!-- Quantcast Choice. Consent Manager Tag v2.0 (for TCF 2.0) -->

 

Le premier avion léger de surveillance et de renseignement destiné à l’armée de l’Air a enfin été livré

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

53 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    Le matériel et les personnels du renseignement permettent aux opérations d’être efficaces :
    https://www.air-cosmos.com/article/dfense-le-cdaoa-dope-la-filire-rens-23486

    Le Royaume-Uni a une petite longueur d’avance (à armée comparable) sur nous :
    https://lemamouth.blogspot.com/2019/12/les-promesses-dune-visite.html

    • Fred dit :

      @ Plusdepognon

      Le Royaume-Uni a une grosse longueur d’avance en moyens ISR aérien : aux six Shadow R Mk-1, il faut rajouter trois Boeing Airseeker et cinq Sentinel.

      Il faut noter cependant que le Royaume-Uni, ne possède pas de satellite dédié (mais il n’est pas sûr que nos satellites CERES (en 2021) soient taillés pour cartographier les émissions radio dans la BSS ; peut-être les liaisons satellitaires ?).

      • Titispv dit :

        Pouvez vous indiquez la différence entre les 3 types d’avions de la RAF

        • Fred dit :

          @ Titispv
          Différences … De taille :o) et donc de performances et de distance de traitement des signaux (analyse au dessus du terrain possible, où à longue distance si obligation ?), de spécialisation (plus pointus dans un domaine ou un autre).

          Certains ont une deuxième corde à leur arc, d’autres non :
          – le Shadow R Mk-1 peut faire en plus du ROEM de l’observation visuelle (il vole bas et au-dessus du territoire à traiter)
          – le Sentinel est avant tout un avion radar, destiné à voler au-dessus ou proche du territoire à traiter, mais vole très haut, et semble pouvoir aussi faire de la collecte électronique
          – le Boeing Airseeker est un pur ROEM, performant mais cher (très vieille cellule acheté d’occasion par les Anglais, mais à la page concernant ses capteurs), il peut « voir » loin, il vole haut.
          – le Boeing E-3 Sentry est un pur radar aérien (et de gestion/coordination de l’espace aérien), il ne semble pas faire de ROEM

          Mais tout cela est au conditionnel, car on ne nous dit peut-être pas tout, certains avions ont peut-être plus de cordes à leur arc ;o)

          P.S. Il semblerait que les Shadow R Mk-1 soient désormais au nombre de huit, et qu’ils soient mis à jour en Mk- 2

      • jccdm dit :

        Il faut rappeler que, outre le contrat de CAE avec l’armée de l’air, il y a le contrat de CAE avec la DGSE. relation contractuelle plus ancienne et qui porterait sur plus d’avions ISR(d’après les infos ouvertes bien sûr).

  2. Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

    Tout comme pour l’achat des véhicules Ford (construits en Afrique du Sud): la question qui s’impose est de savoir s’il serait physiquement douloureux pour certains idéologues globalistes de penser aux emplois en France lorsqu’ils achètent des équipements pour la défense….. et bien sûr non sans se demander pourquoi les entreprises subventionnées et optimisées sur le plan fiscal en France ne fabriquent pas le matériel dont l’État a besoin …
    Comment pouvez-vous défendre une Nation si vous menez une guerre d’anéantissement avec votre propre classe ouvrière?

    • Byzance dit :

      Vous connaissez beaucoup de turboprop de ce type construits en France. Juste en passant…

    • Aymard de Ledonner dit :

      Je ne vois pas où vous voulez en venir. L’avion est équipé par des entreprises françaises et la cellule est certes américaine mais aucun équivalent français n’existe. Daher ne fait que des monoturboprop (même le kodiak est mono) et le cn235 (très espagnol) est beaucoup trop gros pour le job.
      Daher vient de grossir en rachetant le fabricant du kodiak mais concevoir un avion deux fois plus gros que la série TBM 900, avec deux turboprop en nacelles au lieu d’un unique turboprop dans le nez, ne se fait pas en 5 minutes pour autant que Daher ai la capacité d’investir dans un tel programme, qui ne sera pas rentabilisé par la simple commande de 3 appareils par la DGA…

    • jccdm dit :

      Bonjour,
      Pouvez-vous lire l’article avant de commenter?
      Merci.

