La British Army veut mettre au point des véhicules blindés à propulsion hybride

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

63 contributions

  1. Royal Marine dit :

    « En outre, cela permettrait de réduire la consommation de carburant, et donc de faciliter la logistique. »
    A croire que nos Généraux ont le même niveau d’intelligence cognitive que celle de nos journaleux de BFM, de nos Bobos patentés, et de nos Hommes politiques progressistes! Ils nous avaient habitué à mieux…
    Des blindés électriques? Déjà, pour nos Cityscoot, une flopée de camionnettes diesel (et pas du tout hybrides) parcourent les rues de la Capitale pour faire l’échange de batteries entre déchargées et chargées… Au prix de % de CO2? Comment on fait dans la verte, ou au milieu du Sahara, pour échanger ou recharger des batteries? Pas grave, ou bout de 4 h de combat intensif, on laisse tomber… Plus d’énergie, ni pour la propulsion, ni pour le système d’armes… Et Scorpion? En rade… Mais ce n’est pas grave! Nos braves pioupious seront ravis de savoir qu’ils non pollué l’environnement ni en terme de nuisances sonores, ni en termes (soi-disant) de CO2… Juste avant de mourir! En regrettant qu’on ne les aie pas utilisés pour remplacer les éoliennes… Encore plus polluantes, mais bénies et souhaitées par nos élites à poches profondes… Sinon, on demande à nos Caïmans de transporter des palettes de batteries… Ah! Mais non… On ne peut pas! Ils ne sont ni hybrides, ni électriques! C’est vraiment c.n, ça!
    Pour les hybrides… Il faudra encore de la logistique pétrolière… Mais à l’essence… C’est mieux que le gazole… Au moins c’est joli quand çà explose! C’est moins polluant que lorsque ça brûle… Voir la gueulante de Patton auprès du HQ US, après les premiers engagement de Shermans en Afrique du Nord en 1942…
    Que de progrès!!! Tout ça pour se soumettre au dictât de certains écolos-terroristes bien en cours…
    C’est vraiment du n’importe quoi…

    • PeterR dit :

      Hybride ne veut pas dire full électrique.
      Autant l’hybride est une arnaque marketing vendue par Toyota (ça n’a de sens que pour des véhicules urbains) autant pour un véhicule militaire cela pourrait avoir du sens :
      – approche discrète sur qq km
      – surcroit de puissance en cas de besoin
      L’aspect écolo dans le domaine militaire me fait aussi sourire. Fabriquons des bombes, voir de bombes nucléaires, des missiles, des avions d’arme etc … oui mais RoHS … et l’électronique doit être Pb free, m’en fous si les soudures ne tiennent pas !

      • précision dit :

        l’aspect écolo me fait sourire jaune aussi, en particulier quand on voit les retombées long terme de ces conflicts (je ne parle même pas des morts). Mais je crois que l’écologie dans l’armée est vue comme une contrainte réglementaire (avec un impact sur les filières qui sont souvent dépendantes d’industries civiles) qu’un véritable idéal. Au moins sur ce point ce n’est pas illogique.

      • nexterience dit :

        Les armes écolos, c’est aberrant seulement en temps de guerre. Quoique, a quoi ça servirait-il de se battre pour récupérer des ressources en polluant ses propres ressources ?
        Autre écologie inattendue, une bombe H émet certes de la radioactivité ( quelques kg) mais évite des centaines de bombardements aériens conventionnels. Ses poussières limitent l’effet de serre quelques jours sur une grande zone. Son bilan carbone est donc certainement excellent en comparaison de 100 Kt de missiles conventionnels aux produits actifs pas toujours Bio.

      • Hermes dit :

        L’aspect écolo a un autre enjeu également.
        On crée le militaire à partir du civil dans de nombreux cas (motorisation en particulier), cette dernière évoluant vers l’écologie, le militaire s’y dirige également, à ce niveau, autant essayer de trouver les gains et intérêt militairement parlant.
        Dans ma tête par exemple:
        -Coûts d’exploitation réduit (entraînement/métropole)
        -Utilités ops
        -Résilience accrue en réduisant l’emprunte logistique (consommation carburant inférieure)
        .
        De plus, qu’on le veuille ou non, le pétrole se tarit, même si connait des moyens de faire du synthétique sans produit pétrolier, aucun des procédés (Algues, Bactéries, Bioethanol) n’est industrialisable à l’heure actuelle il me semble, impliquant des coûts prohibitif.

    • nexterience dit :

      Ne vous laissez pas emporter par les rouages de la com’. L’hybridation a des avantages opérationnels et mettre en avant l’écologie est un petit plus qui ne mange pas de pain.
      .
      La lutte contre le changement climatique consiste, notamment, à éviter que la France des paysages devienne l’Andalousie, voire le Maroc. Je suis toujours étonné que les Conservateurs politiques ne luttent pas contre cette révolution géographique qui marquera radicalement les sociétés.

    • Pravda dit :

      L’hybride existe aussi en diesel ,chez PSA par exemple pour les VL,( même si abandonné) Volvo, Scania, Iveco(?) pour les PL et sûrement d’autres.
      Avantages, baisse de conso, approche silencieuse en électrique, signature thermique.
      Inconvénients, poids des batteries à trainer (vides) lors de longs trajets, technologie forcément plus complexe.
      https://www.scania.com/be/fr/home/experience-scania/news-and-events/News/archive/2015/10/scania_lance_un_camionhybrideausageurbain-52-503066.html

    • NRJ dit :

      @Royal Marine
      Ce n’est pas n’importe quoi, vous n’y connaissez juste rien.

