L’américain General Atomics dévoile le successeur de son drone MALE MQ-9 Reaper

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. EchoDelta dit :

    Franchement je me demande ce que l’on attend pour notifier à Dassault / Thales un programme de Drone furtif armé, basé sur les enseignements du NEURON et en laissant Dassault sélectionner les partenaires industriels de leur choix. On ira plus vite, on dépensera moins, et si le drone est bien fait il trouvera forcément des clients qui cherchent du non américain, non russe et non chinois. Et on peut espérer qu’il correspondra au mieux aux attentes des forces armées de la France.
    Car on critique le fait que la France pinaille sur l’eurodrone, mais on nous demande de financer un eurodrone intermédiaire avec des capacités limités pour un coût d’exploitation au dessus de nos moyens -> Donc on ne l’utilisera pas ou le moins possible car il ne correspond pas à ce que nous en attendons. En gros on nous demande de financer une monté en compétence européenne ce nos partenaires européens, avec si cela se trouve une demande de transfert technologique de la France et de l’Italie vers les autres. Tout cela pour prendre du retard…

    • FredericA dit :

      @EchoDelta :  » je me demande ce que l’on attend pour notifier à Dassault / Thales un programme de Drone furtif armé, basé sur les enseignements du NEURON »
      .
      On attends peut être que l’armée de l’air ait besoin d’un drone de combat (UCAV)… Ce que n’est pas le Reaper… que l’armée à l’intention de commander de nouveau 😉

      • EchoDelta dit :

        Je ne parle pas forcément d’un « drone de combat » au sens propre, mais déjà avoir une solution Reaper armée local et y ajouter un peu de techno de furtivité passive ce qui pour l’observation est déjà un plus. De plus ce genre de drone ne nécessite pas de maniabilité extrême et donc s’accorde peut être pas mal des contraintes de furtivité passive. Cela me semblerait un premier pas dans la bonne direction.

    • Nike dit :

      On attend que l’eurodrone soit enterré en grande pompe par les Allemands eux-mêmes.

      Lorsqu’on aura fini de recevoir les condoléances on pourra ressusciter le neuron d’entre les morts.

      Je note que le futur modèle de general atomics est une aile volante comme le neuron.

  2. Fralipolipi dit :

    Va-t-il falloir faire un nEUROn bi-réacteurs pour faire plaisir à l’Allemagne … même si c’est un non sens du côté des capacités du drone (et notamment de son endurance en vol) ?
    .
    En tous les cas, il vaut mieux parfois reconnaitre ses erreurs et tenter de redresser sèchement la barre plutôt que de s’entêter à vouloir avancer quand on sait qu’on ne fait que s’enliser.
    Ou bien plutôt, il n’y a aucune honte à dire : « on s’est trompé, on va vite corriger ».

    • Red dit :

      @Frali
      .
      Heureux de te relire à nouveaux) J’en profite : Changement de pseudo Nico St-Jean pour -> Red, comment ça c’est clair pour tout le monde.
      .
      « Va-t-il falloir faire un nEUROn bi-réacteurs pour faire plaisir à l’Allemagne … même si c’est un non sens du côté des capacités du drone (et notamment de son endurance en vol) ? »
      .
      Le pire est que les défenseurs de l’Eurodrone mettent en avant-garde le côté bimoteur alors que la majorité des accidents de catégorie A des UAV/UCAV sont causés par des pertes de liaisons ainsi que des atterrissages ratés, ce qui n’épargnera pas plus un bimoteur. https://www.washingtonpost.com/wp-srv/special/national/drone-crashes/how-drones-work/
      .
      Il faut surtout améliorer les liaisons SATCOM/GPS/GAL et comme toi je pense qu’un dérivé du Neuron à ça place dans le futur de l’Europe, mais en hi-cost. Il faut aussi un UCAV low cost avec de plus faibles performances pour de l’ISR et des frappes en milieu peu contesté (asymétrique) et là je pense que le Reaper s’impose :/

      • FredericA dit :

        @Nico St-Red (LOL) : « Il faut aussi un UCAV low cost avec de plus faibles performances pour de l’ISR et des frappes en milieu peu contesté (asymétrique) et là je pense que le Reaper s’impose :/ »
        .
        Bah, c’est le travail qui est demandé aux effecteurs déportés, non ?

