L’épave d’un croiseur allemand coulé lors de la Seconde Guerre Mondiale a été découverte au large de la Norvège

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

17 contributions

  1. Marret dit :

    « De plus, c’était le seul grand navire de guerre allemand perdu lors de l’attaque de la Norvège ».
    Et le Blutcher, croiseur lourd de 15 000 tonnes perdu dans le détroit de Drobak, ils l’ont oublié ?

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Marret

      L’erreur vient de moi : j’ai mal traduit (et dont interprété) le propos du chercheur norvégien.

  2. RLS dit :

    « De plus, c’était le seul grand navire de guerre allemand perdu lors de l’attaque de la Norvège »
    M. Frode Kvalø semble oublier que le croiseur lourd Blücher a été coulé par l’armée norvégienne lors de bataille du détroit de Drøbak le 09 avril 1940 au tout début de l’invasion allemande. Ce haut fait d’arme a permis au roi et au gouvernement de Norvège de s’échapper et d’organiser la résistance.

  3. Patrickov dit :

    « Chose assez rare pour un navire de cette nature, elle repose à plat, dans un relatif bon état de conservation. », la qualité allemande n’est pas un mythe.

  4. PK dit :

    « Ainsi, la conscription fut supprimée, l’effectif de son armée étant limité à seulement 100.000 soldats. Quant à ses forces navales, elles ne devaient plus compter que 15.000 marins et 24 navires de surface, dont six cuirassés, 12 contre-torpilleurs [destroyers] et six croiseurs. »

    On voulait châtrer les Allemands en les réduisant à pas grand-chose et aujourd’hui, les principales puissances occidentales sont incapables d’aligner cet effectif. Paradoxe temporel ou incapacité de nos dirigeants ?

    • Solsctice dit :

      Il manque toutefois dans la chronologie l’accord naval Anglo-Allemand de 1935 https://fr.qwe.wiki/wiki/Anglo-German_Naval_Agreement

    • Yankev dit :

      Aucun paradoxe: l’automatisation, comme la puissance de feu sont sans commune mesure avec ce qui se faisait de mieux il y a 70 ans; une FREMM de 6000 tonnes viendrait à bout de n’importe quel cuirassé rapide de la seconde guerre mondiale, avant même que celui-ci ait eu le temps d’identifier sa cible. Quant à un croiseur lance-missile tel que le Pierre le Grand, il prendrait le dessus face à la Task Force 58
      (évidemment face à des navire actuels, ça devient une autre histoire….)

      Quant au format de notre marine actuelle, c’est peut-être surtout parce qu’on a la chance de vivre en période de paix depuis 70 ans: personnellement, ça me convient 🙂

      • PK dit :

        En paix ? Indochine, Algérie, puis quelques milliers d’opérations appelées OPEX pour ne pas dire autre chose, dans la lignée des « événements d’Algérie », dont les Balkans, l’Irak, l’Afghanistan, le Mali…

        Je suis content que vouss ayez l’impression de vivre en paix 😉

  5. Thaurac dit :

    Si c’est la vraie imagerie sonar, incroyable la netteté , pas bon pour les sous marins ça!

  6. Edgar dit :

    « De plus, c’était le seul grand navire de guerre allemand perdu lors de l’attaque de la Norvège.  » Avec le croiseur lourd « Blücher », coulé par une batterie côtière dans le fjord d’Oslo.

  7. Hugo dit :

    Bonjour,

    Il ne s’agit pas du seul grand navire de guerre coulé lors des opérations en Norvège, puisque le croiseur lourd Blücher a été torpillé et coulé, le 09 avril 1940 lors de sa première opération de guerre, par trois torpilles tirées par une batterie côtière norvégienne dans le Fjord d’Oslo après avoir été touché à, au moins, deux reprises par des obus de 280 mm tirés par les forteresses d’Oscaborg et de Drobak.

  8. Raymond75 dit :

    Une épave militaire appartient ‘pour toujours’ au pays qui l’a armé, et le site est considéré comme un cimetière marin. Il s’agit donc d’un mémorial aux victimes d’une guerre passée, qui sera très lentement mais surement dissout par l’eau de mer et des bactéries qui décompose les métaux et la rouille …

    • Françoise dit :

      @Raymond : Donc les Turques devraient se faire couler des bateaux militaires entre Chypre et la Grèce ou là où ils souhaitent prospecter, pour prospecter en paix.
      À moins qu’on distingue le sol du sous-sol…

      • Raymond75 dit :

        C’est l’épave qui appartient au pays qui l’a armé ; ni l’eau, ni le fond marin, ni le sous sol … Mais vous le savez bien 😉

  9. Christophe Pauxcourrouges dit :

    Le terme « fortement blindé » est exagéré. Avec 20 mm le blindage de pont de ces croiseurs allemands était inférieur d’un tiers à celui des Duquesne/Tourville, souvent décriés eux-mêmes comme boites en fer blanc.
    Avec sa coque de structure fragile et de stabilité douteuse – il lui fallait impérativement conserver au moins 550 tonnes de mazout dans ses soutes pour s’équilibrer- sa mise en oeuvre était limitée en gros à la Mer du nord et la Baltique.
    Notons qu’outre le croiseur lourd Blücher, dont l’épave gît toujours au droit des batteries du détroit de Drøbak, dont les canonniers réservistes l’empêchèrent à coups de 280 mm et de torpilles mis au but à 1 kilomètre de distance, de remonter le fjord d’Oslo jusqu’à son port, la Kriegsmarine perdit aussi le croiseur Koenigsberg. Sister ship du Karlsruhe, il fut coulé à Bergen par une attaque de Skua britanniques un jour après le Karlsruhe.

  10. Luc dit :

    Exacte av sonar à modulation de fréquence et effet doppler puis analyse des données par un processeur .. Si V < 15 nœuds… Même rendu

  11. Piotr le Grand dit :

    Décidément la marine de surface n’était pas le point fort du 3e Reich.