      Ici on parle de blindés hybrides et non pas électriques. L’avantage d’une propulsion électrique est d’offrir un couple important au démarrage ce qui permet d’avoir de bonnes accélérations. Le deuxième avantage est de pouvoir bouger (relativement) silencieusement ce qui est également un atout tactique. Après effectivement on réduit la consommation de carburant du véhicule ce qui permet de réduire la charge logistique et de réduire les réservoirs (donc avoir blindé moins volumineux et un peu mieux protégé).

      Bref il y a de réels avantages à la propulsion hybrides, mais pour les connaitre il faut s’informer un peu. Il y a fort à parier que le successeur du Leclerc sera hybride plutôt que d’avoir un moteur Hyperbar complexe, couteux et long à mettre au point.

      • Royal Marine dit :

        @NRJ
        Maintenant, j’en suis sûr… Vous êtes un c.n, et n’avez pas la moindre dose d’humour dans ce vaste espace vide qui vous sert de cerveau…
        Oui, je sais que l’hybride peut avoir des avantages, et que l’hybride peut-être fondé sur des moteurs, ou GE , diesel. Mais je sais aussi que la fabrication d’hybrides et leur utilisation, puis déconstruction, génèrent une pollution catastrophique… Et je sais aussi que nos ayatollahs verts sont arc-boutés sur des positions anti-diesels parfaitement débiles… Je sais également que l’utilisation de batteries de puissance au combat peu générer des problèmes… Non négligeables… Ce que vous semblez ignorer, parce que ni combattant, ni sachant!
        Enfin, aborder un problème, comme vous le faîtes, par le petit bout de la lorgnette, en n’essayant même pas d’imaginer la complexité créée par l’utilisation d’une invention civile au combat… C’est d’une bêtise crasse et d’un panurgisme regrettable! Mais soyez dans le vent, NRJ, avec l’ambition d’une feuille morte… Et continuez à saluer bien bas les remarquables performances de la « Dinde »… C’est une preuve d’intelligence, d’après vous!

        • NRJ dit :

          @Royal Marine
          Je suis un c.n et vous êtes un ignorant, chacun ses problèmes. Mais pour ma part je ne me permets pas de juger ce que je ne connais pas….

           » la fabrication d’hybrides et leur utilisation, puis déconstruction, génèrent une pollution catastrophique… ». Petite question : d’où tenez vois ces informations ? Si on parle hybride simple (et non pas hybride rechargeable), il n’y a presque pas de différence avec une voiture thermique « normale » : on rajoute juste un moteur électrique de 5kW (à l’empreinte écologique faible) 1 kWh de batterie (empreinte écologique plus élevée pour la fabrication des batteries mais la quantité reste quand même faible. En comparaison une Zoe possède 52 kWh). En contrepartie, ça réduit la consommation d’1/3 (et la consommation de carburant représente 75% des rejets de CO2 pour une voiture thermique).

          Effectivement les positions anti diesel sont débiles, on est d’accord. Et le diesel complète parfaitement les véhicules hybrides (faibles pollution à pleine charge, et relais de la propulsion électrique sur les parties urbaines du trajet).

          Quels sont les risques d’utiliser des batteries au combat ? Ça peut brûler comme l’essence en cas d’un coup direct, bien sur. On sait aujourd’hui dimensionner des batteries, donc je ne vois pas où le problème.

          Quel rapport entre les règlementations anti diesel avec le combat ? Vous êtes hors sujet là. Ou vous confondez tout ? Si vous êtes ignares, ce ne serait pas étonnant, mais j’ai peut-être omis qqchose.

          « avec l’ambition d’une feuille morte… » c’est quoi votre ambition ? Montrer vos ignorance ? C’est déjà fait.

          • Royal Marine dit :

            Merci de confirmer… Par vos propos, mon jugement de fond!
            Si vous n’avez pas compris ce qui résulte de l’impact d’un obus ou d’un missile sur une batterie, c’est grave! En tout cas Nexter a compris, et le blindage qui serait nécessaire pour protéger les dites batteries serait tellement lourd… Qu’il n’y aurait plus aucun intérêt à l’hybride…
            Donc mis à part un projet de communication pour « verdir » l’entreprise, et paraître à la mode, « dans le vent »… Aucun intérêt…
            Dure réalité!

          • Vinz dit :

            Depuis quand les marins ont un jugement de fond ? Jugement très au fond, genre abysse par contre.

          • NRJ dit :

            @Royal Marine
            Vous avez fini votre caca nerveux ? C’est bon là ?

            Vous commencez enfin à poser une bonne question et qui en plus est en rapport avec le sujet dont nous parlons. Comme quoi tout arrive. Et là, je peux vous sortir la même réponse qu’à d’autres :

            Oui, une batteries Lithium-Ion a un risque d’explosion et d’incendie. Et comme chacun sait il n’y a aucun risque de ce type dans un blindé, que ce soit les munitions du canon, ou le réservoir d’essence….
            Regardez l’effet que ça fait si vous envoyez un cocktail Molotov sur un réservoir d’essence. Pourtant, un blindé en emporte quand même… Si vous avez les moyens faites de même avec la charge creuse d’un RPG-7, vous m’en direz des nouvelles.