      • EchoDelta dit :

        Red is dead baby !! Désolé je n’ai pas pu résisté… Welcome new Red alors ! Scope nous trouvera bien ce mieux passage de pulp fiction.

      • Fralipolipi dit :

        Hello Nico … Red,
        Perso, j’aimais bien Nico St-Jean comme pseudo … c’était une signature 😉
        Red me fait un peu penser au site Red samovar : https://redsamovar.com/ … nettement moins orienté Canada.
        .
        Pour revenir au sujet, je suis totalement d’accord avec vous.
        A ce stade, mieux vaut laisser tomber ce trop gros, trop cher, pas assez bon EuroDrone …
        Pour l’asymétrique, il faut se résigner, accepter que nous ayons manqué le coche, et vu l’état d’avancement de la dotation de ce type de drone dans les divers pays européens (dont la Belgique dernièrement), il faut à continuer à s’équiper du matériel éprouvé et très performant de General Atomics : soit du Reaper, soit de sa dernière évolution MQ-1C Grey Eagle Extended Range. … Car nous n’arriverons jamais à faire mieux pour moins cher en s’y mettant en collaboration à 3 ou 4 pays …
        .
        Alors autant continuer en Europe sur la lancée « Reaper » pour l’asymétrique, … et …
        réaffecter tous nos budgets et capacités financières, au développement/achat d’un drone UCAV, pour les conflits plus intensifs ou les entrées en premier, type nEUROn, et décliné en quelques versions :
        – version sur-équipée et au max des performances (et de capacité d’heures de vol)
        – version Low-cost (plus facilement sacrifiable)
        – version navalisée du 1er (déployable sur PA)
        – version embonpoint, destinée au ravitaillement en vol (en zones où un A330 MRTT n’ira pas), également navalisé : typiquement l’équivalent du Boeing MQ-25 Stingray (que la Chine est déjà en train de copier).
        .
        Bref, nous sommes en total accord 🙂

  3. Wagdoox dit :

    Que de temps perdu à vouloir faire européen, que d’argent perdu dans des projets toujours abandonnés. C’est vrai l’impuissance politique digne de 4 eme rep

    • EchoDelta dit :

      Bah Pourtant NRJ nous le dit suffisamment : La coopération c’est moins cher et nous n’avons plus les moyens de faire autrement. Bon moi aussi je doute, surtout pour avoir vu pas mal de « grands projets coopératifs », dès que le « politique » au sens large cad les conflits d’interêt surgissent c’est un dérapage des coûts assuré. Ce n’est pas un échec garantie mais il faut vraiment que toutes les parties soient d’accord sur les vrais objectifs du projet, et surtout d’une autorité suprême pour trancher les conflits dans le vif s’il le faut.

  4. oryzons dit :

    Je le dis et le répète : l’eurodrone doit être abandonné par la France. Si les autres veulent y aller grand bien leur fasse.
    Il n’a que très peu de plus value opérationnelle par rapport au Patroller, qui est en cours de finalisation, coûte beaucoup moins cher à l’acquisition et à l’entretien et est près souple d’utilisation. Ça plus le Stratobus nous n’avons pas besoin d’autre chose pour les théâtres peu contestés.
    Si on a des milliards à mettre dans le développement d’un nouveau drone il faut partir sur un modèle adapté à la haute intensité.
    Coucou Dassault / Safran / Thalès !

  5. ULYSSE dit :

    Pendant que l’UE tente sans succès de faire éclore un projet Euromale aux performances à peine égales au REAPER, les US en sont déjà à la génération suivante. Il ya quelque chose de pourri dans notre UE.