    • Lassithi dit :

      Vous avez raison, mais cela ne les dérange pas.
      Le globalisme c’est l’antithèse de la nation. derrière il y a l’idéologie fédéraliste pour les membres de l’UE. Ils sont très astucieux dans leur prise de position, et diffuse toujours le même message, sans jamais répondre aux objections qui leur sont faites.
      Avec eux, on est revenu à l’époque de l’inquisition et de la terre plate. C’est la néo inquisition qui va de paire avec le néo libéralisme. L’obscurantisme moderne…
      La seule bonne nouvelle, c’est que les armées semblent profitez un peu du plan de relance, elles en ont bien besoin.
      Ironie de l’histoire, ce sont les mêmes qui ont sabré depuis 30 ans les budgets, qui remettent un peu au pot. Mais on reste bien loin du compte, il faudrait 15 ans pour reconstruire notre outil de défense avec un budget très volontariste chaque année. Les annonces de la LPM, sont comme pour le traitement du covid, en restant confiné et avec de l’aspirine…
      Heureusement, il y a des Raoult en France.

    • perry57 dit :

      c’est vrai quoi, rouler en kangoo, duster, berlingo c’est nettement mieux….pour avoir fait la route Sarajavo – Mostar plusieurs fois, été-hiver, avec tout le barda « de l’époque », au maximum on ne pouvait pas être pas plus de trois dans le berlingo (de merde…). En parlant d’entreprises subventionnés, vous parlez de Renault, Peugeot ? les mêmes qui ne fabriquent presque plus rien en France, c’est bien cela ?

      • philbeau dit :

        Evitez de parler en ces termes de Peugeot , qui caracole en tête des entreprises automobiles en profitabilité depuis la prise en main par Tavarès .

      • dompal dit :

        @ perry57,
        Des berlingo à Sarajevo !!!????? En quelle année ?
        Vous confondez pas plutôt avec l’opint Sentinelle à Paris ? 😉

  3. Cabrera dit :

    Certainement de bons appareils, mais que l’on va user dans le sable et le climat torride du Sahel. Comme le reste…
    Ça nous coûte une fortune cette opération Barkane !!!
    Faites le calcul depuis 2013 !!!
    Il n’y a qu’une solution politique là bas, même si c’est loin d’être facile.

    On ne va y rester encore 10 ans !!!

    • LM dit :

      Il faut bien que les matériels servent à quelques chose.
      Vous préféreriez qu’ils ne servent qu’à de l’entrainement sur le territoire national ???

    • Kural dit :

      Sa coute que 1 milliard par ans, soit bien moins chère que les serveur qui serve à stocké tes commentaire à toi et à des millions d’être d’humain, oups… de plus sa fait pas 10 ans mais 9 ans, de plus si ont laisse le terrorisme évoluer et prendre le controle de l’affrique alors une « vrais » guerre état-contre état va couté bien plus chère… pour terminer la majorité des équipement ne sont PAS envoyer au Sahel,à commencer par les sous marin ou bien encore la majorité des chars leclers qui ne sont pas utilisé en affrique mais utilisé en europe, de plus y’a que 5100 soldat, 4 drone, 6 avions, 200 blindé, 20 hélicoptère et 200 véhicule logistique pour toute l’opération barkhane, soit moins de 5% des effectif, et même pas 1% des véhicule de l’armée, donc dire que tel nouveauté est utilisé au sahel est faux, pour terminer au sahel y’a cap vert, sénégal, algérie, soudan, djibouti, somalie, éthiopie, etc, hors tout c’est pays ne f’ont pas parti de la force barkhane, donc tu utilise le mauvais terme pour désigné des pays qui ne sont pas concerné, preuve utile de ton ignorance…

      Ho et c’est pas depuis 2013 mais bien avant que la france est présente au Sahel la première guerre civile tchadienne datant de 1969 par exemple, fait parti du Sahel… preuve supplémentaire de ton ignorance…

      j’ai calculé sa fait même pas 9 milliard d’euros en 7 ans, soit à peine plus de 1,2 milliard par ans,le budget pour une année militaire est de 46 milliard en france (chiffre 2020) donc non sa ne nous coute pas une fortune sa nous coute même presque rien, que 2% du budget militaire, si 2% pour toi c’est une fortune alors tu dois pas beaucoup dépensé d’argent dans ta vie…

      • Cabrera dit :

