évoquée par Ghj ne signifie rien pour vous.

      • Jérem dit :

        Vous ne savez pas non plus de quoi vous parlez visiblement..

        Si le mot airsoft peux effectivement porter a sourir, le concept existe bel et bien…
        C’est trop simple de critiquer.

        En utilisant de vrais casque de combat, et des visières balistique… Le concept reste totalement le même.. la seule différence ? De l’ABS a la place du kevlar.

        Il serait temps d’arrêter de se moquer et de regarder se qui se fait 100m plus loing

      • tschok dit :

        Je suis assez d’accord avec Royal Marine pour le coup.

        Mais Ghj pose aussi la question qui pose le problème: « pourquoi celui-ci (ie: le concept en question) n’avait pas été adapté plus tôt »?

        A priori on est dans une conversation qui va opposer deux types de gens:

        – Ceux pour qui seule l’idée compte: ceux-là vont s’étonner qu’une idée simple (insérer une visière balistique dans une glissière contenue dans un étui plaqué sur un casque) n’ait pas été adaptée « avant ». Mais avant quoi? Avant qu’on y pense? Avant qu’on puisse techniquement le faire? Avant qu’on en perçoive l’utilité?

        Ceux-là, on va les appeler arbitrairement les Intellos: ils accordent la priorité à l’idée pure, son caractère novateur, créatif, et se soucient peu des problèmes d’application. Ce qui nous amène à la deuxième catégorie.

        – Ceux qui accordent aux idées moins d’importance que les difficultés d’application concrètes que ces idées soulèvent lorsqu’on veut leur faire produire des effets concrets, pour trouver une solution à un problème. Ceux-là seront moins étonnés par le fait qu’une idée ne trouve pas immédiatement son application, parce qu’ils sont confrontés à des problèmes de conception, donc de limite physique, ou de production, qui les habituent au fait qu’un progrès ne soit pas instantané dès qu’on en a l’idée pure.

        Ceux-là ne sont pas dans le monde des idées pures, ils sont dans le domaine du faire. Arbitrairement, on va les appeler les Ingénieurs. Ce sont des applicatifs: leur mission est de trouver une solution opérationnelle à un problème concret.

        Maintenant qu’on a définit deux camps, on peut demander aux gens de se définir selon ses deux camps. Oui, mais est-ce qu’ils le feront? Force est de constater que non: si, en théorie, il est aisé de distinguer l’Intello platonicien qui flotte dans le monde abstrait des idées pures, de l’Ingé cartésien qui est un applicatif qui développe des solutions à des problèmes concrets en mettant en œuvre des techniques, aucun des locuteurs qui intervient dans cette conversation ne veut dépendre totalement ni d’un camp ni de l’autre.

        Pour moi, le problème est là. Pourquoi vous voulez bouffer à tous les râteliers en même temps sans jamais vraiment définir votre centre de gravité? Le Sicaire et Royal Marine s’engueulent, alors qu’à la base le problème est simple: il s’agit d’adapter une idée ancienne, éprouvée dans d’autres domaines, à une nouvelle application.

        L’insertion d’une visière dans un casques est connue dans les domaines suivants:
        – Casques aéronautiques
        – Casque de chantier BTP
        – Casques airsoft et équipement de loisirs

        La nouvelle application: casque de combat terrestre avec des vraies balles, des projectiles variés et véloces dans toutes les conditions de combats usuelles: jour, nuit, froid, chaud, sec, humide, mouillé, sable, poussière, etc.

        Normalement, c’est pas un sujet sur lequel des Intellos et des Ingés doivent s’engueuler. C’est un sujet trivial et d’ordre essentiellement pratique.

        Mais je vous propose une explication de l’engueulade: dans l’identité française, il y a le fait qu’on soit nous, les Français, des Intellos indécrottables qui se soucient assez peu des problèmes d’application et qui pensent qu’une fois qu’on a trouvé la bonne idée, on a fait tout le boulot. Or, comme nous le rappelle Royal Marine, avoir une bonne idée est une chose, mais l’appliquer à une situation concrète pour produire un résultat opérationnel en est une autre. De ce point de vue, nous jalousons le pragmatisme des Anglo-saxons qui, eux, se fichent un peu des grandes idées pour leur préférer les trucs qui marchent.