    • FredericA dit :

      @ULYSSE :  » Il ya quelque chose de pourri dans notre UE »
      .
      Vous faites des raccourcis un peu facile. Les pays européens n’ont jamais misé sur les drones. A contrario, les USA conçoivent et utilisent des drones depuis les années 50. Il est donc normal qu’il ait une large avance sur TOUS les autres pays.
      .
      Enfin, je ne vois pas en quoi l’Union Européenne serait responsable du fait que ni la France, ni la Grande-Bretagne, ni l’Italie… n’aient réussis à s’imposer sur ce marché (Telemos, Taranis, Talarion, P.1 HH…).

  6. Parabellum dit :

    Ça fait des années de retard pour nous équiper d armes de longue portée et avec toujours les mêmes errements europeo industriels…les usa eux peuvent devenir isolationnistes car ils peuvent voir et taper loin sans risquer d hommes…il est urgent de revoir nos buts et moyens face aux nouvelles menaces et donc de penser missiles et drones et neutroniques et cyber…qui en aura la vision et la volonté?

  7. Gégétto dit :

    C est vrai on en est où dans l après Neuron?
    En fin de compte, on en sait plus sur les projets étrangers que sur nos propres projets
    j ai l impression que l on va encore manquer le train de la haute technologie.
    Finalement on va réinventer le Prédator!!

  8. HMX dit :

    Même si c’est tentant, abandonner l’Eurodone n’est pas nécessairement une bonne idée. Certes, le projet est coûteux (pour le moment ?), et les performances opérationnelles, même si elles sont correctes, ne s’annoncent pas extraordinaires. Mais l’abandon pur et simple serait catastrophique sur le plan industriel, et sur le plan du symbole. Impossible par la suite de monter de nouvelles coopérations industrielles dans le domaine des drones, et nous alimenterions ainsi la longue spirale de l’échec dans le secteur des drones aériens, pourtant stratégique pour notre autonomie. Assumons le projet, mais contentons nous d’une petite série, qui permettra au moins à nos industriels de se « faire la main », et à nos forces armées de disposer d’un équipement souverain (les USA peuvent à tout moment nous interdire l’utilisation des Reapers…). Ces drones resteront utilisables pendant des décennies sur tous les théâtres « basse intensité » qui devraient encore représenter une bonne partie de nos engagements futurs (mais il est clair qu’ils seront inutilisables pour de la haute intensité…).
    L’enjeu n’est pas tant l’Eurodrone lui-même, que son successeur. Les USA montrent la voie en dévoilant le successeur du Reaper, plus rapide, plus furtif et plus endurant. De notre côté, nous travaillons sur les futurs effecteurs déportés du SCAF, qui seront aussi des UCAV. Il y a sans doute la possibilité de faire d’une pierre deux coups, en faisant en sorte d’avoir une cellule et/ou des équipements communs entre les effecteurs déportés du SCAF, et ces futurs drones…

  9. Lechavenois dit :

    La France est confiante dans la conclusion «avant la fin de l’année» d’un accord sur le développement et la production du futur drone européen Eurodrone, au terme d’âpres négociations sur le coût du projet, a indiqué mercredi le ministère des Armées.
    .
     » On se félicite côté français d’avoir mis une énorme pression sur l’industriel parce que, à force d’insister, on finit par y être. S’il reste quelques menus détails, on est plutôt allants sur l’issue de ce projet, une décision formelle sera prise normalement avant la fin de l’année « ; affirme-t-on au cabinet de la ministre Florence Parly.
    .
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/paris-confiant-dans-la-conclusion-d-un-accord-sur-le-futur-drone-europeen-20200916

  10. Bill Tornade dit :

    Alors là pour le coup je n’y crois pas une seconde. Aucun rapport coût-entretient entre un drone furtif et un Reaper. Ne pas oublier qu’un B-2 coûte 1 milliards alors un mini B-2…, Un Reaper doit faire du vol de surveillance quotidiennement, on ne parle pas de la même catégorie d’engin. Faut qu’ils arrêtent le LSD au milieu de la Death Valey, ça leur tape sur le système. https://images.app.goo.gl/ExDxigA5qgc9KrNq6

  11. MP3 dit :

    Toujours une guerre de retard en Europe…