            Par ailleurs ça dépend de la technologie de batterie utilisée. Si vous utilisez des batteries LMP de Bolloré ou des batteries LiFePO4, vous aurez certes des batteries moins efficaces que les batteries Lithium-Ion (160 Wh/kg pour une LiFePO4 contre 230 Wh/kg pour le Li-Ion et 50 Wh/kg pour une batterie au plomb), mais plus sures et sans risque d’incendie ou d’explosion (bref ces batteries pourraient servir elles-mêmes de blindage). Et quel difficulté de mettre sous blindage des batteries ? Ce serait « tellement lourd ». MDR. Quelle augmentation de masse ? Il faudrait juste les mettre dans les parties les mieux protégées avec les munitions par exemple. Vous cherchez des problèmes là où il y en a pas et vous vous improvisez ingénieur sans avoir la moindre compétence.

            En contrepartie vous consommerez moins, vous aurez l’occasion de surprendre vos ennemis par une attaque plus silencieuse et vous aurez la capacité de sortir beaucoup plus rapidement d’un mauvais chemin grâce à une meilleure capacité d’accélération, donc en particulier de réduire la taille de votre moteur. Bref aucun intérêt, n’est-ce pas ?

      • Félix GARCIA dit :

        Mine de rien, votre échange houleux soulève des points intéressants.
        Merci à vous deux, NRJ et Royal Marine.
        Cordialement,
        Félix GARCIA

    • EchoDelta dit :

      Alors en France Nexter était super preneur d’un véhicule hybride, jusque ce qu’il … Tire une rafale de 12,7 ou de 14,5 dans une batterie au Lithium et voit le résultat. Là ils étaient plus du tout emballés. Bref a part avoir des technologie de batterie qui ne brule pas, je vois pas trop de blindés hybride sur le court terme ou alors avec des bonne vielle batterie au plomb pour 2 km.

      • NRJ dit :

        @EchoDelta
        Le carburant, ça brûle aussi. Pour autant on l’utilise quand même. Par ailleurs tout dépend de la technologie de batterie. Les batteries Lithium-Fer-Phosphate (LFP ou LiFePO4) ne rejette que de la chaleur. En contrepartie elles sont plus volumineuses. J’ espère que les gars de Nexter prennent un minimum de recul. Arquus a fait le choix d’une propulsion hybride pour son Scarabe, ce n’est pas par hasard.

        • Hermes dit :

          Le tir dans un réservoir n’impliquera pas nécessairement un incendie/explosion.
          Une batterie Lithium-ion percée, c’est le feu immédiat.

          • NRJ dit :

            @Hermes
            Vous envoyer une roquette à charge creuse dans le réservoir ou un cocktail Molotov, je peux vous promettre que votre réservoir va bien flamber.

            Il est évident qu’il faut mettre les batteries derrière le blindage. On ne doit pas les mettre à l’extérieur, comme le moteur, le réservoir ou les munitions. Une fois cet aspect pris en compte, est-ce que ça change vraiment l’aspect du blindé ? J’en doute.

            Par ailleurs, si on a tellement peur que les batteries Lithium brûlent (c’est le cas pour les batteries Lithium-Ion ou Lithium-Polymères), on pourrait utiliser des batteries LiFePO4 qui ne brûlent pas ou les batteries solides de Bolloré (qui ont besoin d’une température de 90 °C pour fonctionner). Certes elles seront moins efficaces (plus chère et plus faible densité énergétique, mais meilleure durée de vie, ce qui n’est pas négligeable). Ces deux types de batteries ne brûleront pas et n’émettront, au pire, que de la chaleur et ne brûleront pas.

  2. Piliph dit :

    Déjà en 2017, M. Laigneau signalait la mise au point d’un VAB hybride, mais l’accent était mis sur les avantages tactiques, et non sur les émissions de GàES.
    http://www.opex360.com/2017/08/25/avec-son-vab-electer-rtd-saffichera-en-pionnier-de-la-propulsion-hybride-luniversite-dete-du-medef/

  3. Thaurac dit :

    Ecolo n’égale pas « panacée » los angeles et la cote ouest en payent les dividendes tous les jours, avec coupures d’électricité et centrale à gaz qui bombardent le plafond de co2!
    Google est mon ami cherchez..
    Coupure électrique en Californie : l’éolien et le solaire mis en cause
    es coupures électriques en Californie pointent les risques liés au développement (trop ?) important des énergies renouvelables. Quand l’éolien et le solaire sont pointés du doigt, cela interroge.

    Depuis plusieurs jours, la Californie connait, comme chaque année à pareille période, une canicule avec des températures dépassant parfois les 50° C. Et en 2020, les coupures de courant se multiplient. Le principal fournisseur de l’Etat américain, PG & E, et ses concurrents n’arrivent pas à faire face à la demande et sont contraints d’organiser des coupures, qui suscitent la colère de nombreux élus et habitants.

    Quand les énergies renouvelables sont pointées du doigt

    La hausse de la demande explique en partie cette situation, et quand la climatisation représentait, en 2016, 15 % de la consommation électrique de l’Etat, les températures caniculaires font bondir cette proportion qui peut atteindre jusqu’à 70 % de la demande.

    Et la Californie a investi massivement depuis des années dans les énergies renouvelables, principalement le solaire et l’éolien, fermant régulièrement ses anciennes usines à énergies fossiles. Et cette révolution écologique dans la production énergétique est un facteur aggravant de cette pénurie.

    L’énergie solaire, avec ses problématiques récurrentes de stockage de l’énergie, et l’éolien, qui pâtit d’une absence de vent depuis plusieurs semaines, interrogent quant à l’avenir du réseau électrique de l’Etat.

    Les énergies renouvelables de demain, des solutions à imaginer ?