        D’abord, Cher Monsieur Kural, il faudra apprendre le français correctement pour accorder les verbes, les singuliers et les pluriels. L’ignorance n’est pas où l’on pense…… Ou alors on retourne à l’école….
        De plus, je n’ignore rien de ce qui se passe dans la bande sahelo-sahelienne puisque vous jouez sur les mots (Sahel).
        Je dis seulement (comme vous l’indiquez d’ailleurs) que ces opérations militaires nous coûtent très cher depuis 1969, sans véritable changement de cap dans cette partie de l’Afrique. C’est un tonneau des Danaïdes (regardez le mot dans le dictionnaire..) et comme tout contribuable, je veux bien payer, mais pour de vrais résultats. Je ne remets absolument pas en cause la valeur de nos militaires, mais il faudra bien un jour que la diplomatie l’emporte sur les armes. La France n’a pas vocation a être le gendarme de l’Afrique à vie.
        Je sais que les Chinois et les Russes lorgnent sur le pétrole et surtout le minerai d’uranium du Niger et c’est aussi pour cela que nous sommes là bas. Seulement cette situation n’est pas tenable. Certains pays souhaitent le départ des français.

        Donc, il faut trouver une porte de sortie honorable pour tout le monde avec des gouvernements stables dans ces pays.

      • haut de games dit :

        quand vous parler des 5100 soldat qui font moins de 5 % des effectifs militaire …de quoi parler vous ???
        savez vous réellement le nombres d’hommes ou de femmes capable de combattre sur notre sol en cas de merdier guerre civile totale avec attaque ciblée de nos points névralgique sur le territoire

        à force d’affaiblir l’armée de terrain pour favoriser une toute petite élite combattante type commandos ou autres forces spéciales ou unités très spéciales …dont les effectifs réunis ne doivent même dépasser et je suis gentil
        pas 60 000 en comptant tout le monde hein vite fait y compris les cuistots de ces unités …
        depuis presque 50 ans on affaibli l’armée et on y tasse des technicien plus que des soldats entraîner comme des guerriers ,méfiez vous messieurs les dirigeants de ce pays de cocagne s’il en est ……..un jour …………….un jour l’etat islamique pourra faire en FRANCE CE QU’IL A FAIT EN iRAK si on ne réagit pas !
        coordonné la guerilla gagne presque toujours face aux armées organisées
        mais d’ici là tous les rats qui nous coulent le pays se seront tirer du pays !
        en disant c’est pas nous ;c’est pas nous c’est Le pen ou d’autres qui ont inciter à la Haine …ben voyons !!
        melenchon l’aveugle sera sur un radeau entrain de fuir et en se disant mais qu’est que j’ai été C …..non même çà c’est pas possible …lui il restera comme cela même quand ils lui Couperont les C …idéologie du vivre ensemble oblige ,quand on est C c’est à vie !
        c’est bien les unités d’élite mais cela finit par perdre à Camerone face au nombre ,rappelez vous …
        alors si en plus y’a du traffic et du vol d’armes et dans les dépôts d’armements garder par des sociétés civiles ?….je me marre quoi !
        rappelez vous
        Soixante-deux soldats de la Légion, assiégés dans un bâtiment d’une hacienda du petit village de Camarón de Tejeda (« Camerone » en français), résistèrent plus d’une journée à l’assaut de 2 000 soldats mexicains. À la fin de la journée, les six légionnaires encore en état de combattre, à court de munitions, chargèrent baïonnette au canon leurs adversaires. Un officier et un soldat y perdirent la vie. Finalement, ils se rendirent à l’ennemi à condition de garder leurs armes et de pouvoir secourir leurs camarades blessés.
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Camerone
        à lire absolument pour débattre
        À l’origine de cette initiative d’intervention extérieure au Mexique se trouvent des conservateurs mexicains en Europe qui souhaitaient installer au Mexique un souverain européen catholique et conservateur pour contrebalancer le pouvoir des jeunes États-Unis protestants. José Manuel Hidalgo y Esnaurrízar, l’un d’entre eux, fit la connaissance de l’impératrice Eugénie et réussit à l’intéresser à sa cause. Napoléon III, sur les conseils du duc de Morny, chercha et trouva, après avoir essuyé le refus d’autres princes, l’archiduc Maximilien de Habsbourg qui venait de refuser d’être roi de Grèce. Maximilien hésita, mais, encouragé par sa femme Charlotte, fille du roi des Belges Léopold Ier, il finit par accepter de devenir empereur du Mexique.
        Après l’indépendance vis-à-vis de l’Espagne, les revenus du gouvernement mexicain diminuèrent et ses dépenses augmentèrent. Le déficit fut couvert par des emprunts sur le marché financier de Londres. Après la publication de décrets en 1827 et 1829 ayant pour but l’expulsion hâtive de la plupart des Espagnols, expulsions qui provoquèrent une évasion de capitaux et une baisse de la production tant industrielle qu’agricole, malgré les tentatives du gouvernement centraliste entre 1830 et 1832 du conservateur Anastasio Bustamante et de son ministre Lucas Alamán de réorganiser les finances publiques, 90 % du budget de la nation se destinaient à l’entretien de l’armée.

