!-- Quantcast Choice. Consent Manager Tag v2.0 (for TCF 2.0) -->

 

L’Escadron électronique aéroporté 1/54 « Dunkerque » va récupérer trois avions Transall C-160R

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

35 contributions

  1. Jm dit :

    Je croyais qu’une loi, dite Loi Toubon, imposait que toutes informations diffusées dans une langue étrangère devaient être traduite en français.
    Je sais que l’anglais est la langue de l’aéronautique mondiale, mais la langue du journalisme en France reste, jusqu’à preuve du contraire, le français.
    En effet, l’escadron 3/61 « Poitou », unité dédiée aux opérations spéciales, utilise un module de C3ISTAR [Command, Control, Communications, Intelligence, Surveillance, Target acquisition and reconnaissance] à bord de l’un de ses Transall C-160R depuis 2008.
    On aurait pu appeler ça 2RS4C ça sonne tout aussi bien
    Reconnaissance, Renseignement, (parce qu’Intelligence dans les armées, ça ne sonne pas, ça résonne !! – un peu d’humour, que diable) Surveillance, Commandement, Contrôle, Cibles et Communication.

    • Hermes dit :

      Avec le nombre de mots du vocabulaire militaire anglicisé venant du français et utilisé par… la plupart des pays (au moins les anglophones).
      Faut pas non plu se vexer tout le temps, un des avantages de C3ISTAR c’est qu’on peut le prononcé « Ceistar », « de hersac », si ca fait bien français c’est déjà moins brillant !
      .
      Trêve de plaisanterie, je ne sais pas pourquoi utiliser les mots anglais ici alors qu’on a toujours eu tendance a franciser tout, mais peut être est ce dû à l’origine même du système qui serait US/UK ?

    • Czar dit :

      vous découvrez que notre armée jargonne en pur rosbif, tout simplement parce que depuis des décennies, elle ne fait qu’adapter une science militaire que st pensée de l’autre côté de l’Atlantique ?

      les petits galonnards sont tellement empressés à être les meilleurs cipayes de l’empire, plus brillants que les habituels ‘brillants seconds’ d’Albion (pour sand doute bénéficier de deux minutes de gloire dans le prochain spielberg) que même dans les couloirs de l »hexagone » Balard, suivisme puéril et humiliant du pentagone yankiee, on crée des ‘labs’ et des ‘factories’

      (parce que des ‘labos’, vous comprenez ça sent trop sont cours de sciences nat avec dissection de batraciens

      ça fait pas sérieux, on a un rang…, pardon, un standing à tenir)

      • jean dit :

        Moi je trouve que ce sont ces anglicismes qui font amateur, jouet, pas sérieux, incapable de parler sa propre langue, celle de la nation qui porte l’universalité

        Franchement, il y en a assez de cette langue de boutiquiers qui doit dégager:  » eux, hors de ma vue! »
        lab : on dirait un truc de bébé fini au pipi

        Il est urgent de reprendre la main sur notre souveraineté dans le domaine informatique: comment peut-on accepter des machines avec des OS étrangers pour assurer notre défense ? Sans compter la partie électronique où l’on sait que les processeurs US contiennent des portes dérobées qui passent outre toutes les protections (on a documenté un exemple avec une porte sur les processeurs pentiums…)
        Il est capital de nous équiper de processeurs souverains (utilisons ST qui est partiellement Fr pour cela) et d’OS de conception domestique (reprendre du code source ouvert et bâtir un OS souverain exempt de portes dérobées étrangères)

      • Clément dit :

        Techniquement un « lab » ce n’est pas un « labos » (au sens scientifique) mais plus un « atelier de bidouilleurs ». Je préfère aussi « atelier de bidouilleurs », mais c’est pas très militaire non plus.

      • ScopeWizard dit :

        @Czar

        Je n’ en connais pas les raisons ; par contre , je me doute qu’ à partir du moment où la Grande Muette -on peut supposer OTAN oblige- se met à généraliser l’ Angliche novlinguistique à toutes les sauces , nous serons bientôt mûrs pour son extension d’ autant que ces connards de médias sont loin d’ être en reste ………….