    En 2018, les énergies renouvelables représentaient déjà en Californie 1/3 de l’électricité produite. Or, l’Agence Internationale de l’énergie alertait déjà en 2018 sur les risques liés à l’alimentation des climatisations par l’énergie solaire. Cette dernière ne peut pas, selon cette agence, assurer seule cette alimentation, mais doit être nécessairement associée à d’autres solutions comme l’augmentation des capacités de stockage (batteries, …) ou à la massification de solutions alternatives (stockage thermique à base de glace ou d’eau froide, …).

    L’Etat américain devra donc prendre des décisions dans les semaines ou les mois à venir, mais la question se pose ou se posera pour bien d’autres gouvernements à moyen terme.
    donc actuellement c’est les centrales à gaz qui pallient la différence avec un bilan carbone énorme, ce qui ne fait pas, de la californie , un exemple, car on a eu l’exemple de l’allemagne , et maintenant ce sont des centrales à charbon issu d’énormes mines, qui alimentent berlin, bravo les verts

    • Pravda dit :

      Les pics de chaleur entraînent aussi des problèmes de distribution avec l’échauffement des lignes, des transfos… donc des baisses de rendement.
      Pour info, les batteries de Prius étaient prévues pour faire une seconde vie au pied des éoliennes ou panneaux solaires, lorsqu’elles tombaient à 80% de la capacité initiale. Mais malgré leurs vingt ans, peu d’entre elles ont été réformées.

    • PK dit :

      La plus grosse pollution en France vient en général… d’Allemagne. Des centrales charbon et gaz. Mais chut, ils sont écolos : ils rejettent leur carbone sur les autres…

      La France est quasiment le pays le plus décarboné au monde. On est en train de se tirer une balle dans le pied en poursuivant dans une écologie meurtrière pour le pays. Que les autres pays commencent à atteindre notre niveau de décarbonisation et on en reparlera.

    • PeterR dit :

      Les US sont très loin d’être des modèles d’écologistes. Clim à fond au point qu’il faut mettre sa petite laine dans les restos et autres entreprises et lieux publics alors qu’il fait plus de 35°C dehors … et portes grandes ouvertes. La motorisation « de base » est le V6 et les V8 et moteurs de plus de 5l de cylindrée ne sont pas rares.
      Un américain consomme environ 2 fois plus qu’un français qui lui même consomme 4 fois plus qu’un indien. Je crois que les champions sont les monarchies du golf :
      https://www.businessinsider.fr/etats-unis-france-japon-voici-combien-de-planetes-il-faudrait-si-la-population-mondiale-vivait-comme-dans-ces-pays/

      En terme d’électricité l’Islande semble tenir la tête :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pays_par_consommation_d%27%C3%A9lectricit%C3%A9

    • Ah Ca ! dit :

      Petite correction… PG&E (Pacific Gas and Electric) basée à San Francisco n’est pas la principale compagnie d’électricité d’Amérique mais uniquement de l’état Californien.

    • Félix GARCIA dit :

      L’une des raisons de la Silicon Valley, là où elle est, c’est l’électricité pas chère d’un barrage hydroélectrique, avant, le coin était connu pour ses pommes.

      Pas que je trouves chouette les barrages et leurs retenues d’eau …
      Après, j’ai rien à redire.

      On fait les choses de manière délirante.

      « Quand il suffirait » (« yakafokon ») de bien cibler …

      Isolation et construction écologique (bois, terre, pailles [Chanvre, lin, blé …], pierres, chaux …) et conception bioclimatique, agriculture agroforestière (fin des « questions de Carbone© » et réduction drastique de la pollution des eaux de surfaces, souterraines et des eaux de mer etc etc …) et la plus manuelle possible (sans retrouver 40/60% d’agriculteurs), pêches intelligentes, aquaculture durable, localisme sur les productions vivrières, production d’eau chaude par le solaire thermique et le bois bûche, vêtements issus des produits animaux et végétaux et non pas de la chimie de synthèse, production locale de tous les produits de première nécessité, par l’agriculture agroforestière, se constituer un « patrimoine bois » pour diverses utilisations, construire des objets qui durent (fin de l’obsolescence programmée, revalorisation des manufactures et de l’artisanat et baisse de la pression fiscale), mettre en place une véritable filière du recyclage et de la réparation, encouragement à la propulsion vélique (SilenSeas [Saint-Nazaire], Grain d’Sail [Morlaix], Neoline [Renault] etc …) et la construction navale bois, reconstitution du réseau hydrographique et au passage création de parcours de pâturages tournants en fonds de vallons avec créations de niches de protection dans les versants Nord (voir travaux de Sepp HOLZER), encouragements à la mise en place de toilettes sèches et de réseaux de collecte et redistribution des effluents, ne pas mettre de « prime à la casse » mais faire de nouvelles normes pour le thermique (rapport poids/puissance donc consommation etc etc …) … la question de l’hybride à du sens sur les véhicules. Mais quelle sera cette autre énergie du coup ? Il y a plusieurs solutions.