        Les créoles composaient les classes supérieures ; les métis avaient eux aussi une part importante dans les affaires. Les indigènes quant à eux étaient divisés en une multitude d’ethnies souvent antagonistes et pour la plupart quasi indépendantes et farouchement attachées à leurs coutumes ; certaines, totalement coupées des réalités, ignoraient même que le pays était devenu indépendant. Néanmoins certains de ces indigènes (Benito Juárez, Mejía) avaient réussi au niveau national ; d’autres, tel Santiago Vidaurri (es), étaient des caciques très puissants et très riches!
        Les classes aisées étaient divisées politiquement. D’un côté le parti conservateur, centraliste et clérical, était soutenu par l’Église catholique, le plus grand propriétaire foncier du pays, ainsi que par les communautés indigènes qui craignaient pour leurs terres et les privilèges fiscaux et fonciers qui leur avaient été octroyés par le vice-roi don Martín de Mayorga, de l’autre le parti libéral, fédéraliste et anticlérical, était majoritairement soutenu par les petits propriétaires métis ou créoles ainsi que par la bourgeoisie, avides de s’emparer des terres de l’Église[réf. nécessaire] et de celles des communautés indigènes que la nouvelle constitution libérale ne protégerait plus.

        Les loges maçonniques jouèrent un grand rôle dans la politique. Les loges dites « écossaises » originaires d’Espagne étaient partisanes du centralisme et de la conservation d’un gouvernement qui continuerait celui de la colonie. Les loges dites « d’York », fondées par l’ambassadeur américain Joel Roberts Poinsett, étaient du côté des libéraux et partisanes du fédéralisme.

        Entre 1821 et 1850, cinquante gouvernements se succédèrent, reflétant l’instabilité politique du pays.[réf. nécessaire] En 1836, le Mexique avait déjà perdu le Texas. Le pays avait fait face à un débarquement espagnol en 1829 à Tampico et à une intervention de la flotte française à Veracruz en 1838, le premier repoussé par le général Antonio López de Santa Anna. Le Mexique sortait d’une guerre contre les États-Unis (1846-1848) qui lui avait fait perdre 2,4 millions de km².

        En 1859, les conservateurs, opposés à Juárez signèrent avec l’Espagne le traité de Mon-Almonte (es) ; ils y promettaient de payer les dettes dues aux Européens. C’est donc à un pays affaibli et divisé qu’allait s’attaquer la coalition franco-anglo-espagnole, menée par la France

        (au fait la France actuelle a sa dette proche de celle du Liban ==> 120 % du PIB ….on y va lentement mais on y va …
        on coule ….

        au final pour faire simple en bilan de tout cela ….
        bon que les légios soit fier de leur petite action de sacrifice ,c’est une chose ,les comémos c’est bien pour le moral .le respect aussi ..
        mais stratégiquement parlant sur le plan international on s’en tape de çà ! la France y a gagner quoi dans cette expédition un peu débile !
        Les rivalités politiques divisaient les classes dirigeantes du mexique ..c’était facile de penser ….Coluche avait un mot pour ceux qui s’autorissent à penser des trucs …et on en a eu plein avec le COVID ..et bien d’autres choses comme la peine de mort ,….
        on surfe sur la vague laxisme tout le monde est beau et gentil depuis 1981 on vois le résultat ) bref revenons à nos moutons mexicains …
        De plus, depuis l’indépendance, le Mexique était en proie à une instabilité qui usait financièrement le pays. L’opportunité était belle pour un pays puissant comme la France d’y installer un régime à sa solde et d’en récolter les fruits.
        La solution, selon Napoléon III, était de mettre fin au désordre politique régnant et d’y instaurer un Empire. Une fois l’ordre rétabli, le progrès serait au rendez-vous et le Mexique deviendrait le premier pays industrialisé d’Amérique latine. Devenu terre d’élection, il attirerait des milliers de colons et verrait l’urbanisation s’intensifier. Des milliers d’Italiens, d’Irlandais, de Grecs, de ressortissants de tous les pays en difficulté viendraient y résider et concurrencer les États-Unis comme choix de destination des migrants. De plus, en choisissant un prince autrichien, l’Empereur compensait diplomatiquement son engagement récent en Italie!