        Mais d’un autre côté, nous sommes aussi des Ingés cartésiens qui, comme le relève Le Sicaire, ont une très nette tendance à rendre les choses inutilement complexes là où il n’y a guère besoin qu’elles le soient. Ce qui nous amène assez logiquement à nous interroger non plus seulement sur notre culture, mais aussi sur notre éducation, la pédagogie de l’Éducation Nationale n’aidant pas vraiment, selon lui, à la simplification.

        En somme, et c’est là que je veux en venir, un problème purement technique assez trivial nous renvoie vers des couches de complexités psychiques qui sont liées à notre identité culturelle.

        Je propose qu’on les intègre au processus de production, non pas pour complexifier la chose, mais au contraire pour le simplifier. Je triche un peu: ça s’appelle de la simplexification, pour être totalement franc.

    • Le sicaire dit :

      Peut-être parce que nous sommes dans une société ou la simplicité n’est pas valorisée, contrairement à la complexité…

      « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! » 😉

      Et puis peut-être aussi parce que les gens sont tellement imbus de leur savoir qu’ils sont incapables de regarder ce qui se fait à côté…

      C’est juste une question d’éducation mais la pédagogie de l’Éducation Nationale n’aident pas vraiment à la simplification !

    • Le sicaire dit :

      Regardez ce qui se passe avec les drones en France. Lorsqu’on voit ce que font les drones dans le Haut Karabagh, on se demande pourquoi nous ne sommes pas capable de développer un drone équivalent en France.
      En fait nous en serions parfaitement capables mais il n’y a ni volonté politique, ni volonté militaire car cela ne rentre pas dans le cadre de la doctrine de la supériorité technologique prônée par nos élites.

      Pensez-donc, on ne va tout de même pas faire un drone armé avec un moteur Rotax à 15 000 €…

      Notre arrogance nous perdra.

    • Paul Bismuth dit :

      @ Ghj
      Il ne s’agit pas de stopper de mignonnes petites billes:
      https://lessor.org/a-la-une/un-major-de-gendarmerie-grievement-blesse-a-mayotte/

      Ce n’est pas la même chose que pour le maintien de l’ordre non plus:
      https://forcesoperations.com/pari-reussi-pour-lequipementier-unitive/

      • Le sicaire dit :

        @ Paul Bismuth
        Ghj a écrit « adapté »…

      • Ghj dit :

        La question n’est pas là,peut importe le type ou l’épaisseur du verre. Le fait est que ce concept mécanique existe depuis longtemps. Que vous mettiez un plexy ou du pare éclat c’est pareil au niveau de la conception mécanique de l’accessoire.

        • Hermes dit :

          Vous demandez à des buffles de réfléchir… Ne vous donnez pas cette peine.
          L’idée derrière le termes « concept » échappe à ces animaux étroit d’esprit comme pas permis, en particulier Royal Marine souvent à côté de ses pompes.
          .
          Ce concept existe bien depuis un moment au delà de l’airsoft… Suffirait de citer le Casque F1 des pompiers. Même si la mécanique et l’objectif sont différent, la visière basculante intégré au casque est bien là… Peut être que ça fera moins enfantin pour qu’ils comprennent le concept de concept!

  4. who? dit :

    beau boulot !
    bravo !

  5. ScopeWizard dit :

    Si ça ne coûte pas des cents et des mille , que les prix restent dans le raisonnable , c’ est certainement là une excellente idée susceptible d’ apporter beaucoup au fantassin et peut-être à d’ autres types de soldats…………..

    Bravo ! 🙂

    • tschok dit :

      Le bravo est un peu prématuré: pour l’instant il s’agit d’appliquer une idée ancienne à une application nouvelle et de voir si ça marche.

      Voilà comment ça se goupille, dit l’article:

      1- Un prototype avec une visière non-balistique a d’abord été conçu pour étudier l’ergonomie et la cinématique d’entrée/sortie de la visière. Ce modèle a été testé en situation et en environnement véhicule, pédestre et maritime.