        Quelques exemples de cette pollution ……… qui quelque part tourne à la colonisation mentale !

        challenge , open space , re-writing , start up , sponsoring , process , buzz , recorder , one shot , marketing , uploader , coach , addict , être en charge de , fake news , surbooké , rush , etc ………….

        Alors , qu’ il y en ait et que beaucoup d’ entre-eux aient fini par s’ imposer et faire partie du langage courant tel circuit , bar , weekend et tant d’ autres , c’ est une chose et l’ on peut même en faire un style du moment que tout ça reste « confidentiel » , sauf que là , entre les médias notamment d’ info , la pub , l’ internet , les jeux vidéos et l’ informatique , depuis quelques années c’ est devenu autre chose , un autre chose qui tourne à l’ invasion …………. une réponse s’ impose donc qui me concernant se traduit par « qu’ ils aillent tous se faire mettre et profond ! »

        En résumé : « je veux bien être con mais il y a des limites . »

        • John dit :

          Ca c’est justement l’anglais utilisé par des personnes ne parlant absolument pas anglais…
          Et ce n’est absolument pas une colonisation, c’est une volonté de certains de vouloir parlé de cette manière alors que le français propose des alternatives qui sont parfois plus adaptées.
          Cette tendance est celle de l’appauvrissement du vocabulaire, on le voit dans la manière de parler des « grands » de ce monde. Et quand on perd du vocabulaire, on cherche naturellement à le combler pour les manquements.
          La richesse du vocabulaire est importante pour la qualité de la communication, pour conserver une pensée nuancée. Un vocabulaire plus pauvre ne permet pas d’exprimer la complexité dans toutes ses nuances, et cela mène à une pensée de plus en plus binaire.
          L’anglicisation me gêne pas, par contre, la cause de l’anglicisation est effrayante, et si les USA sont à nouveau en « avance » sur l’Europe socialement, je ne me réjouis pas de l’intelligence des prochaines générations.
          (premières générations dont le QI sera inférieur aux générations précédentes).

          Chose intéressante, lorsqu’il s’agit de communiquer avec d’autres armées, on voit bien que les militaires français ont énormément de peine à communiquer.
          Les Allemands ont bcp moins de peine, pourtant, cela n’impacte pas leur langue. Il n’y a pas autant de mots anglais qui entrent dans le vocabulaire commun que dans la francophonie européenne (pas qualifié pour parler de l’Afrique ou du Canada).

    • Marius dit :

      Merci à tous pour ces saines réactions!
      Bien sûr depuis que le sarkoku avait décidé le retour de nos forces au pied de l’OTAN (donc des amerloques) sans le moindre débat, on ne pouvait que pressentir cet alignement intellectuel, (oui, c’est possible, même dans l’armée…)!
      N’aurait-il été possible de trouver en Europe des avions à équiper de joujous électroniques ad-hoc?
      Mais de judicieuses « aides à la réflexion » étalées dans le temps, auront certainement aidé à ces évolutions qui curieusement sont toutes convergentes… Rappelons que nos glorieuses armées dépendent dans pas mal de domaines de logiciels Windows, avec toutes les possibilités de courants d’air, de verrouillage défaillant, et d’intrusion programmées que cela suppose…

  2. Raspoutine dit :

    Il semble que le renseignement aéroporté connaisse des besoins croissants depuis des années déjà, et le renforcement de l’EEA 1/54 a dû être très attendu. Ce qui interroge un peu qd on considère que cette escadrille a compté jusqu’à 8 Nord2501 « G » … certains diront à l’époque de la Guerre Froide. Mais les théâtres sur lesquels nous sommes engagés aujourd’hui ne sont pas moins dangereux ou lointains.
    Perso, je me demande si ce type d’unité ne devrait pas recevoir l’appoint de drones type MALE/HALE, ou d’appareils type civil A320/321Neo modifiés pour exercer ses missions, en complément des Falcon8X Archange prévus ds qques années.