      Donc avant de chercher midi à quatorze heures :
      -On arrête de chauffer les oiseaux à l’électrique.
      -On arrête de chauffer les oiseaux, tout court.
      -On arrête de se chauffer à l’électrique.
      -On arrête de construire n’importe comment.
      -On refait ce qui a été fait n’importe comment (en ce moment, avec mon frère, on refait un vieux moulin … doudiou … le massacre !)
      -On arrête de construire n’importe quoi.
      -On produit en agroforesterie paysanne ou juste en agroforesterie (et semis sous couverts permanents etc ….) …
      -Elevages agricoles en pâturages tournants
      -Production des biens de première nécessité sur le territoire national (savons, vêtements, produits d’hygiène et pharmaceutiques, quincailleries …)
      -Arrêt des décisions débiles du style : « prime à la casse » pour un véhicule électrique
      -Etc etc …

      Cordialement,
      Félix GARCIA

  4. Bob dit :

    L’empreinte logistique sera moindre avec un moteur electrique? Je me demande comment. Qui rechargera les batteries, les militaires en pedalant dans le vehicule? Des panneaux solaires? Une bombe H miniature? Attention aux chocs.

    • précision dit :

      C’est aussi ce que je me suis demandé, la densité énergétique du pétrole étant excellente (quasiment 100 fois celle des batteries Lithium, il me semble).
      Peut être considère-t-on qu’il est moins dangereux de transporter en convoi des batteries que du pétrole?
      Parce-que si on compte se recharger sur les réseaux électriques civils, c’est pas gagné sur les terrains d’opérations typiques de ce genre de véhicules.

        • NRJ dit :

          On verra si c’est sérieux. Ce n’est pas la première fois qu’un labo ou une start-up annonce des résultats impressionnants et qu’on s’aperçoit après que c’était de la daube. Il y a une lourde différence entre les performances en labo et les performances au niveau industriel dans le portable de Mr tout le monde. En plus des conditions différentes, il faut ajouter d’autres petites choses comme le coût.

          Pour l’instant les grandes boites du secteur comme Samsung, Panasonic, Catl, Toyota etc investissent surtout sur les batteries Lithium solide. On parle aussi de batteries au lithium avec anode en silicium. Une 3ème voie à long terme est la batterie Lithium-souffre.

    • PeterR dit :

      Un véhicule hybride se recharge pendant les freinages ou assimilés (descentes en se servant du frein moteur). Les batteries sont maintenant données pour une durée de vie d’environ 10 ans à environ 70% de la batterie neuve. Ca c’est pour des batteries sur véhicules civils vivant sûrement dans des conditions assez favorables. Je demande à voir dans la vraie vie et surtout sur des véhicules militaires qui ne sont pas soumis aux mêmes contraintes environnementales.
      Reste qu’un hybride est surtout valable pour un véhicule urbain qui accélère et freine souvent. Sur un véhicule qui fait de la route et de l’autoroute cela n’a aucun sens. Le poids de la batterie et du moteur électrique qui ne servent dans ce cas pas à grand chose vient impacter la conso et viennent prendre la place du réservoir, du coffre, etc …
      Après si on réduit la cylindrée du moteur et qu’on se sert du moteur électrique pour booster la puissance quand on a besoin on regagne en partie ce qu’on a perdu. Tout est dans le compromis dans le dimensionnement des différents organes (moteur thermique, moteur(s) électrique(s) et réserve d’énergie (batterie voir supercap).
      Comme sur un véhicule militaire dont le profil de mission doit être un peu plus complexe que sur le VL de monsieur tout le monde le compromis doit être encore plus complexe. Et comme toute la tripaille vient au dépend du réservoir ou des capacités d’emport un véhicule militaire hybride n’a de sens que pour les avantages tactiques que cela peut présenter (silence ou capacité de franchissement plus important si on dote chaque roue d’un moteur et d’une gestion intelligente type anti patinage). Cela peut aussi être un argument marketing pour vendre le zinzin à des décideurs incompétents.

      Il y a aussi quelques petits inconvénients sur un véhicule hybride qui peuvent ne pas apparaitre de prime abord. Comme la batterie tourne autour de 400V ce n’est plus n’importe quel mécano qui a le droit d’y mettre les mains.

      • Pravda dit :

        Les premières Prius ont plus de vingt ans, sans problème particulier de capacité, et c’est la voiture préférée des bobos californiens, je suppose donc qu’elles supportent bien la chaleur.

        • PeterR dit :

          Les premières versions n’ont été commercialisées qu’au Japon.
          Maintenant si on prend une 3ème génération (2009-2016) en hybride rechargeable l’autonomie en électrique atteignait la fantastique valeur de 23km. Elle était dotée d’une batterie Li-ion. Les batteries de ce type à l’époque étaient loin de tenir ce que tiennent les batteries modernes. La température a tendance à augmenter la passivation des électrodes ce qui a pour inconvénient d’augmenter la résistance de sortie et donc la chute de tension quand on tire du courant et par conséquent accélère le moment où la batterie de fournie plus le voltage requis. Accessoirement ça plombe le rendement des cycles de charge et décharge et donc le rendement global du véhicule.
          Si une batterie de ce type et de cet âge à encore 30 à 50% de sa capacité initiale il faudra vous estimer heureux. Ce qui revient à dire que l’autonomie du véhicule en électrique doit tourner autour des 10km … toutes bielles dehors.
          Mais bon les bobos californiens ne doivent rien en avoir à secouer. Seul l’apparence compte. Et pour ça il faut reconnaitre que Toyota a été très fort au niveau marketing

          • dolgan dit :

            Une batterie ça se change.C’est pas ce qui se fait de plus complexe comme opération. Surtout dans un cadre militaire. Contrairement à Mme michu,une armée, ça l’intéressera de connaitre l’état des batteries de son parc hybride ET elle aura les moyens de les contrôler (voir de les réparer en changeant les accus défaillant).