        Ce plan, qui pouvait contrebalancer en Amérique la puissance des États-Unis en créant un Empire catholique allié à la France, fut notamment soutenu par Eugène Rouher, lequel en parlait comme de « la plus grande pensée du règne », sans cependant avoir consulté les Mexicains, pourtant les premiers intéressés.

        Les conditions géopolitiques étaient excellentes en 1861 : les dettes du Mexique et l’attitude du gouvernement libéral de Juárez qui entamait son deuxième mandat (du 15 juillet 1861 au 19 juin 1867) fournissaient des prétextes tout trouvés pour une intervention française « légitime ». En outre, l’intervention américaine était exclue, la guerre de Sécession battant alors son plein (la France se considérant par ailleurs neutre dans ce conflit).
        En avril 1865, la guerre de Sécession prenait fin par la victoire du Nord. Le représentant de Benito Juárez, Matias Romero, poussa le gouvernement de Washington à masser ses troupes le long de la frontière avec le Mexique, y apportant armes, munitions et matériel. Les troupes du gouvernement républicain virent aussi leurs effectifs augmentés d’anciens combattants de la guerre de Sécession américaine.

        Pendant ce temps, le secrétaire d’État des États-Unis, William Henry Seward, pressait les Français d’abandonner le Mexique.

        Dans ces conditions, la France ne pouvait plus se permettre de gaspiller ses forces dans une aventure à longue distance.

        Napoléon III retira donc ses troupes, abandonnant peu à peu les villes du nord, Mexico, Puebla, et Veracruz. Durant cette retraite, Juárez évita soigneusement tout accrochage inutile avec les Français. En revanche, dans les zones reconquises, les représailles contre les Mexicains les plus compromis dans la collaboration avec l’Empire furent impitoyables. En février 1867, le dernier navire français quittait les rives du Mexique.

        Sur les 38 493 militaires français envoyés au Mexique, 6 654 sont morts de blessures ou de maladie, soit 17 % des forces françaises, ou encore un sixième

        Napoléon III, qui souhaite établir en Amérique latine un empire latin et catholique pour barrer l’expansion des États-Unis anglo-saxons et protestants, entreprend la conquête du Mexique et offre à l’archiduc Maximilien d’Autriche le titre d’empereur, avec l’aide des conservateurs mexicains. N’étant reconnu que par les conservateurs mexicains, Maximilien applique une politique libérale, s’appuyant pour l’essentiel sur la présence des troupes françaises. Il bénéficie également de la non-intervention des États-Unis, accaparés par la guerre de Sécession. En 1864, la situation change. Les victoires du Nord sur le Sud modifient les vues du gouvernement de Washington, et le Congrès vote une résolution protestant contre l’intervention de la France au Mexique.

        Ayant définitivement mis fin à la guerre civile en 1865, les États-Unis n’ont jamais reconnu le gouvernement de Maximilien, considérant toujours le gouvernement de Juárez légal. Dans la correspondance diplomatique des agents fédéraux reparaît la doctrine Monroe. Un petit contingent français, épaulé par des Autrichiens, se retrouve même durant quelques mois, fin 1865 – début 1866, au contact direct des troupes américaines de l’Union dans le village de Bagdad à l’embouchure du Rio Grande où un combat a même lieu le 4 janvier 1866. Devant les menaces croissantes des États-Unis, les troupes françaises finissent par quitter le Mexique, accompagnées par les contingents des autres nationalités. Maximilien, qui refuse de partir, est capturé par les républicains mexicains. Jugé, il est condamné à mort et fusillé.

        Avec l’appui des États-Unis, la république mexicaine, dont le gouvernement juariste n’a pas quitté le territoire national durant toute la durée de l’intervention française, remporte la victoire sur les conservateurs mexicains et profite du retrait des troupes françaises. Maximilien paye de sa vie son rêve et son entêtement à rester.