  3. Green dit :

    ARCHANGE qui succèdera a Gabriel. Il y a t’il des gens chargés de composer les acronymes ou c’est une passion administrative au ministère? je me suis toujours posé la question…

  4. Frede6 dit :

    Perso, je n’ai pas très bien l’objet de l’article. Il est fait mention de beaucoup de chose mais que vont faire les C160R ?

    • Raspoutine dit :

      Ravitaillement C160R vers C160 Gabriel

    • casanova dit :

      si je lis bien, du ravitaillement en vol…
      « Ainsi, nous pourrons disposer de trois [Transall] C-160R, qui nous permettront d’accompagner le C-160G dans ses missions à l’étranger et d’assurer le ravitaillement en vol à son profit, notamment lors des missions extérieures, en appui direct aux forces engagées »

      • Frede6 dit :

        Merci pour vos réponses 3 ravitos pour 2 Gabriel…là on est bien gréé.
        Y a t il une difficulté pour l’A400M à ravitailler un C160 ?

  5. Starbuck dit :

    Ah le transall que de bons souvenirs.

  6. Richard dit :

    Ce qu’il faut noter, c’est que désormais l’unité disposera de ces propres ravitailleurs.
    Petit rappel, du fait de sa vitesse, seul le ravitailleument de transall à transall était possible, et ceela avec une procédure particulière d’approche en face à face.

    • LEONARD dit :

      En face à face, vous êtes sûr ?
      Si oui, merci de détailler.
      Simple curiosité.

    • Clavier dit :

      les « licornes » furent une seconde ligne réouverte plus tard pour quelques Transall supplémentaires .
      Ils ont donc moins d’heures de cellule que les « légacy » ( pardon pour l’anglicisme, les puristes …)

    • Le sicaire dit :

      Bonjour Richard,

      Qu’est-ce donc qu’une « procédure particulière d’approche en face à face » ?

      • Richard dit :

        Bonjour,
        Le transall ne pouvant pas se ravitailler derrière un KC 135, une procédure particulière à été mise en place.
        La rejointe s’effectue en face à face à la vitesse de croisière 240 Kts (13 500 tr à la turbine) avec une différence d’altitude..

        A 13 Nm entre les avions, le ravitailleur effectue une ouverture par la droite de 30°( un peu comparable à une entrée décalée en circuit d’attente), puis à 5 nm entre les avions détectés au radar ou au TACAN air/air, le ravitailleur effectue un virage de 180 degré à gauche (210° pour être précis) pour venir se retrouver devant le ravitaillé.
        Lorsque le ravitaillé aperçoit le ravitailleur terminer son virage et constatant que celui-ci se retrouvera bien devant lui, le ravitaillé affiche 14 500 tr à la turbine (13500 tr en croisière) pour avoir une vitesse supérieure afin de rattraper le ravitailleur.
        A partir de ce moment-là on ne touche plus à la manette des gaz (sauf urgence), l’approche et la régulation pour le contact se fait avec les aérofreins.

        Une fois le contact réalisé, il faut encore pousser le panier pour que le tuyau s’enroule d’une certaine longueur, afin de déclencher les contacteurs de transfert de carburant.

        Au bout d’un certain temps le ravitailleur ne peut plus suivre le ravitailleur du fait de l’augmentation de son poids, il demande alors le déclenchement au (top) de la procédure toboggan.
        Le ravitailleur affiche en douceur un taux de descente de 500 pied/minute permettent au ravitaillé de poursuivre son ravitaillement.

        • PK dit :

          Pourquoi le ravitailleur ne peut-il pas perdre de la vitesse pour compenser ? Trop difficile à synchroniser ?

    • Raspoutine dit :

      Approche face à face pour ajuster les vitesses et le cap ?

  7. Prof de physique dit :

    Et donc, il devient urgent de fabriquer des transall 3, et des Atlantiques 3( puisqu’ils utilisent les mêmes moteurs).

  8. mich dit :

    Yes , it ‘s great …

  9. Bob dit :

    Je ne comprends pas. Ce n’est pas pour l’escradrille franco-allemand a Evreux? J’en perds mon deutsch…