          • PeterR dit :

            @ Dolgan :
            – Pravda n’évoquait pas le remplacement éventuel et ses propos laissaient penser qu’une batterie de 20 ans d’age était toujours ok
            – votre réponse montre une grande ignorance du monde automobile civil. Visiblement vous n’avez aucune idée du suivi opéré par les constructeurs. Pour avoir côtoyé les 2 mondes le monde civil (automobile et aéro) me semble bien plus strict que le monde militaire. Enfin, ce que j’en dis 😉

      • Vevert250 dit :

        Je confirme vos propos. Les quelques Toyota Yaris hybrides des parcs militaires de VL sont bien adaptées pour les liaisons intra-muros mais deviennent des gouffres en essence dès que vous empruntez des routes ou autoroutes sur plus de 10 km.

    • EBM dit :

      @ Bob il s’agit d’un hybride et non d’un électrique du coup il y a une source d’énergie interne pour recharger.

  5. Clavier dit :

    ……… « risque juridique » dans le cas où la British Army n’arriverait pas à atteindre cet objectif de zéro émission de CO2.

    On comprend qu’ils aient pris peur à l’idée de se voir sanctionner par les juges impitoyables de Bruxelles et qu’ils se soient tirés à l’anglaise…

  6. fgnico dit :

    mais …horreur et damnation… vous n’êtes pas  » écolo » mon cher
    pour remédier on dira
    « stop » please , changement de batterie et là Boum, rebelotte

  7. Auguste dit :

    Steyr, c’est pas de propriété Thales?.Ils veulent être indépendants des combustibles fossiles ou indépendants de la France,nos chers amis?.

  8. Jym dit :

    CO2 ou non, la production de pétrole baisse depuis déjà un certain temps, nous en avons de moins en moins à disposition. Donc pouvoir se passer du pétrole à terme est une nécessité absolue.

    • Royal Marine dit :

      C’est faux! Nous ne sommes toujours pas arrivé au fameux pic de production, car chaque année nous découvrons de nouveaux gisements de pétrole, dont certaines nappes dépassent les réserves prouvées de l’A.S. ou la Russie…
      Mais effectivement, la consommation a baissée à cause du nucléaire principalement…

      • dolgan dit :

        regardez le prix du baril sur 50 ans. ça règle le débat.

        • PK dit :

          Ça fait belle lurette que le prix du baril de pétrole n’est pas indexé sur son coût d’extraction ni sa rareté.

      • EBM dit :

        @ Royal Marine le conventionnel c’est a dire hors pétrole de schiste et hors bitumineux a atteint son pic vers 2007 2008 c ‘est le non conventionnel qui a maintenu la production jusqu’à la guerre des prix lancé par les saoudiens qui rend le non conventionnel moins rentable. Des réserves il y en a un peu mais elles ne sont pas toutes rentables à exploiter. L’armée a étudié le sujet et elle s’est inquiété pour ses approvisionnements d ‘où la recherche de solutions. La conso n’a pas beaucoup baissé ce qui est un soucis au vu des réserves rentables restantes.

      • Félix GARCIA dit :

        A Royal Marine,
        Mais ces pétroles qu’on découvre, sont-ils facilement extractibles ? Combien de kWh pour un kWh ?
        Ici, un commentateur dont je ne me souviens plus du nom, nous expliquait ce qu’il y avait de compliqué à transformer, et utiliser le pétrole vénézuélien.
        Je vois bien qu’on est pas prêt de voir la fin des réserves pétrolières, et tant mieux (Grand Minimum Solaire [Valentina ZHARKOVA, John L.CASEY, Henrik SVENSMARK], surtout si la possibilité d’une génération abiotique des hydrocarbures en grandes quantités est vérifiée, mais j’ai surtout l’impression que c’est pour ça que le gaz est tant apprécié ces derniers temps.
        Donc, la transformation de ces réserves est-elle si compliquée ?
        Y a t-il quelqu’un dans l’assistance qui puisse répondre ? Merci d’avance.

        Le nucléaire ne représente que 25% de l’énergie utilisée en France il me semble.
        75% de l’énergie électrique, mais 25% de l’énergie totale.
        Je dis ça de mémoire, c’est pt’être une connerie. Il me semble que je tire ça des conférences de Jean-Marc JANCOVICI.

        Cordialement,
        Félix GARCIA

  9. Hassan Nasrallah dit :

    On a perdu la guerre, chef, mais on a été plus écolo que les autres….

  10. Ah Ca ! dit :

    Zut et moi qui pensait que les Roastbeefs avaient inventé le moteur au pudding et aux crottes de mouton… Je suis déçu… le titre est décevant…

  11. Alpages dit :

    Au Sahel, elles sont où les bornes de recharge ? Ah, c’est de l’hybride classique (recharge en roulant et en décélération) ! Bon, sacré autonomie… Faut vraiment y croire à tout ça .

  12. nico1314 dit :

    l’article ne parle pas de blindés totalement électrique mais bien d’hybridation et ca semble etre une hybridation type Toyota…

    en dehors de ca je ne vois pas le problème, les armées aussi doivent évoluer…
    il faut rappeler que l’armée dispose de nombreux véhicules pas tous sur le terrain au mali…
    a quoi ca sert d’avoir des vehicules de liaison en TDI pour faire 3 km par parcours ?
    sur certaines bases aériennes, il y a des zoe disponibles pour les unités avec des bornes de recharge. certe ce n’est pas utilisable pour tous les trajets en GSBDD car certains sites sont vraiment éloignes mais pourquoi rejeter ces moyens de propulsion alternatif ?