        Depuis cette époque, la doctrine Monroe s’applique sur tout le Nouveau Monde

        bilan de tout cela
        un fiasco
        et un renforcement des Etats Unis qui leur permettra de s’emùparer du pouvoir mondial après la première guerre mondiale et une lente descente fasciste du Mexique qui ne sera jamais comme le révait Napoleon 3 et les conservateurs mexicain le contre pouvoir des Usa….

        et c’est toujours le cas
        alors on peut honorer ces légionnaires qui se sont sacrifier !
        attention qu’un jour cela ne se passe pas sur le sol de France et que tout le peuple historique Français ne soit obliger de migrer pour devenir un peuple de paria comme beaucoup d’autres le sont devenus dans l’histoire du monde!
        y’a pas longtemps on avait les Yazidis ,on a eu les arméniens ,les kurdes encore ….
        bref la France qui accueille trop de monde finira par se suicider elle même

        et ceci par la délinquance non réprimée ,cela commence par là au départ
        Toujours ….le bordel vient toujours de là et de la corruption des élites

    • blavan dit :

      Le Sahel , ce n’est plus une question de temps puisque la mission est éternelle, et il n’y aura jamais de vainqueur ni de vaincu. La fin dépendra simplement d’une alternance politique, et donc à chaque renouvellement de président de la République , on saura si on renouvelle le bail pour 5 ans . De toute façon les français ne comprennent pas ce qui se joue en Afrique, donc aucun candidat ne mettra pour l’instant le sort de Barkane dans son programme présidentiel.

    • PK dit :

      « Il n’y a qu’une solution politique là bas, même si c’est loin d’être facile. »

      Oui : il faut recoloniser.

      Le problème, c’est que ça coûte un max…

    • perry57 dit :

      initialement, on ne devait y rester « que » quelques mois….

      • dolgan dit :

        AH? Pas selon le gouvernement en place à l’époque qui avait clairement annoncé qu’on resterait le temps qu’il faudrait. JYLD avait d’ailleurs été beaucoup critiqué par la presse en refusant de donner une date de fin.

    • Jerg dit :

      Et ?

  4. Schmitt dit :

    Suite aux dires du général Lavigne …avec de tels moyens engagés.. , la colonne ennemie devait être au moins une division blindée ….parce que si il est question d’une colonne de 4×4 avec l’armée mexicaine locale … cela frise le ridicule et la gabegie..

    • Spls dit :

      Sur le fond vous avez raison. Déjà si on engage un chasseur il faut un ravitailleur en soutien, mais les chasseurs ne pouvant pas assurer la permanence aérienne au dessus du champ de bataille et/ou du convoi ennemi, il faut alors des drones ou des ALSR… Bref deux ALSR, n’importe quel avion à turbopropulseur équipé pour, armés de missiles (Hellfire, roquettes guidées laser,…) auraient pu faire le boulot pour moins cher. Engager, depuis des années (je compte aussi l’Afghanistan), des chasseurs dans ce genre de conflits est une perte d’argent et peut-être aussi de compétences (moins d’entraînement aux conflits à haute intensité : combat aérien, pénétration à basse altitude, SEAD,…).

    • Kural dit :

      Schmitt la zone barkhane sa fait combiens de fois la taille de la france? le nombre de population sur place? le nombre de militaire sur place? donc non sa frise pas le ridicule bien au contraire ! encore un enfant qui comprend rien à la situation géographique…

    • egdltp dit :

      Ces moyens ont garantis un 0 perte de notre coté. La préparation et la correcte mise en œuvre d’une supériorité matérielle est ce qui permet de raréfier les défilés sur le pont Alexandre III et les cérémonies dans la cour des Invalides.
      Maintenant, on peut se désintéresser de la région et pleurer sur l’arrivée des gens qui la fuient chez nous…

    • jccdm dit :

      Les moyens ISR par vecteurs pilotés sont essentiels lors des opérations de contre insurrection. La flotte d’avions américains ISR était imposante en afgha.

    • dolgan dit :

      Mr Lavigne fait état de moyens engagés très limités.

  5. Ghostrider dit :

    @ abuse … hé maurice ( thorez) sort de ce corps ! 🙂 .. bon je rigole abuse … à demi. tu étais syndicaliste au GIAT dans les années 70 téléporté en 2020 ? ne le prends pas mal c’est de l’humour. entre nous quelle vision as tu de l’économie ?

    • Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

      @Ghostrider « quelle vision as tu de l’économie? » Une économie capable d’équiper notre personnel infirmier avec des masques de protection en cas de pandémie.

  6. Frédéric dit :

    Ils seront versés à quel escadrille/escadron ?

    • Jean-Michel dit :

      Les King Air 350 seront mis en oeuvre au sein de la 33ème escadre de surveillance, de reconnaissance et d’attaque (33e ESRA) qui est une unité navigante de l’armée de l’air française, créée le 7 juin 2019 et officiellement réactivée le 5 septembre 20191 sur la base aérienne 709 Cognac (Charente). Elle reprend les traditions et, partiellement, l’appellation de la 33e escadre de reconnaissance dissoute en 1993.
      Selon la Loi de programmation militaire, ce seront les deux seuls avions de ce type livrés d’ici à 2025. Ensuite l’ambition opérationnelle 2030 fixe la cible finale à huit appareils.

  7. Royal Marine dit :

    Heureux d’apprendre que la Marine va pouvoir économiser un peu de son potentiel sur les ATL 2, et que l’AA met enfin sa configuration en conformité avec son contrat opérationnel… Cela fait 40 ans que ce genre de mission étaient assurées par les Patmar au détriment de la lutte ASM, ou de la surveillance des approches, du renseignement et de la classification maritime…

    • Themistocles dit :

      On peut pousser jusqu’à 45ans en incluant les opérations Tacaud et Lamentin. Effet du lobby chasse dans l’AA: la recco c’est l’affaire des chasseurs, les turbopropulseur, c’est pour le transport. Les strines c’est aussi pour les chasseurs, il est inconcevable que les autres sachent faire…Au bilan, 20 ans de retard sur les drones. La solution? Arrêtez de faire commander l’armée de l’air exclusivement par des pilotes
      En plus on évitera d’avoir des généraux qui focalisent sur les altitudes de transit des chasseurs ou les quantités de carburants lors des ravitaillement ( en fait, de quoi je me mêle !) lorsqu’on leur explique un plan de plusieurs dizaines de sorties.

  8. werf dit :

    Le général Lavigne est tout fier des matériels utilisés sans bien sûr parler du coût/ efficacité d’une telle opération. Un jour les Français en auront marre de ces irresponsables qui dépensent et usent sans compter des moyens, plus de 3 milliards par an pour les OPEX, tous coûts (personnels, matériels) pris en compte avec une autre armée conventionnelle en déliquescence pour quels résultats ? Et ne me parlez pas du barrage contre l’islam radical, il suffit de voir l’évolution de l’Afrique de l’ouest et les réfugiés en provenance de Libye pour comprendre que Barkhane est un échec sur toute la ligne. C’est sûr que les primes permettent aux militaires déployés d’améliorer l’ordinaire, d’où les rotations des unités pour calmer la non revalorisation des salaires de TOUS les militaires.

  9. Paul Bismuth dit :

    Le manque d’ISR nous fait louer des avions à des sociétés privées, cette arrivée est une bonne nouvelle:
    https://www.avionslegendaires.net/2020/08/actu/le-ministere-des-armees-recoit-enfin-son-premier-super-king-air-350-alsr/
    http://www.paxaquitania.fr/2020/02/lavion-leger-de-surveillance-et-de.html

    Il faudra juste qu’il quitte la DGA pour l’armée de l’air et de l’espace:
    https://lemamouth.blogspot.com/2019/05/la-33-de-retour.html

  10. MP3 dit :

    Pourquoi pas pour l’ALAT ?

    • jccdm dit :

      Car il s’agit d’avoir une image optique et électromagnétique sur un plan stratégique, donc ni limitée à la seule zone de contact ni à la seule bataille aéro-terrestre.

  11. Raymond75 dit :

    Avions de détection électronique, satellites, Avions multirôles de supériorité aérienne, véhicules blindés qui coûtent une blinde, hélicoptères hyper sophistiqués, armée considérée comme la meilleure européenne : les 4 X 4 et les petites motos tout terrain de nos adversaires n’ont qu’à bien se tenir ; la victoire est proche et le Sahara sera bientôt sous contrôle !

    Et, ainsi que le dit @Cabrera, le sable va aider nos industriels à se refaire une santé !

    • Vinz dit :

      Ca n’aura pas échappé à votre légendaire sagacité que les industriels emploient des industrieux. Cause que serrer des boulons, c’est pas leur truc.