      2- Il sera testé en milieu subaquatique et aéro dans un second temps.

      3- Par la suite, si ces tests sont concluants, la qualification de cette visière pare-éclats pourrait être prononcée « en vue d’un éventuel passage à l’échelle ».

      4- Et comme il n’est pas question de s’arrêter en si bon chemin, il est également envisagé de lui intéger un Viseur Tête Haute [VHT], qui permettra au combattant de lire des informations en temps réels.

      Là, on est au stade 1. Les bravos, c’est pour le stade 3 ou 4 si on y arrive. Gardez-les précieusement en réserve pour ce moment-là.

      Cela dit, je ne m’étonne guère qu’un yakafokon comme vous ne sache pas exactement où se situe le niveau de progression d’un programme d’équipement, même modeste et expérimental comme celui-là, vu que vous êtes totalement déconnecté de toute réalité productive.

  6. 011081 dit :

    Et dire que lorsque j’étais dans l’armée il n’y avait pas tout cela mais c’est une autre époque bravo à tous ceux qui oeuvrant pour le bien de nos frères d’armes

  7. Conan dit :

    Exactement comme les visière des casque de chantier…

  8. Jérem dit :

    Ça me rappelle les copies chinoises ce qui existe déjà….
    Vous penserez a certifier les brevets existant avant de crier a l’innovation…

    Même si c’est une bonne chose au final, ça reste une copie

  9. BPCs dit :

    A voir la vidéo, il semble que la visière s’arrête juste au-dessus des narines qui ne sont ainsi pas protégées.
    Si on salue cette avancée dans la protection du visage des combattants, de surcroit compatible ave les lunettes de visée, on regrette de ne pas déboucher sur une solution plus « intégrale », qui aurait évité de devoir se traîner un look de gueule cassée même a minima.
    On aurait une intégration de cette visiere pare-eclat avec les protections faciales d’un casque Crye Precision, que ce serait parfait.
    On pourrait alors se préoccuper de ce qui importe ensuite : la protection des génitoires, elles aussi assez cribles par les éclats et peu couvertes par les GPB.

    • Carin dit :

      @BPCs
      Si cette visière s’arrête au niveau des narines, c’est pour ne pas générer de buée….

  10. STEF dit :

    on peut dire que c’est « comme un casque de chantier » ou « un casque d’Airsoft » ben oui sauf qu’au milieu il y a un support JVN et que accessoirement ce support est fixé dans un casque balistique… donc un peu complexe en sachant que l’on peut « modifier » un casque mais pas le percer à nouveau… sinon il perd ses capacités balistiques… alors les « Le sicaire » et « Ghj » les aigris du clavier… si on laissait les commentaires à des professionnels ou gens avertis 😉
    Sinon good job à ces hommes, qui viennent de la Marine ou d’ailleurs!

    • Le sicaire dit :

      Bonjour @ STEF,

      On parle ici de concept et non pas de rétrofiter les casques actuels. Mais peut-être que cette notion est trop « complexe » pour les « professionnels ou gens avertis »… 😉

  11. Wrecker47 dit :

    Quand on s’emmerde entre deux missions faut bien s’occuper !je pense que cet Officier devait avoir un souci sur le sujet et a redécouvert l’Amérique dans la foultitude des types de casques de chantiers existants !…
    Bref une bonne chose pour un bon coup de Commando à venir ! On ne peut que féliciter cet Officier de Marine ,qui: sans ses adjoints rien n’eut été possible ! Bref les Nageurs sont de sacrés loulous ,parfois truands ou voleurs de jeeps ou d’AML ,mais qui trouvent solution à tout, pas vrai Pierre ?…

  12. Plusdepognon dit :

    Un petit hors sujet, mais à l’heure de la lutte anti-drone et des discours sur la souveraineté économique, l’entreprise CILAS est à vendre :
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/cilas-arianegroup-areva-une-vente-sous-tres-tres-haute-surveillance-858913.html