    La majorité de l’armée francaise ne se trouve pas au fin fond du desert sahélien mais bien en France dans ses bases et quartiers ou la plupart des déplacements se font en utilitaire ou compact.
    il n’y a rien de choquant a ce que certains véhicules soient des hybrides rechargeables ou entièrement Electrique.
    Le seul probleme serait la facon dont on s’en sert.
    j’entends par la que ca sert a rien de vouloir faire faire 400 km a une zoé qui a une batterie de 200 km sans infra de recharge.
    Ca va aussi etre le probleme des boites qui achetent des flottes d’hybrides rechargeable pour les aides et la TVS reduite mais qui ne font rien derriere en terme de bornes de recharge…

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ l’article ne parle pas de blindés totalement électrique mais bien d’hybridation et ca semble etre une hybridation type Toyota… ]

      En fait l’article parle surtout de véhicule hybride sans préciser – et c’est normal – l’architecture de propulsion hybride envisagée !
      D’où l’inanité de toute  » argumentation  » … ;0)

       » Parler pour ne rien dire ou ne rien dire pour parler sont les deux principes fondamentaux et indissociables de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir !  »
      Pierre DAC

    • Plusdepognon dit :

      @ Nico1314
      Les industriels européens sont mal placés dans un marché où 40% de la valeur d’un véhicule est dans sa batterie :
      https://infoguerre.fr/2020/08/lindustrie-automobile-coinee-entre-retombees-de-pandemie-mutation-de-guerre-economique/

      Il s’agit de déplacer le problème de la pollution atmosphérique par celui de l’extraction minière (ce ne sont pas les mêmes pays qui sont concernés, vous vous en doutez bien) :
      https://youtu.be/2lHTHINmNVk

  13. Polymères dit :

    Il y en a ici qui sont quand même fort pour n’avoir en tête qu’une idéologie écologiste et tous les mauvais côtés de la technologie.
    Entre ceux qui pensent que l’intérêt c’est juste de moins polluer et ceux qui ne savent pas faire la différence entre l’hybride et le tout électrique, on est gâté.

    L’évolution technologique a toujours été confronté aux habitués du modèle actuel. Qu’est-ce qu’elles étaient ridicules les première voitures thermiques, ça n’avançait pas, ça faisait du bruit, ça puait, qu’est-ce qu’on s’emmerdait à développer une alternative aux bons vieux chevaux? On connait la suite….
    Je donne cet exemple pour dire que le développement technologique ne se fait pas au début de la transition, aux premiers modèles, il ne sert à rien de vouloir voir seulement les désavantages du moment en se forçant à nier les avantages dès lors que le système aura bien pris en compte les changements.
    Hier il était plus simple de trouver du foin pour les chevaux que des pompes à essence au coin de la rue, faire comme si aujourd’hui la « recharge » électrique serait une mission impossible, d’une complexité incroyable, c’est se foutre du monde, non il n’y a rien de complexe. Un véhicule qu’il soit tout électrique ou tout thermique a la même dépendance à une énergie, il faut le recharger ou faire le plein de carburant. On aime se dire que c’est plus facile de faire le plein d’essence, ben oui, on a l’habitude, on va à la station et c’est bon, mais on ne mesure pas les investissements et les étapes qu’il y a avant d’utiliser le pistolet de la pompe. Entre l’exploration, le forage, le convoyage, les traitements, les contrôles de qualité, les additifs, les déchets à recycler, le transport jusqu’aux distributeurs, il y a une chaîne énorme qui conduit en réalité à payer un prix d’or ce carburant, à dépendre d’énormément de choses qui ne sont pas sous notre contrôle.

    Nous changeons petit à petit de modèle, on va passer du véhicule thermique au véhicule électrique, ça ne se fera pas en 2 ans, les véhicules électriques dans 20 ans ne seront pas ceux qu’on a aujourd’hui, cessons de faire comme si les limites actuelles et les contraintes actuelles sont permanentes et impossible à faire évoluer. Ce n’est pas pour rien qu’on a aussi l’hybride, c’est une étape qui permet d’avoir les qualités des deux technologies, qui permet de faire la transition sur la durée sans avoir à être désavantagé.

    Là encore, on construit ce modèle brique par brique et chaque nouvel investissement, nouveau choix le feront monter plus haut. Mais certains ne veulent pas le comprendre, ils se disent que les briques actuelles sont l’aboutissement et la finalité de la chose.
    En Europe on est engagé dans un tel changement, ce n’est pas un choix, c’est une réalité. Les constructeurs sont poussés dans cette voie et le marché est de plus en plus contraignant pour les véhicules thermiques. Il y aura petit à petit, de moins en moins de modèles thermiques proposés à la vente, de plus en plus de véhicules hybrides et électriques et le jour ou l’on estimera avoir suffisamment l’offre pour se passer du thermique, on aura la fin de la mise sur le marché de ces véhicules, ils ne seront plus homologué neuf et les anciens rachetés ( interdiction de revente + prime à la casse). Cela se fera n’en doutons pas, ça ne sera pas pour dans 3 ans, ne vous inquiétez pas, on ne vous forcera pas à mettre votre nouvelle BMW à la casse pour acheter une Zoé, c’est un truc qui va durer bien 30 ans.

    Pour le domaine militaire c’est pareil, il va falloir proposer des alternatives et ça participera forcément aux changements industriels. La maitrise de l’hybride puis de l’électrique pour des PL (blindés, log etc…) c’est aussi une étape. C’est un tout, ça va aussi permettre le développement de tout ce qui touche aux véhicules autonomes.