  12. Castel dit :

    Cet appareil n’est sûrement pas mauvais en soi, mais je vais en revenir à ce que je disais déjà à propos du  » Falcon » utilisé pour les patrouilles maritimes :
    Pourquoi ne pas plutôt faire appel au C295 « Persuader », dont le succès à l’exportation ne se dément pas, qui aurait l’avantage d’être un avion militaire dès le départ, et de fabrication Européenne de surcroit !!

    • jccdm dit :

      Mais pas avec la même empreinte logistique. Les avions ISR doivent pouvoir éventuellement être utilisés aussi pour renseigner en amont d’une opération d’envergure. C’est donc un critère essentiel.

  13. Max dit :

    Il y a aussi une version basée sur le Falcon 8X pour l’Armée de l’Air.
    Le Dassault Falcon Archange, avion de reconnaissance et de guerre électronique lancé en 2018 pour 3 avions à l’Armée de l’air française dans le cadre du programme « Capacité Universelle de Guerre Électronique » (CUGE) ; la charge utile étant fournis par Thales. Ils doivent à terme remplacer les deux C-160G Gabriel opérés par l’Escadron électronique aéroporté 1/54 Dunkerque depuis 1989. (Source wiki).

  14. Frede6 dit :

    Bien résumé…et après ces mêmes généraux s’étonnent de ne pas accéder aux plus hauts postes…soupirs

  15. CortoM dit :

    Le type d’appareil c’est surtout pour répondre à des questions de rayon d’action, de l’étendue du théâtre à surveiller et de capacités emportées (tant en matériel qu’en personnel). C’est pour cela que les british ont des SentinnelR1 et des Beechcraft. Mais l’essentiel c’est la nature du matériel emporté: Imagerie, différée ou retransmission en direct, gammes de fréquence d’interception qui selon ne permettent pas d’intercepter (et de traiter) les mêmes matériels, capacités de radio-goniométrie. Ce n’est pas le même problème d’intercepter un pilote d’avion, un djihadiste ou de repérer un système d’arme ou de surveillance. Le Beechcraft ne pourra pas tout faire, il y aura forcement complémentarité avec les drones et l’Archange. Les moyens ne seront pas forcement modulables et les appareils n’auront peut être pas les mêmes capacités. Auquel se rajoute la question est de savoir jusqu’à où la DGSE acceptera de transférer aux Armées des capacités technologiques d’interception qui jusque là elle se réservait. Les tests du mois dernier répondent en partie à la question.

  16. haut de games dit :

    rosebeecraf c’est une boité amerloque çà encore ???NON !

    Premier vol 24 janvier 1964 (Model 65-90) ….
    on avait vraiment que cette trapanelle à acheter ???franchement
    ah la dépendance c’est comme une drogue hein ….
    évidement que Dassault ou airbus ne savent pas faire d’avions …non !..
    un ATR c’est trop grand ,un casa aussi …
    qu’est ce qu’on avait d’autre en Europe ???

    firme Bombardier a pas été racheter ??
    saab même si c’est suédois ils font quoi déjà ..
    Le Saab 340 est un avion de ligne bimoteur à hélice, mu par deux turbopropulseurs, destiné à couvrir de courtes distances. Il a été produit par un partenariat entre Saab et Fairchild Aircraft1. Après que cette dernière compagnie eut cessé son activité, l’intégralité de la construction fut transférée à l’usine Saab de Linköping, en Suède.

    le beech fait 14 m de long en gros suivant les versions plus ou moins à voir on va pas chipoter
    le Saab fait 19 m presque 20 …..donc plus à l’aise dedans pour faire de la surveillance
    on avait donc un constructeur européen et on se rapprochait des suedois un peu plus …

    non on a choisit encore l’oncle sam qui passe son temps à tirer en douce les fils ou officiellement contre l’Europe stratège indépendant

    rien d’autre …
    ah mais si Dassault avait son falcon ==)) Dassault Falcon Archange
    les amerloques se marre comme d’hab,ils nous tiennent aux C et on se débat même pas pour être indépendant ,c’est t’y pas beau tout çà !
    eh oui et après on viendra nous dire comment faire l’armée européenne ???bou hou on y arrive pas ….

    quelle blague

    • L'amiral dit :

      il est vrai que Fairchild ..eh m c’st encore amerloque çà …
      ah aha ils sont partout les rapetout
      mais Dassault doit se retourner dans sa tombe