    Comprendre l’intérêt de l’hybride n’est pas de réciter les désavantages et les contraintes de l’électrique d’aujourd’hui. L’hybride peut ne pas être « rechargeable par prise, on peut parfaitement recharger les batteries par inertie. L’avantage de cela, c’est de disposer d’un frein moteur bien plus puissant que le freinage classique, c’est la discrétion sur des zones urbaines ou dans les bases, c’est la moindre consommation de carburant. Un moteur électrique fournit également un couple bien supérieur à un moteur thermique, permettant des accélérations plus vives et une meilleure réactivité, qu’on ne vienne pas me dire que ce genre de choses n’a aucun intérêt militaire et tactique, on n’impose pas cela juste pour l’écologie. Vous le noterez d’ailleurs, je n’ai même pas vraiment évoqué l’aspect écologique car pour moi, l’avantage premier de cette transition, c’est de conduire à réduire au maximum la dépendance au pétrole, ces dizaines de milliards qu’on donne aux saoudiens, aux russes et autres chaque année et qui font leur fortune, on pourrait s’en passer et les investir chez nous.

    Donc mettons nous plutôt en tête que l’intérêt premier n’est pas de sauver la planète ou d’avoir un truc qui n’engendre aucunes pollutions, mais bien de sortir d’un monde pétrolier qui font avant tout les affaires d’autres pays, dont nous sommes dépendants.

    • PeterR dit :

      Il est clair que les technos vont faire des pas de géant. Quand on voit ce genre d’annonce (même si on peut considérer qu’il y a une bonne partie de com. ) :
      https://www.usinenouvelle.com/article/volkswagen-va-investir-60-milliards-d-euros-d-ici-2024-dans-l-electrique-et-le-numerique.N904184
      Ca fait l’équivalent de plusieurs GAN au grand complet. Ca donne une idée des moyens mis en jeux.

      • Daniel BESSON dit :

        [ On aime se dire que c’est plus facile de faire le plein d’essence, ben oui, on a l’habitude, on va à la station et c’est bon, mais on ne mesure pas les investissements et les étapes qu’il y a avant d’utiliser le pistolet de la pompe. Entre l’exploration, le forage, le convoyage, les traitements, les contrôles de qualité, les additifs, les déchets à recycler, le transport jusqu’aux distributeurs, il y a une chaîne énorme qui conduit en réalité à payer un prix d’or ce carburant, à dépendre d’énormément de choses qui ne sont pas sous notre contrôle. ]

        J’ai pris du temps pour lire , et je ne regrette pas …

        C’est bô comme une pub de TOTAL™ des années 80 mais c’est du n’importe quoi !
        Pour faire court et sans verbiage : La moindre augmentation de taxe – 7 centimes – c’est au moins CINQ FOIS le cout de la distribution .
        C’est JUSTEMENT bien par ce qu’elle a été capable de répartir ces couts et ces investissements gigantesques sur des quantités considérables que l’industrie pétrolière peut afficher des couts tellement bas . ;0)

        https://www.lefigaro.fr/assets/infographie/print/1fixe/WEB_201739_decomposition_prix_litre.jpg
        https://www.richeidee.com/wp-content/uploads/2011/01/decomposition_carburants_2010.gif

        Et encore souvent le prix du brut est un prix géo-politique même si les pétroles de schiste , ceux de l’arctique ou de Prè-Sal ont un cout plancher assez élevé .
        https://si.wsj.net/public/resources/images/OG-AG999_201504_G_20160415115919.jpg

        A titre d’info le cout  » direct  » d’exploitation , la partie forage , cela peut descendre jusqu’à 3,5 USD/baril chez les Séoudes .

    • Lechavenois dit :

      à Polymère :

      « …. évoqué l’aspect écologique car pour moi, l’avantage premier de cette transition, c’est de conduire à réduire au maximum la dépendance au pétrole, ces dizaines de milliards qu’on donne aux saoudiens, aux ….. »

      Cela fait un demi siècle que l’on cherche à réduire notre dépendance énergétique des pétro-monarchies, et à raison.
      Pour ma part je n’ai jamais cru à cette propagande pseudo-écologique. En France, l’électrification de notre économie est surtout guidée par la géopolitique et la finance. Et cela me va très bien .
      Personnellement j’ai équipé récemment une de mes voitures V6 essence ( = 17 l/100 en cycle urbain) d’un boitier pour le bioétanol : 0.7 euros le litre, vignette CritAir = 1 ; de plus, en faisant le ‘plein’, une petite partie de mon ‘argent est reversée à des agriculteurs français.

    • sentinelle dit :

      Bien voyons on va empêcher les collectionneurs d’utiliser des milliers de voitures de collection et de motos pour les brader ça commence à suffire cette mise en place d’un régime totalitaire et collectiviste ce qui m’effraie c’est que des individus censés puissent avoir des idées pareilles si vous croyez que c’est pour ça que l »on était prêt à mourir pour son pays vous vous trompez c’este suicide de l’occident dévoré par son nihilisme . Finalement c’est vrai que c’est chez nous en europe que son nés ou se sont instruit le tyrans a l’exception de Staline et de Mao .

  14. mulshoe dit :

    Désolé pas le temps de lire vos commentaires . Cela a sans doute déjà été dit mais quid de la charge ? Sachant qu un avion électrique ne peut transporter qu’une demi-livre de beurre au mieux . Ou alors je n’ai rien compris !